• Accueil
  • > Recherche : violence goodyear

Résultats de votre recherche

Scandaleux jugement de classe à Amiens

Posté par communistefeigniesunblogfr le 11 janvier 2017

 

Justice de classe : une relaxe totale mais 7 condamnations :

12 mois avec sursis et 5 ans de mise à l’épreuve pour 4 d’entre eux

Syndicalistes, pas voyous !

Les vrais voyous sont ceux qui liquident l’industrie et les droits des salariés dans ce pays.

 

humanite.fr

Goodyear Amiens : une relaxe totale,  7 peines de sursis

Criminalisation anti-syndicale

Kareen Janselme – 11 janvier 2017

La cour d’appel d’Amiens a condamné mercredi sept anciens salariés de Goodyear poursuivis pour la séquestration de dirigeants de l’usine en 2014 à des peines de prison avec sursis allant jusqu’à 12 mois, prononçant en outre une relaxe totale. L’avocat général avait requis à l’audience en octobre deux ans avec sursis. En première instance, les huit salariés poursuivis, dont cinq militants CGT, avaient été condamnés le 12 janvier 2016 à deux ans de prison dont neuf mois ferme.

Quatre des salariés, dont Mikael Wamen, ex-leader de la CGT de l’usine, ont été reconnus coupables de séquestration et condamnés à 12 mois avec sursis. En revanche, ils ont été relaxés du chef d’accusation de « violences en réunion ». A l’inverse, trois salariés ont été relaxés du chef de « séquestration » mais reconnus coupables de « violences en réunion ». Deux d’entre eux ont été condamnés à trois mois avec sursis, le troisième à deux mois avec sursis. Le huitième salarié poursuivi, Hassan Boukri, a été totalement relaxé.

 

Voir la vidéo sur Mickael Wamen

 

Publié dans CGT, France, INFOS, Luttes, SOCIAL | Pas de Commentaires »

Goodyear : Un procès pour l’exemple, sur fond de criminalisation de l’action syndicale

Posté par communistefeigniesunblogfr le 10 janvier 2017

 

                   Goodyear : L’action syndicale en procès

 

Cyprien Boganda – Humanité Dimanche

Capture.PNGrelaxegoodyear1

  Le 11 janvier, la cour d’appel d’Amiens rendra sa décision

  dans l’affaire Goodyear Amiens. La portée symbolique

  des poursuites, qui visent d’abord la CGT, n’échappe à personne :

  à travers l’exemple des huit salariés poursuivis comme des

  « délinquants » auteurs de « violences », il s’agit de décourager

  tous ceux qui, en France, s’opposent à la loi des multinationales.

  Ils n’oublieront jamais ce 12 janvier 2016, lorsque le tribunal

  correctionnel d’Amiens a rendu son verdict : deux ans de prison,

  dont neuf mois ferme, pour avoir retenu contre leur gré

  (mais sans violence) deux cadres de leur usine en voie de fermeture,

  en janvier 2014. Une décision historique par sa sévérité, qui avait

  déclenché une bronca parmi une bonne partie de la gauche

  et un silence assourdissant de la part du gouvernement.

 

Depuis, les huit anciens salariés ont contesté la décision auprès de la cour d’appel d’Amiens, qui doit rendre

son verdict le 11 janvier.

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Publié dans CGT, France, Humanite Dimanche, SOCIAL | Pas de Commentaires »

Pour le respect du droit d’expression et de manifestation ! (PCF – MJCF)

Posté par communistefeigniesunblogfr le 25 mars 2016

 

Déclaration commune PCF et MJCF

 

violencespolicières 

  Au vu des nombreux incidents survenus le 17 mars,

  puis hier 24 mars dans plusieurs villes et facultés :

  violences, provocations policières, gardes à vue

  de syndicalistes, que nous condamnons, 

  le Parti communiste français et le Mouvement

  des Jeunes Communistes de France demandent 

  aux pouvoirs publics, garants de l’état de droit,

  d’assurer la protection de toutes et tous

  dans l’exercice du droit à manifester .

  Si les violences policières commises contre le jeune

  lycéen du Lycée Bergson à Paris le 24 mars semblent

  émouvoir un très grand nombre de citoyens,

  force est de constater que ces faits sont à inscrire

  dans un cadre délétère de criminalisation

du mouvement social qui, bien qu’entretenu par la droite pendant de longues années, semble continuer,

voire s’amplifier au cours de ce quinquennat.

Nous assistons depuis le début du mouvement de contestation contre la « Loi Travail » à une escalade

sans précédent des attaques contre les libertés et les droits fondamentaux de tous.

 

Captureviolencespolicieres2

  Lorsque la police violente la jeunesse de notre pays

  devant des lycées, envahit des amphithéâtres d’universités

  ou place en garde à vue des responsables syndicaux,

  ce sont bien les libertés de réunion, de manifestation et,

  au final, d’opinion et d’expression qui sont attaquées.

  Lorsque des administrations intimident des élèves

  ou leur parents pour ne pas qu’ils participent aux manifestations

  ou leur interdisent de se réunir, ce sont ces mêmes libertés

  qui sont bafouées.

 

 

Avant même ce mouvement, l’exemple des salariés d’Air France ou encore des salariés de Goodyear et Téfal

était déjà révélateur de ce climat.

L’acharnement du gouvernement à ne pas laisser voter la proposition de loi du Front de gauche visant à amnistier

certains délits commis lors de mouvements sociaux en fût une des traductions fortes.

Ces agissements sont les marqueurs d’un exécutif en rupture avec sa jeunesse, en rupture avec les forces

démocratiques qui composent le pays. La ligne jaune a déjà été franchie trop de fois pour que nous laissions

passer de nouveaux événements aussi tragiques.

Aussi , le PCF et le MJCF expriment leur attachement et leur engagement à faire respecter les droits

de  liberté d’expression et de manifestation dans notre pays.

Car ce n’est pas par la peur, la sanction et la répression que nous construirons le bien vivre ensemble,

que nous redonnerons confiance en nos institutions et en notre République, que nous ferons vivre

nos valeurs de liberté, d’égalité et de fraternité .

Notre jeunesse vaut mieux que çà !

Le PCF et le MJCF appellent leurs militants à prendre toutes les initiatives possibles afin de permettre

la mobilisation la plus large le 31 mars pour exiger le retrait de ce projet de loi . 

Captureloielkhomri

 

Paris, le 25 mars 2016

Publié dans France, Jeunes Communistes, LIBERTES, Luttes, Montée du fascisme, PCF, Police, POLITIQUE, SOCIAL | Pas de Commentaires »

NOUS SOMMES TOUS DES SALARIÉS EN LUTTE

Posté par communistefeigniesunblogfr le 6 février 2016

LIBERTÉ HEBDO

L’Éditorial de Franck Jakubek

NOUS SOMMES TOUS DES SALARIÉS EN LUTTE

CaptureLibertéHebdo1205

 

A chaque fois que nous évoquons les combats

et les luttes menés par les salariés

et les syndicats face aux employeurs indélicats,

à la pression patronale, nous enrageons

de constater que ce sont toujours les mêmes

méthodes qui régissent la violence des rapports

sociaux dans l’entreprise.

Il est de bon ton de ne pas commenter

les décisions de justice. Mais quand l’injustice

frappe à nos portes, au-delà de l’indignation

et du sentiment de révolte, c’est l’envie de changer

le monde qui l’emporte.

Et les peines infamantes tombées sur les têtes

des huit salariés de Goodyear deviennent l’objet

d’un combat national pour l’ensemble du monde

du travail, pour tous ceux qui veulent

que ça change et que ça bouge.

 

La manifestation de soutien le 4 février à Paris, ou dans la région, en est un exemple. Et d’autres sont à venir.

Des comités de soutien se créent partout. Pour rendre à ces hommes leur dignité.

Pour faire prendre conscience à ceux qui nous gouvernent que tout ne tourne pas autour du capital.

Que l’Humain d’abord n’est pas qu’un slogan mais une réalité à faire vivre, à promouvoir.

Dans le Nord, le comité de soutien se réunira à l’Espace Marx, le 25 février à 18 h.

A l’heure où le gouvernement veut faire avaler la pilule d’une pseudo réforme du Code du travail, la solidarité

est plus que jamais nécessaire. Pas question de laisser dire ou faire croire que le monde de l’entreprise

s’organise gentiment dans un cadre de « dialogue social » serein entre employeurs de bonne volonté

et « collaborateurs » dévoués.

Non ! Cent fois non ! Les relations des salariés avec les employeurs sont basées sur des contrats impliquant

d’abord la subordination des premiers face aux seconds. Et les abus, volontaires ou non, sont nombreux et réels.

Les impacts sur la santé, la vie familiale ou sociale, sur les revenus sont redoutables.

On ne compte plus les crimes et les délits commis au nom du profit, du profit seul.

L’action syndicale, porteuse d’espoirs, de solidarité, de justice sociale, ne doit pas être criminalisée.

Le gouvernement s’est engagé, d’abord à Air France, puis chez Goodyear dans une pente dangereuse.

Les citoyens doivent s’exprimer plus encore sur cette infamie. Plus de 150 000 personnes ont déjà signé

la pétition lancée par la CCT réclamant l’abandon des poursuites des salariés.

Partout, là où nous sommes, la solidarité doit faire face au langage de la répression.

C’est la seule vraie alternative.

*****************************************************************************

Défendre ses droits et son emploi, ce n’est pas un crime : signez la pétition des Goodyear :

https://www.change.org/p/fran%C3%A7ois-hollande-l-appel-des-goodyear

Publié dans France, Liberte Hebdo, Luttes, POLITIQUE, SOCIAL | Pas de Commentaires »

Goodyear : Qui a donné des instructions au procureur pour réclamer de telles peines ?

Posté par communistefeigniesunblogfr le 22 janvier 2016

 

Goodyear. Le soutien de Patrice Carvalho

 

Patrice Carvalho

  Le député de l’Oise, Patrice Carvalho a interpellé

  le premier ministre à l’Assemblée nationale, mercredi,

  lors des questions d’actualité, à peu près dans les termes

  employés dans ce point de vue.

  « Il faut remonter loin dans l’histoire du mouvement ouvrier

  pour trouver un jugement comparable à celui du tribunal d’Amiens,

  le 12 janvier. Alors que les plaignants (direction et cadres) avaient

  retiré leur plainte, c’est le ministère public qui a décidé

  de poursuivre et de requérir de la prison ferme, assimilant ainsi

  ces salariés à des voyous de droit commun.

  Aujourd’hui, la question se pose : qui a donné des instructions

  au procureur pour réclamer de telles peines ?

 

Les salariés de Goodyear se sont battus durant sept ans pour préserver leurs emplois et leur outil de travail.

Une commission d’enquête de l’Assemblée nationale a montré que la liquidation de l’usine d’Amiens Nord avait

été délibérément organisée par le groupe industriel et qu’il n’y avait pas de raison économique aux licenciements.

En clair, la direction a pris en otages 1 175 salariés de l’entreprise picarde, selon le mode opératoire qu’avaient

déjà connu les salariés de Continental dans la même région.

Mesurons-nous bien la violence de tels choix ? Suicide, dépression, couples séparés, tel est le lot de nombre

de ces travailleurs jetés à la rue. Et ce serait eux, les délinquants ? Quelle inversion des rôles et des valeurs !

Le jugement d’Amiens ne relève pas de l’ordre républicain, il relève de l’ordre économique dominant

selon lequel les victimes deviennent des voyous, les puissants ont toujours raison et les faibles

toujours tort. Se battre pour préserver son emploi devient un délit, mais licencier sans raison

des salariés serait dans l’ordre des choses. Cette logique-là, qui conduit à l’impunité des patrons

voyous, à criminaliser le mouvement social, est inacceptable.

L’activité économique et sociale a, elle aussi, besoin de l’ordre républicain. »

 

http://www.dailymotion.com/video/x3nn5r6

 

Publié dans Assemblee nationale, ECONOMIE, France, Liberalisme, POLITIQUE, SOCIAL | Pas de Commentaires »

Verdict contre les syndicalistes de Goodyear-Amiens : Une menace claire contre le monde du travail, les ouvriers et leurs délégués syndicaux

Posté par communistefeigniesunblogfr le 20 janvier 2016

 

De la violence !!

 

goodyearCoco   Par Patrick Le Hyaric

  La violence du verdict contre les syndicalistes

  de Goodyear-Amiens est faite pour nous assommer.

  Une menace claire est expédiée au monde du travail,

  aux ouvriers, à leurs délégués syndicaux qui veulent

  défendre leurs droits, leurs emplois menacés,

  leur usine.

  Ceux qui versent une larmichette sèche sur les difficultés

  de syndicalisation sont les même à se réjouir

  de cette abominable sentence.

Elle accompagne le processus de mondialisation capitaliste qui exige que partout les travailleurs soient jetés

dans le feu d’une concurrence féroce où doivent être laminés les droits sociaux pour toujours les tirer vers le bas.

A ce rythme, le retour à l’esclavagisme devient une perspective si on ne trouve pas les moyens d’une unification

internationale du combat pour le travail. Les projets en cours visant à affaiblir ou à anéantir le code du travail

participent d’une démarche globale pour obtenir un rapport de force plus favorable aux détenteurs de capitaux

contre ceux et celles qui n’ont que leur force de travail à vendre.

Personne ne peut rester silencieux face à un tel jugement ! Aujourd’hui ce sont ceux d’Amiens !

A qui le tour demain ? 

[Lire la suite sur patrick-le-hyaric.fr]

 

Publié dans CGT, droit du travail, ECONOMIE, EUROPE, France, Liberalisme, licenciements, SOCIAL, Syndicats | Pas de Commentaires »

Goodyear. « La condamnation des 8 syndicalistes est scandaleuse » (Michelle Demessine)

Posté par communistefeigniesunblogfr le 15 janvier 2016

 

Captureliberalisme

 

 

  Lors des questions d’actualité du 14 janvier au Sénat,

  Michelle Demessine a interpellé Manuel Valls, le Premier

  Ministre, sur la condamnation pénale des salariés

  de Goodyear et le plan social en cours à Pentair.

 

 

 

 

Monsieur le Premier Ministre,

 

L’actualité sociale en ce début d’année nous sidère.

Car nous assistons de pair à une nouvelle vague de licenciements dans l’industrie et à la condamnation à 9 mois de prison ferme pour ceux qui  résistent devant la brutalité de ces décisions.

L’urgence est-elle vraiment à la criminalisation de la résistance ouvrière face aux multinationales qui entrent et sortent de notre pays sans avoir à rendre de comptes, nous laissant les dégâts sociaux et industriels ?

La condamnation sur demande du ministère public, des 8 syndicalistes de Goodyear à 9 mois de prison ferme, une première, est scandaleuse ! Ils doivent être relaxés.

J’invite tous ceux qui soutiennent cette condamnation à regarder le bilan humain de la fermeture de cette usine : 12 suicides, des centaines de familles, brisées, séparés et vous verrez de quel côté est la violence !

Le 15 décembre dernier, le tocsin  a encore sonné sur la nouvelle grande région Nord-Pas-De- Calais Picardie qui vient de naitre avec un beau cadeau de naissance !

La direction du groupe Pentair annonce la fermeture de l’usine d’Ham avec 132 salariés + 49 licenciements à Saint Ouen l’Aumone et 25 sur le site d’Armentières. Le groupe se désengage de la France alors même qu’il s’était rendu acquéreur de ces sites, il y a seulement deux ans.

Incompréhensible, cette décision serait prise pour motifs économiques alors même que :

  • tous les objectifs de productivité ont été atteints voire dépassés
  • le taux de marge brut est de 18 à 20 %
  • le carnet de commande est plein

Monsieur le Premier Ministre qu’en est-il de la politique de réindustrialisation de notre pays ?

Les principaux clients de Penter sont AREVA EDF DCNS dont l’Etat français est actionnaire.

J’ai entendu avec intérêt la réponse de Monsieur Macron à l’Assemblée Nationale sur des pistes en cours.

Une course de vitesse est désormais engagée car les nouvelles dispositions de la loi Macron que nous avons combattu vont s’appliquer pour la première fois et diminuer largement le temps nécessaire pour s’opposer à ces mauvais coups.

De quels moyens va se doter le gouvernement pour y faire face ?

N’oublions pas que c’est l’impuissance devant cette brutalité sociale qui mène à l’exaspération, aux tensions et non pas le contraire !

Publié dans ECONOMIE, France, PCF Nord, POLITIQUE, Senat, SOCIAL | Pas de Commentaires »

L’appel de la CGT pour la relaxe des huit de Goodyear

Posté par communistefeigniesunblogfr le 15 janvier 2016

 

relaxe8goodyear

  Syndicalistes, juristes, universitaires,

  responsables  politiques, créateurs ou

  artistes, plus de 200 personnalités

  se sont déjà associées à cet appel.

 

  « Il est du devoir des syndicalistes de se battre

  pour sauver les emplois et le développement

  économique et social de nos territoires.

Il est du devoir des syndicalistes de rétablir des liens sociaux trop souvent rompus par désespoir social.

Il est du devoir des syndicalistes de dénoncer les stratégies des actionnaires, affairistes et liquidateurs,

qui ont pour seul objectif de s’enrichir au détriment de tous les autres.

Il est du devoir des syndicalistes d’alerter sur les politiques économiques désastreuses menées

par les gouvernements successifs.

C’est pour avoir accompli leurs devoirs de syndicalistes que les huit de Goodyear viennent d’être condamnés

à vingt-quatre mois de prison dont neuf mois ferme !

Après sept ans de lutte face à la multinationale Goodyear marqués de conflits durs avec un patronat violent,

usant de manœuvres indignes, l’entreprise a finalement fermé ses portes pour s’installer en Russie.

Rien n’est dit de la violence des employeurs qui, face à des propositions pour maintenir et développer l’emploi,

ne répondent que par le mépris, les licenciements et la répression. C’est une des condamnations pénales

les plus lourdes de ces trente dernières années. Cette condamnation s’inscrit dans un mouvement

de criminalisation de l’action syndicale, qui s’accentue jour après jour.

La répression syndicale est une stratégie qui va bien au-delà des rangs du patronat, puisque le procureur

de la République a décidé de poursuivre les militants de Goodyear, alors même que l’entreprise avait

abandonné toutes les plaintes.

Le gouvernement a décidé d’intimider tous les salariés qui se battent pour leurs droits

et leurs emplois. Ce sont les fondements mêmes de notre démocratie qui sont atteints

lorsque les libertés syndicales sont attaquées. Les huit militants doivent être relaxés. »

Syndicalistes, juristes, universitaires, responsables politiques, créateurs ou artistes,

plus de 200 personnalités se sont déjà associées à cet appel.

Les signatures sont à adresser à : cabsg@cgt.fr ou à communiquer au 01 55 82 83 06.

 

Publié dans ECONOMIE, France, Liberalisme, Luttes, SOCIAL | Pas de Commentaires »

État d’exception, déchéance de la nationalité, répression syndicale… NON MILLE FOIS NON !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 14 janvier 2016

 

CaptureLasserpe

  Militants écologistes assignés à résidence,

  syndicalistes poursuivis au pénal, harcelés

  pour la couleur de leur peau, interdiction

  de manifester… tous suspects ?

  Et jamais la répression n’aura été aussi violente.

  Et maintenant, la justice condamne

  les 8 de Goodyear à de la prison ferme.

  Leur « crime » ? Avoir retenu 30 heures, sans violence,

  deux dirigeants de l’entreprise qui procédait

  à la fermeture du site et 1200 suppressions d’emplois.

 

 

Ce jugement, par lequel Hollande, Taubira et Valls ont décidé d’intimider tous les salariés

qui se battent pour leurs droits et leur emploi, est inacceptable.

[Lire la suite sur pcf.fr]

 

Publié dans France, LIBERTES, PCF, POLITIQUE, SOCIAL, SOCIETE | Pas de Commentaires »

Goodyear Amiens-Nord : « Nos enfants ne valent pas moins que les enfants des actionnaires. »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 20 janvier 2014

 

Les Goodyear, têtes hautes, à Amiens en famille

 

gg2

 

  Plusieurs centaines de salariés de l’usine Goodyear

  d’Amiens-Nord, accompagnés de leurs familles

  et soutiens, se sont rassemblés ce samedi après-midi

  devant l’hôtel de ville d’Amiens.

 

« Nos enfants ne valent pas moins que les enfants des actionnaires. Notre histoire n’est pas terminée »

sont-ils venus dire.

Deux grandes banderoles avaient été déployées devant la mairie : « Nos familles ont le droit de vivre dignement »

et « Détruire un emploi, c’est détruire une famille« . Et c’est en famille que se sont rassemblés un bon millier

de salariés de Goodyear, avec leurs proches, compagne et enfants. « Rien qu’au regard du nombre de personnes

qu’il y a, on s’aperçoit du dégât que Goodyear va causer », a lancé Mickaël Wamen, secrétaire de la CGT, syndicat

qui a porté le combat à l’usine d’Amiens-Nord pendant toutes ces années. « Nos enfants ne valent pas moins

que les enfants des actionnaires. Notre histoire n’est pas terminée… » « Après bientôt sept ans de combat, on va

vendre notre peau du mieux que l’on peut ». Et exiger que Goodyear paye les indemnités en une fois… Il explique

pourtant que le coût du plan social, c’est le double de ce qu’il fallait pour relancer l’activité. Devant la mairie,

des enfants portaient des t-shirts rouges « Non aux licenciements. Plan anti-social ».

Les négociations ont repris vendredi matin entre des représentants de la CGT et la direction de Goodyear,

en présence de Jean-François Cordet, préfet de la région Picardie et nommé médiateur par le ministre

du Redressement productif. Les Goodyear ne veulent plus que des conditions de départs dignes, pour tourner

la page, faire le deuil. « On nous parle de reclassement, mais on nous propose des postes à Montluçon alors que

dans le même temps, à Montluçon, il y a des fermetures d’équipes et du chômage partiel » explique Mickaël Wamen.

Il y a une urgence de lutte dans notre pays, parce que là les seuls qui se battent aujourd’hui, c’est le Medef

qui obtient des milliards du gouvernement. [...] Plus il y a d’allègements de charges, plus il y a de plans sociaux

et de délocalisations…  La prochaine étape, c’est la fermeture de Dunlop Amiens Sud » dit-il amer.

Mickaël Wamen a également annoncé la création d’un « Collectif des anciens salariés de Goodyear » pour « aider

ceux qui seront dans la plus grande détresse ». Il évoque les larmes des collègues, le désespoir et parfois l’alcool

comme substitut. « Mais il ne faut pas juger, il faut aider ! »

(Lire les témoignages : Goodyear La violence au quotidien).

 

Pi.M. – humanite.fr

Publié dans CGT, ECONOMIE, France, licenciements, Luttes, SOCIAL | Pas de Commentaires »

12
 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy