Résultats de votre recherche

Hausse du chômage, baisse du pouvoir d’achat… Il est urgent de changer de politique !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 28 mars 2013

Hausse du chômage, baisse du pouvoir d’achat, croissance nulle…

Et si on changeait de politique ?

 

Hausse du chômage, baisse du pouvoir d'achat... Il est urgent de changer de politique ! dans Austerite chomage_2

La dernière livraison de l’INSEE est sans appel.

L’économie française a eu une croissance nulle

pour 2012 et les prévisions de croissance

pour 2013 et 2014 sont tout aussi sombres.

Mais comment pourrait-il en être autrement ?

La politique d’austérité et de baisse des coûts

salariaux se traduit par une pression sur l’emploi

au nom de la compétitivité, qui fait exploser

le chômage au point de presque atteindre

les records de 1997.

Elle contribue à transférer le poids de la fiscalité des entreprises sur celle des ménages (10 milliards d’euros

par le CICE) ce qui réduit d’autant leur pouvoir d’achat et pèse sur leur consommation. Elle diminue

la dépense publique en ponctionnant les services publics nationaux et locaux, au point de les empêcher

de fonctionner, de répondre aux besoins de la population et de financer l’activité locale. Autant de mesures

qui enferment de fait la France dans la stagnation.

Hausse du chômage, baisse du pouvoir d’achat, croissance nulle… Et si on changeait de politique ?

Demain soir, lors de son intervention télévisuelle, François Hollande ne peut se contenter d’un exercice

d’autopromotion d’une orientation économique et sociale qui conduit droit à l’échec. Il est possible et urgent

de faire autrement. C’est pourquoi avec ses partenaires du Front de gauche, le PCF veut ouvrir sur l’alternative :

  • Face à la « flexicurité », avançons la lutte pour une sécurisation de l’emploi et de la formation

construite sur la conquête de nouveaux pouvoirs des salariés et une expansion de la dépense de formation ;

  • Face à la baisse du « coût du travail », travaillons à la baisse du coût du capital, plutôt que

la baisse des « charges sociales » optons pour celle des charges financières du crédit aux entreprises,

avec la lutte pour un Pôle financier public et un nouveau crédit sélectif pour les investissements créateurs

d’emplois et de formations ;

  • Face au pacte budgétaire (TSCG), opposons la lutte pour le financement d’une relance massive

des services publics grâce à la création monétaire de la BCE, via un Fonds social, solidaire et écologique

de développement européen et une réforme radicale de fiscalité ;

  • Face à l’augmentation de la CSG, obtenons une refonte des prélèvements obligatoires notamment

par une nouvelle fiscalité incitatives à l’essor de l’emploi, des qualifications, des salaires et pénalisant

les placements financiers ;

  • Face aux privatisations, engageons la lutte pour une nouvelle maîtrise sociale des entreprises

publiques et la promotion de Pôles publics d’impulsion et de coopération favorisant un redressement

des filières industrielles et de service.

Olivier Dartigolles, porte-parole du PCF

Publié dans Austerite, Chomage, Competitivite, France, PCF, POLITIQUE, Pouvoir d'achat, Privatisation, Salaires, SERVICES PUBLICS | Pas de Commentaires »

Les bonnes vieilles recettes libérales du PS pour réorienter l’Europe

Posté par communistefeigniesunblogfr le 18 octobre 2012

 

5 recettes socialistes pour réorienter l’Europe

 

Lors de la campagne présidentielle, le candidat François Hollande n’avait pas de mots assez dur pour évoquer

le Traité sur la Stabilité et la Gouvernance de la zone euro (TSCG) ou Pacte budgétaire, qu’il qualifiait lui-même

de traité « ajoutant l’austérité à l’austérité ». Quelques mois plus tard, il ratifie le TSCG inchangé en expliquant

que « l’Europe a été réorientée » grâce à un ensemble de mesures pour la croissance qui forment un Pacte

pour la croissance. Qu’en est-il vraiment ?


Les bonnes vieilles recettes libérales du PS pour réorienter l'Europe dans Austerite arton183-6c270

Le 6 mai 2012, le soir de sa victoire, Hollande annonçait que son élection représentait

pour l’Europe l’espoir « qu’enfin l’austérité pouvait ne plus être une fatalité ». Il appelait

à la renégociation du Pacte budgétaire.

A peine deux mois plus tard, à l’issue du Sommet européen des 28 et 29 juin, il annonce

la ratification expresse du Pacte budgétaire négocié par Nicolas Sarkozy en contrepartie

d’un Pacte pour la croissance et pour l’emploi qu’il aurait obtenu de haute lutte – jugeant

ainsi que l’Europe avait été réorientée.

 

Qu’en est-il vraiment ? Pour en savoir plus, nous avons parcouru le document préparatoire du prochain Sommet européen

des 18 et 19 octobre (disponible ici). Celui-ci détaille les mesures qui constituent le fameux Pacte pour la croissance.

Alors, quelles recettes pour réorienter l’Europe ? Jugeons sur pièce…

 

Recette n°1 : libéraliser l’économie

 

Les premières mesures visent l’approfondissement du marché unique et la libéralisation de nouveaux marchés.

Des mesures tout particulièrement appelées des vœux des gouvernements italiens et britanniques, qui insistent depuis

depuis décembre 2011 pour qu’elles soient mises sur la table au même titre que les mesures de rigueur budgétaire.

Le candidat Hollande n’avait alors pas manqué de l’interpréter comme un soutien à ses velléités de « réorientation »

de l’Europe…

Voici le détail de ces mesures :

– L’approfondissement du marché unique, avec entre autres la mise en œuvre des directives sur la passation de marchés

publics, sur les services, sur les normes comptables (dans le cadre de l’acte unique) ;

– La libéralisation du marché du transport ferroviaire et de la fourniture d’énergie (dans le cadre du second acte unique) ;

– La mise en place du marché unique des services et contenus en ligne. (en France, la mission Olivennes, qui a débouché

sur la loi Hadopi, s’inscrit notamment dans ce contexte) ;

– La finalisation du marché unique du savoir, de la recherche et de l’innovation. (en France, la loi LRU, qui prévoit d’aligner

le fonctionnement des universités sur le modèle entrepreneurial, s’inscrit notamment dans ce contexte).

Le principe ? L’extension du domaine du marché devrait ouvrir de nouvelles opportunités d’investissement et de business,

créer de l’activité et de la croissance. Cela vaut bien de rogner un peu sur les services publics, la neutralité du net ou

encore remettre en cause les missions spécifiques de l’université et de la recherche, non ?

 

Recette n°2 : une « régulation intelligente » contre le « fardeau réglementaire »

 

Le pacte prévoit l’approfondissement de la dérégulation, pardon, la mise en place d’une « régulation intelligente » pour

mieux réduire le « fardeau réglementaire ». Fardeau qui, comme chacun sait, pèse de tout son poids bureaucratique

sur les entreprises exsangues.

Dans cette perspective, la commission a déjà fait cette année une proposition (controversée) qui consiste à exempter

les petites et moyennes entreprises d’un certain nombre d’obligations, concernant notamment la sécurité au travail,

la consultation des employés, les congés parentaux ou l’efficacité énergétique.

 

[Lire la suite sur Les Dessous de Bruxelles]

 

Publié dans Austerite, EUROPE, F. Hollande, France, POLITIQUE, PS, Union europeenne | Pas de Commentaires »

Pierre Laurent : « Il n’y a pas de majorité de gauche pour voter le Traité d’austérité »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 11 octobre 2012

 

http://www.dailymotion.com/video/xu8h3y

sur dailymotion

Par

Traité :

Pierre Laurent dénonce « la faute politique » du gouvernement

*

« Ne comptez pas sur nous. Cette ratification est une faute politique », a dénoncé le sénateur

et secrétaire national du PCF en début d’examen par le Sénat du Traité européen voté mardi

par l’Assemblée nationale.

*

« Vous avez été élu pour conduire le changement et non pas pour emprunter les pas du sarkozysme, a-t-il lancé

au Premier ministre Jean-Marc Ayrault . Depuis hier, vous prétendez qu’une majorité de gauche existe pour

adopter ce traité. C’est faux ». Soulignant qu’à l’Assemblée nationale  »63 députés de la gauche n’ont pas ratifié

ce traité » et que « seuls 263 députés PS l’ont approuvé » alors que « le groupe PS dispose de la majorité des 289

sièges », Pierre Laurent s’est élevé contre « les artifices de présentation de l’arithmétique parlementaire ».

Pointant à nouveau que "les Français voulaient être consultés par référendum.

Vous avez contourné cette volonté populaire. La ratification du traité restera

à jamais entachée par ce refus", Pierre Laurent souligne: « Ici, au Sénat, le traité n’aura pas

de majorité de gauche » pour ce texte « austéritaire et anti-social, dicté par les logiques financières ». Il est

« anti-démocratique » et « limite notre souveraineté ». Les 20 sénateurs communistes voteront contre le traité.

Rupture avec l’austérité

Le numéro un communiste, devenu sénateur après la démission de sa collègue de Paris Nicole Borvo Cohen-Seat,

a prôné « la rupture avec l’austérité » et « la priorité donnée au redressement social et productif ». Il a appelé

notamment à « la promotion des services publics », au « changement du statut de la BCE » et « au renforcement

des parlements nationaux et du parlement européen ».

« On parle de crise humanitaire en Grèce. La situation sociale est explosive en Espagne, au Portugal. La récession

menace l’ensemble de la zone euro. Si des ruptures ne sont pas opérées, c’est l’idée même d’Union qui est menacée »,

s’est-il alarmé avant d’être applaudi par ses collègues mais aussi par Marie-Noëlle Lieneman, une des rares parmi

les sénateurs PS à être opposée au traité.

  • A lire aussi :

La déclaration complète de Pierre Laurent

Ils ont voté pour le traité européen à l’Assemblée

Publié dans Assemblee nationale, Austerite, France, Front de Gauche, PCF, Pierre Laurent, POLITIQUE, Politique nationale, PS, Senat, Union europeenne | Pas de Commentaires »

Meeting européen anti-austérité : la convergence des résistances

Posté par communistefeigniesunblogfr le 9 octobre 2012

 

Meeting européen anti-austérité : la convergence des résistances dans Austerite pn_meeting_europeen_contre_tscg_009

 

La mobilisation contre le traité budgétaire et l’austérité

n’a pas pris fin avec le mois de septembre.

Hier, le collectif unitaire à l’origine de la manifestation

du 30 septembre a organisé un meeting à Paris réunissant

des forces syndicales, associatives et politiques européennes.

 

 

 

Les 65 organisations signataires de l’appel contre l’austérité permanente et le pacte budgétaire européen n’ont pas

dit leur dernier mot lors de la manifestation qui a réuni, le 30 septembre, 80 000 personnes à Paris. Ni avec la centaine

de réunions publiques locales organisées durant le mois dernier. Après ce succès et alors que le vote sur le traité a lieu

ce soir à l’Assemblée nationale, l’heure était hier à la rencontre avec leurs alter ego européens. Le collectif a ainsi réuni

une dizaine de personnalités européennes pour un meeting, à l’espace Reuilly à Paris, qui a compté plus de 600

participants. En commun entre ces militants espagnols, belges, allemands, portugais et français : le diagnostic de la crise,

de l’austérité économiquement inefficace et aux conséquences sociales dramatiques, et la volonté de faire converger

les luttes progressistes européennes.

« Le message que nous portons va au-delà du vote des parlementaires sur le traité, notre bataille en annonce d’autres

en France, sur le budget par exemple, et partout en Europe contre l’austérité », confiait le secrétaire national du PCF,

Pierre Laurent, à quelques journalistes avant le début du meeting. A ses yeux, cependant, la lutte contre ce traité est

toujours d’importance, a-t-il rappelé, puisque celui-ci incarne les deux versants, autorité et austérité, des politiques

européennes.  D’autant que, selon le président du Parti de la gauche européenne (PGE), « la réorientation de l’Europe »

promue par le gouvernement est « une fable » si les forces de gauche ne convergent pas pour mener à bien « un bras

de fer difficile » contre ceux qui préparent déjà de « nouvelles confiscations » en vue du prochain sommet européen.

A la tribune, le constat et l’urgence sont partagés.

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Publié dans Austerite, France, PCF, POLITIQUE | Pas de Commentaires »

Le « Non » de Gaby Charroux, maire PC de Martigues et député du Front de Gauche, à la commission du TSCG

Posté par communistefeigniesunblogfr le 8 octobre 2012

 

Le « Non » de Gaby Charroux (FDG) à la commission du TSCG

 

Le par Ariane Walter

 

-Avez-vous l’impression de vivre un moment historique ?

J’ai rendez-vous avec Gaby Charroux, maire PC de Martigues, député du Front

de Gauche et membre du groupe GDR à l’assemblée nationale. Nous pouvons

nous rencontrer entre deux séances de la commission spéciale qui étudie

« le projet de loi organique relatif à la programmation et à la gouvernance

des finances publiques. » Bref le TSCG.

Nous sommes le 3. La loi sera votée le 8 et le 9 octobre. En attendant,

immense tension.

 

– Historique, oui. A double titre. Pour moi. Me retrouver en ces lieux. Et pour ce qui se passe et qui est dramatique.

Le drame, bien sûr, c’est qu’un gouvernement, dit de gauche, s’apprête à faire passer sans aucune modification

un traité voulu et rédigé par Sarkozy-Merkel. Pire encore. En mentant. En ayant voulu faire croire qu’il l’avait modifié.

La veille Borloo, dans un numéro digne de l’Actors Studio a ridiculisé Hollande, le montrant suppliant les Allemands

de lui accorder un petit quelque chose qui pourrait faire croire qu’il avait obtenu un mieux disant ! On se souvient

de la formule de Mélenchon qui avait dit qu’il n’y avait « pas une ligne, pas un mot, pas une virgule de changée ».

Pire encore : en le faisant voter, peut-être, avec l’aide de la droite. Le déshonneur serait complet. Il paraît que

Hollande compte les têtes, tous les soirs, de ceux qui vont dire : « Oui, ôtons à la France sa souveraineté ! »

Quant à Ayrault, il vient lui-même d’avouer le mensonge ! Non, il n’y a pas eu de modifications !!! Est-ce pour cela

que l’on autorise certains socialistes à voter « Non » ? C’est un marchandage de souk. On le leur permettrait

à condition qu’ils votent le budget.

- Comment sont les socialistes ?

- Très mal. Ils rasent les murs. La plupart voteront contraints et forcés. Ils ne sont pas d’accord. Mais ils n’ont pas le choix.

Ils se sont engagés avec ce gouvernement. Ils doivent le soutenir.

Mais est-on engagé auprès d’un gouvernement qui ment ?

Gaby Charroux a fait le matin même une déclaration auprès de la commission des Finances dédiée au TSCG.

Je vous en donne l’intégralité car elle a le mérite d’être claire et bien écrite.

[Lire la suite sur Le Grand Soir]

 

Publié dans France, Front de Gauche, PCF, POLITIQUE | Pas de Commentaires »

TSCG : « On continue, on lâche rien ! »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 2 octobre 2012

 

TSCG : le bras de fer commence

http://www.dailymotion.com/video/xu018x

sur dailymotion.com

Par lepartidegauche

 

Un traité européen long à traîner pour le gouvernement

 

L’examen au Parlement du traité dès ce mardi matin, puis sa déclinaison en loi organique,

ne signe pas la fin d’une mobilisation qui prend date jusqu’en 2013, 
avec des rendez-vous européens.

Des journées agitées, le premier ministre en a encore de belles devant lui, alors que Jean-Marc Ayrault ouvre demain à l’Assemblée

nationale une longue et délicate séquence parlementaire consacrée à la ratification et la mise en œuvre du traité budgétaire européen.

Car aucune des soixante organisations qui appelaient hier à la manifestation parisienne n’a l’intention de s’en tenir à un quelconque baroud.

Des députés contre, mais pour

Au Parlement déjà, les députés du Front de gauche et la majorité des écologistes, ainsi que l’aile gauche du PS, ne laisseront pas passer

les débats sur le traité lui-même et sa déclinaison à travers une loi organique. De l’autre côté de l’échiquier politique, le Front national et

des souverainistes, comme l’ancien candidat à la présidentielle Nicolas Dupont-Aignan, joueront leur partition. Matignon devrait en revanche

bénéficier de la bienveillance de l’UMP et du centre, comme de la grande majorité des parlementaires socialistes qui approuvent ce pacte signé

en mars dernier par Nicolas Sarkozy et que François Hollande avait promis de renégocier.

Le premier ministre a finalement décidé de ne pas demander aux députés un vote sur sa déclaration de mardi, estimant qu’« il n’y a pas d’autre vote

à avoir » que ceux sur le traité et sur la loi organique. Le débat sur la ratification du TSCG commencera mardi soir ou mercredi, avec un vote prévu

le 9 octobre. La discussion sur la loi organique est prévue le 8 et le vote le 10 octobre. Les écologistes et certains socialistes envisagent de voter

contre le premier texte, mais, au prix d’une contorsion certaine, en faveur du second – la loi organique qui crée la structure chargée de contrôler

le respect de la règle d’or – au prétexte qu’il est simplement « technique ». Mais pas moins austéritaire.

Forte opposition au Sénat

[Lire la suite sur humanite.fr]

Lire également :

Publié dans Assemblee nationale, Austerite, Europe Ecologie les Verts, France, Front de Gauche, POLITIQUE, PS | Pas de Commentaires »

Dans l’Humanité d’aujourd’hui : Ce que serait un traité vraiment renégocié

Posté par communistefeigniesunblogfr le 2 octobre 2012

 

Dans l’Humanité, de ce mardi,

un autre traité européen est possible

 

Dans l'Humanité d'aujourd'hui : Ce que serait un traité vraiment renégocié dans André Chassaigne 2012-10-02une-hq-208x300L’Assemblée nationale débat à partir de ce mardi sur le traité

budgétaire européen.

L’Humanité développe les alternatives à ce texte austéritaire,

après la réussite de la manifestation pour un référendum

sur le TSCG dimanche à Paris.

Le gouvernement a longtemps espéré, alors que s’ouvre le débat

à l’Assemblée nationale sur le traité budgétaire européen (TSCG),

que l’adoption de celui-ci serait une simple formalité, allant même parfois

jusqu’à en banaliser le contenu. Seulement, le succès de la manifestation

des forces sociales, syndicales et politiques de gauche contre ce « traité

austéritaire » et ce dont il témoigne comme début de prise

de conscience que ce qui se joue, c’est l’avenir des politiques en France et en Europe, la vie des peuples,

a changé la donne.

Hollande n’a rien renégocié

Le gouvernement, après l’avoir nié, a dû reconnaître que le traité signé par Sarkozy-Merkel n’a pas été renégocié

par François Hollande. Seul a été obtenu un pacte de croissance, dont la modicité des retombées pour la France,

4 à 5 milliards d’euros, montre sa portée plus que limitée. Aujourd’hui, pour convaincre, ou plutôt intimider,

le gouvernement n’hésite pas à utiliser l’antienne : c’est le traité ou le chaos. Ainsi est développée l’idée que voter

pour le traité, c’est soutenir la volonté de François Hollande de réorienter l’Europe, voter contre serait un échec

pour la France et donnerait le signal négatif d’une volonté de sortir de la zone euro. Pas moins.

Pas de sortie de la zone euro

Pourtant, il n’est pas une force de gauche présente au Parlement, ceux du Front de gauche ou d’Europe Écologie-

les Verts s’opposant à ce traité, pas un député de gauche, y compris ceux du PS qui s’apprêtent à voter non,

qui veuille sortir de la zone euro. Beaucoup, comme ceux du Front de gauche, le font au nom d’une autre conception

de l’Europe et refusent d’inscrire l’austérité dans le marbre d’une loi organique.

Tous les traités qui ont été adoptés depuis Maastricht en 1992, et le TSCG ne fait pas exception, ont construit l’Europe

libérale. Ce n’est pas une fatalité… la preuve !

  • A lire dans notre édition nos alternatives à l’austérité :
  1. Une banque centrale pour l’emploi et pas uniquement contre l’inflation
  2. Une politique expansive et non l’étranglement par la Règle d’or
  3. Mettre en place une surveillance des banques européennes
  4. L’Europe sociale indispensable pourtant toujours remise à demain
  5. Changer les traités pour s’émanciper des marchés
  6. Au lieu de torpiller la démocratie, associer enfin les peuples
  7. Le besoin d’institutions qui répondent aux intérêts populaires

Mais à qui profite le traité européen?

« Le succès de la mobilisation de dimanche conforte le « non » au Parlement », entretien

avec André Chassaigne (PCF-FdG)

Edito : Grosses ficelles, par Michel Guilloux

Matignon dément tout chantage pour convertir au oui les députés nonistes

« L’hostilité ne favorise pas un débat de productif », le point de vue de Noël Mamère, député EELV

Publié dans André Chassaigne, Assemblee nationale, Austerite, Europe Ecologie les Verts, F. Hollande, Front de Gauche, POLITIQUE, PS | Pas de Commentaires »

Pacte budgétaire européen : Manifestons notre NON !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 28 septembre 2012

 

Dans l’Humanité de ce vendredi :

une marche à monter contre le traité

 

Pacte budgétaire européen : Manifestons notre NON ! dans Austerite une-hq_9-212x300Édition spéciale de l’Humanité consacrée à la manifestation

contre l’austérité et pour un référendum sur le traité budgétaire

européen.

La marche nationale dimanche 
à Paris contre 
la ratification 


du TSCG se veut 
une démonstration de résistance aux logiques

libérales. 

Combien seront-ils, dimanche, d’empêcheurs de tourner en rond ? À l’heure où l’Élysée

comme Matignon entendent refermer au plus tôt la page du traité européen, pressés

qu’on ne leur impute plus une aggravation de la crise, voilà que la mobilisation nationale

contre « l’austérité permanente » étire le temps au contraire.

 

Collectifs locaux, rencontres, débats – la Fête de l’Humanité en a pris sa part – entendent poser les bonnes questions. Ci-contre,

l’Humanité apporte un florilège de réponses à tout ce qu’est le TSCG et que vous ne lirez guère ailleurs, quand 65 % des Français

sondés par Harris Interactive pour l’Humanité Dimanche se prononcent pour la consultation populaire.

« Il ne grave pas dans le marbre de la Constitution la règle d’or », dit Matignon. « Ce n’est pas une remise en cause des droits

du Parlement car l’article 13 réaffirme son rôle. La recherche de l’équilibre budgétaire, ce n’est pas nouveau puisque c’était déjà

dans le pacte de stabilité et de croissance de 1997 », argumente ainsi le député PS Jean-Christophe Cambadélis. Avant de lâcher :

« C’est un compromis. » Maastricht, déjà, en était un, et devait être le prélude à l’Europe sociale. On sait la suite.

Ce traité « est un crime contre la démocratie »

Dès lors, poursuivent les partisans du traité, « il semble difficile de voter contre la taxation sur les transactions financières, contre

la décision de la Banque centrale européenne du rachat des dettes des États de la zone euro, contre l’union bancaire et la supervision

des activités bancaires ou encore contre la stratégie de croissance amorcée dans le paquet budgétaire ». Sauf qu’aucun de ces points

n’a encore abouti, et qu’ils sont tous suspects à des titres divers ; ainsi Mario Draghi, le successeur de Jean-Claude Trichet à la BCE,

est passé par la banque d’affaires Goldman Sachs qui a camouflé les comptes grecs.

[Lire la suite sur humanite.fr]

Publié dans Austerite, France, l'Humanité, POLITIQUE, PS, Union europeenne | Pas de Commentaires »

L’appel des 100 écologistes contre le traité austéritaire

Posté par communistefeigniesunblogfr le 27 septembre 2012

 

L'appel des 100 écologistes contre le traité austéritaire   dans Europe Ecologie les Verts capture_0-300x1502

Paul Aries, la vie est à nous ! / Le sarkophage

 

Des militants écologistes proches du Front de gauche et d’EELV s’associent

pour prendre position contre la ratification du traité de stabilité budgétaire

européen et appeler à la manifestation nationale du 30 septembre.

Selon eux, le texte rendra impossibles toutes propositions et investissements publics

en faveur d’une politique d’écologie sociale.

 

Pour nous, militant(es) écologistes, la transition écologique et sociale ne peut en aucun cas passer par l’austérité

et la réduction des acquis sociaux, pas plus que la répartition des richesses ne peut attendre une improbable et

destructrice croissance du PIB. Il y a urgence !

Comment mener la transition écologique et parvenir à 60% de réduction des gaz à effet de serre en 2040 en se

contentant de « réguler » le marché européen des quotas carbone, en poursuivant les grands projets inutiles et

imposés, ou en laissant les choix d’intérêt général aux mains des multinationales de l’agro-business, de l’eau et

de l’énergie ?

Une véritable politique d’écologie sociale a, au contraire, besoin d’une intervention publique déterminée et

d’investissements forts, de services publics de l’eau, du rail et de l’énergie renforcés ! Or ces propositions

deviendraient impossibles à mettre en œuvre dans le cadre du TSCG qui impose la limitation des dépenses

publiques.

Or, ces dépenses, dès lors qu’elles sont réalisées au nom de l’intérêt général, devraient être considérées comme

des investissements : parce que nous n’avons pas de planète de rechange, la « solidarité » avec les générations

futures réside en réalité dans des investissements publics forts au service de la bifurcation écologique de la société.

La relocalisation de l’activité, la reconversion industrielle, le maintien des emplois et la création de nouveaux, le plus

grand gisement de «redressement productif» enfin, passe aujourd’hui par la transition énergétique et la révolution

écologique de notre société. Elle est incompatible avec l’austérité qu’implique le TSCG.

Pour toutes ces raisons, nous, militant(es) écologistes, 
Appelons toutes celles et ceux qui comprennent l’extrême

urgence de la transition écologique et sociale, à rejoindre la grande manifestation nationale du 30 septembre contre

le TSCG à Paris
 et appelons l’ensemble des parlementaires français à voter contre cette ratification.

Voir la liste des signataires sur lesarkophage.com

Vu sur Le Grand Soir

Publié dans Europe Ecologie les Verts, France, Front de Gauche, POLITIQUE | Pas de Commentaires »

3 millions de chômeurs : « rompre enfin avec la politique mise en œuvre par Sarkozy »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 27 septembre 2012

 

3 millions de chômeurs :

« rompre enfin avec la politique mise en œuvre par Sarkozy »

 

3 millions de chômeurs : « rompre enfin avec la politique mise en œuvre par Sarkozy » dans Chomage chomage-misere-e1290798026256-300x205Le cap des 3 millions de chômeurs, constitue une alerte

extrêmement grave. Et encore, ce chiffre  ne prend en

compte que les personnes n’ayant pas du tout travaillé

en France métropolitaine.

Au total, ce sont donc près de 5 millions de salariés

privés d’emploi que compte notre pays aujourd’hui,

DOM compris.

Ce désastre peut même tourner à la catastrophe si l’on ne rompt pas enfin et définitivement avec la politique

mise en œuvre par Sarkozy. Avec la flexisécurité et la recherche d’un « compromis historique » sur la baisse

du coût du travail et le recul du droit du travail, comme le demande le MEDEF au lieu de sécuriser l’emploi et

la formation et de faire reculer les coûts du capital (intérêts, dividendes…), on ne ferait qu’aggraver les difficultés

de l’emploi, l’insuffisance des qualifications et la faiblesse de la croissance.

Le TSCG, en condamnant à perpétuité les peuples à l’austérité, redoublerait en ce sens.

Les Français, le 6 mai dernier, n’ont pas voté pour cela.

De toute urgence, le gouvernement doit décréter un moratoire sur tous les plans sociaux pour la recherche

de solutions alternatives s’appuyant sur les contre-propositions des salariés. Il doit pousser à l’adoption d’une loi

sur l’interdiction des licenciements boursiers et accorder aux salariés des pouvoirs nouveaux pour réorienter

les choix de gestion. Il s’agit de mobiliser autrement l’argent des entreprises, des banques, des fonds publics et

réorienter la BCE pour une utilisation de la monnaie et du crédit favorisant la création, la sécurisation, la promotion

de l’emploi, de la formation et des revenus du travail et de remplacement.

Communiqué du PCF – 26 septembre 2012

Lire également :

sur actuchomage.org : La France découvre, horrifiée, ses 3 millions de chômeurs

Publié dans Chomage, France, PCF, SOCIAL | Pas de Commentaires »

1234
 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy