• Accueil
  • > Recherche : travail enfants monde

Résultats de votre recherche

Des milliers de manifestants à Paris en soutien aux Goodyear

Posté par communistefeigniesunblogfr le 6 février 2016

 

    « Nous sommes tous condamnés à agir »

 

CaptureGoodyearParis2capture d’écran

 

  Des milliers de manifestants à Paris,

  plus de 80 rassemblements en France :

  partout, les militants et citoyens ont

  exprimé, jeudi, leur indignation

  face à la condamnation des Goodyear

  et clamé haut et fort que l’engagement

  n’est pas un crime.

 

Capuches relevées, chasubles rouges CGT tachetées d’autocollants de combat, des milliers de militants

et citoyens ont convergé, jeudi, sous la pluie, place de la Nation à Paris, pour défendre les huit ex-salariés

de Goodyear condamnés à 24 mois de prison, dont 9 ferme, pour avoir retenu des cadres de leur entreprise

pendant 30 heures. « Nous sommes d’abord là pour les Goodyear mais aussi pour défendre les libertés

syndicales attaquées de toutes parts. »

Christophe Couvreur est lui aussi dans le combat. Depuis l’annonce en début de semaine de la fermeture

du laminoir Vallourec de Saint-Saulve (Nord) et de 300 licenciements, qui se rajoutent au PSE déjà annoncé,

ce représentant syndical CGT multiplie les actions : « On dénonce l’achat d’un laminoir en Chine avec l’argent

public de la BPI (Banque publique d’investissement – NDLR) et la fermeture des sites en France. Et l’ambiance

générale qui se durcit, les décisions stratégiques qui sont prises en dehors des salariés et de leurs représentants. »

[...]

À Paris, la foule se rassemble autour des salariés condamnés

La foule se fait plus dense quand la musique s’arrête et que les huit condamnés de Goodyear montent

sur la scène, érigée pour l’occasion. Mais avant qu’ils ne s’expriment, plusieurs responsables dénoncent

la criminalisation de l’action syndicale, tout en égrenant un chapelet d’injustices :

♦ Jawad Mahjoubi, secrétaire général CGT de la mairie de Longwy (Meurthe-et-Moselle), évoque la lutte des agents

depuis plus d’un an contre la nouvelle organisation du travail ;

♦ Frédéric Villemin, de Start People, sa convocation à un entretien préalable pour avoir soutenu ses camarades

de La Poste en grève ;

♦ Laura Pfeiffer, l’inspectrice du travail de Tefal condamnée pour « avoir osé saisir les syndicats de son ministère » ;

♦ les 35 salariés d’ID logistics licenciés « pour avoir dit non » ; les Air France…

Acclamé, Mickaël Wamen, l’un des 8 condamnés de Goodyear, entouré de ses enfants, prend enfin la parole,

rappelant les sept ans de lutte, les sept plans sociaux rejetés, les heures de garde à vue, pour finir

par cette « première condamnation de syndicalistes à de la prison ferme depuis la Ve République ».

Pour lui, l’action d’aujourd’hui doit lancer l’union, la convergence des luttes, « tout le monde au même endroit,

le même jour, pour la même cause », et pourquoi pas dès le 27 mai, lorsque les salariés d’Air France seront

convoqués au tribunal.

Cliquer sur l’image ci-dessous pour voir la vidéo :

Goodyear. « On ne peut plus laisser faire ce gouvernement »

CaptureGoodyearParis1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Plus d’attentisme devant l’urgence de la situation : « On est tous condamnés à agir. »

Le secrétaire de la CGT Philippe Martinez lui répond : « Les mobilisations doivent converger

et donner du sens à notre slogan : “Tous ensemble”. »

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Publié dans ECONOMIE, France, Luttes, SOCIAL, Solidarite | Pas de Commentaires »

Le travail des enfants (photos, dossier)

Posté par communistefeigniesunblogfr le 14 août 2015

 

25 vieux clichés saisissants du travail des enfants vu par Lewis Hine

 

hine_lewis_paris_gamin-web

 

 

  Lewis Hine est sans doute le photographe américain

  le plus important de l’âge industriel.

  Pionnier dans la photographie « sociale » ses clichés

  des ouvriers sur l’Empire State Building ont notamment

  fait le tour du monde.

  Mais Lewis Hine est aussi réputé pour avoir donné

  un visage à ces milliers d’enfants qui travaillaient

  dès le plus jeune âge avant l’abolition.

 

Lire la suite et voir les photos sur mrmondialisation.org

 

 

 

 

Ces clichés n’ont rien de vieux pour certains endroits du monde. Le travail des enfants est toujours d’actualité

pour des millions d’entre-eux.

 

8€/mois pour du t-shirt. Il photographie le travail des enfants…

 

artlimited_img66426-e1418629125134-920x593

 

 

  On estime que 168 millions d’enfants travaillent

  actuellement dans le monde (source).

  Même si c’est moitié moins qu’en 2000, c’est encore

  beaucoup trop. Certains d’entre eux réalisent

  des travaux particulièrement dangereux

  sans la moindre protection légale.

 

 

Un photographe du Bangladesh va se pencher sur cette réalité qui frappe son pays.

« Pour abolir le travail des enfants, vous devez le rendre visible. », c’est l’adage de GMB Akash, un photographe

bangladais concerné par les injustices subies par les enfants de son pays.

Abolir ne suffit pourtant pas toujours. Au Bangladesh, le travail des enfants est interdit depuis 1992.

Mais sur le terrain, la réalité est tout autre. Akash va voir lors d’un reportage un enfant de 12 ans se faire battre

car il était trop lent à la confection d’un t-shirt…

[Lire la suite et voir les clichés sur mrmondialisation.org]

 

 

Publié dans Pauvrete, Photographie | Pas de Commentaires »

Alexandre de Juniac, PDG d’Air France, prêt à remettre en cause tous les acquis sociaux, y compris l’interdiction du travail des enfants !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 25 mars 2015

 

Quand Alexandre de Juniac, PDG d’Air France-KLM,

remet en cause l’interdiction du travail des enfants !

 

CapturedeJuniac  capture d’écran

  Denis Quillard

  C’est une vidéo assez hallucinante que vient de dénicher

  Mediapart. On y voit Alexandre de Juniac se prononcer,

  lors des rencontres patronales de Royaumont les 6 et

  7 décembre 2014, sur les acquis sociaux. Sans vergogne,

  le PDG d’Air France – KLM s’en prend aux 35 heures,

  à l’âge de la retraite, et semble même remettre en question

  l’interdiction du travail des enfants.

  Une intervention d’un mépris crasse dont le timing laisse

  songeur, alors que la compagnie traverse une crise profonde.

 

En demandant à de Juniac de prendre la parole sur le thème « les acquis sociaux face aux enjeux mondiaux »,

les organisateurs de cette petite surboum patronale à laquelle assistait le président du Medef Pierre Gattaz

n’ont pas fait les choses au hasard. Probable qu’ils se doutaient qu’ils auraient affaire à un bon client,

qu’il y aurait même moyen de rire un peu. Pari gagné.

Pendant plus de 20 minutes, de Juniac régale son auditoire. La mine gourmande, le numéro 1 du groupe aérien

semble oublier l’existence des caméras, et enchaîne les déclarations décomplexées. Les acquis sociaux ?

Tout cela est « très flou ». Les 35 heures ? « La durée du temps de travail, qui paraît-il est un acquis social,

qu’est-ce que cela veut dire ? ». L’âge de départ à la retraite ? « Est-ce que cela a un sens ? ».

L’œil vitreux (de Juniac est intervenu après le déjeuner), il embraye ensuite sur le sujet de l’interdiction

du travail des enfants. Une interdiction dont le bien fondé semble douteux au président d’Air France – KLM :

« On a d’abord interdit aux enfants de moins de huit ans de travailler, puis l’interdiction a été portée à douze ans,

puis à seize. (…) Qu’est-ce que c’est qu’un enfant ? Est ce qu’il faut les faire travailler, pas travailler ? Pas sûr ».

Mais le comble est atteint lorsque de Juniac, évoquant la concurrence à laquelle sa compagnie doit faire face

dans un monde globalisé, raconte une anecdote qu’il trouve manifestement croustillante :

« Comme le disait mon homologue de Qatar Airways hier à propos de la grève, “M. de Juniac, chez nous,

ce ne serait pas possible, on les aurait tous envoyés en prison” ». Salve d’applaudissements dans la salle.

Le Qatar érigé en exemple, pays où comme le rappelle Mediapart, « les salariés émigrés, traités comme des esclaves,

meurent par tombereaux sur les chantiers ».

[Lire la suite sur Le Grand Soir]

Cliquer sur l’image ci-dessous pour voir la vidéo

CapturedeJuniac1

 

Publié dans droit du travail, France, Le Grand Soir, Liberalisme, SOCIAL | Pas de Commentaires »

Être fidèle à Jean Jaurès

Posté par communistefeigniesunblogfr le 31 juillet 2014

 

                      Être fidèle à Jean Jaurès

 

huma3107

 

 

Par Patrick le Hyaric, directeur de l’Humanité :

« dans son éditorial fondateur de l’Humanité ,

Jaurès exposait une conception neuve

de la presse, faisant du peuple, de ses combats

et de ses espoirs, de sa soif de connaissances

et de culture, le cœur du journal. Aujourd’hui

encore nous voulons relever ce redoutable défi

de « donner à toutes les intelligences libres

les moyens de comprendre et de juger

par elles-mêmes les événements du monde » ».

 

 

 

En ce centième anniversaire de l’assassinat de Jean Jaurès, « ce héros mort au-devant des armées »,

une longue procession de personnalités, habituées à le citer à la fin des banquets, de récupérateurs,

de manipulateurs de sa pensée, se déploie dans la grande sphère médiatique, bien loin des idéaux

du fondateur de l’Humanité et député du Tarn. Beaucoup font semblant de le pleurer pour mieux

continuer à encenser Clemenceau tout en se retrouvant le plus souvent du côté des fauteurs

de guerres aux quatre coins du monde. Jaurès, lui, jusqu’à son dernier souffle, aura tout fait pour éviter

le déclenchement de cette boucherie qu’a constituée la Première Guerre mondiale. Il n’aura cessé

de montrer qu’elle n’était motivée que par des volontés de domination impérialiste, l’appât de gains

financiers et la conquête de territoires.

Ceux qui, au sommet de l’État, ont eu cette idée saugrenue d’honorer en un seul jour

tous les morts pour la France nourrissent toutes les confusions. Comment, en effet, commémorer

dans le même élan le sanglant et absurde carnage de 1914 et le conflit où les démocrates durent

à la fin des années 1930 affronter « la bête immonde » du nazisme ?

À tout confondre, on brouille sciemment les repères, on perd la France et on égare nos concitoyens.

Les mêmes dirigeants français qui, au gré des fades alternances, ont accepté l’affiliation de l’Union

européenne à l’OTAN et rétabli notre pays dans le commandement intégré de cette machine de guerre,

qui ont poussé à des aventures militaires hasardeuses, n’ont tenu aucun compte de ce fulgurant message

de Jaurès lancé à la face du monde : « Donner la liberté au monde par la force est une étrange entreprise

pleine de chances mauvaises. En la donnant, on la retire. »

Et que dire de cette attitude présidentielle qui tourne le dos au meilleur de l’action de la France

quand elle transforme l’occupation militaire israélienne et la colonisation en un banal « conflit de voisinage »,

qui établit une aberrante symétrie entre Israéliens et Palestiniens, cachant cette donnée fondamentale :

il y a là-bas un colonisateur et une population qui subit la violence de la colonisation. La France de Jaurès

agirait avec énergie à partir des résolutions des Nations unies pour faire taire d’urgence le fracas

des bombes qui tuent dans leur lit et dans les écoles les enfants palestiniens.

Au-delà, la France de Jaurès travaillerait sans relâche à la réunion d’une conférence internationale

pour la justice et la paix au Proche-Orient, pour placer le peuple Palestinien sous protection internationale

et pour permettre l’existence de deux États ; un pour les Palestiniens dans les frontières de 1967

avec Jérusalem-Est comme capitale, l’autre pour les Israéliens leur garantissant le droit légitime à la sécurité.

[Lire la suite]

 

Publié dans l'Humanité, POLITIQUE | Pas de Commentaires »

Israël : des « refuzniks » refusent d’être complices

Posté par communistefeigniesunblogfr le 30 juillet 2014

 

En Israël, des « refuzniks » refusent d’être complices

 

Rosa Moussaoui  - 30 Juillet 2014

 

refuzniks1   Mardi encore, à Haïfa, des pacifistes manifestent

  contre la conscription militaire en exigeant la « fin de l’occupation »,

  « arrêtez de tuer des enfants », « retour des soldats ».

Crédit : Rami Shlush

  Appelés ou réservistes, les objecteurs

  de conscience dénoncent les crimes de guerre

  perpétrés à Gaza.

 

Dans une société très militarisée, les nationalistes et l’extrême droite les traitent de

« terroristes » à la solde des « Arabes ».

Haïfa (Israël), envoyée spéciale  Ce soir, Udi dormira en prison. Ainsi en a décidé le commandant

du centre de recrutement de l’armée qui a prononcé la sanction contre le jeune homme de dix-neuf ans,

objecteur de conscience. Le jour de son incarcération, plusieurs dizaines de « refuzniks » sont venus

soutenir Udi Segall devant le tribunal d’Haïfa, brandissant des pancartes contre la guerre,

clamant leur refus de prendre part au massacre en cours dans la bande de Gaza.

Tous sont très jeunes, à peine sortis de l’enfance. Dès la sortie du lycée, les jeunes Israéliens doivent

passer par la case d’un long service militaire, trois ans au minimum pour les garçons, vingt-deux mois

pour les filles.

reforme3   Udi Segal pendant la manifestation à  Haifa, lundi dernier.

  A gauche, Benjamin Gonen, le leader communiste.

  (Photo: Al Ittihad) – Source

  Udi n’a jamais pu se résoudre à cette idée.

  Moins, encore, depuis que sa rencontre

  avec des Palestiniens de Cisjordanie a bouleversé

  sa vision du conflit. « Les terroristes, ce sont ceux

  qui tuent des enfants à Gaza. J’espère que nous serons

  de plus en plus nombreux à refuser d’être complice

de ces crimes », tranche-t-il.

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

« Les refuzniks sont souvent objecteurs de conscience, pacifistes ou refusent de combattre dans les territoires occupés.

D’autres, souvent pour des raisons personnelles (études, travail…etc) préfèrent également se soustraire à cette obligation.

C’est un mouvement important, qui se développe fortement, bien que l’objection soit mal acceptée dans ce pays »,

écrivait en 2009 le photographe Martin Barzilai, qui a réalisé une galerie de portraits de ces jeunes objecteurs

de conscience. (source)

Cliquer sur l’image pour voir la vidéo

refuzniks

 

Publié dans Israel | Pas de Commentaires »

Pour les retraités comme pour les salariés, vivre c’est lutter (manif du 3 juin)

Posté par communistefeigniesunblogfr le 31 mai 2014

 

Quand la retraite donne des ailes pour lutter

 

cgt retraites

  Le 3 juin, les retraités manifestent pour leurs droits

  et « pour ne pas laisser à ceux qui suivent un monde

  toujours plus injuste ».

  Déjà mobilisés le 1er Mai et lors des journées d’action

  contre l’austérité, ils refusent plus que jamais d’être

contraints à se serrer toujours plus la ceinture.

 

À la pêche, multipliant les allers et retours sous les tropiques, gâteaux, voire gâteux, devant

leurs petits-enfants… Les clichés concernant les retraités ont la peau dure qui les dépeignent

comme des privilégiés échappant aux vicissitudes de la vie, et pire comme des assistés. Une image

construite à dessein afin de faire passer la pilule des mesures d’austérité qui les frappent sous l’air

d’« ils peuvent bien faire un effort ». « C’est insupportable et insultant de se faire traiter de privilégié »,

s’insurge Bruno Loridan, 82 ans, boucher à la retraite depuis 1993. « Je ne l’ai pas volée, ma retraite.

J’ai travaillé près de 45 ans, un beau métier mais des conditions de travail difficiles. Et après cette vie

de labeur, je touche 1 231,46 euros de retraite de la Sécurité sociale », raconte ce Nordiste établi

aujourd’hui à Hem. « Avec la complémentaire et la petite pension de ma femme, cela nous fait

2 100 euros de revenu mensuel », poursuit le retraité qui « refuse de se plaindre » mais qui trouve

que « c’est un peu juste surtout si un jour on doit faire face à la maladie ou à la dépendance ».

À 65 ans, Colette Chastagnol ne mène pas non plus la grande vie. L’ex-magasinière de l’éducation

nationale touche 1 400 euros de pension. « Je vis dans un petit deux-pièces à Paris. Quand j’ai tout

payé, il me reste à peine 500 euros pour me nourrir, les vêtements et les loisirs. » Colette part

rarement en vacances et jamais à l’autre bout du monde. « Je n’ai pas les moyens », glisse-t-elle

en rigolant. Elle s’inquiète surtout des imprévus. « Les soins dentaires sont très mal remboursés.

Dernièrement, j’ai eu une facture de 1 000 euros. Cela pèse beaucoup sur mon petit budget.

Ce qui m’inquiète, c’est l’avenir. C’est rare qu’en vieillissant, la santé aille en s’améliorant. »

POUR COLETTE, BRUNO, JEAN-PIERRE, DONT LES RETRAITES PLAFONNENT À 1 400 EUROS,

« C’EST AUX ACTIONNAIRES DE SE COLLER AUX EFFORTS ».

[...]

LE GOUVERNEMENT MALTRAITE LES RETRAITÉS

Il est bien loin le temps où le PS s’opposait à la réforme des retraites de Nicolas Sarkozy,

qui en 2010 a reculé l’âge de la retraite de 60 à 62 ans. Élu président, François Hollande a vite

oublié sa promesse de la remettre en cause. Il n’a rétabli le droit à la retraite à 60 ans

que pour les carrières longues. Une décision à l’ampleur vite restreinte puisque dans le même

temps la durée de cotisation a été portée de 41,5 à 43 annuités (pour les salariés nés à partir

de 1973), ce qui interdira, dans les faits, à de nombreux salariés tout départ à la retraite avant 65,

voire 67 ans.

Les retraités comptent aussi parmi les principales victimes du plan d’austérité de Manuel Valls.

Son plan d’économies de 50 milliards d’euros prévoit le gel des retraites de base pour les pensions

égales à 1 200 euros et plus. Une décision qui vient s’ajouter au blocage du niveau

des complémentaires. Une très mauvaise nouvelle qui s’ajoute à la hausse de la TVA

et à l’augmentation des impôts générée par la suppression de la demi-part fiscale pour les retraités

veufs ou divorcés ayant élevé un enfant.

[...]

[Article complet sur humanite.fr]

Publié dans Austerite, ECONOMIE, France, Luttes, Pouvoir d'achat, RETRAITES, SOCIAL | Pas de Commentaires »

8 mars – Manifestons partout pour les droits des femmes !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 7 mars 2014

 

8 mars – Manifestons partout pour les droits des femmes !

 

Appel du CNDF signé par le Parti de Gauche, le PCF et le FDG féministe

 

capture_decranF8mars  Non, pour les droits des femmes, la vie n’est

  pas un long fleuve tranquille. 

  Comme d’habitude, en période de crise, ce sont

  nos droits qui sont les premiers remis en cause :

  attaques tous azimuts contre les ABCD de l’Égalité,

  campagnes de retrait de l’école contre une pseudo

  théorie du genre qui ferait florès, recul sur la PMA,

  volonté de certains députés de dérembourser

  l’avortement, critiques contre la suppression

de l’état de détresse pour l’IVG, etc.

 
Ces forces réactionnaires prônent la « complémentarité des sexes » en vertu d’un supposé ordre naturel : maman met au monde les enfants, s’en occupe à la maison, assume l’ensemble des tâches ménagères, éventuellement va un peu travailler pour gagner un misérable salaire d’appoint. Papa est M. Gagnepain et garantit les revenus du foyer.
 
Ce qu’ils refusent dans le projet « ABCD de l’égalité », c’est la lutte contre les inégalités filles/garçons, l’explication que ces inégalités ne sont pas données à la naissance mais totalement construites par la société. Une conception de la famille vieille de plus de 50 ans, d’avant le MLF contemporain !
*

PARCE QUE CES FORCES SONT POUR UNE SOCIÉTÉ INÉGALITAIRE, IMMUABLE,

OÙ CHACUN RESTE À SA PLACE. ET POUR LES FILLES, LES FEMMES, LA PORTION CONGRUE….

 

Ils sont rejoints idéologiquement par une extrême–droite nauséabonde, antisémite et raciste, qui relève la tête partout en Europe et qui se fait fort d’en finir avec les droits des femmes, des lesbiennes et des gays. La volonté de supprimer le droit à l’avortement en Espagne en est une illustration.
*
Le gouvernement capitulerait-il devant eux pour de sordides calculs électoraux ? : enterrement de la PMA, suppression du mot genre des circulaires, manuels et livres de l’Éducation Nationale, renvoi de la loi famille aux calendes grecques. Cependant, Jean Marc Ayrault prête dès à présent une oreille attentive aux revendications des masculinistes sur la résidence alternée. Il veut donner satisfaction aux 10 hommes juchés sur des grues face aux milliers de femmes divorcées et/ou victimes de violences conjugales.
 
Où sont les convictions de cette gauche-là ?
*

Publié dans Droits des femmes, Front de Gauche, Luttes, Parti de gauche, PCF, POLITIQUE, SOCIETE | Pas de Commentaires »

Sébastien Sihr (SNUipp-FSU) : « Il faut revoir la copie des rythmes scolaires »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 3 octobre 2013

 

ÉDUCATION

Sébastien Sihr : « Il faut revoir la copie des rythmes scolaires »

 

Sébastien Sihr (SNUipp-FSU) : Capture d’écran

Mis en place dans seulement 20 % des communes,

les nouveaux rythmes scolaires peinent à convaincre.

Sébastien Sihr, du SNUipp-FSU, propose

des améliorations concrètes.


Premier syndicat du primaire, le Snuipp-FSU a lancé une pétition pour « réécrire » le décret

sur les rythmes scolaires. Sébastien Sihr, son secrétaire général, s’en explique.

Pourquoi cette pétition ?

Sébastien Sihr. Parce que la réforme ne répond pas à plusieurs objectifs essentiels : l’égalité

de l’offre périscolaire, aujourd’hui fortement malmenée ; l’adhésion des parents et des enseignants,

visiblement absente ; la possibilité de s’adapter aux réalités locales, encore insuffisante.

Résultat : seulement 20 % des communes ont choisi de se lancer dès 2013. C’est très peu.

Les premières semaines d’application montrent aussi des difficultés réelles. Il faut donc se remettre

autour de la table.

Des ajustements seront-ils suffisants ou la question d’une suspension de la réforme

se pose-t-elle ?

Sébastien Sihr. Non, ce n’est pas d’actualité. Il faut penser aux parents qui se sont organisés

pour ce passage à quatre jours et demi d’école. On ne peut pas leur dire maintenant qu’on arrête tout.

Idem pour les communes qui ont embauché des animateurs pour l’année.

Alors comment l’améliorer ?

Sébastien Sihr. Il y a trois axes forts. D’abord, l’adhésion. Nous plaidons pour que l’avis du conseil

d’école soit obligatoirement pris en compte. Cela permettra de trouver un consensus entre élus,

parents et enseignants sur les horaires d’ouverture, la durée de la pause du midi ou le contenu

des activités périscolaires.

Deuxième point, les possibilités de dérogation. Les neuf demi-journées d’école nous semblent plus

être une charge qu’une opportunité d’avancer. Pourquoi ne pas développer des modèles qui fonctionnent,

comme à Poitiers ou à Toulouse, où on a libéré un mercredi matin sur trois ? Les enseignants y utilisent

ce temps pour travailler en équipe et cela permet de ne pas trop surcharger les communes

avec le périscolaire. Autre possibilité : concentrer ces activités sur une après-midi par semaine,

ce qui évite un morcellement

préjudiciable à leur qualité.

Troisième point : l’égalité. Elle n’était guère assurée avant la réforme, elle l’est encore moins après.

Surtout parce qu’on ne sait pas si les fonds censés accompagner la réforme seront pérennisés

après 2014. Le gouvernement doit clarifier sa position.

[Lire la suite sur humanite.fr]

Entretien réalisé par Alexandre Fache

Rythmes scolaires : le stress comme matière principale

Peillon piégé par les rythmes scolaires

 

Lire également :

 

Publié dans Education nationale, FSU, SNUipp, SOCIETE | Pas de Commentaires »

Le Rom et la France – Exposition – Basta !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 27 septembre 2013

 

EXPOSITION

                             Le Rom et la France

 

Le Rom et la France - Exposition - Basta ! dans Discriminations expo-300x234Ivan du Roy  (27 septembre 2013)

Qu’est-ce qu’un Rom ? Quel est son mode de vie ?

Comment le reconnaître ? A-t-il une morphologie

particulière ? Une exposition « Le Rom et la France »

pourrait être organisée le 23 mars 2014, sous le haut

patronage de plusieurs personnalités politiques

spécialistes du sujet : Marine Le Pen bien sûr,

mais aussi Manuel Valls, Nathalie Kosciusko-Morizet,

Anne Hidalgo, Rachida Dati ou Michel Destot.

Basta ! vous livre en exclusivité un avant-goût du contenu probable de cet événement sur le péril Rom.

Attention à ne pas vomir.

Le 23 mars 2014, une exposition ouvrira ses portes simultanément dans toutes les villes de France.

L’exposition attirera beaucoup de visiteurs, notamment des enfants, à qui l’on expliquera « ce qu’est un Rom ».

Car les Roms ont des « modes de vie extrêmement différents des nôtres » (Manuel Valls, ministre de l’Intérieur, PS).

Le Rom vit dans une caravane, comme l’a révélé le scoop de Valeurs Actuelles. Quand il ne se déplace pas

en « flux de population », le Rom et ses congénères se regroupent de manière « anarchique » dans « des camps »

– pas des bidonvilles – ce qui « engendre des situations de tensions terribles » (Michel Destot, maire PS de Grenoble).

Une fois sa cabane installée, le Rom exerce « des commerces illégaux, la mendicité des enfants, la prostitution »

(Francis Chouat, maire PS d’Evry).

Les « bandes de Roms » se servent de leur camp comme base arrière pour « dépouiller » la population,

en particulier parisienne, que le Rom « harcèle beaucoup » (Nathalie Kosciusko-Morizet, députée, UMP).

Car le Rom complote pour transformer la capitale en « un campement géant », où il pourra ainsi s’adonner

massivement à la « mendicité agressive » et à la « prostitution » (tout cela n’existait pas avant l’arrivée du Rom),

via des « réseaux criminels de délinquance à l’échelle européenne » (Anne Hidalgo, maire adjointe de Paris, PS)

Car le Rom est fourbe. Grouillant dans la capitale, il « s’agrippe aux cartables des enfants » et exerce

« un véritable harcèlement à la sortie des écoles » (Rachida Dati, maire du 7ème arrt de Paris, députée

européenne, UMP).

La question Rom concerne autant la France urbaine que rurale.

A la campagne, le Rom vole canards, chèvres et autres volailles. Le Rom menace « le respect de la propriété

en France ». Avec ses congénères, ils constituent des « populations qui sont en train de piller tout ce qu’il y a

autour d’elles » (Régis Cauche, Maire UMP de Croix, dans le Nord).

Le Rom pratique dans nos campagnes la politique de la terre brûlée, laissant dans son sillage des « animaux volés

et égorgés, avec ces têtes de chevaux jetées le long des grillages, où elles pourrissent ensuite… »

(Marine Le Pen, FN)

Le Rom fait vivre « un véritable enfer » aux Français. Le Rom menace la France de « guerre civile »

(Marine Le Pen, FN).

Ce qui démontre encore davantage sa fourberie puisque le Rom ne représente que 0,003 % de la population.

Si les Roms ne « ne sont pas tous des voleurs » (Marine Le Pen), les bons Roms ne sont qu’une « minorité »

et il « est illusoire de penser qu’on règlera le problème des populations roms à travers uniquement l’insertion »

(Manuel Valls).

En conséquence, « il faut mettre un terme à l’hémorragie rom en France » (Serge Godard, maire PS

de Clermont-Ferrand)

Et « L’Union européenne doit trouver la solution de ces flux de populations » (Michel Destot, maire PS de Grenoble)

Parce que finalement, « Hitler n’en a pas peut-être pas tué assez… » (Gilles Bourdouleix, maire de Cholet

et député ex-UDI).

Voilà ce qu’est un Rom si l’on met bout à bout l’ensemble des déclarations de politiques ces dernières semaines. [1]

Un concours est lancé pour actualiser l’affiche de la dernière exposition de ce type, organisée à Paris en 1941.

Ivan du Roy

Notes

[1] Citation de Manuel Valls, Citations de Michel Destot, Francis Chouat et Serge Godard, Citations de NKM,

Citations de Anne Hidalgo, Citations de Rachida Dati, Citation de Régis Cauche, Citations de Marine Le Pen,

Citation de Gilles Bourdouleix.

Cet article vous a intéressé ? Basta ! a besoin de ses lecteurs
pour poursuivre son travail, faites un don.

Creative Commons License

Lire également :

Mediapart.fr : Dossier : Les Roms en France

DEI-France, juin 2013, Note d’alerte à la DIHAL sur la situation des enfants Roms ou vivant

dans des bidonvilles sur le territoire

Évacuations de Roms : des niveaux jamais atteints !

 

Publié dans Discriminations, F-Haine, France, PS, Racisme - Xenophobie, SOCIETE, UMP | Pas de Commentaires »

L’esclavage, un fléau qui perdure en France et en Europe

Posté par communistefeigniesunblogfr le 11 mai 2013

 

  • Esclavage domestique, pratique d’un autre temps

 

L'esclavage, un fléau qui perdure en France et en Europe dans SOCIETE esclavage-modernePar Anna Piekarec

*

L’esclavage a été aboli il y a 165 ans. Pourtant, selon le dernier

rapport du département d’État américain, vingt-sept millions

de personnes, dont près de six millions d’enfants, subissent

aujourd’hui la servitude dans le monde. Aucun pays n’est épargné

et le phénomène persiste aussi en France.

 

 

L’esclavage moderne comprend différents aspects :

exploitation sexuelle, travail forcé, mendicité contrainte, exploitation domestique. Cette dernière forme

d’esclavage est la plus secrète, car elle est pratiquée au sein des foyers, bien à l’abri des regards extérieurs.

[Lire la suite sur rfi.fr]

Ecouter le Grand reportage de RFI sur le même thème, en cliquant ici

 

  • L’esclavage domestique en France

 

esclavage-moderne3 esclavage domestique dans SOCIETE

Au 21ème siècle, l’esclavage domestique existe en France.

Il touche des enfants, des jeunes filles et des femmes,

et plus rarement de jeunes garçons ou des hommes.

Le Comité contre l’esclavage moderne a aidé des centaines

de personnes à sortir de situations d’asservissement.

Elles ont parfois duré de nombreuses années.

Ces victimes viennent en général de l’étranger,

d’Asie et d’Afrique principalement, espérant trouver

en France une vie meilleure. Il est très difficile d’estimer

le nombre de victimes dans l’Hexagone, car les faits se déroulent dans le huis clos des domiciles. 

Contrairement aux idées reçues, ces drames existent dans tous les milieux sociaux.

Le mot « esclavage domestique » fait souvent penser aux diplomates et aux nababs. C’est largement

inexact : si 20% des victimes aidées par le Comité contre l’esclavage moderne ont été asservies

dans le monde diplomatique ou les beaux quartiers, ces drames sont aussi présents dans les pavillons

de banlieue ou les grands ensembles des quartiers défavorisés.(Photo Marie Dorigny /Le Monde)

[Lire la suite sur esclavagemoderne.org]

 En Europe, la forme la plus connue de traite des êtres humains est la prostitution forcée.

Les victimes – femmes et enfants – sont originaires d’Europe Centrale et des pays de l’Est,

mais aussi d’Asie et d’Afrique. Leur vulnérabilité est très importante en raison de la pauvreté,

l’exclusion, les discriminations et les situations irrégulières au regard des législations des pays

d’arrivée. Mais le travail forcé, l’asservissement des domestiques et la mendicité forcée

sont aussi présents. (source : esclavagemoderne)

 

Publié dans SOCIETE | Pas de Commentaires »

12345...7
 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy