• Accueil
  • > Recherche : travail du dimanche

Résultats de votre recherche

La loi Macron, c’est le contraire de la modernité

Posté par communistefeigniesunblogfr le 11 février 2015

 

Rassemblement à la Madeleine du 10 février

CaptureCGT loiMacron

 

Image de prévisualisation YouTube

MyCGTsur youtube

Les fédérations CGT du Commerce et des Services, des Ports et Docks, l’union régionale CGT d’Ile-de-France ont organisé un rassemblement place de la Madeleine à Paris ce 10 février. Entre les grands magasins et l’Assemblée nationale où se termine l’examen du projet de loi Macron, les salariés du commerce de Paris sont venus réaffirmer leur opposition à l’extension du travail du dimanche et aux nocturnes. Ils ont aussi réaffirmé leur attachement aux droits collectifs et individuels, notamment à la prud’homie mise à mal par le projet tentaculaire du ministre de l’Économie.
Lors de ce rassemblement, le nouveau secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez a rencontré notamment ces femmes salariées des grands magasins des Champs Elysées à la pointe du combat contre le travail de nuit.

Lors de ce rassemblement, il a affirmé que « le projet de loi Macron est le contraire de la modernité. La modernité c’est de pouvoir profiter de sa famille, de ses amis, de pratiquer des activités dans la vie associative. Mais il faut pour cela augmenter les salaires, permettre aux salariés de consommer pour redresser l’économie et réduire le temps de travail. »

Publié dans CGT, ECONOMIE, France, Liberalisme, Luttes, SOCIAL | Pas de Commentaires »

Loi Macron, pour nous c’est NON !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 4 février 2015

 

      Appel : Loi Macron, pour nous c’est non !

 

-

  117 élus, syndicalistes, intellectuels et responsables

  associatifs, ont signé cet appel pour que la loi Macron,

  « Pour la croissance et l’activité » ne  soit pas votée

  et soit retirée.

  La loi dite loi Macron, « Pour la croissance et l’activité », 

  dont le projet va être présenté au Parlement, est censée

  casser « les rigidités » qui bloqueraient l’économie française.

Les dispositions de la loi ont un fil directeur : « ce qui est bon pour le patronat est bon pour l’économie »,

quelles qu’en soient les conséquences pour les salariés. Cette loi est le complément du pacte

de responsabilité dont les prétendues contreparties se sont révélées des illusions. Elle participe

d’une tendance générale dans l’Union européenne au moins-disant social. La stagnation, voire la baisse,

des salaires et des pensions, les coupes massives dans les dépenses publiques pèsent sur la demande

globale et donc sur l’activité des entreprises. Ces dernières préfèrent verser de confortables dividendes

à leurs actionnaires plutôt qu’investir.

*
bon-macron

  Avec l’extension du travail du dimanche,

  de surcroît sans obligation légale

  de majoration salariale,

  et avec le maquillage outrancier

  du travail de nuit en travail de soirée,

  les conditions de travail des salariés

  sont attaquées.

  Une fois de plus les premières victimes

  en seront les femmes.
 

 

Avec la réforme du tribunal des prud’hommes qui renvoie des procédures devant des juges

professionnels, ce sont les droits des salariés qui sont remis en cause.

Avec la dépénalisation du délit d’entrave, ce sont les employeurs qui sont protégés, pas les salariés.

Et désormais, si le tribunal administratif annule un plan social en raison d’insuffisance de motivation,

les licenciements ne seront plus invalidés et les salariés ne seront plus indemnisés.

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Filoche démolit Macron

Publié dans France, POLITIQUE | Pas de Commentaires »

Travail du dimanche : L’ultralibéral Macron revient à la charge

Posté par communistefeigniesunblogfr le 19 janvier 2015

 

  Macron s’acharne sur le travail le dimanche

 

Gérald Rossi – 19 Janvier 2015 – L’Humanité

 

Travail_dimanche4

Devant la commission spéciale,

ce week-end, le ministre de l’Économie

a encore défendu l’ouverture dominicale

des commerces au moins douze fois

par an, suscitant des critiques à gauche.

Décontracté, il avait même tombé la veste,

le ministre de l’Économie était bien au boulot

hier matin, devant les députés de la commission

spéciale chargée de se prononcer

sur les 106 articles du texte qu’il pilote

et les 1 758 amendements déposés.

Argumentant que « aujourd’hui, 30 % des salariés travaillent le dimanche » et que les sites de vente

en ligne des grands magasins parisiens comme Le Printemps ou encore le groupe international

Amazon réaliseraient 20 % de leur chiffre d’affaires ces jours-là, Emmanuel Macron a déclaré

qu’il veut s’en prendre à « une situation largement illisible et injuste ». Pour mieux expliquer ensuite

que si l’ouverture des commerces ne passait pas des cinq dimanches possibles aujourd’hui

« à une ouverture sur 52 semaines, alors douze par an seraient une bonne régulation »,

et qu’il appartiendrait aux élus locaux de donner leur feu vert.

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Publié dans ECONOMIE, France, Liberalisme, POLITIQUE, Politique nationale, SOCIAL | Pas de Commentaires »

Loi Macron : numéro spécial de l’Humanité Dimanche pour décrypter les menaces sur le contrat social

Posté par communistefeigniesunblogfr le 16 janvier 2015

 

Loi Macron : le décryptage des menaces sur le contrat social

 

Chez les marchands de journaux et auprès des diffuseurs militants, un supplément

exceptionnel à l’Humanité Dimanche, avec une série de dessins de Charb réalisés

avant la tuerie du 7 janvier.

 

humamacron

Une loi de classe

Par Patrick Le Hyaric, directeur de l’humanité

 

  Quelle profession de foi ! « Les jeunes Français doivent

  avoir envie de devenir milliardaires. » Elle est du ministre

  de l’Économie Macron, loin d’ici, à Las Vegas,

  lors d’un grand salon de l’électronique. Quelle profession

  de foi de la part de l’ancien banquier qui ne sait pas

  ce que signifie vivre dans la précarité absolue, travailler

  la nuit pour payer ses études, dormir dans la rue

  ou dans sa voiture pour certains, tout en ayant un emploi,

  ne pas pouvoir finir le mois pour un jeune couple.

 

Non ! Ayez « envie de devenir milliardaires », lui, le même qui veut rétablir pour les pauvres la troisième

classe en car, faire travailler tout le monde le dimanche, allonger la semaine de travail et… abaisser

le « coût du travail » ! C’est notre nouveau Guizot avec son « enrichissez-vous ». Lui, le super-millionnaire,

explique donc aux jeunes, d’un ton culpabilisateur, que s’ils ne deviennent pas « milliardaires », ils ne sont

pas dans le coup.

D’ailleurs, le président de la République a expliqué sans rire, lors de ses vœux, que ce projet de loi censé

donner « un coup de jeune à la France » était aussi « une loi pour le siècle à venir ». Il faut se pincer

pour ne pas s’écrouler de rire devant de telles grossièretés. C’est au contraire une loi de retour

au XIXe siècle. C’est la contre-révolution libérale et anti-écologique.

Le ministre de l’Économie est chargé de tenter de faire changer des législations qui relèvent d’autres

ministres, comme ceux du Travail, de la Justice, du Commerce ou de l’Artisanat, des Transports,

du Logement. Il tente de modifier des pans importants de notre droit du travail :

     travail du dimanche élargi à la possibilité de douze dimanches travaillés par an,

     travail de nuit modifié, facilitation des licenciements, allongement du temps de travail,

     juridictions prud’homales mises en cause, inspection du travail affaiblie,

     médecine du travail dénaturée.

Autrement dit, la régression pour les travailleurs. Il projette aussi d’introduire les logiques

marchandes dans des professions qui étaient jusque-là protégées, non pas pour diminuer les tarifs,

mais pour les livrer à de grands consortiums capitalistes anglo-saxons. Sa logique est de faire

admettre que plus rien ne doit échapper à la loi du marché capitaliste et à sa recherche de plus-value,

extorquée du travail et de la consommation.

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Publié dans droit du travail, ECONOMIE, France, Humanite Dimanche, Liberalisme, POLITIQUE, SOCIAL | Pas de Commentaires »

Projet de loi Macron : quand l’État se met au service des patrons

Posté par communistefeigniesunblogfr le 7 janvier 2015

 

Projet de loi Macron :

Un projet qui porte sur le droit du travail, fait par un ministre

de l’économie.

 

par  Richard ABAUZIT, ex inspecteur du travail

code-barre-macron

Un projet qui porte sur le droit du travail,

fait par un ministre de l’économie :

Pour la méthode, c’est un retour au milieu

du XIXème siècle, avant qu’on invente

un ministère du travail.

Sur le fond, cela risque d’être un retour

au début du XIXème siècle si la modification

du code civil est maintenue.

 

 

Un projet dont le titre III, étonnamment intitulé « TRAVAILLER » donne toute la mesure.

On ne fera pas l’injure de penser qu’une loi dite « Pour la croissance et l’activité » montre du doigt

les fainéants de chômeurs ou l’indolence des travailleurs dans un pays où leur productivité est une

des plus fortes du monde, mais on peut sans doute y voir le « vivre pour travailler » opposé au

« travailler pour vivre ».

Un tel projet ne doit pas seulement être analysé pour ce qu’il est, il faut aussi le traduire

avec nos mots, tant depuis une trentaine d’années la syntaxe patronale a envahi lois, accords

collectifs, médias et hélas de plus en plus souvent contaminé le discours des « partenaires sociaux ».

Il est difficile d’échapper complètement au lavage de cerveau quotidien qui leur permet d’affirmer

sans honte et sans grand risque d’être vraiment contredit que ce qui est noir est blanc :

     ♦  Des licenciements pour motif économique aux plans de « sauvegarde de l’emploi » en passant par

     ♦  les plans « sociaux »,

     ♦  du chômage partiel à l’ »activité partielle »,

     ♦  de l’exploitation des travailleurs à la « compétitivité »,

     ♦  des qualifications collectives aux « compétences » individuelles,

     ♦  du droit à la formation à l’obligation de « formation tout au long de la vie »,

     ♦  des contrats de merde aux « contrats courts » ou « aidés »,

     ♦  du revolver sur la tempe au « dialogue social »,

Reste enfin la tactique qui consiste à mettre en avant, pour cacher le reste, ce qui fera

discussion, en boucle, dans les médias : le travail du dimanche ! Qu’on limitera ensuite volontiers

à la question du nombre à la discrétion du maire (5 ou 12), ce qui permettra ensuite, en fonction

du rapport de forces à trouver un nombre (7, 9 ?) qui apparaîtra comme un compromis et pourra

laisser l’impression qu’il y a eu finalement beaucoup d’agitation pour rien. D’où l’urgente nécessité

de détailler ce « rien » :

1/ Code civil : le retour à 1804 et la suppression du droit du travail :

Le droit du travail repose sur la réalité de l’exploitation des travailleurs qui, en langage juridique est

nommée « subordination ». Le salarié est aux ordres, soumis à son employeur pour son embauche,

son contrat, l’exécution de son contrat et son licenciement. L’exact contraire du droit civil dans lequel

les deux parties sont à égalité. Il a donc été ajouté dans le code civil actuel que les contrats

de travail étaient exclus de ce droit entre égaux, le code du travail servant précisément

à limiter pour partie l’arbitraire patronal.

Le projet MACRON, sans qu’aucun média ne le soulève, abroge l’alinéa qui, dans le code civil,

exclut les contrats de travail. Ce n’est ni plus ni moins que la suppression du droit du travail.

Un retour à 1804, au code Napoléon, et à la loi Le Chapelier : plus aucune entrave à la liberté d’exploiter.

Il suffira au patron, pour chaque litige, d’obtenir « l’accord » du salarié et aucun juge, prud’homal

ou non, ne pourra venir troubler cet « accord » au nom d’un quelconque droit du travail. Travailler

le dimanche, la nuit, 12h par jour, 60h par semaine, pour un demi-SMIC…du moment que le salarié

est « d’accord ».

[Lire la suite sur CGT Dieppe]

 

Publié dans ECONOMIE, France, Liberalisme, POLITIQUE, Politique nationale | Pas de Commentaires »

Après le décès de Francesca, à la gare de Lille, le 1er janvier (communiqué de presse)

Posté par communistefeigniesunblogfr le 4 janvier 2015

 

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

 

Après le décès de Francesca, à la gare de Lille, le 1er janvier

 

Francesca, petite Roumaine, est morte à l’âge de deux mois à la gare Lille-Flandres le 1er janvier 2015.

Sa famille vit dans des conditions inimaginables à quelques centaines de mètres de là. Les services

sociaux avaient alerté les pouvoirs publics sur la précarité de cette situation et demandé une mesure

d’hébergement. Ce signalement est resté sans suite et sans réponse alors qu’au pied de la cité

administrative, les mètres carrés de la rotonde (ancien centre d’hébergement) sont vides.

Il faut ouvrir davantage de places d’hébergement d’urgence pour accueillir et protéger les personnes qui

vivent à la rue dans le Nord – Pas de Calais, quelles qu’elles soient. Le Préfet délégué à l’égalité des

chances, Monsieur Kléber Arhoul, chiffre lui-même le besoin à 400 places.

Nous constatons qu’il n’y a pas de volonté des pouvoirs publics de traiter la question des bidonvilles. Pas

de volonté, si ce n’est des décisions brutales, erratiques, arbitraires de démantèlement de campements et

d’évacuation de leurs occupants, censés disparaître ! Ces mesures ne servent à rien et ruinent les petits

acquis engrangés par ces familles en termes de travail, de scolarisation, de santé…

Des associations, des partis et des collectifs de citoyens ne cessent de dénoncer ces expulsions sans

solutions, d’interpeller les pouvoirs publics et s’efforcent d’agir solidairement et fraternellement avec les

familles.

En 2015, il faut que cessent les demandes d’expulsions indécentes et qu’enfin l’État et les collectivités

locales de notre territoire engagent la construction de politiques d’accueil et d’insertion avec les personnes

concernées. C’est une question de survie pour beaucoup d’entre elles. C’est une question de dignité pour

notre société.

Les signataires appellent à un rassemblement pacifique pour une minute de silence, dimanche 4 janvier à

11h devant la gare Lille Flandres.

Premiers signataires (le 2 janvier 2015) :

Amnesty international, ATD Quart Monde Nord – Pas de Calais, Cimade Régionale Nord/Picardie, Fédération

Nord – Pas de Calais du MRAP, Fondation Abbé Pierre, Collectif Les Morts de la Rue, Ligue des droits de

l’Homme région Nord – Pas de Calais, Médecins Solidarité Lille.

Agir, Atelier Solidaire, Association Ardlfm de Tourcoing, Collectif Roms d’Hellemmes, Collectif Solidarité Roms

de Lille-Métropole, Collectif citoyens loossois, la Solidarité Roubaix, Collectif de solidarité aves les Roms de

Roubaix, Collectif Roms Citoyen et Solidaire Tourcoing vallée de la Lys, Collectif « soleil 59/62″, La Pierre

Blanche Lille, Di mini teatro EELV NPdC, EcoLoos, Parti communiste français, Parti de Gauche de LIlle

Métropole, TOP Théâtre de l’Opprimé.

Mathieu Asseman, enseignant, Nawal Badaoui, Laurent Baldovino, professeur des écoles, Marguerite-Marie

Béghin, Docteur E. Boez, Damien Boone, Martine Boone, Marie-Noëlle Briand, Pierre Brice, Jean-François

Cauche Consultant-Lille, Claire Cleenewerck, Serge et Annie Charton, Colette Chevrolet, Michel Clinke, Julie

Costa, Anne Cordier, Bernadette Courtin, Caroline Cranskens, Geneviève Cresson, Monique Debrabander,

Elisabeth Debuchy, Marie Delay Educatrice Specialisée/ chomeuse, Marie Christine Delestrez, Danièle et

Fernand Deperne, Stéphane Devulder, Anne Dhalluin, Maita Dubois , Eric Duetthe, Dominique Dumontet,

Maria-Rosa Dzair, David Fombelle, Melanie Fombelle Parmentier, Guy Fournier, Dr Marie Laure Frys,

Marguerite George, Pierre Guerrini, Georges Hassomeris, Monique Héliot, Sophia Hocini, Yann Lafolie,

Philippe Lagatie, Catherine Lancelle, Christine Lariviere, Thérèse Levêque, Philippe Martin, Christine Mathieu,

Bruno Mattéi, Jean-Luc Munro, André-Claude Parmentier, Marie-Françoise Penet, Sylvie Pinot, Dominique

Plancke, Françoise Poisson, Martine Puzin, Rafier Jean-Pierre Ligue des droits de l’homme Rhône-Alpes, Dr

Michèle Razemon Pédiatre, Séverine Romanowski, Marie-Odile et Michel Roussel, Jacqueline Ruckebusch, Dr

Chantal Samaille, Françoise Szybowicz, Agnés Taillefer, Carmen Tonitza, Pierre Tourbier, Bertrand Verfaillie,

Régine et Philippe Vérein, Georges Voix, Stéphane Vonthron

 

A lire l’odieux message raciste de Jean-Yves Narquin, maire F-Haine de Villedieu le Château :

Bébé rom mort gare Lille-Flandres le tweet d’un élu FN fait polémique

Publié dans Discriminations, France, Sans Papiers - Immigration, SOCIETE | 1 Commentaire »

Baisse des salaires en 2012 (étude Insee)

Posté par communistefeigniesunblogfr le 18 décembre 2014

 

Selon une étude de l’Insee, les salaires ont baissé de 0,4% en 2012

*

travail-dimanche-3

 

L’année 2012 ne sera pas un bon souvenir

pour les salariés français.

Une étude d’Insee Première vient en effet

de rappeler que le salaire net moyen a perdu

0,4% de pouvoir d’achat en 2012.

Et les années 2013 et 2014 vont aggraver

le phénomène.

 

En 2012, les salariés ont gagné « en moyenne » 2.154 euros nets quel que soit leur secteur (public ou privé), calcul fait sur l’ensemble des salaires. Cela a représenté 1,6% de plus qu’en 2011 (en euros courants).

Mais les auteurs de l’étude rappellent que l’inflation a été de 2% en 2012. D’où une baisse du salaire net moyen en termes réels (en euros constants).

Les cotisations amputent de plus en plus le net, mais le salaire brut recule aussi !

L’étude montre l’impact de la hausse des cotisations, notamment des cotisations retraites, sur l’évolution des salaires. Rappelons que l’année 2012 est l’année où les augmentations des cotisations retraites décidées par la loi Sarkozy de 2010 ont commencé à produire leurs effets.

Mais en euros constants, le salaire brut moyen a reculé de 0,1% (à 2.870 euros), ce qui veut dire  que le problème n’est pas seulement lié à l’augmentation des cotisations: il est bien plus profond.

L’effet baissier des salaires est sensible sur une longue période.

Selon des calculs faits à partir des tableaux de l’Insee, le salaire brut moyen n’a progressé que de 7,3% en 10 ans, soit seulement 0,7% en moyenne par an de fin 2002 à fin 2012, alors que les prix augmentaient de 2% par an en moyenne (jusqu’à 2012)

Le salaire net n’ayant quant à lui augmenté que de 5,2% sur la période (soit +0,5% par an), la baisse du pouvoir d’achat des salaires est donc énorme : sans doute supérieure à -15%. Et encore ce chiffre cache-t-il bien des disparités : rappelons que le prix des loyers, des transports et des produits alimentaires a littéralement explosé.

Une baisse plus sensible chez les cadres

En 2012, il apparaît en tout cas que les salariés les moins rémunérés ont été les moins affectés par la baisse de pouvoir d’achat, sans doute grâce à l’existence du Smic qui est revalorisé du niveau de l’indice officiel des prix.

En conséquence chez les employés (2.081 euros bruts en moyenne), le salaire est resté stable en euros constants. Pour les ouvriers (2.164 euros), a baissé que de 0,1%.

Pour les professions intermédiaires (2.941 euros bruts en moyenne), la baisse a en revanche été marquée (-0,7%), tout comme pour les cadres (-0,8% à 5.444 euros). Il faut y voir les efforts des  milieux patronaux qui cherchent à payer les qualificaitons le moins cher possible: les salaires des ingénieurs et des informaticiens en sortie d’école on plus que fléchi, dans le même temps où la prériode d erecherche de leur 1er emploi s’allonge. 

L’écart entre les femmes et les hommes se réduit parce que les salaires des hommes, plus élevés, se tassent.

Les salaires des femmes étant en moyenne plus bas que ceux des hommes, et que les bas salaires augmentaient plus que les salaires moyens, l’écart hommes-femmes s’en trouve réduit. Tandis que le salaire moyen des hommes baissait de 0,2% en euros constants, celui des femmes a augmenté de 0,2%. Avec 1.890 euros nets moyen pour les femmes et 2.339 euros nets moyen pour les hommes, l’écart demeure donc important (19,2%).

ATTENTION : le salaire « médiant » était de 1.730 euros nets par mois

Si le salaire moyen était de 2.154 euros nets en 2012, il ne faut pas oublier que la répartition des salaires est loin d’être linéaire. Le salaire moyen n’exprime pas une réalité.

En fait, seul un salarié français sur deux a gagné plus de 1.730 euros nets par mois (salaire médian) et un salarié sur cinq a touché moins de 1.321 euros nets.

A l’inverse, l’étude montre que 5% des salariés ont perçu plus de 4.415 euros par mois.

Rappelons que parallèlement les profits des grands groupes on explosé en 2012 !

En 2012, la hausse du CAC 40 a été de +15,2 % (…)

[Lire la suite sur CGT Dieppe]

Publié dans Austerite, ECONOMIE, France, Liberalisme, Pouvoir d'achat, PRECARITE, Salaires, SOCIAL | Pas de Commentaires »

Travail du dimanche, travail de nuit : NON à la régression sociale !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 18 décembre 2014

Capturetravaildimanche

 

CGT- Le dimanche, la nuit, travailler, c’est pas une vie !

Image de prévisualisation YouTube

MyCGTsur youtube

CGT – Travail du dimanche, travail de nuit : refusons la régression sociale !

 

Publié dans CGT, droit du travail, ECONOMIE, France, Liberalisme, Luttes, SOCIAL | Pas de Commentaires »

Quand les socialistes menaient campagne contre la généralisation du travail du dimanche

Posté par communistefeigniesunblogfr le 10 décembre 2014

 

C’était en 2008 :

Image de prévisualisation YouTube

GroupeSRC sur youtube

 

Dans une tribune, intitulée « Dimanche : Yes week-end ! », à l’initiative notamment de Christian Eckert, aujourd’hui secrétaire d’État au Budget, et de l’ancien Premier ministre Jean-Marc Ayrault, les signataires écrivaient d’emblée :

Déplafonnement des heures supplémentaires, fin des RTT et des jours fériés, disparition du repos compensateur, possibilité de travailler jusqu’à 70 ans… Depuis deux ans, la liste des reculs sociaux, présentés comme des avancées du modernisme, ne cesse de croître. Mais elle pourrait encore s’allonger avec la fin annoncée du repos dominical des salariés. Plus de deux siècles de luttes sociales sont ainsi effacés en quelques traits de plume.

Le député socialiste Jérôme Guedj rappelle que parmi les 122 signataires figuraient dix personnalités devenues aujourd’hui ministres du gouvernement Valls :

Christian Eckert, Bernard Cazeneuve, Marylise Lebranchu, Jean-Marie Le Guen, George Pau-Langevin, Sylvia Pinel, Christiane Taubira, Marisol Touraine, Alain Vidalies et Annick Girardin.

Source : lelab.europe1.fr

A lire aussi sur le Lab :

Les jeunes socialistes exhument une campagne PS de 2008 contre la généralisation du travail le dimanche

Pascal Cherki exhume un communiqué PS de 2009 condamnant l’intervention de l’armée israélienne à Gaza

Le député socialiste Jérôme Guedj exhume un communiqué du PS de 2011 critiquant le gel des prestations sociales du gouvernement Fillon

Publié dans France, POLITIQUE, PS | Pas de Commentaires »

Des milliers de manifestants contre le chômage et la précarité

Posté par communistefeigniesunblogfr le 8 décembre 2014

 

Les chômeurs à l’offensive pour l’emploi

 

Capturemanifchomeursprecaires

  Près de 8000 chômeurs ont manifesté

  samedi à Paris, plusieurs centaines

  d’autres en régions.

  Une mobilisation d’ampleur contre

  le chômage et la précarité, mais également

  particulièrement dirigée

 contre les récentes actions de patrons.

8000 manifestants, selon les organisateurs, ont  défilé de la Place Stalingrad, dans le Xe arrondissement,

à la place de Clichy (XVIIIe), à l’appel de plusieurs organisations (AC, Apeis, CGT Chômeurs, MNCP, CIP-IDH,

CGT Spectacle…).  Chômeurs et précaires s’en sont avant tout pris au gouvernement.

« Hollande, l’autre pays du chômage », pouvait-on lire sur la banderole en début de cortège.

Capturemanifchomeursprecaires1
  Pour Pierre Laurent, secrétaire national

  du Parti communiste français, qui défilait

  en soutien aux chômeurs,

  « cette manifestation prend une importance

  d’autant plus grande au vu du contexte actuel,

  alors que des milliards d’euros sont reversés

  dans les caisses patronales ».

 

« Cette manifestation est aussi une riposte à l’action du MEDEF toute la semaine passée », a-t-il déclaré

à l’AFP.

« La loi Macron va participer de la dégradation des conditions des travailleurs du dimanche et du soir,

et cette manifestation est l’occasion de dénoncer aussi cela », a affirmé Jérôme Gleizes, conseiller de Paris

et membre du Groupe écologiste de Paris.

« Actuellement, j’ai 2 contrats et j’arrive à 20h par semaine et 500 euros de salaire par mois :

ce n’est pas vivable », déplore Fred, travailleur dans l’animation. « On parle d’abrogation des 35 heures

mais beaucoup aimeraient bien pouvoir travailler au moins ce nombre d’heures-là », ajoute-t-il.

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

etatsgenerauxps

 

Le PS matraque des chômeurs et précaires

 

États généraux du PS : dialogue à coups de taser…

Publié dans Austerite, CGT, Chomage, ECONOMIE, France, Liberalisme, PRECARITE, SOCIAL | Pas de Commentaires »

12345...23
 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy