Résultats de votre recherche

Migrants : nouvelle évacuation musclée à Paris

Posté par communistefeigniesunblogfr le 10 juin 2015

humanite.fr

 

             À Paris, le préfet choisit la matraque

 

Pierre Duquesne – l’Humanité – 9 juin 2015

 

Capturehugotouzet

 La situation s’est tendue dans la journée de lundi pour les ex-réfugiés

 du camp de la Chapelle. Regroupés à la halle Pajol depuis deux jours,

 ils ont été brutalement dispersés par les CRS.

 Extraits :

 Table renversée, nourriture piétinée

 Lundi, l’État a choisi une autre réponse : la matraque.

 « Nous organisions la distribution du déjeuner. Tous les migrants se mettaient

 en ligne, dans le calme. Les CRS se sont mis en ligne et nous ont encerclés »,

 raconte Sara, 28 ans, choquée. Elle a un gros hématome au niveau de l’épaule.

 Les policiers casqués viennent de l’arracher à la chaîne de solidarité

qui s’est formée pour éviter l’interpellation d’hommes dont le seul crime est d’avoir fui la guerre et la misère.

Des élus républicains, écharpe bien en vue, se sont joints au rassemblement. Cela n’a pas empêché les brutalités

policières. Les CRS ont foncé dans la masse. Avec armure, casques et matraques. Les charges se répètent

pendant deux heures. Les coups pleuvent. Des migrants sont extirpés un à un, certains ayant perdu connaissance

sous la violence de l’assaut.

[...]

Catherine Belem, élue PCF du 18e arrondissement, saigne du nez. Hugo Touzet, plus jeune conseiller de Paris,

tend à bout de bras sa carte d’élu. En vain. Dans la cohue, il est frappé par un policier casqué qui lui assène

un coup de poing et le met au sol. Le cordon policier est à son tour encerclé par des citoyens et des militants,

de plus en plus nombreux à affluer. Le barnum, prêté par le PCF est brutalement démonté. La table renversée.

La nourriture piétinée. « Tout notre matériel a été détruit », déplore Sylvie Lhoste, d’Entraides citoyennes,

association qui a assuré de nombreux repas depuis plusieurs jours.

[Article complet sur humanite.fr]

 Lire également :  Violente évacuation de migrants par la police à Paris : « Arrête, arrête, c’est un élu ! »

Publié dans France, Sans Papiers - Immigration, SOCIETE | Pas de Commentaires »

Avec Stalingrad, le IIIe Reich est blessé à mort

Posté par communistefeigniesunblogfr le 3 février 2013

 

HISTOIRE

Avec Stalingrad, la Seconde Guerre mondiale bascule

 

Avec Stalingrad, le IIIe Reich est blessé à mort dans HISTOIRE stalinegradPar Jean-Paul Scot, historien

Plus que le débarquement anglo-américain

en Afrique du Nord (8 novembre 1942)

ou que la conquête américaine de l’île de

Guadalcanal (8 février 1943), la victoire

soviétique de Stalingrad (2 février 1943)

est bien le « tournant » de la guerre.

Mais la victoire est plus encore politique que militaire.

Du 31 janvier au 2 février, malgré l’interdiction d’Hitler, la VIe armée allemande capitule après deux mois et

demi d’encerclement, isolée malgré les raids de la Luftwaffe, pilonnée nuit et jour, épuisée par la faim, le froid,

la neige. Des 330 000 encerclés ne survivent que 120 000 prisonniers. Les forces de l’Axe ont perdu au total

800 000 hommes à Stalingrad, le quart des forces du front oriental. Le mythe de l’invincibilité allemande est

détruit.

L’enjeu de Stalingrad

Pour pallier les besoins en carburant de l’économie de guerre allemande, Hitler déclenche, le 8 mai 1942,

un nouveau Blitzkrieg en vue de conquérir les champs pétrolifères du Caucase. La moitié des troupes engagées

en URSS, 100 divisions allemandes et 50 alliées (roumaines, italiennes, hongroises), sont concentrées

sur le front sud-est. Les forces de l’Axe conquièrent la Crimée et Sébastopol, puis l’est de l’Ukraine et Rostov.

Mais Hitler commet alors la même erreur qu’à l’automne 1941. Grisé par ses victoires, il divise ses forces

selon deux axes : pendant que des divisions fonceront vers le Caucase, le gros des forces remontera la vallée

du Don pour prendre Stalingrad, isoler l’Oural et ensuite, avec les armées du centre, encercler Moscou.

Dès le 23 août, la VIe armée de Von Paulus atteint la Volga et bombarde la ville charnière. Le 12 septembre,

disposant de forces deux fois supérieures, les Allemands lancent ce qu’ils pensent être l’assaut final.

Des combats acharnés se déroulent jusque dans le centre et le sud de la ville, maison par maison, cave par

cave. Les usines Octobre rouge et Barricades sont prises et reprises.

Vassili Grossman traduit bien l’acharnement des combats dans Vie et destin. Hitler veut prendre à toute force

la « ville de Staline » mais Stalingrad ne tombe pas.

[Lire la suite sur humanite.fr]


Vidéo :  Documentaire – La bataille de Stalingrad

A (re)lire sur notre blog :  Bataille de Stalingrad : « l’espoir changea de camp, le combat d’âme »

Publié dans HISTOIRE | Pas de Commentaires »

Le PCF maintient son cap en faveur du changement

Posté par communistefeigniesunblogfr le 15 janvier 2013

 

Dans l’Humanité, ce mardi,

le PCF maintient son cap en faveur du changement

 

Le PCF maintient son cap en faveur du changement dans l'Humanité huma1501En présentant ses vœux à la presse lundi,

Pierre Laurent a rappelé les propositions

des communistes en faveur d’un nouveau

cap à gauche.

Il en a profité pour réaffirmer l’ambition

du Front de gauche d’être utile à toute

avancée sociale.

A lire dans l’Humanité de ce mardi :

   – Pierre Laurent: « Il va falloir que les citoyens

s’en mêlent »

   – Reportage: le débat est déjà lancé à Aubervilliers

   – Un congrès qui « réveille la gauche »  

   - »Rallumer les étoiles »: la synthèse. Décryptage

de la base commune de discussion pour le 36e

Congrès, qui a été adopté par les adhérents,

les 14 et 15 décembre.

A lire aussi :

  • Reportage: drame de la Clusaz, la mort attendait les jeunes saisonniers dans l’ombre
  • Dossier Mali:

–> Les djihadistes répondent aux raids aériens par la guérilla

–> Le Parlement simplement « informé »

–> « Il faut distinguer les terroristes des indépendantistes touaregs », entretien avec Pierre Boilley,

directeur du Centre d’étude des mondes africains

–> L’Algérie se résout à l’intervention étrangère

  • Enquête: Rwanda avril 1994, ces agents d’écoute français qui en avaient entendus trop
  • Marseille 2013, capitale européenne de la culture en Méditerranée

 

Publié dans l'Humanité, Mali, PCF, Pierre Laurent, POLITIQUE | Pas de Commentaires »

Enfumage : Pour justifier son choix de ne pas nationaliser Florange, Jean-Marc Ayrault refait l’histoire des nationalisations

Posté par communistefeigniesunblogfr le 9 décembre 2012

 

Décryptage :

quand Jean-Marc Ayrault change l’histoire des nationalisations

 

Enfumage : Pour justifier son choix de ne pas nationaliser Florange, Jean-Marc Ayrault refait l'histoire des nationalisations dans ECONOMIE florange1S.G.

Pour expliquer pourquoi le gouvernement n’a pas choisi

de nationaliser Florange, Jean-Marc Ayrault prend appui,

ce dimanche, sur les nationalisations de 1981 qui,

à l’entendre, n’ont pas empêché « les dizaines de milliers

d’emplois supprimés ».

Il oublie de dire que le tournant de la rigueur de 1984 est en grande partie responsable. Contre-point.

  • Ce qu’affirme Jean-Marc Ayrault

« Sur la nationalisation, reprenons l’histoire« , explique -t-il dans un entretien au Journal du dimanche.

« Sous Giscard, en 1978, Sacilor annonce 22.000 suppressions d’emplois et l’État prend son contrôle. En 1982,

François Mitterrand nationalise la sidérurgie. Et en 1984, le plan Mauroy, sévère, se fait sous le régime

de la nationalisation. En 1995, quand Alain Juppé privatise Usinor-Sacilor, 75.000 emplois auront été

supprimés en 20 ans dans la sidérurgie« . Le premier ministre sous-entend que les nationalisations n’ont en

rien changé la donne, voire l’ont empiré. Selon lui, l’histoire vient en appui

de la stratégie actuelle du gouvernement de ne pas nationaliser Florange, qui aurait coûté « 1 milliard d’euros »

« pour un résultat hypothétique en matière industrielle et en termes d’emplois ».

  • Ce que lui répond Jean-Christophe Le Duigou, économiste, syndicaliste

Dans l’Humanité, Jean-Christophe Le Duigou revient sur les nationalisations et la sidérurgie :

« La loi de nationalisation de 1981 a permis d’intégrer dans le secteur public les cinq premiers groupes industriels

français (Compagnie générale d’électricité, Péchiney, Rhône-Poulenc, Saint-Gobain et Thomson), trente-neuf

banques et deux compagnies financières. Elle a concerné 670 000 salariés. Ces nationalisations avaient

un caractère stratégique et intervenaient dans des secteurs qui n’étaient pas en difficulté. En nationalisant

simultanément des segments clés de l’appareil productif et du système financier, l’État se donnait les moyens

d’intervenir massivement et directement dans le fonctionnement de l’économie. Il voulait orienter plus facilement

les choix industriels et réduire le poids des contraintes financières dans les décisions des entreprises.

Pendant la période 1982-1984, les entreprises du secteur public ont contribué au soutien de l’investissement

et à la progression de la recherche industrielle. L’investissement des entreprises publiques a représenté ainsi

près de 35 % de celui de l’ensemble des entreprises alors que leur valeur ajoutée était inférieure à 20 %

de cet ensemble. Dans un premier temps les négociations avec les pouvoirs publics ont permis des avancées

sociales, notamment en matière d’emploi et de formation.

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

A lire aussi :

Jean-Marc Ayrault raide dans ses bottes sur Florange

Publié dans ECONOMIE, France, HISTOIRE, POLITIQUE, Politique industrielle | Pas de Commentaires »

Grèce : le parti néonazi Aube dorée propose sa solution finale.

Posté par communistefeigniesunblogfr le 5 décembre 2012

 

D’abord les immigrés, puis les communistes, les homosexuels,

les handicapés…

 

 Extrait de l’article de Cécile Chams :

http://Grèce : Sur fond de crise, l’inquiétante ascension des néo nazis

 

Grèce : le parti néonazi Aube dorée propose sa solution finale. dans EUROPE neonazi
« Quand Aube dorée sera au Parlement, nous allons mener des raids

dans les hôpitaux et les crèche pour jeter les immigrés et leurs enfants

dans la rue, afin que les Grecs puissent prendre leur place19 »,

a déclaré un candidat du parti néonazi avant les élections.

Le parti néonazi vise aussi les soupes populaires et les bureaux

de chômage, qu’il veut interdire aux étrangers.

Les immigrés sont des « sous-hommes qui transportent toutes sortes de maladies20 », a déclaré

au parlement Eleni Zaroulia, députée d’Aube dorée et épouse du leader du parti. Cette députée est

aussi membre du comité pour l’égalité et la non-discrimination du Conseil de l’Europe…

Le parti néonazi a récemment demandé au ministre de l’Intérieur de fournir le nombre d’enfants étrangers

accueillis dans les écoles maternelles du pays. Et le député néonazi Panayiotis Iliopoulos a écrit à l’Université

de l’Égée (île de Lesbos) pour demander combien d’étudiants étrangers étaient hébergés. Le vice-recteur

s’est senti « insulté » par cette question21.

Face au désespoir de la population, Aube dorée prône un nettoyage ethnique : l’emploi, les services publics,

l’enseignement, les soins de santé… réservés aux Grecs. Aube dorée annonce ses nouvelles cibles :

après les immigrés, il veut s’attaquer aux homosexuels et aux handicapés, comme on peut le lire

dans leur dernier tract.

Aube dorée ne vise pas seulement les immigrés, explique Liana Kanelli, députée du Parti communiste de Grèce (KKE).

« Il menace aussi les communistes et dit ouvertement : “Nous allons faire de vous du savon”. » Le 7 novembre

à Thessalonique, deux membres d’Aube dorée ont attaqué avec des bâtons et des couteaux trois jeunes communistes

qui distribuaient des tracts en faveur de la grève générale. Ces jeunes ont pu s’en tirer grâce à l’aide de travailleurs

en grève d’une usine proche. La police n’a toujours pas arrêté ces individus.

Le mois dernier, quatre députés et des membres d’Aube dorée, avec des intégristes et prêtres orthodoxes, ont attaqué

le théâtre où se jouait la pièce de Terrence McNally Corpus Christi, où Jésus et les apôtres sont une communauté gay

vivant au Texas. La police anti-émeute a encerclé le théâtre. Mais le directeur n’a pas osé sortir car les néonazis étaient

toujours présents. « La dernière fois qu’une pièce de théâtre était jouée sous la garde de la police, c’était pendant

la junte. Je ne veux pas croire que c’est de nouveau la junte », a-t-il déclaré.

Un journaliste témoin de la scène a été tabassé par les fascistes, devant les policiers qui n’ont rien fait. Le journaliste n’a

pas porté plainte, de crainte que son adresse ne soit transmise à Aube dorée22.

« L’homophobie a toujours existé en Grèce », déclare Andrea Gilbert23, porte-parole d’Athens pride, une organisation

de défense des droits des homosexuels. « Mais depuis un an, il y a une nette augmentation des attaques anti-gay.

Les auteurs agissent avec impunité… avec le même scénario que les attaques d’Aube dorée contre les immigrés.

Ces gens haïssent les immigrés, les gays, les étrangers, les femmes. Ils haïssent tout le monde. »

 

 

19. The Guardian, 12 juin 2012 • 20. Ekathimerini, 18 octobre 2012 • 21. Ekathimerini, 23 octobre 2012 •

22. Okeanos, 12 octobre 2012 • 23. Greek Reporter, 26 novembre 2012

Publié dans EUROPE, Grece, Montée du fascisme, POLITIQUE, Racisme - Xenophobie, Sans Papiers - Immigration | Pas de Commentaires »

Point commun entre la misère au Niger et l’austérité en Grèce ? Le FMI.

Posté par communistefeigniesunblogfr le 1 juin 2012

 

NÉOLIBÉRALISME

De la Grèce au Niger,

comment le FMI favorise l’austérité et la pauvreté

 

Par Nolwenn Weiler

En se disant davantage préoccupée par les conditions déplorables de scolarisation des enfants nigériens

que par la brutale austérité qui frappe les Grecs, Christine Lagarde a soulevé l’indignation. Mais le mépris

avec lequel la directrice générale du FMI considère la Grèce vaut aussi pour le Niger : deuxième pays

le plus pauvre du monde, embourbé depuis vingt ans dans une situation désastreuse à cause des plans

d’ajustement structurels, qui y ont notamment détruit l’école publique.

 

Point commun entre la misère au Niger et l’austérité en Grèce ? Le FMI. dans FMI Interrogée par un journaliste du Guardian, la directrice générale du Fond monétaire

international (FMI), Christine Lagarde, a affirmé que

« les Grecs devraient commencer par s’entraider mutuellement », et ce en

« payant tous leurs impôts ». Les femmes doivent accoucher sans sage-femme ?

Les malades n’ont plus accès aux médicaments vitaux ? Les personnes âgées

meurent faute de soins ? La faute aux Grecs. « Je pense davantage aux enfants

dans une école d’un petit village du Niger, qui ont deux heures d’école par jour,

partageant une chaise pour trois (…). Je pense qu’ils ont besoin de davantage

d’aide que les gens d’Athènes », compare l’ancienne ministre de l’Économie et

des Finances. Comme quoi, les Européens ne devraient pas trop

se plaindre. Christine Lagarde oublie de préciser que si les enfants du Niger ont bien du mal à être scolarisés, c’est aussi à cause

de l’institution qu’elle dirige.

En décembre 2011, Christine Lagarde a honoré le Niger de sa première visite sur le continent africain. Reçue en grande pompe,

la directrice du FMI a tenu à se rendre au chevet d’un pays où une personne sur trois vit dans l’insécurité alimentaire, ce qui n’aide

pas non plus à bien suivre en classe. Lors de sa mini-tournée hors de la capitale, elle a même assuré que le FMI

« n’est pas seulement une institution désincarnée qui prescrit des mesures d’austérité à travers le monde ». Il est aussi

« très sensible aux particularités » de chaque pays. Charmante marque de générosité.

Quand le FMI taille dans le budget de l’Éducation nationale

L’une des particularités du Niger est qu’il est l’un des États les plus mal classés en termes de développement humain [1].

61 % des habitants y survivent avec moins d’un dollar par jour, un enfant sur cinq meurt avant l’âge de 5 ans, principalement de

maladies évitables et de la malnutrition. La faible scolarisation, particulièrement des filles, contribue au taux de 85 %

d’analphabétisme du Niger. Selon l’Unicef, « la précarité des moyens d’existence des femmes a de graves conséquences sur

l’accès des enfants à l’éducation, et sur l’abandon et la traite des enfants ». Point commun entre la misère au Niger et l’austérité

en Grèce ? Le FMI.

Le budget 2012 du Niger a été sévèrement taillé… sur ordre du FMI. « De 2,2 milliards d’euros [2], le budget a été ramené à

1,9 milliard [3] avec des coupes substantielles dans les secteurs sociaux, qui concentrent les deux tiers des montants supprimés »,

informe le le Réseau national dette et développement (RNDD). Le budget le plus amputé ? Celui de l’Éducation nationale,

avec 73 millions d’euros (48 milliards de francs CFA) de moins que prévu. L’Agriculture, la Santé et l’Enseignement supérieur

sont aussi privés de moyens.

Des enseignants qui ne sont plus payés

Des choix budgétaires arbitrés en contradiction avec les engagements du président nigérien, Mahamadou Issoufou, et de

son gouvernement, selon le Réseau national dette et développement. L’ONG appelle les parlementaires nigériens à refuser

le diktat du FMI et le gouvernement à plus de responsabilités, rappelant que « les prêts consentis par les institutions internationales

ne feront que faire flamber le service de la dette, qui est un frein à tout développement ». Cela fait plus d’une décennie que le Niger

agonise, en partie à cause des plans d’ajustement élaborés à Washington.

[Lire la suite sur Basta!]

Photo : CC World Economic Forum

 

Publié dans FMI "affameur des peuples", Grece, Niger | Pas de Commentaires »

Christine Lagarde ne paye pas d’impôt sur le revenu

Posté par communistefeigniesunblogfr le 29 mai 2012

 

Christine Lagarde ne paye pas d’impôt sur le revenu

 

by werdna01

Menly – 29 mai 2012 -

 

Christine Lagarde ne paye pas d’impôt sur le revenu dans FMI

Malgré un revenu annuel de  380 939 €, la directrice générale du FMI,

Christine Lagarde est exemptée d’impôt sur le revenu, au nom

d’un statut fiscal spécifique en sa qualité de fonctionnaire internationale.

Donc, tous ses revenus et traitements issus du FMI ne sont pas imposables.

C’est ce qu’indique le site Tout sur les impôts en juillet 2011. Une révélation

qui tombe mal pour C. Lagarde, quelques jours après ses propos dans

 The Guardian,alors qu’elle appelait le peuple grec à s’entraider et à payer

ses impôts.

Grèce : Pourquoi Christine Lagarde a tout faux
Tollé général après les propos tenus par Christine Lagarde sur la Grèce, ce week-end. L’économiste Jacques Sapir
démontre que les Grecs payent davantage leurs impôts que ce qui est raconté et que c’est l’investissement et
les taux d’intérêt sur la dette qui asphyxient le pays.

original1 Christine Lagarde dans FMI

*
*
Madame Christine Lagarde, ci-devant responsable du FMI et ancienne
ministre des Finances de la République française, est décidément
fâchée avec les chiffres. Elle a une excuse, elle n’est pas la seule !

En effet, contrairement aux idées reçues, et à ce qu’affirment tant

les dirigeants allemands que Mme Christine Lagarde, les impôts

représentent une part non négligeable de la richesse intérieure grecque.

Il est donc parfaitement faux de dire que les Grecs ne payent pas d’impôts,

même si on peut supposer que l’assiette fiscale est injuste et mal

répartie et que certains contribuables fraudent de manière conséquente.

 Plutôt que de chercher à culpabiliser la population grecque,
Madame Lagarde ferait mieux de s’attaquer aux effets des intérêts
de la dette.

Source : http://resistanceinventerre.wordpress.com/

Source illustration ci-contre : alterinfo.net/dozone-parody

 

Publié dans FMI "affameur des peuples" | Pas de Commentaires »

« Charonne, n’oublions jamais » : 50e anniversaire de la répression de la manifestation de Charonne contre la guerre d’Algérie

Posté par communistefeigniesunblogfr le 6 février 2012

Le 8 février : 50ème anniversaire de Charonne

 

« Charonne, n'oublions jamais » : 50e anniversaire de la répression de la manifestation de Charonne contre la guerre d'Algérie dans HISTOIRE charonne_le_8_fevrier_2_web-205x300

Après avoir semé la terreur en Algérie l’OAS, organisation criminelle

d’extrême droite, va étendre l’insécurité sur le territoire métropolitain.

Les attentats se développent et prennent de l’ampleur en novembre,

décembre 1961, en janvier 1962.

Le 7 février 1962, dix attentats au plastic sont commis par l’OAS suscitant

une profonde réprobation dans l’opinion publique.

Le 8 février 1962, à l’appel des UD CGT Seine et Seine et Oise, de l’Union

Régionale CFTC, de l’UNEF, du SGEN, de la FEN de Seine et Oise,

une manifestation est organisée avec le soutien du PCF, du PSU,

des Jeunesses Communistes, des Jeunesses Socialistes Unifiées

de la Jeunesse Ouvrière Chrétienne et du Mouvement de la Paix.

Cette manifestation pacifi que contre les attentats de l’OAS, la complicité du gouvernement et la poursuite de la guerre en Algérie

est réprimée avec une violence terrible et meurtrière.

Neuf syndicalistes tombent sous les coups des forces de police placées sous l’autorité de Papon, Préfet de police et Frey,

Ministre de l’intérieur ; des centaines d’autres sont gravement blessés.

Ainsi, Anne-Claude Godeau, Fanny Dewerpe, Suzanne Martorell, Daniel Fery, Jean-Pierre Bernard, Edouard

Lemarchand, Hyppolite Pina, Maurice Pochard et Raymond Wintgens sont lâchement assassinés.

Le 13 février, un million de Parisiens leur rendant hommage au cours d’obsèques grandioses, de la République au Père

Lachaise, élevait une protestation solennelle : paix en Algérie, droit du peuple algérien à son indépendance.

Le massacre de Charonne s’inscrit dans une période plus large de brutalités policières et de luttes contre la colonisation.

La plus sauvage des répressions est marquée par des dates :

Le 14 juillet 1953, sept manifestants dont 6 algériens sont tués par la police.

Le 17 octobre 1961, des milliers de manifestants algériens défilent pacifiquement à Paris, plusieurs centaines seront

assassinés par la police de Papon.

Derrière les auteurs, n’y a-t-il pas des responsables à ce moment là aux plus hauts niveaux de l’Etat ?

Charonne va constituer un tournant, un basculement de l’opinion publique française qui va aboutir le 19 mars 1962 à la

fin de la guerre et au 1er juillet 1962 à la proclamation de l’indépendance de l’Algérie.

En donnant leurs vies pour la justice, la liberté et la paix ces militants ont oeuvré pour que vivent toutes les valeurs du progrès

social d’antiracisme, de solidarité.

Celles-ci sont pleinement d’actualité au moment où tant de peuples se révoltent et cherchent des voies nouvelles pour

la démocratie et la coopération internationale, au moment où l’extrême droite en France et en Europe relève la tête de façon

inquiétante.

En une période où le besoin d’histoire est si prégnant dans la société française, où est revendiquée une exigence de vérité,

il n’est pas inutile de se souvenir, de s’indigner et d’agir.

Se souvenir pour honorer la mémoire de ses hommes et femmes, faisant le choix de surmonter leur peur pour refuser

le colonialisme et proclamer leur attachement à la démocratie.

Agir pour exiger justice et vérité, reconnaissance par les plus hautes autorités de la France de ces crimes commis

par l’État que furent le 17 octobre 1961 et Charonne le 8 février 1962.

 

Organisations signataires

Comité Vérité et Justice pour Charonne – Union Régionale CGT Île-de-France – Fédération Syndicale Unitaire – Parti Communiste Français – ACCA (Agir Contre le Colonialisme Aujourd’hui) ARAC (Association Républicaine des Anciens Combattants) – FNACA Paris (Fédération Nationale des Anciens Combattants d’Algérie – Paris) – UJRE (Union des Juifs pour la Résistance et l’Entraide) – AACCE ( Association des Amis de la Commission Centrale de l’Enfance) – ANPROMEVO (Association Nationale pour la Protection de la Mémoire des Victimes de l’OAS) – Institut d’Histoire Sociale CGT Île-de-France – Mouvement Jeunes Communistes de France – CGT RATP – UNEF (Union Nationale des Étudiants de France) – Les amis de Max Marchand, Mouloud Feraoun et leurs compagnons ….

Source :  humanitefr dans Hommages le 3 Février 2012

À midi, Pierre Laurent, secrétaire national du PCF prononcera une allocution lors du rassemblement organisé par le comité Charonne sur les lieux du massacre au métro Charonne – Paris XI

La cérémonie sera suivie d’une manifestation jusqu’au cimetière du Père Lachaise.

 

Publié dans HISTOIRE, Hommages, POLITIQUE | Pas de Commentaires »

Un homme est mort après avoir reçu deux décharges de Taser

Posté par communistefeigniesunblogfr le 30 novembre 2010

Les faits sur : humanite.fr/

Un homme est mort après avoir reçu deux décharges de Taser dans Police rapport_taser_RAIDHsmall

 

Site national du PCF – 30 novembre 2010

Drame de Colombes

Le Gouvernement doit reconnaître la dangerosité du Taser

 

 dans SOCIETE

Nous apprenons ce matin avec colère et tristesse qu’un homme est décédé la nuit dernière à Colombes après avoir reçu deux décharges de Taser.

Nous dénonçons depuis trop longtemps la dangerosité de cette arme à impulsion électrique dont les risques sont connus. Il est scandaleux que cette arme, vendue comme « pistolet antibavures par excellence » ou encore à « létalité réduite » se trouve une nouvelle fois au cœur de la polémique.

Une enquête est ouverte. En tout état de cause, nous n’attendrons pas ses conclusions pour demander dès maintenant que la dangerosité de cette arme soit, enfin, officiellement reconnue et son usage remis en cause. Il faut un moratoire immédiat sur l’utilisation du Taser conformément aux recommandations du Comité contre la torture des Nations Unies.

Ian Brossat, responsable national à la sécurité au PCF – Isabelle Lorand, réseau droits et libertés du PCF

 

D’autres réactions :

Source : humanitefr le 30 Novembre 2010

Jean-Michel Baylet, président du PRG, sénateur du Tarn-et-Garonne : « Les radicaux de gauche réclament une nouvelle fois la mise en place d’une commission d’enquête parlementaire sur le Taser ». Jean-Michel Baylet avait déjà demandé la création d’une telle commission d’enquête en octobre 2008, rappelle-t-il. « A ce moment-là les représentants de Taser exerçaient systématiquement des pressions judiciaires sur celles et ceux qui pointaient la dangerosité de ces armes »

Julien Dray, député PS de l’Essonne, vice-président du conseil régional d’Ile-de-France : « Cet événement et d’autres dans l’actualité récente ont montré que ces équipements – taser, flashball – peuvent causer au minimum des dégâts irréparables aux personnes qui en sont la cible, alors qu’ils étaient censés offrir une alternative à l’usage d’armes à feu. Les conditions de leur emploi doivent être réexaminées, et l’usage du taser suspendu tant que toute la lumière n’aura pas été faite sur ses effets réels sur la santé »

Philippe Sarre, le maire PS de Colombes, a recommandé la prudence, affirmant que rien ne permettait actuellement   »de tirer des conclusions sur la responsabilité des forces de police, ni même sur le lien avec l’utilisation du Taser. »

 

Source : www.raidh.org – 30 novembre 2010

URGENT : Premier mort par Taser en France ?

Extrait :

RAIDH, qui mène campagne en faveur d’une régulation des conditions d’usage et de dotation de cette arme qui adresse une décharge de 50 000 volts, ne peut que regretter la surdité des pouvoirs publics face à nos multiples alertes quant aux dangers du Taser X26 dont sont équipés plus de 4000 policiers et gendarmes en France.

Dans l’attente des résultats de l’autopsie pratiquée sur la victime, RAIDH demande que toute la lumière soit faite quant aux modalités d’utilisation de l’arme envers la personne décédée et des réponses immédiates s’agissant des questions suivantes :

  • Pourquoi a-t-elle été utilisée à deux reprises ?
  • Les policiers étaient-ils en situation de légitime défense au moment de l’usage du Taser ?
  • La vidéo censée se déclencher en cas de tir à distance a-t-elle été visionnée et sera-t-elle rendue publique ?

RAIDH saisit cette occasion malheureuse mais inéluctable pour rappeler la nécessité d’initier un moratoire immédiat de cette arme de torture susceptible de donner la mort conformément aux recommandations du Comité contre la torture des Nations Unies.

Rappel : le Conseil d’État interdisait récemment la dotation du Taser X26 aux policiers municipaux, une interdiction récemment levée par le décret et l’arrêté initiés par les services du Ministère de l’Intérieur en dépit des réserves de la plus haute juridiction administrative française.

RAIDH a, depuis, de nouveau saisi le Conseil d’État s’agissant de la dotation des policiers municipaux et la Cour européenne des droits de l’Homme s’agissant de la dotation des policiers nationaux.

En savoir plus : Faits et chiffres sur le Taser :

Taser_faits_et_chiffres


 



Publié dans Police, SOCIETE | Pas de Commentaires »

11 novembre 1940. Chronologie

Posté par communistefeigniesunblogfr le 11 novembre 2010

11 novembre 1940. Chronologie  dans HISTOIRE humanite le 10 Novembre 2010

31 juillet 1940. Premiers lancers de tracts et d’œufs au Quartier latin. Papillons placés dans les livres des bibliothèques dénonçant l’occupation allemande, la mainmise de Vichy sur l’université et son « dessein d’asservissement intellectuel de la France ».

3 octobre. Promulgation par Vichy de la loi sur le statut des juifs. Émotion suite à la destitution des enseignants juifs de l’éducation nationale.

30 octobre. Arrestation par l’occupant du professeur Paul Langevin, physicien mondialement connu, figure du combat antifasciste et du Front populaire.

8 novembre. Triple appel à riposter : par l’Union des étudiants et lycéens communistes (UECLF, clandestine, dirigée par Francis Cohen, Suzanne Djian et François de Lescure) : « Vendredi 8 novembre, à 16 heures au Collège de France, là où le professeur Langevin aurait dû faire son cours… N’offrez pas de prétexte à la répression. »

Appel lancé conjointement par François de Lescure, président de l’Unef légale, et Roger Marais, responsable de la corporation lettres, pour le 8, et au-delà pour le 11 novembre.

Premier tract de l’université libre, créée par le gendre de Langevin, Jacques Solomon, avec Georges Politzer et Jacques Decourdemanche, édité à cette occasion.

Quartier latin en état de siège. Au Collège de France, prise de parole de Joliot-Curie. Lancer de tracts, manifestation de moins de 100 jeunes sur le boulevard Saint-Michel aux cris de « Libérez Langevin ! », puis « À bas Pétain ! ». Dispersion au coin de la rue Soufflot.

11 novembre. Manifestation préparée par divers groupes patriotes (voir ci-dessus), dont le Centre d’entraide aux étudiants démobilisés de Claude Bellanger, dans les lycées et facultés.

Toute la journée, les Parisiens fleurissent la statue de Clemenceau. La préfecture comptera 750 bouquets, et 5 600 personnes place de l’Étoile. Certains jeunes sont munis de deux cannes à pêche : « deux gaulles » ! Nombreuses cocardes tricolores. Parmi le millier d’interpellés : 917 hommes et 122 femmes, 545 lycéens et collégiens, 299 étudiants, 57 écoliers, 138 salariés (surtout des enseignants).

Dans l’après-midi, les cortèges de jeunes à l’Étoile sont dispersés par la police française, puis par l’intervention de soldats allemands.

Après la manifestation, l’université de Paris est fermée jusqu’aux congés de fin d’année. Le recteur, Gustave Roussy, est limogé et remplacé par Jérôme Carcopino.

Arrestation de jeunes responsables communistes : Jean Rozynoer, Claude Lalet, Bernard Kirschen, Othman Ben Alya, Maurice Delon, etc.

 

 Source principale : les Jeunes 
et la Résistance, sous la direction 
de  Laurence Thibault. 
AERI/La Documentation française.


Articles associés :

« Le gouvernement de traîtres… »  : « Le gouvernement de traîtres et de corrompus installé à Vichy n’est pas le gouvernement de la France. (…) L’université française ne sera pas fasciste ! »

11 novembre 1940 : un défi au nazisme : le témoignage de Bernard Langevin

 

Publié dans HISTOIRE, POLITIQUE | Pas de Commentaires »

12
 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy