• Accueil
  • > Recherche : situation dangereuse au travail

Résultats de votre recherche

Coupables d’être syndiqués à la CGT

Posté par communistefeigniesunblogfr le 24 avril 2015

Alexandra Chaignon – humanite.fr/ – 23 avril 2015

 

Coupables d’être syndiqués à la CGT

 

castmetal

 

 

  Chez Castmetal, la direction apprécie peu

  la création du syndicat CGT, qui pourrait

  remporter des voix lors des prochaines

  élections professionnelles du 17 juin, et l’a

  fait savoir en s’attaquant à cinq militants.

  Une  pratique pas du goût des salariés,

  qui se sont mis en grève.

 

 

L’exercice du droit syndical est de plus en plus compliqué. Les salariés de la fonderie Castmetal de Colombier-Fontaine,

dans le Doubs, peuvent en témoigner. Cinq salariés syndiqués à la CGT ont été convoqués à un entretien disciplinaire

lundi dernier. La direction a annoncé qu’elle se prononcerait sur leur sort le 4 mai prochain. Pour l’union locale du Pays

de Montbéliard, il ne fait aucun doute que l’objectif de la direction de Castmetal est de « décapiter » le syndicat CGT,

créé en décembre 2014.

« Plusieurs de ces salariés sont venus à la rencontre de la CGT fin 2014 pour se syndiquer. Ils nous ont expliqué

que les conditions de travail relevaient de l’époque du moyen-âge, avec des machines-outils non conformes et

très dangereuses pour leur sécurité, expose Dalila Fontaine, l’une des deux secrétaires de l’union locale CGT du pays

de Montbéliard. Depuis, et alors que les prochaines élections professionnelles auront lieu le 17 juin, la direction

s’attaque aux militants de la CGT, qui avaient commencé à mettre en lumière la situation dramatique de la fonderie :

des conditions de travail qui ne cessent de se dégrader, causant des accidents du travail récurrents,

le manque d’investissement sur les outils de production qui deviennent obsolètes. »

[Lire la suite sur humanite.fr]

Publié dans CGT, ECONOMIE, Liberalisme, Luttes, SOCIAL | Pas de Commentaires »

Affaire Cahuzac : 15 millions d’euros au soleil suisse ?

Posté par communistefeigniesunblogfr le 7 avril 2013

 

Affaire Cahuzac : 15 millions d’euros au soleil suisse ?

 

Affaire Cahuzac : 15 millions d'euros au soleil suisse ? dans France cahuzac

Jérôme Cahuzac n’a-t-il transféré en Suisse que 600.000 euros ?

En 2009, Jérôme Cahuzac aurait tenté de déposer

15 millions d’euros dans un établissement bancaire

suisse, selon des informations de la télévision

publique suisse révélées ce dimanche.

 

 

Sur son site RTSinfo qui cite des sources bancaires, le média helvète explique que « l’établissement aurait

refusé, par crainte de complications ultérieures, Jérôme Cahuzac étant une personnalité exposée politiquement. »

Si cette somme de 15 millions d’euros déjà évoquée par Mediapart se précise, cela indiquerait que l’ancien

ministre du Budget aurait tenté de soustraire au fisc français plus que les 600.000 euros évoqués par Jérôme

Cahuzac lors de ses aveux, indique la RTS.

Aide judiciaire

Jusqu’alors, le procureur genevois Yves Bertossa a affirmé que  » la documentation saisie tend à confirmer

les explications de Jérôme Cahuzac », qui faisait état, dans ses aveux publics, d’une somme de 600.000 euros.

Cette somme aurait transité des rives du Lac Léman à Singapour juste avant que la Suisse accepte son aide

judiciaire à toute enquête étrangère concernant des affaires d’évasion fiscale. 

Selon le quotidien zurichois Tages Anzeigera, Jérôme Cahuzac avait « menti » à une banque suisse, la banque

Julius Baer, en fournissant un certificat fiscal falsifié, afin de faciliter le transfert de ses fonds cachés

de Genève à Singapour. Les informations du quotidien suisse et celles du Monde permettent de retracer

le parcours des 600.000 euros cachés de Cahuzac :

   1. En 1992, Philippe Péninque, un ami de longue date de Jérôme Cahuzac a ouvert pour lui, sous son nom,

ce compte à l’UBS Genève.

   2. Quelques mois plus tard, Jérôme Cahuzac s’est rendu lui-même à Genève et le compte a été transféré

à son nom.

   3. En l’an 2000, la petite société financière Reyl & Cie, établie à Genève, est entrée en piste.

A l’époque elle n’avait pas de licence bancaire, mais travaillait comme une société de Bourse. A ce titre,

elle relevait de la surveillance de la FINMA, l’autorité suisse de surveillance des marchés financiers. En tant

qu’intermédiaire financier, Reyl & Cie n’était pas soumise aux mêmes règles que les banques et ne devait

pas fournir de renseignement sur les détenteurs de ses comptes. La société a ouvert auprès de l’UBS

un compte « omnibus », soit un compte comprenant les fonds de plusieurs clients, seulement connus

par la banque, et parmi lesquels figurait Jérôme Cahuzac, dont l’argent est resté de facto à l’UBS.

   4. En 2009, après que la Suisse s’est déclarée prête à accorder l’aide judiciaire en cas d’évasion

fiscale, Jérôme Cahuzac a estimé que la situation devenait trop dangereuse à Genève et a demandé à

Reyl & Cie de transférer les fonds sur un compte ommnibus à Singapour, auprès de la filiale de la banque

Julius Baer.

   5. La banque Julius Baer a réagi avec prudence, écrit le quotidien zurichois Tages Anzeigera. Elle a

réclamé à Reyl & Cie, bien que rien ne l’y obligeait, un formulaire appelé « formulaire A », qui fait apparaître

le nom du détenteur des fonds. Lorsque les banquiers de Julius Baer ont vu qu’il s’agissait d’un homme

politique, ils ont demandé un document certifiant que les fonds avaient bien été déclarés au fisc compétent.

   6. Selon des recherches effectuées par le Tages Anzeiger, Jérôme Cahuzac « a présenté un certificat

fiscal falsifié ». Il a également assuré que ces 600.000 euros provenaient de son activité de chirurgien

esthétique, ajoute le journal. En conséquence, Julius Baer a autorisé l’opération de transfert de fonds.

A lire aussi :

S.G.

capturepeninque affaire cahuzac dans Fraude fiscale

capture d’écran

Cliquez sur l’image pour voir la vidéo et lire l’article :

   – Le compte suisse de Jérôme Cahuzac ouvert

par un proche de Marine Le Pen

 

info.RTS.ch : historique Affaire-cahuzac

 

Publié dans France, Fraude fiscale, POLITIQUE | Pas de Commentaires »

Négociations/emploi : « C’est plus de flexibilité, de précarité, de liberté de licencier » (Agnès Le Bot)

Posté par communistefeigniesunblogfr le 15 janvier 2013

 

Négociation syndicats-patronat

Agnès Le Bot :

« C’est plus de flexibilité, de précarité, de liberté de licencier »

 

Négociations/emploi :

Agnès Le Bot, chef des négociateurs CGT, explique

pourquoi ce projet est « inacceptable » et affirme :

« La partie n’est pas finie. »

 

Bien que le Medef ait accepté 
de prendre des

mesures pour taxer les contrats courts, vous jugez

« inacceptable » le projet d’accord. Pourquoi ?

Agnès Le Bot. Il faut considérer l’ensemble du texte :

il organise structurellement plus de déréglementation

du droit du travail par rapport à la situation actuelle.

C’est un nouveau saut assuré vers plus de flexibilité

du travail, plus de précarité et plus de liberté de licencier

pour les employeurs. Voilà ce qui fonde notre appréciation. Quant à cette mesure avancée par le patronat,

cela ne peut, en un coup de baguette magique, rééquilibrer l’ensemble du texte :

ils proposent une surcotisation sur une partie des contrats précaires, et, en compensation, demandent

de nouvelles exonérations de cotisations sociales pour les entreprises. Au final, le Medef se remet

dans la poche 50 millions d’euros. On est à côté de l’objectif, qui était de faire en sorte que de nouvelles

ressources pour l’assurance chômage soient dégagées, alors que c’est l’explosion des contrats courts

qui pèse sur l’Unedic. Le Medef a encore une fois détourné une revendication syndicale.

Quelles dispositions sont selon vous les plus dangereuses ?

Agnès Le Bot. Il y a le contrat intermittent, nouvelle fragilisation du CDI, généralisable dans les entreprises

de moins de 50 salariés. S’agissant du temps partiel, il n’y a pas d’encadrement : au contraire, c’est un

nouveau saut vers plus de modulation du temps de travail, au profit de l’employeur, et plus d’incertitude

pour le salarié.

Deuxièmement, toutes les procédures en matière de licenciement collectif sont passées à la moulinette :

avec les accords dits de « maintien dans l’emploi », on a une tentative de destruction des possibilités de

résistance qui demeurent à l’heure actuelle, comme on le voit chez Fralib, ArcelorMittal, etc.

Troisièmement, il y a un affaiblissement très 
grave des possibilités de recours 
en justice des salariés,

une 
volonté d’assurer l’impunité 
des employeurs…

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Publié dans CGT, droit du travail, ECONOMIE, Emplois, France, licenciements, SOCIAL, Syndicats | Pas de Commentaires »

Communiqué CGT-FSU

Posté par communistefeigniesunblogfr le 1 avril 2012

 

Communiqué CGT-FSU dans CGT logoFSU3

siteon0-dc90f dans FSU

Deux délégations de la FSU et de la CGT se sont retrouvées ce jour.

 

 

 

Les deux organisations constatent qu’elles partagent, une nouvelle fois, de forts et larges points communs dans leurs analyses

sur la situation sociale, politique et économique. Elles s’en félicitent.

Face aux politiques de régression sociale, aux attaques à l’encontre des salariés, aux choix de faire payer la crise à celles

et ceux qui n’en sont en rien responsables, la CGT et la FSU entendent, par leurs propositions et initiatives, peser sur les

orientations qui seront prises et contribuer à la construction d’alternatives.

Nos organisations ont été actrices de nombreuses actions que ce soit dans les différents secteurs comme au niveau

interprofessionnel ces derniers mois. Elles agissent notamment pour cela dans le cadre de l’intersyndicale. Ces mobilisations

sont indispensables et ont permis, en dépit de leurs limites, de placer l’intervention des salariés au coeur de l’actualité et

de peser sur les débats. Dans un contexte de crise qui atteint chacun dans son quotidien, elles estiment nécessaire de

rassembler largement et de manière unitaire le mouvement social pour construire une riposte à la hauteur des attaques subies.

La FSU et la CGT réaffirment leur volonté –et leur disponibilité- pour mettre en oeuvre ces mobilisations syndicales unitaires.

Elles confirment également leur détermination à contribuer au développement des luttes solidaires en Europe.

La CGT a informé la FSU de son intention de soutenir sa demande d’adhésion à la confédération européenne des syndicats.

A la veille de l’important scrutin présidentiel des 22 avril et 6 mai, les deux organisations sont déterminées à faire entendre

les exigences et revendications des salariés en toute indépendance.

Confirmant leurs revendications pour le développement de l’emploi, le pouvoir d’achat et la protection sociale, elles réaffirment

qu’une nouvelle répartition des richesses est indispensable et possible. Il s’agit de favoriser les revenus du travail

par l’augmentation des salaires, une véritable politique industrielle, la relance de la consommation dans le respect

du développement durable, le développement des services publics, une protection sociale solidaire et de haut niveau….la CGT

et la FSU estiment que le bilan du Président de la République et son programme pour les cinq années à venir vont à l’encontre

des exigences de progrès social.

En outre, nos deux organisations redisent ensemble avec force et détermination leur opposition et leur combat commun contre

les thèses de l’extrême droite, porteuses de démagogie, de discrimination et de racisme. Ces thèses sont incompatibles

avec les valeurs du syndicalisme que nous portons et dangereuses pour les salariés et les citoyens.

En tout état de cause, l’intervention des salariés avec leurs organisations syndicales est une condition essentielle

de la transformation sociale. En ce sens, la FSU et la CGT appellent à l’organisation de manifestations unitaires sur

les revendications sociales le 1er mai.

Depuis maintenant trois ans, la FSU et la CGT ont fait le choix d’approfondir leurs relations et d’inscrire leurs échanges dans la

durée pour conforter l’unité syndicale.

Des initiatives communes ont eu lieu –sur la formation professionnelle, la petite enfance, les jeunes et le syndicalisme- qui,

de manière positive, ont concrétisé la volonté partagée de travailler à un syndicalisme plus efficace, pour rassembler les salariés.

Ces journées nationales centralisées ou décentralisées sont complémentaires avec les autres démarches communes qui

existent tant dans les territoires que dans les secteurs professionnels.

À partir de ces premières étapes, nos deux organisations entendent poursuivre et approfondir ce processus de manière régulière,

en le portant au plus près des syndiqués et des salariés pour que le plus grand nombre s’en empare.

Elles le feront à partir d’un travail commun sur de grandes questions qui préoccupent les citoyens, comme l’emploi et la

communauté éducative par exemple.

Elles le feront en s’appuyant sur la nouvelle donne en matière de démocratie sociale et de représentativité syndicale, en pesant

ensemble pour obtenir des avancées pour les personnels.

Elles continueront à produire du matériel revendicatif commun afin de diffuser largement les initiatives qui pourront être prises.

Sans exclusive, nos deux organisations inscrivent cette démarche dans la construction d’un syndicalisme rénové, renforcé

notamment en nombre d’adhérents, qui doit créer les conditions de son rassemblement.

Nos deux organisations affirment leur volonté d’oeuvrer conjointement en ce sens à tous les niveaux.

Dans ce cadre, elles arrêtent d’ores et déjà le principe d’une nouvelle rencontre dès le mois de mai 2012.

 

Publié dans CGT, FSU, POLITIQUE, Syndicats | Pas de Commentaires »

Réplique des « Jeunes Communistes » à Eva Joly

Posté par communistefeigniesunblogfr le 9 février 2012

 

Réplique des

Eva, ne t’arrête pas là !

Les jeunes ne veulent pas de toi !

Europe Écologie, projet à l’arrêt pour les jeunes

 On savait déjà que les jeunes étaient comme la cinquième roue d’un carrosse Diesel

pour Europe-Écologie/les Verts :

deux pages sur les jeunes en tout et pour tout dans leur programme de 103 pages ! Et quelles pages…

Des propositions aussi centrales que « suppression des publicités lors des programmes jeunesse » ou,

plus dangereuses, des idées comme le « complément de revenu » pour permettre, prétendument, aux jeunes

précaires de vivre, alors qu’il faudrait s’attaquer de front à la précarité et pas demander encore à l’État de payer

à la place des patrons…

visuel4_par_ulysse11-1024x195 dans Jeunes Communistes

 

 

On savait déjà que dans les villes qu’ils gèrent, Europe-Écologie/les Verts se souciaient plus du profit des possédants

que du bien-être des jeunes, comme on avait pu le constater à Bègles (Gironde, maire : Noël Mamère) où les seuls

logements étudiants construits (Terre-Neuve) sont tous confiés au privé. Les jeunes raquent ; les proprios ramassent…

Merci qui ? Merci Europe-Écologie !

Eh bien on sait maintenant qu’Eva Joly est la digne représentante d’Europe-Écologie à l’élection présidentielle.

En déclarant tranquillement hier que « si je fais 2-3%, on va me donner le ministère de la Jeunesse et des Sports,

et ça s’arrêtera là », Eva Joly dit bien l’importance qu’elle accorde aux jeunes dans son projet politique.

Disons-le clairement : c’est carrément inconscient quand on connaît la situation de la jeunesse de ce pays !

Un jeune sur quatre au chômage, une précarité de masse qui frappe presque tous les jeunes, des salaires minables,

l’accès à la santé non garanti pour cause de trop faibles revenus…

Combien de souffrances supplémentaires de la jeunesse faudra-t-il à Eva Joly pour comprendre que la jeunesse,

ce n’est pas une petite question mais bien La Question du moment.

Décidément, si Europe-Écologie a perçu l’urgence environnementale, ils n’ont toujours pas vu l’urgence sociale et

humaine ! Quant à comprendre que les deux questions sont liées et qu’elles passent par une politique de justice en

direction des jeunes, il faudra sans doute attendre leur réchauffement cérébral…

Les Jeunes Communistes alertent les candidats à la présidentielle sur le traitement qui a été réservé aux jeunes

tout au long des 10 dernières années à tel point que le Bureau International du Travail  nous appelle

« génération perdue ». Le Ministère de la Jeunesse et des sports n’existe d’ailleurs plus. La Jeunesse est l’affaire

d’une secrétaire d’Etat, madame Jeannette Bougrab, dont la dernière proposition à destination des jeunes fut

d’organiser une « fête de la jeunesse ».

2012_02_petoch_v2 dans POLITIQUE

 

Nous appelons tous les jeunes de France à se saisir de la proposition

de loi cadre « pour permettre aux jeunes de prendre en main leur avenir »

(www.placeauxjeunes2012.fr) des députés communistes républicains et

du Parti de Gauche pour qu’elle soit débattue et enrichie, et à se mobiliser

pour imposer son vote à l’Assemblée Nationale.

C’est une urgence sociale, et un sursaut nécessaire dans cette campagne !

 

Télécharger la pétition pour faire voter la loi visant à permettre

aux jeunes de prendre en main leur avenir :


Source : jeunescommunistes2012.fr  8 février 2012

 

 

Publié dans Europe Ecologie les Verts, Jeunes Communistes, POLITIQUE | Pas de Commentaires »

Jeunes filles des quartiers : Comment favoriser la réalisation de leurs exigences

Posté par communistefeigniesunblogfr le 17 février 2010

L’Humanité.fr – 15 février 2010

En finir avec le regard compassionnel

Martine Durlach © Mairie de Paris DDATC / Dolce Vita

Par Martine Durlach, Adjointe (PCF) au maire de Paris de 2001 à 2008.

 

Comment répondre aux exigences des jeunes filles des quartiers  ?

Instrumentalisées le temps d’une campagne électorale  ; victimisées lorsqu’il s’agit de décrire les couches populaires comme « classes dangereuses »  ; et le plus fréquemment ignorées : tel est le lot réservé aux filles des quartiers populaires. Les manœuvres sarkozyennes ont agi comme un étouffoir pesant sur leur parole autonome. Comment favoriser la réalisation de leurs exigences  ? C’est la question posée à la « mission » que le maire de Paris m’a proposée sur la situation des jeunes filles de quinze à vingt ans dans les cités populaires de la capitale, dont il sera rendu compte le 16 février. Un travail d’études, de dialogue et de propositions d’actions concrètes qui bénéficie de l’apport de sociologues, actrices et acteurs de terrain, militants, professionnels, élus de Paris et aussi de Seine-Saint-Denis pour tenter de sortir des clichés, entrer dans la réalité et essayer de traiter la question dans la durée. La réalité, c’est d’abord la pauvreté, le chômage, la précarité, l’échec scolaire, les problèmes sanitaires graves, les démantèlements de services publics, les inégalités territoriales, la tristesse de l’environnement… Changer, pour les jeunes filles des quartiers populaires, c’est changer de politique  : l’action pour résister et créer les conditions de changements structurels en France est évidemment primordiale.

[Article complet : humanite.fr/]

 

Publié dans IDEES - DEBATS - PHILO, PCF, POLITIQUE | Pas de Commentaires »

Les propos de Xavier Darcos sur les quartiers populaires sont indignes et obscènes

Posté par communistefeigniesunblogfr le 2 décembre 2009

PCF - 2 décembre 2009Olivier Dartigolles :

Les propos de Xavier Darcos sur les quartiers populaires sont indignes et obscènes dans PCF arton4233-46b99

Réagissant aux chiffres, particulièrement alarmants, présentés dans le rapport 2009 de l’Observatoire national des zones urbaines sensibles, Xavier Darcos, ministre du Travail et candidat UMP dans la région Aquitaine, déclare : « il faudrait cesser de parler de quartiers ghetto, il faudrait parler de sas ».

Quand la situation des quartiers populaires présente une telle explosion du chômage des jeunes ( 41% pour les garçons de 15 à 24 ans) ; quand la pauvreté gagne autant de terrain avec un habitant sur trois et un mineur sur deux vivant sous le seuil de pauvreté, quand les populations de ces quartiers ont trois fois plus recours à la couverture maladie universelle qu’ailleurs ; alors un seul mot vient aux lèvres face à la morgue du ministre Darcos : « indigne » .

De tels propos constituent tout simplement une provocation pour les habitants des quartiers populaires. Elle est inutile. Elle est aussi dangereuse. On savait la droite « décomplexée », agressive et très déterminée. Avec Xavier Darcos, mais il n’est pas le seul à briller dans ce domaine au cours des dernières semaines, elle fait plus que fleurter avec l’obscénité. Elle y baigne.

 

Publié dans PCF, Politique nationale, PRECARITE | Pas de Commentaires »

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy