• Accueil
  • > Recherche : sand feignies

Résultats de votre recherche

Pierre Laurent et Thierry Wolton, invités de l’émission « Agora » sur France Inter, dimanche 21 février

Posté par communistefeigniesunblogfr le 20 février 2016

 

ENREGISTREMENT DE L' EMISSION ' PREUVES PAR 3 '

 

  « AGORA »

 

  Le grand rendez-vous politique et citoyen de France Inter,

  tous les dimanches, à 12h, en public et en direct du studio 621.

  France Inter propose, dans un format inédit, une émission politique,

  « Agora », animée par Stéphane Paoli avec le service politique

  de France Inter.

  Tous les dimanches de 12h à 14h, en public, « Agora » ouvre

  le débat en donnant, à parts égales, la parole à la société civile

  et à la représentation politique.

 

 

 

Dimanche 21 février 2016  « Être communiste au XXIème siècle ? »

Avec :

♦  Pierre Laurent, secrétaire national du Parti communiste français, président du parti de la Gauche européenne,

sénateur de Paris du groupe Communiste, Républicain et Citoyen

  Thierry Wolton, essayiste, auteur d’Une histoire mondiale du communisme (Grasset)*

  Carine Bécard, chef adjointe du service politique de France Inter

  Matthieu Croissandeau, directeur de la rédaction de L’Obs

 

*  Une histoire mondiale du communisme un peu trop anti-communiste

Publié dans Non classé | Pas de Commentaires »

L’Édito de l’Humanité : « La pièce de cent sous de François Hollande »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 2 septembre 2015

 

La pièce de cent sous de François Hollande

 

Capturel'huma21746

  L’éditorial de Patrick Appel-Muler :

 

  « les seuls à pouvoir se réjouir d’une situation

  améliorée sont les grandes fortunes obèses

  et les actionnaires comblés de dividendes. »

  Balzac dénonçait « la pièce de cent sous tapie

  au fond des consciences ». Elle semble toujours

  briller d’un éclat hypnotique dans les cerveaux

  de nos gouvernants, des cercles économiques

  ou médiatiques qui ont en main les commandes

  de la société. Ils appliquent avec zèle un quintet

  de principes :

  l’intérêt des plus riches est celui de tous ;

  il faut pressurer les peuples pour que les riches

  se portent mieux ;

les droits émancipateurs – notamment du travail – conquis par les peuples sont des freins au progrès ;

il ne faut pas s’embarrasser de la démocratie si elle contrarie les marchés ; les inégalités sont souhaitables

et pourquoi pas éternelles. Rien, pas même des évidences lisibles dans le cours des sociétés, ne les fait fléchir.

Que des personnalités comme Joseph Stiglitz, prix Nobel d’économie, mettent en cause la mondialisation capitaliste,

le carcan imposé à l’Europe, la démission des gouvernants français ou les périls qui peuvent naître

des boursouflures de la finance ne les troublent pas. Ces esprits assoupis sont semblables aux Troyens,

sourds aux prophéties de Cassandre, aveugles aux désastres attestés, paralysés par de vieilles croyances

et des confiances arrogantes.

[Lire la suite]

 

Publié dans France, l'Humanité, POLITIQUE | Pas de Commentaires »

Des milliers de manifestants dans les rues de Dublin contre la facturation de l’eau (21 mars 2015)

Posté par communistefeigniesunblogfr le 25 mars 2015

vu sur Solidarité ouvrière

 

Dublin : Manifestation contre la facturation de l’eau

 

CaptureDublin  capture d’écran

  Des dizaines de milliers de manifestants

  ont convergé vers le centre de Dublin

  samedi 21 mars 2015 en début d’après-midi

  pour manifester contre la décision

  du gouvernement irlandais de facturer l’eau,

  jusque-là gratuite, une mesure jugée

  de trop après des années d’austérité.

 

 

Image de prévisualisation YouTube

http://www.euronews.com/2015/03/21/th…

Publié dans Austerite, Irlande, Liberalisme, Luttes | Pas de Commentaires »

Aurélie Trouvé, qui vient de publier « Le business est dans le pré », dresse le bilan des dérives de notre modèle agricole. (Basta !)

Posté par communistefeigniesunblogfr le 28 février 2015

AGRO-BUSINESS

Aurélie Trouvé :

« Il faut stopper la mise en concurrence sauvage de notre agriculture »

 

par Sophie Chapelle 26 février 2015

 

Captureaurélietrouvé

 

  Quel avenir pour l’agriculture ? Des fermes-usines rassemblant

  des milliers de vaches ou de porcelets ? Une participation

  massive des banques et fonds de pension dans le financement

  de l’agriculture ? Une dérégulation totale des marchés

  et une augmentation des importations ?

  Alors que se tient cette semaine à Paris le Salon de l’agriculture,

  l’économiste Aurélie Trouvé, qui vient de publier

  Le business est dans le pré, dresse le bilan des dérives

  de notre modèle agricole. Pour mieux comprendre les défis

  actuels et les mesures essentielles à mettre en œuvre

  pour inventer une autre agriculture. Entretien.

 

 

Basta ! : Qui défend aujourd’hui la création de fermes-usines en France ? Pourquoi les acteurs du secteur agro-alimentaire cherchent-ils à promouvoir ce modèle ?

Aurélie Trouvé [1] : Quel est l’intérêt d’une ferme de 1000 vaches ? La diminution des coûts de collecte, tout simplement. Plus on a de grosses exploitations, plus elles sont concentrées dans l’espace, et collecter le lait revient moins cher. Ces fermes-usines permettent aussi de réaliser des économies d’échelle. Ce ne sont pas forcément des exploitations pérennes sur le long terme qui dégagent une forte valeur ajoutée, mais elles sont capables de fournir un grand volume, standardisé et avec des prix plus faibles.

Les acteurs de l’agro-industrie ont intérêt au développement de ces fermes-usines, qui leur permettent de faire des affaires. Prenons le cas du groupe français Sofiprotéol-Avril (dirigé par Xavier Beulin, président de la FNSEA, ndlr). Derrière ce géant français, il y a des producteurs d’oléagineux – de colza, soja et tournesol. Qui mange des tourteaux de soja ? Le bétail, quand il est élevé hors sol, c’est-à-dire hors pâturage. Moins les animaux pâturent – comme c’est le cas dans ces fermes-usines mais aussi dans bien d’autres exploitations –, moins les éleveurs sont autonomes. Et plus Sofiprotéol-Avril fait des affaires ! Ce conglomérat est aussi entré au capital de l’entreprise Biogemma, qui développe des OGM, ou de Glon Sanders, leader français des aliments composés pour animaux, ainsi que de tout un ensemble de sociétés qui ont un intérêt à développer l’agro-industrie (lire notre enquête sur Sofiprotéol).

[…]

Quelles sont les conséquences pour ceux qui travaillent dans ces exploitations géantes ? Et pour la qualité des produits agricoles ?

La ferme des 1000 vaches en Picardie est trois fois moins créatrice d’emplois par litre de lait produit qu’une ferme classique. Sur le plan environnemental, un méthaniseur est prévu pour traiter les effluents d’élevage. Mais que va-t-on faire du digestat, le résidu des déjections non intégrées par le méthaniseur, qui risque de polluer les nappes phréatiques ? Ce déchet ultime va être transporté vers d’autres sites, avec son lot de nuisances sonores, d’émissions de gaz à effet de serre, d’accidents. On marche sur la tête ! Sur le plan sanitaire, la concentration du troupeau augmente les risques d’épidémies, ce qui implique un recours abondant aux vaccins, sérums et antibiotiques. Malgré les seuils réglementaires, ces substances peuvent se retrouver dans le lait et la viande consommés. Aujourd’hui, la moitié de la production mondiale des antibiotiques est destinée aux animaux [2] !

[Article complet sur Basta !]

Creative Commons License

Publié dans Agriculture, Basta!, ECONOMIE, Liberalisme | Pas de Commentaires »

Quand la nature devient la proie des banques

Posté par communistefeigniesunblogfr le 4 février 2015

 

Quand la nature devient la proie des banques

 

Laurent Etre – 3 Février 2015 – L’Humanité

 

Captureartenature

 

  Nature, le nouvel eldorado de la finance.

  La chaine Arte a diffusé hier un documentaire

  édifiant sur le business, fumeux mais juteux,

  des « bio-banques ».

 

Une déconstruction bienvenue et efficace, appuyée par de nombreux exemples.

Et si la nature était mise à prix, comme une quelconque marchandise ? C’est précisément la trouvaille

des adeptes du capitalisme vert, se disant persuadés que seul le marché peut aujourd’hui sauver

la planète.

La pluie de l’Amazonie, sans laquelle point d’agriculture en Amérique latine ? 207,4 milliards d’euros.

La pollinisation, à l’échelle mondiale ? 173 milliards.

On aimerait croire à une mauvaise blague. Il n’en est rien. Ces évaluations sont le fait d’un économiste,

Pavan Sukhdev, qui a reçu le titre d’« ambassadeur de bonne volonté » du Programme des Nations unies

pour l’environnement (PNUE), en 2012, et dont les idées rencontrent un écho croissant de par le monde.

Une « activité » rentable
 et pas fatigante pour un sou

Un succès qu’analyse en détail, et avec clairvoyance, le documentaire « Nature, le nouvel eldorado

de la finance », signé Sandrine Feydel et Denis Delestrac. Aujourd’hui, des « bio-banques » proposent

d’acheter des actions « cactus », « marécage », « lézard »… Ou des actions « mouche des sables »,

à l’instar de la Vulcan Materials Company, à 200 kilomètres de Los Angeles. Le principe est simple :

au nom de la défense de cette espèce rare, en voie de disparition, la bio-banque achète une parcelle

de terrain, où vivent encore des spécimens, et se contente de laisser l’insecte s’y développer.

Si une entreprise souhaite s’installer à proximité, l’État le lui interdit. Sauf si elle acquiert des actions

auprès de la bio-banque, pour « compenser » son action polluante.

Michael Linton, de Vulcan Materials Company, annonce que la dernière vente de son enseigne a été

d’un peu plus de 220 000 euros pour 4 000 mètres carrés. Une juteuse « activité », donc,

et pas fatigante pour un sou. « On soulage le client de sa responsabilité, c’est comme un certificat

de bonne volonté », résume Steve Morgan, PDG de Widlands, la plus importante bio-banque

de l’Ouest américain, dont le chiffre d’affaires dépasse 35 millions d’euros chaque année.

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Image de prévisualisation YouTube

 

http://www.arte.tv/guide/fr/050583-000/nature-le-nouvel-eldorado-de-la-finance

Rediffusions :
mar 10.02 à 8h55
lun 16.02 à 8h55

Publié dans documentaire, Environnement, Finance, Liberalisme | Pas de Commentaires »

Le FN en passe de devenir le parti unique des matinales radiophoniques !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 20 mars 2014

 

Le FN, ce parti unique des matinales radiophoniques

 

CaptureRegards

  Le Front national, parti d’extrême droite qui aime tant

  se déguiser en parti « anti-système », a démontré ce matin

  qu’il était bien implanté dans le système médiatique.

  On avait beau changer de fréquence sur sa radio, tour à tour,

  il y avait Ravier (FN) sur France Info, Philippot (FN) sur France

  Inter et Le Pen (FN) à RMC et BFM-TV. Le FN est en passe

de devenir le parti unique des matinales radiophoniques !

 

Et que l’on ne nous parle pas de coïncidence. Le CSA a pointé « certains déséquilibres non encore compensés » dans ses relevés, en précisant même que 43 % du temps d’antenne de BFM TV consacrés à l’enjeu national des élections municipales étaient squattés par le parti d’extrême droite entre le 10 février et le 7 mars 2014. Un chiffre effarant, à mettre en regard avec le sort médiatique fait au PCF, pourtant 3eme parti en terme d’élus municipaux, présentant des candidats sur 7500 listes contre moins de 600 pour le FN.

Au soir du premier tour dimanche, si le FN fait un score important, le PCF invite certains médias à balayer devant leur porte. A force de jouer avec le feu, il finit par prendre. Les électeurs ont un bon moyen de déjouer ce mauvais scénario. Ils disposent pour cela d’un atout maitre : leur bulletin de vote. En votant pour les listes du Front de gauche et de large rassemblement soutenues par le PCF, ils feront tort aux Cassandre de tous bords qui annoncent un succès du FN tout en l’organisant. Ils feront œuvre de démocratie.

Communiqué du PCF

 

Temps de parole : BFM, la part belle au FN

Publié dans Elections municipales, France, POLITIQUE, Presse - Medias | Pas de Commentaires »

Fronde au sein du parti socialiste ? Encore un petit effort pour joindre les actes aux paroles !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 11 février 2014

 

Appel de la gauche du PS : « Non à la politique de l’offre ! »

 

maurel  Emmanuel Maurel et Jérôme Guedj, signataires de l’appel

  27 membres du bureau national du PS sur 72

  ont signé un appel pour une autre politique.

  Non à la politique de l’offre ! Non à la baisse

  du «coût du travail» disent-ils.

 

« Si 35 % de la direction du parti signe, cela, on peut penser que, à la base, c’est bien plus

que la majorité des adhérents tellement le mécontentement est grand » écrit Gérard Filoche,

également signataire.

 

Extraits de l’appel :

(…) en France, qu’il n’y a pas qu’une seule politique possible.

Or en dépit de la salutaire rupture avec l’ère Sarkozy, l’orientation en matière de politique économique suscite des désaccords et des inquiétudes dans nos rangs.

Nous ne nous reconnaissons pas dans le discours qui tend à faire de la baisse des « charges » et du « coût du travail » la condition d’un retour de la croissance. Il n’y a pas de « charges » mais des cotisations sociales qui sont en réalité du salaire différé.

Et nous sommes inquiets quand nous découvrons que la baisse des cotisations promise aux entreprises s’accompagne d’une réduction de 50 milliards d’euros des dépenses publiques en trois ans, sans même savoir quels sont ceux qui en supporteront les conséquences. Ce qui risque de rogner sur le modèle social français dont les grands principes ont été établis à la Libération.

(…)

La social-démocratie suppose que le parti majoritaire à gauche soutienne les syndicats de salariés pour arracher un compromis au patronat.

Si le Président a été très clair sur les avantages accordés aux entreprises, les contreparties demandées restent floues. Il faudra plus qu’un « observatoire » pour imposer amélioration des conditions de travail, discussion sur les salaires, partage du travail ou multiplication des embauches. D’autant que le MEDEF, par la voix de son président, refuse de rentrer dans une logique de « donnant-­donnant » qui serait pourtant la moindre des choses. En lien avec les déclarations présidentielles, nous insistons sur la double nécessité de ne pas alimenter la rente pour servir l’investissement productif et de faire bénéficier les salariés, par le biais de la rémunération notamment, d’une part de cette aide.

Il n’y aura pas de « compromis social » favorable aux salariés sans mobilisation du parti, des parlementaires, du mouvement social. Salaires, embauches, réduction et partage du temps de travail, droits des salariés, contrôle des licenciements abusifs, modalités de remboursement des aides en cas de non-respect des engagements, politique de redistribution des dividendes : dans tous ces domaines nous devons porter des exigences fortes.

Oui, nous devons les porter, et en toute liberté́. Sachons-nous désintoxiquer des institutions de la Vème République. Tout ne peut procéder d’un seul homme. Les débats politiques ne se règlent pas en brandissant la menace de mesures disciplinaires ou en mettant les parlementaires au pied du mur.

Le PS doit jouer pleinement son rôle. Pour la réussite de la gauche au pouvoir, il faut un Parti autonome, force de propositions, relais des aspirations mais aussi des mécontentements. C’est une des conditions de la réussite commune.

Cette réussite passe aussi par l’implication de la gauche dans toute sa diversité. Il n’y a aujourd’hui de salut pour la gauche française que dans la construction de convergences entre les forces politiques et sociales qui la composent. Au moment où une partie de la droite radicalisée fait jonction avec une extrême droite plus menaçante que jamais, le rassemblement de la gauche est une ardente obligation.

Signataires

27 membres du Bureau National du Parti socialiste (sur 72)  :  Pouria Amirshahi, Tania Assouline, Guillaume Balas, Marie Bidaud, Sandrine Charnoz, Pascal Cherki, Laurianne Deniaud, Stéphane Delpeyrat, Antoine Détourné, Julien Dray, Henri Emmanuelli, Anne Ferreira, Gérard Filoche, Olivier Girardin, Jérôme Guedj, Liêm Hoang-­‐Ngoc, Frédéric Hocquard, Régis Juanico, Marie Noelle Lienemann, Marianne Louis, Fréderic Lutaud, Delphine Mayrargue, Emmanuel Maurel, Jonathan Munoz, Nadia Pellefigue, Paul Quiles Roberto Romero, Jean-­‐François Thomas, Isabelle Thomas

[Lire l’appel sur humanite.fr]

Lire aussi :

 

L’aile gauche du PS met en garde Hollande

Publié dans Austerite, France, Liberalisme, POLITIQUE, PS | Pas de Commentaires »

Des milliers de manifestants contre l’austérité à Rome, Porto et Lisbonne

Posté par communistefeigniesunblogfr le 21 octobre 2013

 

Contre l’austérité

                Manifestations au Portugal et en Italie

 

lundi 21 octobre 2013 , par Alessandro Vitagliano

Des milliers de manifestants contre l'austérité à Rome, Porto et Lisbonne dans Austerite capturemanifporto-300x164capture d’écran

- Environ 60 000 manifestants ont défilé à Lisbonne et Porto,

les deux principales villes du pays, à l’appel de la CGTP,

contre les nouvelles mesures d’austérité annoncées

par leur gouvernement. Des baisses de salaires, des coupes

de près de 10% dans les retraites et le recul de l’âge de départ

à la retraite à taux plein de 65 à 66 ans sont prévues

par le législateur portugais. La CGTP, la principale confédération syndicale du pays, a convoqué les manifestations

à Lisbonne et Porto, pour protester contre « l’appauvrissement des travailleurs ». Une nouvelle grève générale est

prévue en novembre.

capturemanifrome1-300x123 Italie dans Italiecapture d’écran

- Des dizaines de milliers d’Italiens ont manifesté samedi

19 octobre à Rome contre le chômage, les coupes budgétaires

et des projets gouvernementaux réalisés au détriment

du financement des services publics.

Des grèves et des manifestations avaient été organisées vendredi 18 octobre à l’appel de syndicats pour protester

contre la politique de rigueur du gouvernement de coalition d’Enrico Letta et son projet de budget pour 2014.

[Source]

 

Publié dans Austerite, Italie, Luttes, Portugal | Pas de Commentaires »

11 septembre 2013, la démocratie chilienne assassinée

Posté par communistefeigniesunblogfr le 11 septembre 2013

 

11 septembre 1973, le coup d’État au Chili

Chili. Contre Allende, ils ont tout fait

 

Salvador Allende quelques jours après son élection, en octobre 1970.

11 septembre 2013, la démocratie chilienne assassinée dans Chili allendeelu

L’oligarchie chilienne et les dirigeants

des États-Unis ont du mal à accepter

la victoire de Salvador Allende.

Dès lors, tout est mis en place pour

briser l’élan de l’Unité populaire

vers un socialisme démocratique,

avant qu’il ne soit trop tard. À tout prix…

« UNE BANDE D’ABRUTIS incapables d’apprécier correctement une campagne électorale et de prévoir

les résultats. Qu’on me ramène cet ambassadeur de merde (l’ambassadeur US à Santiago – NDLR).

Désormais tout se décidera ici. » Le président Nixon, connu pour son vocabulaire fleuri, furieux

après l’annonce de l’élection possible de Salvador Allende à la présidence de la République du Chili,

entouré de ses principaux conseillers, n’en croit pas ses yeux. Allende est bien arrivé en tête du scrutin

avec 36,6 % des suffrages mais seulement très légèrement devant le conservateur Alessandri (35,3 %)

alors que le démocrate-chrétien Tomic recueille 28,1 %. L’usage veut que le candidat arrivé en tête

soit confirmé au poste de président par le Congrès, alors dominé par les démocrates chrétiens

et les conservateurs. Nixon ne décolère pas : si des dispositions ne sont pas prises rapidement,

un accord entre l’Unité populaire et les démocrates-chrétiens permettrait l’élection de Salvador Allende.

Branle-bas de combat à Washington, avec un objectif : « faire capoter Allende ». Des patrons,

des militaires et des politiques chiliens sont convoqués d’urgence pour la mise au point de la réplique.

Le patronat arrive bon premier, suivi de quelques officiers et des chefs des partis de droite avec,

en prime, deux démocrates-chrétiens officiellement dissidents, officieusement mandatés

par leur direction pour prévoir l’avenir. À la jésuite, une tradition dans ces milieux.

Deux plans sont adoptés dès le 14 septembre.

Track one. Il s’agit de faire élire par le Congrès le candidat arrivé en deuxième position puis de provoquer

un nouveau scrutin avec cette fois un candidat unique de la droite.

Track two. Préparation d’un soulèvement militaire et réactivation de l’extrême droite, Patria y Libertad.

 

Vidéo: la CIA, Kissinger, Nixon et la chute d’Allende

 

Image de prévisualisation YouTube

sur youtube

Le 25 octobre, le chef d’état-major René Schneider meurt sous les balles lors d’une tentative

d’enlèvement. La veille, un accord passé au Congrès entre la Démocratie chrétienne

et l’Unité populaire a débouché sur l’élection de Salvador Allende.

Les premiers plans américains ayant échoué, une deuxième partie s’annonce.

[Lire la suite sur humanite.fr]

Documentaire :  Le dernier combat d’Allende

 

Publié dans Chili | Pas de Commentaires »

Salif Keita annule son concert en Israël

Posté par communistefeigniesunblogfr le 26 août 2013

 

BDS : Salif Keita n’ira pas chanter en Israël

 

Salif Keita annule son concert en Israël dans GAZA - PALESTINE salif-keita

Le chanteur malien Salif Keita vient d’annuler son concert en Israël

« par respect pour le boycott culturel ».

Une décision que le chanteur de pop-afro internationalement connu

a prise quelques heures avant de prendre un avion pour aller

se produire au festival de musique israélien « Season of Culture ».

 

L’annonce a été postée jeudi sur la page officielle facebook des organisateurs du festival.

Réactions furieuses, voire racistes en Israël, puisqu’on pouvait lire sur le site www.ynet.co.il :

« Qu’il retourne grimper aux arbres d’où il vient. On n’a pas besoin de lui ici, en Israël ».

En revanche, les militants israéliens de « Boycott From Within », ont salué cette victoire,

et chaleureusement remercié Salif Keita, « la voix d’or africaine pour s’être »positionné

contre l’apartheid israélien, et rangé du côté des opprimés palestiniens ».

De même Farid Esack, porte-parole de BDS Afrique du Sud, a tenu a souligner à l’intention des médias

que le chanteur malien n’a nullement été « intimidé » ou « menacé » comme se plaisent à prétendre

des sionistes. « Nous lui avons simplement adressé une lettre qui est publique, exposant les raisons

pour lesquelles il est immoral de soutenir l’occupant israélien ».

Salif Keita rejoint ainsi une liste de plus en plus longue d’artistes qui participent à la campagne

de boycott culturel d’Israël, parmi lesquels Ken Loach, Roger Waters, Stevie Wonder, Cassandra Wilso,

Elvis Costello, Alice Walker, Mira Nair….

Source : www.bdssouthafrica.com

*

Publié dans GAZA - PALESTINE, INFOS, Israel | Pas de Commentaires »

1234
 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy