• Accueil
  • > Recherche : roms hollande sarkozy

Résultats de votre recherche

12 avril : Marchons contre l’austérité pour l’égalité, et le partage des richesses.

Posté par communistefeigniesunblogfr le 27 mars 2014

 

Une marche contre l’austérité, pour l’égalité et le partage des richesses

Marche du 12 avril contre l’austérité : « Maintenant ça suffit ! »

 

austerite4

Texte collectif.

Syndicalistes en grand nombre, animateurs

de mouvements associatifs, acteurs très divers

du monde de la culture, universitaires,

responsables et élus de formations politiques

de gauche, ce sont 200 personnalités qui,

ensemble, ont signé cet appel et organisent

une marche nationale le 12 avril prochain à Paris,

de République à Nation.

 

 

Une marche qui portera la colère contre l’austérité et exigera l’abandon du pacte de responsabilité,

et qui portera aussi l’espoir d’un rassemblement nouveau pour des alternatives.

Nous n’en pouvons plus de voir la droite et l’extrême droite battre le pavé avec leurs cortèges de haine de l’autre, d’intolérance, de racisme, de sexisme, d’homophobie et d’intégrisme.

En France, comme dans toute l’Europe, la rigueur budgétaire et l’austérité imposées par la Commission européenne, François Hollande et le gouvernement pour satisfaire les marchés financiers nourrissent ce climat malsain. Les conséquences sont là : services publics démantelés, acquis sociaux mis à mal… Le chômage monte, la précarité s’étend, les jeunes galèrent, les salaires et les retraites sont en berne. Les inégalités se creusent tandis que les grandes entreprises versent aux actionnaires des dividendes insolents. Partout ces politiques provoquent indignation, colère et désespoir. Elles nous révoltent.

Elles s’accompagnent du recul général des droits : à l’éducation, à l’emploi, à un revenu correct, à la santé, à un logement stable et décent. Les inégalités d’emploi et de rémunération attaquent plus durement les droits des femmes et des migrants. La répression s’abat sur les sans-papiers, les Roms, les plus précaires et celles et ceux qui les défendent. Alors que des choix politiques résolument à gauche devraient s’imposer face à la crise, les renoncements du gouvernement devant les exigences du Medef et de la droite en matière sociale, environnementale, familiale et sur le droit de vote des étrangers… scandalisent.

Avec l’assentiment enthousiaste du Medef, le président de la République veut désormais faire du pacte de responsabilité le cœur de sa politique. Au patronat, il octroie 35 milliards d’allégement de cotisations. Qui peut croire que ce nouveau cadeau permettra de lutter contre le chômage ? Devant un Medef qui refuse de s’engager sur des créations d’emplois, le gouvernement Ayrault s’engage, lui, à réduire les dépenses publiques de 50 milliards d’euros. Dans la ligne de mire, la Sécurité sociale et les services publics. Mais ce sont aussi les collectivités territoriales asphyxiées, les associations étouffées, la culture sacrifiée. Ce n’est décidément pas cela que nous voulions, nous qui, par millions, avons contribué à chasser Sarkozy.

Personnalités morales, acteurs et actrices du monde de la culture et des arts, du monde du sport, responsables syndicaux, associatifs, politiques, nous sommes divers par nos engagements. Mais ensemble, nous voulons construire une dynamique pour une alternative sociale, démocratique, écologique et féministe, fondée sur la solidarité. Nous appelons le samedi 12 avril à Paris à une marche nationale d’espoir à gauche, contre l’extrême droite, pour l’abandon du pacte de responsabilité, pour une juste distribution des richesses. Cette marche ne restera pas sans lendemain.

Voir la liste complète des signataires  

Publié dans Austerite, Chomage, droit du travail, Emplois, EUROPE, France, Liberalisme, POLITIQUE, Pouvoir d'achat, RETRAITES, Salaires | Pas de Commentaires »

Léonarda : Une grave faute politique et morale du Président de la République

Posté par communistefeigniesunblogfr le 19 octobre 2013

 

Léonarda :

Une grave faute politique et morale du Président de la République

 

En proposant à la jeune Léonarda un « accueil à elle et à elle seule », le Président de la République vient

de demander à une enfant de 15 ans de choisir entre la France et sa famille. De choisir entre l’école

de la République et ses parents. Cet affront aux valeurs républicaines se double aujourd’hui

d’un insupportable manquement à la convention internationale des droit de l’enfant,

dont la France est signataire.

En réponse à l’immense émotion provoquée par l’expulsion de Léonarda, François Hollande rappelle

le cadre légal et le « respect de la loi »,propose une accélération des procédures d’expulsion

tout en souhaitant que « l’école soit protégée ». La ligne Valls, dans la continuité du sarkozysme, est

confortée alors qu’il faut changer la loi et mettre fin sans délai à toutes les expulsions de jeunes étrangers

scolarisées.

Nous attendions une parole présidentielle forte, claire. Le président Hollande pouvait, face aux tensions,

aux stigmatisations, en appeler au sursaut républicain. Plus qu’une occasion manquée, il s’agit bel et bien

d’une grave faute politique et morale car on ne peut jamais proposer la liberté et l’égalité sans la fraternité.

Car, « à elle seule », cette fraternité est consubstantielle de notre République.

Olivier Dartigolles, porte parole du PCF

Lire également : De la décence, M. Hollande !

Publié dans F. Hollande, France, PCF, POLITIQUE, Sans Papiers - Immigration | Pas de Commentaires »

Le sarkozyste Manuel Valls réécrit la doctrine socialiste

Posté par communistefeigniesunblogfr le 5 octobre 2013

 

Gouvernement

Manuel Valls réécrit 
la doctrine socialiste

 

Le sarkozyste Manuel Valls réécrit la doctrine socialiste dans France valls-police-300x150Manuel Valls : « C’est une chance d’être au ministère de l’Intérieur »

L’ex-candidat à la primaire socialiste de 2011 met

à profit ses responsabilités au gouvernement

pour faire accepter au PS la doctrine sécuritaire

libérale qu’il a jusqu’alors rejetée. 

 

On savait le gouvernement et sa majorité divisés sur le cap politique défini par François Hollande, que ce soit

sur la restriction des dépenses publiques, la question fiscale, la réforme des retraites ou encore l’action à conduire

pour «réorienter» l’Europe. C’est finalement sur le terrain le moins attendu – la politique migratoire –

que la détonation s’est produite, après la sortie du ministre de l’Intérieur qui a mis le feu aux poudres, mardi dernier,

sur les Roms, dont «les modes de vie extrêmement différents des nôtres» seraient «en confrontation» avec le reste

de la population. La polémique dépasse désormais et de loin le cadre du bras de fer entre le locataire de la place

Beauvau et sa collègue au ministère du Logement, Cécile Duflot, qui l’a accusé de mettre en péril

le «pacte républicain», et met aux prises deux conceptions radicalement différentes de la gauche.

Les sorties de Manuel Valls n’ont en effet rien d’improvisé : «Si François Hollande m’a nommé là, c’est parce

qu’il savait que j’avais sur les questions de sécurité, d’immigration et de laïcité une forme de cohérence», estime-t-il.

Une cohérence qu’il dit puiser chez celui qu’il revendique comme son maître à penser, tenant d’une « gauche »

de l’ordre, en opposition à celle, d’essence révolutionnaire, incarnée par Jean Jaurès : «Ma filiation en politique,

c’est la gauche républicaine, avec le ministre de l’Intérieur qui a organisé la police moderne, Georges Clemenceau»,

rappelle-t-il, dans un entretien à Libération du 22 août dernier.

«Le péché de droitisme, Manuel le porte depuis l’origine»

En ressuscitant la polémique Clemenceau contre Jaurès, le ministre de l’Intérieur cherche à légitimer l’ancrage

à gauche de sa politique, contre ceux qui lui font un procès en droitisation. Ceux-là ne se trouvent pas que

chez ses «amis» politiques. À l’UMP aussi, les correspondances avec les conceptions qui ont cours à droite frappent

les esprits : «Affirmer que l’explosion démographique impose de nouvelles règles, c’est une évidence, un constat lucide

que je ne peux que partager. (…) Sur la question de la laïcité aussi, je ne peux qu’approuver Manuel Valls. (…)

Manifestement, Nicolas Sarkozy est pour lui un modèle», déclarait le député UMP Éric Ciotti. «Le péché de droitisme,

Manuel le porte depuis l’origine», rappelait aussi, dans Challenges du 20 décembre 2012, son ami Alain Bauer,

ex-conseiller à la sécurité de Nicolas Sarkozy.

[Lire la suite sur humanite.fr]

Lire également :

Manuel Valls : c’est donc ça, un socialiste français ?

Manuel Valls, le conformiste

Publié dans France, POLITIQUE, Politique nationale, Populisme, PS | Pas de Commentaires »

Rroms : Valls « fait du Sarkozy » et légitime la xénophobie

Posté par communistefeigniesunblogfr le 22 mars 2013

 

Roms : « Valls conduit une politique de bouc émissaire »

 

Rroms : Valls capture d’écran expulsion à Vigneux-sur-Seine (ASEFRR)

Le Comité Interministériel de Lutte contre le racisme

et les discriminations a conclu que l’année 2012 avait

été marquée par un développement des actes

et des propos racistes, xénophobes, antimusulmans

et antisémites, banalisés car colportés par certains

discours publics.

Cette conclusion est le résultat de la politique

de Nicolas Sarkozy qui a fait le choix

de labourer les terres d’extrême droite, exploitant les peurs, déplaçant la question sociale

sur le terrain identitaire, alimentant un racisme « culturel », véritable arme de division massive.

Problème. En s’attaquant une fois de plus aux Roms, Manuel Valls « fait du Sarkozy » et légitime

le rejet de l’autre, la xénophobie contre des populations vulnérables et démunies.

Cette politique du bouc émissaire décrédibilise l’annonce du Comité interministériel de renforcer

la lutte contre les préjugés et contre le racisme. De plus, le Gouvernement recule sur 2 propositions

du candidat Hollande dans la lutte contre les discriminations : le droit de vote des résidents

étrangers aux élections locales et la lutte contre le contrôle au faciès.

Le gouvernement va-t-il laisser la droite faire sa loi sous l’argument que la gauche ne disposerait

pas de la majorité des 3/5 au Parlement ? Seuls les combats qui ne sont pas menés sont

perdus d’avance. Il est encore temps d’engager la procédure parlementaire pour que les résidents

étrangers votent aux élections municipales de 2014.

Quant à la lutte contre le contrôle au faciès abandonnée par Manuel Valls, Marie-George Buffet a

déposé une proposition de loi. La majorité pour l’adopter existe.

Communiqué du PCF – 21 mars 2013

Publié dans France, PCF, Politique nationale, Racisme - Xenophobie | Pas de Commentaires »

Nouveau dérapage policier contre les Rroms

Posté par communistefeigniesunblogfr le 13 janvier 2013

 

La police gaze des enfants et saccage un camp de roms

 

12 janvier 2013 Par philippe alain
*

Mardi 8 janvier, en fin d’après-midi plusieurs dizaines de policiers font une descente dans un des plus grands

squats de roms de l’agglomération lyonnaise à Saint-Fons.

Tout y est : tenues anti-émeute, casques, boucliers, flash-ball, grenades lacrymogène, taser, chiens d’attaque.

Pendant une heure, ils vont gazer les habitants et saccager le bidonville pour se venger.

Un peu plus tôt dans l’après-midi, selon certains roms, des enfants auraient jeté des cailloux sur une voiture

de police qui s’était introduite sur le parking du terrain privé qu’ils occupent.

Voici donc nos braves policiers en tenue de guerre bien décidés à en découdre avec les

enfants.

[...]

Les dirigeants socialistes et Manuel Valls en particulier portent une très lourde responsabilité dans les dérapages

successifs contre la minorité rom. Depuis l’élection de François Hollande, on assiste à des comportements pire

encore que sous Nicolas Sarkozy : des traques jour et nuit (1), des enfants humiliés et violentés par la police (2),

des bébés en garde à vue (3). La liste est longue. En continuant à stigmatiser les roms, en jetant cette population

à la vindicte populaire et en couvrant de tels agissements de la part de policiers qui sont censés faire respecter

la loi et non la violer, le gouvernement ouvre la porte à des actes beaucoup plus graves. Un vague de racisme

sans précédent se développe actuellement en France contre les roms. On se rend compte à travers ce dérapage

révoltant qu’elle touche également très largement la police.

Valls, qui rêve d’effectuer le même parcours que Sarkozy emprunte les mêmes chemins nauséabonds et racistes

qui ne le mèneront nulle part.

Les Roms ont toujours été les boucs-émissaires idéaux pour détourner l’attention des peuples et leur faire oublier

l’impuissance de ceux qui nous gouvernent à juguler les crises économiques.

[Lire l’article complet sur Rebellyon.info]

 

Publié dans France, Police, Racisme - Xenophobie | Pas de Commentaires »

Jean-Marc Ayrault : la démission, c’est maintenant !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 6 décembre 2012

 

Jean-Marc #Ayrault : la démission c’est maintenant !

 

Jean-Marc Ayrault : la démission, c'est maintenant ! dans France floran21

A gauche pour de vrai! nous n’avons rien contre l’homme Jean-Marc Ayrault.

Il nous est même sympathique. Ces hésitations lors de ses prises de paroles

en public, sa voix tremblotante le rendent humain, et nous on aime bien

l’humain d’abord. Sauf qu’un premier ministre désigné par un président élu

par un électorat de gauche, sur la thématique du changement, doit,

pour être crédible et respecté, impulser un changement de pratique

en mettant le cap à gauche. Or, la pratique politique n’a pas changé depuis le 6 mai, le cap politique non plus.

 

Commençons par le cap politique de Jean-Marc Ayrault qui s’inscrit dans la stricte continuité

de son prédécesseur :

  • Les Roms, durant l’été, sont pourchassés.
  • Le traité européen est adopté sans référendum, comme seul un Fillon avant lui avait osé le faire

sur une question Européenne aussi capitale, infligeant l’austérité au peuple.

  • Les exonérations de cotisations sociales patronales fleurissent comme les petits pains par temps

de rigueur.

pour le pouvoir d’achat des salariés.

  • Il intronise, Monsieur le premier de “gauche” la politique économique de l’offre, la pierre angulaire

de l’idéologie économique de droite.

 

Côté pratique politique, on nous avait promis le changement. On nous avait promis le dialogue social

pour défendre les salariés et leur venir en aide dans le rapport de force qui les opposent à un patronat

de plus en plus fier et autoritaire. A la place, nous avons un premier ministre qui écoute puis cède

à la moindre injonction d’un Medef, rendu puissant comme jamais grâce à une pseudo gauche totalement

conquise par la doctrine du marché financier qu’il s’agit de ne pas heurter et de comptes secrets helvétiques :

  • On promet d’appliquer la loi toute prête pour interdire les licenciements boursiers, on se rend

aux universités d’été du Medef, Ayrault cède.

  • On promet de ne pas accepter le PSE envisagé par PSA, Varin s’insurge, Ayrault cède.
  • On promet d’aligner la fiscalité des revenus du capital sur celle des revenus du travail,

des geonpis gueulent une fois, Ayrault cède.

  • On promet de bloquer le prix des carburants afin d’aider les plus faibles, les pétroliers

et les distributeurs montrent quelques muscles, Ayrault cède.

  • On promet de ne pas instaurer une TVA antisociale, Laurence Parisot l’exige, Ayrault cède.
  • On promet de nationaliser Florange pour instaurer le retour de la puissance publique

dans la politique industrielle du pays, Monsieur Mittal menace, Ayrault cède.

  • On promet la pérennité des emplois à Florange via un projet d’avenir “Ulcos”, en direct au JT

de 20h et, le lendemain, le même Monsieur Mittal rompt son engagement!

 

En définitive, Jean-Marc Ayrault est désormais désavoué par les syndicats qui parlent de trahison,

manipulé par un patronat conscient de la faiblesse politique d’un premier ministre, suffisamment

candide pour croire que personne n’a remarqué son accointance désormais éclatante avec la patronne

du Medef. 

[Lire la suite sur A gauche pour de vrai !]

 

Publié dans France, Front de Gauche, POLITIQUE, Politique industrielle, Politique nationale, PS, SOCIAL, Syndicats | Pas de Commentaires »

De Nicolas Sarkozy à François Hollande, à quoi servent les Roms ?

Posté par communistefeigniesunblogfr le 6 septembre 2012

 

Roms : la règle d’or des socialistes

 

De Nicolas Sarkozy à François Hollande, à quoi servent les Roms ?  dans France 100_4942.jpg-w331h424À quoi servent les Roms ? Au cœur de l’été 2012, Manuel Valls

ne se sera pas contenté de célébrer l’anniversaire du discours

de Grenoble. Il nous aura distraits de la ratification du traité

« Merkozy » par François Hollande. Pour combien de temps ?

(Éric Fassin et Michel Feher)

On pouvait déjà s’émerveiller que la France fût parvenue si longtemps

à constituer « l’immigration clandestine » en un enjeu majeur – alors que

l’on compte seulement 200 à 400 000 « sans-papiers » pour 65 millions

d’habitants. La comparaison avec les États-Unis (même rapportée

à une population presque 5 fois plus importante) est édifiante : ils y sont 11

à 12 millions. Or, outre-Atlantique, cette question pèse moins qu’en France

sur la vie politique. Mais avec les Roms, un nouveau palier est franchi :

ils sont en France environ 15 000 migrants (ceux de nationalité française

sont 30 fois plus nombreux). Malgré les mesures d’éloignement volontaire ou forcé, ce chiffre est constant : si, pour prendre 2010

en exemple, les Roumains (presque tous Roms) constituaient 30% du quota de 28 000 reconduites à la frontière, les mêmes

ne manquaient pas de revenir bientôt. Depuis l’adhésion de la Roumanie et de la Bulgarie à l’Europe en 2007, ce sont donc

des dizaines de milliers de mesures d’éloignement pour rien : d’un côté, il n’y a pas d’invasion, et de l’autre, les expulsions sont

sans effets (sinon humains !). La valse des contradictions ne fait que continuer : on rend difficile l’accès à l’emploi pour les Roms

étrangers, afin de les empêcher de faire concurrence aux Français, quitte à leur faire grief d’un taux de chômage élevé…

Devant pareille absurdité, on peut s’interroger : pour quelle raison, malgré le changement de majorité présidentielle,

les démantèlements de camps sont-ils devenus un marronnier politico-médiatique ? Pourquoi le ministre de l’Intérieur s’emploie-t-il

à célébrer en 2012 l’anniversaire du discours de Grenoble de 2010 ? De Nicolas Sarkozy à François Hollande, à quoi servent les Roms ?

Et aujourd’hui, à quoi sert Manuel Valls ? Rien ne permet en effet de penser que la « question rom » soit la préoccupation principale

des Français, comme l’atteste dans les sondages de fin d’été leur impatience devant l’inaction gouvernementale en matière

économique et sociale. Mais n’est-ce pas là, justement, tout l’intérêt de l’opération ? On met le projecteur sur l’accessoire pour mieux

laisser dans l’ombre l’essentiel.

Lire la suite

Vu sur PCF Grésivaudan

Publié dans France, Racisme - Xenophobie, Sans Papiers - Immigration | Pas de Commentaires »

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy