• Accueil
  • > Recherche : resto du coeur feignies

Résultats de votre recherche

30 ans des restos du cœur : une réalité douloureuse qui signe l’échec d’une politique

Posté par communistefeigniesunblogfr le 25 novembre 2014

Communiqué du PCF

 

30 ans des restos du cœur :

une réalité douloureuse qui signe l’échec d’une politique

 

logo-restos-du-coeur

La pauvreté explose, 1 million de personnes vont encore

recourir cette année aux restos du cœur, qui servent

130 millions de repas.

Et cette association, comme de nombreuses autres, ne pourront

 

Capturerestosducoeur1plus faire face d’ici un an ou deux, car elles subissent,

elles aussi, l’austérité.

Aujourd’hui quatre millions et demi de personnes survivent

avec les minimas sociaux. Trois millions de jeunes vivent

sous le seuil de pauvreté. Les fins de droits ont augmenté

de 56 % depuis 2008, ce qui explique le recours

aux associations qui sont souvent la dernière branche de survie.

Combien de drames humains derrière ces chiffres ?

 

Cette réalité douloureuse signe l’échec d’une politique : celle d’un gouvernement dont la boussole

n’est pas le développement humain mais la courbe des profits des grandes entreprises, au nom de

la compétitivité. C’est ainsi que les profits explosent et que 67 personnes détiennent dans le monde

autant de richesses que la moitié de la population de la planète.

Les associations sont elles aussi impactées négativement par cette politique.

Quatre associations humanitaires ont dû batailler ferme, avec la soutien des députés de la GUE,

pour maintenir l’aide alimentaire européenne menacée de forte réduction. Elles subissent le recul

des subventions publiques au profit des appels à projets et du marché, le recul des dons à cause

de l’austérité, malgré la générosité des Français. Il faut là aussi une autre politique pour favoriser la vie

associative, élément important du développement économique, social et de la vie démocratique.

Des premières mesures pourraient être prises, qui sont dans le rapport parlementaire présidé

par Alain Bocquet.

L’explosion de la pauvreté est un drame social et humain. C’est aussi un drame économique.

Il est grand temps de promouvoir une alternative sociale, écologique, politique à ce pouvoir

et à sa politique.

 

Publié dans Austerite, France, Liberalisme, Pauvrete, PCF, PRECARITE, SOCIETE | Pas de Commentaires »

Restos du Cœur : lancement de la campagne hivernale

Posté par communistefeigniesunblogfr le 25 novembre 2013

 

Restos du Cœur :

La lutte contre la précarité et la pauvreté est une urgence

 

restos-du-coeur_0

Les restos du cœur lancent leur campagne hivernale pour venir en aide aux plus démunis.

Ils s’attendent à voir franchir cette année la barre des un million de bénéficiaires. Triste record.

57 % d’entre eux sont des chômeurs. Ainsi, la politique du gouvernement aggrave la pauvreté,

la précarité et le chômage alors que les profits et les richesses continuent de s’accumuler

pour une poignée de nantis.

Alors que le pouvoir d’achat des français diminue, les dons des particuliers sont toujours en hausse,

ce qui montre leur générosité.

Malgré cela, les restos du cœur s’inquiètent, à juste titre, de la baisse de leurs financements, qui porterait

un grave coup à la solidarité, malgré le travail remarquable de leurs 66 000 bénévoles.

Quant à l’aide alimentaire européenne, elle est dans le collimateur des mêmes qui appliquent l’austérité forcée

dans toute l’Europe. Quel cynisme !

Les parlementaires européens du Front de gauche, en particulier Patrick Le Hyaric, ont bataillé ferme

pour empêcher la baisse de ces aides dont bénéficient les Restos du cœur, le Secours Populaire, les Banques

alimentaires, et la Croix-Rouge. Ils en demandent expressément le maintien voire sa progression.

Au moment où tant de nourriture est jetée, où les prix agricoles et de la pêche s’effondrent, les stocks alimentaires

deviennent une denrée rare pour les associations caritatives.

Il faut promouvoir une politique permettant l’accès à une alimentation saine et accessible à tous.

La lutte contre la précarité et la pauvreté est une urgence.

François Auguste, Responsable des relations avec les associations et les citoyens au PCF

 

L’hiver dernier,  l’association a aidé 960.000 personnes (11 % de plus en un an)

 et servi 130 millions de repas.

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Pauvrete, SOCIETE, Solidarite | Pas de Commentaires »

Titan, un patron en roue libre et libéral

Posté par communistefeigniesunblogfr le 21 février 2013

 

Goodyear

Titan, un patron en roue libre et libéral

 

Titan, un patron en roue libre et libéral  dans CGT goodyear6

La sortie insultante du patron de Titan International

à l’encontre des ouvriers de 
 Goodyear est aussi et

avant tout l’exemple d’une idéologie libérale appliquée.

En se penchant sur l’historique de la société

Titan International, c’est un peu l’histoire du capitalisme

américain qu’on peut lire en filigrane.

Tout commence en 1890 à Quincy, dans l’Illinois, lorsque John A. Stilwell, un industriel de la région,

décide de faire fortune. Son idée : fabriquer des roues de train. Le marché est juteux. Il fonde alors

l’Electric Wheel Company et bientôt les wagons suivent les roues. Mais c’est avec la construction

de tracteurs que la compagnie décolle vraiment.

Grève et vente

Pendant soixante ans, l’entreprise familiale prospère avant d’opérer un premier tournant, en 1957. Le géant

américain du pneumatique Firestone Tire & Rubber’s Steel Product Division rachète Electric Wheel qui,

au sein de la firme, continuera à fabriquer des roues et des jantes de tracteur ainsi que des wagons.

Les usines fonctionnent à plein régime pendant vingt-cinq ans. Avant de se gripper brutalement.

Un mouvement de grève massif est mené en 1982 par des ouvriers de Firestone. Cette grève se soldera,

un an plus tard, par la vente d’Electric Wheel à la société canadienne Titan Proform of Toronto au sein de

laquelle sévit un certain Maurice M. Taylor « junior ».

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Bernard Thibault sur la lettre du PDG de Titan

« Une insulte aux ouvriers français et à la démocratie »

 

capturethibault Goodyear dans Luttes capture d’écran

 

La lettre du PDG de Titan international envoyée au ministre

du Redressement industriel mettant en cause les ouvriers

français est « une insulte non seulement aux ouvriers »

mais à « la démocratie » a estimé le secrétaire général de la CGT

interrogé sur RTL ce 20 février.

 

« Cette correspondance est stupéfiante, c’est une insulte à l’égard des ouvriers mais pas seulement.

Elle est représentative de l’état d’esprit de ces dirigeants des multinationales qui insultent la démocratie ».

« Peu importe ce que l’on peut penser du ministre du Redressement productif, on ne peut pas admettre

que ce genre d’individus se comporte et s’exprime à l’égard d’un ministre de la République en ces termes »,

a-t-il ajouté.

Selon Bernard Thibault, « c’est dire à quel point ces firmes internationales se fichent comme de l’an quarante

aussi bien des citoyens, des salariés, que de la démocratie ».

« S’il y avait encore des gens naïfs à l’égard de l’attitude de ces dirigeants de multinationales, on a là

la confirmation par l’écrit de ce qu’ils pensent au fond d’eux-mêmes », a insisté le secrétaire général de la CGT.

Sur place à l’usine GoodYear d’Amiens les salariés ont reçu cette information comme une gifle. Le représentant

de la CGT, majoritaire avec 80% des voix à l’usine Goodyear d’Amiens-Nord, Mickaël Wamen, a dénoncé

une « insulte totale », jugeant Maurice M. Taylor proche de l’ »asile psychiatrique ».

[CGT]


A lire également :  La réponse d’Arnaud Montebourg au PDG de Titan

 

Publié dans CGT, Luttes | Pas de Commentaires »

« Faut pas prendre les gens pour des cons »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 11 février 2012

 

L’annonce de la candidature de Nicolas Sarkozy approche.

En ces temps de campagne présidentielle, rappelons-nous ce qu’il avait promis en 2007.

http://www.dailymotion.com/video/xoia3u

par PlaceauPeuple

 

Et, pour 2012, voilà ce qu’il veut nous imposer comme modèle !

 

  • Ces retraités allemands obligés de retourner au travail

 

« Faut pas prendre les gens pour des cons » dans Allemagne 3979343309_c4cb4f2a16_z11-300x300Ils distribuent des journaux, rangent les étagères

dans les supermarchés, font des sondages

par téléphones…

Plus de 660 000 retraités allemands doivent travailler

à temps partiel pour compléter leur pension.

Un nombre en hausse constante : la multiplication

des mini-jobs et des faibles salaires donne

nécessairement des retraites de misère.

Par Déborah Berlioz pour myeurope.info.

Wolgang, 57 ans, sert des parts de gâteau à la cafétéria d’un centre de soins au cœur de Berlin. Cet homme jovial est pourtant à la retraite depuis plus de deux ans. Après deux crises cardiaques, il a du cesser son activité de chauffeur. Mais impossible pour lui de passer ses journées entre mots croisés et jardinage.

« En tant que retraité je touche 525 euros par mois. Je paye un loyer de 440 euros. Avec téléphone, le gaz, etc, il faut rajouter 150 euros. Et cela ne suffit pas. Il faut bien vivre de quelque chose c’est pour ça que je travaille ici. »

Wolgang travaille donc 20 heures par semaine dans ce centre, et cela pour 390 euros par mois. C’est ce qu’on appelle un mini-job de ce côté du Rhin. Introduits par les réformes Hartz IV au début des années 2000, ces contrats permettent aux employeurs d’être exonérés de charges tant que le salaire ne dépasse pas les 400 euros par mois.
Paupérisation

Depuis, ils n’ont cessé de se développer dans tout le pays. Et nombreux sont les retraités à accepter ce genre de postes. Selon le ministère des affaires sociales, plus de 660 000 séniors de 65 à 74 ans auraient un emploi à temps partiel. Et si certains pensent que tous ces retraités continuent de travailler par plaisir, Ulrike Mascher les contredit fermement. Elle préside de l’association pour la défense des droits sociaux VDK.

« Quand on voit dans quelles activités les retraités travaillent, ils portent des journaux à 5h du matin, ils rangent des étagères dans des supermarchés, ils font des ménages, ils travaillent comme portiers la nuit. Ce sont des activités qu’on ne fait pas parce qu’on veut rencontrer des collègues ou parce que cela nous plait mais parce qu’on a urgemment besoin d’argent parce que la retraite ne suffit pas. »

Alors certes, 660 000 retraités qui travaillent, cela ne représente que 3,3% des personnes âgées de plus de 65 ans. Un chiffre que le gouvernement a vite fait de mettre en avant pour rassurer les masses . Mais le problème c’est qu’ils sont de plus en plus nombreux à faire partie de cette catégorie de population menacée de paupérisation. Ils n’étaient que 416 000 en 2000. Leur nombre a donc augmenté de plus de 58% en dix ans.
Baisse déguisée du niveau des prestations

[Lire la suite sur placeaupeuple2012.fr/]

 

  • Allemagne – 12 millions de pauvres, la face cachée du triple A

 

Extraits

« La pauvreté en Allemagne, cela ne ressemble bien sûr pas au tiers-monde, explique Anke Assig, porte-parole de l’Association nationale des soupes populaires. C’est une pauvreté cachée, une pauvreté de l’exclusion sociale plutôt que du haillon, une pauvreté que l’on n’ose pas avouer et que l’État a encore les moyens d’amortir. Mais il y a aujourd’hui près de 12 millions de personnes qui vivent sous le seuil de pauvreté en Allemagne, c’est-à-dire 940 € par mois pour une personne seule. Sur 82 millions d’habitants, ce n’est pas rien. » Quinze pour cent de la population, quand cette proportion n’atteignait que 13,5 % en France en 2009.

« Des soupes populaires s’installent près des écoles pour les enfants qui n’ont pas les moyens de se payer la cantine. » Anke Assig, militante associative

L’activité de l’équivalent allemand des Restos du coeur, dont le nombre de « clients » est passé de 1,3 à 1,5 million ces deux dernières années, reflète assez fidèlement le bilan dressé par le dernier rapport gouvernemental sur la pauvreté : « En Allemagne, la pauvreté n’est plus marquée par la partition entre l’Est et l’Ouest. La région de la Ruhr et des villes comme Dortmund ou Duisburg ont autant de pauvresque le Land du Mecklembourg » de l’ex-RDA, détaille Anke Assig.

Le phénomène touche majoritairement les chômeurs, les personnes en emploi précaire et les femmes seules avec enfants (lire l’encadré, p. 50). Deux millions et demi d’enfants vivent dans un foyer pauvre. « Il existe de plus en plus de soupes populaires qui s’installent près des écoles pour que les enfants qui n’ont pas les moyens de se payer la cantine puissent venir. Quand ce n’est pas possible, nous livrons aussi des paquets repas », précise-t-elle.

[...]

Aujourd’hui, on recense outre-Rhin près de 6,5 millions de « mini-jobers », avec des emplois à 400 € pour 60 heures par mois, dans les secteurs aussi variés que la distribution, le nettoyage industriel, les soins aux personnes âgés, l’artisanat, la coiffure, etc. On compte 1 million d’intérimaires et 2,9 millions de chômeurs :

« Dans certains secteurs économiques, on peut qualifier l’Allemagne de pays à bas salaires », estimait, en 2010, Ingrid Schmidt, la présidente du Tribunal fédéral du travail. Depuis, la situation ne s’est pas améliorée. Et les classes moyennes, qui en supportent largement les conséquences, fondent comme neige au soleil.

[...]

Une énorme richesse toujours plus mal répartie

Les Allemands sont très riches. Enfin, pas tous… Les statisticiens évaluent leurs avoirs à près de 8 600 milliards d’euros. Mais 25 % de cette somme appartient aux 1 % des Allemands les plus riches. Soit 825 000 personnes qui possèdent chacune 2,6 millions en moyenne. De l’autre côté, 70 % de la population, soit 57,7 millions de personnes, se contente de 9 % du gâteau : 13 414 € par personne. Ces inégalités se renforcent d’autant que la part des salaires dans les revenus des Allemands a fortement diminuée, passant de 72,2 % en 2000 à 66,4 % en 2011.

[Lire l’article complet]

 

 

Publié dans Allemagne, Austerite, POLITIQUE, RETRAITES, UMP, Union europeenne | Pas de Commentaires »

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy