• Accueil
  • > Recherche : rentre scolair

Résultats de votre recherche

Rythmes scolaires : communiqué du SNUipp-FSU

Posté par communistefeigniesunblogfr le 22 mai 2012

 

Rythmes scolaires : communiqué du SNUipp-FSU dans Education nationale siteon0-2ac1c

Révision des rythmes scolaires :

tout mettre sur la table, vraiment tout !

 

Le premier ministre vient de confirmer que la révision des rythmes scolaires, annoncée pour la rentrée 2013 par le nouveau ministre de l’Education nationale, Vincent Peillon, donnerait lieu à une concertation avec la communauté éducative.

Pour le SNUipp-FSU, un processus de discussion transparent et cadré par un calendrier et des points d’étape est effectivement incontournable pour la qualité et la sérénité du débat et des prises de décisions qui en découleraient.

Les défauts de l’organisation scolaire actuelle ont été unanimement pointés. Chacun les connait : journées trop longues et trop chargées (notamment pour les plus fragiles, aux heures de classes desquels peut s’ajouter du temps d’aide personnalisée), année scolaire resserrée, arythmie des temps de classe et de vacances… Il faut donc revoir le calendrier et le contenu de la journée, de la semaine et de l’année.

Mais, il faut aussi admettre que le chantier est complexe et difficile. Les rythmes de vie des enfants sont loin d’être identiques. Ils varient en fonction des contraintes professionnelles et personnelles des familles, de leurs lieux d’habitation (fréquentation de la restauration scolaire, de l’étude, de la garderie, temps passé dans les transports,…).

Les ressources financières et la volonté politique des collectivités locales constitueront également un point crucial si on ne veut pas que les modifications à venir ne génèrent de nouvelles inégalités dans la prise en charge des enfants. La concertation devra nécessairement aborder les questions d’articulation des temps scolaires, du temps périscolaire et de leurs qualités et pour cela, réunir tous les acteurs concernés (enseignants, familles, collectivités…)

Enfin, faire progresser l’école ne dépend pas uniquement des rythmes scolaires. C’est aussi une question de contenus d’enseignement, de formation des enseignants et d’organisations pédagogiques. Un tel chantier ne pourra aussi se faire sans prendre en considération les conditions d’exercice du métier. Si les enseignants sont prêts à voir se mettre en place des évolutions, ils attendent aussi des améliorations de leurs conditions de travail et notamment la reconnaissance des temps hors la classe consacrés à la réussite des élèves : temps de préparation, lien avec les familles, travail en équipe…

Le SNUipp-FSU demande que tous ces sujets soient au coeur de la concertation à venir.

Paris, le 18 mai 2012

 

Publié dans Education nationale, France, FSU, POLITIQUE, SNUipp, Syndicats | Pas de Commentaires »

Appel RASED – Signez !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 16 mars 2012

 

 

Appel RASED - Signez ! dans Education nationale Appel_RASED_LOGO

Le Collectif national RASED a rédigé un « Appel des RASED » pour dénoncer

les nouvelles suppressions massives de postes d’enseignants spécialisés.

Déjà de nombreux chercheurs et personnalités ont signé cet appel intitulé

« Sauver et développer les RASED, c’est défendre une école pour tous  » :

Jacques BERNARDIN, Rémi BRISSIAUD, Albert CICCONE, Boris CYRULNIK,

Eric DEBARBIEUX, Jean-Claude EMIN, Roger ESTABLET, Jacques FIJALKOW,

Sylviane GIAMPINO, Roland GOIGOUX, Richard HOROWITZ Philippe JOUTARD,

Françoise LANTHEAUME, Claire LECONTE, Claude LELIÈVRE,Maryse METZA, Hubert MONTAGNER,

Nicole MOSCONI, André OUZOULIAS, Eric PLAISANCE, Eirick PRAIRAT, Jean-Yves ROCHEX,

Alain SERRES, Serge TISSERON…

 

Pour la rentrée 2012, une nouvelle vague de suppressions massives de postes de RASED (Réseau d’aides

spécialisées aux élèves en difficulté) est programmée : elle portera à près de 5000 le nombre de postes

d’enseignants spécialisés de ces dispositifs détruits depuis 2008. Ce seront 250 000 élèves des écoles

maternelle et élémentaire qui n’auront ainsi plus aucune aide spécialisée alors que toutes les ressources

devraient être mobilisées dans l’ensemble des dispositifs pour assurer la réussite de tous.

C’est pourquoi le Collectif national RASED rassemblant des organisations syndicales, des associations

professionnelles et de parents d’élèves, a souhaité rédiger un Appel pour dénoncer cette situation.

Il est porté par des chercheurs, des personnalités, des président(e)s et secrétaires généraux des associations

et syndicats, des représentants de la communauté éducative, parents, enseignants…

Lire et signer l’appel sur www.appeldesrased.fr

Télécharger :

PDF - 31.6 ko
L’appel des Rased

 -Le Collectif rassemblé pour le lancement de cette initiative : Les associations professionnelles de psychologues scolaires et des enseignants spécialisés (AFPEN, FNAME, FNAREN), et des conseillers pédagogiques (ANCP), Les représentants des parents d’élèves (FCPE), Les organisations syndicales (CGT Educ’action, SE-UNSA, SGEN-CFDT, SIEN-UNSA, SNPI-FSU, SN PsyEN-UNSA, SNUipp-FSU, SUD-éducation) Les mouvements pédagogiques (AGSAS…)

Source : http://www.snuipp.fr/  13 mars 2012

 

Publié dans Education nationale, France, PETITION, POLITIQUE, SERVICES PUBLICS | 1 Commentaire »

Éducation nationale : grève le 27 septembre

Posté par communistefeigniesunblogfr le 25 septembre 2011

 

MANIFESTATION RÉGIONALE À LILLE

14h30 Porte de Paris

LES BUS POUR LILLE

* Maubeuge place de l’Hôtel de ville 12h30
- Valenciennes parking du gymnase du collège Chasse Royal 13h00

Image de prévisualisation YouTube

 

Appel intersyndical à la grève le 27 septembre

Depuis 4 ans, le Ministère de l’Éducation nationale a supprimé plus de 52 000 postes.

Le dogme du non remplacement d’un fonctionnaire sur deux met l’École publique à genoux,

ne lui permettant plus d’assurer ses missions de Service public.

Ce dogme ne permet plus aux personnels d’exercer leur métier avec sérénité et professionnalisme.

Les personnels de l’Éducation, les parents et les jeunes se sont mobilisés régulièrement au cours

de cette année pour dénoncer les 16 000 nouvelles suppressions de postes effectives à la prochaine

rentrée scolaire alors même que plus de 60 000 élèves supplémentaires sont attendus.

Ces suppressions associées au manque d’ambition éducative dégradent encore plus les conditions

d’apprentissage des élèves et de travail des personnels.

Dans ce contexte, la campagne publicitaire sur les recrutements lancée par le Ministre de l’Éducation

nationale sonne comme une provocation d’autant que la préparation du prochain budget prévoit

de nouvelles suppressions d’emplois et n’affiche d’autre objectif pour le système éducatif que la recherche

d’économies.

Si le gouvernement cherche à tromper l’opinion en affirmant sans cesse, comme si cela pouvait convaincre,

que l’on peut faire « plus avec moins », la France reste un des pays qui investit le moins dans son éducation

et donc dans l’avenir.

En plus de la question fondamentale des postes, la politique éducative, l’avalanche de mesures inadaptées,

incohérentes et précipitées maintiennent un système éducatif inégalitaire qui ne permet pas de lutter

réellement contre l’échec scolaire.

La nécessité d’une toute autre politique éducative passe aussi par un budget plus volontaire.

Pour cela, les organisations FERC-CGT, FSU, SGEN-CFDT, UNSA Education appellent les personnels

de l’Éducation nationale et de l’enseignement agricole publique à se mettre en grève le 27 septembre

prochain. Elles exigent l’arrêt des suppressions d’emplois, une autre logique pour le prochain budget et une

transformation démocratique du système éducatif afin d’assurer la réussite de tous les élèves.

Aujourd’hui plus que jamais, notre pays a besoin d’un système éducatif qui s’attaque réellement aux inégalités

scolaires et traite la situation des élèves en grande difficulté. D’autres choix pour la réussite de tous les jeunes

sont nécessaires afin que l’École remplisse les objectifs d’une École démocratique, ambitieuse et émancipatrice. 

 

Publié dans Education nationale, Luttes, SERVICES PUBLICS, SOCIAL, Syndicats | Pas de Commentaires »

Éducation : « La défiance envers le gouvernement est sans appel »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 25 août 2011

Éducation : « La défiance envers le gouvernement est sans appel » dans Education nationale logo-huma 25 août 2011 – Romain Silvi

Éducation :

     la politique du gouvernement décriée par les Français

 

Un sondage CSA révèle que 82% des Français estiment que le non-remplacement d’un enseignant

sur deux partant à la retraite est « une mauvaise chose ».

« La défiance envers le gouvernement est sans appel » a déclaré le secrétaire général du syndicat

SNUipp-FSU, Sébastien Sihr.

La politique de non-remplacement d’un enseignant sur deux est même « une très mauvaise chose » pour 54%

des personnes interrogés. En début de mandat, Nicolas Sarkozy avait promis de diviser par trois le nombre

d’élèves en difficulté à l’entrée de la sixième, en l’espace de cinq ans. Or, 61% des Français jugent que le

gouvernement va plutôt dans « le mauvais sens » en ce qui concerne « la réduction de l’échec scolaire »,

59% partagent cette opinion pour « la formation des enseignants » et 63% pour « la valorisation du métier

d’enseignant ».

Le sondage dit aussi que l’école et l’éducation restent un sujet de forte préoccupation des Français :

35% les citent comme un enjeu important aujourd’hui en France, juste derrière l’emploi (42%).

Une personne sur deux (50%) estime aussi « tout à fait prioritaire » que les pouvoirs publics

« donnent plus de moyens » aux écoles primaires, tout en jugeant à 73% que l’école maternelle fonctionne

bien et à 62% pour l’école élémentaire.

Les fédérations et les syndicats de l’éducation nationale, dont le SNUipp-FSU, avaient lancé un appel à la grève

programmée le 27 septembre. Depuis 2007, près de 50 000 postes d’enseignants ont été supprimés,

16 000 le seront lors de la rentrée qui se profile.

« L’heure est plus que jamais à la poursuite de la mobilisation » peut-on lire sur le site du syndicat¹.


¹ http://www.snuipp.fr/Tenue-de-rigueur-exigee

 

Publié dans Education nationale, SERVICES PUBLICS | Pas de Commentaires »

L’Insee corrige (enfin) les mensonges de Claude Guéant

Posté par communistefeigniesunblogfr le 27 juin 2011

Accueil 27 juin 2011

Échec scolaire et immigration : l’Insee corrige Guéant

 

claudegueant.jpg

L’Institut national de la statistique (Insee) français a officiellement corrigé lundi les chiffres

du ministre de l’Intérieur Claude Guéant concernant l’échec scolaire des enfants d’immigrés.

Dans une communication rare de la part de cet organisme rattaché au ministère de l’Économie,

qui fait suite à une passe d’armes en fin de semaine dernière entre les syndicats et la direction,

l’Insee a tenu à corriger le tir, se référant aux « différents échanges qui ont eu lieu (…) à ce sujet ».

« La proportion d’enfants d’immigrés parmi les élèves sortis sans qualification de l’enseignement secondaire

peut être estimée à environ 16 % pour les enfants de familles immigrées. Si on y ajoute les enfants de

familles ‘mixtes’, cette proportion passe à environ 22 % », lit-on dans un communiqué. Les syndicats avaient sommé

la direction de l’Insee de corriger les propos successifs de Claude Guéant. La direction avait d’abord répondu vendredi

qu’elle n’avait pas à répondre à des commentaires politiques et qu’elle devait se limiter à diffuser ses documents.

Le 22 mai dernier, le ministre de l’Intérieur avait affirmé sur l’antenne d’Europe 1 que « les deux tiers des échecs scolaires,

c’est l’échec d’enfants d’immigrés ». Trois jours plus tard, à l’Assemblée nationale, il réitérait ses propos :

« C’est vrai qu’il y a deux tiers des enfants d’immigrés qui se trouvent sortir de l’appareil scolaire sans diplôme ».

Claude Guéant, accusé par l’opposition de stigmatiser les immigrés pour séduire les électeurs d’extrême droite,

avait affirmé s’appuyer sur des études de l’Insee et a envoyé plusieurs droits de réponse à des médias qui écrivaient

que ses chiffres étaient faux.

L’Insee précise dans sa communication de lundi que le dossier s’appuie

sur une étude de 2005 intitulée « Les immigrés en France »

portant sur la scolarité dans l’enseignement secondaire des élèves entrés en sixième en 1995. Dans cette étude,

les proportions d’élèves sortis sans qualification de l’enseignement secondaire sont ainsi de 10,7 % parmi les

enfants de familles immigrées, 6,6 % parmi les enfants de familles « mixtes », 6,1 % parmi les enfants de familles

non immigrées. A la rentrée 1995, près d’un entrant en sixième sur 10 appartenait à une famille immigrée

et 6 % des élèves vivaient dans une famille « mixte ».

--> A lire également :

 

Publié dans Education nationale, France, Politique nationale, Sans Papiers - Immigration | Pas de Commentaires »

FEIGNIES ENSEMBLE n°39

Posté par communistefeigniesunblogfr le 22 juin 2011

 

PCF – Feignies

FEIGNIES ENSEMBLE / FEIGNIES POUR TOUS             

Juin 2011 – n°39

« Les citoyens veulent se réapproprier la politique, « la chose politique »,

qui ne doit pas être simplement déléguée à des élus ou responsables de

parti, aussi vertueux soient-ils. »

 

André Chassaigne, député communiste du Puy-de- Dôme depuis 2002

 

Qui est le « cancer de la société » ?

L. Wauquier, ministre UMP, a lancé cette déclaration insultante et infondée contre le revenu de solidarité active (RSA).

Mais sa collègue R. Bachelot a été obligée de reconnaître qu’un couple qui touche le RSA ne gagne pas plus

qu’un couple dans lequel une personne travaille au SMIC.

Le montant du « RSA socle » pour une personne seule est de 410 euros. Le SMIC net est actuellement de 1070 euros.

Chaque personne, chaque citoyen, a une dignité qui doit être respectée.

Chaque personne, chaque citoyen, doit avoir une place correcte dans la société.

Beaucoup d’allocataires du RSA ont des problèmes de santé, de garde d’enfants, ou sont très âgés.

Beaucoup ont un emploi précaire, à temps partiel, avec un revenu inférieur au plafond du RSA.

La plupart, s’ils avaient la possibilité, voudraient avoir un travail à temps plein, avec un salaire correct.

L’exclusion n’est pas joyeuse !

Le travail n’est pas seulement une affaire de sous, mais aussi de dignité, de confiance en soi,

de reconnaissance sociale.

Le « RSA activité » peut apporter un complément de revenu aux travailleurs en situation de pauvreté.

En France, 8 millions de travailleurs sont en situation de pauvreté, 13 % des Français galèrent sous le seuil de

pauvreté (950 €).

La politique de la droite au pouvoir est entièrement soumise aux marchés financiers. Les députés UMP

décident de réduire l’impôt de solidarité sur les plus fortunés.

La fraude fiscale, vers les paradis fiscaux, prive, chaque année, l’État de plus de 40 milliards de recettes.

En 2011, 43 milliards seront versés en dividendes aux actionnaires des grandes entreprises du CAC 40.

Le mari de la journaliste du Figaro-Magazine, auteure de « La France des assistés » est vice-président de

GDF-Suez. Il touche 1,3 million / an, soit 270 années de RSA !

Alors, qui est « le cancer de la société » ?

Dresser les pauvres sans emploi contre les pauvres avec emploi, voilà le programme de l’UMP

pour faire élire le protecteur des plus fortunés !

 

Mai 2011 : baisse du pétrole. Et l’essence ?

En mai, le baril de pétrole a baissé de 125,18 $ à 114,56 $, soit – 8,5 %. Le litre de sans plomb 95 a seulement

baissé de 0,2 %. Une fois de plus, les pétroliers rackettent les consommateurs.

 

Éducation nationale : « L’arnaque des 17 000 recrutements »

Une publicité du ministère annonce le recrutement de 17 000 vacataires (enseignants, infirmiers ou médecins

scolaires qui seront sous-payés et sous-formés). Coût de cette campagne : 1,3 million d’euros !

Mais, à la rentrée de septembre :

  • 16 000 postes d’enseignants seront supprimés (soit 65 000 depuis 2007) et sans doute autant en 2012 ;

  • 1 500 classes seront supprimées dans les écoles primaires alors que plus de 6 000 élèves supplémentaires

sont attendus.

Et si demain, il n’y avait plus de profs ?

Suite à la suppression de la formation professionnelle et, donc, aux conditions déplorables d’entrée dans le métier,

de nombreux étudiants formés à Bac+5 hésitent à s’engager dans l’enseignement.

Parents, soutenez les actions et les projets des enseignants ! Leurs élèves sont vos enfants !

 

Sarkozy et le désespoir des jeunes

Sarkozy en mars 2007 :

« Je veux permettre à chaque jeune de conquérir l’autonomie financière qui lui permette de financer

ses études, sa formation, de ne plus vivre chez ses parents, de vivre sa vie, de vivre avec qui il veut,

comme il veut. »

Près de 5 ans plus tard, d’après « une étude sur l’emploi des jeunes de 15 à 29 ans » publiée le 30 mai

par la Dares (Direction pour l’Animation de la Recherche et des Statistiques) :

  • Taux de chômage : 17 %, bien plus que pour les moins jeunes

  • Dégradation de la situation de l’emploi dès juin 2008, donc avant la crise

  • Sous-emploi : 5,1 % des jeunes hommes et 11,5 % des jeunes femmes contre respectivement,

3,3 % et 8,8 % pour l’ensemble des 15-64 ans.

  • 44 % des jeunes de 15 à 29 ans en situation précaire

  • CDD : la part des CDD a progressé depuis 2008, de 24 % à 26 % en 2010

  • Forte baisse des contrats aidés : 778 000 en 2007, 665 000 en 2010

  • Inégalité hommes/femmes : le taux d’emploi est beaucoup plus élevé pour les jeunes hommes

que pour les jeunes femmes (+8,1 points fin 2010)

 

Ces problèmes vous concernent. Venez en débattre avec nous le dernier vendredi

de chaque mois de 17 h 30 à 19 h à la salle polyvalente Place de l’église.

Publié dans PCF-Front de Gauche Feignies, POLITIQUE, TRACT | Pas de Commentaires »

Éducation : Les profs dans la rue

Posté par communistefeigniesunblogfr le 11 février 2011

 

Le ras-le-bol des profs :

62 000 élèves en plus – 16 000 postes en moins !

 

66 400 emplois détruits en 4 ans !

 

Les enseignants étaient appelés à faire grève jeudi dans toute la France, à l’appel de la FSU, la CGT et Sud, pour protester notamment contre les 16 000 nouvelles suppressions de postes de professeurs prévues à la rentrée 2011 en dépit de la hausse du nombre d’élèves. Au coeur du mécontentement, la réussite des élèves mise à mal par les suppressions de postes aveugles.

La grève intervient en effet au moment où les établissements scolaires prennent connaissance des suppressions de postes qu’ils subiront à la rentrée 2011. Occupations d’écoles, mouvements devant les rectorats… le sujet est cependant si sensible que beaucoup d’écoles primaires ne connaîtront leur sort qu’après les élections cantonales de mars. Le budget 2011 va surtout toucher les écoles, alors que la France consacre au primaire moins que la moyenne de l’OCDE, et pour la première fois une hausse du nombre d’élèves par classe est envisagée.

  • 80 % des Français jugent négativement la politique du non remplacement d’un enseignant sur deux partant à la retraite.
  • 82% d’entre eux estiment que cette politique aura un effet négatif que la réussite des élèves. ( enquête CSA réalisée le 9 février pour le SNUipp). 

À l’évidence, parents et enseignants pensent que l’avenir des enfants mérite mieux. Beaucoup mieux !

Des manifestations ont eu lieu dans plus de 70 départements : 2 000 personnes à Rennes, Rouen, Grenoble ou Lyon, plus de 3000 à Marseille, près de 5 000 à Lille et plus de 7 000 à Paris.

Le 19 mars, le Collectif des 25 appelle les enseignants à manifester à Paris et en province dans les académies, c’est la prochaine étape.

 

Dans notre Académie, plus de 865 postes en moins !

 

Maubeuge

Plusieurs centaines de manifestants ont défilé à Maubeuge. Particulièrement bien représentés les lycées de Maubeuge et d’Hautmont avec leurs enseignants et leurs élèves. Il faut dire que les lycées Jean Lurçat de Maubeuge et Placide-Courtoy d’Hautmont sont particulièrement touchés :

« Lycée d’Hautmont : après la tornade, le recteur ! »

À Jean Lurçat, ce sont 12 postes que le rectorat veut supprimer.

 

À Avesnes, plus de 150 personnes ont défilé contre la suppression de 18 postes au lycée Jessé-de-Forest :

« Un seul poste à supprimer, celui de l’Élysée »

 

Maubeuge - 10 février 2011

 

Lille

Environ 5 000 personnes. À noter dans le cortège, la présence des enseignants de plusieurs écoles privées catholiques.

 

10 - 02 - 2011 : manif de Lille
Album : 10 - 02 - 2011 : manif de Lille
Près de 5 000 enseignants dans les rues de Lille
14 images
Voir l'album

 

[Voir l’article de lavoixdunord.fr/]

Publié dans Education nationale, Luttes, SERVICES PUBLICS | Pas de Commentaires »

Éducation : FSU Sambre-Avesnois : 10 février manifestation à Maubeuge

Posté par communistefeigniesunblogfr le 5 février 2011

Reçu par courriel – SNUipp-FSU Nord

Les suppressions massives de postes dans les écoles, les collèges et les lycées

 

ont des conséquences désastreuses.

 

Si le chiffre de 148 suppressions d’emplois dans le premier degré ne se traduit pas encore concrètement par une liste précise de fermetures de classes, nous pouvons craindre pour la maternelle, les écoles en éducation prioritaire, les remplaçants ou les RASED en plus des suppressions des intervenants langues et des EVS.

Les dégâts occasionnés par les suppressions de structures de formation et donc par voie de conséquence les suppressions de postes d’enseignants des établissements scolaires de notre bassin (en particulier les Lycées et LP) sont intolérables.

Plusieurs Lycées ou LP sont déjà rentrés dans l’action. 

Pour fédérer les actions et l’ensemble des acteurs de l’École, les représentants de la FSU Sambre-Avesnois (SNUipp, SNES, SNEP) appellent à une manifestation

 

 jeudi 10 février 2011, MAUBEUGE, à 10h30, au rond point du mail de la Sambre 

(devant la permanence de la Député Christine MARIN, CF point de ralliement sur les retraites)

derrière une banderole « CHOIX D’ÉCOLE, CHOIX DE SOCIÉTÉ ».

 

Les participants à cette manifestation sont invités ensuite à prendre le Bus FSU au départ de Maubeuge Hôtel de Ville à 12h15

 

Publié dans Education nationale, Luttes, SERVICES PUBLICS, Syndicats | Pas de Commentaires »

Éducation nationale : message d’un enseignant

Posté par communistefeigniesunblogfr le 2 février 2011

Reçu par courriel

Bonjour tout le monde,

Il se passe beaucoup de choses en ce moment dans et pour les écoles primaires de notre pays… [...]  Il me semble que ce qui suit peut et doit être entendu par tout le monde…

Tout le monde, j’imagine, doit savoir comment se profile l’avenir des écoles et donc de nos enfants et petits enfants… Même si les médias en parlent très peu et très mal… Mais ce qui se décide en ce moment, ce n’est pas exclusivement le problème des enseignants mais de tous ceux qui se sentent concernés de près ou de loin par l’éducation de nos enfants ou petits enfants…

 Voilà donc la situation :

Afin de supprimer le maximum de postes d’enseignants dans les écoles maternelles et primaires voici ce que met en place depuis 3 ans le gouvernement :

1-    Suppression des postes d’enseignants spécialisés pour les élèves en difficulté ou handicapés : ils coûtent trop cher selon le ministère, puisque ces enseignants n’ont pas en charge une classe mais interviennent en plus des enseignants des classes ordinaires pour aider les élèves en difficulté ou handicapés. Comme je l’avais senti venir, le poste que j’occupais il y a encore un an et demi n’existera donc plus en septembre prochain. Les enfants autistes, trisomiques, mal voyants ou en fauteuils roulants… leurs parents et leurs enseignants devront se débrouiller seuls ou avec l’aide de structures spécialisées types SESSAD pour lesquelles il y a environ 2 ans et demi d’attente pour une prise en charge !

 2- Suppression de la scolarisation des enfants de -3 ans (puis des enfants de 3, 4 ans) : On se souvient de la fameuse phrase de Xavier Darcos alors ministre de l’éducation nationale (« On ne va pas payer un enseignant qui a bac plus 5 pour surveiller des siestes et changer des couches ! ») Les parents d’enfants scolarisés en maternelle sauront rectifier d’eux mêmes : les enseignantes de maternelle ne changent pas les couches et ne surveillent pas les siestes mais font un travail nécessaire et indispensable de socialisation et d’apprentissage. Mais bon… A la rentrée prochaine, donc, les enfants de moins de 3 ans ne seront plus scolarisés (alors que c’est souvent la galère pour trouver des places disponibles en crèches !) De ce fait, de nombreuses écoles dont la mienne passent dans le rouge. Prenons donc un exemple concret : Actuellement, mon école est composée de 5 classes et chacune accueille entre 24 et 32 élèves (ce qui est bien… je ne pense pas que l’on soit en « sous régime »)… Et pourtant cette décision de ne plus scolariser les enfants de -3ans nous menace de fermer une classe dès la rentrée 2012 ! Pourquoi ? Parce qu’il y a aussi la mesure suivante :

 3- Augmentation progressive du nombre d’élèves par classe pour l’attribution des postes : Actuellement, comment fait-on pour estimer le nombre de postes (donc d’enseignants) par école. C’est simple : on prend l’effectif total de l’école, on le divise 25 et on a le nombre de postes (la moyenne d’effectif par classe est donc actuellement de 25). Or, cette moyenne augmente et pas un peu : désormais ce sera 26 pour le primaire et 32 pour la maternelle (oui parce qu’avec de l’entrainement, une instit de maternelle peut changer beaucoup de couches en très peu de temps !!!) Ils prévoient d’augmenter progressivement le nombre d’élèves par classe en primaire. Voilà donc pourquoi mon école (qui se situe dans une ville en pleine augmentation démographique) sera contrainte dans un peu plus d’un an de fermer une classe ! Ma « vieille » directrice, qui est à 5 mois de la retraite et qui, à mon avis, n’a jamais manifesté ou fait grève pour quoique ce soit tout au long de sa carrière en est malade ! Elle fera peut-être grève pour la première fois de sa vie à 5 mois de la retraite !

4- Réaménagement du rythme scolaire : Non non, ce n’est pas pour le bien physiologique de nos petits… mais bien pour économiser des postes ! Ainsi, des disciplines enseignées jusqu’alors par les instits comme les arts plastiques, la musique, le sport seront bientôt encadrées par des « animateurs » ou peut-être même des retraités de l’éducation nationale ! Gain de temps pour les enseignants et donc suppression de postes ! Je ne parlerai même pas ici des inégalités qui vont se créer entre les élèves d’écoles ou de municipalités « riches » et les autres d’environnements plus défavorisés, puisque ces disciplines seront gérées par les collectivités locales.

Alors la question qui une fois de plus revient est : s’il y a des économies à faire, est-ce dans l’éducation qu’il faut les faire ?

Luc Chatel, ministre actuel de l’Éducation nationale a obtenu une maîtrise de sciences de gestion en 1987 puis un DESS de marketing L’Oréal en 1990 (tiens tiens ?!!!). Il travaille initialement dans le marketing en qualité de chef de produit, puis aux ressources humaines et devient DRH d’une entité du groupe. Drôle de choix que de le nommer ministre de l’Éducation nationale, non ? Le dernier prof que Luc Chatel a du voir pour « de vrai » ce doit être son prof de thèse qui a du lui dire : « Pour être un winner, un vrai requin… faut saquer d’in ! » Alors Luc Chatel saque d’in ! en 1988 (après avoir été scolarisé chez les jésuites, au lycée saint Louis de Gonzague, dans le 16ème arrondissement de Paris). Puis il intègre le groupe international de cosmétiques

Sachez que les recteurs d’académie touchent une prime en fonction du nombre de fermetures de postes dans leur académie (allez voir sur le site du journal le monde :

http://www.lemonde.fr/societe/article/2010/12/20/des-primes-variables-pour-les-recteurs-d-academie_1456066_3224.html )

Bientôt également la prime pour les proviseurs et principaux.

Le fonctionnement du monde de l’entreprise peut-il s’appliquer à l’Éducation nationale ? L’instruction des enfants est-elle un produit ?

Alors je ne sais pas s’il y aura des manifs… mais moi j’irai… et pas en tant que prof… mais en tant que parent ! 

 

Publié dans Education nationale | Pas de Commentaires »

Éducation : Il est temps d’arrêter le massacre !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 14 janvier 2011

La feuille de route était claire pour les Recteurs : le gouvernement exigeait la suppression de 16.000 postes d’enseignants au plan national à la rentrée 2011, pour atteindre le chiffre hallucinant de 66.400 postes supprimés depuis le début du quinquennat de Nicolas Sarkozy, soit 8% des effectifs !

Les décisions n’ont pas tardé à tomber pour l’Académie de Lille, la plus touchée : plus de 800 postes sont supprimés, 336 en primaire et 470 dans le secondaire.

Cette saignée de l’Éducation nationale ne répond qu’à une double logique :

  • la réduction effrénée des dépenses publiques utiles exigée par l’Union européenne et les marchés financiers ;  
  • la « dénationalisation » et la marchandisation de l’enseignement.

Pour leur part, les communistes proposent de prendre le contre-pied de ces logiques infernales. Ils proposent aux citoyens de travailler à une réforme progressiste de l’école, comprenant la lutte contre la difficulté scolaire, les inégalités, l’amélioration des conditions d’étude, la reconnaissance du handicap… qui nécessite des moyens, notamment humains, et une meilleure formation des enseignants.

C’est le sens de leur participation à la manifestation du 22 janvier à laquelle ils invitent parents et enseignants à se joindre nombreux pour faire reculer le gouvernement.

A l’Assemblée nationale, Alain Bocquet s’adresse au Ministre

 

Télécharger l’intervention

PDF - 504.6 ko

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans Education nationale, POLITIQUE, SERVICES PUBLICS | Pas de Commentaires »

12345...7
 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy