• Accueil
  • > Recherche : rentre scolair

Résultats de votre recherche

A la Une de l’Huma : pour l’école refondée, il faudra patienter

Posté par communistefeigniesunblogfr le 3 septembre 2013

 

Ce mardi dans l’Humanité :

                  pour l’école refondée, il faudra patienter

 

A la Une de l'Huma : pour l'école refondée, il faudra patienter dans Education nationale huma0309

 

Douze millions d’élèves regagnent aujourd’hui

les bancs de l’école. Cette première rentrée

« maîtrisée » de A à Z par le gouvernement Ayrault

reste marquée par le corset budgétaire.

La « refondation » annoncée est encore loin…

Notre décryptage.

Sur le même sujet :

Entretien avec la sociologue, Agnès van Zanten

qui analyse les différents systèmes d’enseignement

et leurs effets sur les inégalités.

*
Rythmes scolaires : une aubaine pour le secteur privé ?

 

*
*
                               L’Humanité en version numérique

Publié dans Education nationale, France, l'Humanité, SOCIETE | Pas de Commentaires »

Rythmes scolaires

Posté par communistefeigniesunblogfr le 20 mars 2013

 

Lille et Amiens repoussent la réforme à 2014

 

Rythmes scolaires   dans CGT Education

Après Lyon ou Montpellier, les villes de Lille

et Amiens vont elles-aussi opter pour la mise

en place de la réforme des rythmes scolaires

à la rentrée de septembre 2014.

 

 

Des décisions lourdes de sens pour le ministre de l’Éducation Vincent Peillon, qui espérait

qu’un maximum de grandes villes allaient basculer vers la semaine des quatre jours et demi

dès la rentrée 2013.

En communiquant sa décision ce lundi matin, la maire de Lille a voulu déminé le terrain pour Vincent

Peillon. Expliquant vouloir « prendre le temps de la concertation », Martine Aubry a souligné que la date

d’application n’était « pas un enjeu, ce qui est important, c’est le contenu ». « Je partage totalement

son projet, il (Vincent Peillon, ndlr) a tout mon soutien », a-t-elle insisté. La première édile doit

communiquer sa proposition au conseil municipal, qui procédera à un vote lundi soir.

École le samedi matin

« L’objectif, c’est la réussite et l’émancipation de chaque enfant, d’en faire de véritables citoyens »,

a-t-elle poursuivi. L’ancienne première secrétaire du PS s’est prononcée pour l’école le samedi matin,

un maintien en l’état de la pause méridienne (déjeuner) et un raccourcissement mesuré de la journée

scolaire.

« Cela n’a pas de sens de mettre trois quarts d’heure de périscolaire le soir. Autant accompagner

les enfants qui ont des difficultés. Nous préférons avoir des périodes plus longues pour mettre en place

les nouveaux apprentissages », a-t-elle expliqué.

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Delanoë défend sa décision face aux critiques notamment

du Front de gauche

 

delanoerythmes Amiens dans Education nationale

réunion du 25 février sur les rythmes scolaires

Le maire de Paris Bertrand Delanoë a défendu

mardi sa décision d’appliquer dès 2013

la réforme contestée des rythmes scolaires

face aux critiques de l’UMP et du Front de

Gauche qui dénoncent un « entêtement

incompréhensible » et une action unilatérale

prise dans une « tour d’ivoire ».

« Je respecte la démocratie, c’est mon rôle de proposer après une très longue concertation de plusieurs

mois, et le Conseil de Paris est souverain et décidera lundi prochain si cette réforme s’appliquera en

septembre 2013″, a déclaré Bertrand Delanoë sur Itélé. « Aujourd’hui, j’ai le sentiment d’avoir dégagé

une ligne et des moyens efficaces pour la réussir, pour ce que soit un progrès pour tous dès septembre

prochain », a-t-il ajouté.

L’élu socialiste a annoncé lundi avoir obtenu l’accord des Verts sur le calendrier de mise en place de

cette réforme qui prévoit le retour à la semaine de quatre jours et demi, ouvrant la voie à une adoption

de cette mesure lundi prochain par le Conseil de Paris.

[Lire la suite]

Lire également : Peillon sur un mauvais rythme?

+ d’infos sur la réforme des rythmes scolaires sur http://59.snuipp.fr/

 

L’intersyndicale SNUipp-FSU, SNUDI-FO, SE-UNSA, SUD Education, CGT Educ’Action et CNT-Ste

a appelé les enseignants parisiens à faire grève lundi prochain à l’occasion de l’examen de la réforme

au Conseil de Paris. Les syndicats dénoncent un nombre insuffisant d’animateurs formés avant

septembre pour gérer les activités périscolaires et redoutent des inégalités croissantes entre les écoles

concernant ces activités.

 

FR3 Nord Pas-de-Calais a sondé 231 villes de plus 4 000 habitants :

Publié dans CGT Education, Education nationale, France, SNUipp, Syndicats | 1 Commentaire »

Rythmes scolaires : les appels à repousser l’application de la réforme à Paris se multiplient

Posté par communistefeigniesunblogfr le 25 janvier 2013

 

Rythmes scolaires :

les appels à repousser l’application de la réforme

à Paris se multiplient 

 

Rythmes scolaires : les appels à repousser l’application de la réforme à Paris se multiplient dans Education nationale ecole11Face aux nombreuses incertitudes

et imprécisions qui entourent cette

réforme, la communauté éducative

mais aussi le Front de gauche

demandent à la mairie de  Paris

de renoncer à appliquer la refonte

des rythmes scolaires dès la rentrée 2013.

En signe d’«apaisement», ils réclament  le report de l’application de la réforme pour

permettre de mener sereinement le débat et de clarifier le projet éducatif.

La réforme des rythmes scolaires en primaire prévoit d’ajouter une demi-journée d’école et d’imposer

un maximum de 5h30 de cours par jour. Si la nécessité de revoir ces rythmes scolaires ne fait pas débat,

c’est le manque d’ambition et les incertitudes entourant l’application du projet qui ont poussé

la communauté éducative mais aussi le Front de gauche à demander à la mairie de Paris de renoncer

à appliquer la réforme à Paris dès 2013.

« J’appelle l’exécutif municipal à choisir la voie de l’apaisement », a déclaré le président du

groupe Front de gauche au conseil de Paris Ian Brossat. « Les élus PCF/PG présenteront dès la semaine

prochaine des vœux dans les différents conseils d’arrondissement demandant le report de la mise en œuvre

de la réforme à septembre 2014. Ce report permettrait à la Ville de Paris de mener un grand débat

sur l’avenir de l’école dans la capitale et sur son projet éducatif ».

Apaisement également réclamé par le syndicat SNUipp-FSU, majoritaire dans le premier degré à Paris.

« L’apaisement est indispensable dans l’intérêt tout d’abord des élèves, mais plus largement dans l’intérêt

de l’ensemble de la communauté éducative ».

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Une manifestation est prévue le 2 février de la Sorbonne à l’Hôtel de Ville.

*

Retrouvez dans l’Humanité des débats de ce vendredi Rythmes scolaires : un vrai-faux débat ?

Une table ronde entre

Stéphane Bonnéry, maître de conférences en sciences de l’éducation à l’université Paris-VIII,

Yves Careil, maître de conférences en sociologie à l’IUFM de Bretagne

et Jean-Jacques Hazan, président de la FCPE.

Publié dans Education nationale, France, Front de Gauche, FSU, Luttes, PCF, POLITIQUE, Senat, SNUipp | Pas de Commentaires »

Rythmes scolaires : Le gouvernement serait bien inspiré de revoir sa copie.

Posté par communistefeigniesunblogfr le 23 janvier 2013

 

Réformes des rythmes scolaires :

Le gouvernement serait bien inspiré de revoir sa copie.

 

Rythmes scolaires : Le gouvernement serait bien inspiré de revoir sa copie. dans Education nationale ecole2

Olivier Dartigolles  22 janvier 2013

Aujourd’hui à Paris, les enseignants du primaire

et des écoles élémentaires expriment massivement

leur mécontentement sur le fond et sur les conditions

de la mise en œuvre de la réforme des rythmes

scolaires. Dans de très nombreuses communes,

les dernières semaines ont été marquées

par des expressions, venant de professeurs, d’agents

des collectivités intervenant dans les écoles et de

leurs organisation syndicales, de parents d’élèves, d’élus,

qui témoignent de réelles préoccupations

dont le gouvernement doit tenir compte.

Les zones d’ombres qui subsistent, alors que le ministre ne cesse de mettre la pression pour qu’un maximum

d’écoles raccourcissent les journées de la semaine et adoptent la semaine des quatre jours et demi

dès la prochaine rentrée scolaire, donnent aujourd’hui le sentiment d’une réforme bâclée, pour correspondre

au tempo de l’acte 3 de la décentralisation.

Sans vision claire concernant les missions de l’éducation Nationale et celles des communes, elle risque

d’aggraver les inégalités territoriales, d’avoir comme conséquences l’externalisation et la privatisation rampante

d’une partie des enseignements, voire leur disparition.

Ces logiques sont au cœur de la réforme. Car interpréter l’échec scolaire en termes de « rythmes », c’est faire

des enfants les responsables, auxquels l’école ne pourrait que proposer des objectifs inégaux, plus ou moins

rapides selon leurs acquisitions extrascolaires, alors que l’école peut permettre à chacun d’acquérir ce qui est

nécessaire à la réussite scolaire.

Penser en termes de « rythmes », c’est supprimer du temps de classe dans chaque journée pour transférer

ces missions en direction des collectivités ou du privé, alors que l’on peut créer les conditions pour que l’école

se fasse à l’école.

Si cette modification des rythmes scolaires provoque de telles réactions, c’est qu’elle est jugée, à ce stade,

comme une nouvelle dégradation des conditions de travail des enseignants et des autres personnels.

Les conditions du débat ne sont pas réunies pour une application de cette réforme dès la prochaine rentrée.

Le gouvernement serait bien inspiré de revoir sa copie en commençant par une tour de table réunissant

tous les acteurs concernés.

Publié dans Education nationale, POLITIQUE | 1 Commentaire »

Rythmes scolaires : mobilisation « historique » à Paris

Posté par communistefeigniesunblogfr le 22 janvier 2013

 

Rythmes scolaires : la mobilisation en pleine refondation

 

Rythmes scolaires : mobilisation Les enseignants de Paris sont appelés aujourd’hui

à la grève contre la réforme 
des rythmes scolaires,

en attendant la mobilisation nationale du SNUipp-FSU,

mercredi.

C’est le premier test social pour le ministre de l’Éducation

nationale, Vincent Peillon.

 

Alors que le projet de loi sur la refondation de l’école sera présenté mercredi en Conseil des ministres,

les syndicats enseignants du primaire appellent demain à une journée de mobilisation à Paris. Avec,

en sujet numéro un de mécontentement, les rythmes scolaires.

Aujourd’hui, à l’initiative du SNUipp-FSU Paris, premier syndicat du primaire, une large intersyndicale

appelle à une grève pour exiger le report de la mise en œuvre de la semaine de 4,5 jours, prévue

à la rentrée 2013 dans la capitale.

« Cette réforme n’améliorera pas la vie des élèves tout en dégradant nos conditions

de travail », souligne Jérôme Lambert, secrétaire départemental du SNUipp-FSU.

Le mouvement s’annonce massif avec « plus de 90 % de grévistes » et « plus de 290 écoles

fermées recensées », sur un total de 662, assure l’intersyndicale, qui réunit également le Snudi-FO,

le SE-Unsa, SUD éducation, la CNT-STE et la CGT Éduc’action. Le cortège partira à 14 heures

du métro Temple, près de République, et se rendra à l’Hôtel de Ville.

Les grévistes réclament un report de la mise en œuvre de la réforme et l’organisation, avec la Ville

de Paris, d’états généraux de l’école.

Une revendication appuyée par le groupe PCF-PG au Conseil de Paris. Il a appelé hier le maire,

Bertrand Delanoë, à renvoyer à 2014 l’application de la réforme des rythmes scolaires

dans la capitale. « Cette modification suscite un mécontentement général, explique Ian Brossat,

le président du groupe. Elle dégrade sensiblement les conditions de travail des enseignants.

Elle ne répond en rien aux attentes des parents d’élèves. Surtout, rien n’indique qu’elle permettra

de lutter contre les inégalités scolaires qui existent à Paris comme ailleurs. »

[Lire la suite sur humanite.fr]

Lire également :

SNUipp : Rythmes scolaires – Il faut consulter les conseils d’écoles !

fsu 23 jv : La refondation de l’École sans les enseignants, c’est NON !

Publié dans Education nationale | Pas de Commentaires »

Campagne du PCF pour une École de l’égalité (pétition)

Posté par communistefeigniesunblogfr le 3 septembre 2012

 

 

Campagne du PCF pour une École de l'égalité (pétition) dans Education nationale thomas_0

Nos enfants ne peuvent pas attendre :

un collectif budgétaire est nécessaire

 

Nos enfants ne peuvent pas attendre :

un collectif budgétaire est nécessaire pour que la rentrée

scolaire se fasse dans de bonnes conditions.

Avec la défaite de Nicolas Sarkozy, l’étau qui enserrait l’enseignement

public vient de se desserrer un peu. Mais changer un homme ne suffit

pas, il faut changer de politique. L’école a besoin d’une loi d’orientation,

élaborée avec tous les acteurs de l’éducation. Mais sans attendre,

il faut préparer les conditions d’une rentrée scolaire qui soit meilleure

que les précédentes. Les personnels l’exigent, les enfants en ont besoin.

Et pour cela, il faut des moyens tout de suite !

C’est pourquoi nous demandons la mise en place

d’un collectif budgétaire : il faut attribuer des moyens nouveaux

à l’éducation sans attendre, pour assurer la rentrée prochaine dans de bonnes conditions.

Priorité au combat contre l’échec !

Il faut recréer les 2500 postes des RASED supprimés cette année en proposant aux enseignants mutés sur des postes

ordinaires de réintégrer leur poste dans les équipes RASED et en recrutant les jeunes qui attendent sur liste complémentaire.

Il faut relancer dès maintenant la formation des enseignants et des personnels. Pour commencer, il faut rétablir l’année le stage

à mi-temps pour les lauréats du concours 2012, ce qui implique de créer environ 6 500 postes sous statut de la fonction publique

d’État. Une politique de formation, avec un cadrage national et une coopération entre les universités et l’éducation nationale est

nécessaire pour organiser et encadrer ce stage dans de bonnes conditions.

Enfin, iI faut mettre en place dès la rentrée prochaine le pré-recrutement des futurs enseignants, pour reconstruire un vivier

et démocratiser l’accès au métier.

Il faut rétablir pour la rentrée les postes supprimés dans la dernière vague, sous statut de la fonction publique d’État, en recrutant

sur liste complémentaire. Le rattrapage des suppressions des années précédentes devra se faire au cours des rentrées prochaines.

Priorité aux REP, aux zones rurales, et aux lycées professionnels, qui ont été les plus touchés.

L’école doit être gratuite !

Interdisons toute forme de demande de contribution financière des familles au frais de scolarité (sorties, etc.).

La France doit se donner les moyens d’une politique de progrès pour l’éducation. Nous n’accepterons pas que ces moyens soient

prélevés sur un budget de l’État constant, donc au détriment des autres services publics (santé, justice, police de  proximité,

recherche, écologie, etc.). Ce serait injuste et inefficace : si l’ensemble de la vie sociale est fragilisée, l’école en souffrira

nécessairement.

Il faut donc créer des ressources nouvelles, en réformant la fiscalité. Il faut rompre avec les politiques d’austérité imposées

par les marchés financiers et l’Union européenne. Les dépenses publiques doivent sortir des mains des marchés financiers.

Au prochain sommet européen, la France doit réclamer la création d’un fonds européen solidaire, social et écologique à gestion

démocratique et abondé directement par la Banque centrale européenne, institution publique, pour financer les services publics

de façon solidaire, partout en Europe.

            je signe la pétition

 

Publié dans Education nationale, PCF, PETITION, POLITIQUE | Pas de Commentaires »

LA BANQUE POSTALE TAXE LES RETRAITS HORS DE SON RESEAU

Posté par communistefeigniesunblogfr le 2 septembre 2012

 

Par Bernard DUPIN Administrateur CGT Groupe La Poste

 

La Banque Postale singe les autres banques et accélère les suppressions de toutes les prestations issues

du service public postal qui faisaient jusqu’à présent sa spécificité de «banque pas comme les autres» 

notamment pour les particuliers.

D’autres avant elle avaient cédé à la tentation de faire payer les clients qui retireraient des espèces en dehors de leur réseau

bancaire.

C’est désormais le cas aussi pour La Poste depuis le 1 septembre 2012.

10 millions de clients vont devoir lâcher quelques euros supplémentaires pour pouvoir retirer leur argent ailleurs que dans

un bureau de Poste.

Rassurez-vous, vous aurez quand même le droit, pour le moment, de retirer votre argent dans d’autres banques.

Ce n’est qu’à partir du sixième retrait hors du réseau La Poste que vous devrez lâcher 65 centimes d’euros par opération.

Mais pas de fausses joies quand même : ces six retraits, avant d’être taxés pour avoir retiré de l’argent dans une autre banque,

ne sont que provisoires. Dans les semaines/mois qui viennent, ce sera sans doute dès la première ou la seconde opération

ailleurs qu’à La Poste que vous serez taxés.

A cela s’ajoute :

- La modification de la date de prélèvement des cartes bancaires à débit différé qui passe dès septembre du 5 du mois

au dernier jour du mois ouvré.

Difficile pour les clients, qui se verront, pour le débit différé d’août, prélevés en septembre le 5 et le 28.

Le mois est bien choisi pour une telle décision : retour de congés, rentrée scolaire, tiers provisionnel…

[Lire la suite]

 

Publié dans CGT, Syndicats | Pas de Commentaires »

Une école gratuite qui coûte très cher !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 29 août 2012

 

École

Où donc est passée la gratuité scolaire ?

 

Une école gratuite qui coûte très cher ! dans Education nationale rentree_0-300x150Alors que l’école gratuite est inscrite dans la constitution,

les dépenses imposées aux familles grèvent de plus en plus

leur budget. Cantine, fournitures, livres, clés USB, sorties…

Face aux exigences grandissantes du système éducatif,

le porte-monnaie des familles est de plus en plus sollicité.

Le principe de gratuité, inscrit dans la Constitution,

reste un combat à mener.

Cette année encore, le coût de la rentrée scolaire fait les gros titres des médias. La semaine dernière, l’association Famille

de France a fait part d’une progression de 2,9 % en 2012 par rapport à l’année dernière. Tandis que le ministère de l’Éducation

nationale concluait, de son côté, à une « hausse modérée » de 1,9 %. Ce matin, ce sera au tour de la Confédération

syndicale des familles (CSF) de livrer son analyse (lire notre entretien ci-contre). Un verdict que l’on n’imagine guère plus

optimiste.

Cette avalanche de chiffres, banalisés dans les JT où se bousculent les images de fournitures scolaires, ferait presque oublier

un principe tout bête : l’école n’est pas que laïque et obligatoire, mais aussi gratuite…

«  Aujourd’hui, cette école gratuite coûte très cher !»

L’obligation, établie depuis 1881, est inscrite au cœur de la République. On la retrouve dans le Code de l’éducation (articles

L. 132-1 et L. 132-2), dans l’article 26 de la Déclaration universelle des droits de l’homme, dans l’article 28 de la Convention

internationale sur les droits des enfants et dans le préambule de la Constitution française du 27 octobre 1946 ! Seulement

voilà, du principe à la réalité, le fossé ne cesse de se creuser. « On peut même dire aujourd’hui que cette école gratuite coûte

très cher ! » ironise Jean-Jacques Hazan, le président de la FCPE.

Il y a les fameuses listes de fournitures de rentrée, parfois pléthoriques, qui débarquent de plus en plus tôt dans la scolarité

de l’enfant. Mais pas seulement. L’école ne s’arrête pas fin septembre. « À 5 euros le repas à la cantine, ça me fait 80 euros

à la fin de chaque mois et 800 euros à la fin de l’année, calcule Elsa, une maman croisée à l’entrée d’une grande surface

des Yvelines. Il y a aussi le transport en bus, la coopérative, une ou deux sorties… Franchement, je ne sais pas exactement

mais ça fait beaucoup ! »

Au jeu des dépenses, toutes les filières et niveaux d’études ne se valent pas. Les coûts de scolarité s’accroissent au fur et à

mesure : modérés en primaire, ils s’alourdissent au lycée, où la gratuité des livres n’est plus obligatoire, et culminent dans

les filières professionnelles et technologiques qui nécessitent l’acquisition de matériels spécifiques.

[Lire la suite sur humanite.fr]

Lire aussi :

Publié dans Education nationale, France, Pouvoir d'achat, SOCIETE | Pas de Commentaires »

Jeunes : l’avenir, c’est l’emploi durable

Posté par communistefeigniesunblogfr le 29 août 2012

 

Ce mercredi dans l’Humanité :

Jeunes : l’avenir, c’est l’emploi durable

 

Jeunes : l'avenir, c'est l'emploi durable dans Chomage hq29-235x300Le Conseil des ministres examine ce matin la création de 150 000

« emplois d’avenir » pour les 16-25 ans. Une bouffée d’oxygène

qui laisse entière la question d’une insertion pérenne dans l’emploi.

La jeunesse est-elle un coût à réduire ou l’avenir d’un pays ? Les jeunes sont-ils

condamnés à n’être que de la chair à profits ou au chômage de masse, qui en

est le corollaire ?

L’examen, parmi les dossiers prioritaires de la rentrée, au même titre que

le développement du logement social, du projet de « contrats d’avenir » par

le gouvernement est un des indicateurs d’un changement d’orientation politique

avec la précédente majorité, défaite en juin dernier. Celle-ci 
ne désarme pas,

quitte à se risquer au ridicule. Ainsi voit-on l’appendice de l’UMP dans les universités,

l’UNI, réclamer à cor et à cri le retrait pur et simple du projet au motif qu’il instituerait une double discrimination :

à l’égard des étudiants étrangers et à l’égard des étudiants non boursiers. On a pu mesurer, avec la circulaire Guéant, ce qu’il

en était du souci des étudiants étrangers sous le précédent pouvoir.

Que l’on lutte contre la ségrégation sociale et l’échec scolaire à l’université lui est intolérable. Du côté 
de l’UMP battue, qui a

supprimé 80 000 postes dans l’éducation en dix ans, laissé sans réponse la sortie du système scolaire de plus de 140 000

jeunes par an sans qualification, avait voulu imposer le CPE – remisé dans les conditions que l’on se rappelle –, on se masque

moins. Pour la droite, la « vraie question », 
à l’unisson des positions du Medef, est encore et toujours « le coût du travail »,

et la « lourdeur » des droits inscrits dans le « Code du travail ».

Quant à la lutte contre la précarité, les contrats mis en place à la hâte avant les élections ne duraient que huit mois, au lieu

des trois ans prévus par le projet qui sera examiné ce matin… Cela posé, le dossier mérite débat et il est ouvert.

[Lire la suite sur humanite.fr]

Publié dans Chomage, Emplois, France, l'Humanité, POLITIQUE, Politique nationale, PRECARITE, SOCIAL | Pas de Commentaires »

Ce jeudi dans l’Humanité : le juste prix dans le panier

Posté par communistefeigniesunblogfr le 23 août 2012

 

Ce jeudi dans l'Humanité : le juste prix dans le panier dans France hq23_0-221x300Les militants communistes et du syndicat agricole Modef ont vendu hier

plus de 40 tonnes de fruits et légumes, directement du producteur

au consommateur.

Cette initiative annuelle souligne l’urgence de mesures pour le pouvoir

d’achat et pour garantir l’existence de ces filières agricoles.

Pouvoir d’achat : le changement se fait attendre,

par Olivier Dartigolles, porte-parole du PCF.

« Le pouvoir d’achat fait partie des questions qui relèvent le plus de l’urgence sociale.

On l’a vu lors de l’opération vente directe de fruits et légumes, avec des témoignages

saisissants de familles populaires. Dans un pays de bas salaires, de précarisation,

on peut être obligé aujourd’hui, lorsque les dépenses incompressibles

sont sorties, d’avoir à arbitrer entre remplir le frigo et faire le plein d’essence.

Lors de toute la séquence électorale, présidentielle et législatives, de 2012, lorsque les gens étaient interrogés sur leurs attentes

de changement, c’était la question des salaires et du pouvoir d’achat, des conditions de vie, qui venait en tête.

C’est sur ce terrain-là qu’ils demandent une amélioration concrète. Cette réalité, on l’a mesurée tout au long de l’été,

avec des familles privées de vacances, serrant leurs dépenses. Depuis l’élection de François Hollande, sur cette question,

le changement attendu, souhaitable, espéré n’est pas au rendez-vous.

Déjà, ce qui s’est passé sur le Smic a été annonciateur d’une non-prise en considération par Hollande et son gouvernement

de cette réalité. Lors de la conférence sociale, cette question a été renvoyée. L’augmentation de l’allocation de rentrée scolaire

est appréciable. Mais ce qui se profile sur les prix de l’essence relève d’après moi de la mesurette ; ce n’est pas pérenne

et ce n’est pas le blocage du prix qui avait été annoncé, et qui, il est vrai, obligerait à un rapport de forces avec les groupes

pétroliers d’un tout autre niveau que ce qu’Ayrault met sur la table aujourd’hui. Ajoutons à cela une menace sur la CSG. Surtout,

avec une croissance en berne, en voulant rentrer dans les clous de la réduction des déficits, le gouvernement se met

dans une situation où il s’interdit toute relance par la consommation. Ce qui plane au-dessus des têtes, c’est évidemment

le traité budgétaire européen.

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Publié dans France, PCF, POLITIQUE, Pouvoir d'achat | Pas de Commentaires »

12345...7
 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy