• Accueil
  • > Recherche : prime 400 euros

Résultats de votre recherche

Sambre et Meuse face à la « roublardise » organisée (l’Humanité)

Posté par communistefeigniesunblogfr le 9 avril 2015

INDUSTRIE

Sambre et Meuse face à la « roublardise » organisée

 

Laurence Mauriaucourt – l’Humanité – 9 avril 2015

 

Sambre et Meuse71Photo : Stephane Dubromel

 

  Près de Maubeuge, 261 salariés métallurgistes

  licenciés de l’entreprise de matériel ferroviaire

  Sambre et Meuse occupent leur usine

  depuis plus de trois semaines. Ils manifesteront

  à Paris ce jeudi.

  Reportage.

 

 

Feignies (Nord), envoyée spéciale. Dans l’Avesnois, le bocage se pare des attraits du printemps. Feignies, à trois kilomètres de Maubeuge. Rue Jean-Jaurès. Rue de la République. Rue des Usines. Un cul-de-sac. Avec au fond, Sambre et Meuse (SM), l’entreprise de matériel ferroviaire en acier moulé, fermée le 18 mars, occupée nuit et jour depuis par d’ex-salariés. Un moule de 40 000 euros disparaît dans les flammes de la colère, sur le parking. Les hommes ont les traits fatigués, tendus. Ils ont reçu leur lettre de licenciement, espèrent être payés le 10 avril comme promis par les AGS, le régime de garantie des salaires. Le 21 avril, ce sera le solde de tout compte et les 261 métallurgistes pourront aller s’inscrire au chômage, certains pour la première fois de leur vie. Ils seront en tête de la manifestation contre l’austérité à Paris, ce jeudi. Ils brandiront une photo datant de 2009 où l’on voit François Fillon, alors premier ministre, posant aux côtés de Vladimir Poutine derrière deux industriels, un Français et un Russe, en train de signer le contrat de l’espoir.

De la production de plaques d’égout au métro de New York

Hervé est à la fois fier et écœuré de rappeler que cette unité de production d’acier moulé plus que centenaire a associé son nom aux plaques d’égout de par le monde, au métro de New York. Son père a fait carrière là. Son fils devait y poursuivre la lignée de métallos, au métier harassant, payés 1 400 euros par mois en trois-huit, mais porteurs d’un savoir-faire collectif unique en Europe. « Vous voyez le gâchis ? » questionne l’ouvrier, promettant de ne rien « lâcher ».

Les revendications : une prime extralégale de 20 000 euros par salarié, la vraie recherche d’un repreneur, et des réponses aux questions.

♦ Pourquoi les actionnaires russes ont déserté après avoir investi ?

♦ Pourquoi les avoir laissés devenir les principaux clients à 80 % alors qu’il y avait de la demande en France avec Alstom et Bombardier, en Algérie, et alors qu’un contrat court encore avec la Finlande ?

♦ Pourquoi y a-t-il eu suffisamment d’argent pour rénover les bureaux de la direction à hauteur de 700 000 euros ?

♦ Pourquoi de l’argent transitait par la Chine et quelques paradis fiscaux ?

♦ Pourquoi le cabinet d’expertise Secafi a été empêché de réaliser un audit complet ?

♦ À quel prix les 1 000 tonnes d’acier du stock seront vendues aux enchères ?

♦ Cette fermeture est-elle à mettre en lien avec le projet de « zone verte » promise pour le secteur ?

 

Sambre et Meuse en lutte

Image de prévisualisation YouTube

Journal l’Humanitésur youtube

 

Et puis, il y a ce problème qui se pose à tout le monde ici : « Est-ce qu’on va devoir payer nous-mêmes les 40 euros de mutuelle par mois ? » De quoi imaginer le niveau de pauvreté de ces hommes qui traduisent le mot « austérité » par « manque d’argent pour participer à la relance de l’économie », par « appauvrissement généralisé au profit de quelques-uns ». Des soutiens politiques, il y en a eu. Le député PCF Alain Bocquet ayant saisi le premier ministre. Mais les appels au secours adressés au député socialiste Rémi Pauvros, au maire UMP de Maubeuge, n’ont rien apporté de concret. « On a organisé une journée portes ouvertes avant le second tour des élections, ils sont venus se rincer l’œil… », peste Benjamin, un jeune salarié baraqué, épuisé, qui vit à l’usine nuit et jour depuis l’occupation.

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

 

Publié dans Austerite, Competitivite, ECONOMIE, Emplois, France, l'Humanité, Liberalisme, licenciements, Luttes, SOCIAL | Pas de Commentaires »

9 juin 1944 : les pendaisons de Tulle

Posté par communistefeigniesunblogfr le 9 juin 2014

LA VOIX DES SUPPLICIÉS

TULLE 9 JUIN 1944

Jacques-Hubert FROUGIER le poète, Sébastien FARGE l’accordéoniste

et Daniel ESMOINGT le sculpteur expriment chacun dans leur art,

le drame du 9 Juin 1944 à TULLE

Image de prévisualisation YouTube

sur youtube

 

La voix des suppliciés (le texte)

Capturependusdetulle1Capturependusdetulle

*

Les pendaisons de Tulle, crime sans châtiment

 

Extrait de l’article

Une décharge au bord de la route, surplombant la rivière Corrèze, fut le premier lieu de sépulture des 99 pendus de Tulle, le 9 juin 1944. Un retour sur les faits : dès le 7 juin 1944, les FTP avaient investi la ville de Tulle et fini par infliger de lourdes pertes à la garnison allemande, lorsque, le soir du 8 juin, survint la division blindée SS Das Reich. Celle-ci décida de faire exemple en s’en prenant à la population civile de Tulle, pour diffuser à l’échelon régional un message de terreur et pour dissuader la population civile de soutenir la Résistance. Le commandant SS Lammerding, un habitué de la répression massive pratiquée à l’Est, décida la pendaison de 120 civils ; en fait, 99 habitants furent pendus et, le 10 juin, 149 furent déportés, dont 101 ne devaient pas revenir. Depuis lors, l’« affaire de Tulle » a été amplement utilisée par les milieux pétainistes et négationnistes pour diffamer la Résistance FTP dans son ensemble. L’auteur B. Kartheuser réfute cette version des événements en démontrant – document à l’appui – que la troupe SS était animée, a priori, d’une volonté de faire un exemple en transposant les pratiques usuelles en Europe de l’Est et que les pendaisons et les déportations des civils ressortent de la responsabilité partagée de la Wehrmacht (haut commandement à Paris et dans la région), des SS et du SD, la police politique.

Walter, agent du SD à Tulle. Tome 4, les Pendaisons de Tulle. Crime sans châtiment, de Bruno Kartheuser. Éditions Krautgarten (*), 2008, 496 pages, 36 euros.

Pendus de Tulle : « les criminels n’ont pas été châtiés »

Fabrice Grenard restitue le contexte du massacre de Tulle et les événements qui y ont concouru

Le lendemain, 10 juin 1944, la division Das Reich commettra le massacre d’Oradour-sur-Glane, à une centaine de kilomètres de Tulle.

 

Publié dans France, HISTOIRE, POLITIQUE | Pas de Commentaires »

« C’est la TVA qu’il faut réduire, pas l’impôt sur le revenu ! »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 17 mai 2014

 

« C’est la TVA qu’il faut réduire, pas l’impôt sur le revenu ! »

 

La CGT analyse la nouvelle réforme fiscale de Valls

 

Propos recueillis par Sarah Sudre – 16 mai 2014

impot

 

  Alexandre Derigny, secrétaire de la CGT Finances

  fait une analyse sévère de l’annonce faite par

  Manuel Valls à propos de la fiscalité des ménages.

 

 

L’Humanite.fr : En quoi consiste la mesure fiscale des « 1,8 millions de ménages qui vont sortir

de l’impôt sur le revenu », lancée par Manuel Valls ?

Alexandre Derigny : Manuel Valls a ciblé les personnes célibataires qui gagnent environ 14 000 euros par an,

les couples qui réunissent 28 000 euros par an et les couples avec trois enfants qui gagnent 38 000 euros par an.

Toutes les personnes qui sont au-dessus de ce seuil ne seront pas bénéficiaires de la réduction fiscale de l’impôt

sur le revenu. Cette mesure est censée concerner plus de trois millions de ménages, dont 1,8 millions qui vont sortir

de l’impôt sur le revenu, d’ici septembre 2014, date butoir pour verser ses impôts sur le revenu de l’année 2013.  

Ces modifications fiscales vont poser un souci à la logistique des services fiscaux car les citoyens imposables

en 2013, ont déjà commencé à payer leurs impôts sur le revenu, soit par la mensualisation soit par le tiers

provisionnel. Dans les chiffres, l’impôt sur le revenu de certains va être réduit de moitié, pour d’autres, supprimé

(exemple de l’AFP : un couple de retraités percevant chacun une pension de 1.200 euros verra son impôt passer

d’environ 1.000 euros à environ 300 euros). Mais ne soyons pas dupes, la fiscalité en France ne s’arrête pas

à l’impôt sur le revenu. 

Conclusion : pour un salarié percevant 1150 € de salaire net mensuel (13 800 euros par an), il paiera,

certes, 75 euros d’impôt sur le revenu mais déboursera 1 376 euros de TVA !

L’Humanite.fr : Peut-on parler d’un « cadeau » fait aux ménages?

Alexandre Derigny : Offrir un chèque en blanc de trente milliards d’euros aux entreprises sans aucune contrepartie

en matière d’emploi et de salaires, c’est un vrai cadeau pour les patrons. Prétendre réduire l’impôt sur le revenu

de quelques ménages pour alléger leur fiscalité, ce n’est pas un cadeau, c’est une escroquerie. Parce qu’en réalité,

l’impôt sur le revenu pèse peu dans le monde de la fiscalité, puisqu’il correspond à un quart des recettes fiscales

de l’État. Pour un ménage dont le salaire médian tourne autour de 1700 euros par mois, son impôt sur le revenu

représente à peine 15% de ce qu’il doit à l’État.

Le reste à payer ? Ce sont les impôts indirects, tels que la TVA, l’assiette de carbone etc, qui sont proportionnels,

pesant plus lourds pour ceux qui ont moins de revenus.

Prenons l’exemple d’un ménage, avec deux enfants, qui touche 3400 euros à deux par mois :

le couple devra payer 1091 euros d’impôts sur le revenu et 3900 euros de TVA.

Alors si l’État veut vraiment se pencher sur la question du pouvoir d’achats des plus modestes, il faut s’attaquer

à la TVA, qui est passée de 19,6 % à 20% en janvier dernier, plutôt qu’à l’impôt sur le revenu. Certes, la personne

qui touche le SMIC, ne paiera peut-être plus d’impôt sur le revenu mais cela ne va pas peser sur sa fiscalité

car la TVA et les autres taxes ne cessent d’augmenter. Et ça ce n’est pas un cadeau pour les plus modestes,

c’est une injustice.

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Publié dans CGT, ECONOMIE, France, Politique fiscale, Pouvoir d'achat, SOCIAL | Pas de Commentaires »

La terrible violence de la stratégie de la direction de Gad SAS

Posté par communistefeigniesunblogfr le 23 octobre 2013

 

La terrible violence de la stratégie de la direction de Gad SAS

 

La direction de Gad SAS, qui supprime 900 emplois en Bretagne, est parvenue à dresser

les employés de deux sites les uns contre les autres. Terrorisant les uns par la crainte

d’être les prochains à perdre leur emploi, refusant de négocier les indemnités

de licenciements, remplaçant les départs par des intérimaires roumains payés moins

que le Smic…

C’est ainsi que l’abattoir de la société Gad de Josselin (Morbihan), s’est retrouvé le théâtre de scènes

tragiques :

des heurts entre les salariés de ce site et les employés sacrifiés de l’abattoir de Lampaul-Guimiliau (Finistère).

Ces derniers, venus bloquer l’abattoir de Josselin pour amener la direction à la table des négociations

se sont confrontés à la peur des salariés de Josselin. Crainte d’être les prochains sur la liste, à cause

de menaces claires de la direction.

« A faire ce qu’ils font la semaine prochaine, c’est nous qui serons dehors, on n’aura plus rien » s’indignent

les salariés de Josselin au micro de France Info, qui résistent au blocage. C’est que la direction, par la menace,

a réussi à dresser les salariés les uns contre les autres et ruiner la solidarité entre collègues. Si pendant deux

jours l’abattoir de Josselin ne tourne pas, le site ferme, aurait ainsi menacé la direction. Résultat, d’après

les forces de l’ordre, environ 400 salariés du site de Josselin sont sortis de l’abattoir en milieu de journée,

repoussant manu militari les manifestants venus de Lampaul. Il y a eu « une bousculade assez vive

et des échanges de coups ».

http://www.dailymotion.com/video/x16a2fy

dailymotion

Par

Des intérimaires roumains

Menace et provocation supplémentaire, la direction de Gad a reconnu mardi recourir à des salariés étrangers

pour assurer le transfert d’une partie des activités de Lampaul vers Josselin.  « Il y aurait plus de cent

intérimaires roumains qui seraient arrivés en fin de semaine dernière » à Josselin, a assuré à l’AFP Jean-Marc

Détivelle, délégué FO du site de Lampaul.  « C’est du dumping social, on se demande si, en France,

plutôt que d’essayer de le combattre comme le gouvernement l’avait promis, ils n’ont pas décidé de se vautrer

dedans ».  Des travailleurs étrangers payés une misère, car si l’entreprise paye un Smic à l’agence d’intérim,

les ouvriers étrangers au final ne touchent que 600 euros, ce qu’ils toucheraient en Roumanie ou en Pologne.

Et le patron français, lui, ne paye pas de cotisation sociale, ne déclare rien à l’Urssaf et n’a même pas

de bulletin de paye à remplir…

La terrible violence de la stratégie de la direction de Gad SAS dans ECONOMIE capturegad1-300x234capture d’écran

Ce mercredi matin, le site de Josselin était toujours bloqué

par les salariés de Lampaul-Guimiliau qui ont campé

devant l’abattoir. Les CRS sont intervenus en fin de matinée.

 

 

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

capturegad-300x211 agroalimentaire dans Emploiscapture d’écran

Lors des heurts avec les CRS, deux manifestants ont été blessés,

« dont un a eu la main éclatée par un coup de matraque

et un autre a reçu un coup sur la tête et va devoir faire une radio

des cervicales« , a déclaré à l’AFP Patrick Le Goaf,

délégué du personnel FO de l’abattoir de Lampaul. (source)

 

Publié dans ECONOMIE, Emplois, France, licenciements, SOCIAL | Pas de Commentaires »

Méthode Peillon : Baisser le salaire des enseignants débutants !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 5 juin 2013

 

Vincent Peillon veut baisser le salaire des enseignants débutants

 

Méthode Peillon : Baisser le salaire des enseignants débutants ! dans Austerite peillonS.G.

Selon le Snes-FSU, un projet de décret vise

à diminuer de 400 euros bruts la rémunération

proposée aux professeurs et conseillers

principaux d’éducation débutants.

 

Si ce décret est publié au journal officiel, ceux-ci ne toucheraient que 1600 euros bruts mensuels,

au lieu des 2000 euros actuellement. Le premier syndicat des personnels du second degré s’étonne

de cette mesure. « La décision de diminuer la rémunération des nouveaux enseignants, si elle était

confirmée par le ministre, irait à l’encontre des engagements du ministre lui-même et ne pourrait

que conduire à une forte réaction de tous les personnels » peut-on lire dans son communiqué publié

ce mercredi matin.

Crise du recrutement

Le Snes-FSU rappelle que, selon les chiffres même de l’OCDE, « les enseignants débutants français

sont payés 10% de moins que la moyenne des pays » membres de l’organisation internationale.

Il se demande comment un telle baisse de salaires pourrait répondre à la « crise du recrutement

des enseignants et des conseillers principaux d’éducation (CPE) ».

Austérité budgétaire?

Ce projet intervient alors que d’autres coupes ont été effectuées dans le budget de l’Éducation nationale :

2000 assistants d’éducation en moins à la rentrée 2013, pas de réel coup de pouce pour les bourses

et aux fonds sociaux (à lire: Quand Vincent Peillon s’emmêle les bourses). L’austérité budgétaire semble

donc toucher aussi l’Éducation nationale. Celle-ci faisait pourtant partie des ministères prioritaires

du candidat Hollande, avec celui de la Justice et de l’Intérieur. 

[Lire sur humanite.fr]

  • A lire aussi :

Le communiqué du Snes-Fsu

Prime de 400 euros aux professeurs des écoles : l’entourloupe de Peillon ?

Le gouvernement tente de relancer l’attractivité du métier


Le salaire des enseignants français à la loupe

Publié dans Austerite, Education nationale, France, Politique nationale, Salaires, SOCIETE | Pas de Commentaires »

Aide alimentaire européenne : mobilisation exceptionnelle pour sauver le Programme européen d’aide aux plus démunis

Posté par communistefeigniesunblogfr le 4 février 2013

 

PAUVRETÉ

Aide alimentaire européenne :

semaine décisive pour les plus démunis

 

Aide alimentaire européenne : mobilisation exceptionnelle pour sauver le Programme européen d'aide aux plus démunis dans André Chassaigne aide-alimentLaurent Mouloud

Le Conseil européen de jeudi et vendredi prochains

doit décider du sort 
du fonds destiné à l’aide

alimentaire.

Les associations caritatives 
se mobilisent ce lundi

dans toute la France.

 

C’est la dernière ligne droite. Alors que le Conseil européen décidera, jeudi et vendredi, du sort du Programme

européen d’aide aux plus démunis (Pead), les associations d’aide alimentaire (Banque alimentaire, Croix-Rouge,

Restos du cœur et Secours populaire) mettent la pression en organisant, aujourd’hui, une mobilisation

exceptionnelle pour sauver ce dispositif qui permet de distribuer des repas à 18 millions de personnes en

Europe, dont 4 millions en France.

Aux alentours de midi, dans une douzaine de grandes villes (Paris, Montpellier, Lille, Dijon, Bordeaux, Limoges,

Clermont-Ferrand, Caen…), bénévoles et citoyens sont invités à venir faire semblant de manger

dans une assiette pleine de vide… Un « airfood » géant destiné à interpeller les dirigeants européens.

« Car si le Pead disparaît, dans quelques mois, 18 millions d’Européens ne feront plus semblant », alertent

les associations.

Créé en 1986, le Pead était financé jusqu’ici par le biais des surplus de la politique agricole commune (PAC),

pour quelque 500 millions d’euros par an, soit 1 % du budget de la PAC. Une somme répartie entre les États

et qui représente une part importante de l’aide apportée par les associations. Pour la France, c’est un tiers

des distributions, soit 130 millions de repas par an. Pour 
la Pologne, cela monte à 80 %.

116 millions de personnes en dessous du seuil de pauvreté…

Mais voilà. En 2009, sept pays européens, dont l’Allemagne, ont dénoncé ce Pead, jugeant notamment

que cette aide ne devait pas être prélevée sur le budget de la PAC. La Cour européenne de justice leur a

donné raison et a condamné le Pead dans sa forme juridique actuelle.

Où en est-on ? Après des mois de bras de fer, les institutions européennes ont fini par plancher sur un nouveau

dispositif, baptisé Fonds européen d’aide aux plus démunis (Fead). Un fonds qui ne se limite plus à l’aide

alimentaire et qui serait inclus dans le Fonds social européen. Pour Marie-Arlette Carlotti, la ministre déléguée

à la Lutte contre l’exclusion, « ce projet a le mérite d’apporter une pérennité et de reconnaître que l’aide

alimentaire est une composante importante de la solidarité ».

Montants insuffisants

Seul problème : l’enveloppe de ce nouveau fonds, décidée lors du Conseil européen des 7 et 8 février, pourrait

être inférieure à 2,5 milliards d’euros sur la période 2014-2020. Soit une diminution de plus de 25 %

par rapport à la somme allouée jusqu’à présent à la seule aide alimentaire ! Et ce, alors que la misère ne cesse

de progresser en Europe, avec 116 millions de personnes vivant actuellement en dessous du seuil de pauvreté…

« Les montants proposés sont insuffisants, a estimé la semaine passée, au nom du groupe PS, la députée

Seybah Dagoma. L’inclusion dans le programme de dimensions nouvelles (…) doit donner lieu à des financements

complémentaires. » Pour le député du Front de gauche, André Chassaigne, c’est avant tout une question

de morale politique. « Peut-on admettre, alors qu’on a trouvé des milliards pour les banques, qu’on ne

trouve pas les milliards nécessaires quand la pauvreté augmente en 
Europe ?» interroge l’élu.


Pour le Secours populaire, c’est clair : « Toute négociation budgétaire tolérant un niveau en dessous

du niveau actuel – 3,5 milliards sur sept ans – serait un échec. » Une somme qui ne représente qu’1 euro

par an et par 
Européen.

 

aidealimentaire aide alimentaire dans EUROPE

Quelque 400 personnes ont répondu ce lundi

à l’appel du Secours populaire, des Restos

du cœur, de la Banque alimentaire et de la

Croix rouge, pour que l’Union européenne

conserve son dispositif d’aide alimentaire.

(Photos Joël Lumien)

 

 

 

L’aide alimentaire pour les plus pauvres bientôt supprimée ?

Publié dans André Chassaigne, EUROPE, Luttes, Pauvrete, PRECARITE, SOCIETE, Union europeenne | Pas de Commentaires »

Prime de 400 euros aux professeurs des écoles : l’entourloupe de Peillon ?

Posté par communistefeigniesunblogfr le 1 février 2013

 

Prime de 400 euros aux professeurs des écoles :

l’entourloupe de Peillon ?

 

Prime de 400 euros aux professeurs des écoles : l’entourloupe de Peillon ? dans CGT Education capture14Vincent Peillon se dirait prêt à faire un geste financier en faveur

des professeurs des écoles. Pour les aider à digérer la réforme

des rythmes scolaires, les 300 000 enseignants pourraient toucher

une prime annuelle de 400 euros… Financée par une prime annuelle

du même montant non reconduite.

Selon Les Echos¹, une information non confirmée par le ministre de l’Éducation, une indemnité annuelle

pourrait être versée aux 300.000 enseignants du primaire, sur le modèle de l’indemnité de suivi et

d’orientation des élèves (Isoe) que perçoivent aujourd’hui ceux du secondaire. Elle serait dans un premier

temps de 400 euros annuels.

Cette prime viserait à rapprocher un peu ce que gagnent les enseignants du primaire² et ceux

du secondaire, comme l’a souhaité à plusieurs reprises le ministre.

[...]

Une bonne partie de cette prime « nouvelle » pourrait être financée par la prime de 400 euros accordée

aux enseignants de CE1 et de CM2 qui font passer des évaluations. Cette prime n’a pas été reconduite,

mais a été budgétée.  L’autre piste de financement avancée par Les Echos serait la non-reconduction

des stages de remise à niveau d’été, payés en heures supplémentaires.

[Article complet sur humanite.fr]

¹   Conclusion de l’article des Echos :

« Autrement dit, déshabiller Pierre et Paul pour habiller l’ensemble des professeurs des écoles… »

²   Un « professeur des écoles » gagne environ 25 000 euros par an, son homologue allemand 42 000 euros,

l’anglais 34 000 euros.  (document OCDE)

 

Lire également :

Rythmes : qui paiera la facture ?

Rythmes scolaires: la semaine de 4,5 jours officialisée

Rythmes scolaires : un vrai-faux débat ?

SNUipp-FSU : 12 février Journée de grèves,de manifestations et de rassemblements

 le tract d’appel de la CGT-Éduc’action

Le tract d’appel de l’interfédérale de l’éducation

Publié dans CGT Education, Education nationale, FSU, Politique nationale, Salaires, SNUipp | Pas de Commentaires »

Délirant : des aides publiques pour une entreprise qui pratique le dumping fiscal !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 7 décembre 2012

 

Amazon :

3 millions de subventions et toujours pas d’impôts

 

Délirant : des aides publiques pour une entreprise qui pratique le dumping fiscal ! dans Emplois amazon_0-300x150Le distributeur devrait recevoir une belle subvention

de près de 3 millions d’euros pour implanter un site

en Bourgogne, alors que le fisc lui réclame toujours

près de 200 millions d’euros d’arriérés d’impôts.

 

 

 

Alors certes, plusieurs centaines d’emplois sont en jeu près de Châlon-sur-Saône. Jusqu’à 2500 postes

supplémentaires si le quatrième centre de distribution, à Lauwin-Planque dans la région du Nord-Pas-de-Calais,

se confirme. Mais Amazon touche pour cela 3.400 euros par emploi par la région (les élus du Front de gauche

ont voté contre), 1.100 euros par emploi par le département, auxquels s’ajouteront 1.000 à 2.000 euros

par emploi de la part de l’État au titre de la prime d’aménagement du territoire. Soit au bas mot 3 millions

d’euros rien que pour la Bourgogne, pour une entreprise qui ne paye quasi pas d’impôts.

Amazon en effet pilote toutes ses activités européennes depuis sa filiale au Luxembourg, ce qui lui permet

de déclarer un chiffre d’affaires de 110 millions d’euros en France, alors que selon une estimation d’Euromonitor,

ses ventes 2011 dans l’Hexagone représenteraient 1,3 milliard d’euros. Ce pourquoi le fisc réclame 200 millions

d’euros à Amazon au titre des exercices 2006 à 2010. Ce qu’Amazon conteste.

Et comme les transactions sont passées en ligne directement au Luxembourg, l’État français ne touche pas

non plus de TVA.

Selon une enquête de Reuters, le « bouclier fiscal » derrière lequel Amazon s’est protégé lui aurait permis

de dissimuler plus de deux milliards de dollars de recettes.

[Lire la suite sur humanite.fr]

Et qu’en sera-t-il quand Amazon remplacera ses salariés par des robots ? En effet, l’entreprise américaine vient

d’acheter Kiva, une entreprise fabriquant des robots conçus pour la manutention.

Voir la vidéo :  http://www.youtube.com/watch?v=lWsMdN7HMuA&feature=player_embedded

Publié dans Emplois, France, Fraude fiscale, POLITIQUE, Politique fiscale | Pas de Commentaires »

Face aux dizaines de milliers de licenciements annoncés, le gouvernement est au pied du mur

Posté par communistefeigniesunblogfr le 16 juillet 2012

 

Plans de suppression d’emplois

Par Nicole Borvo Cohen-Seat / 12 juillet 2012

*

Face aux dizaines de milliers de licenciements annoncés, le gouvernement est au pied du mur dans Chomage arton1936-300x211Ma question s’adresse à M. le Premier ministre.

Lors de la conférence sociale qui vient de se tenir, vous avez mis

à l’ordre du jour une négociation sur la « sécurisation » des emplois.

Aussi, quand le groupe PSA annonce qu’il envisage de supprimer

8 000 emplois, dont ceux des 3 500 salariés du site d’Aulnay-sous-Bois,

le Gouvernement est au pied du mur. Laissera-t-il supprimer 8 000

emplois dans l’automobile après que l’État a accordé 4 milliards

d’euros de prêts aux constructeurs ?

Monsieur le Premier ministre, nous avons constaté que le débat était ouvert sur les solutions, même si certains, le MEDEF

en tête, soutiennent toujours les mêmes : exonérations de cotisations sociales, transfert du financement de la protection

sociale des entreprises sur les ménages, au travers de la TVA ou de la CSG. Or ces solutions n’ont pas fait la preuve de leur

efficacité en termes de créations d’emplois, loin s’en faut : les résultats sont là !

D’autres choix sont possibles : favoriser la demande en France par une hausse des bas salaires, diminuer les charges

financières des entreprises, notamment les PME, développer une politique publique du crédit ; mais aussi conditionner

l’utilisation des fonds publics et l’accès aux marchés publics.

Que dire d’Airbus, qui envisage de fabriquer les A320 commandés par les Américains aux États-Unis plutôt qu’à Toulouse ?

Que dire de l’entreprise Camiva, qui dispose du marché des camions de pompiers, qui a fait de gros bénéfices l’an dernier

et qui veut partir en Allemagne ?

Monsieur le Premier ministre, ma question, c’est celle de l’urgence.

Le temps nous est compté pour stopper la disparition annoncée de quelque 75 000 emplois et, en réalité, avec les effets induits,

trois ou quatre fois plus, sans compter les conséquences dramatiques pour les familles, les comptes sociaux et les territoires.

Le nombre de postes menacés est de 13 000 dans l’automobile, 8 600 dans les transports, dont plus de 5 000 à Air France,

8 500 dans la distribution, dont 3 400 à la société Doux, 2 000 dans les banques et les assurances. Et cette liste est loin

d’être exhaustive : vous le savez, il y en a bien d’autres !

Monsieur le Premier ministre, comme je vous l’ai déjà dit, il faut un moratoire sur les plans sociaux, s’appuyant sur des mesures

législatives et réglementaires d’urgence.

Vous avez évoqué, comme le Président de la République, la nécessité « d’encadrer les licenciements abusifs ». Saisissez

le Parlement de toute urgence ! (Applaudissements sur les travées du groupe CRC et du groupe socialiste, ainsi que sur certaines

travées du RDSE et sur quelques travées du groupe écologiste.)

M. le président. La parole est à M. le ministre du redressement productif.

[Lire la suite sur groupe-crc.org]

bandeau-300x44 dans ECONOMIE

 

Publié dans Chomage, ECONOMIE, Emplois, France, Front de Gauche, PCF, POLITIQUE, Politique nationale, Senat, SOCIAL | Pas de Commentaires »

Sanofi : Plus de 2 000 emplois menacés pour augmenter les dividendes versés aux actionnaires

Posté par communistefeigniesunblogfr le 6 juillet 2012

 

Sanofi :

des centaines d’emplois menacés et 4,4 milliards de dividendes 

 

Sanofi : Plus de 2 000 emplois menacés pour augmenter les dividendes versés aux actionnaires  dans CFDT sanofi_0-300x150Le laboratoire devrait fermer jusqu’à 2500 postes,

notamment sur ses sites de Toulouse et Montpellier.

Le groupe pharmaceutique a pourtant fait près de

9 milliards d’euros de profits, mais est encore

à la recherche de plus de rentabilité et veut réaliser

2 milliards d’euros d’économies d’ici à 2015.

La CFDT, premier syndicat du groupe qui compte environ 28.000 salariés en France, a estimé que 1200 à 2500 postes

pourraient disparaître dans les réorganisations envisagées.

Pour Thierry Bodin, coordinateur CGT, « il n’y a pas de volume exact », mais « le chiffrage de 2000 doit être proche de la réalité ».

Les syndicats ont fait part de leurs fortes inquiétudes pour les salariés de la recherche (amont) à Toulouse et Montpellier,

qui seraient directement visés par cette restructuration.

Selon les syndicats, la direction a annoncé « un désengagement total du site de Toulouse », qui emploie 600 chercheurs,

et « un arrêt de l’activité recherche du site de Montpellier » (200 chercheurs). A Toulouse, la « sortie du groupe » envisagée

reste floue : vente, fermeture? Pour Gérard Falquet, délégué CGT, « C’est une déception sans nom puisqu’à aucun moment,

nous n’avons eu le sentiment qu’on allait disparaître du groupe ».

Sanofi a déjà supprimé 4000 postes entre 2009 et 2011. Est ici engagé la déclinaison française d’un vaste plan prévoyant

deux milliards d’euros d’économies d’ici à 2015 et qui a déjà touché d’autres pays d’Europe ainsi que les États Unis.

C’est un plan d’économie préventif, Sanofi craint que son bénéfice net ne baisse de 1,4 milliard d’euros en 2012… En effet,

Sanofi doit faire face à l’expiration des brevets de plusieurs de ses médicaments. Raison pour laquelle Sanofi supprime

des centaines de postes de chercheurs. Pour Thierry Bodin de la CGT  : « Économiquement, il n’y a pas de justification puisque

la direction reconnaît que Sanofi fait 8,8 milliards de profits et va verser 4,5 milliards aux actionnaires« .

 

humanitefr Montpellier dans CGT le 5 Juillet 2012

 

Publié dans CFDT, CGT, ECONOMIE, Emplois, France, SOCIAL, Syndicats | Pas de Commentaires »

1234
 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy