• Accueil
  • > Recherche : politique art mentir

Résultats de votre recherche

Droit à l’IVG, Roms : au FN, bon sang ne saurait mentir

Posté par communistefeigniesunblogfr le 25 décembre 2013

 

Apostrophe

Droit à l’IVG, Roms : au FN, bon sang ne saurait mentir

 

le_pen_famille

 Apostrophe. Au Front national, seule l’enveloppe

 a changé. Le fond nauséabond reste le même.

 Il y a ceux qui font mine de croire que la «dédiabolisation» du FN

 entreprise par sa présidente, Marine Le Pen, est une rupture

avec le fonds antirépublicain du parti d’extrême droite.

Et puis il y a les propos de son toujours président d’honneur –faut-il le rappeler– qui montrent que le FN de 2013

reste le même qu’il y a quarante ans. Seule l’enveloppe a changé, à l’image des moyens de communication

employés : compte Twitter et blog vidéo.

Déremboursement de l’avortement

Sur le premier, Jean-Marie Le Pen vient de rappeler son opposition viscérale au droit des femmes à l’avortement.

Le projet de loi espagnol qui prévoit d’interdire l’IVG, sauf dans deux cas extrêmes (le viol et le danger de mort),

«prouve que l’on peut agir en la matière avec mesure, intelligence et souci du respect de la vie», écrit-il.

Comment ne pas voir l’unité de vues avec sa fille qui proposait, en 2012, de dérembourser l’IVG en dénonçant

les «avortements de confort»?

Roms

Sur son blog, Le Pen tourne en dérision la décision de justice qui le condamne à 5 000 euros d’amende

pour ses propos tenus sur les Roms, en les répétant sciemment («Nous (les Roms – NDLR), nous sommes comme

les oiseaux, nous volons naturellement»). Sa condamnation par la justice de la République ? «Une décoration»,

affirme Le Pen. Pour lui, désobéir aux lois est un honneur. Qui pourra affirmer après cela que le FN est devenu

un parti républicain ?

A lire aussi :

Sébastien Crépel

Publié dans avortement, Droits des femmes, F-Haine, France, POLITIQUE, SOCIETE | Pas de Commentaires »

Décès d’Albert Jacquard : « La France perd un grand scientifique et un homme de cœur » (PCF)

Posté par communistefeigniesunblogfr le 12 septembre 2013

 

Décès d’Albert Jacquard :

« La France perd un grand scientifique et un homme de cœur »

(PCF)

Albert Jacquard est mort aujourd’hui à l’âge de 87 ans.

Le Parti communiste français salue la mémoire de cet homme qui, venu des sciences, avait embrassé

les combats pour l’égalité et la justice.

Brillant généticien, Albert Jacquard était aussi un homme de conviction profondément humaniste.

Toute sa vie il aura œuvré pour faire avancer l’Humanité, à son échelle et sans jamais se départir

de sa profonde modestie. Mettant son incroyable savoir scientifique au service de causes universelles,

Albert Jacquard aura marqué son époque de son empreinte si atypique.

Aujourd’hui la France perd un grand scientifique et un homme de cœur.

*

Le généticien et militant de gauche Albert Jacquard est décédé

 

Décès d'Albert Jacquard : « La France perd un grand scientifique et un homme de cœur » (PCF) dans Hommages jacquard

Ce polytechnicien, né le 23 décembre 1925, qui était

président d’honneur de l’association Droit

au logement (DAL), a été emporté par une forme

de leucémie selon son fils.

 

Connu pour ses engagements citoyens et profondément antilibéral, le généticien s’était

prononcé en 2012 en faveur de la candidature de Jean-Luc Mélenchon.

Issu d’une famille de la bonne société lyonnaise, Albert Jacquard est reçu à Polytechnique 20 ans

plus tard et entre en 1951 à la Seita (société nationale qui fabrique tabac et allumettes) pour y travailler

à la mise en place d’un des premiers systèmes informatiques. Après un bref passage au ministère

de la Santé publique, il rejoint l’Institut national d’études démographiques (Ined) en 1962.

Mais il approche de la quarantaine et « s’aperçoit qu’on n’est pas éternel et qu’on ne veut pas gâcher

sa vie à des choses dérisoires ». Albert Jacquard part donc étudier la génétique des populations

dans la prestigieuse université américaine de Stanford, puis revient à l’Ined et passe deux doctorats

en génétique et biologie humaine dans la foulée.

>>> À un entretien avec Albert Jacquard et Axel Kahn paru en 2001 dans l’Humanité

Parallèlement à l’enseignement et à son travail d’expert à l’Organisation mondiale de la Santé (OMS),

il n’aura alors de cesse de démonter les arguments prétendument scientifiques des théories racistes

et sera même témoin en 1987 au procès du nazi Klaus Barbie pour crimes contre l’humanité.

Ses premiers livres, comme Éloge de la différence : la génétique et l’homme (1978) rencontrent

un grand succès qui ne se démentira pas, même quand il dérivera vers la philosophie, la vulgarisation

scientifique ou l’humanisme anti-libéral. Car le Pr Jacquard n’aime pas le libéralisme et il sera d’ailleurs

candidat aux législatives à Paris en 1986 sur une liste soutenue par divers mouvements de la gauche

alternative, puis en 1999 sur la liste écologiste conduite par Daniel Cohn-Bendit et s’était également

prononcé en faveur de la candidature de Jean-Luc Mélenchon à l’occasion de la dernière élection

présidentielle.

>>> À lire un texte d’Albert Jacquard paru dans l’Humanité lors des législatives de 1997 :

«J’attends du Parti communiste qu’il apporte une autre logique»

Dans les années 1990, Albert Jacquard va mettre sa verve médiatique au service d’une autre cause:

les mal-logés et les sans-papiers.

[Lire la suite sur humanite.fr]

À voir en vidéo (2010) :

La vraie intelligence selon Albert Jacquard

Image de prévisualisation YouTube

sur youtube

 

Sur les races

Image de prévisualisation YouTube

sur youtube

 

Publié dans Hommages, SOCIETE | Pas de Commentaires »

Des salariés de PSA Aulnay s’invitent au Conseil national du PS

Posté par communistefeigniesunblogfr le 15 avril 2013

 

Des salariés de PSA Aulnay s'invitent au Conseil national du PS dans Austerite psapscapture d’écran

Jean-Marc Ayrault et les dirigeants socialistes,

réunis samedi à Paris pour un Conseil national

du PS, ont été confrontés à une nouvelle

illustration de la crise qu’affronte

le gouvernement, avec l’irruption dans la réunion

d’une cinquantaine de salariés en colère

de l’usine PSA d’Aulnay, menacée de fermeture.

« On est venu ici pour vous demander qu’on obtienne une bonne fois pour toutes ce médiateur, qui puisse

mettre le poids du pouvoir politique, du gouvernement dans la balance », a déclaré le représentant CGT

de l’usine, Jean-Pierre Mercier qui s’est exprimé à la tribune, devant plusieurs ministres et le conseiller

de François Hollande, Aquilino Morelle. Prenant à partie les ministres présents, comme Stéphane Le Foll,

François Lamy ou Najat Vallaud-Belkacem, le représentant CGT leur a lancé: « vous avez vos menteurs,

vos Cahuzac, nous on a Philippe Varin« , le président de PSA, accusé de « mentir » aux ouvriers

« depuis un an et demi ». Le ministre de l’Économie, Pierre Moscovici, a lui aussi été apostrophé.

« Vous connaissez dans le Doubs la famille Peugeot, vous pouvez avoir un poids vis-à-vis d’eux », a demandé

Jean-Pierre Mercier au ministre, élu de ce département.

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Image de prévisualisation YouTube

sur youtube

Michel Soudais

Vidéos CGT PSA Aulnay

Publié dans Austerite, Emplois, F. Hollande, licenciements, Luttes, PS, SOCIAL | 1 Commentaire »

Subir les mots du capitalisme financier

Posté par communistefeigniesunblogfr le 28 octobre 2012

 

Subir les mots du capitalisme financier  dans IDEES - DEBATS - PHILO 258746-324521Par Bernard Gensane

Comme disait Umberto Eco, les humains ont inventé le langage

pour dire ce qui n’est pas là. Quand je susurre au téléphone à

quelqu’un : « je pense à toi », le seul mot qui renvoie à une réalité

vraie, c’est « je ». En effet, rien ne dit qu’à ce moment précis

je « pense », ni que je pense à « toi ». À partir de là, tout est

possible : un arriviste raciste allemand peut se qualifier de socialiste

alors qu’il est le pantin des banques et des grands conglomérats

de son pays. Un général très étoilé peut montrer au monde entier

une capsule de « poison mortel » alors qu’il tient dans la main

de la poudre de perlimpinpin. Et puis un surdoué de l’écriture peut aussi nous raconter l’histoire

d’un pauvre type qui « dort » dans un « val ».

Le langage se nourrit d’expressions toute faites, d’expressions qui figent ou orientent la pensée et font

des locuteurs des handicapés conceptuels : « forces vives », « opinion publique », « insécurité »,

« fracture sociale ». Boudieu disait qu’elles étaient « sémantiquement à peu près indéterminées,

banalisées et polies par l’usure d’un long usage automatique, qui fonctionne comme des formules magiques. »

En 2009, une équipe d’universitaires a mis au point un Lexique Usuel Critique de l’Idéologie Dominante

Économique et Sociale pour l’Institut d’histoire sociale de la CGT dans lequel elle analysait les mots et

expressions forgés ou détournés par les idéologues et les politiques au service de la finance et des entreprises

multinationales. Je reprends ici quelques exemples de mots qui nomment les maux.

Il faut s’« adapter ». C’est en 1964 que l’économiste François Perroux a élargi l’emploi de ce terme aux différentes

composantes de l’activité économique qui ne fonctionnent bien que dans « l’adéquation aux besoins de tout en

constante évolution. » Certains syndicats, comme la CFDT, se sont adaptés à cette adaptation : « le monde change,

changeons le syndicalisme », proclamait la grande centrale. Tandis que ceux qui persistaient à expliquer l’histoire

de l’humanité par le biais de la lutte des classes devenaient des dinosaures qui disparaîtraient au profit de ceux

qui acceptaient le capitalisme, la flexibilité (et sa forme plus douce, plus scandinave de « flexicurité ») etc.

Ces dinosaures étaient bien sûr « archaïques ». La compromission de Bad-Godesberg de 1959 leur faisait horreur

parce qu’ils s’accrochaient à des concepts tabous comme les classes sociales ou l’exploitation.

En serviteurs zélés du patronat français, les idiots utiles réclament jusqu’à plus soif la disparition des « charges »

sociales (feignant en fait d’oublier qu’il s’agit de « cotisations », donc de salaire différé). Ce qui « charge »

(du bas latin caricare) est un fardeau. Accoler l’adjectif « social » à ce mot, c’est évidemment remettre en cause

la sécurité du même nom. Mais comme cela fait exactement trente ans que les responsables patronaux expliquent

que les entreprises sont « exsangues », il est impératif que les charges baissent toujours plus.

Pour faire admettre cette aberration, il faut « communiquer ». La différence entre la communication et l’information

est simple : lorsque j’informe, je m’adresse à toi, pour toi ; lorsque je communique, je m’adresse à moi, ma parole

ne renvoie qu’à moi. Prosaïquement, faire de la com’, c’est déverser sa propagande, mieux, faire de la « pédagogie ».

Disons : mentir. Autre détournement scandaleux car dans « pédagogie » il y a pais, enfant. Ce qui revient à dire

que l’on prend le receveur de l’acte de parole pour un enfant.

[Lire la suite]

 

Publié dans IDEES - DEBATS - PHILO | Pas de Commentaires »

Smic : Le vrai « coup de pouce » serait de 0,6 %, soit 8,10 euros par mois. Pas de quoi boucler les fins de mois !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 23 juin 2012

 

Smic : Le vrai La hausse du Smic serait limitée à 2 %. Mais, selon le quotidien

économique Les Echos,  cette hausse constituera en grande partie

une anticipation de la revalorisation 1,4 % qui devait intervenir

en janvier 2013.

Le « coup de pouce » annoncé par François Hollande tout au long

de la campagne présidentielle, sera en fait de 0,6 %,

soit 8,10 euros par mois. Pas de quoi boucler les fins de mois !

 

La « hausse raisonnable » du Smic s’annonce très limitée

 

Matignon n’a pas cherché à démentir le coup de pouce au Smic de 2% mentionné par Les Echos

ce vendredi matin. Less services du Premier ministre évoque juste une hausse « raisonnable »

à compter du 1er juillet prochain. Pas de quoi rassurer les syndicats.

L’entourage de Jean-Marc Ayrault a indiqué ce matin qu’une réunion technique consacrée à ce sujet, qui était prévue

en fin de matinée à Matignon, avait été annulée pour cause de Conseil des ministres. « Mais cela n’empêche pas

les discussions de se poursuivre », a-t-on ajouté. Promesse très attendue de François Hollande, le coup de pouce

au Smic sera dévoilé mardi aux partenaires sociaux, réunis en Commission nationale de la négociation collective.

Un décret sera pris le lendemain pour que la hausse s’applique dès juillet aux salariés concernés, environ un sur dix.

Pressions du patronat

En coulisses, les pressions se font plus insistantes du côté du patronat pour limiter à tout prix une hausse du Smic. Jeudi,

la CGPME a réclamé « une suspension du coup de pouce envisagé », estimant qu’il mettrait « en danger » des milliers de petites

entreprises. Même faible, un coup de pouce fera peser un « risque sérieux sur l’emploi », affirme aussi la présidente du Medef,

Laurence Parisot.

L’hypothèse énoncée par Les Echos d’une hausse de 2% irait dans le sens des représentants des patrons. Car ce mini-coup

de pouce serait un trompe l’oeil. La hausse constituerait en grande partie un à-valoir sur la future revalorisation légale qui doit

intervenir le 1er janvier, à savoir l’inflation constatée depuis la dernière augmentation, soit 1,4%. Le « vrai coup de pouce » serait

donc de 0,6%, écrit Les Echos.

Déception en vue pour les salariés

[Lire la suite sur humanite.fr/]

421583_287158604672926_100001363671692_703195_2063966032_n dans Politique nationale

 

Publié dans Emplois, Politique nationale, Pouvoir d'achat, Salaires | Pas de Commentaires »

Sommet des Peuples : « Nous ne gagnerons rien sans une campagne radicale contre le capitalisme financier international. » (Pablo Solon)

Posté par communistefeigniesunblogfr le 19 juin 2012

 

Le Sommet des peuples remonté contre celui de la Terre

 

Sommet des Peuples : « Nous ne gagnerons rien sans une campagne radicale contre le capitalisme financier international. » (Pablo Solon) dans Environnement dsc_0047-300x199De notre envoyée spéciale à Rio.

Les travaux ont démarré au Sommet des Peuple de Rio.

Dans les allées, l’ambiance reste à la détente.

Mais le ton monte sous les chapiteaux, où les intervenants

récusent les dirigeants mondiaux.

« Nous ne gagnerons rien sans une campagne radicale contre le capitalisme

financier international. » Pablo Solon, ambassadeur bolivien, n’a rien

perdu de sa verve. C’est lui qui, en 2010, lors de la  16ème conférence

des parties sur le climat, avait voté, au nom de son pays et seul face au monde, contre un accord politique qui préludait la fin

du Protocole de Kyoto. Il officie cette année dans le cadre du Sommet des peuples, où, si la récréation continue dans les allées,

les travaux ont bel et bien démarré sous les chapiteaux.

Droit des travailleurs, préservation des bien communs, lutte contre l’accaparement des terres ou pour la souveraineté alimentaire :

les séances plénières se sont enchainées dans le parc de Flamengo. A deux brassées de la plage, quasi vide en dépit du soleil,

et alors que les traverses grouillaient de visiteurs, les délégués internationaux n’ont pas lâché la tâche qu’ils se sont assignée,

lors de débats aux horaires certes flottants, mais qui ont tous fini par se tenir.

Avec la même bête noire en ligne de mire : l’économie verte. Celle là même sur laquelle doit se pencher le Sommet de la Terre,

conférence des Nations unies qui s’ouvre officiellement mercredi et autrement baptisée Rio+20.

« Ceux qui ont promu la financiarisation du carbone, sont en passe d’en faire de même avec l’eau et la biodiversité », poursuivait

Pablo Solon lors d’une rencontre où la colère vis-à-vis des dirigeants mondiaux a tonné.

 

dsc_0390-300x199 Sommet des peuples de Rio dans Environnement« Nous n’avons plus rien à faire des négociations (du Rio+20, NDLR)

et des promesses de l’ONU », tambourinait ainsi Wahu Kaara, responsable

d’une organisation kényane, lors d’une intervention furieusement applaudie.

« Depuis vingt ans, on n’a fait que nous mentir. Il ne faut plus rien attendre

d’eux et avancer avec nos solutions, en reprenant notre pourvoir. »

De l’autre côté de la ville, dans le très réservé Rio centro – où les cariocas

ne seront sans doute pas invités à se promener -, les travaux préliminaires

à la conférence onusienne sont, eux, en passe de s’achever.

Le texte qui sera présenté mercredi au 193 États a été achevé dimanche dans sa mouture définitive. Sans surprise, il consacre

un large chapitre à l’économie verte. Il opère également un retour en arrière sur la reconnaissance d’un certain nombre de droits,

dont ceux à l’eau et à l’énergie. Pas de quoi, donc, rasséréner les protagonistes du Sommet des peuples. Vingt ans après

la conférence de Rio de 1992 qui, en consacrant la notion de développement durable, avait obtenu un relatif consensus en sa faveur,

celle de Rio 2012 pourrait bien signer le divorce entre société civile et ONU.

>>> Le plus : le reportage en images de notre envoyée spéciale à Rio

humanitefr le 18 Juin 2012

 

Publié dans Environnement | Pas de Commentaires »

Prêt à tout pour justifier la stratégie UMP du « ni gauche ni FN », Jean-François Copé ment et met en cause l’Humanité

Posté par communistefeigniesunblogfr le 13 juin 2012

 

Jean-François Copé ment et met en cause l’Humanité

 

Prêt à tout pour justifier la stratégie UMP du Jean-François Copé est prêt à tout pour justifier la stratégie UMP

du « ni-gauche ni FN » au second tour et pour couvrir ses collègues

qui font des appels du pied à l’électorat frontiste pour conserver

leur fauteuil de député. Y compris à mentir éhontément tout en

diffamant l’Humanité.

Ainsi sur France 2, mardi soir, le secrétaire général de l’UMP a poursuivi dans son amalgame Front national = Front de gauche =

extrêmistes en expliquant,  à propos de l’entretien donné par Nadine Morano au journal d’extrême-droite Minute :

« Moi personnellement je ne le ferais pas. Je ne m’exprime pas dans Minute ni dans des journaux de cette nature. Je ne le fais

d’ailleurs pas non plus dans L’Humanité ».

Faux. Jean-François Copé est bien intervenu dans nos colonnes. Exactement dans notre édition du 25-26 mars

2000, où le déjà maire de Meaux intervenait dans un débat consacré à la violence dans les cités d’Ile-de-France.

 

2012-06-13cope-hq-251-300x201 Jean-François Copé dans l'HumanitéCet entretien est d’ailleurs savoureux. Jean-François Copé, qui dénonce

actuellement la gauche pour son « laxisme en matière de sécurité », explique

que « notre credo en la matière de sécurité est d’arriver à un juste équilibre

entre prévention et répression ».

Ses solutions d’alors en guise de lutte contre l’insécurité pourraient lui

valoir une bonne place dans le comité de soutien du Front de gauche.

« Il faut surtout engager une réflexion de fond sur le rôle du maire en matière

de sécurité au moins dans les villes :

l’insécurité n’est plus de fait l’affaire exclusive de la police, affirme-t-il. Seul un partenariat hyperstructuré entre

le parquet, les élus, les habitants, la police nationale et la police Municipale peut faire régresser la petite délinquance sur laquelle

les résultats sont encore mauvais. »

Passé révisé

En 2000, Jean-François Copé, alors membre du parti gaulliste RPR, trouvait important de participer à un débat dans les colonnes

de l’Humanité. Devenu secrétaire général d’un UMP flirtant avec le Front national et en ballottage pour sa réélection à l’Assemblée

nationale, l’édile de Meaux révise son passé et l’Histoire en faisant l’amalgame l’Humanité-Minute.

 

  • A lire aussi :

Jean-François Copé : « Trouver un juste équilibre entre prévention et répression » (24 mars 2000)

 

Publié dans F-Haine, l'Humanité, Legislatives 2012, Manipulation, POLITIQUE, UMP | Pas de Commentaires »

La malhonnêteté de Patrick Chêne dévoilée

Posté par communistefeigniesunblogfr le 19 avril 2012

 

Mardi 17 avril 2012, était diffusée sur LCP une interview de Jean-Luc Mélenchon menée par

Patrick Chêne. Pour évoquer le chiffrage du programme, l’ancien présentateur de Stade 2 a repris

les chiffres de l’Institut de l’entreprise. Ce à quoi Jean-Luc Mélenchon a rétorqué que cet institut

était dirigé uniquement par des membres du CAC 40. Patrick Chêne, balayant la remarque, ne s’est

pas attardé sur les explications du candidat du Front de gauche. Le même jour, dans une émission,

le même Patrick Chêne traitait Jean-Luc Mélenchon de « menteur professionnel » parce qu’il avait

eu l’outrecuidance d’être précis et de faire ce que Patrick Chêne n’a visiblement pas fait, vérifier

ces informations.

Alors certes, ils ne sont pas TOUS au sein d’entreprises du CAC 40, mais dire qu’il s’agit d’un think

tank neutre serait mentir.

 

Image de prévisualisation YouTube

sur youtube.com/

par

 

Car l’Institut de l’entreprise est bel et bien un repère d’anciens ou actuels patrons d’entreprises du CAC 40,

comme l’attestent la vidéo ci-dessus et le lien suivant :

liste des membres du conseil d’orientation de l’Institut de l’Entreprise.

La malhonnêteté de Patrick Chêne dévoilée dans Front de Gauche institut-de-lentreprise

 

[...]

Ainsi, est-il nécessaire de rappeler à Monsieur Patrick Chêne, qu’il ferait bien de se renseigner un peu plus.

Au Véritomètre, mis en place par i>télé et owni.fr, le premier est le candidat du Front de gauche. La droite

quant à elle truste les dernières places, rivalisant dangereusement de mensonge avec l’extrême-droite

de Marine Le Pen.

Veritometre1 LCP dans Jean-Luc Melenchon

 

[Article complet sur placeaupeuple]

 

A lire sur lepoint.fr :

Mélenchon n’est pas un gueulard populiste par Anna Cabana

 

Publié dans Front de Gauche, Jean-Luc Melenchon, POLITIQUE, Presidentielle 2012, Presse - Medias, Propagande - Desinformation | Pas de Commentaires »

Sarkozy sur TF1 : Réaction de Pierre Laurent

Posté par communistefeigniesunblogfr le 11 février 2011

Sarkozy sur TF1 : Réaction de Pierre Laurent dans POLITIQUE logo

 

Pierre Laurent : « Sarkozy ne sort pas grandi de cette soirée laborieuse »

 

 

 dans Politique nationale

Ce soir, j’ai écouté Nicolas Sarkozy avec beaucoup de colère. Le président de la République a offert aux Français un spectacle

pathétique et plus inquiétant que jamais. 

Aux policiers, il affirme que les effectifs sont suffisants, aux magistrats que les moyens ne sont pas le problème, aux chômeurs qu’il

va les envoyer en stage, aux agriculteurs que les marchés ont fait leur bonheur, aux ouvriers que la « vraie » pénibilité est d’être sans emploi…

Il confirme surtout qu’il est incapable d’écouter les Français.

A ceux qui étaient mobilisés aujourd’hui, ou hier contre sa réforme des retraites, il répond toujours sur le même ton, sentencieux et hautain.

Ce soir, le chef de l’État n’a pas hésité pas à mentir aux Français : Contrairement a ce qu’il a dit, l’avocat d’affaires a en réalité déjà décidé

d’offrir un contrat juteux aux assureurs, celui  du « marché » de la dépendance ! 

Toute la soirée, il aura martelé des choix politiques qui sont des échecs et qui ont des conséquences gravissimes qu’il s’agisse de sécurité ou d’emploi. Avec lui, c’est assez simple :

16 000 postes de profs en moins, cela fait 5 000 places de prison en plus…

Pour finir le président a été odieux et insultant à l’égard des français de religion musulmane.

En emboitant le pas d’Angela Merkel et de David Cameron, il a condamné le multiculturalisme tournant le dos aux valeurs les plus fondamentales de la République française.

En taxant « d’échec », la diversité culturelle de la France, Sarkozy ajoute un tome 2 à son discours de Grenoble et ne sort décidément pas grandi de cette soirée laborieuse.

Pierre Laurent, secrétaire national du PCF, Paris, le 10 février 2011.

 

Publié dans POLITIQUE, Politique nationale, Propagande - Desinformation | Pas de Commentaires »

Décès de Françoise Cachin

Posté par communistefeigniesunblogfr le 7 février 2011

Petite fille de Marcel_Cachin, un des fondateurs du PCF, et du peintre Paul_Signac, Françoise Cachin est décédée vendredi 4 février 2011 à l’âge de 74 ans. Défendant les musées avec passion, elle avait été à l’origine du texte Les musées ne sont pas à vendre co-signé avec Jean Clair et Roland Recht. Suite à cette prise de position, elle fut évincée du conseil artistique des Musées nationaux. Puis, à la demande du ministre de la Culture de l’époque, Renaud Donnedieu de Vabres, on lui enleva la présidence de FRAME, l’association culturelle franco-américaine qu’elle avait créée. Elle venait de terminer le montage de l’exposition-Manet, inventeur du Moderne au Musée d’Orsay (5 avril – 3 juillet 2011)

Source : Patrick Le Hyaric7 février 2011

Hommage à Françoise Cachin, grande figure des musées de France

Décès de Françoise Cachin dans CultureC’est avec une grande émotion que j’apprends la disparition de Françoise Cachin, grande figure des musées de France.

Françoise Cachin faisait un peu partie de la famille de l’Humanité, par son nom hérité de son grand-père Marcel, mais aussi et surtout par des engagements progressistes pour l’accès à la culture pour tous et l’émancipation humaine que nous avons eu en commun, même si elle n’avait jamais revendiqué l’héritage politique de son grand-père.

Dans sa vie, elle avait plutôt choisi de prendre la suite de son autre aïeul, Paul Signac, ce qui la poussa à passer le premier concours de conservateur des Musées de France et à connaître la plus belle des carrières qui soit, passant entre autres du Musée National d’Art Moderne à la direction du Musée d’Orsay et des Musées de France.

Mais comme bon sang ne saurait mentir, elle ne put jamais se défaire d’un engagement fortement présent dans sa vie professionnelle qu’elle vivait comme une passion. On l’a ainsi vue être de tous les combats pour l’accès de tous aux Arts, pour la circulation des œuvres et récemment encore lançant une pétition, « Les musées ne sont pas à vendre » contre la marchandisation de l’Art à l’occasion du projet du Louvre Abou Dhabi qui lui valut une odieuse mise à l’écart de la part du gouvernement.

François Cachin, à la retraite depuis 2001, n’avait jamais pu se résoudre à l’inactivité, et elle venait de terminer le montage de l’exposition Manet qui doit ouvrir ses portes début avril au Musée d’Orsay.

Elle  va manquer au monde de la culture et des musées, mais son travail et son engagement ne sont pas restée vains et elle aura su marquer durablement le sens des politiques culturelles.

J’adresse toute ma sympathie à son mari Georges, à sa famille, et à tous ceux qui ont eu le bonheur de la côtoyer.

Publié dans Culture, Hommages | Pas de Commentaires »

12
 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy