• Accueil
  • > Recherche : pistolet flash ball

Résultats de votre recherche

ArcelorMittal : Touché par un tir de flash-ball, un manifestant belge perd l’usage d’un oeil

Posté par communistefeigniesunblogfr le 8 février 2013

 

ArcelorMittal :

un manifestant belge perd l’usage d’un oeil

 

ArcelorMittal :  Touché par un tir de flash-ball, un manifestant belge perd l'usage d'un oeil dans Belgique capturearcelormittalPhoto : Olivier Nicola Castiglione

Un jeune intérimaire belge d’ArcelorMittal de 25 ans,

John David, blessé lors de la manifestation

des métallos mercredi à Strasbourg, a perdu l’usage

de son œil après avoir été touché par un tir

de flash-ball.

 

captureflashball ArcelorMittal dans ECONOMIECapture d’écran

¹

 


 

John David, 25 ans, travaille en intérim sur le site de Flémalle, dans l’agglomération de Bruxelles. Il était venu

mercredi à Strasbourg pour la manifestation des « métallos » venus de Liège (Belgique), de Florange (Moselle)

et du Luxembourg. « On a appris ce matin qu’il avait perdu définitivement l’usage de son œil », a indiqué à l’AFP

un syndicaliste wallon du syndicat belge FGTB, Jean-Michel Hutsebaut.

« Les récits affluent pour dire que les forces de police tiraient avec des balles en caoutchouc à

hauteur d’homme, à hauteur de la tête« , a-t-il ajouté, dénonçant « un pas inacceptable qui a été franchi ».

L’incident a eu lieu lors d’un face-à-face tendu avec les forces de l’ordre, qui empêchaient les manifestants

d’approcher du Parlement européen. Le jeune homme, dont le visage était en sang, avait été évacué

par deux collègues avant l’arrivée des pompiers, selon un journaliste de l’AFP, témoin de la scène.

« Il est toujours à l’hôpital civil de Strasbourg, où il devrait rester encore 5 à 6 jours en soins », a précisé

à l’AFP Fabrice Jacquemart, porte-parole de la FGTB Métal.

 

¹  Le flash-ball est une arme de quatrième catégorie (comme les armes de poing ou le pistolet à impulsions

électriques Taser). En 2009, la Direction centrale de la Sécurité publique avait rappelé la proscription

de viser « au niveau du visage ou de la tête » et la nécessité d’une utilisation « proportionnée »

 

Une page Facebook a été créée en soutien à John David

Flash-ball…? Usage non réglementaire ?

 

captureallezlesgars manifestation dans EUROPE

Capture d’écran

Cliquez sur l’image pour voir la vidéo

« Allez les gars « 

 

 

Publié dans Belgique, ECONOMIE, EUROPE, France, Luttes, POLITIQUE, SOCIAL, Syndicats | Pas de Commentaires »

Un homme est mort après avoir reçu deux décharges de Taser

Posté par communistefeigniesunblogfr le 30 novembre 2010

Les faits sur : humanite.fr/

Un homme est mort après avoir reçu deux décharges de Taser dans Police rapport_taser_RAIDHsmall

 

Site national du PCF – 30 novembre 2010

Drame de Colombes

Le Gouvernement doit reconnaître la dangerosité du Taser

 

 dans SOCIETE

Nous apprenons ce matin avec colère et tristesse qu’un homme est décédé la nuit dernière à Colombes après avoir reçu deux décharges de Taser.

Nous dénonçons depuis trop longtemps la dangerosité de cette arme à impulsion électrique dont les risques sont connus. Il est scandaleux que cette arme, vendue comme « pistolet antibavures par excellence » ou encore à « létalité réduite » se trouve une nouvelle fois au cœur de la polémique.

Une enquête est ouverte. En tout état de cause, nous n’attendrons pas ses conclusions pour demander dès maintenant que la dangerosité de cette arme soit, enfin, officiellement reconnue et son usage remis en cause. Il faut un moratoire immédiat sur l’utilisation du Taser conformément aux recommandations du Comité contre la torture des Nations Unies.

Ian Brossat, responsable national à la sécurité au PCF – Isabelle Lorand, réseau droits et libertés du PCF

 

D’autres réactions :

Source : humanitefr le 30 Novembre 2010

Jean-Michel Baylet, président du PRG, sénateur du Tarn-et-Garonne : « Les radicaux de gauche réclament une nouvelle fois la mise en place d’une commission d’enquête parlementaire sur le Taser ». Jean-Michel Baylet avait déjà demandé la création d’une telle commission d’enquête en octobre 2008, rappelle-t-il. « A ce moment-là les représentants de Taser exerçaient systématiquement des pressions judiciaires sur celles et ceux qui pointaient la dangerosité de ces armes »

Julien Dray, député PS de l’Essonne, vice-président du conseil régional d’Ile-de-France : « Cet événement et d’autres dans l’actualité récente ont montré que ces équipements – taser, flashball – peuvent causer au minimum des dégâts irréparables aux personnes qui en sont la cible, alors qu’ils étaient censés offrir une alternative à l’usage d’armes à feu. Les conditions de leur emploi doivent être réexaminées, et l’usage du taser suspendu tant que toute la lumière n’aura pas été faite sur ses effets réels sur la santé »

Philippe Sarre, le maire PS de Colombes, a recommandé la prudence, affirmant que rien ne permettait actuellement   »de tirer des conclusions sur la responsabilité des forces de police, ni même sur le lien avec l’utilisation du Taser. »

 

Source : www.raidh.org – 30 novembre 2010

URGENT : Premier mort par Taser en France ?

Extrait :

RAIDH, qui mène campagne en faveur d’une régulation des conditions d’usage et de dotation de cette arme qui adresse une décharge de 50 000 volts, ne peut que regretter la surdité des pouvoirs publics face à nos multiples alertes quant aux dangers du Taser X26 dont sont équipés plus de 4000 policiers et gendarmes en France.

Dans l’attente des résultats de l’autopsie pratiquée sur la victime, RAIDH demande que toute la lumière soit faite quant aux modalités d’utilisation de l’arme envers la personne décédée et des réponses immédiates s’agissant des questions suivantes :

  • Pourquoi a-t-elle été utilisée à deux reprises ?
  • Les policiers étaient-ils en situation de légitime défense au moment de l’usage du Taser ?
  • La vidéo censée se déclencher en cas de tir à distance a-t-elle été visionnée et sera-t-elle rendue publique ?

RAIDH saisit cette occasion malheureuse mais inéluctable pour rappeler la nécessité d’initier un moratoire immédiat de cette arme de torture susceptible de donner la mort conformément aux recommandations du Comité contre la torture des Nations Unies.

Rappel : le Conseil d’État interdisait récemment la dotation du Taser X26 aux policiers municipaux, une interdiction récemment levée par le décret et l’arrêté initiés par les services du Ministère de l’Intérieur en dépit des réserves de la plus haute juridiction administrative française.

RAIDH a, depuis, de nouveau saisi le Conseil d’État s’agissant de la dotation des policiers municipaux et la Cour européenne des droits de l’Homme s’agissant de la dotation des policiers nationaux.

En savoir plus : Faits et chiffres sur le Taser :

Taser_faits_et_chiffres


 



Publié dans Police, SOCIETE | Pas de Commentaires »

Lyon, place Bellecour, le 21 octobre 2010 : 6 heures de garde à vue collective sur ordre du préfet !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 25 octobre 2010

Source : Lyon, place Bellecour, le 21 octobre 2010 : 6 heures de garde à vue collective sur ordre du préfet ! dans Luttes dazibaoueb_logo_700

publié par Cezarine (militante associative) – 25 octobre 2010

URL de l’article : http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=17086

Lyon, témoignage d’une étudiante, édifiant !

Auteur : Cezarine

Il me semble important de faire circuler ce témoignage, qui m’est parvenu d’une source sure. Et ce au moment où le gouvernement essaie par tous les moyens de ridiculiser ceux qui essaient de démontrer la violence policière provocatrice (cf les journalistes du Monde et de Itélé face à Melenchon sur France Inter hier soir)

 

« Jeudi 21 octobre 2010. Témoignage des événements de la Place Bellecour, Lyon.

 

J’arrive un peu après 12h sur la Place Bellecour, accompagnée de plusieurs ami(e)s étudiant(e)s. Une manifestation d’étudiants et de lycéens en partenariat avec la CGT et SUD, est prévue pour 14h Place A. Poncet, située à l’angle de celle de Bellecour. De nombreux jeunes sont présents, en majorité des lycéens et collégiens. On franchit un cordon de policiers pour entrer sur la place. Ceux-ci sont placéspar plusieurs dizaines à toutes les sorties de cette place publique, une des plus grandes de France. Ils sont équipés d’armures des pieds à la tête, casque, bouclier, matraque, pistolet… Se trouvent également un camion du GIPN (groupe d’intervention de la police nationale, qui eux ont un camion blindé et sont cagoulés) et deux camions à eau anti-émeute. Un hélicoptère survole le lieu à basse altitude. Une demi-heure plus tard, suite à quelques pierres lancées en direction des policiers et de leurs véhicules, les flics se mettent en action et lancent les fusées lacrymogènes. Dispersion de la foule.

Vers 13h30 nous commençons à nous rapprocher de la Poste, d’où part la manifestation. Le cordon policier est toujours présent et sépare les manifestants qui sont déjà sur la place Bellecour de ceux qui sont sur la place A. Poncet. Ils refusent de nous laisser passer. Après une demi-heure de discussion, les syndicats aidant probablement, ils finissent par ouvrir le cordon et laissent passer une trentaine de personnes avant de le refermer brutalement, lorsque apparemment la population qui passe ne répond plus aux critères du « bon manifestant » (la peau claire, pas trop jeune, pas de survêtement ni capuche). Plus personne n’a le droit de sortir de Bellecour. La tension monte. Quelques projectiles sont jetés, auxquels les policiers répondent matraques levées par des fusées lacrymogènes . Pendant plus d’une heure nous essayons, en vain, de rejoindre l’autre partie des manifestants, qui nous attendent, de l’autre côté. Eux aussi se font gazer. La foule de Bellecour est dispersée.

A 15h30, finalement, les manifestants « libres » décident de partir en cortège. Nous, on attend. On est plusieurs centaines sur la Place. Celle-ci est relativement calme. On attend, éparpillés par petits groupes sur l’ensemble de la place. Les flics disent qu’on pourra ressortir quand la manifestation sera partie. On attend. L’hélicoptère tourne au-dessus de nous dans un bruit assourdissant. Il y a quelques mouvements de foule mais la scène reste calme. A vrai dire, on se fait chier. Croyant seulement partir en manifestation, je n’ai rien pris avec moi, ni eau, ni nourriture, ni occupation. J’attends, comme tous les autres. Un peu plus tard nous décidons de nous en en aller avec une amie. Mais les flics refusent toujours de nous laisser passer. Il doit être aux alentours de 16h30, cela fait trois heures qu’ils nous retiennent. Je leur dis mon envie de pisser et de manger, mais pas moyen. Je commence à en avoir sérieusement marre, et prends conscience de la rétention forcée que je subis. Les flics nous disent que c’est un ordre du préfet, et qu’ils ne savent quand ils auront l’autorisation de nous laisser sortir. A un ami qui demande s’il serait possible d’amener un ballon de foot de l’extérieur, histoire de s’occuper, le flic répond qu’il n’a qu’à prendre la vessie bien gonflée de la jeune fille qui vient de demander à sortir pour aller aux toilette, avant de s’esclaffer avec ses collègues.

 

Lire la suite… »

Publié dans Luttes, Police, RETRAITES | Pas de Commentaires »

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy