• Accueil
  • > Recherche : pauvre riche inde

Résultats de votre recherche

Crise financière, dette et austérité : communiqué de la CGT

Posté par communistefeigniesunblogfr le 31 octobre 2011

Crise financière, dette et austérité : communiqué de la CGT dans Austerite humanitefr le 28 Octobre 2011

Réaction de la CGT au sommet européen et

au discours de Nicolas Sarkozy

 

Ta_cgt dans ECONOMIE

Les rodomontades du Président ne trompent personne. Les décisions

du Sommet du 26 octobre, loin de sauver l’Europe et la France,

enfoncent un peu plus le continent dans l’impasse.

On ne desserre pas l’étau de la dette. On continue d’alimenter les

marchés financiers, on les alimente par de nouveaux endettements.

Le Fonds Européen de Stabilité Financière (FESF) au lieu de servir de

pare-feu va nourrir l’incendie.

Tout le continent est mis à l’heure de l’austérité au risque d’aggraver

la récession qui s’annonce. Les pays seront de moins en moins à même

de faire face au poids de la dette.

La crise financière va être relancée par les perspectives de faible croissance.

Aucun moyen nouveau n’est dégagé pour soutenir l’activité. La recapitalisation des banques n’est pas le problème.

Les gouvernements demandent aux banques d’enregistrer une partie des pertes sur la dette grecque. Mais on ne

leur demande pas de financer l’activité économique, ce qui serait leur rôle.

Ainsi, le jour même où les chiffres du chômage battent un nouveau record les cours de la Bourse s’envolent !

Le Président de la République annonce un nouveau plan d’austérité de l’ordre de 8 milliards. Sa mise en œuvre

est confiée à François Fillon qui répète sans arrêt au mépris de la réalité, que « les Français vivent au dessus

de leurs moyens ». De nouvelles amputations du pouvoir d’achat sont à l’ordre du jour concernant les allocations,

minima sociaux et remboursements de la Sécurité sociale. Une augmentation de la TVA est clairement à l’ordre

du jour. C’est pourtant l’impôt le plus injuste puisqu’il est identique sur la consommation des riches et des pauvres.

Les fonctionnaires continuent d’être présentés comme des « budgétivores ».

C’est l’austérité au goutte à goutte. D’abord la réforme des retraites, ensuite la mise au régime sec des services

publics, puis la réduction des indemnités journalières, le prélèvement sur les mutuelles, l’augmentation de la CSG

sur les salaires… Faute de pouvoir présenter l’addition en une seule fois, le gouvernement la découpe en

tranches qui se succèdent de plus en plus vite.

Nicolas Sarkozy ne masque pas son intention de relayer la revendication du patronat de bouleverser les modalités

de financement de la Sécurité sociale au nom de la compétitivité des entreprises et pour mettre un terme

« à l’assistanat ». C’est un pilier essentiel du contrat social qui est menacé.

Lire la suite

Publié dans Austerite, ECONOMIE, France, POLITIQUE, Syndicats, Union europeenne | Pas de Commentaires »

La santé des Français principale victime du plan d’austérité gouvernemental ?

Posté par communistefeigniesunblogfr le 27 août 2011

Lu sur : La santé des Français principale victime  du plan d'austérité gouvernemental ? dans Austerite dazibaoueb_logo_70026 août 2011

publié par reineroro (Démineuse De Tapettes à Gruyère et Pourfendeuse De Cornichons.)

 

La santé des français principale victime

du plan d’austérité gouvernemental ?

Auteur : Slovar - Source : Slovar les Nouvelles

 

Fillon dans France

L’annonce « tonitruante » de taxe exceptionnelle sur les plus riches a permis

au gouvernement de ne pas s’étendre sur le relèvement important de la taxe

sur les contrats santé des mutuelles et compagnies d’assurances.

Décryptage d’une décision lourde de conséquences !

 

 

En termes de solidarité face à la dette, François Fillon s’avère être le digne héritier de Joseph Caillaux ministre

des finances de Clémenceau qui déclarait : « Faites payer les pauvres ! Bien sûr, les riches ont la capacité de

supporter des impôts plus lourds, mais les pauvres sont tellement plus nombreux »

Et oui, entre créer une nouvelle tranche d’impôts sur les plus riches d’entre nous et taxer un peu plus la santé

de tous les français, le gouvernement n’a pas eu la moindre hésitation. En effet, écrit Viva Presse :

« (…) La « taxe sur les riches » rapportera 200 millions d’euros, alors que la nouvelle taxation brutale des

garanties santé qui touchera l’ensemble des Français, s’élèvera à 1,2 milliards d’euros (…) »

On peut trouver trace de cette décision dans le communiqué publié sur le portail du gouvernement sous forme

de deux petites lignes : « Suppression de l’exonération partielle de taxe spéciale sur les conventions d’assurance

pour les contrats solidaires et responsables »

C’est à dire ?

Jusqu’à présent, l’état appliquait : « une fiscalité différente en fonction des caractéristiques de la complémentaire

santé afin de rendre cohérente sa politique de maitrise des dépenses de santé (…) » Cette fiscalité s »appliquait

aux : contrats de complémentaire santé solidaires et responsables

Définition : « L’organisme assureur ne doit recueillir aucune information médicale auprès de l’assuré,

les cotisations ou les primes ne sont pas fixées en fonction de l’état de santé de l’assuré l’assureur doit respecter

l’esprit du parcours de soin, notamment en ne remboursant pas les franchises, la part du ticket modérateur

majoré ou les dépassements d’honoraires des spécialistes consultés en dehors du parcours de soin. Le contrat

doit intégrer certains remboursements minimum tels que le Ticket Modérateur sur les consultations, la pharmacie,

les actes techniques ou le forfait hospitalier. il doit prendre en charge deux actes de prévention parmi une liste

définie le 8 juin 2006 (conformément à l’article R 871-2 du code de la Sécurité sociale) ».

Définition complète sur le site Devis Mutuelle

Ce type de contrat qui couvre aujourd’hui plus de 90% des assurés avait déjà subit le 1 janvier 2011,

un prélèvement de 3,5%. Ce qui avait permis à l’état d’empocher 1,1 milliard d’euros. Or, le gouvernement vient

de décider de le porter à … 7% !

Coût de l’opération chiffré par la Mutualité Française : « (…) Tous comptes faits, cette nouvelle taxe coûtera donc

2,2 milliards aux complémentaires santés dès 2012 et donc aux ménages (…) » qui précise que :

« (…) la simple augmentation de cette taxation et l’évolution que l’on connait des dépenses de santé laissent

présager des augmentations au minimum de l’ordre de 5% (…) ».

[Lire la suite sur : dazibaoueb.com/]

Publié dans Austerite, France, Politique nationale, SANTE, SERVICES PUBLICS | Pas de Commentaires »

« Les François d’Helvétie pètent de la thune ! »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 5 juin 2011

Lu sur :

publié par gézé – 5 juin 2011

 

Les François d’Helvétie pètent de la thune !

Auteur : geze, georges zeter – Rage-Against!

 Être « riche » veut dire quoi ? Ben, avoir plein de thunes me direz vous pauvres gens… Oui mais ? Prenons la définition du mot :

b

 

- Riche, adjectif – Sens1 : Qui possède beaucoup. Synonyme aisé

- Sens2 : Abondant. Synonyme cossu, Anglais rich1

Ouais… Encore du bien fumeux… « Qui possède beaucoup… » Alors parlons de

ceuces qui « possèdent » ENORMEMENT ; J’veux dire jusqu’à là, qu’ils peuvent

même plus compter en monnaies terrestres, les appellent les K, pour kilo E ou $…

Qui se gavent à mort, amoré !

Ya un p’tit endroit aux devers des montagnes nommé la Suisse – gruyère plein

d’trous d’trous pour que nos vrais patriotes-artistes-autistes

« qui possèdent beaucoup » puissent y vivre, pénard zé discret. (…)

 

Sur les 300 plus riches résidents Suisse, toujours selon Bilan, 29 sont Français, dont 13 milliardaires, et ils cumulent

une fortune globale de 49,6 milliards de francs suisses, soit 30 milliards d’euros. (…) 2 Si-si vous avez bien lu, 30 !

Pour vous mettre tout ça en parallèle, le PIB de la Roumanie en 2006 était de 30,608, avec ses 7,5 millions d’habitants…3

Je sais, ça vous fait mal de lire ça : 29 français, souvent des héritiers qui ne glandent rien, en face de 7,5 millions de

Roumains-Dacia… « Selon que tu es née riche ou pauvre… » Blabla, ben tu l’auras dans le baba jusqu’à la roulette!

Allez ! Si vous l’demandez j’vous balance des noms : Les chiffes-chiffres sont en Milliards

(c’est la monnaie-toise pour ces gens là), faut dire aussi que tout ça est sous-sous-estimés.4

[Lire la suite sur : dazibaoueb.fr/]

 

Publié dans Politique fiscale | Pas de Commentaires »

France : 4 millions de personnes ne disposent pas de complémentaire santé

Posté par communistefeigniesunblogfr le 1 juin 2011

Source : Observatoire des inegalités31 mai 2011

Une couverture santé à deux vitesses

France : 4 millions de personnes ne disposent pas de complémentaire santé dans PRECARITE Sante_depenses_Frog_974_v1

 

Quatre millions de personnes ne disposent pas de complémentaire santé

en France malgré la mise en place de dispositifs pour pallier cette carence.

Une analyse de Pierre Volovitch de l’Observatoire des inégalités.

 

 

Avoir une « mutuelle » – plus précisément une assurance complémentaire santé – est devenu déterminant

pour bénéficier d’une bonne qualité de soins. Entre 1980 et 2008, le « reste à charge », la part des dépenses

de soins que doivent supporter les ménages (qu’ils le financent eux-mêmes ou grâce à la couverture apportée

par une complémentaire santé) est passé de 217 à 547 euros par personne et par an, une fois l’inflation déduite.

C’est ce qu’indiquent les résultats d’une étude réalisée par l’Institut de recherche et de documentation en économie

de la santé (Irdes) [1]. Au cours de la même période, la proportion de personnes couvertes par une complémentaire

santé a logiquement fortement augmenté, de 69 % à 94 % de la population de France métropolitaine. Cela signifie

tout de même que près de quatre millions de personnes restent sans complémentaire santé en France métropolitaine

en 2008.

Le premier motif de non-recours à une complémentaire évoqué par les enquêtés est le manque de moyens :

46 % souhaiteraient en bénéficier mais ne le peuvent pas pour des raisons financières. Parmi les ménages

les plus pauvres (moins de 870 euros par unité de consommation [2]), 12 % des personnes ne bénéficient pas d’une

complémentaire santé, contre seulement 3 % au sein des ménages les plus riches (1 997 euros et plus par UC).

[Lire la suite sur : inegalites.fr/]

 

Publié dans PRECARITE, SANTE | Pas de Commentaires »

La Taxe Robin des Bois

Posté par communistefeigniesunblogfr le 8 mars 2011

 

LA TAXE ROBIN DES BOIS :

POUR UN MONDE PLUS JUSTE… TAXONS LA FINANCE !

 

Une petite taxe sur la finance qui permettrait de dégager des centaines de milliards d’euros chaque année

pour lutter contre la pauvreté et le changement climatique.

Cette taxe Robin des bois contribuerait à réduire la spéculation financière et à redistribuer les richesses.

 

Le banquier

Vidéo de la campagne Taxe Robin des bois, réalisée par Richard Curtis, avec Bill Nighy.
Voix françaises : Jean-Marie Fonbonne et Gaëtan Gallier

Image de prévisualisation YouTube

http://www.youtube.com/watch?v=NG3VhU3Sqs4&feature=player_embedded#at=142

+ d’infos sur : http://www.taxerobindesbois.org/

Publié dans ECONOMIE, France, Luttes, Politique fiscale, PRECARITE | Pas de Commentaires »

La dépendance : analyse de Bernard Gensane

Posté par communistefeigniesunblogfr le 13 février 2011

Source :  Le Grand Soir – 13 février 2011

URL de cet article : http://www.legrandsoir.info/La-dependance-selon-Sarkozy-payer-pour-vieillir.html

 

La dépendance selon Sarkozy : payer pour vieillir

 

La dépendance : analyse de Bernard Gensane dans POLITIQUE arton12757-07bc6

Bernard GENSANE

illustration : extrait d’une affiche de Greenpeace pour la conférence sur le climat à Copenhague en 2009

Récemment, le kleiner Mann a commis une bourde dont il est coutumier : il a situé l’Alsace en Allemagne. Depuis la féroce occupation de cette belle province par les nazis, les Alsaciens adorent

ce genre d’erreur. Le kleiner Mann s’est rétabli en mettant les rieurs obligés (dans les deux sens du terme) de son côté : « Vous comprenez pourquoi je suis tellement attaché à résoudre le problème

de la dépendance. » Il n’a pas été suffisamment relevé qu’en disant cela il s’était tapoté la tempe avec l’index, signifiant que, pour lui, dépendance était synonyme de débilité, sénilité etc.

Le peuple doit toujours se méfier dès que Sarkozy ouvre la bouche. Il doit se méfier doublement quand, de surcroît, il s’essaie à l’humour gras.

 

Sarkozy et les siens, en bons relais des assureurs privés, veulent fouler aux pieds le système de couverture sociale crée en 1945 pour, à terme, offrir toute la sécurité sociale aux banques et aux assurances privées. Rappelons que,

par ordonnance, fut instituée «  une organisation de la Sécurité Sociale destinée à garantir les travailleurs et leurs familles contre les risques de toute nature susceptibles de réduire ou de supprimer leur capacité de gain, à couvrir

les charges de maternité et les charges de famille qu’ils supportent ». L’offrande faite au privé avait été tentée avant Sarkozy, en 1994, par une cinquantaine de députés, sous l’égide de de Villiers et Madelin, qui avaient déposé

un projet de loi à l’Assemblée Nationale sur la création d’une sécurité sociale privée, à la demande de Claude Bébéar, à l’époque patron du groupe Axa. Cette tentative n’avait pas eu de suite.

 

En instaurant le déremboursement partiel ou total de nombreux médicaments, de frais médicaux, de franchises, en détruisant progressivement le régime solidaire des retraites, en creusant artificiellement le trou de la Sécu, la droite

et le patronat visent à ancrer dans les esprits que la “sécurité sociale ” est un concept dépassé et qu’il convient désormais de trouver des solutions “ modernes ”, sinon nos enfants passeront leur vie à payer nos erreurs de gestion.

La “ modernité ” revenant bien sûr à s’assurer auprès d’organismes privés. Né de la Résistance, le système de 1945 impliquait que les assurés payaient selon leurs moyens et étaient soignés selon leurs besoins.

Un système “ moderne ” implique des cotisations selon les moyens et des soins en fonction de l’humeur de la bourse. Comme aux États-Unis, par exemple.

 

C’est là que nous en venons aux fausses évidences, aux fausses questions naïves de Sarkozy quant à la dépendance : « Faut-il faire un système assurantiel ? Obliger les gens à s’assurer ? Faut-il augmenter la CSG ?

Faut-il avoir recours à la succession quand les enfants n’ont pas la volonté ou pas les moyens ? » Point besoin de chercher midi à quatorze heures : pour notre kleiner Mann, un système assurantiel est nécessaire. En novembre 2010,

Fillon emboîtait le pas : «  Nous avons commencé avec la réforme des retraites, nous allons poursuivre. Nous ne pouvons pas esquiver sur cette question notre responsabilité collective. Nous lancerons une concertation nationale sur

la protection sociale qui associera tous les acteurs, les partenaires sociaux, les professionnels de santé, les mutuelles, les assurances ; les collectivités territoriales, au premiers rang d’entre elles les conseils généraux … Il s’agira en

premier lieu de déterminer les besoins réels des personnes. Il faudra ensuite sérier les pistes de financement : assurance obligatoire ou facultative, collectives ou individuelle ». Fillon décrivait alors un système à deux vitesses,

les riches pouvant globalement s’assurer, et les pauvres étant pris en charge par la solidarité sans que tous les risques soient couverts pour eux. À la question « que pensez-vous de l’éventuelle mise en place d’une assurance privée ? »

Bachelot répondit au Figaro : «  Il ne faut rien exclure, et surtout pas le recours à l’assurance privée ». Et l’ancienne employée des grands laboratoires pharmaceutiques de citer le rapport de la députée UMP Valérie Rosso-Debord

(juin 2010) : «  Nous ne sommes plus du tout dans le contexte de la création de notre système de protection sociale ».

 

Les deux propositions principales que Sarkozy et des siens vont soumettre aux “ partenaires sociaux ” sont, d’une part, de rendre obligatoire, dès l’âge de cinquante ans, la souscription d’une assurance perte d’autonomie liée

à l’âge et assurer son universalité progressive par la mutualisation des cotisations et la création d’un fonds de garantie et, d’autre part, de maintenir à titre transitoire une prise en charge publique.

 

Ce n’est pas un hasard si Guillaume, le frère du kleiner Mann, diplômé de l’École spéciale des travaux publics, s’est reconverti dans les assurances complémentaires après n’avoir pas réellement brillé dans l’industrie textile

(http://www.lepetitjournal.com/homep…), là où, décidément, il n’a pas laissé le souvenir d’un patron social (http://www.fakirpresse.info/article…). L’objectif des assureurs privés est bien, à court terme, de tenir les rênes et d’être

les seuls profiteurs de tout le système de protection sociale en vendant des assurances individuelles ou de systèmes de couvertures d’entreprises.

 

Partons d’un exemple concret. Vous avez 60 ans moins un jour et vous êtes frappé par un AVC léger avec une guérison quelques semaines plus tard. Vous serez pris en charge par la Sécu. Vous avez 60 ans et un jour et vous êtes

frappé par un AVC très grave, avec coma quasi total pendant des semaines, puis un handicap lourd à vie. Selon les propositions sarkozyennes, vous entrerez alors dans le cadre de la dépendance, donc des assurances

privées. Votre famille devra vraisemblablement subvenir à vos besoins. Si elle ne le peut pas, vos enfants seront touchés indirectement : vous n’aurez en effet d’autre solution que de puiser dans votre patrimoine, donc de leur héritage.

 

[Lire la suite sur : legrandsoir.info/]

Publié dans POLITIQUE, Politique nationale, SANTE | Pas de Commentaires »

Crise alimentaire : « les produits alimentaires sont devenus des actifs financiers comme les autres… »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 18 janvier 2011

Reçu par courriel – 15 janvier 2011

Bonjour,
Ci-dessous une tribune que je viens d’écrire dans Mediapart, sur la flambée des prix alimentaires… et le lien avec la présidence française du G20.
Aurélie

http://www.mediapart.fr/club/edition/les-invites-de-mediapart/article/140111/flamblee-des-prix-alimentaires-memes-causes-mem

Flambée des prix alimentaires : mêmes causes, mêmes effets

La part des spéculateurs sur les marchés alimentaires explique en partie la hausse continue des prix depuis l’été 2010. Les produits alimentaires sont devenus des actifs financiers comme les autres. Par Aurélie Trouvé, co-présidente d’Attac France.

————-

puceinvite.jpgOn se souvient en 2008 des images des «émeutes de la faim». Depuis, plus rien ou presque sur nos écrans, même si le nombre de sous-nutris a bondi et dépassé le milliard. Surtout, les causes de la flambée des prix n’ont en rien été supprimées. Il n’est donc pas étonnant que le monde connaisse de nouveau le même phénomène, avec une hausse continue des prix des produits alimentaires depuis l’été dernier et un indice des prix désormais plus élevé qu’en 2008. Comme vient de l’exprimer le rapporteur spécial des Nations unies sur le droit à l’alimentation, Olivier de Schutter, nous vivons le début d’une crise alimentaire similaire à celle de 2008.
Difficile de ne pas pointer tout d’abord la responsabilité majeure des États-Unis et de l’Union européenne dans la baisse des stocks céréaliers mondiaux, et ainsi dans la tendance à la hausse des prix. Difficile également de ne pas souligner le rôle des agrocarburants, qui ont détourné plus du tiers de la production de maïs des États-Unis l’année dernière. Les terres qui y sont consacrées sont autant de terres disponibles en moins pour le soja ou le blé, ce qui explique la hausse corrélative des cours mondiaux, directement liés aux prix américains.

Mais encore plus que la flambée des prix alimentaires, c’est leur volatilité qui pose problème. Ces marchés ne répondent pas aux hypothèses strictes de l’économie néo-classique standard. Demande rigide, variation aléatoire et difficulté d’ajustement de l’offre, anticipations fausses des producteurs… pour de multiples raisons, les prix varient de façon extrême et chaotique. C’est pourquoi, historiquement, quasiment tous les grands pays ont fortement régulé leurs prix intérieurs pour les stabiliser.

Mais c’était sans compter sur l’orthodoxie néo-libérale, qui a poussé depuis plusieurs dizaines d’années, sous l’égide de la Banque mondiale, du Fonds monétaire international et du GATT (relayé par l’Organisation mondiale du commerce – OMC – en 1995), à démanteler les outils de régulation des prix alimentaires, dans les pays du Nord comme du Sud. Désormais, leurs prix s’alignent sur les cours mondiaux. En particulier, les pays pauvres, soumis aux plans d’ajustement structurel pour rembourser leur dette, se sont lancés dans la dérégulation de leurs marchés. Confrontés au dumping des pays riches et à la concurrence des agricultures étrangères, engagés dans une spécialisation de leur agriculture pour exporter, ils ont vu leur agriculture vivrière décliner. Une très grande majorité est devenue importatrice nette de produits alimentaires, donc dépendante des cours mondiaux. Quand ceux-ci flambent, c’est un drame pour les populations pauvres urbaines, dont une grande partie du revenu va à l’alimentation. Et quand ils chutent, c’est un drame pour les paysans.

 

Lire la suite… »

Publié dans Agriculture, ECONOMIE, FMI "affameur des peuples" | Pas de Commentaires »

FEIGNIES ENSEMBLE n°34

Posté par communistefeigniesunblogfr le 14 janvier 2011

FEIGNIES ENSEMBLE                                                      PCF

FEIGNIES POUR TOUS                                                                                   janvier 2011 – N°34

http://communistefeigniesunblogfr.unblog.fr/

 

En finir avec la loi sur les 35 h, voilà la nouvelle offensive de la droite

contre les travailleurs.

Initiée par le socialiste M. Valls, en quête de gloriole médiatique, l’attaque est désormais menée par l’UMP à grands renforts de contrevérités.

Les travailleurs français travailleraient moins que leurs collègues européens. Les 35 heures auraient freiné l’emploi et les salaires. Pis, elles auraient handicapé la compétitivité française. MENSONGES !

-  Le temps de travail hebdomadaire moyen en France était de 38 heures en 2009, comme depuis 7 ans. En Allemagne, il est plus ou moins de 36 heures, sur la même période. Quant aux Hollandais, ils ne font même pas 31 heures hebdomadaires ! 

-  Et non seulement les Français travaillent plus que les Allemands mais leur productivité est supérieure ! Nous avons en France, le taux de productivité horaire le plus élevé du monde. Mais les richesses produites ne profitent qu’aux actionnaires :

En 2011, les actionnaires des 40 grandes sociétés cotées en Bourse devraient recevoir 40 milliards  d’euros, soit plus de 46 % des bénéfices réalisés en 2010. Et pour 2012, ils comptent sur plus de 43 milliards !

-  De 1997 à 2002, la compétitivité française s’est améliorée et l’excédent extérieur était compris entre 20 et 30 milliards d’euros. Depuis le retour des 38 heures (2003), l’excédent s’est transformé en déficit croissant à partir de 2005 pour atteindre plus de 40 milliards en 2009.

-  Entre 1998 et 2007, le nombre total d’emplois s’est accru de 15% en France : 350 à 400 000 emplois de plus !

-  Revenir aux 40 H, (pourquoi pas à 44, comme l’a suggéré Novelli, sur RMC) cela ne reviendrait qu’à une seule chose : baisser les salaires (plus d’heures sup payées entre 36 et 40 h) et augmenter le chômage de masse : 1 million de chômeurs en plus, au bas mot. Et ils sont déjà 5 millions aujourd’hui ! Pas de réduction du chômage de masse sans réduction du temps de travail !

-  Supprimer la durée légale du travail, la remplacer par une sorte de contrat signé entre un patron tout puissant et un salarié obligé d’accepter ses conditions, voilà ce que veut le MEDEF ! Voilà ce que la droite mais aussi Valls et ses amis vont tenter de lui offrir ! Ceux-là feraient mieux de se taire plutôt que de continuer à marquer des buts contre le camp de la gauche, le camp de ceux qui travaillent et subissent l’exploitation capitaliste.

Avec vous, les élus et les militants du PCF et du Front de Gauche lutteront contre l’exploitation toujours plus grande des travailleurs et pour une meilleure rétribution des richesses qu’ils produisent.

Travaillons mieux, moins, TOUS, pour gagner plus !

 

2011 : une année utile ? Pour qui ?

 

« Les banques désormais privatisées se montrent d’abord soucieuses de leurs dividendes, et des très hauts salaires de leurs dirigeants, pas de l’intérêt général. L’écart entre les plus pauvres et les plus riches n’a jamais été aussi important »

Stéphane Hessel – 93 ans – Résistant, compagnon du général de Gaulle à Londres – co-rédacteur de la Déclaration des Droits de l’Homme de 1948

 

Le SMIC : Depuis 5 ans, pas de coup de pouce, à la grande satisfaction du Medef. Il passe de 8,86 à 9 euros brut/l’heure, soit 1073 euros nets / mois.

Le RSA atteint 466,99 euros / mois pour une personne seule (le seuil de pauvreté est fixé à 950 euros !).

Le Noël des patrons : en 2009, chacun des dirigeants des 40 plus grandes entreprises françaises a touché, en moyenne, plus de  3 millions d’euros soit 190 fois le SMIC !

« Il faut qu’un smicard travaille quatre vies pour gagner ce que gagne en un an un patron du CAC 40. On atteint un point limite de la décence. »

Patrick Bessac, porte-parole du PCF

Face à ces salaires indécents, 75 % des Français se disent favorables au plafonnement des salaires des PDG. Car où est la démocratie quand l’économie tourne au profit exclusif d’une couche d’hyper riches vivant en parasites sur le corps social ? Quelle est la contribution à la société de quelqu’un qui pense qu’il vaut deux cents fois plus que sa secrétaire ou son chauffeur ?

 

Rentrée des classes de septembre 2011 : encore 16 000 suppressions de postes !

En maternelle et primaire, 8 967 postes disparaissent alors que 8 900 nouveaux élèves sont attendus dans les classes.

En collège et lycée, suppression de 4 800 postes alors qu’il y aura 48 500 élèves de plus !

Dans l’Académie de Lille, la plus touchée, le primaire perdra 336 postes et le secondaire 470 postes !

Casser plus pour gagner plus ! La rectrice « méritante » touchera une super prime de 22 040 euros !

 

A toutes et à tous, BONNE ANNÉE 2011

Bonnes luttes et plein succès !

 

Indignons-nous, ENSEMBLE, contre la casse des services publics, école, santé, sécurité sociale… et contre la casse du code du travail.

Ces problèmes vous concernent. Venez en débattre avec nous le dernier vendredi de chaque mois de 17h30 à 19h à la salle polyvalente Place de l’église.

 

Publié dans PCF-Front de Gauche Feignies, POLITIQUE | Pas de Commentaires »

Nouveau gadget à Pôle Emploi

Posté par communistefeigniesunblogfr le 11 janvier 2011

Vu sur : Nouveau gadget à Pôle Emploi dans Chomage dazibaoueb_logo_700

publié par roland (webmaster) – 11 janvier 2011

 

Sois belle et cherche un emploi

 

Auteur : SH - Source : Actuchomage

Une fois par mois, durant toute l’année 2011, Pôle Emploi et un fonds de dotation organisent des journées d’«Action Relooking» à destination de femmes à faible revenu, chômeuses aux minima sociaux ou handicapées, qui rencontrent des difficultés à retrouver du travail après une longue période d’inactivité.

susanboyle dans Emplois… Comme c’est délicat ! La première aura lieu aujourd’hui au 71 avenue de Wagram, le côté chic du 17e arrondissement de Paris, «dans le cadre feutré des shows rooms du “Bureau d’image by Cynthia Cohen Peres”». (On se croirait sur M6 où l’insupportable Cristina Cordula nous propose un «Nouveau look pour une nouvelle vie»…)

Pour ce faire, Cynthia Cohen Peres a peaufiné son logo :

60703440_p dans SOCIAL

Rendez-vous est fixé à 9h30 pour participer, jusqu’à 17h, à divers ateliers de coaching — une «styliste ongulaire» a même été prévue avant le DRH — «dans une ambiance conviviale», afin de «regagner l’estime de soi à travers un travail sur son image, apprendre à se présenter, à s’exprimer devant un futur employeur, mais aussi savoir convaincre sans stress. Mettre toutes les chances de son côté pour retrouver plus facilement un emploi». Demandez le programme !

Au cours de cette séance de «Relooking», un reportage photo sera réalisé et chaque participante sera photographiée avant et après. Visez un peu :

60704160_p

60712206_p

Enfin, au moment de se quitter à l’issue de cette journée de rêve, chaque Cendrillon repartira avec la tête pleine de conseils (les conseilleurs ne sont pas les payeurs, mais ça ne mange pas de pain…) et les mains pleines de cadeaux (produits de maquillage, échantillons soins de beauté, vêtements : notez l’altruisme et la prodigalité des prestigieux sponsors !). Puis, quand le carosse redeviendra citrouille, chacune sera «suivie individuellement» tout au long de l’année par EREEL… et Pôle Emploi, qu’on ne vous présente plus.

Par contre, on vous présente EREEL — qui organise et finance même la pause déjeuner de cette «action de coeur» ! EREEL est un fonds de dotation «au service des innovations en Europe pour favoriser le lien social». Bernard Debré, urologue et député UMP, en est le Président d’honneur. Pénélope Fillon, épouse de notre premier ministre, en est la «Marraine de cœur» tandis que Marie-Anne Chazel, actrice et soutien officiel à Nicolas Sarkozy en 2007, n’est que simple «Marraine»… Mais rassurez-vous : chez EREEL, on est apolitique.

Certes, le vice-président est avocat fiscaliste, mais ça n’a rien à voir avec les déductions fiscales accordées aux mécènes, touchantes et généreuses : faire de la charité pour se donner bonne conscience, voilà qui est rentable ! A l’UMP, y’a pas à dire, on bichonne les riches : par tous les biais on les allège du poids de l’impôt, quitte à priver les finances publiques de recettes pour aider les victimes de la crise qui sont, elles, priées de subir sa politique de rigueur et se contenter de miettes caritatives.

Un “Coiffeurs du Cœur” version bling-bling

Revenons à notre conte de fée. Figurez-vous que, pour l’inauguration de cette «action innovante», les trois sommités ci-dessus (Debré, Fillon et Chazel, «tous très touchés par cette initiative») feront leur apparition à 11h30, accompagnés de la Présidente fondatrice d’EREEL et flanqués de la chef du département partenariats à Pôle Emploi, Nicole Bréjou. De quoi impressionner notre petit groupe de pauvresses — qu’on imagine issues de quartiers populaires et n’ayant pas l’habitude de traîner chez les rupins —, déjà reçues dans ce cadre ô combien « irréel » (voyez sur la photo : un matelas, derrière, est prévu… pour mettre toutes les chances de votre côté !).

Bref, si t’es au chômage, pauvre et mal fagotée, si tu en as marre de te faire égaliser la frange par ta cousine, tu sais ce qu’il te reste à faire : contacter Pôle Emploi pour une coupe-brushing avec collation gratuite chez Cynthia Cohen Peres, à deux pas de l’Etoile. Car ces séances mensuelles parisiennes sont programmées pour toute l’année 2011, et l’opération pourrait être étendue sur toute la France.

Messieurs, ne soyez pas en reste : selon un membre anonyme de ce fonds de dotation venu se justifier sur notre forum, l’opération pourrait s’étendre aux hommes à partir de septembre !

Et maintenant, mieux que le «design sonore» concocté pour l’événement, ce petit interlude musical…

Image de prévisualisation YouTube

mis en ligne par Eric6420

http://www.youtube.com/watch?v=kMw8nIZw2js&feature=player_embedded

 

[Lire la suite sur : dazibaoueb.fr/]

Publié dans Chomage, Emplois, SOCIAL | Pas de Commentaires »

« Cette précarité que Sarkozy voudrait oublier »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 5 décembre 2010

Source : SARKOFRANCE1er décembre 2010

Cette précarité que Sarkozy voudrait oublier

Extraits

 

Mardi 30 novembre, Nicolas Sarkozy n’était pas content des fuites de Wikileaks. Et il l’a fait savoir, par l’intermédiaire de son nouveau fidèle François Baroin. L’énervement du président des Riches n’était rien à côté de son inquiétude : le fameux nouveau plan européen de sauvegarde de l’Irlande, loin de rassurer les marchés, les a littéralement emballés, provoquant un regain de spéculation cette fois-ci contre le Portugal et l’Espagne. Et Sarkozy ne peut même pas compter sur la France pour un peu de répit. Il fait pourtant tout ce qu’il peut pour assurer les Français de son soutien sur des grandes causes telles le Sida ou la dépendance. Et qu’importe si le chômage croissant est rapidement occulté, et la dépendance un vrai chantier… pour l’assurance privée.

 

Le discours contre les actes.

Mardi, lors du point presse du porte-parole du gouvernement Sarkozy, François Baroin n’avait rien à dire, dans sa communication officielle, sur le chômage, la précarité ou cette récente information, révélée lundi dernier : on apprenait en effet que 378 000 foyers aux revenus supérieurs ou égaux à 5 300 euros par mois avec un enfant et 6 400 euros avec deux enfants sont logés … en HLM. 53 000 d’entre eux déclarent même des revenus supérieurs à 11 000 par mois. (…)

[...]

La lente envolée du chômage

Le chômage n’est plus un problème. Vous n’étiez pas au courant. C’est réglé. La reprise est là. Circulez. On pourrait pourtant revenir sur le vrai bilan, publié il y a 8 jours. A la publication des statistiques du mois d’octobre, Xavier Bertrand, tout nouveau ministre du Travail, s’est réjoui. Pensez-vous ! Pôle emploi répertoriait 22 900 inscrits de moins dans sa première catégorie, celles et ceux sans aucune activité. On entend toujours les mêmes commentaires officiels : en octobre 2007, Christine Lagarde nous promettait un chômage sous la barre des 5% de la population active en 2012. Trois ans plus tard, crise oblige, la ministre de l’économie en était réduite à commenter des hausses comme des bonnes nouvelles. En mars 2010, elle se réjouissait déjà : « En février c’est une hausse inférieure à celle de janvier.»  En juin 2010, Lagarde constatait que « l’augmentation du chômage en France depuis le début de la crise est un peu plus faible que dans la zone euro. » Fin septembre, elle commentait : « On descend graduellement et on améliore la situation ». En août dernier, Lagarde notait « avec satisfaction » « une stabilisation globale du marché du travail depuis le début de l’année ». Et en octobre ? En octobre, on n’écoute plus.

Cette fois-ci, une lecture exhaustive des chiffres communiqués par le ministère du travail donnait quelques informations terrifiantes. A fin octobre 2010, quelques 4,6 millions de personnes étaient toujours inscrites à pôle emploi dans les 5 catégories habituellement recensées.

  • Les radiations administratives (+5,5% sur un mois, +14% sur un an) ou « pour défaut d’actualisation » (210 000, soit +17% sur un mois et +11,4% sur un an) en octobre ont augmenté. Comme le rappelait Intox2007, il suffit de rater de quelques clics à la fin du mois lors sa réactualisation de situation pour sortir ainsi des statistiques.
  • L’inactivité de longue durée a encore augmenté.
  • Les licenciements économiques ont cru de 10% en un mois.
  • Les plus de 50 ans inscrits à Pôle emploi sont toujours plus nombreux (+1,2% d’inscrits sur le mois et +16% sur un an).
  • Certaines régions deviennent des zones sinistrées de l’emploi (Alsace, Corse, Franche-Comté, Pays-de-Loire, Rhône-Alpes).
  • Les reprises d’activité ont baissé (de 2,2% en octobre versus septembre).
  • Le nombre d’offres d’emploi collectées par pôle emploi a baissé (271.000 offres, en baisse de 1,5%).
  • les radiations pour maternité, maladie ou retraite ont explosé (de 7,9% en un mois).

Le chômage ne serait plus un problème. Vraiment ?

A l’Élysée, on préfère parler de la « dépendance », plus consensuelle. Voici donc la prochaine arnaque sarkozyenne.

[Lire l’article complet sur : sarkofrance.blogspot.com/]

 

Publié dans Chomage, POLITIQUE, PRECARITE | Pas de Commentaires »

1234
 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy