Résultats de votre recherche

Face aux dizaines de milliers de licenciements annoncés, le gouvernement est au pied du mur

Posté par communistefeigniesunblogfr le 16 juillet 2012

 

Plans de suppression d’emplois

Par Nicole Borvo Cohen-Seat / 12 juillet 2012

*

Face aux dizaines de milliers de licenciements annoncés, le gouvernement est au pied du mur dans Chomage arton1936-300x211Ma question s’adresse à M. le Premier ministre.

Lors de la conférence sociale qui vient de se tenir, vous avez mis

à l’ordre du jour une négociation sur la « sécurisation » des emplois.

Aussi, quand le groupe PSA annonce qu’il envisage de supprimer

8 000 emplois, dont ceux des 3 500 salariés du site d’Aulnay-sous-Bois,

le Gouvernement est au pied du mur. Laissera-t-il supprimer 8 000

emplois dans l’automobile après que l’État a accordé 4 milliards

d’euros de prêts aux constructeurs ?

Monsieur le Premier ministre, nous avons constaté que le débat était ouvert sur les solutions, même si certains, le MEDEF

en tête, soutiennent toujours les mêmes : exonérations de cotisations sociales, transfert du financement de la protection

sociale des entreprises sur les ménages, au travers de la TVA ou de la CSG. Or ces solutions n’ont pas fait la preuve de leur

efficacité en termes de créations d’emplois, loin s’en faut : les résultats sont là !

D’autres choix sont possibles : favoriser la demande en France par une hausse des bas salaires, diminuer les charges

financières des entreprises, notamment les PME, développer une politique publique du crédit ; mais aussi conditionner

l’utilisation des fonds publics et l’accès aux marchés publics.

Que dire d’Airbus, qui envisage de fabriquer les A320 commandés par les Américains aux États-Unis plutôt qu’à Toulouse ?

Que dire de l’entreprise Camiva, qui dispose du marché des camions de pompiers, qui a fait de gros bénéfices l’an dernier

et qui veut partir en Allemagne ?

Monsieur le Premier ministre, ma question, c’est celle de l’urgence.

Le temps nous est compté pour stopper la disparition annoncée de quelque 75 000 emplois et, en réalité, avec les effets induits,

trois ou quatre fois plus, sans compter les conséquences dramatiques pour les familles, les comptes sociaux et les territoires.

Le nombre de postes menacés est de 13 000 dans l’automobile, 8 600 dans les transports, dont plus de 5 000 à Air France,

8 500 dans la distribution, dont 3 400 à la société Doux, 2 000 dans les banques et les assurances. Et cette liste est loin

d’être exhaustive : vous le savez, il y en a bien d’autres !

Monsieur le Premier ministre, comme je vous l’ai déjà dit, il faut un moratoire sur les plans sociaux, s’appuyant sur des mesures

législatives et réglementaires d’urgence.

Vous avez évoqué, comme le Président de la République, la nécessité « d’encadrer les licenciements abusifs ». Saisissez

le Parlement de toute urgence ! (Applaudissements sur les travées du groupe CRC et du groupe socialiste, ainsi que sur certaines

travées du RDSE et sur quelques travées du groupe écologiste.)

M. le président. La parole est à M. le ministre du redressement productif.

[Lire la suite sur groupe-crc.org]

bandeau-300x44 dans ECONOMIE

 

Publié dans Chomage, ECONOMIE, Emplois, France, Front de Gauche, PCF, POLITIQUE, Politique nationale, Senat, SOCIAL | Pas de Commentaires »

PSA veut « saturer » un nombre restreint de sites pour produire à moindre coût et servir davantage les actionnaires.

Posté par communistefeigniesunblogfr le 14 juillet 2012

 

Automobile

PSA :

une stratégie de baisse des coûts qui mène dans le mur

 

PSA veut « saturer »  un nombre restreint de sites pour  produire à moindre coût et servir  davantage les actionnaires.  dans ECONOMIE psa_infographieBaisse des ventes ? Surcapacités ?

Un syndicaliste et un économiste

contestent l’argumentaire de PSA.

Pour eux, le groupe veut « saturer »

un nombre restreint de sites pour

produire à moindre coût et servir

davantage les actionnaires. 

Les marchés reculent, les usines sont en surcapacité,

pour survivre, il faut « réorganiser ».

Tel est, en substance, le schéma explicatif livré, hier,

par PSA en accompagnement de son plan choc.

Pas si simple. Les ventes de voitures neuves ont certes

connu un pic en 2010 et 2011 sous l’effet

de la prime à la casse. « La chute qui a suivi était prévisible. Les constructeurs ne peuvent pas dire qu’ils ne s’attendaient pas

à un retournement du marché de l’auto. Tout le monde le savait », note Walid Hasni, chargé de mission chez Méric et Associés,

cabinet d’expertise auprès des comités d’entreprise. Mais, hormis cet épisode, depuis une dizaine d’années,

« il n’y a pas de baisse des immatriculations en France ; par contre, il y a une énorme baisse de production. Depuis dix ans,

on a fabriqué à peu près un million de véhicules en moins alors que les ventes sont stables », ajoute-t-il.

Pas d’étude chiffrée

« La question de la surcapacité (en Europe – NDLR) est posée depuis dix ans et ça n’a pas empêché les constructeurs

de continuer à installer des sites dans des pays low cost », renchérit Michel Ducret, en charge de l’auto à la fédération

des métaux CGT. Et d’évoquer l’implantation de PSA à Trnava, en Slovaquie, pour y fabriquer de petits véhicules,

« soi-disant pour le marché local. Mais 85 % de cette fabrication est réimportée en Europe de l’Ouest ». Même chose pour

la Twingo délocalisée à Bursa, en Turquie, et « réimportée à plus de 70 % en Europe de l’Ouest », note Walid Hasni.

« Renault espérait avoir la productivité France et les salaires slovènes. Mais les travailleurs slovènes, quand ils ont vu

la hausse de la productivité, ont demandé des hausses de salaires… » Actuellement, ni Renault ni PSA ne sont en mesure

de produire une étude chiffrée attestant des gains financiers réalisés avec cette stratégie, constate l’expert de Méric.

Aujourd’hui, la même logique de recherche permanente d’une baisse des coûts de production détermine le plan de

« réorganisation » annoncé chez PSA. Il s’agit de « saturer la production » sur un nombre réduit de sites, d’empocher

des économies par la fermeture d’Aulnay, et ainsi de « produire à moindre coût pour rapporter le plus aux actionnaires »,

pointe Michel Ducret. Même analyse chez Walid Hasni, qui interroge : « Qui peut nous expliquer pourquoi Renault garde

la production de la Clio à Flins – et certainement une production rentable – et pourquoi PSA n’y arriverait pas à Aulnay

avec la C3 ?

Ce sont les mêmes fournisseurs, la même gamme, des véhicules semblables, et les mêmes salaires. »

« Le site d’Aulnay est sacrifié pour accroître la rentabilité. Qu’on ne dise pas qu’il n’est pas rentable : il est plus chargé

(en production – NDLR) que celui Flins… », ajoute l’expert, qui souligne la vitalité du segment des petits véhicules,

« celui qui a le plus explosé grâce à la prime à la casse et au bonus écologique ». « Pour commander une C3, en 2011,

il fallait attendre quatre à cinq mois, six mois pour une Twingo… »

Problème de pouvoir d’achat

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Publié dans ECONOMIE, Emplois, licenciements, Salaires, SOCIAL | Pas de Commentaires »

Pour Jean-Luc Mélenchon, François Hollande et son gouvernement ont capitulé devant Mme Merkel

Posté par communistefeigniesunblogfr le 24 juin 2012

 

Pour Mélenchon, Merkel a pris le pas sur Hollande en Europe

*

*

Pour Jean-Luc Mélenchon, François Hollande et son gouvernement ont capitulé devant Mme Merkel dans Jean-Luc Melenchon lecandidatz_0-300x258Angela Merkel est parvenue à imposer ses vues sur l’Europe

et François Hollande s’est rendue à la discipline budgétaire

imposée par le traité européen dit « Merkozy ». C’est ce que

pense Jean-Luc Mélenchon au vu des dernières annonces

du sommet Monti-Hollande-Merkel et Rajoy de vendredi.

Pour l’ex-candidat du Front de gauche à la présidentielle , Hollande et

son gouvernement « viennent de capituler, d’accepter la règle de

Mme Merkel qui en plus se fiche d’eux. » 

Lors de l’émission « Le grand rendez-vous Europe I-TELE/Le Parisien-Aujourd’hui en France », le leader du Front de gauche a

qualifié de « mystification », l’accord vendredi à Rome entre la France, l’Allemagne, l’Espagne et l’Italie pour le déblocage

de 120 à 130 milliards de fond européen en faveur de la croissance, et l’adoption restreinte de la taxe sur les transactions

financières. Une péccadille alors que l’Allemagne est en passe d’imposer le traité de discipline budgétaire à l’ensemble de

la zone euro. Le co-président du Parti de gauche en veut pour preuve le fait que le Parlement allemand s’apprête à adopter

le traité de discipline budgétaire le 29 juin, au moment même où se tient le sommet européen de Bruxelles (28, 29 juin).

Victoire par KO du gouvernement CDU-CSU

Lors de ce sommet européen, « on aurait dû poser sur la table la nécessité de renégocier le traité, eh bien c’est ce jour-là

que Mme Merkel décide de faire passer au Bundestag, avec l’appui des socialistes allemands, le traité (de discipline budgétaire)

tel qu’il est. C’est la victoire par KO du gouvernement allemand CDU-CSU contre le gouvernement socialiste français » et

François Hollande « est en train de se faire avoir mais avec son consentement ».

« Arrêter de raser les murs »

« Il est persuadé qu’on peut s’arranger comme il le faisait à la tête du PS » alors que « là, il s’agit des intérêts des puissances

économiques, il s’agit de rapports de force entre les nations » a encore déclaré M. Mélenchon estimant que face à l’Allemagne,

« il faudrait peut-être arrêter de raser les murs ».

humanite2010_logo-300x82 dans POLITIQUE24 juin 2012

Voir la vidéo sur itele.fr

 

Publié dans Jean-Luc Melenchon, POLITIQUE | Pas de Commentaires »

Pierre Laurent rappelle à François Hollande ses engagements en faveur de la renégociation du traité Sarkozy-Merkel

Posté par communistefeigniesunblogfr le 24 juin 2012

 

«Résistez !»

L’appel du PCF à Hollande contre l’austérité

 

Pierre Laurent rappelle à François Hollande ses engagements en faveur de la renégociation du traité Sarkozy-Merkel dans Austerite 20120621-aux_actes_ciroyens-300x168Le secrétaire national du PCF, Pierre Laurent, a lancé,

mercredi, lors d’un meeting à la Mutualité, à Paris,

un appel à la mobilisation contre le traité Sarkozy-Merkel,

rappelant à François Hollande ses engagements en faveur

de sa renégociation.

« Résistez ! Donnez-vous du temps et de la force, tournez-vous vers

les Français et les parlementaires ! » Par ces mots, Pierre Laurent

a lancé un appel au président de la République à ne pas céder aux sirènes de l’austérité, qui se font de plus en plus fortes

à mesure qu’approche le sommet européen des 28 et 29 juin prochains.

Une politique de rigueur stricte

C’est à l’occasion du meeting de clôture de la conférence nationale de son parti, mercredi soir, à Paris, salle de la Mutualité,

que le secrétaire national du PCF a, devant plusieurs centaines de militants, rappelé à François Hollande ses engagements à

propos du traité Sarkozy-Merkel : « Vous-même avez considéré qu’avec ce traité, il ne serait pas possible de mener votre politique,

celle que vous avez promise aux Français. » « Or, s’est-il inquiété, on nous dit aujourd’hui qu’il pourrait ressortir intact du sommet

européen et qu’on se contenterait d’y ajouter quelques mesures dites de croissance. » Et d’estimer qu’il y a là « une contradiction »

dans laquelle « nous ne pouvons pas rester », puisque « tout dans ce traité va contredire cette ambition de croissance ».

Ce texte, signé en mars par le duo Sarkozy-Merkel, mais non encore ratifié, soumettrait en effet les États à une politique de rigueur

stricte, en vue de la réduction des déficits, avec contrôles et sanctions à la clé, limitant d’autant la souveraineté budgétaire

des parlements nationaux. Et les derniers signaux envoyés par François Hollande sont plus mitigés que la renégociation à laquelle

il s’était engagé : « Nous devrons (…) y mettre tous les instruments qui peuvent, et avec modification du traité ou pas de

modification du traité, être efficaces », a-t-il, par exemple, expliqué la semaine dernière à Rome. Selon Pierre Laurent, « il se

murmure aussi que la France pourrait inscrire sa ratification au Parlement dès les premiers jours de juillet ».

« La France doit ouvrir des changements en Europe »

Une situation inacceptable pour le dirigeant communiste, qui juge que « la victoire de la gauche en France doit ouvrir

des changements en Europe ». « Nous ne pouvons pas avoir chassé Sarkozy et gouverner demain avec son traité », précise-t-il.

Les parlementaires du Front de gauche, au Sénat comme à l’Assemblée, ne ratifieront donc pas un texte qui n’aurait pas été

« réellement changé », a-t-il prévenu. Plus encore, le PCF appellera « ces jours-ci, s’il le faut, à se mobiliser pour pousser

les parlementaires dans leur ensemble à ne pas ratifier ce traité ».

[Lire la suite]

hqhd1-300x150 dans F. Hollande

Publié dans Austerite, F. Hollande, France, Front de Gauche, PCF, Pierre Laurent, POLITIQUE, Pouvoir d'achat | Pas de Commentaires »

La preuve par la crotte de chien !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 13 juin 2012

 

Surveillance

Un fichage génétique pour tracer… les crottes de chiens 

 

La preuve par la crotte de chien !  chien-84401Par Agnès Rousseaux

Les chiens devront-il bientôt présenter leur permis génétique pour circuler dans

les rues ? Non, ce n’est malheureusement pas un canular…

La municipalité de Jérusalem vient d’annoncer la création d’un fichier génétique

des chiens, pour lutter contre les déjections qui souillent les trottoirs de la cité.

Ce fichage devrait permettre de remonter de la crotte au chien, puis du chien aux

propriétaires qui ne remplissent pas leurs obligations.

Une étude a été lancée pour étudier la faisabilité de ce projet. Les propriétaires

des 11 000 chiens de la ville seront ensuite convoqués chez les vétérinaires pour

un prélèvement de salive de leur animal de compagnie.

Reste à savoir quel sort sera réservé aux chiens non fichés, touristes ou ayant fait le mur : seront-ils soumis au prélèvement

de salive ou interdits de séjour ? Un test génétique coûte environ 150 shekels (31 euros) selon le quotidien Haaretz, et l’amende

sera de 750 shekels (154 euros). Le test d’excrément pourrait être un moyen rapide et efficace de renflouer les caisses

des collectivités locales. On se demande pourquoi Claude Guéant, le roi du fichage, n’y avait pas pensé !

La preuve par la crotte de chien existe déjà aux États-Unis. Une entreprise spécialisée, PooPrints, vend cette solution miracle

aux propriétaires d’immeuble et de résidence, pour « prévenir à la source les problèmes de déjections canines » (sic). L’échantillon

de salive canine fait partie du contrat de location, et vient alimenter le fichier génétique de la résidence. Résultat : une réduction

presque immédiate de 75 % de la pollution canine sur la propriété, promet l’entreprise. Dans le Minnesota, certains propriétaires

sévissent : après une deuxième condamnation par les experts génétiques de la déjection canine, l’animal incriminé n’a plus

le droit de vivre dans le périmètre concerné.

Face à ce problème majeur [1], des réponses radicales s’imposent : PooPrints rappelle sur son site que l’Agence de protection de

l’environnement des États-Unis place les excréments de chien dans la même catégorie sanitaire que les produits chimiques toxiques,

du fait du nombre de bactéries qui y prolifèrent. Une raison de plus sans doute pour construire à l’échelle planétaire un fichier

génétique de ces dangereuses sources de contamination. Bientôt un fichier pour les humains qui se soulagent contre un mur ?

Source : Basta!  13 juin 2012

 

A lire :  sur futura-sciences : Mieux que le gaz de schiste, la crotte de chien !

 

Publié dans Non classé | Pas de Commentaires »

Non au pacte Merkozy

Posté par communistefeigniesunblogfr le 31 mai 2012

 

Non au pacte budgétaire Merkozy

 

Le 1er janvier 2013, les États européens devront appliquer un nouveau traité. Très peu d’informations

sont disponibles sur ce traité : que contient-il ? que va-t-il changer pour les États ? Cette vidéo explique

le contenu de ce traité et montre en quoi il va imposer l’austérité partout, et ce sans même demander

l’avis des peuples. En ce 29 mai, sept ans après le « Non » au Traité constitutionnel européen, n’oublions

donc pas les luttes menées et celles à venir ! Plus d’infos sur le blog européen de Jean-Luc Mélenchon.

 

http://www.dailymotion.com/video/xqbd5b

sur dailymotion.com

par Jean-Luc-Melenchon

 

Même s’ils intéressent de nombreux citoyens, et les concernent tous, ce que contiennent les nouveaux traités européens

– Traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance (TSCG) et Mécanisme européen de stabilité (MES) – a été peu débattu

dans les médias grands publics. Il faut dire que la dernière fois que les Français ont été consultés sur la question, ils ont dit non

à cette construction européenne mercantiliste et à une Union technocratique coupée des peuples. C’était il y a 7 ans jour pour

jour et trois ans plus tard, le Président Sarkozy trahissait l’avis du peuple, ratifiant le traité de Lisbonne sans consultation

référendaire…

Pour en savoir plus sur le sujet :

*
- TSCG, MES… L’Europe du pire, par Pierre Khalfa

- déclaration du Comité de direction de la Confédération européenne des syndicats sur le nouveau traité européen.

- Mécanisme européen de stabilité : la purge sociale en préparation, par Patrick Le Hyaric.

- Les petits secrets du Mécanisme européen de stabilité, par bakchich.info

- Lire le Traité instituant le Mécanisme européen de stabilité (PDF)

- [VIDÉO] Homer Simpson ne comprend rien à la nouvelle Europe, et vous ?

- [VIDÉO] Pacte budgétaire européen : Le Parti socialiste irlandais dit « Non », par Paul Murphy

 

Source : Place au Peuple  29 mai 2012

 

Publié dans Austerite, ECONOMIE, EUROPE, POLITIQUE, Union europeenne | Pas de Commentaires »

Pacte budgétaire européen : Le Parti socialiste irlandais dit « Non »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 25 mai 2012

 

Le 31 mai prochain les Irlandais sont appelés à se prononcer sur le Pacte budgétaire européen.

Paul Murphy, député européen, membre du Parti socialiste irlandais et du Parti de la gauche européenne,

explique les positions de son parti et les raisons du refus du Pacte budgétaire (TSCG, MES).

Le 31 mai, comme pour la Constitution européenne, il votera « Non ». Un non à l’austérité.

Un non à l’Union européenne du libéralisme économique.

http://www.dailymotion.com/video/xr0dsu

sur dailymotion.com

par PlaceauPeuple

 

Publié dans EUROPE, Irlande, POLITIQUE | Pas de Commentaires »

Un premier test : le pacte budgétaire

Posté par communistefeigniesunblogfr le 9 mai 2012

 

Un premier test : le pacte budgétaire

 

Un premier test : le pacte budgétaire dans Austerite p11Par Aurélie Trouvé, coprésidente d’Attac France

Écrire une tribune le dimanche midi pour parution le lundi : a priori pas

de souci. Sauf quand , entre temps, le nouveau Président de la République

est élu. Je ne peux m’empêcher de réagir  à l’heure où j’écris ces lignes.

10 ans de droite au pouvoir, mes 10 ans de militantisme me font parier

sur la victoire de François Hollande et songer aux horizons qui s’ouvrent.

On ne passe pas de la gauche d’alternance à la gauche d’alternative uniquement par des calculs électoraux, mais par

une longue révolution culturelle qui se joue dans les résistances et pratiques concrètes, par une pression sans relâche

des luttes sociales et écologistes hors des stratégies électorales. Le vrai changement, ce n’est pas maintenant, mais

dans les mois et années à venir.  Il dépendra de la capacité des mouvements citoyens, syndicaux, associatifs et

intellectuels à mettre le gouvernement dos au mur, fût-il socialiste.

Le pacte budgétaire sera un premier test. Cet obscur traité européen promu par Angela Merkel et Nicolas Sarkozy doit être

ratifié au plus tôt  par l’ensemble des pays européens. Et c’est loin d’être une broutille. Il durcit considérablement les plans

d’austérité sociale imposés partout en Europe  et enlève tout levier budgétaire nécessaire pour financer une transition

écologique et sociale. Comment ? En imposant en plus des 3% de déficit budgétaire un « déficit structurel » maximal

de 0,5% (notion controversée dont le calcul sera laissé à l’arbitraire des experts de la Commission européenne) et un nouvel

arsenal punitif, avec des amendes quasi-automatiques  pour les  pays en déficit .

François Hollande veut renégocier ce traité pour y ajouter un « volet sur la croissance ». Passons sur l’objectif de croissance,

dont c’est le contenu même qui est à revoir. Mais en quoi cet ajout sur la croissance peut-il changer quoi que ce soit au carcan

budgétaire prévu par le traité ? En quoi est-ce qu’il permettrait aux États d’échapper à la dépendance des marchés financiers ?

Le pacte budgétaire n’est pas à renégocier, il est à rejeter. Dans tous les cas, le besoin  d’une « réelle démocratie » en France

et en Europe voudrait qu’il soit soumis à référendum, pour que le débat puisse enfin avoir lieu sur la façon dont nous réglons

la crise de la dette et sur l’Europe que nous voulons.

Aurélie Trouvé, invitée de l’Humanité du 7 mai 2012

 

Publié dans Austerite, ECONOMIE, F. Hollande, France, POLITIQUE, Union europeenne | Pas de Commentaires »

Allemagne : les ouvriers de la métallurgie en grève pour les salaires

Posté par communistefeigniesunblogfr le 30 avril 2012

 

Allemagne : les ouvriers de la métallurgie en grève pour les salaires dans Allemagne metal_0-300x150

Plus de 3,5 millions de salariés du secteur de la métallurgie

réclament des augmentations de salaire en Allemagne.

Un mouvement de grève a éclaté ce weekend dans l’industrie,

porté par le syndicat IG Metall.

 

Depuis plusieurs mois, syndicats et patronat allemand s’opposent. Les 3,5 millions d’ouvriers de l’énorme secteur

de la métallurgie allemande (automobile, électroménager, semi-conducteurs…) réclament une hausse de salaire de 6,5%.

Le patronat, pour l’instant, propose 3 % sur 14 mois, ce qui est considéré par le puissant syndicat IG Metall comme

une « provocation ». « Nous demandons une offre qui prenne les salariés et leur travail au sérieux », a déclaré

dans un communiqué, Berthold Huber, à la tête du syndicat.

Le syndicat a lancé dans la nuit de samedi à dimanche, comme annoncé, une vague de débrayages dans l’industrie à travers

tout le pays. Plus de 2500 employés du secteur travaillant dans cinq régions ont cessé dans la nuit. Ces débrayages ont

notamment touché de grands groupes, comme MAN à Augsburg (sud), Siemens via sa filiale Osram à Berlin, ThyssenKrupp

à Andernach (ouest), Continental à Gifhorn (nord) ou encore Bosch à Salzgitter (nord).

IG Metall a également affirmé prévoir des grèves « massives » dans tout le pays à partir du milieu de la semaine prochaine.

IG Metall et le patronat en sont au troisième round de négociations à propos de la convention collective du secteur de la métallurgie.

Ces négociations salariales, menées en parallèle dans plusieurs Länder, sont un temps fort de l’actualité sociale allemande

et ont valeur de test pour nombre d’autres secteurs de l’économie allemande.

Début avril, au terme de plusieurs semaines de négociations ponctuées de grèves dans tout le pays, les deux millions de salariés

de la fonction publique allemande avaient obtenu des hausses de salaires de 6,3% sur deux ans. L’accord avait été critiqué par les

employeurs du secteur de la métallurgie qui y voient « un mauvais exemple » pour leurs propres négociations.

Lire aussi :

 

Source : humanitefr dans EUROPE le 30 Avril 2012 

 

Publié dans Allemagne, EUROPE, Luttes, Pouvoir d'achat, SOCIAL | Pas de Commentaires »

Race, religion et meurtre (The Guardian)

Posté par communistefeigniesunblogfr le 20 mars 2012

 

Fusillades de Toulouse :

Race, religion et meurtre (The Guardian) 

 

Race, religion et meurtre (The Guardian)   dans EUROPE arton16141-f1653Fiacra Gibbons

Les meurtres de Toulouse sont survenus à un moment où

les politiciens français utilisaient un langage de haine.

Au cours des dernières années de récession et de régression, il est devenu un truisme

banal de la politique européenne de considérer que vous ne pouvez pas vous fourvoyer

en allant plus à droite. Les politiciens à travers le continent ont trouvé une nouvelle

formule magique de succès et de survie électorale en jouant sur la peur des étrangers et en particulier de l’islam – le clin d’œil

et l’acquiescement qui veulent dire que l’immigration serait à l’origine de notre déclin économique et social. Ce n’est en aucun

cas exclusivement un vice de droite. Quiconque a entendu le parti travailliste néerlandais récemment aura des difficultés à se

démarquer du démagogue Geert Wilders.

Jusqu’à aujourd’hui, ils auraient pu essayer de faire valoir qu’il n’y avait pas de mal à cela, que c’est même sain, un rééquilibrage

de la balance après deux décennies à se mordre la langue et à ramper dans le politiquement correct.

Les ondes françaises ont été remplies d’une telle laideur équivoque ces dernières semaines alors que Nicolas Sarkozy a fait

sauvagement vaciller son parti vers la droite dans une tentative de sauver sa peau en affirmant qu’il y avait « trop d’immigrés en

France » et en attisant « l’islamophobie » par une affirmation ridicule prétendant que les Français seraient secrètement contraints

de manger halal, son premier ministre François Fillon ayant même affirmé que les Juifs et les Musulmans devraient renoncer

à leurs lois alimentaires et embrasser la modernité.

Claude Guéant, le ministre de l’Intérieur qui a pris le contrôle personnel de l’enquête, a été le plus constant des xénophobes,

le champion de « la supériorité de la civilisation chrétienne européenne » aux « cultures inférieures » qui forcent leurs femmes

à se couvrir – oui, les Juifs et les Musulmans pratiquants, voulait-il dire. Le summum est venu la semaine dernière, lorsque

le nouveau responsable de l’immigration de Nicolas Sarkozy Arno Klarsfeld – ironiquement le fils aîné du « chasseur de nazis »

Serge Klarsfeld – a appelé à construire un mur entre la Grèce et la Turquie pour sauver l’Europe des envahisseurs barbares.

Aujourd’hui à Toulouse nous a été donnée une illustration horrible du point où un tel cynisme délirant peut nous entraîner. Tous

ceux qui ont été tués dans et autour de la ville au cours des huit derniers jours ont une chose en commun. Ils sont issus de

« minorités visibles ». Ils avaient des noms ou des visages qui les balisent comme n’étant pas descendus, comme Jean-Marie

Le Pen le dirait, de « nos ancêtres les Gaulois ». Leurs origines – tout aussi bien juives que musulmanes – étaient au Maghreb

ou dans les Caraïbes. Ils étaient, en somme, un instantané de « la France métissée » – les métis, immigrant en France qui

travaillent dur et « se lèvent tôt » pour vider les poubelles et s’occuper de leurs enfants ; les personnes qui meurent de manière

disproportionnée pour la France mais qui sont également le plus souvent enfermés dans ses prisons et ses banlieues

délabrées.

Comme un père l’a dit ce matin, alors qu’il étreignait son fils, en le sortant de l’école, « Ils nous attaquent parce que nous

sommes différents. »

[Lire la suite]

Source : Le Grand Soir 20 mars 2012

URL de cet article : http://www.legrandsoir.info/fusillades-de-toulouse-race-religion-et-meurtre-the-guardian.html

URL article original : http://www.guardian.co.uk/world/2012/mar/19/toulouse-shootings-race-religion-murder-france

 

Publié dans EUROPE, France, POLITIQUE, Racisme - Xenophobie, UMP | Pas de Commentaires »

1...45678...16
 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy