Résultats de votre recherche

L’amorce d’une espérance

Posté par communistefeigniesunblogfr le 6 mai 2013

 

L’amorce d’une espérance,

l’éditorial de Patrick Apel-Muller

L'amorce d'une espérance dans F. Hollande huma0605

Une foule immense, une vraie colère, une espérance

qui se lève. La manifestation appelée hier par le Front

de gauche amorce une nouvelle période. Un an après

l’élection de François Hollande, le désenchantement a

envahi ses électeurs et gagne au cœur du Parti socialiste.

La rengaine de l’austérité obligatoire est répétée

par les gouvernants comme un puissant anesthésiant.

« Cette fatalité promulguée, écrivait Jaurès, éveille,

avec toutes les inquiétudes, tous les appétits et toutes

les insolences. » Celles des hiérarques sarkozystes,

qui tentent de se refaire une virginité sur le dos des échecs

du ministère Ayrault.

 

 

 

Pire, le Front national avoue ses ambitions, tirer profit des renoncements du pouvoir et du désespoir

de ceux qui rêvaient de changement, pour mettre en place une politique bleu-blanc-brun…

Les dirigeants du PS qui agitaient hier le spectre des années 1930 devraient se souvenir sur quels fonds

de démissions politiques et de troubles relations avec l’argent se sont construites les ascensions fascistes.

Et puis voilà qu’une nouvelle fois les foules de la Bastille rejoignent la Nation, qu’ainsi la République sociale

se dresse comme une incarnation de l’intérêt général, de l’intérêt national. Ne nous y trompons pas :

on parle ici de départ et non point d’arrivée. Le rassemblement des forces vives de la gauche, visible hier

avec Eva Joly et des responsables écologistes, appréciable avec des militants ou sympathisants du PS,

doit prendre une ampleur bien supérieure pour faire pièce à la coalition des bénéficiaires de dividendes,

des propriétaires du CAC 40, des oligarques européens, et des grands prêtres 
de l’austérité. Mais c’est

désormais à l’ordre du jour. 

« Une vague rouge qui déferle », notait en direct I-Télé hier. Autre chose que les troupes maigrelettes

des homophobes regroupés place Vauban et même que les rangs clairsemés du FN, le 1er Mai.

C’est une démonstration que le peuple français n’est pas fourbu, harassé et éteint.

La force qui s’est exprimée en 2012 
pour renvoyer Nicolas Sarkozy ne s’est pas évanouie ; 
elle peut à nouveau

se retrouver. C’est à quoi rêvait 
à haute voix Eva Joly, hier. C’est ce que prédisait 
Jean-Luc Mélenchon.

C’est à quoi Pierre Laurent veut destiner des assises pour le changement, le 16 juin.

Lorsque la foule criait hier « résistance », ce n’était pas dos au mur, réduite à se défendre, mais en dessinant

les chemins qui briseraient la domination de la finance internationale, les cercles vicieux de l’austérité,

l’autoritarisme des cercles dirigeants de l’Union européenne. La VIe République pour laquelle il faut désormais

rassembler une majorité en tracera les cartes.

Patrick Apel-Muller

 

Ce lundi dans l’Humanité : la gauche en marche pour une autre politique

Publié dans F. Hollande, France, Front de Gauche, l'Humanité, Luttes, PCF, POLITIQUE | Pas de Commentaires »

Soutien au Syndicat de la Magistrature (CGT)

Posté par communistefeigniesunblogfr le 29 avril 2013

 

Soutien au Syndicat de la Magistrature (CGT) dans CGT nm130426a

Soutien au Syndicat de la Magistrature

Et maintenant criminalisation de la liberté

syndicale de penser en privé

 

 

vendredi 26 avril 2013

Si nous avions pu penser que l’ère des assauts à l’encontre

du syndicalisme de lutte était terminée ou presque, l’actualité

nous démontre qu’il n’en est rien ! Si nous avions pu espérer

que la loi d’amnistie serait votée afin de décriminaliser l’action

syndicale, l’actualité nous démontre qu’il n’en est rien

puisque la Commission des lois, sur demande du gouvernement, vient de rejeter la proposition de loi.

Depuis deux jours le courroux politico-médiatique s’est abattu sans relâche sur nos camarades du Syndicat

de la Magistrature. Les raisons invoquées sont disproportionnées et délirantes.

« Les déchainés du mur des cons », et leurs partenaires, leur reprochent donc, d’avoir acté leur liberté

de penser syndicale, leur liberté de penser le fait et l’individu politique avec humour dans un local privé !

N’a-t- on donc plus le droit en France d’avoir de l’humour ?

Si nous avions pu penser que les agressions politiques et médiatiques menées à l’encontre du monde judiciaire,

particulièrement à l’encontre des magistrats, durant cinq longues années étaient terminées nous nous leurrions.

Si nous avions pu penser que l’ère de la défiance, des menaces, des moqueries, des atteintes graves

au professionnalisme et à la réputation des magistrats était finie, nous nous trompions. L’actualité nous montre

l’inverse.

Ce déchainement sans précédent étonne alors que dans le même temps des magistrats sont menacés de mort

et rien n’est fait.

Après la criminalisation de l’action syndicale, après le rejet inacceptable du texte d’amnistie, nous sommes

contraints de constater que la liberté de penser dans un lieu privé devient criminel.

Par contre, nous constatons que les propos et discours homophobes entendus ces derniers temps, les appels

indirects à la haine ou les menaces de « guerre civile » de la part de responsables politiques, associatifs, religieux

ne sont pas sanctionnés à la hauteur du danger que ces actes collectifs représentent pour notre Démocratie.

Les violences verbales et physiques perpétrées au sein de l’Assemblée nationale par les représentants du peuple

ne le sont pas non plus.

[Lire la suite sur cgt.fr]

 

Publié dans CGT, LIBERTES, Syndicats | Pas de Commentaires »

Chômage : des chiffres catastrophiques

Posté par communistefeigniesunblogfr le 26 avril 2013

 

Plus de 5 millions de demandeurs d’emploi en France

 

Chômage : des chiffres catastrophiques dans Austerite capturemploi

Le seuil des 5 millions de demandeurs d’emploi a été franchi

fin mars, du jamais vu. Le PCF comme FO appelaient ce jeudi soir

à un changement de cap politique.

retour sur ces chiffres annoncés par Pôle emploi ce jeudi soir

et sur les réactions politiques 

Des chiffres du chômage catastrophiques

La France n’a jamais compté autant de demandeurs d’emploi

sans activité en métropole : ils étaient 3,224 millions fin mars,

plus que le record de 1997 (3,195 millions).

Le ministère du Travail pondère. Il souligne que « le taux de chômage

 (10,2% de la population active fin 2012), en augmentation,

reste inférieur au record de 1997 (10,8%) (…), la population

active du pays ayant augmenté de 3 millions de personnes

entre ces deux dates ».

En incluant les demandeurs d’emploi ayant eu une activité réduite, le nombre d’inscrits à Pôle emploi

en métropole est de 4,74 millions (+34.400 en mars), un autre sommet. Si on comprend l’Outre-mer,

et si on considère ceux ayant une activité réduite, le seuil des 5 millions de demandeurs d’emploi a été

franchi fin mars.

Les régions Franche-Comté et Champagne-Ardenne sont les plus frappées (+15,7% et +15,3% sur un an

en catégorie A).

Les plus épargnées sont les départements d’Outre-mer et, dans l’Hexagone, l’Aquitaine et PACA (+9,3%

et +9,8%).

Pour le 23ème mois consécutif, le nombre des inscrits en catégorie A (sans activité) a augmenté

(+36.900 en mars), pour atteindre un record absolu. Sur un an, la hausse est de 11,5%.

Face à cet afflux, un nouveau renfort de 2.000 CDI à Pôle emploi d’ici à septembre a été décidé

par le gouvernement, comme en 2012.

Plus de dérégulations pour la droite

[Lire la suite sur humanite.fr]

Lire aussi :

  • Michel Fitoussi :

« Sans remise en cause de la politique d’austérité, le malade mourra guéri »

  • Olivier Dartigolles :

Record chômage : « arrêter ce bricolage désastreux »  

Extrait :

Le pari présidentiel condamne la politique de l’emploi à l’échec. Il faut arrêter ce bricolage désastreux à coup

de baisses du « coût du travail », d’allègements d’impôts sur les sociétés, de renforcement de la monarchie

patronale à l’entreprise, de reculs de la sécurité de l’emploi pour les salariés et rationnements des services publics.

Cette politique est incapable de faire baisser le chômage. Elle encourage la croissance financière des capitaux

et la rente contre l’emploi, la formation, les salaires et la croissance réelle. François Hollande mène la France

droit dans le mur. Les Français qui ont voulu le changement il y a un an, n’ont pas voté pour cela.

 

Publié dans Austerite, CGT, Chomage, ECONOMIE, F. Hollande, FO, France, PCF, Politique nationale, SOCIAL, Syndicats | Pas de Commentaires »

ArcelorMittal Florange : l’histoire d’une promesse non tenue

Posté par communistefeigniesunblogfr le 14 avril 2013

 

SIDÉRURGIE

Lionel Burriello : « Avec la fermeture des hauts-fourneaux,

notre cœur de métier n’existera plus »

 

ArcelorMittal Florange : l'histoire d'une promesse non tenue dans CGT florange_2_0Propos recueillis par 
Cécile Rousseau

ENTRETIEN. À la veille de la « mise sous cocon »

des hauts-fourneaux lorrains, Lionel Burriello,

secrétaire de la CGT du site d’ArcelorMittal

de Florange, exprime sa colère contre l’exécutif.

Après un an et demi de lutte, les hauts-fourneaux

seront 
« mis sous cocon » la semaine prochaine…

Lionel Burriello. On agonise depuis octobre 2011, date de l’arrêt des installations. Pour nous, c’est comme

mourir d’une longue maladie. Les mecs de Florange sont écœurés, dégoûtés. Après ce « coma artificiel »

de plusieurs mois, les hauts-fourneaux seront mis sous cocon en début de semaine prochaine. On va,

dans un premier temps, arrêter le tour de chauffe, stopper l’électricité.

L’ensemble du site va être barricadé, surveillé par un prestataire extérieur avec des maîtres-chiens. Il n’y a

aucun budget pour l’entretien. L’outil va rester pourrir. Notre cœur de métier, l’un des derniers hauts-

fourneaux en lorraine, n’existera plus. Notre combat contre la fin de la filière liquide à ­Florange est peut-être

enterré, mais la guerre n’est pas finie. Mittal ferme les installations alors qu’en 2013, un rebond de la demande

d’acier est prévu, voire une grosse reprise en 2017. À ce moment-là, il faudra aller importer de l’acier

dans les pays à bas coûts !

Que pensez-vous de 
l’attitude du gouvernement dans ce dossier ?

 

capturehollandeflorange ArcelorMittal dans ECONOMIEcapture d’écran

Lionel Burriello. Avec Sarkozy, on savait

qu’on allait droit dans le mur. L’arrivée au pouvoir

de François Hollande nous avait fait espérer.

On n’oubliera jamais sa visite en février 2012,

quand, debout sur un camion, il nous avait promis

de trouver une solution. Aujourd’hui, nous sommes

toujours dans la merde. Il paraît qu’il compte nous rendre visite dans peu de temps. S’il n’a aucune solution

concrète, il va bien se faire recevoir ! Il pourrait venir nous parler du projet Lis de captation de CO2

pour les hauts-fourneaux (comme le projet Ulcos, abandonné depuis par Mittal – NDLR). Dans tous les cas,

le président ne pourra pas sortir grandi de cette histoire. Il a cédé à toutes les pressions du Medef,

des entreprises du CAC 40. Il y a eu un revirement complet de sa politique industrielle par rapport

à la campagne électorale.

[Lire la suite sur humanite.fr]

  • Lire aussi :

Les syndicats en appellent à l’État

Un projet mortifère cautionné par le gouvernement (PCF)

Les métallos de Florange veulent renégocier l’accord

  • À consulter :

Tous nos articles sur ArcelorMittal

 

Publié dans CGT, ECONOMIE, France, licenciement boursier, Luttes, SOCIAL | Pas de Commentaires »

Dans l’Huma d’aujourd’hui : Haro sur l’ANI

Posté par communistefeigniesunblogfr le 2 avril 2013

 

Dans l’Humanité ce mardi, haro sur l’ANI

 

Dans l'Huma d'aujourd'hui : Haro sur l'ANI dans droit du travail huma0204

Ce mardi après-midi s’ouvre,

pour quatre jours et demi, l’examen

du projet de loi qui transcrit

l’accord national interprofessionnel (ANI).

Le scénario rêvé par le gouvernement

d’une adoption sans vague par les députés

s’éloigne à mesure que des convergences

se font jour à gauche pour amender

sérieusement le texte.

A lire dans notre édition :

   – L’ANI, le poison d’avril que la gauche ne digère pas

   – Un large accord contre l’accord : tour d’horizon

des partis, syndicats et organisations qui ont fait

connaître leur opposition au texte

   – De la sécurisation de l’emploi à la destruction du code du travail : retour sur les négociations qui ont

accouché de l’accord

   – Cinq syndicats représentatifs : décryptage des résultats aux élections dans les TPE et aux chambres

d’agriculture

   – « Ce texte met en cause la protection des salariés », entretien avec André Chassaigne, président

du groupe Front de gauche à l’Assemblée

   – ANI, le dernier virage d’Hollande dans le mur

   – La flexibilité crainte dans les entreprises viennoises : reportage dans la Vienne

   – « La flexibilité, coeur de l’offensive financière », le point de vue de Claude Debons, syndicaliste

   – Mobilités encore plus forcées: décryptage des conséquences de l’accord

   – « Le politique doit donner le sens du collectif », le point de vue de Maryse Dumas (CGT)

[Lire la suite]

 

Publié dans droit du travail, ECONOMIE, l'Humanité, SOCIAL | Pas de Commentaires »

François Hollande à Dijon

Posté par communistefeigniesunblogfr le 12 mars 2013

 

Ce mardi dans l’Humanité :

Hollande hérisse son propre camp

 

François Hollande à Dijon dans Austerite huma1203

Le président de la République a entamé, hier, à Dijon,

une série de déplacements dans le pays destinés à

remonter sa cote dans l’opinion, où il ne contente

plus qu’un tiers des Français, la sanction venant

désormais des électeurs de gauche.

Le point de vue d’Alain Renault, conseiller régional

PCF-FDG de Bourgogne :

« Si j’avais l’occasion de rencontrer François Hollande,

je lui dirais de ne pas oublier les engagements et

les promesses du candidat socialiste à la présidentielle ».

Alain Renault, conseiller régional PCF-FDG de Bourgogne :

« Si j’avais l’occasion de rencontrer 
François Hollande,

lors de sa visite à Dijon, je lui dirais :

“Monsieur le président de 
la République n’oubliez pas les engagements et les promesses qu’avait faits

le candidat socialiste durant la campagne de l’élection présidentielle.” En effet, depuis mai 2012, petit à

petit, nous sommes rentrés dans des politiques d’austérité qui frappent durement nos territoires.

C’est proprement inacceptable.

Par exemple, 
au niveau du conseil régional de Bourgogne, nous avons voté un budget 2013 en baisse

de 6 % sur l’année précédente. Certes, cela résultait des lois Sarkozy, mais pour les futurs budgets 2014

et 2015, il n’est pas question de poursuivre dans cette logique. Au risque, sinon, de graves déconvenues

pour les populations. C’est pourquoi nous avons lancé une pétition en direction de tous les élus, avec de

premiers résultats prometteurs, pour montrer que l’austérité nous entraîne dans le mur, que d’autres choix

sont possibles comme, par exemple, la taxation des revenus financiers pour sortir de la crise. L’austérité

n’est nullement une fatalité. »

Propos recueillis par Max Staat

[Lire la suitehumanite.fr]

Lire aussi :  Visite de Francois Hollande à Dijon : la colère d’ une élue

 

Publié dans Austerite, F. Hollande, France, POLITIQUE | Pas de Commentaires »

Venezuela : Mort de Hugo Chavez, le « dernier des Libertadors »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 6 mars 2013

 

Hugo Chavez, un phare s’est éteint

 

Venezuela : Mort de Hugo Chavez, le

Les chroniques vénézuéliennes, par Jean Ortiz.

Hugo Chavez est mort ce mardi à l’âge de 58 ans

des suites de complications respiratoires.

Chroniqueur de l’actualité vénézuélienne

pour l’Humanité.fr, l’universitaire Jean Ortiz

revient sur la vie du président de la république

bolivarienne du Venezuela.

Un phare s’est éteint. Comme Bolivar lors de son serment de Rome, à 20 ans, dès le départ, Chavez

s’est engagé à consacrer sa vie à améliorer le sort de ses concitoyens. Il se réclamait de lui, et était

l’une des consciences de l’Amérique des peuples. Je me souviens que, lors de sa première visite à Cuba,

en décembre 1994, il avait déclaré à l’université : « Un jour, nous espérons venir à Cuba les bras ouverts,

et pour construire ensemble un projet révolutionnaire latino-américain ». Il annonçait une « ère d’éveils ».

Soldat rebelle, il avait créé le Mouvement bolivarien avec une vision à long terme pour rompre

avec le bipartisme répressif et corrompu, inféodé aux Etats-Unis, de la IV République.

Chavez avait une obsession : que le Venezuela soit désormais une vraie patrie, une nation souveraine,

indépendante.

Socialisme endogène

Depuis sa première élection en 1998, il s’est « radicalisé », et a, par contrecoup, contribué à politiser

profondément un peuple combattif, avançant un projet anticapitaliste, sans doute le plus radical au monde

depuis la chute du Mur de Berlin. Le chavisme ne relève pas du culte de la personnalité, mais bien

d’une création collective permanente, pour sortir du néolibéralisme par la voie électorale, démocratique,

pacifique, et aller vers un socialisme endogène, participatif, un pouvoir populaire :

des « communes socialistes », des Conseils communaux…

[Lire la suite sur humanite.fr]

Lire aussi :

 

capturechavez dans Venezuela

capture d’écran euronews

Cliquez sur l’image pour voir la vidéo

Publié dans Amerique latine, Venezuela | Pas de Commentaires »

Amnistie sociale : Toujours aussi proche de la droite et du Medef, Valls se dit « sceptique sur le principe de l’amnistie »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 4 mars 2013

 

Amnistie sociale :

Valls face à Hamon, les deux discours du gouvernement

 

Amnistie sociale : Toujours aussi proche de la droite et du Medef, Valls se dit

Quand le ministre de l’Intérieur se dit

« sceptique sur le principe de l’amnistie »,

son collègue délégué à la Consommation

estime lui que la loi soutenue par le Front

de gauche adresse un « message de paix

et de dialogue » et n’est pas

un « encouragement à la violence ».

 

L’amnistie sociale votée par le Sénat la semaine dernière met à jour les différentes sensibilités au sein

du gouvernement. Ce lundi matin, Manuel Valls s’est rapproché des critiques émises par la droite et le Medef

ces derniers jours contre ce texte législatif . « Je reste sceptique sur le principe de l’amnistie », a déclaré

le premier flic de France sur RTL. « Je crois d’abord aux exigences du dialogue social, mûr, responsable

dans une démocratie. C’est ça au fond qui permet de lutter contre les dérives, qui permet de lutter

pour l’emploi (…) la colère, la violence ne sont pas possibles dans une démocratie comme la nôtre. »

« saccage de la vie des salariés »

Si Benoît Hamon convient que la « violence n’est pas acceptable », le ministre délégué à l’économie sociale

et solidaire et à la Consommation estime lui que la loi portant sur l’amnistie sociale et syndicale apporte

au contraire un « message de paix et de dialogue et une volonté de remettre les choses à l’endroit. »

[Lire la suite sur humanite.fr]

  • A lire aussi :

Norbert Gilmez : « Ne jamais désespérer de la justice, mais toujours se battre »

 

http://www.dailymotion.com/video/xxvixm

sur dailymotion

Par

 

Publié dans Emplois, France, Front de Gauche, PCF, Pierre Laurent, POLITIQUE, PS, Senat | Pas de Commentaires »

PSA Aulnay : Jeudi, c’était jour de paye !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 2 mars 2013

 

Un jour de paie exceptionnel pour les grévistes de PSA d’Aulnay

 

PSA Aulnay : Jeudi, c'était jour de paye ! dans CGT capturepsa5capture d’écran

Six semaines que la grève dure à l’usine

PSA d’Aulnay, malgré les pressions et

la répression.

Nerf de la guerre, la solidarité financière

autour des grévistes leur permet de tenir

sur la durée. Reportage.

Jeudi 28 février. Dans l’usine, ce jour-là, flotte comme un air de confiance collective. Le cordon de cadres

en gilets fluo dépêchés par la direction d’autres sites pour jouer les vigiles a été barricadé derrière un mur

de caisses en plastique par les grévistes. Jamais à court d’idées créatives, M’Barek, ouvrier au montage

de soixante et un ans et pionnier de la CGT à Aulnay, s’est débrouillé pour dégoter une canne à pêche

avec laquelle il asticote les cadres de l’autre côté du mur improvisé. Coiffé d’un chapeau chinois, il mime

une grosse prise, provoquant l’hilarité générale.

Au bout de six semaines de grève intensive, ce sont des sourires sereins qui jalonnent la longue file d’attente

qui se forme quelques mètres plus loin, devant la salle de repos réquisitionnée par les grévistes pour distribuer

la « paie » du mois. Grâce à la solidarité qui s’est construite dans et en dehors de l’usine, les salariés en lutte

ont recueilli 260 000 euros dans la caisse de grève, à redistribuer aux 502 grévistes. « Il y a eu quelques gros

chèques, comme celui de l’union départementale CGT du 93 qui nous a versé 30 000 euros,

mais pour l’essentiel, ce sont les dons de citoyens ordinaires, salariés, étudiants, qui ont compté »,

affirme Farid, membre de la commission de pointage, qui explique le fonctionnement méthodique de la paie.

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

psaaulnay3 Grève dans ECONOMIE

capture d’écran

Cliquez sur l’image pour voir la vidéo

 

 

 

 

 

 

Vendredi, Thierry Lepaon, futur secrétaire général de la CGT, est venu apporter son soutien aux grévistes

et participer à l’assemblée générale, en compagnie d’Hervé Ossant, responsable de l’Union départementale

CGT de Seine-Saint-Denis.

capturepsa7 PSA Aulnay dans France

capture d’écran

Cliquez sur l’image pour voir la vidéo

 

 

 

 

 

 

 

A lire :  Journal de grève n° 6

 

Publié dans CGT, ECONOMIE, France, Luttes, SOCIAL, Solidarite | Pas de Commentaires »

Dans l’Huma d’aujourd’hui : « Résistances à la chaîne dans l’automobile »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 29 janvier 2013

 

Ce mardi dans l’Humanité :

résistances à la chaîne dans l’automobile

 

Dans l'Huma d'aujourd'hui :

Débrayages pour dénoncer le « chantage »

aux fermetures de sites chez Renault,

reprise de l’occupation de l’usine PSA

d’Aulnay-sous-Bois…

Les salariés de l’automobile se mobilisent

contre les vastes restructurations prévues

dans les deux groupes.

Pour Pierre Khalfa, le coprésident de la

Fondation Copernic : « La question du coût

du capital n’est jamais posée ».

La direction de Renault espère boucler

aujourd’hui la négociation avec les syndicats

sur l’accord dit de « compétitivité-emploi ».

 

 

C’est aussi un des chapitres de l’accord national négocié avec le Medef.

Pourquoi la Fondation Copernic le qualifie d’accord « donnant-perdant » 
dans la note

qu’elle vient de publier ?

Pierre Khalfa. Il s’agit d’un accord profondément déséquilibré. Les « nouveaux droits pour les salariés »

qui y sont contenus sont de portée limitée, comportent nombre de dérogations qui en bornent

sévèrement l’application et de nombreuses dispositions qui en permettent le contournement. En revanche,

les mesures en faveur des entreprises amoindrissent considérablement les droits des salarié-e-s.

Deux exemples. Les signataires de l’accord se sont félicités de la majoration de cotisation des CDD.

Mais outre que cette majoration est de faible ampleur et ne sera donc pas un obstacle pour les employeurs,

elle peut être facilement contournée. Et le patronat a même obtenu une compensation financière

pour la mise en œuvre de cette mesure.

Par contre, un « accord de maintien dans l’emploi » pourra imposer aux salariés des baisses de salaires

et/ou une augmentation du temps de travail sous peine 
de licenciement, sans que l’employeur soit soumis

aux contraintes liées au licenciement économique. Le maintien dans l’emploi n’est prévu que le temps

de l’accord, c’est-à-dire deux ans maximum, les salariés pouvant être licenciés après.

Renault veut accroître le temps de travail, entériner la possibilité de baisser les salaires,

développer les mobilités internes forcées… L’accord national a négocié aussi ces points.

Délivre-t-il un permis de chantage patronal ?

Pierre Khalfa. L’accord donne de nouvelles possibilités à l’employeur pour imposer 
sa volonté. Il réduit

considérablement 
les possibilités pour les salariés de résister aux desiderata patronaux.

Ainsi, avec 
les « accords de maintien dans l’emploi », 
il remet en cause ce que les juristes appellent

le principe de faveur, 
qui empêche un accord d’entreprise d’être moins favorable aux salariés que la loi

ou les accords de niveau supérieur. Une garantie importante pour les salariés saute, les laissant seuls

dans un face-à-face avec l’employeur. Les salariés seront donc le dos au mur face au chantage patronal.

[Lire la suite sur humanite.fr]

Publié dans ECONOMIE, Emplois, licenciements, Luttes, POLITIQUE, Politique industrielle, SOCIAL | Pas de Commentaires »

123456...16
 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy