Résultats de votre recherche

FEIGNIES ENSEMBLE avril 2009

Posté par communistefeigniesunblogfr le 7 avril 2009

Feignies ensemble                                                  PCF

        Feignies pour tous                                                                                                avril 2009 – N°15

http://communistefeigniesunblogfr.unblog.fr/

 

« L’Union européenne va dans le mur, mais ses dirigeants accélèrent. »

Michel Soudais, journaliste à Politis

 

7 Juin 2009 – Elections européennes – Chaque voix, votre voix compte !

 

Avec le Front de gauche (PCF, Parti de Gauche, Gauche unitaire du NPA) exigeons un véritable changement en France et en Europe pour une réduction des inégalités et de la pauvreté.    REAGISSEZ !

-  14 mars au Zénith à Lille, 1500 personnes soutiennent le Front de gauche contre le capitalisme qui massacre les emplois et augmente la précarité.

-  Ils ont dit :

        Loïc Pen, médecin urgentiste, syndicaliste : « Ce Front de gauche, on en a besoin. Aujourd’hui, il nous manque une perspective politique. »

 

        Fabien Pavot, responsable CGT du Nord, à la Poste : « Depuis 2005, 50 000 bureaux de poste ont été fermés. Le 7 juin, exigeons une réappropriation des services publics.« 

 

        Eric Felini, secrétaire du comité central du groupe Total : « 14 milliards de bénéfices (= 12  millions de SMIC) dans les tiroirs et rien pour les salariés. Pire, Total s’attaque à l’outil industriel et annonce 555 licenciements. »

 

        Alain Bocquet – député du Nord –  PCF : « Une loi doit interdire les licenciements boursiers… Tous ceux qui luttent doivent prendre au sérieux ce scrutin. Le plus grand ennemi, c’est l’abstention. Le rassemblement doit être le plus large possible.« 

 

        Michelle Ernis, conseillère municipale en Normandie, Gauche unitaire du NPA (40 ans de militantisme à la LCR puis au NPA) : « Nous prenons nos responsabilités. Assumons nos divergences. Mais nos convergences sont plus fortes quand nous réclamons ensemble l’augmentation des salaires, l’arrêt des licenciements, la défense des services publics.« 

 

        Marc Dolez – député du Nord – Parti de Gauche : « Une Europe sociale, vraiment démocratique n’est pas possible avec le traité de Lisbonne qui interdit l’harmonisation sociale… Il faut rompre avec l’hégémonie social-libérale, avec les compromis du traité de Lisbonne.« 

 

        Jacky Hénin – eurodéputé – PCF : « Les 41 députés du groupe Gauche unie européenne (GUE) ont contribué à mettre en échec la directive libéralisant les ports, à stopper la Commission européenne qui voulait imposer 65h hebdomadaires aux salariés. Il faut briser les directives de mise en concurrence des salariés. Pour un salaire minimum dans tous les pays de l’Union. En finir vraiment avec le scandale des paradis fiscaux« 

Publié dans PCF-Front de Gauche Feignies, TRACT | Pas de Commentaires »

Campagne européenne : Changer en France et en Europe

Posté par communistefeigniesunblogfr le 1 avril 2009

 

Tract – Campagne européennes : Changer en France et en Europe

Campagne européenne : Changer en France et en Europe dans Elections europeennes arton3612-32aac

Le pays tout entier est en état d’urgence.

Partout, on s’inquiète. Peut-on agir contre la crise, bloquer les licenciements, stopper la chute du pouvoir d’achat et retrouver l’espoir d’une vie meilleure ? Nous, au Parti communiste, nous pensons que c’est possible, à condition d’agir sans tarder, en inversant les grands choix politiques. Nous faisons des propositions pour cela. Nos élus, nos parlementaires partout les défendent.

Nicolas Sarkozy nous dit : « Attendez, ça ira mieux demain, rentrez sagement chez vous et cessez de manifester ».

À télécharger

Mais qui peut attendre quand la crise fait si mal ? Ce serait une folie de l’écouter. Ce n’est pas en renflouant la machine à faire du profit, en protégeant de manière indécente les actionnaires et les dividendes, et en écrasant les salaires, la consommation, l’investissement public, le crédit aux PME pour payer l’addition qu’on s’en sortira. C’est exactement le contraire qu’il faut faire en commençant par s’attaquer aux privilèges du capital et de la finance.

 

Nous sommes des millions à ressentir et à partager ces urgences. Comment les faire avancer face à ce pouvoir sourd et arrogant ?

En poursuivant les mobilisations sociales, assurément. Et en saisissant toutes les occasions de faire prévaloir d’autres choix politiques.

L’élection européenne du 7 juin prochain en sera une. Nous pourrons ce jour-là donner un carton rouge à la politique de Nicolas Sarkozy, et à toutes les politiques libérales qui fondent les traités européens actuels et nous ont conduis dans le mur.

Le PCF a initié pour cela un front unitaire, le « Front de gauche pour changer d’Europe ». Il regroupe aujourd’hui le PCF, le Parti de gauche , la Gauche unitaire et de nombreux acteurs du mouvement social. Il est ouvert à tous.

Le 7 juin, le vote pour ses listes peut donner une grande force à cette exigence : il est urgent de changer de cap en France et en Europe.

 

Publié dans Elections europeennes, Front de Gauche, PCF | Pas de Commentaires »

Suicide au travail

Posté par communistefeigniesunblogfr le 30 mars 2009

L’Humanité.fr

Suicide : la vie brisée d’un syndicaliste

Philippe Widdershoven, cinquante-six ans, s’est donné la mort la semaine dernière. Directeur informatique, passé à la CGT, du groupe de porcelaine Deshoulières touché par un plan social, il a laissé une lettre qui met en cause la nouvelle direction.

Chauvigny (Vienne), envoyé spécial.

C’est l’histoire d’un haut cadre devenu cégétiste, d’un type respecté par ses collègues et son ancien patron, d’un père de famille qui a décidé de se donner la mort, mardi 24 mars. Le corps de Philippe Widdershoven, cinquante-six ans, directeur informatique du groupe de porcelaine Deshoulières à Chauvigny (Vienne), a été retrouvé dans l’étang de Morthemer, la petite commune où il habitait. Le même jour, Dominique Multeau, son prédécesseur à la tête du syndicat, a trouvé sur la table du local de la CGT une lettre dans laquelle il met nommément en cause la nouvelle direction de l’usine

 

Lire la suite… »

Publié dans SOCIAL, SOCIETE, Souffrance au travail, Syndicats | Pas de Commentaires »

Délit d’information

Posté par communistefeigniesunblogfr le 26 mars 2009

Lu sur marianne2.fr

Rue89 convoqué par la police le 1er avril: une mauvaise blague

Pour avoir diffusé des images de Nicolas Sarkozy avant son intervention télévisée du 30 juin 2008, nos confrères de rue89 sont poursuivis en justice par France Télévision, sur pression de l’Elysée. Une bonne raison pour les soutenir financièrement.

rue89.com

    Capture : rue89.com

Ces images, tout le monde les a vu : Nicolas Sarkozy, arrivant sur le plateau de France 3, énervé, désagréable avec un technicien, tutoyant le directeur de l’information et glissant un sous entendu haineux sur la télé publique. Pour ce « off » du président de la République avant son intervention télévisée du 30 juin 2008, France Télévision a porté plainte contre X pour « vol, recel et contrefaçon » et deux journalistes de rue89 (Pierre Haski et Augustin Scalbert) ont été convoqué pour audition le 1er avril.

L’Elysée « a du insister »
Ces images de trop n’ont pourtant fait que confirmer des traits de caractère particulièrement détestables du Président et c’est bien lui qui s’en prend à nos confrères : « il a fallu qu’on insiste pour qu’ils portent plainte », glissait un conseiller de l’Elysée à Pierre Haski, en parlant de France Télévision. La chaîne publique aurait trop rechigné à se faire le bras armé du prince, il a du lui forcer la main.

Tous les magazines, tous les quotidiens, les radios, télévisions et la majorité des sites web d’info ont relayé avec gourmandise, commenté sans fin ces 7 minutes 30… Maintenant, rue89 s’expose à une procédure de justice, des frais d’avocat et une éventuelle amende. Autant de frais qu’il serait normal de les aider à couvrir en achetant des briques sur leur mur de soutien. Tout le monde a aimé le spectacle, maintenant, il est temps de donner un petit quelque chose pour que les artistes ne soient pas de leur poche !

Publié dans LIBERTES, Politique nationale | Pas de Commentaires »

Italie : Les milices sont de retour

Posté par communistefeigniesunblogfr le 22 mars 2009

Lu sur le site : ICARE

Dans un nombre croissant de villes et villages, des habitants se regroupent pour organiser des « rondes citoyennes » censées soulager la police de certaines tâches. Mais le zèle de certains de leurs membres suscitent de nombreuses inquiétudes.

16/03/2009 – Ari, 1 380 habitants et 110 volontaires pour les rondes, possède un bistrot, deux églises, une boucherie et trente et un monuments dédiés aux victimes du terrorisme. En mai 2008, une série d’événements ont secoué ce paisible village des Abruzzes. Une nuit, un couple de vieillards à qui on avait administré à chacun un narcotique a été cambriolé. Un sentiment jusque-là inconnu s’est alors s’insinué dans le village : la peur. La réaction collective d’Ari a été de créer un groupe de « vigiles sans armes », munis de torches, de mégaphones, de gilets à bandes réfléchissantes et d’une mallette de premier secours. Dans les Abruzzes, les rondes autogérées par les habitants fleurissent comme les prés au printemps. Le préfet de Chieti, le chef-lieu, a rappelé que ces rondes sont illégales. Mais l’assemblée communale a brandi l’avis favorable de ses propres avocats, qui ont conseillé au village de présenter ces rondes comme des actions de « défense passive » pour se mettre à l’abri des critiques du préfet.

Plusieurs habitants d’Ari se sont d’ailleurs portés volontaires. Aucune formation spécifique n’est requise. Toute personne âgée de 18 à 70 ans est déclarée apte et enrôlée. « J

A Modène, dans le Nord, les portiques qui enjambent les trottoirs sont encore déserts, les commerces et les cafés lèvent un à un leur rideau de fer. Ercole Toni rentre chez lui, après avoir passé la nuit à effacer tags et graffitis. Pendant que la ville dormait, ses compagnons de ronde et lui ont nettoyé quatorze murs. « C’est mon devoir de citoyen », déclare-t-il. C’est précisément l’organisation de rondes de citoyens du type de celles de Modène qui est aujourd’hui au cœur de la polémique. Les participants n’expriment guère de divergences. « La ronde doit être l’expression de l’esprit civique et non de la peur », estime Toni. Modène compte, comme tant d’autres villes moyennes, quelques quartiers sensibles. « Dans ces zones-là, seule la police est compétente. Là, les rondes ne servent à rien, elles ne font que des dégâts. Notre tâche consiste plutôt à soulager les forces de l’ordre de tâches qui peuvent être accomplies par n’importe qui d’autre. »

« Deux extrémismes face à face. » Voilà ce qu’on dit à Modène de Secours social et Sécurité, le comité de volontaires pour les rondes créé par le politicien de droite Stefano Benedetti. Une vision des choses qui atteste de l’état d’esprit ambiant. Outre des gilets fluo et des sifflets, l’équipement prévoit aussi des bombes de gaz lacrymogène, « pour se défendre des agressions ». Benedetti énonce les compétences des adhérents : un gardien de prison à la retraite, un ancien parachutiste, un veilleur de nuit en activité, un petit groupe d’universitaires adhérents à des associations proches du parti d’extrême droite Forza Nuova. Ils envisagent de demander au préfet l’autorisation de se servir de menottes. « Nous sommes des gens unis par la volonté de résoudre le problème de la criminalité », dit-il. Des propositions qui, après avoir été, comme il se doit, communiquées par voie de presse, dans une parfaite logique d’opposition des extrêmes, ont suscité la réaction des Comités de soutien à la résistance – Pour le communisme (CARC), proches de l’extrême gauche. Dans leur communiqué, c’est l’ironie qui domine : « Voilà les milices de la période fasciste réhabilitées. On légitime ceux qui actuellement agressent et tuent des émigrés, des antifascistes, des gays et des lesbiennes. » « Si ça continue, on va nous aussi proposer nos vigies populaires, qui empêcheront de nuire ces gens qui ont le salut romain un peu trop facile », poursuit Marco Lenzoni, membre des CARC. « Ils prétendent que notre nom évoque les milices fascistes, eh bien, qu’ils viennent nous le dire en face ! », réplique Stefano Benedetti.

Marco Imarisio
Le Courrier international

Publié dans EUROPE, Racisme - Xenophobie | Pas de Commentaires »

18 mars 1871 : début de la Commune de Paris

Posté par communistefeigniesunblogfr le 15 mars 2009

image

La Commune de Paris

Une œuvre toujours au cœur de l’actualité

18 mars 1871 : début de la Commune de Paris dans HISTOIRE carte2009

« J’envisage le sublime avenir qui s’ouvrira pour nos enfants », Charles Delescluze (1809-1871)

Quelques extraits du texte de Claude Willard, président de l’association « Les Amis de la Commune de Paris »

La Commune demeure ensevelie sous une chape de silence, bien qu’elle soit ou plutôt parce qu’elle est porteuse de valeurs, valeurs battues en brèche par les héritiers de ceux qui massacrèrent les Communards.

Une œuvre très novatrice

Bien que bornée par le temps et absorbée par les impératifs militaires, l’œuvre de la Commune est d’une richesse foisonnante.
La Commune entend réaliser l’aspiration du mouvement ouvrier français du XIXe siècle :  » l’émancipation des travailleurs par les travailleurs eux-mêmes « . Fidèle à la Constitution de 1793, qui assignait à la société politique l’objectif d’établir  » le bonheur commun « , la Commune se veut  » la Sociale « . Répondant aux aspirations populaires, elle abolit le travail de nuit, interdit les amendes et retenues sur les salaires, combat le chômage, interdit l’expulsion des locataires (par ailleurs exonérés des termes encore dus), exerce un droit de réquisition sur les logements vacants.

L’armée est remplacée par la Garde nationale, c’est-à-dire le peuple en armes, élisant ses officiers et sous-officiers.

La Commune établit la gratuité de la justice, la liberté de la défense, supprime le serment politique des fonctionnaires et magistrats, eux aussi élus et révocables.

Les Églises séparées de l’État, la Commune instaure l’école laïque, gratuite et obligatoire, crée un enseignement professionnel, y compris pour les filles, et entame une réforme de l’enseignement. Pour en débattre démocratiquement, se réunissent dans plusieurs écoles instituteurs, parents d’élèves et membres de la Société pour l’Education nouvelle (soucieuse de rénover l’enseignement).

La Commune est aussi pionnière de l’éducation populaire. Elle instaure des cours publics, que Louise Michel évoquera avec enthousiasme :  » Partout les cours étaient ouverts, répondant à l’ardeur de la jeunesse. On y voulait tout à la fois, arts, sciences, littérature, découvertes, la vie flamboyait. On avait hâte de s’échapper du vieux monde.  » La Commune rouvre bibliothèques, musées, théâtres. Les concerts donnés aux Tuileries sont très prisés. Dans cet épanouissement de la culture populaire, un rôle important est dévolu à la Fédération des Artistes (avec Courbet, Daumier, Manet, Dalou, Pottier…), qui place en tête de son programme  » la libre expansion de l’art, dégagé de toute tutelle gouvernementale et de tous privilèges « .
Tout, certes, n’est point réalisé. Mais que d’anticipations !

La Commune n’est pas morte !

La répression est féroce, à la mesure de la peur et de la haine des classes dirigeantes : 25 000 à 30 000 massacrés (dont femmes et enfants), 36 000 prisonniers, 4586 déportés en Nouvelle-Calédonie.
Et pourtant, comme le chante Eugène Pottier,
 » Tout ça n’empêch’pas, Nicolas,
qu’la Commune n’est pas morte
 »
Victor Hugo exprime la même pensée :  » Le cadavre est à terre, mais l’idée est debout.  »
Dans le court terme, le spectre de la Commune hante les  » réalistes  » (tel le Versaillais en chef, Thiers) et, par là, contribue à faire échouer les tentatives de restauration monarchique. Comme le prévoyait Jules Vallès :  » Avec nos fusils d’insurgés, nous avons calé la République.  » Sans parler des futures réalisations de la IIIe République, en premier lieu, la laïcité de l’école, longtemps propre à la France.

Mais surtout, comme la Révolution française, la Commune constitue un événement fondateur. Elle inspire le mouvement ouvrier international, de la Commune de Carthagène en 1873 à la Révolution russe de 1917, à la Révolution spartakiste, à la Commune de Canton de 1927 et à la révolte du Chiapas aujourd’hui. Elle marque en profondeur tout le mouvement ouvrier français de la fin du XIXe et du XXe siècle, élément de ses spécificités. Elle hante encore la genèse du Front populaire, la Résistance et mai 1968, nos combats d’aujourd’hui et demain.

L’œuvre de la Commune demeure d’une extraordinaire actualité parce que, viscéralement démocratique, elle a su, dans les termes de son époque, poser et essayer de résoudre des problèmes qui nous tenaillent toujours. Certes, à temps nouveaux, solutions neuves. Si jamais l’histoire ne se répète, un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir.
Dans notre univers inégalitaire, inhumain, dominé par le pouvoir de l’argent, prônant le culte de la réussite individuelle, et où le ventre de la  » bête immonde  » engendre toujours racisme, xénophobie, fanatisme, redonnons chair et vie au triptyque gravé de façon très formaliste au fronton de nos édifices publics : Liberté, Égalité, Fraternité.
L’association des Amis de la Commune de Paris, héritière de La Fraternelle créée par les Communards à leur retour d’exil, a pour but de faire fleurir son héritage, si fécond pour nos combats d’aujourd’hui et de demain.

Lire le texte intégral sur :

http://lacomune.club.fr/pages/parent.html

Vidéos

http://www.dailymotion.com/video/x1myck

 

http://www.dailymotion.com/video/x1oh2e

 

http://www.dailymotion.com/video/x1oh2e


De nombreux textes sur :

 

http://hypo.ge.ch/www/cliotexte//html/france.commune.html

 

 

La répression.

« La tuerie a été atroce. Nos soldats ont promené dans les rues une implacable justice. Tout homme pris les armes à la main a été fusillé. Les cadavres sont restés semés de Ici sorte un peu partout, jetés dans les coins, se décomposant avec une rapidité étonnante, due sans doute à l’état d’ivresse dans lequel ces hommes ont été frappés.

Paris depuis six jours n’est qu’un vaste cimetière. »

in É. Zola, dans Le Sémaphore de Marseille du 29 mai 1871.

Un soldat versaillais a raconté à Maxime Vuillaume comment fonctionnait  » l’abattoir du Luxembourg « .

« Depuis l’entrée des troupes, on fusillait sans relâche. On fusillait derrière ces bosquets, dont le vert feuillage m’était apparu et que je revoyais criblé de gouttes de sang. Là, c’était un simple peloton. Quatre par quatre. Contre un mur, contre un banc. Et les soldats s’en allaient, rechargeant tranquillement leurs fusils, passant la paume de la main sur le canon poussiéreux, laissant là les morts.

On fusillait aussi autour du grand bassin, près du lion de pierre qui surmonte les escaliers menant à la grande allée de l’Observatoire.

- Et tous ces morts, qu’en fait-on ?

- Tous ceux qu’on a fusillés jeudi, le jour où vous y étiez, on les a enlevés la nuit suivante. De grandes tapissières ont été amenées. Je crois qu’on a tout emporté à Montparnasse (…)

- Et, lui demandai-je, on fusille toujours ?

Le sergent fixa sur moi ses yeux étonnés. Nous étions, autant qu’il m’en souvienne, à la matinée de dimanche, à la dernière agonie de la bataille.

- Certainement, me répondit-il. On n’a pas cessé depuis que nous sommes entrés à Paris. Ah! vous n’avez rien vu. Moi, j’ai commencé à voir cela à la Croix-Rouge On en a fusillé là un paquet, surtout des officiers.

Brusquement des cris éclatèrent en bas, au-dessous de nous. Le sergent se mit à la fenêtre.

- Voilà une bande de prisonniers, dit-il sans se retourner. On les conduit certainement au Luxembourg.

Les prisonniers, qui venaient du Collège de France, étaient bien une cinquantaine (…). Une foule hurlante suivait. Et j’entendis distinctement le cri féroce :

A mort ! A mort ! Au Luxembourg !

On en amène comme ça tous les quarts d’heure, dit le sergent. »

in Maxime Vuillaume, Mes cahiers rouges au temps de la Commune

Marc Ogeret : La semaine sanglante

Image de prévisualisation YouTube
La Commune de Paris en images sur :

http://www.parisenimages.fr/fr/un-evenement-en-photo.html?sujet=commune

 

« Le cadavre est à terre,

mais l’idée est toujours debout. »

Publié dans HISTOIRE | Pas de Commentaires »

La France doit-elle réintégrer l’OTAN ?

Posté par communistefeigniesunblogfr le 11 mars 2009

Oui à une véritable sécurité européenne,

Non à l’alignement atlantiste sous l’influence

des USA

 

Au prochain sommet de Strasbourg-Kehl, à l’occasion de la commémoration du 60e anniversaire de la création de l’OTAN (Organisation du traité de l’Atlantique Nord), Nicolas Sarkozy annoncera le retour complet de la France dans son commandement intégré.

C’est une décision lourde de conséquences et contraire aux véritables intérêts de la France et de son peuple.

En 1966, le général de Gaulle avait décidé de quitter le commandement militaire, tout en restant dans l’Alliance . C’était au nom de la souveraineté nationale, pour refuser d’être entraîné dans des guerres qui ne seraient pas les nôtres et pour ne pas accepter la place écrasante occupée par les États-Unis dans les organismes dirigeants.

20 ans après la chute du mur de Berlin et la dissolution du pacte de Varsovie, quelle est aujourd’hui la raison d’être de l’OTAN, organisée au temps de la « guerre froide » pour contrer le bloc soviétique ?

Les États membres de l’OTAN ont d’ailleurs engagé une réflexion stratégique pour transformer et le rôle et les missions de l’Alliance atlantique. Alors, pourquoi vouloir intégrer ce commandement militaire sans en connaître les nouvelles orientations ? Serait-ce pour faire allégeance aux États-Unis ?

Même avec le président Obama, l’objectif des  États-Unis est de conserver une influence importante en Europe, au service de leur politique d’intervention.

Cette nouvelle alliance n’aura jamais la légitimité de l’ONU où tous les États sont représentés. Elle ne pourrait qu’aggraver les tensions dans des conflits fondés le plus souvent sur les inégalités de développement. Pourquoi attiser les tensions avec la Russie avec cette politique d’élargissement suscitée par l’OTAN en direction des anciens pays membres du pacte de Varsovie ? Pourquoi vouloir déployer des missiles sur leur territoire ?

La décision précipitée de Nicolas Sarkozy est surtout néfaste et dangereuse pour la France.

A l’étranger, nous serions moins crédible auprès de nombreux pays émergents – Inde, Chine, Brésil, Moyen Orient, Afrique  -  pour poursuivre notre rôle singulier dans la préservation de la paix.

Cette réintégration de la France dans le commandement militaire exigerait également une augmentation considérable de notre participation financière et un apport en personnels estimé à plus de 2 000 officiers et sous-officiers ; autant de moyens en moins pour une politique de défense européenne autonome. Ainsi, contrairement à ce que prétend le président de la République pour lequel il faut « plus d’OTAN pour avoir plus d’Europe« , notre pays aurait beaucoup à perdre de son identité et de ses intérêts en s’intégrant davantage dans l’Alliance atlantique.

Devant les protestations de la gauche et du camp gaulliste, le président a dû accepter un débat public national et un vote du Parlement.

  • Dans ce débat, les parlementaires communistes voteront contre l’alignement de la France sur les États-Unis et ils refuseront la reconstitution des blocs militaires.
  • Ils demanderont la création d’une véritable organisation européenne de sécurité fondée sur la prévention des crises, la résolution politique des conflits, le respect du droit international et des résolutions de l’ONU.
  • Ils exigeront aussi que cette décision soit soumise à l’approbation du peuple lui-même par référendum.

Débat parlementaire et référendum peuvent être, dans cette campagne des élections européennes, deux voies démocratiques pour avancer sur le chemin de la paix et du désarmement dans une Europe débarrassée de la logique des blocs et des dogmes du capitalisme.

 d’après l’article de M. Demessine dans l’Humanité du mardi 10 mars

 Pour information :

François Fillon a d’ailleurs lui-même varié sur ce dossier. Secrétaire national du RPR à la défense de 1984 à 1988, il rédigea en 1990 une brochure dans laquelle il détaillait son opposition à une « européanisation de l’Otan qui continuerait à fonctionner sur le mode de l’intégration ». Expliquant : « La participation de la France au replâtrage de l’Alliance, présentée par certains comme un moyen de rééquilibrer l’ensemble atlantique, s’inscrit à contretemps de l’histoire (…). Il serait paradoxal que la France choisisse précisément le moment où la politique des blocs touche à sa fin (…) pour rejoindre une organisation militaire intégrée qu’elle a quittée afin d’échapper aux contraintes d’un protectorat abusif. »

 Lu sur le blog de Laurent Boissieu : http://politique.hautetfort.com/archive/2009/03/16/otan-fillon.html

Publié dans PCF, Politique nationale | 2 Commentaires »

Sans doute fallait-il sortir le grand jeu pour faire oublier la crise !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 5 mars 2009

Vu sur :

http://correcteurs.blog.lemonde.fr/2009/02/25/sarko-ii-porphyrogenete-note-tardive-et-de-mauvais-gout/

Sarko II porphyrogénète (une note de mauvais goût)

Nconstantpor.1235586227.JPGous savons par une indiscrétion calculée de Séguéla, un des drôles qui gravitent autour de l’Elysée – et l’auteur de la fameuse phrase sur les montres Rolex* –, qu’il a été question de la mise en route d’un enfant dès la première rencontre entre not’président et sa future épouse. Dans les temps troublés que nous traversons (Ségolène parle de signes avant-coureurs de révolution et, selon le Canard enchaîné, M. Sarkozy fait souvent référence à la décapitation de Capet et de la reine, pour preuve de l’ingouvernabilité de la France), nous ne saurions trop insister auprès du couple présidentiel pour l’inciter à persévérer dans cette voie.
Si un héritier, mâle de préférence, naissait pendant son quinquennat, il serait porphyrogénète (du grec porphurogenêtos, “né dans la pourpre”
*) : on appelait ainsi les enfants de l’empereur de Byzance nés pendant le règne de leur père.
La liesse populaire serait garantie, et la transmission sarkozienne serait ainsi bien mieux assurée : présenter au peuple un Sarkozy IIe porphyrogénète, cela aurait de la gueule.
N’étant pas vénaux, nous ne réclamons aucune rétribution pour ce conseil pourtant précieux.

* Cette déclaration bouffonne, très comparable à celle attribuée à Marie-Antoinette sur la brioche, sera peut-être considérée plus tard comme la marque de la déconnexion définitive des “élites” par rapport au bas peuple.

* Ce qui est quand même bien plus élégant que “né avec une cuiller en argent dans la bouche”. Le grec porphura signifiait “pourpre”, cette matière colorante rouge vif extraite d’un mollusque, le murex, et qui servait à teindre les habits des hauts dignitaires. Ce mot a donné aussi porphyre (roche rouge foncé).

image : monnaie à l’effigie de Constantin VII porphyrogénète.

***********************

Sur le même thème voir :

http://sarkostique.over-blog.com/

Quand Carla veut un petit Sarkozy

Sans doute qu’il faut occuper le terrain face à une crise aux effets dévastateurs. Sans doute faut-il faire diversion pour faire oublier les 100 milliards d’euros de déficit annoncés (et prévus de longue date par Sarkophage). Sans doute fallait il sortir le grand jeu pour faire avaler les exécrables chiffres du chômage.

Publié dans Humour, Politique nationale | Pas de Commentaires »

Italie : un enseignant suspendu pour avoir enlevé le crucifix du mur de sa classe

Posté par communistefeigniesunblogfr le 28 février 2009

Publié sur : http://canempechepasnicolas.over-blog.com/

Histoire de crucifix

Un professeur italien d’histoire
suspendu pour avoir enlevé le crucifix
pendant ses heures de cours!

Par Gian Marco Vidor

Lundi 23 février 2009

Amis, collègues,
Un professeur d’histoire et littérature d’un lycée professionnel PUBLIC italien s’est vu interdire d’enseigner pendant 30 jours, avec la suspension de son salaire, par une décision du Conseil National de l’éducation Publique (Consiglio nazionale della pubblica istruzione).

Son crime? Avoir enlevé le CRUCIFIX du mur pendant ses heures. Le prof. remettait le symbole religieux à sa place avant de quitter la classe (en Italie les élèves ont une classe pour toute l’année scolaire).
Le directeur de l’établissement, Giuseppe Metastasio, a dénoncé le prof au Conseil National qui a été plus dur avec lui qu’avec les professeurs ou les maîtres accusés de harcèlement sexuel envers des élèves (suspension d’un à 10 jours). Le prof. Franco Coppoli s’est défendu en s’appuyant sur la laïcité de l’État, la liberté d’enseignement et la liberté religieuse, mais la suspension a été confirmée par le Bureau Régional de l’Éducation.
Je vous invite à envoyer une lettre de soutien au prof. Coppoli directement à son École et/ou une lettre de protestation à la direction de l’Institut scolaire.


Istituto Professionale di Stato per i Servizi « Alessandro Casagrande »
Sede centrale (Indirizzo Economico Turistico e Grafico Pubblicitario)
piazzale Bosco, 3 – 05100 TERNI

Publié dans EUROPE, LIBERTES | Pas de Commentaires »

1...1213141516
 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy