• Accueil
  • > Recherche : municipales feignies ump

Résultats de votre recherche

L’Édito de l’Humanité (29/09/14)

Posté par communistefeigniesunblogfr le 29 septembre 2014

 

Derrière les marais de la Bérézina

 

Éditorial de Patrick Apel-Muller :

senat

 

 

« La droite ramasse le Sénat comme

le fruit tombé de trop de trahisons,

d’infinies déceptions et de sourdes

colères. »

 

 

 

La défaite était attendue après la sévère sanction des municipales ; elle a tourné hier à la Bérézina.

La droite ramasse le Sénat comme le fruit tombé de trop de trahisons, d’infinies déceptions et de sourdes

colères. L’installation du gouvernement Valls 2, la pétaudière qu’il entend installer dans les institutions locales

au détriment de la souveraineté citoyenne ont parachevé une retraite en débâcle, accompagnée par l’entrée

au Palais du Luxembourg de deux séides de Marine Le Pen. Il ne s’agit pas seulement de l’onde de choc

d’un scrutin passé, mais du reflet de la défiance du pays qui est tout sauf une confiance votée à l’UMP

et à l’UDI. La confusion des genres entre la droite et le petit appareil politique qui gouverne est au cœur

de la crise politique. Comment voir un homme de gauche dans ce premier ministre qui se targue de sa

« fermeté » face à une grève des salariés contre la délocalisation d’Air France et un statut low cost ?

La Bruyère pointait déjà ces grands de la cour : « À quelques-uns l’arrogance tient lieu de grandeur,

l’inhumanité de fermeté ; et la fourberie d’esprit »…

 

sarkozy-hollande

  Le tandem gouvernant, le président et son premier

  ministre, a à ce point rallié le libéralisme qu’en entendant

  Nicolas Sarkozy à Lambersart jeudi, on se disait qu’ils avaient

  été pour lui une rampe de lancement.

  Les uns dénonçaient les chômeurs ? L’autre traque l’assistanat.

  Matignon veut autoriser le travail le dimanche ? Neuilly veut

  que les Français travaillent plus (sans gagner plus, désormais)

et entend ratiboiser ces jours fériés, ces RTT, ces congés qui seuls compteraient aux yeux du menu peuple.

Valls flatte le Medef ? Sarkozy le cajole. « Être aliéné, écrivait Gramsci, c’est avoir les idées de l’ennemi

dans la tête. » Pauvre François Hollande… La fin de la parenthèse d’une majorité de gauche au Sénat

était attendue. L’occasion a été gâchée de s’appuyer sur les deux Chambres pour décider de réformes

progressistes audacieuses. Désormais, il faut s’atteler à reconstruire une alternative de gauche,

émancipée des libéralismes siamois.

Publié dans Elections senatoriales, France, l'Humanité, POLITIQUE, Senat | Pas de Commentaires »

« Ce que Marine Le pen peut redouter le plus, c’est que notre pays retrouve une espérance collective »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 29 mai 2014

 

« Ce que Marine Le pen peut redouter le plus,

c’est que notre pays retrouve une espérance collective »

(Olivier Dartigolles, porte-parole du PCF)

 

marine le pen

 

  Avec l’affaire Bygmalion et ses prolongements d’une part et, de l’autre, les interventions

  de François Hollande et Manuel Valls annonçant crânement la poursuite d’une orientation

  politique pourtant sanctionnée aux élections municipales et européennes, Marine le Pen

  peut boire du petit lait, ils lui servent à la louche.

 

Une question est aujourd’hui posée. Comment peut-on imaginer que la crise de régime puisse s’installer

et se développer jusqu’en 2017 sans que rien ne puisse faire dévier cette funeste trajectoire ?

Le noyau dirigeant du PS a-t-il fait le choix, comme peuvent le laisser entendre les déclarations

ce matin du président de l’Assemblée nationale, d’une seule et unique option :

face au FN et à l’UMP, arracher la qualification de son candidat pour le second tour de la prochaine

présidentielle avec un appel « à l’unité » après avoir laminé le pays et la gauche avec cinq années

de renoncements et de promesses trahies ?

Il y urgence à agir, à ce que des forces politiques, syndicales, associatives et citoyennes s’accordent sur l’essentiel.

Qu’elles décident ensemble des grandes questions économiques, sociales et démocratiques à discuter.

Qu’elles engagent le plus rapidement la riposte en refusant la banalisation du FN qui peut aujourd’hui être distillée

par une certaine forme de relativisation de son score dimanche soir.

Que ces forces convergent dans un processus permanent pour un projet progressiste d’avenir, un projet politique

pour la France. Forum, états généraux, assises… Qu’importe. Il faut identifier les enjeux, les travailler

avec une démarche de très grande ouverture et faire preuve d’innovation, de créativité pour intéresser

le plus grand nombre, en faire un processus citoyen et populaire qui irrigue le pays en profondeur. En réponse

à la défiance, aux peurs qui rongent notre pacte républicain, ça urge vraiment.

Ce que Marine le Pen peut le plus redouter, c’est que notre pays retrouve une espérance collective,

qu’un horizon puisse se dégager le plus rapidement possible.

C’est une course contre la montre qui est lancée.

Publié dans F-Haine, France, PCF, POLITIQUE, PS | Pas de Commentaires »

L’Édito de l’Humanité : L’onde de choc de l’austérité

Posté par communistefeigniesunblogfr le 26 mai 2014

 

L’onde de choc de l’austérité

 

L’Éditorial de Patrick Apel-Muller

 

parlement européen

« Les résultats estimés par les instituts de sondage

confirment la violence de la crise politique

qui secoue le pays. ».

Les résultats estimés à 20 heures par les instituts de sondage

confirment la violence de la crise politique qui secoue le pays.

Les formations représentées au gouvernement recueilleraient

moins de 15 % des voix, le Front national atteindrait le quart

des suffrages, le meilleur score jamais recueilli,

l’UMP plafonnerait autour de 20 %.

 

Le mécontentement devant la politique suivie par Nicolas Sarkozy puis par François Hollande ne profite pas

au Front de gauche, qui maintient ses positions, alors que dans d’autres pays d’Europe,

en Grèce en premier lieu mais aussi aux Pays-Bas et en Irlande, les forces de la Gauche unitaire européenne (GUE)

marquent des points. Quant à l’extrême gauche, elle reflue. Les Verts perdent du terrain mais réuniraient près de 9 %.

L’abstention est légèrement moindre que redoutée mais elle concerne presque six électeurs sur dix,

qui ont l’impression que leur voix ne comptera pas et ne sera pas entendue par l’aréopage autoritaire qui domine

l’Europe. C’est d’ailleurs ce sur quoi parient les milieux dirigeants : une démobilisation des citoyens

qui leur laisse les mains libres ou un égarement dans les impasses de l’extrême droite qui se servira des colères

pour diviser ceux qui les éprouvent et les retourner contre eux.

Les dégâts semés par une politique d’austérité qui renie toute référence aux valeurs

de gauche sont à nouveau mesurés après les municipales. La sanction est sans appel ; elle peut prendre

des formes encore plus inquiétantes demain si, comme il l’a proclamé à la veille du scrutin, Manuel Valls ne change rien

à sa politique, quand bien même, constatait-il hier, vivons-nous « un moment grave ».

La constitution d’une alternative à gauche réunissant les forces du Front de gauche, les socialistes mécontents,

les démocrates, les syndicalistes devient un impératif et une urgence.

Rassembler ceux qui veulent mettre au pas la finance et ouvrir une nouvelle ère de progrès social

et démocratique, puiser des forces dans des luttes coude à coude, rassembler passionnément,

c’est l’immense chantier qu’il ne faut pas différer.

Publié dans Elections europeennes, France, l'Humanité, POLITIQUE | Pas de Commentaires »

Annonces Valls : du chloroforme pour endormir les députés socialistes (PCF)

Posté par communistefeigniesunblogfr le 29 avril 2014

 

Annonces Valls :

du chloroforme pour endormir les députés socialistes

(Olivier Dartigolles)

 

planvalls1

Face à la fronde d’une partie de sa majorité,

Manuel Valls vient de sortir du chloroforme

pour endormir les députés socialistes

jusqu’au vote de demain. Une fois les additions

faites, rien n’a changé. Les 50 milliards de rigueur

budgétaire sont toujours là. 40 milliards d’euros

seront offerts aux entreprises, sans contre-partie,

mais toujours rien pour le pouvoir d’achat

du plus grand nombre.

Les retraités qui touchent moins de 1200 euros ne se verront pas geler la revalorisation automatique

cette année mais leur pouvoir d’achat sera très durement attaqué par l’augmentation de la TVA

et les coups portés au financement de la protection sociale. Idem pour les fonctionnaires.

Le patronat vit un rêve éveillé, bien réel, quand toutes celles et ceux qui ont cru au changement

en 2012 sont matraqués, semaine après semaine, par une politique injuste et inefficace qui aura

comme conséquence, sans un changement de politique, une augmentation de la précarité

et de la pauvreté.

Ce matin, François Bayrou a apporté son soutien au plan qui sera présenté demain au vote

des députés.

Avant lui, des parlementaires de l’UMP ont aussi exprimé leur adhésion tout en demandant que cela

aille plus vite et plus fort. A l’inverse, des députés PS et d’EELV disent leur très vive préoccupation,

leur désaccord avec une orientation pourtant sanctionnée dans les urnes et par l’abstention

lors des élections municipales.

Le renoncement au changement pour toujours plus d’austérité, voilà ce qui caractérise

la politique de Manuel Valls.

Olivier Dartigolles, porte parole du PCF – 28 avril 2014

Publié dans Austerite, ECONOMIE, France, Liberalisme, PCF, POLITIQUE, PS | Pas de Commentaires »

Le PCF choisit l’unité des voix anti-austérité

Posté par communistefeigniesunblogfr le 15 avril 2014

 

Le PCF choisit l’unité des voix anti-austérité

 

pcf14avril   Sébastien Crépel – 14 avril 2014

  La direction communiste a adopté vendredi la proposition d’accord

  du Front de gauche aux élections européennes. Un vote qui sera suivi

  d ‘une consultation des communistes, d’ici à la fin du mois.

 

 

Sans prendre le temps de souffler, les communistes passent d’une campagne électorale à l‘autre, avec les élections européennes du 25 mai désormais en ligne de mire. Mais non sans prendre le temps de l’analyse du résultat des municipales et la mesure de la gravité de la situation politique dont il témoigne. C’est ce à quoi s’est attelée leur direction nationale, vendredi, en adoptant la proposition d’accord du Front de gauche de répartition des têtes de listes et de leurs suivants aux européennes, par 77 voix contre 18 et 9 abstentions. Un premier vote qui sera suivi d’une consultation des communistes, d’ici à la fin du mois, pour le valider et désigner les candidats qui porteront les couleurs du PCF sur les listes.

 

Sortis affaiblis, comme la gauche dans son ensemble, du scrutin municipal, mais non terrassé comme le Parti socialiste, les communistes n’ont « pas atteint (leur) objectif d’augmenter le nombre de mairies et d’élus communistes et Front de gauche », en dépit de gains non négligeables comme la direction des villes de Montreuil et Aubervilliers, renouant, « pour la première fois depuis 1995 », avec la conquête de « villes de plus de 75 000 habitants », a souligné le rapporteur, Pascal Savoldelli. Au final, avec 137 municipalités de plus de 3 500 habitants conservées, 12 gagnées et 47 perdues, le PCF « résiste alors que, dans le même temps, le PS connaît un Waterloo électoral ».

 

Une défaite socialiste dans laquelle les communistes ne trouvent aucun motif de se réjouir. Car non seulement « les grands vainqueurs de ces élections municipales sont l’UMP et l’UDI » flanqués d’un FN renforcé, confirmant « la porosité entre l’électorat de droite et l’électorat d’extrême droite », mais la réponse de François Hollande au message des urnes avive les inquiétudes des communistes, qui y voient la marque « d’une stratégie réfléchie et construite depuis plusieurs années pour redessiner la gauche française en général » en l’alignant sur les théories libérales. Avec, à la clé, une « uniformisation politique » qui met en danger l’idée même de « changement politique d’ampleur, d’alternative », laquelle se trouve aujourd’hui « profondément affaiblie, entachée », comme en témoigne le résultat des municipales.

 

C’est dans ce contexte de « recomposition réactionnaire » sur le plan des idées que la direction communiste était amenée à se prononcer sur la proposition d’accord entre les forces du Front de gauche aux élections européennes, conclu en début de semaine dernière. Dans le huis clos du Conseil national, tous les participants en sont convenus avec le rapporteur : cet accord n’est « pas le meilleur », constituant même « un recul » sur la proposition initialement présentée par le PCF à ses partenaires, « plus équilibrée et plus respectueuse de l’esprit du Front de gauche », selon Pascal Savoldelli.

 

Dans l’offre qu’elle avait validée à l’unanimité le 2 avril, la direction communiste proposait en effet de reconduire les quatre députés sortants de métropole en tête de liste de leurs circonscriptions (Jacky Hénin dans le Nord, Patrick Le Hyaric en Île-de-France, Jean-Luc Mélenchon dans le Sud-Ouest et l’élue sans parti Marie-Christine Vergiat dans le Sud-Est), et d’attribuer chacune des trois autres têtes de liste à une composante différente du rassemblement (Ensemble dans l’Ouest, le Parti de gauche dans l’Est, et le PCF dans le Centre). Mais l’accord n’a pu aboutir : « Nos partenaires le refusaient obstinément, mettant en danger la présence du Front de gauche dans ces élections et la réélection des sortants », a fait valoir Pascal Savoldelli. C’est donc dans l’esprit de ne pas se résigner « à la politique du pire » ? l’implosion du Front de gauche avec l’établissement de listes différentes, gâchant la possibilité d’un « bon résultat qui réveille l’espoir à gauche » ?   que le PCF a « rouvert la possibilité d’un accord », en rediscutant de la proposition dans le Centre, dont la tête de liste devrait être  finalement présentée par le PG. Quant à la candidature représentative de la composante citoyenne du Front de gauche incarnée par Marie-Christine Vergiat, elle n’a été soutenue que par le seul PCF, qui la désignera donc dans le Sud-Est au nom du Front de gauche, selon les termes de l’accord. Pour nombre de responsables communistes, cela illustre une divergence de conception du Front de gauche entre ses composantes et du rassemblement le plus large pour une autre politique à gauche qu’il doit permettre d’opérer.

 

En tout état de cause, le PCF a décidé d’approfondir sa réflexion sur ce sujet. Le Conseil national de la mi-juin qui suivra les européennes devrait proposer de convoquer une importante réunion nationale des communistes sur le sujet, préparée en amont en associant les adhérents à tous les niveaux de leur parti.

 

Publié dans Elections europeennes, France, Front de Gauche, PCF, POLITIQUE | Pas de Commentaires »

2e tour des municipales : La sanction du PS confirmée

Posté par communistefeigniesunblogfr le 31 mars 2014

 

La sanction du PS confirmée,

sur fond de désertion massive des urnes

 

huma3103

Selon les premières estimations, les socialistes perdraient

des villes phares comme Saint-Étienne, Pau ou encore Limoges.

Le PCF gagne Onnaing. Le FN remporte des villes du Sud est,

mais échoue dans l’Est, à Forbach.

Le gouvernement avait sept jours pour convaincre, mais peu d’arguments

pour y parvenir. D’abord arc-bouté sur le déni de la sanction infligée

le 23 mars, le chef du gouvernement n’a finalement lâché que d’infimes

concessions au regard de l’ampleur du désaveu, qui s’est d’abord exprimé

par un record d’abstention pour un premier tour d’élections municipales :

36,45 % (+ 3 points par rapport à 2008).

 

Dans l’ensemble, l’appel à la mobilisation des dirigeants de gauche pour contrer le danger de droite n’a pas été entendu, et l’abstention devait battre à nouveau des records. Selon les instituts de sondage, celle-ci aurait atteint, en fin de journée, entre 38 % (Harris Interactive, OpinionWay et Ipsos) et 38,5 % (Ifop, CSA et TNS Sofres), contre 34,8 % au second tour de 2008.

Reims, Quimper, Limoges, Nevers, Saint-Étienne basculent

C’est donc la mort dans l’âme qu’une partie des maires socialistes sortants s’apprêtaient à rendre les clés de leur ville au camp adverse. Selon les estimations d’avant-second tour, le PS pouvait perdre jusqu’à 90 villes, principalement au profit de la droite, en ballottage favorable dans des villes comme Strasbourg, Amiens ou Angers. Sans espoir d’être élus à la tête de la mairie à Marseille, les socialistes comptaient encore sauver Toulouse et Paris, et s’appuyer sur une probable réélection de Gérard Collomb à Lyon, où le dépouillement des bulletins venait à peine de commencer à l’heure où ces lignes étaient écrites. Mais les espoirs s’évanouissaient à Reims (46,2 % pour l’UMP contre 42,7 % à la sortante PS, selon Ipsos), à Quimper (56,6 % à l’UMP), conquises en 2008, et à Saint-Étienne (40,7 % au PS, contre 47,5 % à la droite), à Limoges et à Nevers. Seul lot de consolation, Avignon basculait de droite à gauche (47 % pour la gauche, 34 % pour le FN, 18 % pour l’UMP) en début de soirée, mettant à mal du même coup les ambitions du Front national et Dijon, Rennes, Metz, Brest et Boulogne-sur-Mer restaient à gauche

Du côté de la droite, en revanche, on surjouait la victoire, après, outre le regain de Reims et Quimper, les basculements historiques de Tourcoing, ville socialiste depuis 1912, et de Roubaix, dans la banlieue de Lille, où l’UMP et l’UDI n’avaient en revanche que très peu de chance de bousculer Martine Aubry. À l’autre bout du pays, à Pau, François Bayrou savourait une victoire longtemps attendue avec 62,6 %, tandis que Nîmes restait à droite.

Le PCF garde Vierzon, Dieppe, Arles

Quant au PCF et à ses alliés du Front de gauche, qui ont plutôt bien résisté au premier tour, avec une centaine de maires réélus, les premiers résultats de ce soir confirmaient ce mouvement, avec des résultats positifs dans plusieurs villes importantes. Arles, Martigues, Port-de-Bouc (Bouches-du-Rhône), Dieppe (Seine-Maritime), Longueau (Somme), Vierzon (Cher) garderont un maire communiste, et Onnaing (Nord) en regagnera un.

En revanche, Calais, que le PCF espérait conquérir, restera à droite et Roissy-en-Brie (Seine-et-Marne) perd son maire communiste au profit de la droite, tout comme Houdain (Pas-de-Calais), Gisors (Eure) et Aubagne (Bouches-du-Rhône). Dans la Loire, le PCF conserve la mairie de Firminy, mais aurait perdu Saint-Chamond. À Unieux, la liste du maire communiste sortant Christophe Faverjon l’a emporté d’une courte avance sur l’opposition de droite. En Meurthe-et-Moselle, les communistes auraient été réélus à Villerupt. En revanche, la communiste réunionnaise Huguette Bello était annoncée battue à Saint-Paul, à La Réunion.

Le FN gagne Béziers mais échoue à Forbach et Perpignan

Au FN, les espoirs se concentraient sur une quinzaine de villes que le parti de Marine Le Pen espérait faire basculer, principalement en Moselle, dans le Var, l’Hérault et le Gard. Arrivé en tête à Béziers au premier tour devant l’UMP et le PS, le candidat soutenu par le FN, Robert Ménard, l’aurait emporté. Tout comme Beaucaire, Villers-Côtterets, Hayange, Cogolin, Le Luc et Le Pontet et Fréjus. En revanche, outre Avignon passé au PS, le maire de Perpignan, Jean-Marc Pujol (UMP), garderait les clés de la ville (55,3 %), que voulait lui enlever l’extrême droite. Même chose à Forbach, où le bras droit de Marine Le Pen, Florian Philippot, échoue à gagner la mairie, qui resterait au PS.

Lire aussi :

Sébastien Crépel – humanite.fr – 30 mars

 

Publié dans France, municipales 2014, POLITIQUE | Pas de Commentaires »

Municipales : les médias ont-ils favorisé le FN ? (Basta !)

Posté par communistefeigniesunblogfr le 28 mars 2014

 

Pluralisme

Municipales : les médias ont-ils favorisé le FN ?

 

par Ivan du Roy 28 mars 2014

 

vote

  Le 19 mars, la chaîne de flux d’infos BFM TV s’était faite rappeler à l’ordre

  par le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA). Son traitement de l’actualité

  politique nationale posait problème à cause du « faible accès à l’antenne

  des représentants de l’UMP et du Parti socialiste » et de « la persistance

  de la surreprésentation du Front national ». Pendant le mois précédant

  la dernière semaine de campagne, BFM TV avait consacré 1h16

d’antenne aux élections municipales, dont près de la moitié (33 mn) au FN : deux fois plus que l’UMP, trois fois plus que le PS, huit fois plus que les écologistes. La chaîne s’était faite tancer par plusieurs médias de gauche, dont Regards.

BFM TV s’est, depuis, rattrapée. Son plateau a consacré 4h30 de plus aux élections municipales pendant la dernière semaine de campagne, selon le CSA, qui vient d’actualiser les chiffres de temps de parole fournis par les chaînes. Les apparitions des leaders frontistes ne monopolisent plus l’antenne : sur l’ensemble de la période, du 10 février au 21 mars, leur temps de parole est redescendu à 10%, (soit une bonne demi-heure, 26 minutes pour EELV et 17 minutes pour le Front de gauche) derrière le PS et l’UMP. Les proportions sont sensiblement les mêmes chez les chaînes concurrentes i-Télé et LCI. Précisons que les parts d’audience de ces trois chaînes ne dépassent pas 3% (en moyenne, sur l’année 2013), soit un flux d’environ 700 000 téléspectateurs, en moyenne, qui suivent leurs émissions plus de 5 mn – 450 000 pour BFM TV, 200 000 pour i-Télé, 45 000 pour LCI.

France Info favorise le PS, Europe 1 ne convie pas le Front de gauche

De leur côté, les chaînes « généralistes » ont consacré beaucoup moins de temps aux candidats en campagne dans leurs JT nationaux ou leurs magazines : 47 mn pour France 2, 29 mn pour France 3 (les émissions régionales ne sont pas comptabilisées). Chacune a accordé 17% de ce temps d’antenne au FN, soit 8 mn 27 secondes pour France 2, à comparer avec les 13 mn offertes au PS, les 10 mn à l’UMP, et les deux petites minutes laissées aux formations du Front de gauche (Parti communiste et Parti de gauche) et à EELV. Les chiffres de TF1 n’ont pas été communiqués.

Sur la fin de campagne, le problème vient, selon le CSA, des radios. « Des déséquilibres persistants sur plusieurs radios généralistes ont été constatés et le Conseil a formulé des mises en garde à Europe 1, France Info, Radio Classique et RTL », pointe le CSA. Les micros de France Info ont ainsi été largement monopolisés par le PS : 2h15 sur près de 5h d’antenne consacrées à la campagne. Soit 45% du temps, contre 27% à l’UMP, 9% à EELV, 8% au Front de gauche et 4% au FN. Avec une audience cumulée de 8% fin 2013, France Info capte plus de 4 millions d’auditeurs occasionnels (nombre de personne qui ont écouté la radio au moins une fois en novembre et décembre).

A Europe 1, les candidats du Parti communiste et du Parti de gauche n’ont pas eu accès aux studios pendant le mois qui a précédé le 1er tour. Les socialistes ont ainsi pu s’y exprimer pendant 1h (42% du temps), contre une demi-heure environ pour la droite et l’extrême droite. Au contraire, RTL – près de 6 millions d’auditeurs occasionnels – a accordé autant de temps au Parti de gauche qu’à l’UMP, au PS et à EELV (5 mn). Mais c’est sur Radio Classique que les leaders du FN ont été le plus longuement invités, plus que tous leurs adversaires : près d’un tiers du temps de parole. Entrecoupé de symphonies de Wagner ?

Source : bastamag.net

Illustration ajoutée par nous

Creative Commons License

Publié dans municipales 2014, POLITIQUE, Presse - Medias | Pas de Commentaires »

Pas de changement de cap malgré la « déculottée » du 1er tour des municipales

Posté par communistefeigniesunblogfr le 25 mars 2014

 

Dans l’Humanité ce mardi :

Les conséquences d’un aveuglement

 

huma2503

 

François Hollande, comme les dirigeants du PS, reste dans le déni

des véritables raisons de la gifle au 1er tour des municipales.

Trop de promesses trahies et d’espoirs déçus à gauche poussent

à l’abstention ou au vote antirépublicain.

Pierre Laurent, secrétaire national du PCF, appelle à

« la fusion des listes de gauche » pour « barrer la route à toute

élection de maire FN ».

Retrouvez nos décryptages, analyses, reportages…

 

 

  • Dans l’Humanité également,un cahier central de 12 pages spécial élections, avec les résultats département par département
  • Au PS, l’heure des mécomptes a sonné
    La droite a pris un net avantage, dimanche, remportant 50 à 60 villes importantes de plus que le PS dès le premier tour des municipales.
  • Le PCF appelle toute la gauche à se rassembler
    Pour barrer la route au FN et à la droite, Pierre Laurent, secrétaire national du PCF, appelle les forces de gauche à s’unir pour le second tour des élections et à un changement de cap politique à gauche.
  • À Marseille, toute la gauche frappée par l’abstention
    Les secteurs les plus favorables à la gauche sont les plus frappés. Mince filet d’espoir : le total de toutes les listes de gauche (35 %) atteint presque celui des listes Gaudin.
  • La Seine-Saint-Denis rejette l’hégémonie du PS
    Les municipalités à direction communiste résistent, au premier tour, aux offensives socialistes. Mais, du fait des jeux d’alliances, le second tour demeure incertain.
  • Le maillage très lâche du FN n’entame pas sa progression
    La présence annoncée dans « la moitié des villes de plus de 10 000 habitants » n’est pas au rendez-vous. Mais dans les villes où il se maintient, le parti d’extrême droite pourrait encore affermir son emprise
  • Abstention. Au Havre, la gauche victime de ses propres électeurs
    Dans le grand port industriel de Seine- Maritime, le maire sortant UMP a été élu, dimanche, dès le premier tour. Ici, la « vague bleue » tient d’abord au manque de participation dans les quartiers populaires, où les électeurs, traditionnellement favorables au PS et surtout au PCF, ont traîné les pieds.

[Lire la suite]

 

Publié dans Elections municipales, F. Hollande, France, POLITIQUE, PS | Pas de Commentaires »

Municipales : « Dimanche, je vote »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 21 mars 2014

 

abstention

 

 “Une voix de gauche abstenue,

    c’est une voix pour L’UMP

      et le Front national”

*

Les électeurs de droite, galvanisés par les Manifpourtous, les Civitas et les BonnetsRouges entre autres,

iront voter, eux. Alors mobilisez-vous ! Les 23 et 30 mars votez !

Publié dans Elections municipales, France, POLITIQUE | Pas de Commentaires »

Municpales 2014 : La campagne de caniveau de l’UMP au Blanc-Mesnil

Posté par communistefeigniesunblogfr le 11 mars 2014

 

Municipales 2014.

        Municipales. Le PCF ciblé au Blanc-Mesnil

 

blancmesniljulienjaulin  Didier Mignot et Marie-George Buffet. Photo : Julien Jaulin

  Municipales 2014. L’UMP mène une campagne de caniveau,

  entre diffamations et méthodes douteuses.

  Sa cible ? La députée Marie-George Buffet, qui appelait lundi

  à réagir contre « ceux qui utilisent la peur ».

  Pour s’approcher des candidats UMP, il faut montrer patte blanche. Planté

  au cœur du marché du centre, au Blanc-Mesnil, un militant affublé

  d’un imperméable aux couleurs du candidat UMP Thierry Meignen attend

  « qu’on lui amène des tracts ». « J’ai la consigne de ne plus parler

  aux journalistes » argue farouchement le colistier, avant qu’un gros bras

  ne vienne à sa rescousse et nous demande… nos papiers !

 

 

Rien d’étonnant quand on découvre les pratiques peu orthodoxes auxquelles se livre la droite depuis le début

de la campagne municipale dans cette ville de Seine-Saint-Denis, qu’elle rêve de reprendre aux communistes.

Les habitants inondés de textos anonymes

Ce jour-là, l’UMP locale n’est pas peu fière de son coup. Elle nous confie avoir réalisé un montage vidéo

sur la députée PCF Marie-George Buffet, soutien du candidat Front de gauche et maire sortant Didier Mignot.

Sur une musique anxiogène, l’équipe a réalisé un montage grossier des interventions de la députée lors du débat

parlementaire sur le mariage pour tous, ponctuées d’images d’enfants pleurant lors des manifestations de la droite

réactionnaire. « La communiste veut tuer la famille » expliquent les militants de la droite locale, qui a décidé

de faire campagne sur « la théorie du genre », faute de pouvoir mener le débat sur le bilan de la municipalité

communiste.

La semaine précédente, un tract anonyme, marqué du marteau et de la faucille, faisait dire à Marie-George Buffet

qu’elle ne voyait pas « en quoi la disparition du mot famille est un problème », en dépit du fait que l’intervention

de la parlementaire avait un tout autre sens. Pire encore, les hommes de main de Thierry Meignen inondent

de textos anonymes les habitants. Voilà ce qu’on peut y lire : « Voici la vidéo qui est en train de rendre fou le Parti

communiste du Blanc-Mesnil (avec le lien sur leur montage vidéo – NDLR). Alors le 23 mars stoppez cette idéologie,

votez Thierry Meignen et protégez vos enfants ! » Dans le même registre, un homme nous montre fièrement

des affiches plastifiées, planquées dans son coffre de voiture. Ce sont des captures d’écran du compte Facebook

d’un autre candidat de la liste Mignot, Alain Ramos, où figure une campagne d’affiches pour l’égalité des sexes.

« Avec ces affiches, on va dans les quartiers populaires, là où ça vote d’habitude communiste. Le mariage des homos

et toutes ces conneries ça marche super bien chez les musulmans », nous explique l’homme, qui ne voudra jamais

nous dévoiler son identité…

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Publié dans Elections municipales, France, PCF, POLITIQUE | Pas de Commentaires »

123
 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy