Résultats de votre recherche

Chez Mory Ducros : « On reste à la CFDT, il y a trop de boulot à faire »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 1 juin 2014

 

Chez Mory Ducros :

« On reste à la CFDT, il y a trop de boulot à faire »

 

JOSEPH KORDA – 30 mai 2014

mory_ducros

 

  Après un conflit fratricide qui s’est achevé par la signature d’un accord

  bancal, les syndicalistes du transporteur attendent le congrès

  de pied ferme.

 

 

Ils n’ont pas quitté la CFDT parce qu’ils estiment sans doute que cette centrale syndicale,

c’est avant tout la leur, et qu’elle doit pouvoir fonctionner démocratiquement.

À l’hiver dernier, pourtant, ils ont subi un revers cinglant en se voyant imposer un signataire de dernière

minute qui a mis à plat tous leurs efforts de négociation.

Eux, ce sont les salariés et militants de Mory Ducros. « On se battait pour un accord qui soit favorable

à ceux qui partent, mais aussi à ceux qui restent, expliquait Éric Jahier, délégué CFDT du site d’Ormes

(Loiret). Avec cet accord, on se retrouve avec une prime supra-légale pas digne d’un grand groupe

comme le nôtre et une nouvelle convention collective au ras des pâquerettes. »

UN DÉLÉGUÉ DÉBARQUÉ

De fait, alors qu’Arnaud Montebourg, à l’époque ministre du Redressement productif, garantissait

des conditions de cessions favorables aux salariés, 3 000 d’entre eux sont partis avec une enveloppe

minimale, tandis qu’un peu plus de 2 000 étaient maintenus dans une structure exsangue. Et c’était

dans ce contexte tendu que la fédération transports avait décidé de débarquer Rudy Parent, le délégué

Mory Ducros qui refusait de signer l’accord bancal, pour le remplacer par André Milan, secrétaire général

de la fédération (« HD » n° 399). Un putsch qui pourrait trouver son aboutissement dans les travées

du prochain congrès. « On attendait une réunion de notre branche pour exprimer notre mécontentement,

mais il n’y a eu qu’une rencontre avec la direction de la fédération, qui n’a rien entendu, regrette Stéphane

Boudeaud, un autre délégué du site d’Ormes. On attend de voir ce qui va se passer au congrès, mais,

en tout état de cause, il va falloir redonner à notre branche une véritable autonomie. »

Pour ces militants, la sérénité ne pourra revenir que si les dirigeants reconnaissent leurs erreurs et en

tirent les conséquences. D’autant plus que les appréhensions nées de cette signature se sont, depuis,

concrétisées. « Au lendemain de la reprise, la direction a fait tomber tous nos accords, on ne sait plus

du tout ce qui se passe, explique Stéphane Boudeaud.

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Publié dans CFDT, France, Liberalisme, SOCIAL | Pas de Commentaires »

« Ohé, du château, écoutez-nous ! »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 7 février 2014

 

GAUCHE

« Ohé, du château, écoutez-nous ! »

 

CapturemanifToulouse0602  Capture d’écran – manif de Toulouse

  C’est l’appel lancé hier,

  à l’invitation de la CGT,

  par des dizaines de milliers

  de salariés à l’hôte de l’Élysée,

  jusqu’ici surtout sensible

  aux demandes du Medef.

  Reportages à Toulouse, Marseille

  et à Paris.

 

  • À Paris, le « coût du capital » au cœur du cortège

 

manifparis0602  Source photo

  « Qu’est-ce que vous êtes seul quand même,

  Monsieur Lepaon ! » Micro tendu, en tête du cortège,

  un reporter de la radio de service public veut chatouiller

  le secrétaire général de la CGT. Il est 14 h 15, et il pointe

  la cohorte de camionnettes derrière le carré de tête.

  « On n’est jamais seul quand on est à la CGT », rigole-t-il

  avant de promettre :

  « On aura l’occasion de se rassembler avec d’autres

organisations dans les prochaines semaines.

Les salariés sont très attachés à l’unité syndicale, ils vont sans doute se mobiliser pour la faire avancer. »

Quelques minutes plus tard, c’est Pierre Laurent, secrétaire national du PCF, qui vient au nom du Front de gauche

saluer « ses amis de la CGT ». « On est dans le mouvement, glisse-t-il, au moment où les plans de licenciement

se multiplient. Mory Ducros, c’est l’exemple même du chantage que le patronat exerce sur les salariés sous couvert

de pacte de responsabilité. Il faut être présents sur tous les fronts pour réveiller la gauche. »

Dans toutes les portions du cortège, le procès des orientations gouvernementales est cinglant.

« Pacte de responsabilité, la Sécu en danger, c’est le patronat qui doit payer », scandent les Parisiens.

« C’est pas le coût du travail, c’est le coût du capital qu’il faut réduire », articulent les militants de Seine-Saint-
Denis.

Peu à peu, la manif en solo de la CGT commence à faire du bruit… « Mais vous avez remarqué ? Il n’y a que nous

qui gueulons », se désole un salarié de Mory Ducros, derrière une banderole dénonçant le « hold-up du siècle »

de leur actionnaire, à la fois repreneur et liquidateur… Pour tous, ça n’est qu’un début : à la suite de la décision de FO

de partir sur une mobilisation, la date du 18 mars commence à circuler.

 

  • Avec les cheminots de Paris-Austerlitz

 

Dans les locaux du restaurant d’entreprise, les cheminots ont choisi le meeting pour réaffirmer hier leur opposition

au projet de loi de réforme ferroviaire porté par le gouvernement et la direction de la SNCF. Responsables locaux

de la CGT, du PCF, du NPA et d’Ensemble se sont succédé pour dénoncer la libéralisation à marche forcée du service

public de transport ferroviaire. Une réforme qui « éclate le rail », sans régler le problème de la dette du système,

et « détruit la réglementation sociale qui encadre le travail des cheminots ».

Une nouvelle fois, la CGT a remis sur la table son propre projet de réforme : la voix du service public, « l’occasion

pour ce gouvernement de faire une loi de gauche en appliquant la proposition de la CGT », a ironisé Éric Ferreres,

dirigeant de la CGT cheminots.

 

  • À Marseille, 
les partis 
dans le défilé

 

CapturemanifMarseille0602capture d’écran – Marseille 6 février 2014

À Marseille, les salariés ont battu le pavé du Vieux-Port

jusqu’à la préfecture. Des partis politiques, tous ceux

du Front de gauche plus le NPA et Rouges vifs, font

partie des organisations qui appelaient à la manifestation.

« Face à l’attaque que subissent les salariés

des Bouches-du-Rhône, notamment dans l’industrie,

nous avions invité toutes les composantes du mouvement

social, explique Olivier Mateu, le secrétaire départemental

de la CGT. Nous respectons la charte d’Amiens, mais face

à un gouvernement qui fait des choix libéraux, nous avons

besoin de toutes les forces. »

Alors que, de LFoundry à Ascométal, toutes les entreprises

liquidées ou en difficulté du département étaient représentées,

les responsables politiques assumaient leur présence

dans la manifestation. « Même si nos rôles sont différents,

nous avons des choses en commun et nous joignons

nos forces dans le respect de chacun », commente Pierre Dharréville, secrétaire départemental du PCF.

Jean-Marc Coppola, candidat Front de gauche à la mairie de Marseille, va plus loin :

« Cette mobilisation devra se traduire jusque dans les urnes, il faut qu’il y ait des élus qui restituent le pouvoir

aux salariés et au peuple. »

 

Image de prévisualisation YouTube

CGTTELECOM13

 

Lire également : 

Marseille : Une vague de colère qui va en s’amplifiant

Marseille : manifestation pour le progrès social (photos)

 

  • Sanofi : 
« Et pour nous, toujours zéro ! »

 

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Publié dans CGT, ECONOMIE, France, licenciements, Luttes, PCF, Salaires, SOCIAL | Pas de Commentaires »

Mory Ducros : l’Humanité poursuit ses révélations

Posté par communistefeigniesunblogfr le 6 février 2014

 

   Mory Ducros : l’Humanité poursuit ses révélations

 

mory-ducros

Exemple d’e-mail envoyé à Laurent Berger, numéro un de la CFDT,

pour que le syndicat accepte le plan de reprise de Mory Ducros

 

  L’Humanité dévoile de nouveaux documents qui démontrent

  les pressions qu’a subies la CFDT, pour accepter le plan

  de reprise de l’actionnaire principal du transporteur,

  Arcole industries. 

  Les révélations de l’Humanité sur la mise en scène de pressions

  « spontanées » des salariés de Mory Ducros pour obtenir la signature

  d’un accord bancal se confirment….

 

De nouveaux éléments laissent clairement apparaître un système rôdé destiné à peser sur les négociations

qui durent depuis plusieurs semaines et dont l’aboutissement devrait voir le jour, ce jeudi, au tribunal

de commerce de Pontoise (Val-d’Oise). Dans un document interne que s’est procuré l’Humanité, l’une des cadres

du groupe répond favorablement à une consigne de sa direction en écrivant à Laurent Berger, numéro un

de la CFDT, pour contraindre sa centrale syndicale à signer l’accord imposé par l’actionnaire principal et candidat

à la reprise, Arcole Industries.

Celui-ci prévoit le licenciement de 3.000 salariés sur les 5000 encore valides. « Comme l’ensemble de mes collègues,

je vous demande de bien vouloir signer cet accord car votre rôle est de défendre les salariés et leurs droits »,

écrit une responsable affrètement. « On vous demande le retour au raisonnable ! Eh oui, on en a marre. Ça fait

des mois que cela dure et maintenant de toute façon, il y aura des licenciés dans les 2 cas ». L’auteure de ce mail,

directement adressé au compte professionnel de Laurent Berger, ajoute qu’elle « préfère 3000 personnes

avec un petit quelque chose que tout le monde avec rien » avant d’inviter le leader syndical à se « préoccuper

des vrais problèmes »…

Mory Ducros ou la grande manipulation, retrouvez l’intégralité de l’enquête, dans l’Humanité de ce jeudi.

Publié dans ECONOMIE, France, l'Humanité, SOCIAL | Pas de Commentaires »

La manipulation médiatique de Mory Ducros pour contraindre les syndicats à signer

Posté par communistefeigniesunblogfr le 5 février 2014

 

Document l’Humanité :

la manipulation médiatique de Mory Ducros

pour contraindre les syndicats à signer

 

mory_fotor

*

 

L’Humanité dévoile un document interne à Mory Ducros qui trahit un vaste plan d’intox pour faire

pression sur les médias et obliger les syndicats, notamment la CFDT, à accepter le plan de reprise

de l’actionnaire principal du transporteur, Arcole industries.

L’opération a fonctionné à merveille. Ce mardi après-midi, la CFDT Transport a fini par signer l’accord de reprise

de Mory Ducros proposé par son actionnaire principal Arcole industries, après avoir dessaisi le négociateur

délégué syndical du groupe transporteur. Le syndicat majoritaire a été mis sous pression par la direction

du transporteur afin qu’il accepte ce plan de reprise dans lequel 2210 salariés seront repris

et les 3000 autres licenciés.

Manipulation des médias

Pour ce faire et comme le révèle le document que nous publions, la direction d’Arcole Industries, repreneur

annoncé, a constitué un groupement de «Mory», dit «Collectif 2.210», du nombre des salariés théoriquement

repris à l’issue de ces négociations imposées. Ce collectif serait né spontanément d’une volonté majoritaire

dans l’entreprise d’arriver à une signature rapide de l’accord. Le document que s’est procuré L’Humanité montre,

bien au contraire, une véritable manipulation de l’information.

Un cadre supérieur de l’entreprise édicte, dans un mail envoyé à d’autres collègues, les règles à suivre face

aux médias : «Dans les agences où vous le pouvez, vous devez nommer un interlocuteur », conseille-t-il.

« Son rôle sera (… ) d’être disponible pour les journalistes qui pourraient et voudraient relayer notre message.

Ce correspondant devra être ferme sur le fait qu’il n’y a aucune instrumentalisation de la part des directeurs

régionaux et que ce sont des âmes de bonne volonté qui se sont concertés pour rédiger le document » (sic).

Ces gentils cadres sup, qui eux vont garder leur emploi, poussent jusqu’à indiquer des expressions à utiliser,

comme l’éculée «nous en avons assez d’être pris en otage». Et, naturellement, «cette communication doit arroser

l’ensemble des médias locaux de vos régions et agences». Imparable.

Retrouvez l’intégralité de notre enquête dans l’Humanité de ce mercredi

A lire aussi :

Joseph Korda

Publié dans ECONOMIE, France, l'Humanité, Liberalisme, SOCIAL | Pas de Commentaires »

Mory Ducros en faillite : plus de 5 000 emplois menacés

Posté par communistefeigniesunblogfr le 22 novembre 2013

 

Mory Ducros en redressement judiciaire :

               des milliers d’emplois dans la balance

 

CaptureMory

La direction du transporteur Mory Ducros, a officiellement annoncé vendredi

avoir demandé son placement en redressement judiciaire. L’entreprise tient

ce vendredi un CCE extraordinaire, les syndicats redoutent un large plan

social pouvant menacer 3000 emplois.

 

 

Pas moins des deux tiers des effectifs de l’entreprise, le n°2 du transport de messagerie en France qui compte

5200 salariés, seraient donc menacés selon la CFDT, 7000 en prenant en compte les emplois indirects.

Mory Ducros se trouve en cessation de paiement: « la société a décidé de solliciter auprès du Tribunal de commerce

de Pontoise l’ouverture d’une procédure collective », a annoncé la direction dans un communiqué.

« Cela correspond à une procédure de redressement judiciaire », a précisé une porte-parole du transporteur, jointe

par l’AFP. Selon Fabian Tosolini, secrétaire national de la Fédération des transports de la CFDT, « le CE a démarré

dans une ambiance glaciale » avec « une direction très tendue ».

[Lire la suite sur humanite.fr]

TRACT CFDT CGT L APOCALYPSE SOCIAL MORY DUCROS

« Il y a potentiellement 84 Florange en France », avertit la CGT de Mory Ducros en dépôt de bilan

 

Publié dans CFDT, CGT, ECONOMIE, Emplois, France, licenciements, SOCIAL, Syndicats | Pas de Commentaires »

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy