• Accueil
  • > Recherche : meeting metz 2013

Résultats de votre recherche

Pierre Laurent sur France 3

Posté par communistefeigniesunblogfr le 3 février 2013

 

Peut-on faire la révolution gentiment ?

*

Pierre Laurent sur France 3  dans PCF capture15Capture d’écran

je pose la question de cette manière volontairement

faussement naïve et provocatrice car je viens de voir

Pierre Laurent sur France 3. Celui-ci s’est montré

à mon sens particulièrement bon à sa simple manière,

sans agressivité, avec la gentillesse qui le caractérise…  

Je le sais, car j’ai eu la chance de pouvoir observer

ses interventions à plusieurs reprises, comme récemment

lors du meeting contre l’austérité à Metz.

Il a en effet tenu bon sans forcer face à des journalistes imbus d’eux-mêmes et de leurs certitudes orientées.

Visiblement peu sérieux , puisqu’ils  tentaient de lui faire dire tout et n’importe quoi, à tout prix, y compris celui

de la véracité des faits, notamment à propos de la position du Front de Gauche, qui est également celle du PCF,

sur la question de la GPA.

[Lire la suite sur Gauche de Combat]

 

Publié dans PCF, Pierre Laurent, POLITIQUE, Presse - Medias | Pas de Commentaires »

Suivez en direct le meeting du Front de gauche à Metz ce soir

Posté par communistefeigniesunblogfr le 23 janvier 2013

 

Campagne contre l’austérité

Meeting à Metz ce soir :

le Front de gauche et les salariés en lutte joignent leurs voix

 

Suivez en direct le meeting du Front de gauche à Metz ce soir dans Austeritepar Julia Hamlaoui

Dès 19 heures 30, l’Humanité.fr diffuse

le meeting du Front de gauche contre

l’austérité à Metz, avec les interventions

de Pierre Laurent, Myriam Martin,

Christian Picquet et Clémentine Autain

et Jean-Luc Mélenchon.

 

 

Le mouvement lance, ce soir, sa campagne pour rassembler autour de « l’alternative à l’austérité »,

à l’occasion d’un meeting à Metz.  Au-delà des forces politiques, l’invitation s’adresse aux salariés

mobilisés. Ce soir, ils auront la parole.

Augmentation du Smic à minima, ratification du traité budgétaire européen, pacte de compétitivité,

adoption d’un budget de rigueur… Alors que les signes d’une politique d’austérité émanant du gouvernement

se multiplient, le Front de gauche a décidé de relever les manches. C’est le sens de la campagne

– « L’alternative à l’austérité, c’est possible » – que le mouvement lance, ce soir,

par un meeting au parc des expositions de Metz (Moselle), à partir de 19 heures.

« Nous voulons non seulement rassembler à gauche, mais aussi au-delà des forces politiques, en particulier

ces centaines de milliers de syndicalistes acteurs du mouvement social qui aujourd’hui se battent mais

attendent une autre perspective », a prévenu Christian Picquet (Gauche unitaire), lors d’une conférence

de presse à Paris la semaine dernière. Sans attendre, le Front de gauche est donc passé aux travaux

pratiques. À l’instar du Front des luttes, qui lui a permis lors de la campagne électorale de nombreux

échanges avec les salariés mobilisés, le mouvement a décidé de donner la parole ce soir à des travailleurs

et syndicalistes en pleine bataille chez ArcelorMittal, Sanofi ou encore Virgin, avant les interventions

de plusieurs de ses membres, dont l’ancien candidat à la présidentielle Jean-Luc Mélenchon.

Ces salariés y voient d’abord une tribune pour leur combat, mais « la bataille que nous menons pour

le maintien de l’industrie, de nos emplois participe de la lutte contre l’austérité », estime Jacky Mascelli,

de la CGT Arcelor à Gandrange. Et de détailler ce lien « évident » : « La politique d’ArcelorMittal pour 2013,

c’est aucune augmentation générale de salaires alors que les actionnaires vont empocher plus de 1 milliard

de dividendes. Depuis 2007, ce sont 19 milliards qui auraient pu aller aux salaires, à la formation,

à l’investissement productif… »

Même constat chez Sanofi, confie Laurence Millet, syndicaliste SUD, qui montera ce soir à la tribune :

« L’austérité que le gouvernement a choisi de mener dans le secteur public, elle s’applique aussi dans le privé.

Sanofi se porte très bien du côté de l’actionnariat, par contre, dans notre quotidien de salariés, on connaît

des restrictions à tous les niveaux. »

C’est une autre dimension du problème que relève Yaël Konforti, qui s’exprimera au nom des salariés en lutte

de Virgin : « Le lien de cause à effet n’est sans doute pas direct, prévient-elle, mais l’austérité se répercute

sur nous, car si le pouvoir d’achat est réduit, la consommation aussi, et donc nous avons moins d’activité. »

[Lire la suite sur humanite.fr]

Retransmission en direct également sur placeaupeuple.fr et pcf.fr

Publié dans Austerite, Emplois, France, Front de Gauche, Gauche unitaire, Jean-Luc Melenchon, l'Humanité, Luttes, PCF, Pierre Laurent, POLITIQUE, Politique industrielle, Pouvoir d'achat, Salaires, SOCIAL, Syndicats | Pas de Commentaires »

Front de Gauche : Lancement de la campagne contre l’austérité

Posté par communistefeigniesunblogfr le 23 janvier 2013

 

Ce mercredi dans l’Humanité :

Front de gauche et salariés en lutte joignent leurs voix

 

Front de Gauche : Lancement de la campagne contre l'austérité dans Austerite huma2301Entretien réalisé par 
Adrien Rouchaleou

 

Le mouvement lance, ce soir, sa campagne

pour rassembler autour de

« l’alternative à l’austérité »,

à l’occasion d’un meeting à Metz.

Au-delà des forces politiques, l’invitation

s’adresse aux salariés mobilisés.

Ce soir, ils auront la parole.

Pour Christophe Jacquemin, délégué CGT

d’ArcelorMittal, qui participera au meeting :

« la sidérurgie pâtit aussi de l’austérité ».

 

 

 

Pourquoi participerez-vous au rassemblement contre l’austérité ?

Christophe Jacquemin. Je travaille à Gandrange, chez ArcelorMittal. Une fermeture a eu lieu, ici, en 2008.

Il reste encore une unité en marche. Mais nous avons de grands doutes sur la volonté de Mittal

de la maintenir en activité. Et ce que l’on voit de la politique de Mittal sur d’autres installations

de la sidérurgie française nous conforte dans nos craintes. La question de l’austérité est directement liée

à cette situation. Nous travaillons à 70 % pour l’industrie automobile. Mais si les salaires n’augmentent pas,

voire sont en baisse, les gens ne peuvent pas acheter de voiture, les sites ferment, l’État réduit sa voilure,

parce que la machine s’est grippée. C’est le cercle vicieux de l’austérité. Celui que l’on voit en action en

Espagne ou en Grèce, qui ne s’en sortent pas avec ces méthodes. Au contraire, elles s’enfoncent. Je crains

que pour nous, il en soit de même. On va rentrer 
dans le dur.

Quelles priorités devrait porter 
une campagne contre l’austérité ?

Christophe Jacquemin. Il faut interdire les licenciements boursiers, interdire les fermetures de site s’il y a

un repreneur, comme c’est le cas à Florange. C’est la position qu’on défendait en 2008, en n’ayant aucune

illusion sur ce que Nicolas Sarkozy ferait. Nous maintenons cette position maintenant que la gauche est au

pouvoir. La balle est dans son camp. Regardez la situation des copains de Florange : Mittal a décidé d’arrêter

deux hauts-fourneaux, alors qu’au même moment un rapport officiel dit qu’il y a de l’avenir en France

pour la sidérurgie. Et le gouvernement laisse faire ! Les salariés devraient avoir un droit de veto. L’État ne joue

pas son rôle. Nos bons amis socialistes essaient d’encadrer le libéralisme sauvage. Ils jouent les assistants

sociaux. Mais il n’y a pas de politique derrière tout ça. Pas de vision à long terme. François Hollande s’était

gargarisé durant 
la campagne avec la politique industrielle. Qu’il empêche aujourd’hui les fermetures de site.


Ce serait déjà bien.

[Lire la suite]

Publié dans Austerite, France, Front de Gauche, licenciements, Luttes, PCF, POLITIQUE, Politique industrielle, SOCIAL | Pas de Commentaires »

Négociations/Emploi : « L’accord » sur l’emploi ne doit pas devenir une loi (PCF/FdG)

Posté par communistefeigniesunblogfr le 14 janvier 2013

 

« L’accord » sur l’emploi ne doit pas devenir une loi (PCF/FdG)

 

Négociations/Emploi : « L'accord » sur l'emploi ne doit pas devenir une loi (PCF/FdG) dans droit du travail codetravail1

Le Front de gauche regrette la signature des accords sur l’emploi.

Ce texte inspiré par le MEDEF marque une avancée pour celui-ci.

Cette organisation patronale s’en est d’ailleurs aussitôt réjouie.

S’il y a sécurisation c’est celle qui permet plus de flexibilité !

Le CDI est toujours plus attaqué comme norme de notre droit

du travail. La hiérarchie des normes est contestée :

les salariés ne pourront plus refuser un avenant à leur contrat

de travail si un accord d’entreprise le prévoit. Sur bien des aspects,

cet accord rompt avec notre modèle social et républicain.

Cet accord est en réalité minoritaire puisque les syndicats qui,

à juste titre, le refusent, qu’ils aient participé ou non

à la négociation, sont ensemble les plus représentatifs des salariés.

La bataille n’est donc pas finie : ce texte ne vaut pas loi.

Le Front de gauche soutiendra les mobilisations des organisations syndicales qui, lui étant opposées, interpellent

le Parlement pour qu’il ne le vote pas en l’état. Majoritaires à l’assemblée nationale, les parlementaires PS et EELV

ont une lourde responsabilité : ils peuvent refuser cette régression sociale.

Nous appelons les assemblées citoyennes et toutes les structures du Front de Gauche à interpeller leurs député-e-s

et sénateur-trices de gauche. Ce texte ne doit pas passer !

Pour rappel, le 23 février à Metz, lors du meeting de lancement à la campagne nationale « l’alternative à l’austérité,

c’est possible », le Front de gauche, avec la participation de nombreux syndicalistes, présentera des propositions

pour l’emploi et les droits des salariés et montrera que de vraies solutions pour la sécurisation des salariés

et de l’emploi existent.

Le Parti communiste français

Publié dans droit du travail, ECONOMIE, France, Luttes, PCF, POLITIQUE, SOCIAL, Syndicats | Pas de Commentaires »

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy