Résultats de votre recherche

Macron : un programme violemment libéral

Posté par communistefeigniesunblogfr le 12 février 2017

Patrick Le Hyaric

« En marche » vers… la prison libérale

 

Capture.PNGMacronGattaz

  Certes il n’est pas encore relié, chapitré ou imprimé

  mais le programme de M. Macron et des forces

  qui l’entourent existe bel et bien. Tout est écrit

  dans les notes de France stratégie, dans les rapports

  Attali ou Jouyet /Lévy qui recommandent « de traiter

  économiquement le capital humain ».

Celui qui veut détruire ce qu’ils appellent « les rentes », depuis tous les conquis sociaux jusqu’aux droits d’auteurs,

n’a pas caché à Lyon qu’il voulait encore exonérer le capital de ses devoirs de rémunération du travail

et de financement de la sécurité sociale.

Déjà, dans une précédente déclaration, il expliquait que « l’Etat doit continuer à donner plus de souplesse au marché

du travail », après dix-sept contre-réformes pour le « flexibiliser » sans que le chômage ne recule, bien au contraire.

« Toute autre politique est un mirage » s’était-il déjà écrié. Voilà qui est clair. Le programme caché est simple

et peu original : amplifier les contre-réformes libérales des deux derniers quinquennats en s’émancipant

des contradictions qui agitent la famille socialiste.

Capture.PNGbabousecommunication

  Les discours du candidat qui se revendique « et de gauche

  et de droite », comme le faisait il y a déjà bien longtemps

  M. Lecanuet, entassent lieux communs et lapalissades

  en usant d’un vocabulaire algorithmique et interchangeable

  selon les auditoires. Ils ont pour fonction précise de masquer

  la cohérence d’un programme violemment libéral.

  Enfiler les évidences comme des perles permet de ne pas

  affronter le débat politique, social, économique, écologique,

  culturel, démocratique. Du même coup, se trouve camouflée

  l’opposition qui s’exacerbe entre le capital et le travail au profit

  d’une opposition fantasmée et dangereuse entre

prétendus modernes et archaïques.

[Lire la suite sur patrick-le-hyaric.fr]

 

Publié dans France, POLITIQUE, Présidentielle 2017 | Pas de Commentaires »

En finir avec le chômage et l’insécurité sociale !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 28 janvier 2017

 

Les député-e-s du groupe Front de gauche déposent

une proposition de loi de sécurisation de l’emploi et de la formation

Capture.PNGPCFchomageCapture.PNGPCFchomage1

 

► 5,8 millions de chômeurs inscrits à Pôle emploi fin 2016, un million de plus

qu’en 2012. Des millions de « travailleurs pauvres ». Nous ne nous résignons pas !

► Notre jeunesse vaut mieux que la précarité à vie. Libérons nos vies quotidiennes

de la flexibilité des horaires et des conditions de travail. Il y a urgence économique

et sociale à mettre fin au fléau du chômage. Sécuriser un revenu pour chacun ?

C’est possible mais seulement en sécurisant l’emploi et la formation !

► C’est l’emploi et la production des richesses dans l’entreprise qui permettent

de distribuer des revenus. Pour sécuriser les revenus, il faut éradiquer le chômage.

 

Comment  fait-on ?

Au lieu de rejeter les travailleurs sur le « marché du travail », c’est-à-dire au chômage, créons les conditions

pour que chacun puisse évoluer dans sa vie professionnelle, selon ses aspirations, sans perte de revenu

et sans jamais passer par la case « chômage ».

C’est cela la sécurité d’emploi ou de formation que le PCF propose de construire progressivement. Dans le cadre

d’un nouveau service public de l’emploi et de la formation, auquel chaque personne ayant fini sa scolarité serait

affiliée de droit (comme pour la sécurité sociale), chacun pourrait alterner périodes de travail salarié et périodes

de formation bien rémunérées, à la faveur d’une réduction générale du temps de travail.

Et ça se finance comment ?

Ce n’est pas le coût du travail qui écrase les entreprises, c’est le coût du capital (dividendes versés aux actionnaires,

intérêts payés aux banques et aux marchés financiers) !

Utilisons autrement l’argent public pour prendre le pouvoir sur le crédit bancaire et pour que l’argent des entreprises

serve à financer des programmes de créations d’emplois et de formations qualifiantes, de recherche et d’innovation.

Publié dans Chomage, France, Front de Gauche, PCF, POLITIQUE | Pas de Commentaires »

Le 15 octobre à Paris et partout en France, on a toutes et tous une bonne raison de s’opposer au TAFTA et au CETA.

Posté par communistefeigniesunblogfr le 10 octobre 2016

 

♦  Le traité de libre échange avec le Canada, préfiguration

du transatlantique.

 

Capture.PNGstoptaftaceta

  Depuis mai 2009, le Canada et l’Union européenne

  négocient dans le plus grand secret un accord

  de libre-échange dit de nouvelle génération.

  On l’appelle CETA pour Compréhensive Economic

  and Trade Agrément.

  Les négociations se sont terminées en septembre 2014.

  Il est prévu qu’il soit signé le 27 octobre à Bruxelles

  lors d’un sommet bilatéral entre le Canada et l’Union

 

européenne. Puis le parlement européen et les parlements nationaux devraient en débattre et voter. Avant cela,

il doit être approuvé par le conseil des ministres le 18 octobre prochain.

Le contenu de l’accord est similaire au projet de traité pour créer le grand marché transatlantique. Il en est

la préfiguration.

Déjà, 81% des entreprises américaines basées en Europe ont une filiale au Canada. Les grandes multinationales

des États-Unis pourront donc bénéficier indirectement des dispositions présentes dans le texte canadien. Mais,

elles pourront aussi utiliser ce que l’on appelle le chapitre 8 du traité (UE/Canada) pour poursuivre un Etat membre

ou même L’Union Européenne devant le tribunal arbitral privé international. Elles le feront au motif d’une rentabilité

abaissée suite à une délibérations politique au nom du progrès social et de l’environnement.

Le projet d’accord prévoit non seulement de supprimer les derniers droits de douane dans de nombreux secteurs

dont l’agriculture, mais aussi d’harmoniser les différentes règlementations pour favoriser le commerce. C’est évidemment

une autre façon de décrire le démantèlement de nos lois, de nos normes sociales, sanitaires et environnementales.

[Lire la suite sur patrick-le-hyaric.fr]

 

♦  Stop TAFTA : TAFTA / CETA >

LE 15 octobre, c’est dans la rue que ça se passe !

 

Capture.PNGstoptaftaceta1   Cliquer sur l’image (capture d’écran)

  pour voir la vidéo.

 

  Le 15octobre à Paris et partout en France,

  on a toutes et tous une bonne raison

  de s’opposer au TAFTA et au CETA.

 

 

[Lire l’article sur france.attac.org]

 

♦  La carte des mobilisations contre les traités de libre-échange

 

Capture.PNGcartemobilisation

 

Le projet de traité de libre échange entre l’Union

européenne et le Canada (CETA) doit être soumis

à l’approbation du Conseil européen le 18 octobre.

Négocié dans une grande opacité, ce traité, s’il est

adopté, aura des conséquences sur nos vies

quotidiennes : l’emploi, la santé, l’alimentation,

les services publics…

Le 15 octobre, des manifestations sont prévues

dans toute la France.

Voici l’appel des organisations à l’initiative

de l’événement et la carte des mobilisations.

 

 

Depuis 2013, une large mobilisation s’est mise en place contre le TAFTA, ce projet d’accord qui vise à libéraliser

les échanges commerciaux et les investissements entre les États-Unis et l’Union européenne. Les négociations

vont plus lentement que prévu, mais contrairement aux annonces récentes du gouvernement, elles continuent !

[Lire la suite sur bastamag.net]

 Voir le : Traités de libre-échange : les multinationales contre la démocratie

 

Publié dans Democratie, EUROPE, France, Luttes, multinationales | Pas de Commentaires »

La CGT appelle les salarié-es à continuer et amplifier la mobilisation contre la loi travail

Posté par communistefeigniesunblogfr le 7 juin 2016

 

Nouvelle semaine de mobilisation contre la loi travail

Ancrage et amplification

 

Après plus de 3 mois de lutte, la mobilisation continue cette semaine contre la loi travail.

 

Capture.PNGRoissy070616Roissy ce matin, cliquer sur l’image pour voir la vidéo.

  Les grèves sont ancrées dans de nombreux secteurs,

  et notamment

  ♦ Les raffineries dont 6 sur 8 entament leur 15e jour de grève,

 notamment Donges avec 80% de salariés en grève ;

  ♦ Le secteur des transports avec la mobilisation des routiers

 et des transports publics (RATP, RTM…). Suite à la négociation

 de lundi 6 juin, la grève continue chez les cheminots,

 ils débattront en assemblée générale des suites

à donner au mouvement ;

♦ L’énergie, avec de nombreuses actions de passage en heures creuses pour les usagers et de grève, notamment à EDF,

RTE ; par exemple, sur les sites de Noisy-Le-Sec et Villeneuve-La-Garenne ;

♦ 8 sites de traitement des ordures et déchets ménagères sont en grève, dont celui de la TIRU (paris 13e) depuis 8 jours ;

♦ Amazon où, malgré la répression syndicale, 3 des 4 sites français sont en grève ;

♦ Les portuaires seront en grève 24 heures le 9 juin et arrêtent de faire des heures supplémentaires et « shift »

(plages horaires de travail) exceptionnels à compter du 6 juin ;

♦ Une mobilisation qui s’ancre et s’élargit dans le privé avec des modalités d’action diverses : des actions reconductibles

dans de nombreuses entreprises de l’agroalimentaire (Nestlé 56, Haribo Perrier 30, Jacquet 63, Tabac Le Havre…)

des métaux (LME 59, Iveco Annonay 07, Peugeot Mulhouse…), du commerce (Intermarché, Leclerc 31),

du verre (Verralia…)…

♦ Le 7 juin, une action est prévue à l’Aéroport de Roissy et regroupera des centaines de grévistes de l’ensemble

des entreprises sous-traitantes

La semaine sera marquée par plusieurs temps forts :

♦ Chaque jour, des grèves, débrayages, blocages, barrages filtrants, occupations sont organisés, et notamment

les 8 et 9 juin, avec de nombreuses initiatives et manifestations en territoire ; celle de Paris aura lieu le 9

avec un départ à 13.30 place d’Italie.

♦ Le 9 juin, avec des mobilisations des retraité-es sur tout le territoire, à l’appel d’une intersyndicale (CGT, FO,

CFTC, CFE CGC, FSU, Solidaires).

[Lire la suite sur cgt.fr]

 

 

CGT.

« il faut savoir arrêter une grève…quand on a obtenu satisfaction»

 

010

 

  La CGT a estimé mardi qu’il fallait

  « savoir arrêter une grève…

  quand on a obtenu satisfaction »,

  après que le président de la République

  eut emprunté au communiste Maurice

  Thorez la première partie de la citation

  appelant à cesser les mouvements sociaux.

  « La CGT est d’accord avec François Hollande,

  à une nuance près : « il faut savoir arrêter

  une grève… quand on a obtenu satisfaction » »,

déclare la centrale dans un communiqué, en fustigeant « la stratégie de radicalisation et de refus du dialogue

du gouvernement et du patronat ».

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Publié dans CGT, France, Luttes, SOCIAL | Pas de Commentaires »

Verdict contre les syndicalistes de Goodyear-Amiens : Une menace claire contre le monde du travail, les ouvriers et leurs délégués syndicaux

Posté par communistefeigniesunblogfr le 20 janvier 2016

 

De la violence !!

 

goodyearCoco   Par Patrick Le Hyaric

  La violence du verdict contre les syndicalistes

  de Goodyear-Amiens est faite pour nous assommer.

  Une menace claire est expédiée au monde du travail,

  aux ouvriers, à leurs délégués syndicaux qui veulent

  défendre leurs droits, leurs emplois menacés,

  leur usine.

  Ceux qui versent une larmichette sèche sur les difficultés

  de syndicalisation sont les même à se réjouir

  de cette abominable sentence.

Elle accompagne le processus de mondialisation capitaliste qui exige que partout les travailleurs soient jetés

dans le feu d’une concurrence féroce où doivent être laminés les droits sociaux pour toujours les tirer vers le bas.

A ce rythme, le retour à l’esclavagisme devient une perspective si on ne trouve pas les moyens d’une unification

internationale du combat pour le travail. Les projets en cours visant à affaiblir ou à anéantir le code du travail

participent d’une démarche globale pour obtenir un rapport de force plus favorable aux détenteurs de capitaux

contre ceux et celles qui n’ont que leur force de travail à vendre.

Personne ne peut rester silencieux face à un tel jugement ! Aujourd’hui ce sont ceux d’Amiens !

A qui le tour demain ? 

[Lire la suite sur patrick-le-hyaric.fr]

 

Publié dans CGT, droit du travail, ECONOMIE, EUROPE, France, Liberalisme, licenciements, SOCIAL, Syndicats | Pas de Commentaires »

Vallourec : Emmanuel Macron a le pouvoir de stopper la casse.

Posté par communistefeigniesunblogfr le 20 décembre 2015

 

Vallourec.

Un tube d’acier en moins et tout peut s’écrouler

 

CaptureVallourecBocquet

 

À l’initiative de l’élu nordiste Alain Bocquet,

syndicalistes du groupe industriel Vallourec

et députés se sont rencontrés, hier,

à l’Assemblée.

Une certitude : Emmanuel Macron a le pouvoir

de stopper la casse.

 

 

Hier, à l’Assemblée nationale, s’est tenue une rencontre entre les syndicalistes CGT, FO, CFDT, CFE-CGC du groupe aciériste Vallourec et les parlementaires des circonscriptions concernées par le plan de restructuration en cours. Une initiative du député communiste du Nord, Alain Bocquet, à laquelle ont également participé les députés Christian Bataille (PS, Nord), Laurent Degallaix (UDI, Nord, maire de Valenciennes), Valérie Fourneyron (PS, Seine-Maritime) et Jean Glavany (PS, Hautes-Pyrénées).

Fin avril, l’annonce d’une restructuration en Europe a immédiatement engendré un plan de sauvegarde de l’emploi (PSE) : 151 suppressions de postes à Saint-Saulve (123 à la tuberie et 28 au centre technique et informatique) et 155 à Aulnoye-Aymeries (85 à la tuberie, 44 chez VOGF et 26 chez Vam Drilling) en Nord-Pas-de-Calais-Picardie. Pas de licenciements secs, mais des emplois en moins pour les jeunes, les intérimaires et des conséquences pour les populations et économies locales, les sous-traitants, les commerçants… La direction de Vallourec se dit par ailleurs en discussion pour trouver un partenaire majoritaire censé sauver l’aciérie de Saint-Saulve.

Un groupe de travail mis en place par le ministre de l’Économie, Emmanuel Macron, qui a visité deux sites nordistes, s’est réuni trois fois en huit mois. « Bla-bla, bla-bla », résume l’un des 40 syndicalistes présents.

2 000 suppressions de postes et 67 000 heures de chômage partiel

Beaucoup d’informations précieuses ont été échangées hier pour cerner le problème : 2 000 suppressions de postes et des usines qui ont déjà connu 67 000 heures de chômage partiel cette année. « L’État, actionnaire du groupe, paye la moitié des heures non travaillées et a versé 7,5 millions d’euros tous les ans depuis 2013 à Vallourec au titre du crédit d’impôt compétitivité emploi » (CICE), s’insurgent les syndicalistes, qui rappellent que l’argent de l’État, c’est aussi le leur…

L’inquiétude gagne tous les sites (Saint-Saulve, Aulnoye-Aymeries, Maubeuge, Montbard, Venarey-Les-Laumes, Boulogne-Billancourt, Déville-lès-Rouen, Cosne-sur-Loire et La Charité-sur-Loire). « Jusqu’à maintenant, nous avons été sages », souligne un syndicaliste nordiste, listant les manifs déjà organisées et prévenant que les esprits pourraient s’échauffer. Le sentiment est grand de faire les frais « d’erreurs stratégiques ». Parmi celles-ci figure la production de tubes d’acier dédiée à 70 % aux uniques activités pétrolières et gazières, qui sont elles-mêmes en difficulté. Conserver les compétences sur d’autres marchés comme celui de l’automobile aurait dû être une évidence. « Et l’outil de travail aujourd’hui, faute d’investissements, est maintenu en état de marche avec du scotch et des bouts de ficelle ! » Incohérent pour les salariés d’être jugés « non compétitifs » dans ces conditions.

[Lire la suite sur humanite.fr]

Voir l’intervention d’Alain Bocquet sur : https://www.facebook.com/LesDeputesDuFrontDeGauche/?pnref=story (16 déc.)

Publié dans ECONOMIE, France, Liberalisme, SOCIAL | Pas de Commentaires »

Face au terrorisme, agissons pour la sécurité, les libertés, la démocratie et la paix (Front de gauche)

Posté par communistefeigniesunblogfr le 20 novembre 2015

PCF

Face au terrorisme, agissons pour la sécurité, les libertés,

la démocratie et la paix (Front de gauche)

 

les-heros-ordinaires-du-13-nov

  Le Front de gauche réaffirme sa condamnation des crimes abjects

  commis le vendredi13 novembre par de lâches assassins

  et renouvelle toutes ses condoléances aux familles et aux proches

  des victimes. En ciblant la jeunesse de Paris et de St Denis,

  les terrasses, les salles de concert et les stades, les terroristes

  ont visé la société française tout entière, la République elle-même

  dans ses principes de Liberté, d’Égalité et de Fraternité.

 

Ils veulent nous diviser, restons un peuple uni et solidaire, et refusons tout amalgame avec une partie

de nos concitoyens du fait de leur croyance réelles ou supposées. Le Front de gauche réaffirme l’enjeu

du combat contre toutes les formes de racisme.

La menace de nouveaux attentats est réelle et sérieuse. Les moyens nécessaires doivent être mis en œuvre

pour arrêter les responsables de ces crimes atroces, protéger les populations et prévenir de nouveaux attentats.

Cela peut et doit se faire dans le cadre de l’État de droit et sans remettre en cause les libertés

publiques et la démocratie.

Pour le Front de Gauche, la lutte contre le terrorisme est d’abord étroitement liée au combat pour la paix.

Il est nécessaire aujourd’hui d’ouvrir un large débat sur la politique étrangère de la France qui concerne

tous les citoyens. L’organisation de État Islamique s’enracine dans les guerres qui ravagent le Moyen-Orient

depuis plusieurs décennies, en particulier l’intervention américaine en Irak.

Nous affirmons, comme préalable, qu’aucune solution ne doit se faire en dehors du droit international

et de l’ONU dont l’action doit être refondée. Il est grand temps de mettre en place les moyens

pour aider les forces qui combattent réellement Daesh sur le terrain à commencer par les forces démocratiques

de Syrie et d’Irak dont les Kurdes sont le meilleur exemple. Au niveau économique, il faut assécher

les ressources financières et pétrolières qui sont aujourd’hui aux mains de Daesh.

L’état d’urgence vient d’être prolongé. Nous sommes mobilisés pour combattre toute dérive,

notamment concernant le champ d’application des perquisitions et assignations à résidences ainsi que le droit

de manifester qui est une liberté fondamentale.

Nous partageons la nécessité de maintenir la COP 21 et nous nous opposons à l’interdiction de la marche

mondiale pour le climat. L’État doit garantir le droit à cette mobilisation citoyenne dans la sécurité

car c’est une condition de la réussite de la COP 21.

Nous exprimons notre opposition à la proposition du Président de la République et du gouvernement

de constitutionnaliser un nouveau régime d’exception. La nécessaire sécurité de toute la population

ne doit pas reléguer au second plan les graves problèmes sur lesquels pourrait déboucher la prolongation

de l’état d’urgence de trois mois.

Ce n’est pas d’une refondation sécuritaire et autoritaire de la République en cherchant à s’entendre

avec la droite dont nous avons besoin, mais au contraire de la refondation d’une République sociale

et démocratique, de la construction d’une démocratie plus forte, qui permette réellement à chacun-e

de s’impliquer dans les affaires collectives. Nous avons besoin de plus d’égalité, de justice sociale,

de libertés.

Pour le Front de gauche, Parti communiste français

 

Publié dans France, Front de Gauche, PCF, POLITIQUE | Pas de Commentaires »

État d’urgence : Qu’est-ce que ça signifie pour la population ?

Posté par communistefeigniesunblogfr le 18 novembre 2015

 

L’état d’urgence, de quoi s’agit-il ?

 

Daniel Roucous – humanite.fr – 16 novembre 2015

 

pyramide_referenceDoc : Préfecture de police

  Suite aux attentats terroristes à Paris,

  le Président de la République a décrété

  l’état d’urgence.

  En droit de quoi s’agit-il ?

  L’état d’urgence est une décision rare,

  la dernière remonte à il y a dix ans

  lors des émeutes urbaines. Il a été instauré

  par la loi du 3 avril 1955 consolidée par la loi

  sur le renseignement de mars 2015

  suite aux attentats contre Charlie Hebdo

  et l’hypermarché casher de Vincennes.

 

Elle stipule que « l’état d’urgence peut être déclaré sur tout ou partie du territoire français soit en cas de péril

imminent résultant d’atteintes graves à l’ordre public, soit en cas d’évènements présentant, par leur nature

et leur gravité, le caractère de calamité publique ».

C’est le premier cas qui s’applique suite aux attentats et il concerne l’ensemble du territoire et non seulement Paris.

Qu’est-ce que ça signifie pour la population ?

La déclaration d’état d’urgence à pour effet de :

- interdire la circulation des personnes et/ou des véhicules dans les lieux et aux heures fixées par les préfets,

- instituer des zones de protection ou de sécurité où le séjour des personnes est réglementé,

- interdire le séjour dans tout ou partie du département à toute personne cherchant à entraver de quelque

manière que se soit, l’action des pouvoirs publics,

- ordonner la fermeture provisoire des salles de spectacle, débits de boissons et lieux de réunion de toute nature

(écoles, universités, salles de sport municipales, stades etc.),

- annuler toutes manifestations publiques, 

- perquisitionner à domicile de jour et de nuit chez tous suspects notamment les détenteurs de la fiche S.

Une autre mesure qui n’a pas été prise par le gouvernement est la possibilité de prendre toutes mesures pour assurer

le contrôle de la presse et des médias, des représentations cinématographiques et théâtrales.

L’état d’urgence a une durée de 1 à 12 jours et peut être prolongé par une loi votée par le Parlement. Pour éviter

ces prolongation et dépoussiérer la loi de 1955, le Président de la République va proposer une nouvelle loi d’ici la fin

de la semaine.

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Publié dans France, INFOS, SOCIETE | Pas de Commentaires »

Le vrai visage du FN : à Hénin-Beaumont, pas de Noël pour le Secours populaire

Posté par communistefeigniesunblogfr le 9 novembre 2015

 

CaptureSPFHénin

  Le maire FN Steeve Briois refuse que le Secours

  populaire bénéficie dun stand au marché de Noël

  de la ville.

  Motif : sa présidente est aussi militante au PCF.

  C’est devenu une marque de fabrique de l’édile d’extrême droite :

  Steeve Briois, maire Front national d’Hénin-Beaumont

  (Pas-de-Calais), n’aime ni les associations qui viennent en aide

  aux plus nécessiteux, ni que l’on s’oppose à lui.

  Dernier exemple en date, le refus d’octroyer au Secours populaire

  (SPF) local un stand au marché de Noël.

 

Le motif ? La présidente du comité héninois du SPF, Dorothée Fizazi, serait aussi responsable

d’une cellule de quartier du PCF…

[A lire sur humanite.fr]

 

Publié dans F-Haine, France, POLITIQUE | Pas de Commentaires »

A La Courneuve : « De toute façon, on ne croit plus aux promesses, alors, le président peut toujours venir… »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 21 octobre 2015

 

François Hollande n’a pas tout vu à La Courneuve

Capturelacourneuve2

Des dizaines de syndicalistes ont été encerclés par les forces de l’ordre plus de deux heures durant

à La Courneuve, au pied des tours de la Cité des 4000. Parmi eux, des retraités, des salariés du public

et du privé, des syndicalistes d’Air France, qui souhaitaient croiser le chemin de François Hollande,

en visite mardi 20 octobre 2015 dans la ville.

 

Image de prévisualisation YouTube

Journal l’Humanité - sur youtube

Reportage de Laurence Mauriaucourt

À La Courneuve, les promesses de Hollande ne font plus illusion

Extrait

Capturelacourneuve  Dans une adresse à François Hollande, distribuée

  aux habitants, les communistes de la Courneuve

  expliquent :

  « Nous voulions vivre mieux : la loi Macron ­banalise

  le travail du dimanche et de nuit, avec le risque

  d’une remise en cause 
des bonifications en termes

  de salaire pour celles et ceux qui y sont contraints.

  Nous voulons en finir avec le chômage :

  ici, il n’a cessé d’augmenter pour compter 20 %

  de la population. »

Sur la place du Centre commercial de la Tour, le maire communiste Gilles Poux ­explique : « Je suis présent,

je respecte le protocole républicain, mais sans la moindre illusion ni le moindre soutien. Certes, cette Agence

de développement économique va mobiliser des fonds en faveur de la très petite entreprise et de l’emploi,

mais c’est à la marge, loin des difficultés que rencontrent les populations au jour le jour, poursuit le maire.

Car, dans le même temps, l’immense majorité de la jeunesse reste au ban de la société, de l’emploi…

Franchement, les banlieues méritent autre chose. » Alors que les dotations d’État à la ville seront amputées

de 4 millions d’euros en 2016, « forcément, cela se traduira par moins de marchés passés avec les entreprises,

ce qui les contraindra à engager de nouvelles réductions d’emploi », déplore l’élu.

Un peu plus loin, assis sur un banc, trois « habitants de ces 4 000 où l’on vit comme l’on peut », se confient :

« De toute façon, on ne croit plus aux promesses, alors, le président peut toujours venir… »

[Article complet sur humanite.fr]

 

Publié dans France, POLITIQUE | Pas de Commentaires »

12345...104
 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy