• Accueil
  • > Recherche : macron mepris

Résultats de votre recherche

Le mépris de classe d’Emmanuel Macron

Posté par communistefeigniesunblogfr le 28 mai 2016

 

Face à des militants de la CGT, Emmanuel Macron dérape

 

Capture.PNGHumamacron

 

 

 

 

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Capture.PNGMacronmépris

Image de prévisualisation YouTube

BFMTVsur youtube

Capturemacron4

Publié dans France, l'Humanité, POLITIQUE | Pas de Commentaires »

Nouvelle provocation de Macron

Posté par communistefeigniesunblogfr le 20 janvier 2016

 

Macron : un multirécidiviste en charge du mépris de classe

 

 

CaptureChimulusMacron   Par Olivier Dartigolles

 

 

  Après ses propos sur les «illettrés» de Gad ou sa volonté

  de voir de jeunes Français «rêver de devenir milliardaires»,

  après « l’absence de la figure du roi » puis « le FN, Syriza

  à la française », Emmanuel Macron a récidivé ce matin

  sur BFM TV-RMC en déclarant que « bien souvent, la vie

  d’un entrepreneur est bien plus dure que celle d’un salarié,

  il ne faut pas l’oublier ».

  Lui, par contre, n’a pas oublié, par ce procédé grossier,

  d’opposer une nouvelle fois les Français entre eux.

 

Personne ne croit que les grands patrons et leurs actionnaires ont la vie dure, surtout au lendemain de la publication

du rapport de l’Oxfam.

 Des millions de salariés peuvent, eux, témoigner d’un quotidien difficile, de conditions de travail et de rémunération

en dégradation constante. Si comme le dit Emmanuel Macron « un entrepreneur peut, lui, tout perdre », il devrait

se rapprocher au plus vite des salariés de notre pays pour prendre la juste mesure des pertes. Chaque année,

des salariés, comme ceux de Continental ou de Goodyear, perdent tout. Et parfois même leur propre vie.

Quand il retournera dans le privé, il aura gagné une nouvelle ligne à son CV : « Hollandisme : au nom de la modernité,

en charge du mépris de classe, des outrages et des adieux aux valeurs de gauche ».

 

 

Publié dans France, PCF, POLITIQUE | Pas de Commentaires »

Détonateur, l’éditorial de Jean-Emmanuel Ducoin

Posté par communistefeigniesunblogfr le 19 octobre 2015

 

         Détonateur

 

L’Humanité – 19 octobre 2015

Captureaffichecgt

  « Les Français ne sont pas stupides :

  ils savent que les violences économiques

  méritent d’être considérées au minimum

  avec le même statut que les coups de sang

  qu’elles engendrent. »

  Alors quoi ? Il faudrait s’asseoir à une table,

  avaliser toutes les politiques régressives

  et se goinfrer des plats tels des aliénés ?

  C’est donc ça, une conférence sociale ?

  C’est donc ça, la France des « relations sociales »

  version Hollande-Valls-Macron ?

  Du bidouillage médiatique rehaussé d’arrogance

  verbale, des provocations, des génuflexions

  devant les puissants, des mots encore des mots,

et puis des décisions libérales qui tombent comme des hachoirs sur le corps social, au mépris des travailleurs,

des plus faibles, des chômeurs, des retraités…

Capturemedefdialoguesocial

 

  L’ordre du jour et les conditions

  de cette rencontre au sommet sont

  une véritable flétrissure d’État !

  Le constat du secrétaire général de la CGT

  se veut sans appel. « Cette conférence sociale,

  c’est uniquement de la communication, explique

  Philippe Martinez. On ne va pas écouter

  une grand-messe d’experts patronaux

et participer à des tables rondes avec des ministres qui viennent se faire valoir. »

Quant à François Hollande, Philippe Martinez achève cruellement le sens de sa politique : « Il est dans la continuité

de son prédécesseur sur le plan social. »

Comment ne pas lui donner raison ? Et comment accuser la CGT de pratiquer la « chaise vide » quand la chaise

en question est à bascule et orientée vers le vide ?

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Publié dans CGT, France, l'Humanité, POLITIQUE | Pas de Commentaires »

L’agriculture industrielle, un modèle toxique

Posté par communistefeigniesunblogfr le 20 février 2015

 

      MOBILISATION

  • Carte de l’industrialisation de l’agriculture :

               Une dérive destructrice pour les paysans

 

nonindustriagriculture

 

  A la veille de l’ouverture du Salon de l’agriculture,

  la Confédération paysanne rend publique

  la carte de l’industrialisation de l’agriculture.

  Certes non exhaustive, elle met cependant

  en évidence comment, au-delà du symbole

  des 1000 vaches, une agriculture destructrice

  se met en place.

 

La Loi Macron (articles 27 à 30) et les récentes annonces de Manuel Valls démontrent clairement

que cette dérive correspond à la volonté du gouvernement.

Il y a donc une réelle intention de livrer notre métier aux mains d’industriels plus soucieux de leurs parts

de marché que de l’emploi, de l’alimentation ou de l’environnement. L’exemple de la pieuvre Sofiprotéol

(avec sa nouvelle entité Avril) est particulièrement parlant. Producteur d’aliments, fournisseur de conseils

et de débouchés, financeur, la société du Président de la FNSEA* s’accapare la production et la valeur

ajoutée au mépris des paysans

[Lire la suite confederationpaysanne.fr]

 

      AGROBUSINESS

  • Les dessous de votre assiette :

la carte de France des fermes géantes

 

par Sophie Chapelle 20 février 2015

Capturecarteindustriagriculture

  Alors que le Salon de l’agriculture s’ouvre le 21 février,

  la Confédération paysanne vient de publier une carte

  de l’industrialisation de l’agriculture. Vous connaissiez

  la célèbre « ferme-usine des Mille vaches » en Picardie ?

  Découvrez un élevage de 250 000 poules pondeuses

  dans la Somme et de 125 000 poulets dans le Vaucluse,

  un centre d’engraissement de 2000 taurillons dans l’Aube,

  une maternité industrielle de 900 truies pour 23 000

  porcelets par an dans les Côtes d’Armor, ou bien encore les 3 000 brebis laitières dans les Pyrénées Atlantiques…

Ces fermes géantes sont-elles des exceptions dans le paysage français ? « Sur 71 000 exploitations laitières,

on a à peine 5 000 ateliers de plus de 100 vaches, 128 de plus de 200 vaches et peut-être deux ou trois de plus

de 300 vaches », souligne l’Institut de l’élevage, dans un entretien à Terra Eco.

Pour autant, le gouvernement ne cesse d’encourager l’agrandissement des exploitations agricoles. L’exécutif a ainsi

annoncé le 18 février des mesures facilitant l’agrandissement des élevages de volailles, en relevant le seuil

à partir duquel une autorisation est requise de 30 000 à 40 000 volailles. Il y a un an, le gouvernement avait déjà

relevé le seuil des porcheries de 450 à 2000 porcs (notre article).

[Lire la suite sur Basta !]

Pour aller plus loin :

l’enquête de Basta !  sur l’accaparement des terres et la concentration foncière en France

Creative Commons License

 

       SOCIÉTÉ

    ENQUÊTE 

  • Le maître caché de l’industrialisation de l’agriculture française

 

Barnabé Binctin et Laure Chanon (Reporterre) – 20 février 2015

ferme

 

  Les nombreux projets de fermes-usines en cours

  annoncent l’industrialisation de l’agriculture.

  Un chemin totalement différent du modèle mis

  en scène par le Salon de l’agriculture qui s’ouvre

  samedi.

  Le but : une agro-industrie avec peu de travailleurs

  et maximisant le profit de grandes entreprises.

 

Une holding nommée Avril – nouvel avatar de Sofiprotéol – joue un rôle clé dans cette mutation forcée.

Reporterre a exploré les méandres du maître secret de l’agriculture française.

[Lire la suite sur reporterre.net]

La carte de France des projets de fermes-usines

 

Publié dans Agriculture, ECONOMIE, Environnement, France, Liberalisme, SOCIETE | Pas de Commentaires »

Entretien avec André Chassaigne : « Ce que nous voulons, c’est censurer ce gouvernement »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 19 février 2015

 

André Chassaigne : « Un vent nouveau s’est levé au Parlement »

 

Entretien réalisé par par
 Julia Hamlaoui – L’Humanité – 19 février 2015

 

chassaigne

 

  Pour l’élu PCF, le travail de convergence

  à gauche contre le « parti pris libéral

  du gouvernement » doit se poursuivre

  même si tous les députés opposés

  à cette politique ne voteront pas la censure.

 

 

Quel sens prend l’utilisation du 49-3 dans le contexte de crise politique actuel ?

André Chassaigne Le gouvernement a eu recours au 49-3, tout simplement parce qu’il ne disposait pas

d’une majorité suffisante à gauche pour faire adopter le projet de loi dit Macron. Au lieu de reconnaître

son échec et de tenir compte du fossé qui ne cesse de se creuser entre ses orientations et la population,

il passe en force. C’est un véritable aveu de faiblesse du gouvernement qui ne peut rallier assez de voix

à gauche à son parti pris libéral et ne dispose plus de majorité pour soutenir sa politique. C’est également

l’expression d’un mépris pour la souveraineté nationale dans la mesure où les députés ne voteront pas

un texte discuté pendant 200 heures. C’est un véritable déni de démocratie. Durant tout le débat

sur le projet de loi Macron, un vent nouveau s’est levé au Parlement. Pour la première fois, des députés

socialistes en nombre ont exprimé leur ­opposition déterminée. Des voix convergentes sont venues

des différents bancs de la gauche. Par ce coup de force, le gouvernement a également voulu porter

un coup d’arrêt à cette dynamique en faveur de l’alternative.

Pourquoi des députés Front de gauche ont-ils décidé de voter la motion de censure

présentée par la droite ?

André Chassaigne C’est une décision majoritaire du groupe Front de gauche. Privés de vote,

c’est le seul moyen dont nous disposons pour marquer notre opposition à la loi Macron. Il nous a manqué

le temps nécessaire, et sans aucun doute aussi le nombre de députés nécessaires, pour obtenir

les 58 signatures qui auraient permis de présenter une motion de ­censure de gauche.

C’était notre volonté. Avec Isabelle Attard, nous lançons d’ailleurs un appel pour une censure de gauche.

Car nous voterons la censure, pas le texte de l’UMP. Notre position est diamétralement opposée à celle

de la droite qui considère que la loi Macron ne va pas assez loin dans le domaine de la déréglementation,

du libéralisme.

Nous, nous voulons que le gouvernement soit renversé et remplacé par un gouvernement

de gauche, c’est-à-dire un gouvernement progressiste qui mette en œuvre la politique

pour laquelle les Français ont voté en 2012.

 

http://www.dailymotion.com/video/x2hj0bo

par France Infosur dailymotion

 

Au-delà de ce vote, quelles perspectives se dessinent pour le rassemblement à gauche

des forces favorables à une autre politique ?

André Chassaigne On peut comprendre que, dans ce contexte difficile, des députés opposés

à la politique gouvernementale puissent avoir des difficultés à voter la censure. Mais ces positions

ponctuellement différentes ne nuisent en aucun cas à ce qui a été engagé. Sur tous les textes de lois

à venir, nous allons travailler à des convergences qui remettent en cause le parti pris libéral

du gouvernement.

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Publié dans André Chassaigne, France, Front de Gauche, PCF, POLITIQUE | Pas de Commentaires »

Emmanuel Macron : mépris de classe teinté de sexisme

Posté par communistefeigniesunblogfr le 18 septembre 2014

 

« Le mépris d’Emmanuel Macron pour les femmes ouvrières »

 

Marie-George-Buffet

 

  La députée de Seine-Saint-Denis et ancienne ministre

  Marie-George Buffet réagit aux propos, ce matin,

  du ministre de l’Économie, qui a évoqué qu’il y a

  beaucoup de « femmes illettrées » parmi les 850

  ouvrières licenciées de l’entreprise GAD.

 

 

 

Invité de Jean-Pierre Elakabach ce matin, le ministre de l’économie a montré de son doigt rageur les 850 femmes licenciées de l’entreprise GAD en Bretagne. « Il y a dans cette société une majorité de femmes, pour beaucoup illettrées » a-t-il déclaré en poursuivant que« ces gens-là » ne pouvaient pas avoir le permis de conduire!

Ainsi, il s’est laissé aller à son penchant naturel : un mépris incommensurable à l’égard des femmes ouvrières. Pour justifier la casse du code du travail et des acquis sociaux  réclamée par le MEDEF, Emmanuel Macron remet sur le tapis des idées que l’on croyait révolues pour caricaturer les femmes, les ouvrières, et surtout justifier la faiblesse et l’inégalité des salaires féminins. Le siècle de « Nana »  et de « Gervaise » est pourtant bien fini et non, Monsieur Macron, l’avenir n’est pas dans le retour aux salarié-e-s « taillables et corvéables » à la merci de leur patron ! L’heure est au contraire à l’action pour vaincre l’austérité et gagner en liberté et en égalité. Pour les femmes et donc pour toute la société. Ne faut-il pas rapprocher les propos d’un des principaux ministres de ce gouvernement avec la disparition du Ministère des droits des femmes ?
 
Marie-George Buffet, députée, ancienne Ministre

Publié dans France, POLITIQUE | Pas de Commentaires »

Mépris de la langue française, mépris du peuple…

Posté par communistefeigniesunblogfr le 31 août 2014

 

Quand Emmanuel Macron prend une averse

 

macron   Bernard Gensane

  Dans les grandes banques d’affaires, comme celles des Rothschild,

  presque tout est rédigé en sabir anglo-américain, donc on pense

  en sabir anglo-américain.

  Malgré de longues études dans un lycée de jésuites bien français,

  le surdoué Macron n’a pas échappé à la règle.

 

Invité dans une réunion de patrons (où l’on reconnaît Madame de Menthon, née Sophie-Marie-Clarisse-Anne-

Bernadette Turpin), et même en tant que Secrétaire Général adjoint à la Présidence de la République,

il ne peut s’empêcher de produire ce charabia de colonisé dans sa tête :

« Nous sommes une société mature mais averse au risque où l’entreprenariat est insuffisamment

considéré et où règne l’anarcho-syndicalisme. »

macron1

Je passe rapidement sur la référence à l’anarcho-syndicalisme qui témoigne soit d’une singulière bêtise

politique, soit plutôt (car l’homme n’est pas bête) du désir de plaire à ses bons maîtres. D’autant qu’il vient

de concéder que « les normes sociales et autres » (notez le mépris de « et autres » et l’utilisation de « normes »

à la place de « lois »), « les Français y sont attachés et on ne peut pas spontanément tout faire basculer. »

En d’autres termes, il faudra un peu de vaseline pour imposer la dictature, pardon l’hégémonie totale,

du CAC 40. J’ajouterai que, malgré une pratique syndicale de près de 50 ans, j’ai croisé un maximum

de trois pelés et un tondu anarcho-syndicaliste dans notre pays.

Je ne sais pas trop ce qu’est une société « mature », mais je devine. En revanche, l’expression

« une société averse au risque » me scandalise. Voilà un exécrable exemple d’anglais en français.

L’expression « averse à » n’existe pas dans la langue des jésuites français. En revanche « to be averse

to doing » signifie « répugner à faire ». « I am not averse to an occasional drink » signifie « j’aime bien boire

un petit coup de temps en temps ».

Si je voulais pinailler, je terminerais en signalant que « l’entreprenariat est insuffisamment considéré »

est un calque de l’anglais (« entrepreneurship is insufficiently considered »), avec l’utilisation de la voix

passive, et aussi dans la mesure où les verbes « to consider » et « considérer » ne sont pas parfaitement

superposables.

Alors comme ça, ce jeune homme a épousé sa prof de français et il est toujours aussi approximatif

dans sa langue maternelle ! C’est bien triste. Mais quand on pense dans une langue autre

que la sienne, on pense mal.

Bernard Gensane

Publié dans Culture, France, POLITIQUE | Pas de Commentaires »

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy