• Accueil
  • > Recherche : lvmh finance belgique

Résultats de votre recherche

Évasion fiscale de Bernard Arnault : silence sur les révélations de l’Humanité

Posté par communistefeigniesunblogfr le 24 janvier 2013

 

Bernard Arnault en Belgique

Révélations sur l’évasion fiscale d’Arnault :

il fallait lire l’Humanité il y a 6 mois !

 

Évasion fiscale de Bernard Arnault : silence sur les révélations de l'Humanité dans Fraude fiscale huma1

Dans son édition du 19 septembre dernier,

l’Humanité révélait, chiffres à l’appui,

la vaste opération d’évasion fiscale de

Bernard Arnault en Belgique.

Des chiffres tus à l’époque, soudainement

repris ce jeudi dans la presse sous forme de révélation.

Arnault : silence sur nos révélations

Remarquable discrétion des principaux médias, hier, sur l’enquête révélant l’ampleur des transferts

financiers effectués par le patron de LVMH en Belgique.

 

une-hq_6 Bernard Arnault dans l'Humanité

Hier matin, à notre connaissance, à l’exception des revues

de presse de France Inter, les principaux médias s’en sont

tenus à la « motus et bouche cousue attitude » sur

nos révélations concernant la délocalisation par Bernard

Arnault

d’une partie de son patrimoine en Belgique et la préparation,

dans ce même pays, de sa propre succession à moindres frais.

Pourtant, notre journal a publié un communiqué envoyé

à l’ensemble de la presse. Il y reprenait succinctement

nos révélations. Il indiquait notamment que « l’Humanité apporte

dans son édition de mercredi de nouvelles révélations sur les

transferts de fonds colossaux réalisés par le patron

de LVMH vers des sociétés belges.

 

 

huma190911 évasion fiscale

De 2008 à 2010, l’actif des onze sociétés belges de l’empire Arnault

– mais essentiellement LVMH Finance Belgique et Hanninvest

 – est passé de 2,2 milliards à 16,6 milliards d’euros. Celles-ci ont

bénéficié des principales déductions offertes par la législation belge !

Résultat : ces sociétés n’ont payé que 24 millions d’impôts

sur un bénéfice de 630 millions, soit un taux d’imposition de 3,84 % ».

Chez LVMH, on n’est pas au courant…

Le communiqué informait en second lieu que notre journal révélait

également « les libertés prises » par Bernard Arnault avec les obligations

légales : Pilinvest, la société mère de la fondation privée

Protectinvest, destinée à préparer la succession de Bernard Arnault

et à verser des rentes à ses héritiers, « n’a pas publié de comptes annuels en 2010 et 2011,

alors qu’elle a connu de gros transferts de fonds ».

[Lire la suite sur humanite.fr]

Publié dans Fraude fiscale, l'Humanité | 1 Commentaire »

L’oligarchie financière sarkozyste

Posté par communistefeigniesunblogfr le 4 mai 2012

 

PRÉSIDENTIELLE

L’oligarchie sarkozyste bientôt orpheline ?

 

L'oligarchie financière sarkozyste dans ECONOMIE hots77vc9ee2r9p7h3b-300x223par Ivan du Roy  3 mai 2012

 

Pour le président candidat, ils incarnent le mérite, l’effort

et la réussite patrimoniale. « Ils », ce sont ses proches amis

du monde des affaires, son réseau d’investisseurs, de PDG

et de grandes fortunes : Les Bernard Arnault, Vincent Bolloré,

Martin Bouygues, Jean-Luc Lagardère et consorts.

Cette « France du travail » qui

« n’a pas à s’excuser pour son patrimoine », selon les mots du Président.

Retour sur une oligarchie financière placée au cœur du quinquennat qui s’achève.

« La France du travail n’a pas à s’excuser pour son patrimoine, pas à s’excuser pour ses efforts, pas à s’excuser pour son mérite.

Ce qu’elle possède, elle l’a gagné », lance le candidat-président le 1er mai, lors du rassemblement de l’UMP place du Trocadéro

à Paris. Nicolas Sarkozy semble avoir bien vite oublié d’où viennent les amitiés qu’il a liées avec le monde des affaires. Parmi les

quatre grandes fortunes les plus proches du Président, et présentes à la soirée du Fouquet’s du 6 mai 2007, tous ont hérité de

groupes industriels ou d’entreprises fondés par leur géniteur. Les empires Bouygues – dans le BTP, la téléphonie mobile, sans

oublier TF1 – et Lagardère – Groupe Lagardère et Hachette, participation dans EADS – étaient déjà bien en place lorsque Martin

et Jean-Luc en ont pris la tête.

Amisdesarko-2762f Finances dans POLITIQUE

Le premier, Martin Bouygues, est le parrain de l’un des fils du Président

et a été témoin de son mariage avec Cécilia Attias.

Le second, Jean-Luc Lagardère, considère Nicolas Sarkozy comme

un « frère ».

Bernard Arnault, désormais 1re fortune française, a également été témoin

de mariage, et Vincent Bolloré, 10e fortune française, avait prêté son yacht

à la nouvelle famille présidentielle.

Si Bernard Arnault et Vincent Bolloré ont su réorienter et développer

les affaires familiales, c’est en partie grâce à Antoine Bernheim, ancien

associé-gérant de la banque Lazard, qui les a appuyés financièrement.

 

Des parrains si méritants

Antoine Bernheim, véritable « tuteur » de Nicolas Sarkozy dans le monde

des affaires. Il a soutenu le futur chef de l’UMP pendant sa traversée du

désert, après l’élimination d’Édouard Balladur au 1er tour de l’élection

présidentielle de 1995. « Au fil des dîners et des réceptions plus ou moins

mondaines, les amis de Bernheim deviennent aussi ceux de Nicolas Sarkozy »,

raconte le journaliste Frédéric Charpier [1]. Antoine Bernheim était, en 2011,

l’un des administrateurs français les mieux rémunérés

– près de 700 000 euros par an [2] – grâce à ses six mandats au sein du groupe

Bolloré, de Ciment français, du fonds d’investissement Eurazeo

(qui détient 25 % des parts d’Ipsos), d’Havas et de LVMH (Bernard Arnault).

Cela ouvre bien des portes.

Le second « parrain » de celui qui devient Président en 2007 est le milliardaire

canadien Paul Desmarais. Il possède 44 % des actions de Power Corporation,

une société financière nord-américaine qui détient d’importantes participations

dans plusieurs grandes entreprises européennes et françaises.

« En 1995, il accueille le futur Président dans sa propriété québécoise de

75 kilomètres carrés, où il le réconforte en trouvant les mots justes, que rapporte

Sarkozy le jour où il le décore : « Il faut que tu t’accroches, tu vas y arriver, il faut

que nous bâtissions une stratégie pour toi. » », rapporte Frédéric Charpier.

Les efforts de la dérégulation

Paul Desmarais et un autre ami milliardaire du candidat-président, le Belge

Albert Frère, ont directement bénéficié de la privatisation de GDF,

supervisé par un certain Nicolas Sarkozy, alors ministre des Finances.

L’homme le plus riche de Belgique était lui aussi présent à la soirée

du Fouquet’s, le 6 mai 2007. Il est propriétaire, aux côtés de Power

Corporation (et donc de Paul Desmarais), du Groupe Bruxelles Lambert, qui lui-même possède des actifs au sein de

quelques poids lourds de l’industrie hexagonale :

GDF-Suez, Imerys (« leader mondial des spécialités minérales pour l’industrie »), Lafargue (BTP), Pernod-Ricard, Total et

Veolia Environnement. Antoine Bernheim et Paul Desmarais ont été faits grands-croix de la Légion d’honneur en 2007 et 2008.

[Lire la suite sur Basta !]

Creative Commons License

Publié dans ECONOMIE, POLITIQUE, UMP | Pas de Commentaires »

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy