• Accueil
  • > Recherche : julia hamlaoui

Résultats de votre recherche

Réforme du code du travail : « une attaque à la bombe thermonucléaire contre l’ancien Code du travail » (Gérard Filoche)

Posté par communistefeigniesunblogfr le 20 février 2016

Capturehumanité

Entretien réalisé par Julia Hamlaoui – 18 février 2016

Gérard Filoche :

« La plus importante contre-révolution depuis un siècle »

 

CapturehumaG.Filoche

 

 

Pour l’ex-inspecteur du travail et membre

de la direction du PS, Gérard Filoche,

l’avant-projet de loi El Khomri

est une « attaque thermonucléaire »

contre toutes les protections des salariés.

 

 

 

 

À la lecture de l’avant-projet de loi El Khomri, reste-t-on selon vous dans le champ

d’une simple « simplification » dont parlait la mission Badinter ?

Gérard Filoche Non, c’est un véritable bouleversement. Valls avait annoncé qu’il ne voulait pas d’une réformette

mais d’une révolution. Nous sommes face à la plus importante contre-révolution depuis un siècle.

C’est une attaque à la bombe thermonucléaire contre l’ancien Code du travail. Depuis un siècle, le droit du travail

s’est construit pour permettre de protéger les salariés contre les exigences des entreprises et de l’économie.

Et voilà qu’ils font l’inverse, ils nous ramènent au statut de loueurs de bras, de tâcherons, de soumis sans droit.

C’est la casse de la grande tradition de reconnaissance du salariat comme moteur de la production des richesses.

Le gouvernement avait promis de ne pas s’attaquer aux 35 heures, quelle est votre appréciation ?

Gérard Filoche Il a menti, noir sur blanc. Les 35 heures ne sont plus, dans ce projet, qu’une éphémère plaisanterie.

En une dizaine de chapitres, tous les contrôles sur la durée du travail sautent. Les gens vont avoir du mal à le croire,

mais il est bien écrit que la durée maximale du travail pourra, par forfait ou négociation, excéder

les 12 heures par jour, tout comme elle pourra dépasser les 48 heures par semaine, pour atteindre

les 60 heures.

C’est au nom de l’inversion de la courbe du chômage que le gouvernement justifie ses réformes ;

quels dangers pour l’emploi recouvre cet avant-projet ?

Gérard Filoche De telles transformations augmenteraient massivement le chômage. Il s’agit de faire travailler

plus ceux qui ont un travail au détriment de ceux qui n’en ont pas. L’ampleur du mensonge est fracassante.

On atteint des sommets de propagande et de contresens. Comment peut-on prendre des millions de salariés

pour des gogos, prétendre qu’il s’agit de leur permettre d’avoir un travail alors que, pour beaucoup,

cela le leur enlèvera, et que, pour les autres, cela les exploitera, brisera leur santé ? D’où tout cela vient-il ?

Personne ne le demande, à part Pierre Gattaz, et même lui doit sûrement en ce moment s’étonner de la hardiesse

ultralibérale de ce projet.

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Publié dans droit du travail, ECONOMIE, France, l'Humanité, Liberalisme, SOCIAL | Pas de Commentaires »

Entretien avec Mehdi Kemoun, Secrétaire général adjoint de la CGT 
Air France

Posté par communistefeigniesunblogfr le 7 octobre 2015

 

CGT Air France « Il n’y a aucune volonté de développer l’entreprise »

 

Entretien réalisé par Julia Hamlaoui – l’Humanité – 7 octobre 2015

 

Capturemehdikemoun

  Pour Mehdi Kemoun, de la CGT Air France,

  « Manuel Valls fait preuve d’irresponsabilité »

  en condamnant « les salariés mais surtout pas

  le plan de la direction » qui conduit la compagnie

  dans le mur.

  Mehdi Kemoun Secrétaire général adjoint

  de la CGT Air France

 

Vous condamnez « les agressions physiques » mais tout aussi « fermement les licenciements »

annoncés. Comment se caractérise cette violence-là ?

Mehdi Kemoun Nous condamnons les violences physiques, et, en effet, tout autant l’annonce de 3 000 

licenciements à Air France, soit 3 000 familles qui se retrouveront sans travail. Depuis 2012, on demande

aux salariés de faire énormément d’efforts, notamment à travers le plan Transform. Ils en souffrent, il y a

même eu, pour la première fois, des suicides. L’ensemble des catégories de personnel s’est d’ailleurs rassemblé

devant le siège de l’entreprise pour dire stop. C’était une image très forte que la plupart des médias

n’ont pas relayée s’arrêtant à celle de la chemise déchirée du DRH. Mais au-delà, on nous avait promis,

après le plan Transform, de l’investissement et du développement. Un an plus tard, on nous annonce

que finalement le nouveau plan, Perform, sera un plan d’attrition (perte de clientèle – NDLR) et

de licenciement. C’est inacceptable et incompréhensible. Le premier ministre, Manuel Valls, fait preuve

d’irresponsabilité quand il condamne les salariés mais surtout pas le plan de la direction qu’il appuie.

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Capturecgtairfrance

 

  Cliquer sur l’image pour agrandir

Publié dans ECONOMIE, SOCIAL | 1 Commentaire »

Pour le ministre des Finances allemand, la démocratie en France est un obstacle !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 20 avril 2015

 

Pour Schäuble, la démocratie en France est un obstacle

Julia Hamlaoui – L’Humanité – 20 avril 2015
*
Austérité
*
wolfgang-schauble


  « La France serait contente que quelqu’un force

  le Parlement, mais c’est difficile, c’est la démocratie. »

  La déclaration du ministre des Finances allemand

  Wolfgang Schäuble, lors d’un débat à Washington

  en fin de semaine dernière, a fait écho dans l’Hexagone

pendant le week-end. Si du côté du gouvernement on a joué les offusqués : « L’Allemagne n’a en aucun cas

d’ordre à donner à la France », a réagi le ministre des Finances. « Ces propos ne sont pas prononcés

au hasard, a jugé le PCF. Ils vont de paire avec le programme de réformes présenté cette semaine

devant la Commission européenne, prévoyant un plan d’austérité de 4 milliards d’euros et

une nouvelle loi de déréglementation du droit du travail. »

« Le bourreau de la Grèce et de l’Espagne voudrait étendre à la France ses remèdes mortels.

Voilà à quel abaissement nous mènent la faiblesse et le suivisme », dénonce également Jean-Luc

Mélenchon, du Parti de gauche, qui souhaite voir ledit ministre présenter des excuses.

 

Propos de Wolfgang Schauble : Grèce-France, même combat (PCF)

Publié dans Allemagne, Jean-Luc Melenchon, PCF, POLITIQUE | 1 Commentaire »

Entretien avec André Chassaigne : « Ce que nous voulons, c’est censurer ce gouvernement »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 19 février 2015

 

André Chassaigne : « Un vent nouveau s’est levé au Parlement »

 

Entretien réalisé par par
 Julia Hamlaoui – L’Humanité – 19 février 2015

 

chassaigne

 

  Pour l’élu PCF, le travail de convergence

  à gauche contre le « parti pris libéral

  du gouvernement » doit se poursuivre

  même si tous les députés opposés

  à cette politique ne voteront pas la censure.

 

 

Quel sens prend l’utilisation du 49-3 dans le contexte de crise politique actuel ?

André Chassaigne Le gouvernement a eu recours au 49-3, tout simplement parce qu’il ne disposait pas

d’une majorité suffisante à gauche pour faire adopter le projet de loi dit Macron. Au lieu de reconnaître

son échec et de tenir compte du fossé qui ne cesse de se creuser entre ses orientations et la population,

il passe en force. C’est un véritable aveu de faiblesse du gouvernement qui ne peut rallier assez de voix

à gauche à son parti pris libéral et ne dispose plus de majorité pour soutenir sa politique. C’est également

l’expression d’un mépris pour la souveraineté nationale dans la mesure où les députés ne voteront pas

un texte discuté pendant 200 heures. C’est un véritable déni de démocratie. Durant tout le débat

sur le projet de loi Macron, un vent nouveau s’est levé au Parlement. Pour la première fois, des députés

socialistes en nombre ont exprimé leur ­opposition déterminée. Des voix convergentes sont venues

des différents bancs de la gauche. Par ce coup de force, le gouvernement a également voulu porter

un coup d’arrêt à cette dynamique en faveur de l’alternative.

Pourquoi des députés Front de gauche ont-ils décidé de voter la motion de censure

présentée par la droite ?

André Chassaigne C’est une décision majoritaire du groupe Front de gauche. Privés de vote,

c’est le seul moyen dont nous disposons pour marquer notre opposition à la loi Macron. Il nous a manqué

le temps nécessaire, et sans aucun doute aussi le nombre de députés nécessaires, pour obtenir

les 58 signatures qui auraient permis de présenter une motion de ­censure de gauche.

C’était notre volonté. Avec Isabelle Attard, nous lançons d’ailleurs un appel pour une censure de gauche.

Car nous voterons la censure, pas le texte de l’UMP. Notre position est diamétralement opposée à celle

de la droite qui considère que la loi Macron ne va pas assez loin dans le domaine de la déréglementation,

du libéralisme.

Nous, nous voulons que le gouvernement soit renversé et remplacé par un gouvernement

de gauche, c’est-à-dire un gouvernement progressiste qui mette en œuvre la politique

pour laquelle les Français ont voté en 2012.

 

http://www.dailymotion.com/video/x2hj0bo

par France Infosur dailymotion

 

Au-delà de ce vote, quelles perspectives se dessinent pour le rassemblement à gauche

des forces favorables à une autre politique ?

André Chassaigne On peut comprendre que, dans ce contexte difficile, des députés opposés

à la politique gouvernementale puissent avoir des difficultés à voter la censure. Mais ces positions

ponctuellement différentes ne nuisent en aucun cas à ce qui a été engagé. Sur tous les textes de lois

à venir, nous allons travailler à des convergences qui remettent en cause le parti pris libéral

du gouvernement.

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Publié dans André Chassaigne, France, Front de Gauche, PCF, POLITIQUE | Pas de Commentaires »

Gattaz-Laurent, le face-à-face

Posté par communistefeigniesunblogfr le 16 décembre 2014

 

Le face-à-face entre deux projets de société

 

Compte rendu réalisé par Marion d’Allard, Kevin Boucaud, Sébastien Crépel, Julia Hamlaoui, Clotilde Mathieu,

Aurélien Soucheyre et Lionel Venturini – 12 décembre 2014

 

Pacte de responsabilité, loi Macron, coût du travail et coût du capital, règles sociales,

démocratie et entreprise…

Pierre Laurent, secrétaire national du PCF, et Pierre Gattaz, président du Medef,

confrontent leurs options politiques sur tous les dossiers

 

DEBAT LAURENT GATTAZ 

Photo : Patrick Nussbaum

Quelques heures après que Pierre Laurent, indigné par les déclarations sur la « souffrance patronale »

et la monopolisation par le Medef du discours sur l’entreprise, eut proposé un débat public au patron

des patrons, un tweet #gattaz relevait le gant et souhaitait l’Humanité comme champ clos.

La confrontation s’est déroulée hier comme une conclusion aux mobilisations patronales de la semaine

dernière et à leur réplique orchestrée par les militants du PCF.

Climat courtois, écoute mutuelle mais débat sans concession, animé par le directeur de la rédaction

de l’Humanité, Patrick Apel-Muller, et par le chef du service politique, économique et social du quotidien,

Sébastien Crépel.

Pierre Gattaz veut afficher un « esprit d’ouverture » afin de « faire avancer la démocratie » et se présente

soucieux d’une « économie humaine ».

Pierre Laurent souligne que le travail est à l’origine de toute richesse créée dans l’entreprise et relève

leur opposition fondamentale à propos de son accaparement par le capital.

La controverse est lancée ; elle déborde le temps d’abord imparti à cet échange ; elle n’en restera pas là…

Jugez-en.

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Publié dans ECONOMIE, France, IDEES - DEBATS - PHILO, l'Humanité, PCF, Pierre Laurent, SOCIAL | Pas de Commentaires »

Mobilisation contre l’austérité : 30 000 à Paris, 100 000 dans toute la France pour dire « STOP à l’austérité »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 17 novembre 2014

 

Image de prévisualisation YouTube

Journal l’Humanitéyoutube

*

         L’alternative se construit aussi dans la rue

*

Julia Hamlaoui (Paris), Philippe Jérôme (Nice) et Clotilde Mathieu (Nantes)

*

manif15nov1

 

À l’appel du collectif 3A (Alternative à l’austérité)

100 000 personnes ont défilé, samedi, à travers

la France, pour exiger une autre politique

que celle conduite par Hollande et Valls.

Reportage à Paris, Nice et Nantes.

 

Photo Pierre Pytkowicz

 

 

De Paris à Toulouse, en passant par Marseille, Lyon ou encore Avignon, ce sont quelque 100 000 manifestants qui, selon les organisateurs, ont arpenté les rues de France, samedi, à l’invitation du collectif 3A (Alternative à l’austérité). Responsables politiques, syndicaux, associatifs, militants et citoyens de gauche se sont retrouvés pour « refuser la politique d’austérité » et « défendre une alternative sociale, écologique, politique ».

À la veille de la manifestation, le collectif, issu de la mobilisation du 12 avril dernier, se félicitait déjà d’un premier « succès ». « Jamais depuis l’élection de François Hollande aucun appel de ce type n’avait rencontré une telle diversité de signataires », saluait-il dans un communiqué. Les cortèges du week-end l’ont confirmé. Alors que le budget de l’État pour 2015 sera soumis au vote des députés, demain, les dirigeants du Front de gauche, du NPA, de Nouvelle Donne mais aussi des écologistes, certains socialistes, étaient à Paris en tête de 30 000 manifestants aux côtés de syndicalistes et de responsables 
associatifs derrière une banderole commune « Non au budget Hollande-Medef ». À Toulouse, 5 000 à 6 000 personnes ont défilé, selon la CGT. Près de 1 500 militants se sont réunis à Nantes, 300 à Bordeaux, 200 à Nice et Strasbourg… Au total, une trentaine de manifestations ou rassemblements dans le pays.

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Publié dans Austerite, ECONOMIE, France, Front de Gauche, PCF, POLITIQUE | Pas de Commentaires »

Conférence nationale du PCF : « L’alternative, c’est maintenant ! »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 12 novembre 2014

 

Pour le PCF, « l’alternative, c’est maintenant »

 

Julia Hamlaoui – 10 novembre 2014
Captureconfnatnov14

  Réunis pour une conférence nationale

  à Montreuil ce week-end, 800 délégués

  communistes ont décidé de « hausser le ton »

  de la riposte à Hollande et Valls en invitant

  les forces de gauche en rupture

  avec l’austérité à s’engager clairement

  dans la construction d’une alternative.

Conscients de « l’urgence » de la situation sociale, économique mais aussi politique, les communistes ont travaillé ce week-end, à l’occasion de leur conférence nationale, à tracer un chemin vers une alternative de gauche à la politique libérale conduite par François Hollande et Manuel Valls. Dans la halle Marcel-Dufriche de Montreuil (Seine-Saint-Denis), 800 d’entre eux ont débattu du contour et du sens du « rassemblement » nécessaire pour y parvenir.

« Personne ne peut plus rester au milieu du gué (…) face à la politique menée par le gouvernement, au contrat déchiré sous les coups de boutoir du Medef, de la droite, du clan Le Pen », a estimé leur secrétaire national, Pierre Laurent, dimanche, lors du meeting de clôture de la conférence, appelant solennellement les Français et les forces de gauche à passer à l’action. « L’alternative, c’est maintenant », a-t-il martelé. Dès son discours d’introduction, samedi matin, le sénateur de Paris avait brossé trois objectifs : « Déployer partout dans le pays un puissant, large et permanent mouvement d’action pour stopper les politiques d’austérité », « faire avancer les rassemblements et les constructions politiques capables de porter jusqu’au pouvoir ces alternatives », et « faire de l’élection (départementale) un grand moment de mobilisation et de construction du rassemblement ».

« Nous devons faire preuve de clarté »

Comment et avec qui agir ? La question aura été au cœur des débats du week-end. Beaucoup de militants y ont exprimé leur attente d’une ligne et d’exigences claires. À l’instar de Nelly Faton, du Jura : « Nous devons faire preuve de clarté car, sinon, nous risquons d’apparaître comme ceux qui tendent la main au PS pour sauver la situation », a relevé la militante. Toutefois, il n’est pas question de fermer portes et fenêtres. « Quand on peut porter un coup au pouvoir en place avec le soutien d’écologistes, de socialistes et radicaux, l’important est le rassemblement », a noté le chef de file des députés Front de gauche, André Chassaigne. Loin de se faire des illusions, pour nombre de communistes, il s’agit de prendre appui sur ce qui bouge à gauche. « L’intervention des frondeurs, à un moment où le gouvernement veut faire croire qu’il n’y a aucune alternative, permet d’ouvrir une fenêtre de tir. À nous d’être forts sur le contenu de cette alternative », a estimé Pierric Annoot, secrétaire de section de Gennevilliers (Hauts-de-Seine).

 

À Montreuil, hier, le secrétaire national du PCF a lancé un appel aux Français 

PCF

 

Extraits

« Nous lançons aujourd’hui un appel au pays tout entier. Oui, il est possible de changer de politique et de relever la France. (…)
Nous ne pouvons pas attendre l’arme aux pieds devant les petits calculs politiciens, qui préparent déjà 2017 
et donnent comme grande ambition une candidature socialiste visant la seconde place derrière Marine Le Pen au premier tour de la présidentielle de 2017. 
Ce scénario est celui d’une victoire certaine de la droite et de l’extrême droite. (…)


Nous ne laisserons pas faire. Je le dis solennellement : Manuel Valls n’est pas, et ne sera jamais, le premier ministre de la gauche. C’est sans attendre que j’appelle à travailler à une nouvelle majorité de gauche, un nouveau contrat de transformation sociale, écologique et démocratique, qui devra être mis en œuvre par un nouveau gouvernement. Plus tôt en seront créées les conditions, mieux cela vaudra pour le pays. (…)


[...]

Je lance un appel à tous ; aux citoyens et citoyennes, au Front de gauche, 
aux forces de la gauche politique, aux écologistes. Nous savons ce qui s’annonce, l’échec historique programmé du pouvoir socialiste, la victoire possible de la droite, du Front national. Ce scénario peut être mis en échec. Nous devons écarter tous 
les petits calculs et nous consacrer à une seule chose : sortir de l’ornière en inventant un nouveau mode de développement pour la France. Et c’est urgent.
 Aux syndicalistes, aux militantes et militants du mouvement social, aux féministes, aux citoyens et salariés, je veux dire que nous avons besoin de leur expertise, 
de leur pratique du quotidien, de leurs idées et conceptions, pour, dans le respect de ce que nous sommes les uns, les unes et les autres, travailler à ouvrir 
une perspective alternative de justice, d’égalité et de solidarité.
 Aux chercheurs, aux artistes, aux créateurs, je veux dire que nous avons besoin d’eux, de leurs capacités d’analyse et d’anticipation, de leurs sensibilités pour inventer un autre monde que celui de la barbarie que nous promet le système capitaliste. »

Source : humanite.fr

 

UN TOUR DE FRANCE POUR LE SECRÉTAIRE NATIONAL DU PCF

À partir de janvier, le secrétaire national du Parti communiste effectuera un tour de France, a annoncé Pierre Laurent, hier, à Montreuil. « Je veux écouter, entendre ce qui se dit, ce qui se pense dans les territoires, comment l’avenir s’y dessine. Je veux écouter et entendre, mais pas seulement. Je veux aider à des rencontres, contribuer à mettre du monde autour de tables rondes, à bâtir des ruches où l’on se parle, où on travaille, où on élabore, où l’on se confronte pour anticiper ce que sera le monde », a-t-il expliqué.

 

Publié dans Austerite, France, Liberalisme, PCF, Pierre Laurent, POLITIQUE | Pas de Commentaires »

Construire un autre chemin pour le pays

Posté par communistefeigniesunblogfr le 29 août 2014

 

Pierre Laurent :

« Le coup de force de Valls peut réveiller beaucoup d’ardeurs »

 

Entretien réalisé par Julia Hamlaoui

 

P.Laurent1

  Alors que s’ouvre, aux Karellis (Savoie),

  l’université d’été du PCF, son secrétaire national,

  Pierre Laurent, estime que « la critique

  de la politique gouvernementale est maintenant

  massive » et que la « responsabilité

du rassemblement » incombe notamment

au Front de gauche.

Vous avez déclaré que « l’échec sera une nouvelle fois au rendez-vous », après l’annonce

du nouveau gouvernement. Pourquoi ?

Pierre Laurent Cet échec est programmé parce que ce gouvernement est plus étroit et plus droitier

que jamais. Le premier gouvernement Valls a été incapable de rassembler les Français autour du cap

du pacte de responsabilité, incapable de rassembler la gauche et même les socialistes. C’est aussi

un échec économique. Le chômage progresse, la création de richesses est en panne, la demande

intérieure est moribonde. Ces résultats catastrophiques sont le fruit de l’austérité, de la baisse

des salaires, des cadeaux accrus accordés à la finance. Le nouveau gouvernement, qui avec l’expulsion

des récalcitrants est plus minoritaire que jamais, prévoit d’amplifier tous ces axes politiques.

Nous irons donc inévitablement vers son échec. C’est pourquoi il est pour nous hors de question

de laisser faire, nous devons agir et rassembler sans tarder.

Manuel Valls affirme pourtant qu’il ne s’agit pas d’une politique d’austérité…

Pierre Laurent C’est une affirmation qui fait rire l’Europe entière. Quand on diminue les dépenses

publiques de 50 milliards d’euros et quand on s’apprête à sacrifier l’investissement public des collectivités

locales, quand les salaires sont tirés sans cesse à la baisse par le chômage, la précarité

et la déréglementation sociale… ne pas admettre qu’il s’agit d’une politique d’austérité est tout

simplement un mensonge.

Par ricochet, cette situation élargit-elle le spectre du rassemblement à gauche en faveur

d’une politique alternative ?

Pierre Laurent La brutalité avec laquelle vient d’être opéré le coup de force de Manuel Valls

pour constituer un gouvernement à sa botte peut réveiller beaucoup d’ardeurs dans le pays.

La critique de la politique gouvernementale est maintenant massive mais cette critique ne suffira plus.

Il faut maintenant construire le rassemblement. (…)

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Lire également :

 

Publié dans France, Liberalisme, PCF, Pierre Laurent, POLITIQUE | Pas de Commentaires »

« Nous avons les moyens de mener une autre politique » Barbara Romagnan, députée PS du Doubs

Posté par communistefeigniesunblogfr le 26 août 2014

 

Barbara Romagnan :

« Nous avons les moyens de mener une autre politique »

 

Propos recueillis par Julia Hamlaoui et Aurélien Soucheyre – 26 août 2014

 

Capturebarbararomagnan

 

  Barbara Romagnan Députée PS du Doubs

  « Je ne sais pas si un changement viendra du gouvernement,

  mais il me semble évident qu’une autre politique à gauche

  est possible avant 2017. »

  « Ce n’est jamais que la quatrième fois qu’on assiste

  à un remaniement sous François Hollande. Je ne suis pas surprise.

 

Les déclarations des ministres Arnaud Montebourg et Benoît Hamon ne pouvaient pas rester

sans conséquences. Mais ce qui est grave, c’est que le président de la République n’entend toujours pas

ce qui se passe dans le pays. Il reste sourd devant le peuple de gauche et n’ouvre pas les yeux

sur l’Europe. On est vraiment face à un déni de démocratie. J’attends toujours quelque chose de la part

de ceux qui ont été élus. Quand on prend des engagements, on les tient. D’autant plus qu’il y a de l’espoir :

la France est la cinquième puissance économique au monde. Nous avons largement les moyens humains

et financiers de mener une réelle politique de justice sociale. Il faut dégeler ce qui a été gelé

par le gouvernement, réaliser une réelle réforme fiscale progressiste et bien mieux répartir les richesses.

Jusqu’à présent, c’est le chemin inverse qui a été pris : sur le trimestre dernier, nous avons été

les champions du monde de l’augmentation des dividendes reversés aux actionnaires, avec une hausse

de 30 % par rapport à l’an passé.

Je ne sais pas si un changement viendra du gouvernement, mais il me semble évident qu’une autre politique

à gauche est possible avant 2017. Il y a un large espace pour reconstruire, en plus d’une diversité

de mouvements qui portent cette volonté d’alternative : écologistes, communistes, Nouvelle Donne,

associations et collectifs. Je suis mobilisée, je discute, je travaille et je vote avec les partenaires de gauche.

Une gauche qui ne gagne que quand elle est unie. »

 

Publié dans France, POLITIQUE, Politique nationale, PS | Pas de Commentaires »

Mélenchon ravive les dissensions au sein du Front de gauche

Posté par communistefeigniesunblogfr le 17 décembre 2013

 

GAUCHE

Le Parti de gauche relance la polémique électorale

 

pierrelaurentpge

La formation de Jean-Luc Mélenchon a annoncé

la «suspension» de sa participation au Parti

de la gauche européenne qui a reconduit

Pierre Laurent à sa tête. Elle ravive ainsi

les dissensions au sein du Front de gauche

en vue de 2014 et laisse ses partenaires dubitatifs.

Le Parti de gauche a ravivé ce week-end la discorde au sein du Front de gauche à l’occasion du congrès du Parti de la gauche européenne (PGE). Si son opposition à la reconduction à la tête du parti européen du secrétaire national du PCF, Pierre Laurent (réélu à 78 %), était attendue, s’y est ajoutée l’annonce surprise de la « suspension » de sa participation au PGE « jusqu’aux élections municipales ». Deux décisions qui relancent les spéculations sur l’avenir du Front de gauche, déjà en proie à de vifs débats. Depuis la fin des élections de 2012, le mouvement s’est retrouvé à plusieurs reprises uni dans la rue et ses « assises citoyennes » du 16 juin dernier avaient élargi le rassemblement à l’aile gauche du PS et à Europe Écologie-les Verts. Mais la contradiction s’y est aussi aiguisée, entre la volonté du PCF d’obtenir un changement de cap politique par le rassemblement des forces anti-austérité, et celle du PG, entre stratégie du recours et rupture totale avec « les solfériniens » en vue des prochaines élections.

La dissension s’est cristallisée sur les municipales. Et c’est encore une fois la situation parisienne que le PG a utilisée pour justifier sa prise de distance. « La clarté de notre campagne des européennes ne doit pas être mise en danger par la stratégie portée par Pierre Laurent de rejoindre la liste du PS aux municipales à Paris », a-t-il avancé dimanche dans un communiqué. Pourtant, la formation partage nombre d’orientations arrêtées par le congrès. « Nous nous félicitons des avancées sur les textes comme l’affirmation de la nécessaire rupture en Europe et non pas seulement de sa réorientation », note sa coprésidente, Martine Billard. Une réalité qui fait écho aux origines du Front de gauche, constitué en 2009 pour représenter aux européennes d’alors la gauche du non au référendum de 2005. Ce même scrutin, en 2014, aurait ainsi pu permettre le rassemblement du mouvement mais celui-ci risque d’achopper. « On ne pourra pas mettre quelqu’un qui a soutenu Anne Hidalgo », a expliqué François Delapierre, bras droit de Jean-Luc Mélenchon, à propos de la candidature en Île-de-France où le sortant, Patrick Le Hyaric, est communiste. Alors que la plupart de ses partenaires souhaitaient être prêts avant Noël, le PG joue la montre dans l’espoir que sa stratégie marque plus de points aux municipales. À cet égard, le sondage partiel de l’Ifop publié par le Journal du dimanche a de quoi inquiéter la formation qui n’obtiendrait que 6 % dans le 14e et 2 % dans le 15e arrondissement parisien.

« L’avenir du Front de gauche n’est pas assuré », aurait également confié François Delapierre. Un pari risqué sur lequel le PCF appelle à ne pas miser. « Le Front de gauche doit impulser cette dynamique (d’unité et de rassemblement – NDLR) en entrant le plus vite possible en campagne pour mettre la gauche anti-austérité en tête aux européennes », a-t-il réagi, jugeant que « la décision du Parti de gauche est incompréhensible et incohérente ». Un avis partagé par Clémentine Autain (Fase Ensemble) qui s’est dite « inquiète pour l’avenir » du Front de gauche, estimant que le « mauvais choix du PCF à Paris (n’est) pas une raison suffisante pour alimenter le climat de division ». « Nous avons la responsabilité, poursuit-elle, de construire le rassemblement pour permettre l’alternative à cette pseudo-gauche gouvernementale. » Même tonalité chez Christian Picquet (Gauche unitaire), qui juge l’attitude de son partenaire « incompréhensible alors que (nous) partageons la même volonté de refonder l’Europe », mais qui se veut rassurant. « Rien d’irréparable pour l’instant, estime-t-il, d’autant que personne n’a d’alternative au Front de gauche en son sein. »

Lire aussi :

Julia Hamlaoui

Publié dans EUROPE, Front de Gauche, Parti de gauche, Parti de la Gauche européenne, PCF, Pierre Laurent, POLITIQUE | Pas de Commentaires »

12
 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy