• Accueil
  • > Recherche : humour travail chef

Résultats de votre recherche

Négociations/emploi : « C’est plus de flexibilité, de précarité, de liberté de licencier » (Agnès Le Bot)

Posté par communistefeigniesunblogfr le 15 janvier 2013

 

Négociation syndicats-patronat

Agnès Le Bot :

« C’est plus de flexibilité, de précarité, de liberté de licencier »

 

Négociations/emploi :

Agnès Le Bot, chef des négociateurs CGT, explique

pourquoi ce projet est « inacceptable » et affirme :

« La partie n’est pas finie. »

 

Bien que le Medef ait accepté 
de prendre des

mesures pour taxer les contrats courts, vous jugez

« inacceptable » le projet d’accord. Pourquoi ?

Agnès Le Bot. Il faut considérer l’ensemble du texte :

il organise structurellement plus de déréglementation

du droit du travail par rapport à la situation actuelle.

C’est un nouveau saut assuré vers plus de flexibilité

du travail, plus de précarité et plus de liberté de licencier

pour les employeurs. Voilà ce qui fonde notre appréciation. Quant à cette mesure avancée par le patronat,

cela ne peut, en un coup de baguette magique, rééquilibrer l’ensemble du texte :

ils proposent une surcotisation sur une partie des contrats précaires, et, en compensation, demandent

de nouvelles exonérations de cotisations sociales pour les entreprises. Au final, le Medef se remet

dans la poche 50 millions d’euros. On est à côté de l’objectif, qui était de faire en sorte que de nouvelles

ressources pour l’assurance chômage soient dégagées, alors que c’est l’explosion des contrats courts

qui pèse sur l’Unedic. Le Medef a encore une fois détourné une revendication syndicale.

Quelles dispositions sont selon vous les plus dangereuses ?

Agnès Le Bot. Il y a le contrat intermittent, nouvelle fragilisation du CDI, généralisable dans les entreprises

de moins de 50 salariés. S’agissant du temps partiel, il n’y a pas d’encadrement : au contraire, c’est un

nouveau saut vers plus de modulation du temps de travail, au profit de l’employeur, et plus d’incertitude

pour le salarié.

Deuxièmement, toutes les procédures en matière de licenciement collectif sont passées à la moulinette :

avec les accords dits de « maintien dans l’emploi », on a une tentative de destruction des possibilités de

résistance qui demeurent à l’heure actuelle, comme on le voit chez Fralib, ArcelorMittal, etc.

Troisièmement, il y a un affaiblissement très 
grave des possibilités de recours 
en justice des salariés,

une 
volonté d’assurer l’impunité 
des employeurs…

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Publié dans CGT, droit du travail, ECONOMIE, Emplois, France, licenciements, SOCIAL, Syndicats | Pas de Commentaires »

Humour et politique

Posté par communistefeigniesunblogfr le 18 juillet 2010

 

Le Village des NRV – 16 juillet 2010 – cui cui fit l’oiseau, défenseur de la veuve et de l’orphelin, cherche officine désespérément.

Monsieur Éric Woerth, à dada sur son bidet, prout prout cadet !

[humour jaune]

Cet humble texte est une défense en règle de l’Honneur perdu d’Éric Woerth.

Woerthjockey13.jpg

Au nom de tous les membres altiers du Village des NRV  scandalisés par l’odieuse campagne de dénigrement et de calomnies menée à l’encontre du Ministre du Travail, notre brave et valeureux Monsieur Éric Woerth.

Au nom d’une certaine idée de la France irréprochable dont le président de la République, Monsieur Nicolas Sarkozy est l’étendard sans gland .

Au nom de l’intégrité des élites de la Nation, de l’honnêteté de ses dirigeants, de l’Honneur de notre Pays aux yeux du Monde.

Parce que M. Éric Woerth porte la probité sur son visage comme Monsieur Patrice de Maîstre porte sa légion d’honneur au revers de son veston.

Parce que Madame et Monsieur Woerth sont particulièrement représentatifs des couples de Français moyens.

Parce qu’un ménage qui aime tant les bêtes et notamment les chevaux ne peut être malfaisant.

Pour toutes ces raisons, il est de notre devoir de défendre pied à pied ces époux irréprochables, en démontant tous les arguments spécieux mis au point par de mystérieuses officines probablement financées par Al Qaeda l’hydre islamiste et Médiapart, le siège trouble du trotsko-fascisme.

Je m’en vais  donc démanteler, une par une, toutes les accusations ignominieuses dont certains ont accablé le ministre préféré de notre petit caporal chef, Nicolas Sarkozy !

1er argument fallacieux : Madame Woerth travaillait dans l’entreprise de Monsieur de Maîstre qui gérait la fortune de Madame Bettencourt.

Réponse : quelle honte y avait il pour Florence Woerth, d’arrondir les fins de mois difficiles du couple et de faire des ménages dans l’entreprise Clymène ? Je trouve son courage et son goût du travail plutôt réconfortants !

2ème argument tronqué : Monsieur de Maîstre aurait reçu la Légion d’Honneur des mains même de Monsieur Woerth.

Réponse : le patron de l’épouse du Ministre s’occupait de l’argent FRANÇAIS de Mme Bettencourt pour conquérir des marchés en Suisse et augmenter le patrimoine colonial des îles de l’océan indien. Ils portait donc très haut les couleurs de notre pays. Rien de plus normal que d’en être récompensé 

3ème argument de mauvaise foi : Monsieur Woerth recevait des enveloppes contenant de l’argent liquide.

Réponse : il venait simplement chercher auprès de Mme Bettencourt le salaire de « femme de ménage » de son épouse ! Quoi de plus normal ? D’autre part Mme Bettencourt adorait les animaux domestiques et versait un peu d’argent pour acheter du foin aux pauvres carnes en fin de vie dont s’occupait Florence.

[Lire la suite sur : levillagedesnrv.20minutes-blogs.fr/]

Publié dans Humour, POLITIQUE | Pas de Commentaires »

Affaire Woerth-Bettencourt : l’enquête du Village des NRV

Posté par communistefeigniesunblogfr le 10 juillet 2010

Le Village des NRV - 9 juillet 2010 – cui cui fit l’oiseau, sur un blog perché tenait en son bec un couteau…

 

Éric Woerth et Paul le poulpe ou la pieuvre par neuf (cerveaux).

[Dérision]

Humour.

Le Village des NRV, soucieux d’apporter sa pierre à l’édifice de l’enquête sur « l’affaire Woerth-Bettencourt » et particulièrement admiratif du travail des journalistes de Médiapart, a souhaité aller encore plus loin dans la recherche de la Vérité.

Ayant entendu parler d’un Poulpe allemand prénommé Paul, doté d’un sens divinatoire exceptionnel et capable de prédire avec certitude les victoires et les défaites, au score près, des équipes de football, le Village des NRV a aussitôt envoyé un correspondant à l’aquarium d’Oberhausen pour tenter de faire avancer notre enquête et de poser quelques questions judicieuses à Paul..

paullepoulpe3.jpg

 

Ainsi, selon le protocole classique, avons-nous posé dans deux cubes étanches les photographies de deux hommes politiques dont l’intégrité ne saurait être mise en doute, Messieurs Patrick Balkany et Éric Woerth, puis nous avons placé à côté, une photographie de Madame Liliane Bettencourt et celle d’une liasse de billets de banque.

 

150Alain-Joyandet1.jpg

 

 

À peine lâché, notre ami Paul le poulpe s’est dirigé sans hésitation sur le cube contenant le portrait de Monsieur Woerth posant négligemment un tentacule nonchalant sur le cube de Monsieur Balkany…

Désormais plus besoin de comptes rendus de journalistes, d’enquête de fonctionnaires de police, de jugements de tribunaux ruineux pour déterminer la culpabilité d’un suspect. Paul le poulpe, tel la résurrection du roi Saint Louis sous son chêne, rendra la Justice dans son aquarium pour quelques crevettes OGM décortiquées !

Grâce au génie d’un mollusque, la gestion de notre société a fait un bond considérable à l’aune des premiers fondements de la démocratie dans la Grèce antique.

Amis lecteurs, croyez moi : l’avenir de l’Homme n’est plus le rat avec ses petites pattes et sa subtile organisation sociale, mais le poulpe avec ses longs tentacules, ses 9 cerveaux disponibles parfaitement irrigués (NDLR : 3 de plus que le Chef de l’État) et ses dons divinatoires…

Qu’on se le dise.

Trêve de plaisanteries.

Déshonneur.

Avez vous remarqué, dans toutes les affaires récentes, combien, même la main prise dans le pot de confiture, les accusés arguent, souvent avec une mauvaise foi confondante, de leur totale innocence ?

[Lire la suite sur : levillagedesnrv.20minutes-blogs.fr/]

Publié dans Humour, POLITIQUE | Pas de Commentaires »

Siné Hebdo tire sa révérence

Posté par communistefeigniesunblogfr le 29 avril 2010

Siné

Fernand Nouvet

Le satirique Siné Hebdo tire sa révérence

Aujourd’hui paraît le dernier numéro du journal satirique lancé par le dessinateur Siné, viré de Charlie Hebdo. Les difficultés économiques n’aiment pas l’humour.

L’affaire Siné a fait couler de l’encre et voleter pas mal de noms d’oiseaux. Siné fut odieusement accusé d’antisémitisme pour avoir épinglé le fils Sarkozy sur sa planche. Viré par son patron, Philippe Val, de Charlie Hebdo, cette grande figure du dessin a vite rebondi. Siné Hebdo est né mais le journal satirique est appelé à disparaître après l’ultime numéro d’aujourd’hui. « N’oubliez pas de l’acheter », conseille Catherine Sinet, épouse du dessinateur par qui le « scandale » est arrivé. Elle est aussi rédactrice en chef de ce « journal mal élevé » qui, au pied levé, a remplacé Charlie Hebdo dans le cœur des défenseurs de Siné. Et d’ajouter que « les premiers numéros de Siné Hebdo sont déjà vendus sur le site d’Ebay. Alors imaginer pour le dernier… »

« Nous n’avions jamais pensé faire un journal. Mais finalement Siné Hebdo s’est imposé à nous, commente ­Catherine Sinet. On s’est dit, le 1er août 2008, qu’on allait faire un journal, et le premier numéro est sorti le 10 septembre. » Et la rédactrice en chef ajoute  : « On n’a donc pas eu le temps de faire une étude de marché. » Dès le départ, dit-elle, l’aventure a été un franc succès. Les gens ont aimé le ton et les dessins. « Siné et moi voulions un journal plus politique que Charlie Hebdo. Qui fasse ressortir notre côté de gauche, un peu anarchiste, même. » Ceux qui ont travaillé à Siné Hebdo étaient de gauche. « Prêt à se servir de leur talent pour “emmerder”, défendre ceux dont on ne parle pas. » Le choix, explique Catherine Sinet, était d’avoir un journal composé de 50 % de dessins et de 50 % de textes. « Avec des chroniques, des billets d’humeur… Il a fallu du temps pour mettre cela en place. » Selon elle, Siné Hebdo a été largement boycotté. « Quand un journal sort, il est de tradition, au journal télévisé, de montrer le “nouveau confrère”. Mais là, rien  ! Il n’y a que France 2 qui s’est rattrapée en montrant le journal le jour où Siné a gagné son procès. » Et la rédactrice en chef ajoute  : « Il y avait eu des consignes de ne pas parler de nous tant que le procès ne serait pas terminé. Siné était coupable, jusqu’à ce qu’il soit déclaré innocent. »

Ceux qui composent l’équipe de Siné Hebdo ne sont pas venus y travailler pour gagner de l’argent. Mais parce que cela les amusait et correspondait à ce qu’ils avaient envie de faire. Pour Catherine Sinet, « le plus difficile, aujourd’hui, c’est qu’il y a onze personnes sur la voie d’un licenciement économique ». L’aventure se termine. « C’était plus rigolo qu’autre chose. On n’a pas divorcé. Maintenant, on va se retrouver en tête-à-tête et faire autre chose », dit Catherine Sinet. À quatre-vingts ans, Siné est un peu fatigué et c’est le temps de la retraite. « Nous aurions aimé continuer mais nous n’avons ni mécène ni de publicité. Ça a été une très belle aventure et je pense que Siné Hebdo restera dans l’histoire de la presse. »

 

Siné : 60 ans de  dessins

Sine à la fête de humanité

Siné à la fête de l’Huma

Source : http://www.sinehebdo.eu/archives/page/10/ 

 

 

 

Publié dans Presse - Medias | Pas de Commentaires »

Encore un billet plein d’humour de « Monsieur Bernard »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 25 septembre 2009

Publié sur : le blog de Jean-Pierre Martin, un petit cadre dans une grosse boiboite

 

Nicolas Sarkozy veut augmenter la TVA sur les fauteuils roulants.

Nicolas Sarkozy a confirmé hier soir lors de son allocution télévisée qu’il entendait bien augmenter la TVA sur les fauteuils roulants et autres équipements spéciaux conçus exclusivement pour les personnes handicapées. « C’est une question de justice sociale. Vous monsieur Pujadas ou vous madame Ferrari, vous ne bénéficiez pas de TVA réduite quand vous achetez votre berline. Le chef d’entreprise ou le restaurateur qui investit dans un 4×4 n’a pas ce genre de privilèges. Alors pourquoi une poignée de français, de privilégiés, bénéficieraient de ristournes pour acquérir leur moyen de locomotion? Il n’y a rien de choquant à rétablir un peu d’équité dans ce pays« . Et le président de la République de répéter qu’il ne céderait pas à l’odieux chantage du handicap : « Ce n’est pas parce qu’on est tombé d’un échafaudage qu’on a plus de droits qu’un autre. Dans ce pays il est temps de valoriser le travail« .

 

[Article complet]

 

Publié dans Humour, Politique nationale | Pas de Commentaires »

Cinéma : Cannes 2009 Robert Guédiguian

Posté par communistefeigniesunblogfr le 17 mai 2009

 Revoir l’interview de Guédiguian dans l’article : « En kiosque : Siné Hebdo se fait son cinéma » en date du 13 mai.

L’Humanité.fr

« Des étrangers et nos frères pourtant »

Hors compétition. Robert Guédiguian ressuscite dans son film présenté à Cannes dimanche (hors compétition) les membres du groupe Manouchian, ceux de « l’Affiche rouge ».
Une fresque historique servie par des acteurs magnifiques.

Cannes, Envoyé spécial.

Le film assez avancé, l’un de ses jeunes résistants dira le sens de son engagement armé : il se situe « du côté de la vie ». Appliqués à l’Armée du crime, ces mots décrivent à quel niveau s’est placé, dès le premier plan, Robert Guédiguian, avec Serge Le Péron au scénario, pour retracer l’histoire de celles et ceux qui vont former le groupe Manouchian entre 1941 et le 21 février 1944. La caméra, elle, se pose dans le bas Belleville parisien de ces années-là, refuge des juifs fuyant les pogroms, puis des émigrés persécutés.

Lire la suite… »

Publié dans Culture, INFOS | Pas de Commentaires »

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy