• Accueil
  • > Recherche : hollande 2012 2013

Résultats de votre recherche

Rien ne décolle. Rien, sauf… l’accumulation des fortunes

Posté par communistefeigniesunblogfr le 13 août 2015

humanite.fr

 

Prime de rentrée pour les riches

 

par Paule Masson – l’Humanité – 11 août 2015

CaptureMulliez

 

  « Rien ne décolle. Rien, sauf… l’accumulation

  des fortunes. Car si le marché du travail est atone,

  celui des actions, lui, est très florissant. Conjugué

  avec l’inflation continue des prix de l’immobilier,

  il réserve aux ménages dotés d’un gros patrimoine

  une belle prime de rentrée. »

  250 000 euros par emploi créé. Fichtre ! Ce chiffre,

  lâché hier sur France Inter par la députée socialiste

  Karine Berger, dit tout du fabuleux cadeau offert

  au patronat.

 

 

Il représente le ratio entre les 25 milliards d’euros d’exonération de cotisations sociales déjà accordées

par le gouvernement aux entreprises dans le cadre du pacte de responsabilité, et le nombre dérisoire d’emplois

annoncés par les branches professionnelles : 100 000 – contre 1 million promis par le Medef. Quand on sait

que le salaire moyen en France est à peine au-dessus de 2 000 euros net, soit 25 000 euros annuels, avouons

que la hotte est richement garnie.

La plupart des entreprises empochent le pactole sans relancer l’investissement, sans créer d’activité,

ni d’emploi. Les chiffres en berne de la croissance appuient à leur façon l’ampleur de l’arnaque. Rien ne décolle.

Rien, sauf… l’accumulation des fortunes. Car si le marché du travail est atone, celui des actions, lui, est très

florissant. Conjugué avec l’inflation continue des prix de l’immobilier, il réserve aux ménages dotés d’un gros

patrimoine une belle prime de rentrée.

La récolte de l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF) s’annonce exceptionnelle. Les riches de 2014,

plus riches qu’en 2013, pourraient se réjouir de leur contribution à l’effort national. Ce serait oublier la ristourne

que leur accorde le plafonnement de l’ISF à 75 % des revenus en vigueur depuis 2012. L’effet boomerang se met

en marche, au point que les abattements dépassent cette année le montant des chèques du bouclier fiscal

de Sarkozy. Le manque à gagner pour l’État s’élèverait, selon le journal les Échos qui révèle l’affaire,

à 926 millions d’euros. 90 % de cette somme concerne les ménages déclarant un patrimoine supérieur

à 10 millions d’euros, soit les plus grandes fortunes. À l’heure où les avis d’imposition arrivent dans les foyers,

voilà qui vient ternir le « geste fiscal » de François Hollande accordé aux ménages les plus modestes.

Publié dans France, POLITIQUE, Politique fiscale | Pas de Commentaires »

Salariés, voilà à quelle sauce vous serez mangés cette année !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 13 avril 2015

 

Dialogue social, contrat de travail, licenciements… La feuille de route 2015 est prête

 

Dominique Sicot – Humanité Dimanche – 10 avril 2015

valls1

  Révélations.

  Salariés, voilà à quelle sauce vous serez

  mangés cette année !

  L’Humanité Dimanche « s’est procuré le projet

  du programme national réformes 2015 »

  que le gouvernement va transmettre

  à Bruxelles dans quelques semaines.

  Le Medef peux se lécher les babines !

 

 

«Recommandation 2 : réduction du cout du travail » : « (…) à réduire encore, d’une manière neutre sur le plan budgétaire, les coûts salariaux, en particulier aux niveaux les plus bas de l’échelle des salaires ».

« Recommandation 6 : marché du travail, dialogue social et formation » : «(…) prendre des mesures supplémentaires pour lutter contre la rigidité du marché du travail et plus particulièrement prendre des mesures pour reformer les conditions des accords de maintien de l’emploi en vue d’accroitre leur utilisation par les entreprises en difficulté ; prendre des mesures supplémentaires pour reformer le système d’assurance chômage ». Voilà quelques morceaux choisis du projet du « programme national de reformes 2015 » que le gouvernement français va transmettre en mai à la Commission européenne.

[...]

L’AUTO SATISFECIT EST TOTAL

Mais les recettes pour y parvenir s’inscrivent dans le cadre des politiques d’austérité que François Hollande s’était engagé à remettre en cause lors de sa campagne électorale de 2012, sans même s’y essayer une fois élu. La feuille de route présentée par le gouvernement français pour 2015 vise donc à réduire toujours plus les dépenses publiques et la protection sociale solidaire, à libéraliser et flexibiliser à tout va.

Dans ce projet de programme, le gouvernement français tient d’abord à rappeler à quel point jusqu’ici il a fait le job. (…)

II se félicite ainsi que, grâce au pacte de responsabilité et de solidarité, « les cotisations sociales versées par les employeurs (…) soient désormais quasi nulles au niveau du salaire minimum ». Et qu’en ajoutant le crédit d’impôt pour l’emploi et la compétitivité (CICE) et la non revalorisation du SMIC, «le coût du travail au niveau du SMIC » ait « progressé moins vite que le niveau moyen des salaires » et soit désormais proche de celui de l’Allemagne.

L’OCDE CONSEILLE LA FRANCE

Captureloimacron1

  II rappelle aussi, avec satisfaction, le gel du point d’indice (base de calcul

  du salaire des fonctionnaires) de la fonction du publique ; l’« assouplissement

  des régies d’ouverture du dimanche » prévu par la loi Macron ;

  la loi dite de « sécurisation de l’emploi» de 2013 qui a permis d’« apporter

  plus de souplesse et de sécurité juridique aux entreprises » – soit en clair

  de licencier plus vite et de limiter les recours en justice contre

  les « plans de sauvegarde de l’emploi». Tous les intéressés apprécieront !

 

L’OCDE, qui vient de prodiguer ses « conseils » à la France – simplifier et raccourcir les procédures de licenciement, instaurer un contrat de travail unique cassant les droits des CDI, réduire la durée d’indemnisation du chômage… -, et le MEDEF, en grande campagne sur le « poids » du Code du travail et «la peur d’embaucher » – prônant la fusion des instances représentatives du personnel et un contrat de travail incluant dès l’embauche des « motifs incontestables de licenciement » -, peuvent en revancher se réjouir. Le gouvernement s’apprête à satisfaire leurs désirs.

Les premières salves vont tomber dans la loi de « modernisation du dialogue social » qui sera présentée le 22 avril en Conseil des ministres, d’autres seront saupoudrées, dans les mois qui viennent, dans différents textes sous couvert d’« améliorer » la loi de sécurisation de l’emploi de 2013.

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Publié dans ECONOMIE, France, Humanite Dimanche, Liberalisme, Politique nationale, SOCIAL | Pas de Commentaires »

La députée Dombre–Coste vide de sa substance la loi Hamon

Posté par communistefeigniesunblogfr le 20 mars 2015

 

Économie sociale et solidaire :

La députée Dombre–Coste vide de sa substance la loi Hamon

 

fannydombrecoste

  Madame la députée Dombre–Coste, chargée d’une mission

  d’évaluation des articles de la loi sur l’économie sociale

  et solidaire concernant le droit d’information des salariés

  vient de rendre son rapport.

  On y apprend que les cessions d’entreprises ont concerné

  1,3 million d’emplois en 2012 et 2013, que 2 patrons sur 3

ne sont pas gênés par le droit d’information et que les entreprises cédées aux salariés sont plus pérennes

que les autres. Pourtant les propositions de Madame Dombre-Coste vont à l’encontre des droits des salariés.

La députée socialiste propose ainsi de réduire le champ d’application de la loi uniquement

aux « ventes » et non aux « cessions », éliminant ainsi toutes les cessions de parts, sans l’avis

des salariés concernés, contrairement au préambule de la constitution qui énonce

« le droit à la participation et à la détermination collective des conditions de travail ainsi

qu’à la gestion des entreprises ».

Enfin elle suggère de remplacer la sanction de « nullité de la vente » en cas d’infraction à la loi

par une simple amende civile !

Ces propositions cherchent à vider de sa substance la loi Hamon. Ce n’est pas acceptable.

Tout ceci renforce la nécessité d’un véritable droit de préemption donnant priorité aux salariés en cas de cession

de leur entreprise, comme promis par François Hollande quand il était candidat.

 

Publié dans ECONOMIE, France, Liberalisme, Politique nationale | Pas de Commentaires »

Rentrée : bonnet d’âne pour l’exécutif

Posté par communistefeigniesunblogfr le 20 août 2014

 

Rentrée : bonnet d’âne pour l’exécutif

 

Frédéric Durand et Lionel Venturini – 20 août 2014

 

CapturePlacide2

  Le Conseil des ministres de rentrée se tient,

  ce matin, dans un contexte politique inédit

  depuis 2012, avec une majorité déchirée

  
face à la stagnation économique,

  et un exécutif droit dans ses bottes.

  À hauts risques, sombre, difficile… On se dispute

  les attributs pour qualifier une rentrée de l’exécutif

  redoutée par les protagonistes eux-mêmes.

 

 

Aujourd’hui, à 10 heures, le président de la République et le premier ministre ouvriront le premier Conseil

des ministres sur un bilan de mi-mandat accablant. Outre une courbe du chômage qui n’a cessé

de grimper depuis 2012, avec un pic d’augmentation de 130 000 privés d’emploi sur l’année, les derniers

chiffres de conjoncture économique ne laissent guère de place à l’optimisme. Une croissance qui rampe

et peu de perspectives de reprise à moyen terme. Pis, la série de mesures prises par les socialistes

au pouvoir affichent une efficacité quasi nulle. Le crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (Cice),

qui devrait se solder par un manque à gagner cumulé d’environ 30 milliards d’euros pour l’État

sur 2013-2014 au bénéfice des entreprises, n’a aucun effet sur l’emploi, pas plus que n’en aura le pacte

de responsabilité qui supprime à son tour 30 milliards d’euros de cotisations patronales. Sans compter

que la faible contrepartie, le volet dit social du dispositif, vient d’être rejetée par le Conseil constitutionnel.

Vient se greffer à ses mesures économiques un plan drastique de suppression de crédits publics à hauteur

de 50 milliards d’euros. Une somme ponctionnée pour 18 milliards sur l’État, 11 milliards sur les collectivités

locales et 21 milliards sur la protection sociale.

Une gauche qui se sent trahie 
et dont les langues se délient

À ce rythme et sur ce modèle, plus grand-chose ne distingue une politique de droite et une politique

de gauche, à tel point que, selon le Monde, « après avoir obtenu 40 milliards d’euros d’aides (…),le Medef

hésite à mettre la pression sur le gouvernement ». Autant dire que la politique de Hollande et de Valls,

si elle réduit la marge de manœuvre de la droite qui n’a d’autre choix que la surenchère, hérisse le poil

d’une gauche qui se sent trahie. Et, in fine, profite à l’extrême droite…

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Publié dans France, POLITIQUE, Politique nationale, PS | Pas de Commentaires »

Les assistés du CAC 40 peuvent dormir tranquille

Posté par communistefeigniesunblogfr le 20 mars 2014

 

Aides publiques

Un pacte de rentabilité pour le CAC 40

 

L’HUMANITÉ – 18 mars 2014 – Clotilde Mathieu

Malgré l’opacité sur les crédits d’impôt recherche et compétitivité emploi, l’Humanité a obtenu leurs montants pour 16 multinationales du CAC. En 2013, malgré leurs 28 milliards d’euros de bénéfices, ces dernières ont gagné 1,72 milliard d’euros sur leur impôt.

Une véritable gabegie d’aides publiques.

Pour l’un 20 milliards d’euros, 5,8 milliards pour l’autre. A eux deux, le crédit d’impôt compétitivité emploi (CICE) et le crédit d’impôt recherche (CIR) pompent plus de 25,8 milliards d’euros dans les caisses de l’état. Une cagnotte qui devrait s’amplifier dans les prochaines semaines.

Car le patronat presse. Il lui faut toujours plus. Et pourquoi pas 100 milliards d’euros, comme l’a suggéré Pierre Gattaz au mois de janvier  ? La compétitivité et l’emploi seraient en jeu. La ficelle est énorme.

Mais pas pour François Hollande, séduit par l’argument d’un « coût » du travail jugé trop élevé, qui n’hésite pas à reprendre également l’argument des marges historiquement basses, quitte à distribuer les deniers publics sans émettre le moindre critère d’attribution, ni d’évaluation.

Le comité de suivi ne dévoilera qu’une première estimation en 2017. En attendant, le gaspillage se poursuit et le chômage grimpe et les coupes budgétaires s’accentuent. Dans quelques semaines, les entreprises pourront se gaver de 10 milliards d’euros de crédit en plus, avec la mise en application du pacte de responsabilité.

De quoi ravir celles du CAC, puisque le pactole de crédits est déjà quasi équivalant aux 36 milliards d’euros que rapporte l’impôt sur les sociétés. Avec l’opacité qui règne sur le montant alloué à chaque dispositif, l’Humanité, avec l’aide de la CGT, n’a pu se pencher que sur 16 entreprises de l’indice vedette.

Les assistés du CAC

Le résultat donne la nausée. Malgré de bons résultats 28 milliards d’euros , pour une année de crise, les 16 se sont partagé 1,72 milliard de CIR et CICE, soit en moyenne 108 millions d’euros par groupe. Ce sont surtout les actionnaires qui ont ramassé la mise, avec 20 milliards d’euros.

En tête des assistés du CAC :

- Renault,

- Sanofi,

- Safran

- et Carrefour

- et, plus loin,Total, qui touche 90 millions d’euros d’aides publiques, dont 70 millions d’euros au titre du CICE. Avec 8,6 milliards d’euros de bénéfices, dont 49 % 1,3 milliard d’euros vont directement dans les poches des actionnaires, ce groupe a les moyens de ses investissements. Pourtant, en août, son PDG, Christophe de Margerie, annonçait qu’« un certain nombre de restructurations » auraient lieu en France.

Les rapports pleuvent pour dénoncer le CIR, la plus grande niche fiscale jamais créée dans le pays.

Car les multiples réformes réalisées sous Sarkozy ont fait de la France le plus grand paradis fiscal, sous prétexte de recherche. Les entreprises se sont ruées sur le dispositif. Le nombre de déclarants au CIR a été multiplié par 2 entre 2008 et 2012, alors que les effectifs de la recherche et du développement en France ont fondu dans la même période de 11 %.

L’exemple de Sanofi est éloquent.

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Publié dans Competitivite, ECONOMIE, Emplois, F. Hollande, France, Liberalisme, SOCIAL | Pas de Commentaires »

Marché transatlantique : c’est trop grave ! Le peuple doit être consulté.

Posté par communistefeigniesunblogfr le 24 février 2014

 

Marché transatlantique :

          c’est trop grave ! Le peuple doit être consulté.

 

Capturestoplibrechange

  Par Patrick Le Hyaric

  C’est sans doute la ministre, Mme Fleur Pèlerin, qui a le mieux

  caractérisé le sens du voyage d’état de F. Hollande aux Etats-Unis.

  Il était « venu donner des preuves d’amour aux patrons ».

  Et le peuple alors ? A quel sentiment a-t-il droit ?

  De fait, en faisant participer M. Gattaz au dîner d’État,

en se rendant auprès du grand patronat à San Francisco

et en donnant l’accolade au leader du mouvement de novembre 2012, dit des « pigeons », opposé à l’impôt

sur le capital, le Président de la République a malheureusement une nouvelle fois montré quels intérêts il servait.

Nous en sommes au point où la droite n’a même plus le loisir de critiquer les choix économiques, sociaux

et internationaux actuels, puisque ses idées sont mises en œuvre. M. Copé et d’autres en sont réduits

à la surenchère jusqu’à commenter bêtement la qualité de livres pour enfants et à faire courir des rumeurs sur feu

la loi sur la famille ou cette fumeuse prétendue « théorie du genre » à l’école.

Au cours du voyage présidentiel aux Etats-Unis, n’ont jamais été évoqués : ni les affaires d’espionnage par la NSA,

ni le sort de Snowden et d’Assange, ni Guantanamo, ni les enjeux du désarmement pas plus que les largesses

fiscales dont bénéficient des groupes comme Google. Par contre, le Président de la République a de fait poursuivi

sa mue, se dépouillant définitivement des quelques oripeaux sociaux-démocrates qui l’encombraient encore.

En appelant à « accélérer les négociations sur le projet de marché transatlantique, pour une conclusion rapide »,

M. Hollande a donné satisfaction aux organisations patronales allemandes et au Medef qui, dans une déclaration

commune, le réclamaient.

[...]

Ce projet est extrêmement dangereux pour nos vies quotidiennes. Il poursuit plusieurs buts :

tenter de faire face à la crise des débouchés que provoquent les politiques d’austérité en attisant la guerre

économique pour offrir des « marchés » d’exportation aux grandes firmes en éliminant toutes les barrières

douanières et surtout en harmonisant vers le bas toutes les règles du commerce et les normes sociales, sanitaires,

alimentaires ou environnementales. Toutes les mesures de protection sociale comme le salaire minimum garanti,

les précautions sanitaires, la qualité de l’alimentation, les services publics, la création culturelle, la protection

des consommateurs, les droits d’auteurs, l’épargne, seraient alignées sur des « règles mondiales édictées

par le grand capital international » pour augmenter encore ses marges et ses profits.

[...]

M. Hollande connaît si bien ces dangers qu’il s’est écrié devant M. Obama au cours d’une conférence de presse :

« Nous avons tout à gagner à aller vite. Sinon, nous savons bien qu’il y aura une accumulation de peurs,

de menaces et de crispations ». Quel terrible aveu ! Quelle négation de la démocratie. Cela ressemble

à une tentative de coup de force dans le dos des populations française et européennes. (…)

[Lire l’article complet sur patrick-le-hyaric.fr]

Capturestoptafta

 

 

 

À lire :

Publié dans ECONOMIE, ETATS-UNIS, EUROPE, F. Hollande, Liberalisme, POLITIQUE, SOCIAL, Union europeenne | Pas de Commentaires »

Emploi : le pari raté du gouvernement

Posté par communistefeigniesunblogfr le 28 janvier 2014

 

Dans l’Humanité de ce mardi :

          emploi, le pari raté du gouvernement

 

huma2801

 

En 2013, le nombre de demandeurs d’emploi a augmenté de 6 %.

La preuve 
de l’inefficacité de la politique de baisse

du «coût du travail», que le gouvernement veut pourtant

aggraver avec le pacte de responsabilité.

Le président de la République n’aura pas tenu son pari.

Le 9 septembre 2012, sur le plateau du JT de TF1, François Hollande

promettait d’inverser la courbe du chômage d’ici à fin 2013. Objectif raté.

Les chiffres publiés hier soir par le ministère du Travail pour le mois

de décembre sont sans appel.

 

Le chômage continue de grimper inexorablement depuis mai 2011. En catégorie A, les chômeurs n’ayant pas travaillé sont 10 200 de plus sur le mois et en hausse de 5,7 % sur l’année, soit 177 800 personnes. Toutes catégories confondues (A, B et C), le nombre de demandeurs d’emploi a augmenté de 0,5 % sur le mois et de 6 % sur l’année, ce qui représente 278 700 inscrits en plus. Au total, il y a plus de 5,5 millions de chômeurs en France.

Seul 0,8 % de croissance pour 2014

Face à ce constat d’échec, le ministère du Travail, dans un communiqué, en est réduit à se féliciter que 2013 « soit marquée par un net mouvement d’amélioration », comprendre que la hausse du chômage a été moins forte qu’en 2012 ! De son côté, Pierre Moscovici, le ministre de l’Économie, reste aussi optimiste : « La France va mieux. Il y a maintenant cette amélioration de la situation de l’emploi, une croissance qui repart mais il faut faire plus. » Pourtant, la situation ne devrait pas s’améliorer. Selon les estimations des économistes, la croissance ne devrait pas excéder 0,8 % en 2014. Or, pour créer de l’emploi, le seuil minimum de croissance est de 1,5 %. Alors que la négociation sur l’assurance chômage vient de débuter, laissant planer la menace d’une baisse d’indemnisation des demandeurs d’emploi, l’Unedic table déjà sur une hausse de 63 200 chômeurs en catégorie A.

[Lire la suite]

Sommaire

Publié dans Austerite, Chomage, ECONOMIE, Emplois, France, l'Humanité, Liberalisme, Politique nationale, SOCIAL | Pas de Commentaires »

Secteur associatif : 40 000 suppressions d’emplois en 2014

Posté par communistefeigniesunblogfr le 21 novembre 2013

 

ÉCONOMIE SOCIALE

40 000 suppressions d’emplois en 2014 :

ce plan social invisible qui frappe le secteur associatif

 

asso-citoyennes

par Nadia Djabali 18 novembre 2013

Les associations ont souffert sous la présidence Sarkozy.

Vont-elles expirer avec Hollande ?

30 000 à 40 000 emplois devraient être supprimés en 2014,

dans un secteur associatif qui en compte 1,8 million.

Les raisons de cette gigantesque vague de licenciements :

la baisse des budgets des collectivités locales,

qui n’ont plus les moyens de soutenir les associations. Et la politique de l’État qui oriente ses subventions

et ses appels d’offre vers les plus grosses structures, transformées en prestataires de services.

Une politique jugée « aveugle et suicidaire » par nombre de représentants du secteur. Enquête.

 

Le 1er janvier 2014, il n’y aura plus aucun éducateur dans les rues d’Orléans, de Montargis ou de Pithiviers pour aller à la rencontre des collégiens et des ados. Le département du Loiret a annoncé cet été qu’il ne financerait plus la prévention spécialisée, jugée inefficace par ses services. L’enveloppe départementale représente 80% du budget des deux associations en charge de cette prévention : 50 éducateurs, dont 40 équivalents temps plein viendront donc gonfler les effectifs de Pôle emploi.

En Seine-Maritime, même processus. Le nombre d’éducateurs de rue est divisé par deux suite à la décision du conseil général de réduire les subventions de 6,8 millions d’euros à 3,5 millions d’euros. Cette coupe budgétaire a un impact immédiat sur les associations de prévention, financées à 90% par le département : 74 emplois supprimés sur les 140 que compte le secteur. Une rallonge de 500 000 euros du conseil général servira à solder les licenciements.

La prévention spécialisée n’est pas la seule touchée. En Isère, le Planning familial est dans une situation très difficile depuis l’annonce par le conseil général d’une diminution des subventions de 98 000 euros. Plus de la moitié des centres sont concernés, avec à la clé la fermeture du centre d’Eybens, près de Grenoble.

Un plan social invisible

On ne compte plus les associations dont les comptes virent au rouge, plombés par les mesures d’austérité. Décidées au niveau national, ces coupes dégringolent en cascade jusqu’aux finances locales. Au bout de la chaîne, des associations mettent la clé sous la porte ou se séparent de leurs permanents. « Entre 2010 et 2012, le secteur associatif a perdu 11 000 emplois alors qu’il représente aujourd’hui un emploi sur dix du secteur privé », confirme Valérie Fourneyron, ministre des Sports, de la Jeunesse, de l’Éducation populaire et de la Vie associative.

Ce n’est que le début. L’année 2014 s’annonce très rude.

[Lire la suite sur Basta !]

Creative Commons License

Cet article vous a intéressé ? Basta ! a besoin de ses lecteurs pour poursuivre son travail, faites un don.

Publié dans Austerite, ECONOMIE, Emplois, France, licenciements, SOCIAL, SOCIETE | Pas de Commentaires »

Monsieur Hollande, serez-vous celui qui laissera fermer le journal de Jaurès ? (SNJ CGT)

Posté par communistefeigniesunblogfr le 11 novembre 2013

 

Monsieur Hollande, serez-vous celui qui laissera fermer le journal de Jaurès ?

(SNJ CGT)

 

Monsieur Hollande, serez-vous celui qui laissera fermer le journal de Jaurès ? (SNJ CGT) dans Democratie jaures-assassine-202x300

Monsieur le Président de la République,

En  2012, alors candidat à l’Élysée, vous vous engagiez auprès

de notre syndicat à « garantir le pluralisme et la liberté de l’information ».

Aujourd’hui toute la presse en appelle à votre arbitrage concernant

la rupture annoncée du « moratoire postal », qui représente une charge

nouvelle de 45 millions d’euros imputée aux éditeurs de presse et menace donc

la survie de nombreux titres. 

Depuis plusieurs années, le système de distribution de la presse est en danger

de mort. Pourtant les principes qui le régissent visent à ce que tous les journaux,

quels que soient leurs moyens, leur diffusion, leur ligne éditoriale,

puissent être distribués dans les mêmes conditions sur tout le territoire national afin d’être accessibles à tous.

Le gouvernement de gauche doit être au rendez-vous de ce tournant décisif pour la démocratie.

Car il n’y a pas de citoyenneté sans liberté et pluralisme de la presse.

La presse française va mal. Nous sortons d’une période noire, avec la disparition de titres emblématiques

comme France Soir ou La Tribune. D’autres sont au bord du gouffre.

Aujourd’hui, plus aucune entreprise de presse ne vit uniquement de la vente des journaux qu’elle produit.

Les rédactions s’appauvrissent et il devient de plus en plus difficile de permettre à la presse écrite de jouer

son rôle.

Les aides publiques à la presse ne doivent donc pas être considérées comme un supplément

d’âme pour l’État, ou conditionnées à des exigences gouvernementales, mais bien comme la garantie

d’un service public, d’autant plus indispensable en ces temps de crise, de recherche d’alternatives.

La presse d’opinion, et l’Humanité en particulier, pourrait être la  première à en payer la facture, face à

une concentration au profit de groupes bancaires et de grandes fortunes françaises. Notre journal, l’Humanité,

est un des titres garants du pluralisme, un des rares à s’opposer au déferlement de la pensée unique, érigée

dans la plupart des médias en ligne éditoriale.

Notre journal, c’est celui de Jean Jaurès, Monsieur le Président.

Notre journal, c’est celui du peuple de gauche qui a contribué à votre élection.

Ne soyez pas celui qui prendra la responsabilité de porter atteinte à la démocratie en sacrifiant

le pluralisme de la Presse.

Rendez-vous devant l’Assemblée Nationale- Place Edouard Herriot

Le Mercredi 13 novembre à 10h

Publié dans Democratie, France, l'Humanité, PETITION, POLITIQUE, Presse - Medias, SNJ-CGT | Pas de Commentaires »

L’édito de l’Humanité : « Une opération camouflage »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 4 novembre 2013

 

Une opération camouflage, l’éditorial de Jean-Paul Piérot

 

L'édito de l'Humanité :

Délocalisations de productions, fermetures d’entreprises,

dumping social, productivisme ruineux… tout ce cocktail

explosif charrie un ras-le-bol social qui n’était pas absent,

loin s’en faut, de la manifestation de Quimper.

Des salariés y étaient venus, animés par une volonté

de défendre un emploi qui leur échappe, de continuer

à vivre et travailler au pays où ils se sont endettés

pour bâtir la maison familiale.

Et pourtant, pour nombre de ces manifestants, comment ne pas avoir

ressenti une impression de confusion mêlée de malaise

quand sourd l’étrange suspicion d’être manœuvrés à la vue, dans le cortège, de patrons peu connus

jusqu’à présent pour leur proximité avec le mouvement social ou leurs sympathies pour les revendications

ouvrières, arborer quasiment la posture de délégués syndicaux. Comment ne pas s’étrangler de rage

ou éclater de rire devant le spectacle carnavalesque du député UMP Le Fur coiffé d’un bonnet rouge

fustigeant une écotaxe pour laquelle il avait voté en son temps, sous le règne de Nicolas Sarkozy ?

C’est peu dire que la démonstration qui 
s’est déroulée dans le chef-lieu du Finistère était

hétéroclite. À la vérité, sur fond de désespérance et de colère sociale aveuglante, les forces qui portent

des responsabilités éminentes dans les difficultés qui assaillent des milliers de familles de salariés ont réussi,

au moins l’espace d’un week-end, à se livrer à une opération de camouflage et à réduire la portée

du ras-le-bol social à celle du « ras-le-bol fiscal ». En d’autres termes, à tenter d’entraîner des salariés

et des chômeurs, des familles qui galèrent dans les marges de la pauvreté, dans leur combat égoïste

pour les allégements fiscaux. On serait tenté de dire aux leaders du Medef, de la FNSEA et à la droite

bretonne : chapeau, les artistes !

La manœuvre peut sembler grossière, car il n’est pas besoin d’être grand clerc pour constater

que la taxe poids lourds n’a pas grand-chose à voir 
avec les problèmes d’emplois chez Alcatel, PSA ou Carl 
Zeiss,

ni pour remarquer que ceux-là mêmes qui portent le bonnet rouge des allégements fiscaux sont à l’origine

de la crise du système productiviste dans le secteur agroalimentaire qui a appauvri les petits producteurs

et jette à la rue les salariés sous les coups de la concurrence. De nombreux salariés, syndicalistes,

qui témoignent dans ces pages ne sont pas dupes et dénoncent les dangers d’une alliance contre nature

entre le loup et l’agneau. C’est ce qu’a exprimé le rassemblement 
de Carhaix, organisé à l’appel de la majorité

des syndicats et de la gauche.

Le ciment qui a pu agréger une partie des salariés et des familles populaires à la croisade anti-impôts

des plus riches n’est autre que la déception massive d’électeurs qui avaient voté pour François Hollande en mai 2012

dans l’espoir d’un changement qui n’est venu ni maintenant ni après. Selon le sondage Ifop publié dimanche,

ce n’est pas d’abord une nouvelle gouvernance ni une équipe gouvernementale remaniée que réclame l’opinion,

mais un changement de politique. Une partie des forces de gauche en est depuis longtemps convaincue,

au Front de gauche bien sûr, mais aussi 
au sein des écologistes et dans la gauche du PS. François Hollande,

particulièrement visé lors de la manifestation de Quimper, serait bien inspiré de porter son écoute à bâbord,

s’il veut éviter de nouvelles rafales et pas seulement en Bretagne.

Publié dans France, l'Humanité, POLITIQUE | Pas de Commentaires »

123456
 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy