• Accueil
  • > Recherche : goodyear amiens nord cgt

Résultats de votre recherche

CGT : Meeting de solidarité pour la relaxe des 8 de GOODYEAR

Posté par communistefeigniesunblogfr le 6 septembre 2016

 

Capture.PNGrelaxegoodyear

 

L’USD CGT DU NORD ORGANISE UN MEETING

LE 8 SEPTEMBRE POUR EXIGER LA RELAXE

DES 8 SALARIES DE GOODYEAR

ET PLUS LARGEMENT DANS LE CADRE DE LA LUTTE

CONTRE LES DISCRIMINATIONS SYNDICALES !

 

L’USD CGT du Nord, organise un meeting le 8 septembre,

dès 18 heures à la Bourse du Travail à Lille,

en présence de Michael WAMMEN et ses camarades

de Goodyear et leur avocat, Fiodor RILOV.

Ce meeting s’inscrit dans le cadre de la campagne

nationale des “8 Goodyear”, et plus largement de la lutte

contre les discriminations syndicales.

Pour rappel, les 19 et 20 octobre 2016 aura lieu

à Amiens,le procès en appel des “8 Goodyear”,

condamnés en première instance, le 12 janvier 2016,

à 24 mois de prison dont 9 mois ferme et 5 ans

de mise à l’épreuve, par un gouvernement dit de gauche.

Publié dans CGT, SOCIAL, Solidarite, Syndicats | Pas de Commentaires »

L’appel des Goodyear : signez la pétition !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 13 janvier 2016

 

Pétition adressée à François Hollande par la CGT Goodyear d’Amiens-Nord.

 

CapturesoutienexGoodyear

Pour la première fois depuis un demi siècle un gouvernement

a demandé que soit requis des peines de prison ferme

contre des syndicalistes pour avoir participer avec les salariés

à des actions en vue d’empêcher la fermeture de leur usine.

En même temps qu’ils préparent la suppression dans quelques

mois de plus 1000 articles du Code du travail, Hollande, Valls

et Macron ont décidé de déclencher une répression

sans précédent des syndicalistes qui luttent dans les entreprises.

Avec les 8 condamnés de GOODYEAR l’exécutif veut faire un exemple.

Le gouvernement affiche sa volonté de mettre les Procureurs

et les forces de polices aux services des grands groupes

pour briser toute résistance à la destruction des emplois

et de l’industrie.

 

Évidemment les militants de terrain en général et ceux de la CGT en particulier sont les plus touchés.

C’est pourquoi nous en appelons à l’ensemble des salariés, aux militants, aux syndicats d’entreprises,

unions locales, départementales, régionales, fédérations ou simples salariés solidaires, pour qu’ensemble

nous fassions la démonstration de notre force.

Nous pouvons être des millions à faire reculer Hollande, Valls et Macron en commençant par leur imposer

l’arrêt des poursuites contre les 8 de GOODYEAR et en organisant le plus grand rassemblement solidaire

en prévision de l’appel.

Je signe l’appel Nous Sommes Tous Des Goodyear

Publié dans ECONOMIE, France, Luttes, PETITION, SOCIAL | Pas de Commentaires »

9 mois de prison ferme pour 8 syndicalistes de Goodyear : une décision ignoble

Posté par communistefeigniesunblogfr le 13 janvier 2016

 

8 syndicalistes de Goodyear condamnés comme des criminels

 

Olivier Morin – l’Humanité – 12 janvier 2016

Capturehuma21838

 

Les ex-salariés de l’usine d’Amiens-Nord

ont écopé de 9 mois de prison ferme.

Une première, alors que les cadres « séquestrés »

et l’entreprise avaient retiré leur plainte.

Le prétexte de la séquestration cache mal

une volonté de criminaliser l’action syndicale.

L’infamie. Hier, traduits devant le parquet,

ce sont des travailleurs que la justice a décidé

d’enfermer en prison.

Les huit ex-salariés de l’usine Goodyear d’Amiens-Nord

(Somme) ont été condamnés à neuf mois de prison

ferme pour la « séquestration », durant 30 heures,

en 2014, de deux cadres dirigeants de cette usine

qui a fermé en 2014.

 

Les militants accusent le coup d’une décision qui en dit long sur l’état du rapport de forces dans le pays.

Les patrons de l’usine de production de pneus agricoles Goodyear d’Amiens-Nord, promise à la fermeture

en janvier 2013, allaient laisser 1 173 travailleurs sur le carreau. Durant six années, les projets de restructuration

et le manque d’investissement dans l’outil de production avaient été combattus et dénoncés par la CGT.

À la fin de 2013, les salariés ont décidé de bloquer les stocks de l’usine, ne laissant ni rentrer ni sortir aucun pneu

du dépôt, afin de mettre une pression supplémentaire sur la direction pour qu’elle rejoigne la table des négociations.

En janvier 2014, la direction du site d’Amiens-Nord consent à rencontrer les salariés et leur organisation syndicale,

« mais nos questions sont restées une nouvelle fois sans réponse », racontait alors Franck Jurek, élu CGT

et secrétaire adjoint du comité d’entreprise. Si bien que, le 6 janvier, à 10 h 30, « les 200  salariés de l’équipe

de nuit présents sur le site n’ont laissé repartir ni le directeur de la production, Michel Dheilly, ni le directeur

des ressources humaines, Bernard Glesser », rapportait alors l’Humanité. Une décision sans préméditation…

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Publié dans ECONOMIE, France, SOCIAL | Pas de Commentaires »

Acharnement judiciaire contre les salariés de Goodyear Amiens

Posté par communistefeigniesunblogfr le 19 février 2015

 

LA FNIC CGT CONDAMNE L’ACHARNEMENT DE LA JUSTICE

CAPITALISTE CONTRE LES SALARIÉS DE GOODYEAR

 

MWamen

  La FNIC CGT (Fédération Nationale des Industries Chimiques)

  dénonce l’acharnement judiciaire dont sont victimes

  nos Camarades de Goodyear Amiens et plus particulièrement

  le secrétaire général du syndicat CGT Mickael Wamen.

  Le seul crime qu’ils ont commis, c’est de défendre les 1143 emplois

  de l’usine GoodYear Amiens contre la rapacité des actionnaires

  ultra-riches de l’entreprise américaine Goodyear.

  Le 17 février 2015, notre Camarade Mickael Wamen s’est retrouvé

  en garde à vue de 9h00 à 19h00 au commissariat d’Amiens, pour des faits

  qui avaient pourtant été prescrits par un accord de fin de conflit

le 23 janvier 2014 !

[Lire la suite sur CGT Nord]

 

Publié dans CGT, France, Justice, Luttes, SOCIAL | Pas de Commentaires »

Huit mois après la fermeture de leur usine, les Goodyear sont toujours en lutte

Posté par communistefeigniesunblogfr le 29 septembre 2014

 

Les Goodyear toujours en lutte

 

Image de prévisualisation YouTube

Journal l’Humanité  -  youtube

 

Les salariés de Goodyear, dont l’usine a fermé il a 8 mois, ont occupé la zone industrielle d’Amiens

ce vendredi 26 septembre.

Ils ont été reçus à la préfecture, rendez-vous qu’ils demandaient en vain depuis plusieurs semaines.

Mickael Mallet, salarié de Goodyear, nous explique le sens de cette action, qui entend dénoncer un processus

de reclassement inopérant et l’opacité du projet de reprise par l’entreprise Titan.

Dès sa sortie de la préfecture, la délégation conduite par Mickael Wamen, le leader syndical CGT des Goodyear,

a rendu compte à ses camarades de sa rencontre avec la préfète.

 blog.cgt-goodyear-nord.com/post/2014/09/25/Mobilisation-le-vendredi-26-septembre-5h

Publié dans CGT, ECONOMIE, Emplois, France, Liberalisme, licenciements, Luttes, SOCIAL | Pas de Commentaires »

Goodyear Amiens Nord : la solidarité jusqu’au bout !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 23 janvier 2014

 

Goodyear Amiens Nord :

les salariés choisissent la solidarité jusqu’au bout

 

goodyear2

  « L’accord de fin de conflit » arraché mercredi

  par la CGT à la direction de Goodyear Amiens Nord

  « permet à tout le monde de partir (au chômage)

  avec des primes », y compris les salariés avec peu

  d’ancienneté

 

Cet accord, qui a mis fin à un conflit de près de sept ans et ouvert la voie à la fermeture de l’usine qui employait

1.173 personnes, prévoit un « triplement de l’enveloppe » consacrés aux primes et indemnités de licenciement,

a expliqué ce jeudi à l’AFP Mickaël Wamen, leader du syndicat CGT d’Amiens-Nord.

Rééquilibrage

Les salariés ont décidé que cette enveloppe majorée servirait aux « gens qui partent avec le moins possible ».

Ainsi, les salariés avec peu d’ancienneté, pour lesquels aucune indemnité n’était prévue dans le plan de licenciement

initial, ne partiront pas au chômage sans rien. « Si on prend l’indemnité globale, soit l’indemnité de fin de conflit

plus le congé de reclassement, personne ne part avec moins de 60.000 euros, même avec un an d’ancienneté

et au maximum les gens partent avec 120 à 130.000 euros », a indiqué Mickaël Wamen. « Pour certains qui ont un,

deux, trois, quatre, cinq ans d’ancienneté, on a même multiplié (les indemnités) par dix, par vingt, par trente »,

a-t-il expliqué. Ce « rééquilibrage » a entraîné un nivellement des primes pour les plus anciens au profit des ouvriers

les plus jeunes, selon le syndicaliste.

Ces précisions tordent le cou aux premières polémiques sur l’accord trouvé mercredi, qui sous-entendaient

des salariés licenciés mais nantis. Un comble ! Il s’agit d’un « triplement de l’enveloppe et non pas

des indemnités à titre personnel des gens. Les gens qui avaient droit à 120.000 euros dans le PDV ne partent

pas avec 360.000 euros aujourd’hui, c’est une évidence. »

Vers une reprise par Titan

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Publié dans ECONOMIE, France, licenciements, SOCIAL | Pas de Commentaires »

Goodyear Amiens-Nord : « Nos enfants ne valent pas moins que les enfants des actionnaires. »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 20 janvier 2014

 

Les Goodyear, têtes hautes, à Amiens en famille

 

gg2

 

  Plusieurs centaines de salariés de l’usine Goodyear

  d’Amiens-Nord, accompagnés de leurs familles

  et soutiens, se sont rassemblés ce samedi après-midi

  devant l’hôtel de ville d’Amiens.

 

« Nos enfants ne valent pas moins que les enfants des actionnaires. Notre histoire n’est pas terminée »

sont-ils venus dire.

Deux grandes banderoles avaient été déployées devant la mairie : « Nos familles ont le droit de vivre dignement »

et « Détruire un emploi, c’est détruire une famille« . Et c’est en famille que se sont rassemblés un bon millier

de salariés de Goodyear, avec leurs proches, compagne et enfants. « Rien qu’au regard du nombre de personnes

qu’il y a, on s’aperçoit du dégât que Goodyear va causer », a lancé Mickaël Wamen, secrétaire de la CGT, syndicat

qui a porté le combat à l’usine d’Amiens-Nord pendant toutes ces années. « Nos enfants ne valent pas moins

que les enfants des actionnaires. Notre histoire n’est pas terminée… » « Après bientôt sept ans de combat, on va

vendre notre peau du mieux que l’on peut ». Et exiger que Goodyear paye les indemnités en une fois… Il explique

pourtant que le coût du plan social, c’est le double de ce qu’il fallait pour relancer l’activité. Devant la mairie,

des enfants portaient des t-shirts rouges « Non aux licenciements. Plan anti-social ».

Les négociations ont repris vendredi matin entre des représentants de la CGT et la direction de Goodyear,

en présence de Jean-François Cordet, préfet de la région Picardie et nommé médiateur par le ministre

du Redressement productif. Les Goodyear ne veulent plus que des conditions de départs dignes, pour tourner

la page, faire le deuil. « On nous parle de reclassement, mais on nous propose des postes à Montluçon alors que

dans le même temps, à Montluçon, il y a des fermetures d’équipes et du chômage partiel » explique Mickaël Wamen.

Il y a une urgence de lutte dans notre pays, parce que là les seuls qui se battent aujourd’hui, c’est le Medef

qui obtient des milliards du gouvernement. [...] Plus il y a d’allègements de charges, plus il y a de plans sociaux

et de délocalisations…  La prochaine étape, c’est la fermeture de Dunlop Amiens Sud » dit-il amer.

Mickaël Wamen a également annoncé la création d’un « Collectif des anciens salariés de Goodyear » pour « aider

ceux qui seront dans la plus grande détresse ». Il évoque les larmes des collègues, le désespoir et parfois l’alcool

comme substitut. « Mais il ne faut pas juger, il faut aider ! »

(Lire les témoignages : Goodyear La violence au quotidien).

 

Pi.M. – humanite.fr

Publié dans CGT, ECONOMIE, France, licenciements, Luttes, SOCIAL | Pas de Commentaires »

Goodyear Amiens-Nord : Face aux revendications légitimes des salariés, la réponse du gouvernement : les CRS

Posté par communistefeigniesunblogfr le 8 janvier 2014

 

Goodyear : la rage au cœur

 

goodyear1  par Stéphane Aubouard

  Les deux cadres de l’usine d’Amiens-Nord ont été

  laissés libres. Cible d’une droite et d’un Medef

  déchaînés, la CGT appelle les salariés à occuper

  l’usine pour obtenir des indemnités décentes.

 

Amiens, envoyé spécial. Les camions de police sont finalement apparus hier après-midi sur le parking de l’usine Goodyear de la zone industrielle d’Amiens-Nord. Suite logique aux cris d’orfraie de la droite qui, depuis vingt-quatre heures, n’ont cessé de se répandre sur les ondes des radios et les écrans de télévision.

Le Medef avait décoché ses flèches dès lundi, qualifiant de « violente, totalement contraire aux principes du dialogue et du droit » l’action menée par les salariés du fabricant de pneumatiques.

Pour certains cadors de l’UMP, la lutte syndicale s’apparenterait même à du terrorisme religieux. « Quand une église est attaquée et profanée, le gouvernement doit faire respecter l’État de droit. Mais c’est vrai aussi dans une entreprise », a ainsi déclaré, hier matin, Jean-Pierre Raffarin sur les ondes d’Europe 1. Quelques heures plus tard, le président UMP du conseil général des Alpes-Maritimes, Éric Ciotti, en appelait même à « utiliser la force publique pour libérer ces deux dirigeants », allant jusqu’à qualifier les syndicalistes de la CGT « d’extrémistes qui manipulent des syndicats archaïques ».

La messe était dite. Et quelques heures plus tard, ces nouveaux « conseillers » du gouvernement socialiste étaient entendus avec l’arrivée des camions de la force publique. L’image fera frémir à coup sûr dans les chaumières de l’UMP et du Medef  : entourés de policiers et sous les cris de : « Les voyous, c’est pas nous » d’ouvriers à bout de nerfs, le directeur de production, Michel Dheilly, et le directeur des ressources humaines, Bernard Gessler, sont raccompagnés à la sortie de l’usine. « Ils ont eu à manger et à boire. Ils pouvaient joindre leur famille. On se connaît depuis longtemps vous savez. M. Gessler a même eu droit à la visite du Samu qui a constaté une santé excellente. Il n’y a eu aucune violence de notre part », affirmait Reynald Jurek, délégué syndical CGT de l’usine, plus tôt dans la matinée.

En effet, à entendre et à regarder de plus près les ouvriers de Goodyear, qui se sont succédé dans l’usine depuis vingt-quatre heures, la violence a d’autres traits. « On nous accuse de terrorisme, reprend le syndicaliste, mais nous, cela fait sept ans qu’on nous violente. Aujourd’hui, j’ai l’impression que personne ne nous a écoutés : ni la direction, ni les pouvoirs locaux, ni les médias, ni l’État. » À côté de lui, Alain, cinquante-cinq ans, l’interrompt, le ton amer : «Vous voyez, il y a pas deux ans (montrant une place de parking), c’est ici même que le candidat Hollande se tenait. Pour nous promettre quoi ? Qu’il ferait une loi pour interdire les licenciements dans les entreprises qui font du bénéfice! Et aujourd’hui, vous voyez où on en est ! Hollande nous a trahis ! Je ne voterai plus jamais pour quiconque. On n’a plus rien à sauver ; ce qu’on veut maintenant, c’est une compensation décente. »

« Il y a derrière cela une colère légitime »

Depuis lundi, les quelque 200 salariés retenant les deux cadres de Goodyear avaient décidé de frapper fort pour dénoncer des indemnités de départ jugées indécentes: «Moi, cela fait dix-huit ans que je travaille dans cette boîte, explique Pascal, ouvrier sur la section pneus de tourisme, aujourd’hui je gagne 1 500 euros par mois, vous croyez qu’avec 20 000 euros d’indemnités, je vais partir avec le sourire ?» À ses côtés Renaud, la soixantaine, travaille pour une société de maintenance proche d’Amiens: «On parle des 1 173 ouvriers et ouvrières qui vont perdre leur emploi à Goodyear. Mais on oublie les 2 000 emplois qui risquent de disparaître dans les boîtes de sous-traitance de la région. Chez nous, nous sommes 4 ouvriers, quand Goodyear va fermer, le patron va sans doute en licencier un ou deux !»

Une réalité que Pierre Laurent, secrétaire national du PCF, a été l’un des rares à rappeler: «Je les soutiens depuis le premier jour, ce sont des gens qui n’ont plus de revenus, les plus âgés ne vont pas retrouver d’emploi», rappelle-t-il, ajoutant quant à la méthode: «On ne peut pas faire ça partout, mais il y a derrière cela une colère légitime. (…) Ils ont enrichi le pays. Ils ont travaillé pour la France.» Un détail de l’histoire que le président Hollande a oublié.

Les ouvriers de Goodyear ont en tout cas bien l’intention de se rappeler à la mémoire de leurs employeurs. Après avoir laissé partir les deux cadres, la CGT a appelé les salariés à occuper le site : 300 000 pneumatiques y sont enfermés depuis plusieurs semaines. Un coup dur pour le porte-monnaie de la direction.

A lire aussi :

 

Pierre Laurent sur BFMTV le 7 janvier 2014

http://www.dailymotion.com/video/x19btbh

sur dailymotion

par BFMTV

Publié dans ECONOMIE, France, licenciements, Luttes, PCF, Pierre Laurent, POLITIQUE, SOCIAL, UMP | 1 Commentaire »

CGT Goodyear Amiens-Nord : Nouveau « coup de bluff » du PDG de Titan

Posté par communistefeigniesunblogfr le 3 novembre 2013

 

Pour la CGT de Goodyear :

        « L’objectif de Titan est de pousser les mecs à bout »

 

CGT Goodyear Amiens-Nord : Nouveau

Le délégué du site Goodyear d’Amiens-Nord, Mickaël Wamen,

excédé par les derniers propos du PDG de Titan Maurice

Taylor qui souhaite redémarrer l’usine Goodyear d’Amiens-Nord

avec « zéro employé », a dénoncé samedi un « coup de bluff »

et assène que la CGT « ne tombera pas dans le panneau ».

« Tout cela est un énorme coup de bluff, le seul but est de faire péter la cocotte, ils savent

que les gars ont énormément d’orgueil et surtout qu’ils sont fatigués par les 6 ans de lutte »,

s’est offusqué Mickaël Wamen, représentant CGT dans l’usine d’Amiens-Nord, dans un communiqué.

« Nous ne tomberons pas dans ce panneau« , a-t-il ajouté.

Le PDG du fabricant américain de pneus agricoles Titan International, Maurice Taylor, a dit

dans un entretien au Monde que la CGT et Goodyear devaient d’abord « se mettre d’accord

sur des indemnités de départ ». « Si tous les salariés les acceptent, le projet d’achat de l’usine

démarre avec zéro employé », a-t-il expliqué.

Titan International a fait un retour inattendu en octobre dans les discussions autour de l’usine

Amiens-Nord d’Amiens, menacée de fermeture. Le ministre du Redressement productif Arnaud

Montebourg avait annoncé le retour du groupe américain, qui a tenté sans succès à plusieurs

reprises de mettre la main sur une partie du site d’Amiens, et serait prêt désormais à reprendre

333 emplois dans l’usine (sur 1 173), dont le maintien serait garanti pendant quatre ans.

>>> Lire : Maurice Taylor, le patron de Titan un pneu gonflé

« Taylor est piloté par Goodyear à 3000% », a estimé Mickaël Wamen. « L’objectif est de pousser

les mecs à bout, ça explose, l’usine brûle et Goodyear se débarrasse du seul site qui le gêne au monde »,

a-t-il poursuivi. « Taylor garde son accord avec Goodyear, toutes les licences, et il va fabriquer les pneus

à Sao Paulo comme il en rêve depuis des années ». « Goodyear a déjà tout vendu à Titan, Titan n’a jamais

voulu de notre usine, l’idéal pour lui est que les mecs la brûlent ! Ou détruisent les machines ! », s’est

encore scandalisé le délégué de la CGT.

[Source]

Lire aussi :

Publié dans CGT, ECONOMIE, Emplois, licenciements, SOCIAL | Pas de Commentaires »

Goodyear Amiens Nord : communiqué de la CGT

Posté par communistefeigniesunblogfr le 24 octobre 2013

 

COMPTE RENDU DE L’ENTREVUE AVEC M. MONTEBOURG

 

Goodyear Amiens Nord : communiqué de la CGT dans CGT capturegoodyear1-300x206

Par CGT le mercredi 23 octobre 2013, 17:33 – Lien permanent

 

Ce matin, le secrétaire de la CGT GOODYEAR : Mickaël WAMEN

ainsi que l’avocat des salariés Fiodor RILOV avaient rendez-vous

au Ministère du redressement productif après l’annonce

qui avait été faite lundi 21 octobre par le Ministre lui-même.

Lors de cette entrevue, le Ministre nous a confirmé la reprise possible par TITAN ainsi que les premières

propositions : 4 ans de garantie, 40 millions de dollars d’investissements pour 333 postes.

Nous avons bien indiqué au Ministre que la reprise de l’agraire devait s’effectuer sur la base des effectifs

inscrits dans la lettre d’intention de TITAN soit 537 minimum.

Nous savons bien que GOODYEAR a déjà conclu des accords avec TITAN et qu’il a besoin de notre usine

pour produire en Europe ; mais il n’est pas question d’accepter n’importe quoi, cela fait 6 ans que nous

nous battons contre une multinationale qui fait d’énormes bénéfices et qui veut malgré tout détruire la vie

de centaines de salariés, ce n’est pas pour qu’aujourd’hui nous bradions nos vies.

Nous vous ferons un compte rendu régulier des divers échanges que nous devrions avoir prochainement,

nous ferons tout pour la survie de notre usine avec comme impératif de ne laisser aucun salarié sur le bord

de la route et comme nous vous le disions hier : la base des discussions pour les salariés qui veulent partir

et ce peu importe les motifs, sera celle du PDV arrêté à septembre 2012.

LE SEUL SYNDICAT SUR AMIENS NORD LA CGT GOODYEAR

Mickael wamen au Grand Journal du 23/10/2013

http://www.dailymotion.com/video/x16cwlh

sur dailymotion

À lire : 

Goodyear : la CGT prête à « s’engagerà fond » pour que les négociations avec Titan aboutissent

Taylor envisage d’investir chez Goodyear malgré les « barjots du syndicat »

 

Publié dans CGT, ECONOMIE, Emplois, France, SOCIAL, Syndicats | Pas de Commentaires »

123
 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy