• Accueil
  • > Recherche : france inter matin 20 août 2012

Résultats de votre recherche

Les licenciements des Conti invalidés, une victoire « au goût amer »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 31 août 2013

 

Les licenciements des Conti invalidés, une victoire « au goût amer »

 

Les licenciements des Conti invalidés, une victoire

Le conseil des prud’hommes de Compiègne

a condamné ce vendredi matin le licenciement

de près de 700 anciens salariés de l’usine

Continental de Clairoix.

Le motif économique invoqué par le groupe

pour justifier la fermeture de l’usine en 2010

a été invalidé.

Le Front gauche rappelle qu’une loi pour l’interdiction des licenciements boursiers permettrait

d’éviter qu’un tel drame social et humain se reproduise.

Continental a perdu sur tous les niveaux devant la justice. « Continental a été condamné pour défaut

de motif économique et pour non-respect de leurs obligations de reclassement », a précisé Me Alexandra

Soumeire aux quelque 200 anciens salariés réunis devant le conseil des prud’hommes. « Cette victoire,

c’est votre victoire à vous, vous avez enfin été récompensés, la société a été condamnée à tous les niveaux »,

a indiqué l’avocate aux salariés, qui ont accueilli la décision par des applaudissements et des cris de victoire.

Le conseil des prud’hommes a également estimé que Continental n’avait pas respecté un accord de 2007

sur le temps de travail qui prévoyait un retour aux 40 heures hebdomadaires, contre des assurances

sur le maintien de l’emploi dans le site jusqu’en 2012. Le conseil a également reconnu la société-mère

allemande comme coemployeur et donc comme responsable des licenciements. L’équipementier avait fini

par fermer son usine de Clairoix début 2010, après un conflit social tendu qui a débuté au printemps 2009.

Pour Pierre Laurent, « Ce jugement favorable à la lutte des Conti a une portée nationale et européenne.

Il va donner encore plus de force aux luttes pour l’emploi , Arkéma, Sanofi, Arcelor, Fralib, Doux

dans la perspective de la journée d’action du 10 septembre. »

[Lire la suite sur humanite.fr]

Continental Clairoix: « la criminalité financière enfin condamnée » (Pierre Laurent)

Réaction de Xavier Mathieu sur www.franceinfo.fr

France 3 Picardie-JT 12-13-Clairoix-Conti : motif économique des licenciements invalidé

par le tribunal des prud’hommes – 30 août 2013

 

Documentaire : Le combat des salariés de Conti, une leçon de colère

Image de prévisualisation YouTube

sur youtube

 

Publié dans CGT, ECONOMIE, France, licenciement boursier, Luttes, PCF, Pierre Laurent, SOCIAL | Pas de Commentaires »

Jean-Luc Mélenchon sur France Info : « On ne discute pas avec le chef d’état-major de la réaction qu’est Laurence Parisot. »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 29 août 2012

 

Mélenchon :

« On ne discute pas avec le chef d’état-major de la réaction

qu’est Laurence Parisot. »

 

Interrogé ce mercredi matin sur France Info, Jean-Luc Mélenchon « désapprouve absolument »

la visite de Jean-Marc Ayrault à l’Université du Medef.

Il revient également sur les contrats aidés et la tentative de baisser les prix des carburants.

Qu’on discute avec des chefs d’entreprises, c’est normal, c’est nécessaire. Mais qu’on aille parler avec le Medef,

« qui prétend parler au nom de l’économie, ce n’est pas une bonne idée, c’est un signe de faiblesse » explique Mélenchon.

En outre, il déplore que Jean-Marc Ayrault ait choisi, symbole de la rentrée politique du gouvernement,

d’aller à l’université du Medef. « On ne discute pas avec le chef d’état-major de la réaction qu’est Laurence Parisot.

On ne peut pas s’afficher dans ce genre d’évènement. Est-ce que le Premier ministre va aller au congrès de la CGT ? »

Jean-Luc Mélenchon revient aussi sur les mesures visant à limiter les prix des carburants. Pour le co-président du Parti

de gauche, ce n’est pas à l’État de baisser ses taxes. « C’était un excellent prétexte pour leur dire : ou bien vous baissez

les prix séance tenante, ou je renationalise tout de suite Total ». Rappelant que la constitution d’un pôle public de l’énergie

était dans le programme du Front de gauche.

« Distribuer du salaire n’est pas contre-productif au contraire c’est une mesure de relance »[…]. « Mais là ce qu’on est en train

de faire, c’est d’organiser une nouvelle forme de précarité ». Il souligne la durée des contrats trop limitée, rappelant qu’un CDD

d’un an pour un jeune sans formation, n’est pas suffisant pour se former.

Mélenchon critique les « risettes au Medef » d’Ayrault

http://www.dailymotion.com/video/xt4sfa

sur dailymotion

Par FranceInfo

Jean-Luc Mélenchon sur France Info : le 29 Août 2012

Publié dans Front de Gauche, Jean-Luc Melenchon, POLITIQUE | Pas de Commentaires »

Michel Sapin et le CDI à durée déterminée !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 22 août 2012

 

CDI à durée déterminée :

Michel Sapin doit rectifier ses propos ou signer un vrai CDI

comme conseiller auprès du MEDEF

 

Michel Sapin et le CDI à durée déterminée ! dans France sapin-300x168En évoquant ce matin au micro d’Europe 1, les 150.000 contrats d’avenir

prévus pour la rentrée, Michel Sapin a expliqué que ces contrats proposeront

aux jeunes

«un vrai boulot en contrat à durée indéterminée

pendant une durée suffisante, entre un an et

trois ans».

 

Manifestement, le ministre du travail n’a pas du prendre assez de repos pendant ses vacances pour se fourvoyer de la sorte.

Un CDI en France est un acquis social important qui protège les salariés du secteur privé contre la précarité en leur donnant

une garantie d’emploi.

Michel Sapin doit rectifier au plus vite ses propos ou signer un vrai CDI comme conseiller auprès du MEDEF qui doit se pincer

pour y croire. L’emploi des jeunes est une affaire sérieuse qui ne mérite pas d’y introduire toujours plus de précarité. La lutte

victorieuse contre le CPE n’est pourtant pas si loin pour que cela serve de leçon au gouvernement qui aurait ainsi le bon goût

de se souvenir que d’être de gauche ce n’est pas précariser sa jeunesse mais assurer son autonomie et son insertion

sociale et professionnelle.

Olivier Dartigolles, le 21 août 2012

Écouter l’interview de Michel Sapin

Sur le même sujet :

 

Publié dans France, POLITIQUE, SOCIAL | Pas de Commentaires »

Un sans-papier arrêté dans les locaux mêmes d’un Conseil de Prud’hommes

Posté par communistefeigniesunblogfr le 16 avril 2012

 

Le conseil de Prud’hommes comme antichambre de l’expulsion ?

Communiqué commun ADDE, Gisti, LDH, SAF et Syndicat de la magistrature

- Un sans-papier a été arrêté dans les locaux mêmes d’un Conseil de Prud’hommes le 11 avril.

C’est une première !

Que la conséquence de la plainte d’un travailleur sans papier devant la juridiction spécialisée dans le droit du travail soit son arrestation immédiate est une façon encore inédite pour l’employeur de se prémunir du risque de revendication par ces salariés de leurs droits. L’activité policière vient ici en renfort des employeurs, bafouant le droit du travail.

Monsieur Z.K. est régulièrement employé depuis août 2010 dans une entreprise de restauration collective. Mais il est en situation irrégulière et n’a donc pu trouver son emploi qu’en se présentant sous l’identité d’une tierce personne. Ce qu’apprenant, l’employeur « licencie » M. K., c’est-à-dire qu’il lui dit… de ne pas revenir le lendemain.

M.K. estime avoir des droits, avec raison, puisque le Code du travail prévoit que des indemnités doivent être versées à l’étranger en cas de rupture du contrat de travail. La dernière réforme du droit des étrangers, adoptée en juin 2011, a même organisé un nouveau cadre réglementaire pour faire bon droit aux travailleuses et travailleurs étrangers licenciés alors qu’ils sont en situation irrégulière. Suivant les conseils d’un défenseur des salariés, militant syndical de la CNT-nettoyage, les Prud’hommes sont saisis.

Mercredi matin, juste au sortir de l’audience de conciliation au palais de justice de Nanterre, M. K. est interpellé, arrêté et rapidement emmené, sans que quiconque ait le temps de réagir.

Tandis que Monsieur K. est conduit en garde à vue dans les Yvelines, l’employeur explique, tout naturellement, qu’il a informé la police du jour et du lieu où elle pourrait « cueillir » son employé, contre qui il a porté plainte, pour usurpation d’identité, dès qu’il a appris qu’une procédure prud’homale était engagée.

Maintenir des travailleurs dans la précarité, en leur refusant d’être régularisés, ne suffisait apparemment pas. Avec cette interpellation dans l’enceinte même des locaux d’un Conseil des prud’hommes, vient d’être testé un nouveau degré d’insécurité pour la main d’œuvre sans-papiers : la privation pure et simple de l’accès à la justice.

Paris, 13 avril 2012

Publié dans France, Justice, POLITIQUE, Sans Papiers - Immigration | Pas de Commentaires »

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy