• Accueil
  • > Recherche : fracturation hydraulique gaz schiste

Résultats de votre recherche

Ruée sur le gaz de schiste argentin : Total veut imposer sa loi

Posté par communistefeigniesunblogfr le 23 mai 2014

 

PATAGONIE

Ruée sur le gaz de schiste argentin : Total veut imposer sa loi

 

Capturegazschisteargentine  par Olivier Petitjean  – 16 mai 2014

  Après des échecs à répétition en Europe, et en plein essoufflement

  aux États-Unis, l’industrie du gaz de schiste tourne désormais

  ses regards vers l’Argentine.

  Avec le soutien actif du gouvernement, les multinationales pétrolières

  et gazières se précipitent pour développer les réserves potentielles

de gaz et de pétrole de schiste que recèlerait le sous-sol de la Patagonie, sans se soucier

des risques environnementaux ni des populations locales.

Emblématique de cet état d’esprit, l’entreprise française Total a acquis pas moins de onze concessions,

où elle a multiplié les forages par fracturation hydraulique. Y compris dans des aires naturelles protégées.

Pour Total et les autres majors pétrolières, l’horizon de développement des gaz et pétrole de schiste semble

se rétrécir chaque jour. L’industrie américaine est en crise, du fait de la chute des prix. Leurs perspectives en Europe

se réduisent comme peau de chagrin, en raison de la forte résistance politique et citoyenne qu’ils rencontrent partout,

mais aussi de ressources exploitables très inférieures aux attentes, comme en Pologne. Les pays où elles peuvent

encore espérer rééditer le boom gazier qu’a connu les États-Unis (et que les majors ont largement manqué)

se comptent désormais sur les doigts d’une main.

C’est sans doute ce qui explique en partie que les dirigeants de Total s’accrochent ouvertement à leurs partenariats

en Russie, signant en pleine crise géopolitique un contrat avec Lukoil en vue du développement du pétrole de schiste

sibérien. Et aussi ce qui justifie que Total, comme ses consœurs, mette les bouchées doubles depuis plusieurs mois

pour prendre le contrôle des réserves potentielles de gaz et pétrole de schiste de l’Argentine. Et ce, sans trop

se préoccuper des communautés locales – notamment les indigènes Mapuche -, de l’impact environnemental

de leurs opérations, ni de l’inadéquation du cadre juridique et normatif.

[Lire la suite sur l’Observatoire des multinationales]

Creative Commons License

 

Publié dans Argentine, ECONOMIE, Energie, Liberalisme | Pas de Commentaires »

Grand marché transatlantique : « Ce que nous savons à propos de cet accord commercial est mauvais, et ce que nous n’en savons pas pourrait être pire encore. »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 16 mai 2014

 

GRAND MARCHÉ TRANSATLANTIQUE

« Le commerce est censé construire des ponts entre les nations,

pas provoquer un désastre »

 

par Ilana Solomon 15 mai 2014

Traduction : Sophie Chapelle et Olivier Petitjean

 

GMT

  Négocié dans l’opacité, le projet d’accord

  commercial entre l’Union Européenne et

  les États-Unis inquiète.

  Pour mieux comprendre les enjeux, Basta !

  ouvre ses colonnes aux représentants

  de la société civile qui, de l’Allemagne aux

  États-Unis, en passant par la France,

l’Espagne ou l’Italie, se mobilisent.

Ilana Solomon est chargée des questions commerciales au Sierra Club, une ONG américaine

écologiste. Elle explique comment ce projet d’accord de libre échange pourrait porter

atteinte aux politiques climatiques, environnementales et sociales, aussi bien aux États-Unis

qu’en Europe. La première condition avant de poursuivre toute négociation :

« Impliquer le public dans toutes les étapes de la prise de décision. »

En réalité, les grandes entreprises veulent se servir de ce pacte pour éliminer, aux États-Unis comme dans l’Union

européenne, les mesures de protection de l’intérêt public et les normes existantes en matière d’environnement,

d’alimentation, de produits chimiques et dans bien d’autres domaines, en les stigmatisant comme « barrières

non tarifaires » ou « entraves commerciales ». Le tout dans le seul but d’amasser davantage de profits.

Cela représente une menace pour de nombreuses dispositions de protection de l’intérêt général qui affectent

directement nos vies quotidiennes. Cela contribuerait à aggraver l’un de nos défis communs – la crise climatique.

En matière d’alimentation, d’air, d’eau, de climat, l’Europe jouit généralement de niveaux de protection plus élevés

qu’aux États-Unis. Dès lors que ce soit-disant « pacte commercial » pourrait porter atteinte à l’ensemble

de ces protections, il semble que l’Europe ait encore plus à perdre que les États-Unis. La vérité, cependant, c’est

que les véritables gagnants de ce pacte seront les multinationales des deux côtés de l’Atlantique,

en quête de profits plus élevés. Les vrais perdants seront les citoyens tant du côté des États-Unis que de l’Union

européenne, et toutes celles et ceux qui sont frappés par les dérèglements climatiques.

Plus de gaz, plus de fracking

La Commission européenne, par exemple, a proposé d’inclure dans l’accord un chapitre entier dont l’optique

est d’augmenter les exportations de combustibles fossiles depuis les États-Unis vers l’UE. Il deviendrait beaucoup

plus facile d’exporter du gaz en réduisant les pouvoirs actuels du Département de l’énergie des États-Unis,

lequel n’aura même plus le droit de seulement analyser si ces exportations sont dans l’intérêt du public.

Les États-Unis seraient obligés d’approuver automatiquement toutes les exportations de gaz naturel – sans questions,

sans commentaires ou analyses, et sans délais.

Que signifierait concrètement une telle augmentation des exportations de gaz naturel pour les communautés

américaines ? D’une part, cela impliquera davantage de fracking. Le fracking, ou fracturation hydraulique, est

un processus violent visant à extraire des dépôts de gaz de schiste contenus dans des formations rocheuses,

et qui est connu pour contaminer l’eau potable, polluer l’air et causer des tremblements de terre.

Davantage de fracking signifie davantage de polluants toxiques, irrespirables et néfastes pour le climat,

davantage de menaces pour notre approvisionnement en eau potable, et davantage de risques

pour la santé publique, pour nos biens et pour notre environnement .

[Lire la suite sur Basta !]

Photo : source

Lire sur le même sujet la tribune de Pia Eberhardt du CEO.

Creative Commons License

Publié dans Democratie, Environnement, ETATS-UNIS, IDEES - DEBATS - PHILO, Liberalisme, POLITIQUE, Union europeenne | 1 Commentaire »

Accord commercial entre Canada et UE : menace les interdictions de la fracturation hydraulique

Posté par communistefeigniesunblogfr le 10 mai 2013

 

mercredi 8 mai 2013

L’accord commercial entre le Canada et l’UE menace les interdictions de la fracturation hydraulique

 

Accord commercial entre Canada et UE : menace les interdictions de la fracturation hydraulique dans Canada canada-bdace

Alors que les états membres de l’Union Européenne (UE) analysent les conséquences

environnementales du développement du gaz de schiste par la fracturation hydraulique,

des négociations sont en cours pour un Accord Économique et Commercial Global (AECG)

entre le Canada et l’Union Européenne.

Controversé, ce dernier permettrait aux investisseurs de contester la décision

des gouvernements de réguler ou d’interdire la fracturation.

Ce document met en relief le débat public entourant la fracturation ; les intérêts

des compagnies pétrolières et gazières dans les réserves de gaz de schiste

en Europe et les conséquences que la clause regardant la protection

des investissements inclue dans l’AECG pourrait avoir sur le pouvoir des gouvernements de réglementer

ou d’interdire la fracturation.

Télécharger le rapport au format pdf (718 ko)

[Lire la suite sur stopaugazdeschiste07.org]

 

Publié dans Canada, Democratie, ECONOMIE, Union europeenne | Pas de Commentaires »

Gaz de schiste : un débat biaisé par l’Académie des sciences ?

Posté par communistefeigniesunblogfr le 26 février 2013

 

CLIMATO-SCEPTIQUE

Gaz de schiste : un débat biaisé par l’Académie des sciences ?

 

Gaz de schiste : un débat biaisé par l’Académie des sciences ? dans Environnement gaz-de-schiste

Capture d’écran

Par Maxime Combes (26 février 2013)

L’Académie des sciences va remettre les clefs du débat

sur les gaz de schiste à un… climato-sceptique. Ce 26 février,

elle organise une conférence-débat intitulée « Les gaz de schiste »,

dont la préparation et l’animation ont notamment été confiées

à Vincent Courtillot. Ce géophysicien, proche de Claude Allègre,

est un des plus fameux climato-sceptiques français.

Alors que le GIEC (Groupe d’Experts Intergouvernemental sur

l’Évolution du Climat) a établi que le réchauffement climatique

planétaire actuellement observé est imputable à l’augmentation

de la teneur de gaz à effet de serre dans l’atmosphère, Vincent Courtillot considère encore, rapporte l’AFP,

que c’est une « thèse stupide ».

Cette conférence fait suite au rapport publié en janvier par l’Académie des Sciences, qui défendait

une exploration et exploitation rapides des gaz et pétrole de schiste sur le territoire français. Et cela en dépit

de la loi de juillet 2011 interdisant l’utilisation de la fracturation hydraulique, la seule technique permettant

à ce jour d’exploiter ces hydrocarbures non conventionnels. Ce rapport affirme que « les conséquences

potentielles économiques positives sont trop importantes […] pour négliger cette nouvelle ressource »,

tout en critiquant « que des décisions aient été prises hâtivement ». A l’inverse, les recommandations

du dernier rapport de l’Agence Internationale de l’Énergie de décembre 2012 préconisent de ne pas

consommer d’ici 2050 « plus d’un tiers des réserves prouvées de combustibles fossiles », afin de ne pas

dépasser les 2°C de réchauffement global maximal d’ici la fin du siècle.

[Lire la suite sur Basta !]

Illustration ajoutée par nous

Publié dans Environnement, INFOS | Pas de Commentaires »

Ce jeudi dans l’Humanité : gaz de schiste, le grand boum international

Posté par communistefeigniesunblogfr le 14 février 2013

 

GAZ DE SCHISTE

Une bombe géopolitique

 

Ce jeudi dans l'Humanité : gaz de schiste, le grand boum international dans Energie huma1402

Emmenée par les États-Unis, la course

aux hydrocarbures paraît officiellement

lancée à l’échelle internationale.

Disposant de réserves estimées non

négligeables, la France n’est pas sans

porter un certain intérêt à l’affaire.

Pour Marie-Claire Cailletaud,

de la fédération nationale des mines et

de l’énergie CGT, la France ne doit

ni renoncer à l’exploitation

de ses ressources ni se précipiter.

Entretien réalisé par Marie-Noëlle Bertrand.

 

 

La CGT mines énergie 
est contre la fracturation hydraulique et pour la poursuite de la recherche


en matière de gaz de schiste (1). 
Où placez-vous votre curseur ?

Marie-Claire Cailletaud. Notre position est claire : nous n’accepterons pas l’usage d’une technologie

susceptible d’occasionner des dégâts environnementaux ou sociaux. Or, c’est le cas de la fracturation

hydraulique aujourd’hui. En revanche, nous plaidons pour un renforcement des pôles de recherche.

Celle-ci nous a déjà permis et nous permettra encore de déboucher sur de nouveaux possibles.

Cela s’est vu pour le gaz de Lacq, trop soufré pour être utilisé tel quel, mais dont l’exploitation a finalement

été rendue possible grâce à la recherche. Des progrès sont par ailleurs attendus concernant le stockage

de l’électricité, par exemple, ou l’optimisation des énergies renouvelables. Il n’y a aucune raison de penser

que cela ne puisse pas être vrai pour le gaz de schiste. En outre, il nous paraît indispensable de quantifier

précisément les ressources dont nous disposons sous nos pieds. Que ce soit en matière de technologie

ou de potentiel de production, nos choix doivent s’appuyer sur des réalités scientifiques fiables.

Les industriels semblent prêts 
à promouvoir la première technologie venue…

Peut-on avoir confiance 
dans les données avancées ?

Marie-Claire Cailletaud. Le fait est 
que les intérêts financiers suscités sont très forts. Ce n’est pas

seulement vrai pour le schiste : à peine évoquée la possible exploitation du gaz de houille en Lorraine,

on entendait parler de compagnies australiennes ou britanniques intéressées par 
les contrats…

C’est le plus inquiétant dans le contexte actuel :

on voit arriver des entreprises étrangères qui ne s’intéressent, à travers ces exploitations, 


qu’à des mannes financières. 


[Lire la suite]

Publié dans Energie, Environnement, France | Pas de Commentaires »

Les gaz de schiste, encore plus polluants que le charbon ?

Posté par communistefeigniesunblogfr le 16 janvier 2013

 

CLIMAT

Les gaz de schiste, encore plus polluants que le charbon ? 

 

Par Sophie Chapelle (10 janvier 2013)

 

Les gaz de schiste, encore plus polluants que le charbon ?  dans Environnement gaz-de-schistes-les-2-autocollants

Des chercheurs de l’Université du Colorado et de

l’Administration nationale de l’océan et de

l’atmosphère (NOAA), aux États-Unis, estiment

que les fuites de méthane aux abords des puits

de de gaz et de pétrole du bassin d’Uintah (Utah),

s’élevaient à 9 %. Ce qui dépasse de loin la valeur

retenue par l’Agence américaine de l’environnement (EPA) qui évoquait 2,4 % pour l’année 2009.

« Nous nous attendions à obtenir des niveaux élevés de méthane, mais pas de cette ampleur »,

admet Colm Sweeney, l’un des codirecteurs de l’étude, publiée le 2 janvier dans la revue Nature.

De quoi remettre en cause l’un des arguments forts en faveur du gaz de schiste, à savoir son impact

climatique réputé plus faible que la combustion du charbon dans des centrales thermiques.

En rejetant du méthane, qui possède un coefficient de réchauffement 25 fois supérieur à celui

du gaz carbonique, la production de gaz de schiste par fracturation hydraulique pourrait avoir un bilan

en gaz à effet de serre équivalent, voire supérieur, à celui du charbon.

Cette révélation a aussitôt fait l’objet de critiques par l’industrie du secteur et par d’autres chercheurs

qui mettent en doute la méthode de calcul des fuites utilisée. De nouveaux travaux sur les émissions

de méthane liées au forage des gaz de schiste ont été entrepris par la NOAA, mais aussi par l’Université

du Texas et l’ONG Environmental Defense Fund. Leurs résultats seront publiés cette année.

Source : Nature

Lu sur : Basta !

Creative Commons License

Publié dans Environnement | Pas de Commentaires »

Gaz de schiste : « une exploitation impensable, une exploration à stopper ! »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 22 septembre 2012

 

Gaz de schiste :

« une exploitation impensable,

une exploration à stopper ! »

 

Gaz de schiste : « une exploitation impensable, une exploration à stopper ! » dans Environnement gaz-de-schistes-les-2-autocollants-300x136L’exploitation et l’exploration des gaz

et huiles de schiste par fracturation

hydraulique de la roche mère est un

non-sens, tant les risques avérés sur

la santé publique et les dégâts

environnementaux sont grands.

 

Les tristes exemples des États-Unis ou de la Pologne sont là pour nous le montrer.

Le PCF soutient les luttes engagées par les associations, les élus et militants locaux

contre les gaz de schiste que cela soit dans le Gard, la Seine et Marne ou encore en

Ardèche, au travers du combat de Claude Pradal, maire PCF de Villeneuve-de-Berg.

François Hollande, lors de la conférence environnementale, a annoncé le rejet

de sept demandes de permis d’exploration, utilisant la fracturation hydraulique.

Cette démarche est positive. Mais des permis, attribués par le précédent

gouvernement, restent à ce jour valable, car les sociétés qui les ont demandés ont

pris la précaution de ne pas préciser la méthode d’exploration qu’elles comptent utiliser.

Pour le moment, aucun spécialiste ne connait une autre technique qui permette de

préserver la roche mère et de ne pas polluer les nappes phréatiques.

Le marché capitaliste et les sociétés pétrolières et gazières sont prêts à tout dès lors

qu’il s’agit de générer davantage de profits. Nous demandons l’arrêt de tous les permis

d’exploration.

Une exploitation impensable, une exploration à stopper ! Le PCF réaffirme son opposition

à l’exploration et l’exploitation des gaz et huiles de schiste. Les risques sanitaires

et les dégâts environnementaux qu’ils provoquent vont à l’encontre de l’idée défendue

par les communistes d’un développement humain durable.

L’avenir énergétique de la France ne passera pas par l’exploitation de davantage d’énergie

carbonée, mais par la planification écologique de notre économie et la recherche

de sources d’énergie non émettrices de CO2.

Communiqué du Parti communiste Français

 

Publié dans Environnement, France, PCF, POLITIQUE | Pas de Commentaires »

Sortis par la porte, les gaz de schiste reviendront-ils par la fenêtre ?

Posté par communistefeigniesunblogfr le 14 septembre 2012

 

Sur les gaz de schiste, élus et associations préparent la riposte

 

Sortis par la porte, les gaz de schiste reviendront-ils par la fenêtre ?  dans Austerite gaz-de-schiste1-300x150Face au lobbying actif des pétroliers,

les opposants à la fracturation hydraulique s’inquiètent.

Et fourbissent leurs armes.

Sortis par la porte, les gaz de schiste reviendront-ils par la fenêtre ?

C’est ce que craignent de nombreux élus et associations, témoins

(ou victimes) du lobbying intense des pétroliers sur le sujet.

« Les sociétés pétrolières n’ont jamais renoncé à l’exploitation du gaz de schiste. C’est dans leur logique

de prolonger les forages existants pour gagner quelques années », explique ainsi le sénateur PCF Michel Billout,

membre du groupe d’études sur l’énergie, et opposant actif au permis accordé en 2009 à la société Toreador,

près de Meaux (Seine-et-Marne).

 « On les attend de pied ferme », prévient de son côté Guillaume Vermorel, du Collectif ardéchois

« Stop au gaz de schiste ». Car selon lui, la « fracturation propre, ça n’existe pas, c’est du marketing.

Dans tous les cas, il faut broyer la roche mère. »

Le collectif sera présent à la journée mondiale contre les gaz de schiste prévue le 22 septembre prochain. Le mot d’ordre :

pas de gaz de schiste, « ni ici, ni ailleurs, ni aujourd’hui, ni demain ». En attendant, l’association entraîne

ses militants aux actions de blocage de sites d’exploitation et de routes, à la manière de Greenpeace. « Sauf que toute

la population, ou presque, est derrière nous », s’enorgueillit Guillaume Vermorel.

[Lire la suite sur humanite.fr]

Publié dans Austerite, Environnement, France, Front de Gauche, Parti de gauche, PCF, POLITIQUE | Pas de Commentaires »

Gaz de schiste, ce n’est pas fini !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 13 septembre 2012

 

ÉNERGIES

Au secours, les gaz de schiste reviennent !

 

Gaz de schiste, ce n'est pas fini ! dans Environnement arton2621-0f0c7-300x225Par Ivan du Roy  13 septembre 2012

Ambiguïtés ministérielles, lobbying intensif

de l’industrie pétrolière et gazière,

appels pressants d’éditorialistes et de

chroniqueurs en faveur de leur extraction,

multiplication de permis d’exploration,

camions sismiques en attente d’autorisation…

 

Alors que s’ouvre la conférence environnementale, les gaz de schiste sont loin d’être

définitivement enterrés. Retour sur une bataille qui se joue en coulisse depuis un an.

Il est déjà loin le temps où les leaders socialistes s’opposaient fermement aux gaz de schiste. « Une fausse bonne

idée aux risques écologiques démesurés », expliquait il y a un an Arnaud Montebourg [1]. Lors du débat sur la loi

du 13 juillet 2011, interdisant la fracturation hydraulique, le futur ministre du Redressement productif, le futur Premier

ministre et le futur Président – alors dans l’opposition – ont même signé une proposition de loi « visant à interdire

l’exploration et l’exploitation des hydrocarbures non conventionnels, à abroger les permis exclusifs de recherche

de mines d’hydrocarbures non conventionnels et à assurer plus de transparence dans le code minier ». C’était avant

d’arriver au pouvoir.

Depuis, tout a soudainement changé : « Le débat n’est pas tranché », explique Jean-Marc Ayrault le 22 août.

« Le 14 septembre va s’ouvrir une conférence environnementale et […] il faut qu’on mette sur la table les différentes

solutions qui pourraient exister et [établir s’il faut ou non] les utiliser » [2]. Arnaud Montebourg s’est également dit prêt

à reconsidérer la question, le 11 juillet, à l’occasion d’une réunion de la Conférence nationale de l’industrie. Delphine

Batho, devenue ministre de l’Écologie après l’éviction de Nicole Bricq, doit se sentir bien seule. « Je pense que

la transition énergétique, ce n’est pas d’aller chercher de nouveaux hydrocarbures », a-t-elle déclaré lors des journées

d’été d’Europe écologie – Les verts, à Poitiers, où elle était invitée.

Des permis toujours valides

La loi du 13 juillet 2011, votée sous le gouvernement Fillon, interdit bien « l’exploration et l’exploitation des mines

d’hydrocarbures liquides ou gazeux par des forages suivis de fracturation hydraulique de la roche » (Article 1). Mais

le texte laisse quelques fenêtres ouvertes. D’abord, la fracturation hydraulique – la seule technique d’extraction

possible, excessivement gourmande en eau et comportant des risques de pollution chimique (lire notre article) n’est

pas clairement définie. Ensuite, la loi crée une « Commission nationale d’orientation, de suivi et d’évaluation

des techniques d’exploration et d’exploitation des hydrocarbures liquides et gazeux » en vue « d’évaluer les risques

environnementaux ». Sa composition a fait l’objet d’un décret publié au Journal Officiel le 22 mars 2012 [3], mais

la commission n’a toujours pas été installée. Enfin, la loi autorise la « mise en œuvre d’expérimentations réalisées

à seules fins de recherche scientifique sous contrôle public ».

[Lire la suite sur Basta !]

bandeauf dans France

Publié dans Environnement, France, POLITIQUE | Pas de Commentaires »

Enquêter sur les gaz de schiste dérange le monde industriel et politique.

Posté par communistefeigniesunblogfr le 5 février 2012

 

LIBERTÉ DE LA PRESSE

Arrêté pour avoir enquêté sur les gaz de schiste  

 

Enquêter sur les gaz de schiste dérange le monde industriel et politique. dans Environnement arton2106-41f82-300x168Josh Fox, le réalisateur de l’enquête explosive « Gasland »

qui dénonce l’exploitation destructrice des gaz de schiste

aux États-Unis, a été arrêté le 1er février.

Son délit ? Avoir voulu filmer une audience publique à la

Chambre des représentants sur les conséquences

environnementales de cette extraction.

Une atteinte à la liberté de la presse qui interroge la compromission de politiques sous influence.

 

Enquêter sur les gaz de schiste dérange le monde industriel et politique. Le 1er février, Josh Fox, le réalisateur 

du documentaire Gasland, a été arrêté alors qu’il assistait à une audience à la Chambre des représentants

des États-Unis.

Le sous-comité de la Chambre sur la science, l’espace et la technologie, devait examiner un rapport [1] de

l’Agence américaine de protection de l’environnement (EPA) publié en décembre 2011 dont les conclusions sont sans appel :

la technique de fracturation hydraulique utilisée pour extraire le gaz de schiste représente un danger pour les eaux souterraines.

D’après Josh Fox, « les dirigeants républicains voulaient utiliser cette audience pour attaquer l’enquête menée par l’EPA

qui implique des centaines d’échantillons et d’analyses de l’eau ».

[Lire la suite]

Source : Basta !  3 février 2012

Par Sophie Chapelle

Publié dans Environnement, ETATS-UNIS, LIBERTES, POLITIQUE | Pas de Commentaires »

12
 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy