• Accueil
  • > Recherche : explosion feignies

Résultats de votre recherche

Bonne nouvelle chez Albany-Cofpa de Saint-Junien : le projet de fermeture de l’usine ‎n’est plus d’actualité

Posté par communistefeigniesunblogfr le 9 mars 2012

 

Albany renonce à fermer l’usine de Saint-Junien ‎

 

Bonne nouvelle chez Albany-Cofpa de Saint-Junien : le projet de fermeture de l'usine ‎n'est plus d'actualité dans CGT albany1-300x148Explosions de joie chez les 133 salariés de l’usine d’Albany-Cofpa,

après que les propriétaires aient annoncé l’abandon du projet

de fermeture de celle-ci au premier trimestre 2012,

à l’issue d’une réunion avec les représentants du personnel.

 

 

« Daniel Haftemeyer (président Albany Europe) nous a annoncé qu’il n’y a plus de projet » de fermeture, a déclaré le représentant

de la CGT, Christophe Sardin, tandis que la préfecture indiquait que le projet n’était « plus du tout d’actualité » et que l’entreprise

avait l’intention de « tout remettre à plat ». L’annonce faite par les représentants des syndicats à plusieurs dizaines de salariés

massés devant la préfecture de Limoges, où la réunion était organisée, a provoqué une explosion de joie, certains pleurant

même d’émotion.

Le site de Saint-Junien, une usine fabriquant des tissus techniques notamment pour la papeterie, était à l’arrêt depuis le 23

février, date de l’annonce de sa fermeture à Sélestat (Bas-Rhin), siège d’Albany France, appartenant à Albany International,

dont le siège social est aux Etats-Unis. La direction avait cadenassé les machines jusqu’à mardi, précisant que la fermeture

était prévue pour le premier trimestre 2012, sans respecter l’obligation de consultation des salariés, selon les syndicats. Depuis,

la décision, annoncée en pleine campagne présidentielle, a mobilisé les politiques : Arnaud Montebourg (PS), Olivier Besancenot

(NPA), Eva Joly (EELV) se sont rendus sur place et, jeudi, le numéro 1 du Parti communiste, Pierre Laurent, a traité les dirigeants

d’Albany de « voleurs » et de « voyous ».

Pour justifier son projet, Albany invoquait une « détérioration de la conjoncture », justifiant de concentrer sa production à Sélestat,

plus proche de l’un de ses principaux marchés, l’Allemagne. Les syndicats jugeaient l’explication irrecevable :

le site de Saint-Junien affiche « 22% de rentabilité en 2010, avec 21 millions d’euros de chiffre d’affaires (…), 4,6 millions d’euros

de bénéfices » et des carnets de commandes remplis, avait encore souligné Jean-Pierre Nicolas, de la CGT.

 

 

 

Publié dans CGT, Luttes, SOCIAL, Syndicats | Pas de Commentaires »

La baudruche Le Pen en voie d’explosion

Posté par communistefeigniesunblogfr le 19 janvier 2012

 

La baudruche Le Pen en voie d’explosion

 

La baudruche Le Pen en voie d'explosion Affiche-Anti-FNL’opération vérité du Front de gauche et de son candidat Jean-Luc Mélenchon

pour dévoiler la véritable nature de Marine Le Pen commence à porter ses fruits.

Malgré ses facilités médiatiques où la représentante de l’extrême droite débite

à n’en plus finir ses mensonges xénophobes, la vérité commence à faire son chemin

sur la nature de celle que l’on présente faussement

comme « proche des milieux populaires ».

D’après BVA, pour la première fois, la popularité de Jean-Luc Mélenchon dépasse

celle de la candidate frontiste dans l’électorat ouvrier.

 

Lors de la visite de Mme Le Pen à l’usine PSA Sochaux pour communiquer autour du sommet social, des militants

communistes et du Front de gauche sont venus apporter la contradiction et lui rabattre son caquet.

C’est aussi grâce à une multiplication de tracts, de vidéos et d’argumentaires produits par nos soins pour démontrer

l’impasse et la dangerosité de ses propositions économiques, mis à la disposition de tous (http://www.pcf.fr/16959).

Le PCF et ses partenaires du Front de gauche continueront de combattre le Front national, ses idéaux et ses dirigeants.

Le vernis populaire de l’héritière du trône du FN craque, la baudruche Le Pen est en voie d’explosion.

 

 Site national du PCF19 janvier 2012

 

L’Ifop accordait vendredi dernier à Jean-Luc Mélenchon la plus forte hausse en une semaine : +1, 5 %, le plaçant à 7, 5% des intentions de vote. Le candidat du Front de Gauche pourrait atteindre les deux chiffres selon la dernière enquête BVA, qui le crédite d’un « potentiel de vote » de 23 %. Un autre sondage sur les cotes de popularité des personnalités politiques le montrait en pleine progression : +7%, le portant à 37% d’opinions positives.

 

Publié dans Non classé | Pas de Commentaires »

CGT Seafrance: «La responsabilité de l’État est entière»

Posté par communistefeigniesunblogfr le 11 janvier 2012

Accueil 10 janvier 2012

 

CGT Seafrance: «La responsabilité de l’État est entière»  dans ECONOMIE 2012-01-10seafrance-300x114Transports

CGT Seafrance :

«La responsabilité de l’État est entière»

 

 

Point de vue.

Dominique Launay, secrétaire général de l’Union interfédérale des transports CGT,

réagit dans l’Humanité de ce mardi à la liquidation de SeaFrance et appelle à la création

d’un consortium franco-français.

Retrouvez notre dossier consacré à SeaFrance dans notre édition du jour

« Au stade où on en était, nous nous attendions à cette liquidation définitive. La trésorerie de l’entreprise n’aurait bientôt plus

permis de verser les salaires. La majorité des salariés sont au bord de l’explosion, excédés par les multiples reports

et rebondissements stériles. La situation devenait insoutenable.

Lundi matin, le conseil d’administration de la SNCF a voté le principe d’un montant global de 36 millions d’euros au titre

d’indemnités supra-légales pour l’ensemble des salariés de SeaFrance qui seront licenciés et non pas reclassés dans

le groupe SNCF. Dans un premier temps, la SNCF conditionnait le versement de telles primes au fait qu’elles soient

investies dans la Scop, selon la volonté exprimée la semaine dernière par Nicolas Sarkozy.

La CGT et en particulier la Fédération des cheminots ont œuvré tout le week-end pour que ces indemnités extralégales

soient maintenues à défaut de reprise en Scop. À cela s’ajoute une offre de reclassement pour tous ceux qui le souhaitent,

dit la SNCF, qui mérite un bémol. Il faut mesurer qu’elle concernera surtout ses filiales (autocars et autres…) ;

que tout le monde ne sera pas reclassé et que cela impliquera de changer radicalement de métier, voire de région.

Un salarié qui a navigué trente ans sur un bateau aura évidemment du mal…

« L’Etat n’a pas fait le choix de la recapitalisation »

[Lire la suite sur humanite.fr/]

 

A lire :

 

 

Publié dans ECONOMIE, France, POLITIQUE, SOCIAL, Transports - SNCF | Pas de Commentaires »

Pas de trève des confiseurs pour les chiffres du chômage.

Posté par communistefeigniesunblogfr le 27 décembre 2011

Pas de trève des confiseurs pour les chiffres du chômage. dans Chomage humanitefr le 26 Décembre 2011

Le chômage à son plus haut niveau depuis 12 ans

 

poleemploi-300x150 dans ECONOMIEPour le septième mois consécutif, le chômage a encore augmenté en France

en novembre pour atteindre son plus haut niveau depuis 1999, soit,

toutes catégories confondues, une augmentation de 5,6% sur un an.

Pas de trève des confiseurs pour les chiffres du chômage.

 

Le nombre de chômeurs de catégorie A, c’est-à-dire sans aucun emploi, est passé à 2.844.800 en France métropolitaine

fin novembre, d’après les données publiées lundi par le ministère du Travail.

Sur un mois, cela représente près de 29.900 personnes supplémentaires, soit une hausse de 1,1% par rapport à octobre.

Sur an an, le nombre de demandeurs d’emploi de cette catégorie a bondi de 5,2%. En ajoutant les personnes exerçant

une activité réduite (catégories B et C), le nombre de demandeurs d’emploi a augmenté de 1,2%, soit 51.800 personnes

de plus, pour atteindre 4.244.800. Sur un an, la hausse est de 5,6%.

Avec les départements d’Outre-mer, le nombre de demandeurs d’emploi s’établit à 4.510.500, un chiffre qui pourrait peser

lourd dans le choix des électeurs à quatre mois de la présidentielle de 2012. La hausse du nombre de demandeurs d’emploi

a été particulièrement vigoureuse pour les moins de 25 ans, puis pour les plus de 50 ans.

Le chômage de longue durée s’accuse, puisque sur les 4.244.800 personnes des catégories A, B et C en quête d’emploi

en métropole, 1,61 million ont un an ou plus d’inscription à Pôle emploi, soit +1,1% sur un mois et +6,5% sur un an. Parmi eux,

le nombre de demandeurs ayant entre un an et moins de deux ans d’ancienneté sur les listes progresse de 0,8% mais baisse

en glissement annuel de 2,4%.

Les personnes ayant entre deux ans et moins de trois ans d’ancienneté augmentent aussi bien sur un mois (+0,7%) que sur

un an (+13,7%) tandis que les trois ans ou plus d’ancienneté voient leurs rangs gonfler de 2,1% et de 21,8% par rapport

à novembre 2010.

A lire également :

111226-chomage-infog-300x298 dans Emplois

Vrais chiffres chomage novembre 2011 : l’hécatombe, un vrai massacre 59000 chomeurs de plus malgré 288800 radiés

Pôle emploi, après la fusion l’explosion ?

 

Publié dans Chomage, ECONOMIE, Emplois, France | Pas de Commentaires »

FEIGNIES ENSEMBLE n°40

Posté par communistefeigniesunblogfr le 20 juillet 2011

 

PCF – Feignies

FEIGNIES ENSEMBLE / FEIGNIES POUR TOUS             

Juillet-août 2011 – n°40

 

« Les responsables politiques actuels se comportent trop souvent comme des marionnettes

avant tout soucieuses de ne pas déranger le festin des banquiers. »

Serge Halimi – Journaliste

 

Dette des États : les financiers vampirisent les peuples !

  • En 2009, les pouvoirs publics des pays en développement avaient remboursé l’équivalent de 98 fois

ce qu’ils devaient en 1970. Entretemps, leur dette avait été multipliée par 32.

  • La Banque centrale européenne (BCE) prête au taux très avantageux de 1 % aux banques privées.

Comme les traités européens interdisent à la BCE de financer directement les États, ceux-ci sont obligés

d’emprunter à des taux plus élevés aux banques privées. Elles exigent ainsi de l’État grec un taux à

10 ans de 17,44 % (au 15 juin 2011).

  • Le FMI est désormais dirigé par Mme Lagarde, ex-ministre UMP de N. Sarkozy, qui succède à Dominique

Strauss-Kahn, ancien dirigeant socialiste. Ce FMI impose à l’État grec une série de mesures antisociales :

-  Réduction des salaires, jusqu’à 20 % (un SMIC à 580 €)

-  Suppression de 150 000 postes dans la fonction publique d’ici à 2015

-  Réduction des pensions de 7 %

-  Privatisation et casse des services publics : la téléphonie, les ports du Pirée et de Salonique, le gaz, l’électricité,

les autoroutes, la poste, soit 50 milliards d’euros qui seront versés, d’ici 2015, aux banques privées comme intérêts !

La Grèce est devenue le terrain d’expérimentations des voraces de la finance, avant qu’ils ne s’attaquent

au Portugal, à l’Irlande, puis généralisent leurs méfaits à tous les pays européens avec cet insupportable

texte baptisé « Pacte pour l’euro plus ». Sous couvert de réduction des déficits, ce pacte cherche à démanteler

l’État social européen et à uniformiser les critères pour attaquer les salaires (flexibilisation de la main-d’œuvre,

destruction de la négociation collective), réduire radicalement les effectifs et les salaires de la fonction publique,

retarder l’âge de la retraite, privatiser le système de retraites et  achever le processus de démantèlement progressif

des services publics.

Ce sont toutes ces mesures et ces plans d’austérité que des milliers de manifestants rejettent, en Grèce,

en Espagne, au Portugal. En leur apportant notre soutien, c’est nous-mêmes que nous défendons contre

ce pacte des rapaces de la finance.

Il est urgent qu’une gauche décomplexée impose un contrôle efficace aux financiers.

 

Retraites : L’objectif du gouvernement UMP et des patrons

est de baisser les pensions 

Quelques jours après l’entrée en vigueur, le 1er juillet, de la contre-réforme des retraites, combattue par des millions

de manifestants l’automne dernier, le gouvernement s’apprête à porter à 41 ans et demi le nombre d’annuités

exigées pour les générations nées à partir de 1955. Concrètement, dès cette année 2011, les personnes nées en

1955 devront ainsi cotiser 166 trimestres, contre 165 trimestres pour ceux nés en 1954.

Cette mesure est d’autant plus injuste que la France en cumulant, recul de l’âge légal et augmentation de la durée de

cotisation, devient un des pays les plus régressifs en matière de retraites dans l’Union européenne.

Ce nouvel allongement est d’autant plus insupportable que l’application de la loi de 2010 commence à produire ses

effets dévastateurs, en particulier sur les salariés déjà touchés par le chômage et qui se voient privés de

l’AER (allocation équivalent retraite) et donc condamnés à survivre avec les seuls minima sociaux.

A l’évidence, le véritable objectif de l’allongement reste une baisse généralisée des pensions de retraites.

Par ailleurs, s’il est vrai que les Français vivent plus longtemps, cadres et ouvriers sont inégaux face à l’espérance

de vie : 6,7% des hommes nés entre 1940 et 1946, sont morts avant 60 ans. Un pourcentage qui grimpe à 14,3%

chez les employés et ouvriers non qualifiés.

Vivre plus longtemps mais en bonne santé : Les années gagnées ne sont pas toutes des années de vie en bonne santé.

Selon une étude européenne de 2008, un Français âgé de 50 ans peut espérer vivre jusqu’à 68,1 ans sans incapacité et

une Française jusqu’à 69,7 ans. Avec un âge de départ fixé à 62 ans, cela ne laisse donc aux Français que peu d’années

pour profiter de leur retraite sans incapacité.

Les ouvriers sont donc victimes d’une « double peine ». Leur espérance de vie est inférieure à celle des autres

catégories sociales et ils vivent plus d’années que les autres en incapacité.

 

Non à la réduction du budget d’aide alimentaire !

La Commission européenne a annoncé le 20 juin vouloir réduire de manière considérable le budget de l’aide alimentaire :

de 500 millions d’euros, celui-ci serait ramené à 113 millions d’euros ! En Europe, 13 millions de personnes,

dont 2 millions de Français, dépendaient de cette aide. Dans notre pays, nombreuses sont les associations

qui dépendent de ces subventions pour aider les plus démunis à survivre, les familles à faire face à la baisse du pouvoir

d’achat liée à l’explosion des prix des dépenses dites « contraintes et obligatoires » (loyer, assurances, énergie, eau,

alimentation, santé…).

Contre cette décision scandaleuse, qui s’inscrit dans la logique de l’austérité voulue par les dirigeants de

l’Union européenne, INDIGNONS-NOUS et LUTTONS contre les rapaces de la finance, comme le font les citoyens

un peu partout en Europe.

 

La poste à vendre à Feignies !

Lors du Conseil municipal du 28 mai dernier, les élus ont voté à l’unanimité le principe de l’achat du bâtiment de

la Poste. Il est vrai que cette administration, depuis sa privatisation, vend ses « bijoux de famille » pour réorganiser

ses services et alimenter ses réserves. Mais cette vente ne cache-t-elle pas, dans le cadre justement de cette

réorganisation, la fermeture à terme du bureau de poste et la création d’une poste municipale avec prise en

charge de l’employé par la commune, comme cela a été fait à La Longueville ? A la décharge des conseillers,

cette délibération, ils ne l’ont découverte qu’au moment du vote, sans qu’il y ait eu explication ou discussion

auparavant. Seuls, semble-t-il, le Maire et ses adjoint(e)s étaient au courant !

Après la disparition du commissariat, de la gare, de la gendarmerie, des pompiers, après la fermeture annoncée

de la Sécu, allons-nous perdre aussi le bureau de poste ?

 

Publié dans PCF-Front de Gauche Feignies, TRACT | Pas de Commentaires »

13 janvier 1898 : « J’ACCUSE…! », « un moment de la conscience humaine », « un exemple immortel »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 14 janvier 2010

Le 13 janvier 1898, Émile Zola publie dans L’Aurore une lettre ouverte au président de la République Félix Faure sous le titre « J’accuse« .

L’Aurore, le 13 janvier 1898.

13 janvier 1898 :

540px-J%27accuse_-_Gallica_-Titre_1 dans HISTOIRE

documents iconographiques :  
  wikipedia.org/

Extrait :

« J’accuse le lieutenant-colonel du Paty de Clam d’avoir été l’ouvrier diabolique de l’erreur judiciaire, en inconscient, je veux le croire, et d’avoir ensuite défendu son œuvre néfaste, depuis trois ans, par les machinations les plus saugrenues et les plus coupables.

J’accuse le général Mercier de s’être rendu complice, tout au moins par faiblesse d’esprit, d’une des plus grandes iniquités du siècle.

J’accuse le général Billot d’avoir eu entre les mains les preuves certaines de l’innocence de Dreyfus et de les avoir étouffées, de s’être rendu coupable de ce crime de lèse-humanité et de lèse-justice, dans un but politique et pour sauver l’état-major compromis.

J’accuse le général de Boisdeffre et le général Gonse de s’être rendus complices du même crime, l’un sans doute par passion cléricale, l’autre peut-être par cet esprit de corps qui fait des bureaux de la guerre l’arche sainte, inattaquable.

J’accuse le général de Pellieux et le commandant Ravary d’avoir fait une enquête scélérate, j’entends par là une enquête de la plus monstrueuse partialité, dont nous avons, dans le rapport du second, un impérissable monument de naïve audace.

J’accuse les trois experts en écritures, les sieurs Belhomme, Varinard et Couard, d’avoir fait des rapports mensongers et frauduleux, à moins qu’un examen médical ne les déclare atteints d’une maladie de la vue et du jugement.

J’accuse les bureaux de la guerre d’avoir mené dans la presse, particulièrement dans L’Éclair et dans L’Écho de Paris, une campagne abominable, pour égarer l’opinion et couvrir leur faute.

J’accuse enfin le premier conseil de guerre d’avoir violé le droit, en condamnant un accusé sur une pièce restée secrète, et j’accuse le second conseil de guerre d’avoir couvert cette illégalité, par ordre, en commettant à son tour le crime juridique d’acquitter sciemment un coupable.

En portant ces accusations, je n’ignore pas que je me mets sous le coup des articles 30 et 31 de la loi sur la presse du 29 juillet 1881, qui punit les délits de diffamation. Et c’est volontairement que je m’expose.

Quant aux gens que j’accuse, je ne les connais pas, je ne les ai jamais vus, je n’ai contre eux ni rancune ni haine. Ils ne sont pour moi que des entités, des esprits de malfaisance sociale. Et l’acte que j’accomplis ici n’est qu’un moyen révolutionnaire pour hâter l’explosion de la vérité et de la justice.

Je n’ai qu’une passion, celle de la lumière, au nom de l’humanité qui a tant souffert et qui a droit au bonheur. Ma protestation enflammée n’est que le cri de mon âme. Qu’on ose donc me traduire en cour d’assises et que l’enquête ait lieu au grand jour !

J’attends. »

 Extrait de l’article :   « ZOLA 13 janvier 1898″ paru le 12 janvier 1998 dans l’Humanité

Avec ce texte, Zola réagit à l’acquittement d’Esterhazy qui vient de se produire deux jours plus tôt, le 11 janvier. Il s’insurge contre deux scandales : contre le fait qu’un innocent, Alfred Dreyfus, ait été condamné par un Conseil de guerre, en décembre 1894 ; mais surtout, contre le fait que le coupable du crime vienne d’être acquitté, par un second Conseil de guerre. (…) Son « J’accuse » est une réponse à l’acte d’accusation du Conseil de guerre, une reprise intellectuelle de cet acte d’accusation. Une contre-accusation, opposant aux ragots accumulés contre Dreyfus la réalité des fautes commises au nom de la raison d’État.

C’est pourquoi Zola n’accuse pas Estherhazy (le véritable coupable), ce qui peut sembler paradoxal, à première vue. Son propos est ailleurs. Il attaque les défenseurs de l’acte d’accusation de 1894 : ceux qui garantissent la légitimité (les responsables politiques et militaires Mercier, Billot, Boisdeffre…) ; ceux qui affirment la validité de ses preuves (les experts en écriture) et ceux qui en ont tiré des conclusions inacceptables (les deux Conseils de guerre. (…)

… le 13 janvier, l’auteur des « Rougon-Macquart » (…) s’adresse à un journal pour avoir une diffusion massive, offrir à tous sa « lettre ouverte ». (…) il rompt avec la tranquillité qui fondait jusque-là son existence ordonnée d’écrivain. Il commet un délit de presse, un acte conscient de diffamation, pour qu’un procès ait lieu et qu’on reprenne l’enquête de l’affaire Dreyfus. En accusant, Zola s’accuse lui-même, s’offrant volontairement aux coups de l’adversaire. Au nom de la vérité et de la justice.

ALAIN PAGES.

Vidéo : document ina.fr/J’accuse.

A (re)lire :

→ sur : LDH-Toulon.net/ :

« J’accuse » toujours d’actualité - Un texte de Jean-Pierre Dubois publié dans Libération, le 15 janvier 2008.

→  sur notre blog :
9 octobre 2009 : 150e anniversaire de la naissance d’Alfred Dreyfus

 

Publié dans HISTOIRE | Pas de Commentaires »

FEIGNIES ENSEMBLE décembre 2009

Posté par communistefeigniesunblogfr le 23 décembre 2009

FEIGNIES ENSEMBLE                                                                 PCF

 

FEIGNIES POUR TOUS                                                                     décembre 2009 – N° 22

http://communistefeigniesunblogfr.unblog.fr/

 

  Le problème, c’est l’équité de la répartition des richesses mondiales.  Aujourd’hui, 50 % sont détenus par 2 % des humains, alors que la moitié de l’humanité n’en possède que 1 % !

Alain Bocquet – député du Nord

 

Le Président : « Réduisons les dépenses publiques »…

Et en 2008, il dépense 3, 28 millions d’euros pour des sondages !!!

 

Récemment, la Cour des comptes de la République a épinglé l’Elysée pour des  dépenses abusives en sondages : 165 sondages en 2008, soit 3 sondages par semaine ! Tout cela pour manipuler l’opinion des citoyens.

En outre, ces sondages ont été commandés à 2 sociétés dont les responsables sont des « amis » du président.

 

Halte aux ravages du capitalisme, de plus en plus sauvage

 

17 novembre 2009Rome – Sommet de l’Organisation du fonds des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) : Aucun chef d’Etat des pays les plus développés présent !

Ce même jour, 17 000 enfants sont morts de faim ! C’est qu’a indiqué le secrétaire général de l’ONU qui affirme, par ailleurs, que 44 milliards de dollars seraient une aide efficace pour les agricultures des pays du Sud.

MAIS POURTANT :

En 6 ans, les masses investies dan la spéculation sur les matières premières sont passées de 13 milliards de dollars à 320 milliards !

 

Augmentation des inégalités en France

 

Selon l’Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE), il y a une explosion du chômage et une dégradation des salaires.

  • Entre début 2008 et mi-2009, 400 000 emplois ont disparu, dont 167 000 intérimaires.
  • En 1996, 1 % des salariés à temps complet, les mieux payés  du privé, gagnaient 6, 6 fois le salaire médian (moyen).

     En 2007, ces mêmes salariés ont gagné 8, 5 fois le salaire médian.

  • 2 millions de travailleurs en dessous du seuil de pauvreté !

Selon que vous serez puissant ou misérable… (La Fontaine).

« La dette est énorme, l’Etat a besoin d’argent… » Mais les députés de la majorité ont refusé de voter l’impôt de 10 % sur les bénéfices des banques : Cherchez l’erreur !

 

Collectivités territoriales et taxe professionnelle

 

La réforme des collectivités territoriales et la suppression de la taxe professionnelle ne doivent pas être considérées comme une affaire de spécialiste, une affaire d’élu. Ces projets sont un nouveau coup porté à la démocratie et la volonté de transférer la fiscalité des entreprises sur les ménages.

Actuellement 40% des impôts sont supportés par les ménages, si on laisse faire Nicolas Sarkozy, demain, la part des ménages sera de 71%.

Nous sommes donc tous concernés, tout d’abord au titre de salariés avec la fiscalisation des indemnités journalières et des départs à la retraite hors plans sociaux, ensuite au titre de contribuables avec la hausse continue de la fiscalité locale, enfin au titre d’assurés sociaux avec la hausse du forfait hospitalier et les déremboursements de médicaments.

 

Impôt sur les indemnités des salariés, victimes d’accidents du travail

Privilèges pour les plus fortunés et les entreprises

 

De « courageux » députés UMP ont voté l’imposition de ces indemnités qui touchent plus particulièrement les ouvriers agricoles ou qualifiés, les manutentionnaires ou les magasiniers. Cette disposition rapportera 150 millions d’euros à l’État. Pas de quoi réduire le déficit !

MAIS

-  grâce au bouclier fiscal, les ménages les plus fortunés (plus de 15, 5 millions d’euros de patrimoine) ont reçu un chèque « moyen » de 368 261 euros en 2008.

-  les niches fiscales (investissements dans les Dom-Tom, les forêts, les œuvres d’art…) permettent aux plus fortunés de déduire de leurs revenus des sommes importantes, et parfois de ne pas payer d’impôts. Soit un manque à gagner de 74 milliards d’euros, pour le budget de l’État.

Ainsi à Neuilly, 47 foyers fiscaux à revenus élevés (344 000 euros / an en moyenne, soit 238 fois le salaire annuel des ouvriers agricoles) n’ont pas payé d’impôts sur le revenu.

-  Depuis 2008, 6 200 entreprises auraient bénéficié de 20,5 milliards de réduction de l’impôt sur les sociétés. En 2008, Jean-François Copé, alors ministre du budget, avait « estimé » cet avantage à 1 milliard !

 

Conseil municipal samedi 19 décembre à 9 h en mairie : vote des subventions

 

 

Le Parti Communiste Français

    Pour se défendre et riposter, pour changer vraiment

    Je désire être informé-e des initiatives du PCF

    J’adhère au PCF

   Nom : …………………. Prénom …………………….

   Adresse : ………………………………………………

   …………………………N° tél. : ……………………..

   Envoyer au PCF 48, rue François Wiart à Feignies

 

 

 

   

      Ces problèmes vous concernent.

 

     Venez en débattre avec nous le dernier vendredi de

     chaque mois de 17h30 à 19h à la salle polyvalente

     Place de l’église.

 

 

Publié dans Infos Feignies, PCF-Front de Gauche Feignies, TRACT | Pas de Commentaires »

123456
 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy