• Accueil
  • > Recherche : explosion feignies

Résultats de votre recherche

30 ans des restos du cœur : une réalité douloureuse qui signe l’échec d’une politique

Posté par communistefeigniesunblogfr le 25 novembre 2014

Communiqué du PCF

 

30 ans des restos du cœur :

une réalité douloureuse qui signe l’échec d’une politique

 

logo-restos-du-coeur

La pauvreté explose, 1 million de personnes vont encore

recourir cette année aux restos du cœur, qui servent

130 millions de repas.

Et cette association, comme de nombreuses autres, ne pourront

 

Capturerestosducoeur1plus faire face d’ici un an ou deux, car elles subissent,

elles aussi, l’austérité.

Aujourd’hui quatre millions et demi de personnes survivent

avec les minimas sociaux. Trois millions de jeunes vivent

sous le seuil de pauvreté. Les fins de droits ont augmenté

de 56 % depuis 2008, ce qui explique le recours

aux associations qui sont souvent la dernière branche de survie.

Combien de drames humains derrière ces chiffres ?

 

Cette réalité douloureuse signe l’échec d’une politique : celle d’un gouvernement dont la boussole

n’est pas le développement humain mais la courbe des profits des grandes entreprises, au nom de

la compétitivité. C’est ainsi que les profits explosent et que 67 personnes détiennent dans le monde

autant de richesses que la moitié de la population de la planète.

Les associations sont elles aussi impactées négativement par cette politique.

Quatre associations humanitaires ont dû batailler ferme, avec la soutien des députés de la GUE,

pour maintenir l’aide alimentaire européenne menacée de forte réduction. Elles subissent le recul

des subventions publiques au profit des appels à projets et du marché, le recul des dons à cause

de l’austérité, malgré la générosité des Français. Il faut là aussi une autre politique pour favoriser la vie

associative, élément important du développement économique, social et de la vie démocratique.

Des premières mesures pourraient être prises, qui sont dans le rapport parlementaire présidé

par Alain Bocquet.

L’explosion de la pauvreté est un drame social et humain. C’est aussi un drame économique.

Il est grand temps de promouvoir une alternative sociale, écologique, politique à ce pouvoir

et à sa politique.

 

Publié dans Austerite, France, Liberalisme, Pauvrete, PCF, PRECARITE, SOCIETE | Pas de Commentaires »

Portrait social de la France par l’Insee : La France blessée par l’austérité

Posté par communistefeigniesunblogfr le 19 novembre 2014

 

  • Une France étranglée par les inégalités

Portrait social de la France par l’Insee

 

Kevin Boucaud – 18 novembre 2014

 

cartefranceinégalités

Le Portrait social réalisé par l’Insee

met en lumière une explosion

du chômage de longue durée.

Pour les ménages les plus modestes,

qui continuent de souffrir des politiques

d’austérité, la situation est alarmante.

Au fil des mois et des années, les effets

de la crise s’aggravent. C’est en tout cas

ce que montre le dernier « portrait social »

de la France réalisé par l’Institut national

de la statistique et des études économiques

(Insee).

 

Si le tableau général est sombre, particulièrement du côté de l’emploi, l’étude précise que « les personnes

les plus touchées par la crise sont généralement celles qui étaient a priori les plus exposées aux difficultés

sur le marché du travail ». Ce nouveau rapport permet de comprendre « où nous en sommes après

plusieurs années de crise », comme l’explique Fabrice Lenglart, directeur des statistiques démographiques

et sociales. Entre 2008 à 2013, une dégradation du marché du travail, une augmentation de la précarité

ou encore une stagnation du revenu salarial sont observées. Alors que la France compte 2,8 millions

de chômeurs en 2013 au sens du Bureau international du travail, l’Insee révèle que plus de 1,1 million

d’entre eux recherchent un emploi depuis plus d’un an. Un chiffre qui est en hausse de 56 % en cinq ans

(+ 400 000 chômeurs). La conséquence immédiate est une forte hausse du nombre d’allocataires au revenu

de solidarité active – RSA (+ 430 000 entre 2008 et 2012) et ainsi une dégradation de leurs conditions

de vie. Cette situation pèse sur les salaires dont la progression est freinée depuis 2007,

au point que les inégalités salariales ont cessé de diminuer. 

lire la suite : http://www.humanite.fr/une-france-etranglee-par-les-inegalites-558096

 

  • France : la casse sociale

 

♦ Le chômage explose

5,4 millions de chômeurs

Hausse du chômage de longue durée : 0,7 million de chômeurs en 2008, 1,1 million en 2013

Progression entre 2008 et 2013 : chômage + 43 %, chômage de longue durée : + 56 %

 

♦ Une pauvreté accrue

4,5 millions de personne touchent des minima sociaux d’insertion

Augmentation du nombre d’allocataires du RSA (base 100 en 2008) : 2008 : 100, 2013 : 126

Parmi les allocataires du RSA :

1 sur 4 se prive de nourriture, 1 sur 4 n’a pas de logement autonome

1 sur 10 renonce aux soins médicaux

 

♦ Les salaires étranglés

Progression des salaires (en % par an ) : 2002-2007 + 0,6 %, 2007-2012 +0,2 %

La moitié des salariés vivent avec moins de 1204 euros net par mois.

Un quart des salariés vivent avec moins de 635 euros net par mois.

670 000 ménages non imposables en 2012 ont été assujettis à l’impôt sur le revenu 2013

 

Publié dans Austerite, Chomage, ECONOMIE, France, Liberalisme, Pauvrete, Pouvoir d'achat, Salaires, SOCIAL | Pas de Commentaires »

Transatlantique arnaque – La casse du siècle (le film)

Posté par communistefeigniesunblogfr le 7 novembre 2014

Vu sur : Moissac au Coeur

 

     Transatlantique arnaque – La casse du siècle

 

tafta5

Dans la plus grande discrétion, l’Union

européenne et les États-Unis négocient

actuellement la création d’un grand marché

transatlantique.

Objectif ? Supprimer les «obstacles au commerce»,

 au bénéfice des entreprises multinationales.

Dans le dos (et sur le dos) des populations.

Date butoir : 2015.

Ce projet de grand marché transatlantique porte en lui de très lourdes menaces :

systèmes sociaux et services publics démantelés, explosion des inégalités, destructions environnementales,

répression des mouvements sociaux, atteintes aux libertés fondamentales…

Explications, témoignages et propositions de démontage dans ce court documentaire,

qui vous propose une incursion derrière les murs du silence. Avec notamment Bruno Poncelet,

Martin Pigeon et Raoul-Marc Jennar.

Réalisation : Yannick Bovy – Septembre 2014 – 29 mn

 

Image de prévisualisation YouTube

A voir en ligne sur  YouTube

Publié dans Culture, documentaire, ECONOMIE, ETATS-UNIS, EUROPE, IDEES - DEBATS - PHILO | Pas de Commentaires »

Explosion du travail dissimulé chez les cadres et techniciens

Posté par communistefeigniesunblogfr le 8 septembre 2014

 

3 cadres sur 4 continuent à travailler sur leur temps personnel

 

cadres1UGICT-CGT

Les ingénieurs, cadres et techniciens vivent

aujourd’hui une véritable crise de démotivation

et de surmenage. Et la cause première est

la question du temps de travail, qui explose

notamment du fait de l’utilisation des nouvelles technologies, explique Marie-José Kotlick,

secrétaire générale de l’UGICT-CGT.

Vous évoquez une véritable explosion du temps de travail chez les cadres, ingénieurs

et techniciens…

Marie-José Kotlick. Au cours de notre congrès national de l’UGICT-CGT, (Union générale des ingénieurs,

cadres et techniciens) nous avons constaté une très forte démobilisation des salariés qualifiés et à

responsabilité. Nous avons fait une enquête, deux sondages, et effectivement l’élément fort, le plus

préoccupant dans leur situation, c’est la question du temps de travail. On assiste à une véritable explosion

du travail dissimulé, gratuit, et on peut même dire du travail au noir. Les chiffres sont très éloquents :

  • Le temps de travail moyen est de 44,1 heures hebdomadaires.
  • Si on mettait les salariés forfaités à la moyenne des heures travaillées des autres salariés,

cela permettrait de créer 530 000 emplois. Si on remettait tous les travailleurs aux 35 heures,

cela libérerait 2,7 millions d’empois. 

  • 68 % des cadres estiment que leur charge de travail a gravement augmenté. 
  • Un technicien sur deux affirme que les heures supplémentaires effectuées ne sont ni payées,

ni récupérées. 

  • Un cadre est interrompu en moyenne toutes les 4 minutes.

 

cadres2

  Vous pointez justement que les nouvelles technologies

  sont un facteur aggravant dans ce travail dissimulé

  Marie-José Kotlick. Oui, c’est un fait nouveau, l’utilisation

  intensive des nouvelles technologies, imposées par le management,

  a aggravé ce phénomène. 75 % des cadres utilisent ces outils

  pour un usage professionnel, sur leur temps personnel. Et 27 %

  d’entre eux ont utilisé les nouvelles technologies pour travailler

  pendant leurs vacances. Enfin, 60 % des techniciens ont constaté

  une intensification de leur travail par l’usage de ces technologies.

  Et la moitié d’entre eux déplorent un vrai débordement de la vie

  professionnelle sur la vie privée. On voit que l’utilisation

  des nouvelles technologies influe sur les risques de burn out,

d’épuisement, et influe sur la qualité de vie au travail tout court.

[Lire la suite sur humanite.fr]

UGICT-CGT : campagne-déconnexion

Publié dans ECONOMIE, Liberalisme, SOCIAL, Souffrance au travail | Pas de Commentaires »

La bande de Gaza est un champ de ruines

Posté par communistefeigniesunblogfr le 27 juillet 2014

 

La bande de Gaza est un champ de ruines

 

Par notre envoyé spécial Pierre Barbancey

Samedi 26 juillet 2014

 

Gaza

 

 

  La trêve de douze heures, qui a été

  prolongée jusqu’à minuit, ce samedi,

  a permis de constater les dégâts

  humains et matériels des dix-neuf jours

  de bombardements israéliens.

  Reportage

 

 

 

Gaza (Palestine), envoyé spécial.

La trêve de 12H, acceptée par la résistance palestinienne et par Israël, a permis aux habitants de Gaza de souffler. Sortir sans craindre d’être aplati par une bombe, acheter des provisions, faire le plein d’eau… Le matin, au lieu de cette insupportable vibration sonore, trace de la présence des drones dans le ciel, il était même possible d’entendre des oiseaux gazouiller. Les Palestiniens ne sont pourtant pas dupes. Cet arrêt provisoire des bombardements ne signifie pas un retour à la normale, si tant est que le mot « normal » est un sens dans cette bande de Gaza soumise à un blocus depuis plus de sept ans.

Avec cette trêve, le voile s’est levé sur le crime commis par Israël. Au nord, Beit Hanoun est un champ de ruines. Les explosions ont été si intenses, les destructions si nombreuses – dans certaines rues aucun bâtiment n’est encore debout – que tout a été recouvert d’une pellicule grise, ajoutant à la désolation des lieux.

[...]

*
Au moins un millier de Palestiniens ont été tués et quelque 6.000 blessés, en grande majorité des civils, dans la bande de Gaza depuis le début de l’offensive israélienne le 8 juillet. L’Unicef évoque un bilan d’au moins 192 enfants tués et l’Agence pour l’aide aux réfugiés de Palestine (UNRWA) fait état de plus de 160.000 Palestiniens réfugiés dans ses bâtiments dont certains, comme nous l’avons constaté, ont été la cible des bombardements israéliens.

[Lire l’article complet sur humanite.fr]

 

 

Its-not-war

Gaza1

 

Publié dans GAZA - PALESTINE | Pas de Commentaires »

Alstom : « On est sacrifié pour la finance »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 29 avril 2014

 

Alstom : « On est sacrifié pour la finance » 

 

Fanny Doumayrou – 28/04/2014
*

Entretien avec Christian Garnier, représentant CGT au comité de groupe et délégué syndical

central de la branche Transport d’Alstom.

 

alstom  Comment avez-vous accueilli la nouvelle des tractations

  entre General Electrique et Alstom ?

  Le PDG se fout de notre gueule ! Il y a deux mois, Alstom nous

  a présenté le projet d’extraire du groupe la branche Transport

  (9.000 salariés en France) pour la mettre en bourse et en vendre

  30% immédiatement. A la clé, 182 suppressions de postes

car il fallait faire le ménage avant la mise en bourse. Et la semaine dernière nous apprenons par la presse

qu’il veut boucler dans le week-end l’explosion du groupe. Ce matin (lundi) devait se tenir à Saint-Ouen,

siège d’Alstom Transport, une réunion de négociation sur les 182 suppressions de postes, la CGT a refusé

de siéger. Il est hors de question de discuter de ces suppressions d’emplois, alors que nous ne savons

même pas si le groupe existera encore mercredi. Demain, nous appelons à la grève sur les trois établissements

Alstom Transport de Saint-Ouen.

Que pensez-vous des difficultés du groupe avancées pour justifier la cession à GE ou Siemens ?

Le groupe est en difficulté financière car il a un endettement important, il a été mal géré et a racheté tout ce qui

bouge ces dernières années. Mais il n’est pas du tout en difficulté industrielle, avec 53 milliards d’euros

de commandes. On n’a jamais connu un tel niveau de commandes. Pour la branche Transport, cela représente

5 années de travail ! La vraie explication du projet de vente, c’est que Bouygues, premier actionnaire,

veut faire une plus-value extraordinaire en vendant ses actions, on est sacrifié pour la finance.

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Publié dans CGT, ECONOMIE, Finance, France, Liberalisme, SOCIAL | Pas de Commentaires »

Chômage : forte hausse en février

Posté par communistefeigniesunblogfr le 27 mars 2014

 

Municipales 2014

Des chiffres du chômage qui font mal

 

Capturechomagefev14   Cliquer sur l’image pour agrandir

  Selon les statistiques mensuelles publiées

  hier soir, le nombre de privés d’emploi a

  bondi au mois de février.

  Mais le gouvernement persiste et signe :

  le pacte de responsabilité va « amplifier

  la dynamique de création d’emplois ».

 

Comme si ça ne suffisait pas pour le gouvernement dans une séquence municipale très mal engagée, il y avait hier

soir la publication des chiffres du chômage… Et ils sont très mauvais ! Même le ministère du Travail, qui déploie

chaque mois des trésors d’ingéniosité pour repeindre en rose ce calvaire mensuel pour François Hollande qui avait

promis d’« inverser la courbe », n’y arrive pas cette fois-ci.

« Après un ralentissement puis une quasi-stabilisation à la fin de l’année 2013, le nombre d’inscrits à Pôle emploi

présente une progression marquée en février », admet-on au cabinet de Michel Sapin. Le nombre de demandeurs

d’emploi sans activité (en catégorie A) a bondi, avec 31 500 nouveaux inscrits en métropole (+ 0,9 %),

pour atteindre le niveau record de 3,34 millions de chômeurs.

La progression des effectifs des demandeurs d’emploi seniors « explique la quasi-totalité de la hausse », selon

le ministère. En février, la hausse pour les plus de 50 ans atteint 1,3 %. Sur un an, + 12,1 %, il s’agit

d’une véritable explosion. La situation est aussi très alarmante sur le front des chômeurs de longue durée :

ils étaient plus de 2 millions à la fin du mois dernier (+ 0,6 % sur un mois, + 11,4 % sur un an).

[Lire la suite sur humanite.fr]

Lire aussi :

 

Publié dans Chomage, ECONOMIE, France, Liberalisme, POLITIQUE, SOCIAL | Pas de Commentaires »

Espagne : un avenir nouveau peut poindre le 22 mars

Posté par communistefeigniesunblogfr le 20 mars 2014

 

Une marche géante va « prendre Madrid » le 22 mars

 

Capturemarche madridJean Ortiz, L’Humanité, 15/03/14

Depuis des mois se prépare dans toute l’Espagne

la (les) »Marche(s) de la dignité ». En colonnes venues

de toutes les latitudes de la Péninsule, le 22 mars, elle,

elles, vont « envahir » Madrid. Sur toutes les routes,

des marcheurs sont déjà à l’effort depuis des jours,

vers la capitale.

 

En ruisseaux humains qui vont devenir des flots, des vagues, à l’approche du 22 mars… Et c’est dur. Cela nécessite du courage, de bons souliers ! et une logistique solidaire lourde. Des milliers d’autres « marcheurs » arriveront à Madrid en bus. Les drapeaux républicains flottent.

Une multitude de chômeurs (six millions en Espagne), de « sans terre » (alors que de grands « cortijos » de 30.000 hectares ou plus monopolisent la terre en Andalousie), de précaires, de victimes des expulsions locatives, comptent camper à Madrid et y rester. Sur leur parcours, ils ont été reçus dans villes et villages, déclinant les revendications dans les rencontres, les assemblées, avec leurs hôtes travailleurs, étudiants, paysans, fonctionnaires…

Il peut y avoir un avant et un après le 22 mars. Plus d’un million de « marcheurs » sont attendus. Au départ, l’idée a été lancée par le Syndicat andalou des travailleurs, de Diego Cañamero, le « Front civique-Nous sommes la majorité » de l’ex secrétaire général du PCE Julio Anguita et les « Campements dignité d’Estrémadure ».

Le manifeste et les revendications « agglutinantes » ont permis que nationalement les marches soient soutenues par Izquierda Unida, la CGT, la CNT-AIT, de nombreux collectifs de lutte, et localement par une constellation d’ « assemblées populaires », une multitude de mouvements sociaux, les « marées » vertes des enseignants, blanches des personnels de la santé, contre les privatisations, rouges des travailleurs licenciés de la multinationale Coca Cola, des comités larges regroupant les différentes colères, le PCE, les « plates-formes » contre les dizaines de milliers d’expulsions consécutives à l’explosion de la « bulle spéculative immobilière » (86.000 familles andalouses ont ainsi été expulsées de leurs maisons et appartements par les banques), Attac, les collectifs 15M ou issus du 15 M, la Gauche anticapitaliste, les associations de quartier, de voisins, les organisations citoyennes…

Les deux grands syndicats UGT et CCOO se sont jusqu’à présent tenus à l’écart du mouvement, nationalement, mais l’unité syndicale s’est matérialisée au Pays basque, en Galice, à Valencia, à Murcie, en Andalousie… et l’ensemble des syndicats de salariés de ces régions convergent déjà ensemble vers Madrid.

Entraîner « la gauche qui traîne les pieds »

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Publié dans Espagne, Luttes, POLITIQUE, SOCIAL | Pas de Commentaires »

« De l’eau et du gaz », l’Édito de l’Humanité

Posté par communistefeigniesunblogfr le 11 mars 2014

 

Éditorial Par Michel Guilloux

          L’éditorial : « De l’eau et du gaz »

 

huma1103

L’éditorial de Michel Guilloux.

« Des centaines de milliers de personnes risquent

de se voir couper brutalement le gaz ou l’électricité.

Un mot recouvre ce fait : précarité énergétique.

À peine inventé, aussitôt banalisé ?

Pas pour tout le monde : les intéressés au premier

chef, mais aussi celles et ceux qui ont une tout

autre idée de la vie en société à notre époque

que les comptables et faiseurs de statistiques.  »

 

Une douceur printanière gagne le pays.

Les rayons de soleil ravivent le moral. La mi-mars s’approche

mais, pour beaucoup, elle est moins synonyme de changement

de saison que de plongée dans l’angoisse. Avec elle finit la trêve hivernale. Les expulsions locatives vont reprendre.

Grâce à une évolution de la loi, les plus fragiles parmi les plus touchés par les inégalités sociales ont été épargnés

et ont pu continuer à se chauffer cet hiver. Aussi doux fût-il, cela était nécessaire. Seulement voilà, en la matière aussi,

la trêve, nouvelle, va se clore.

Des centaines de milliers de personnes risquent de se voir couper brutalement le gaz ou l’électricité.

Un mot recouvre ce fait : précarité énergétique. À peine inventé, aussitôt banalisé ? Pas pour tout le monde :

les intéressés au premier chef, mais aussi celles et ceux qui ont une tout autre idée de la vie en société à notre époque

que les comptables et faiseurs de statistiques. Au-delà de ces coupures, il est un iceberg dont elles constituent

la pointe émergée : celui de la pauvreté de masse, provoquée par une explosion sans précédent des inégalités sociales.

Que ce soit dans les 150 plus grandes villes de France ou dans les campagnes, périurbaines ou pas.

Chômeurs dont le nombre explose lui aussi, ou précaires dont les contrats d’intérim ou à durée déterminée ne suffisent

plus à faire bouillir ne serait-ce que la marmite. Femmes seules avec enfants ou jeunes de moins de trente ans…

 

coupures

  Il se trouve des hommes et des femmes

  pour refuser cet état de fait. Certains,

  avec la fédération CGT de l’énergie, se revendiquent

  de Robin des Bois. D’autres, élus, et parmi eux

  le plus souvent communistes, prennent des arrêtés

  anti-expulsions, voire s’y opposent physiquement

au besoin. Ils constatent que l’Europe telle

qu’elle s’est bâtie, à coups de bélier contre les services publics et les droits sociaux, a contribué à la régression

sociale en cours, alors qu’elle pourrait jouer un rôle de nivellement par le haut dans ces mêmes domaines.

Résultat, les tarifs flambent, les profits des entreprises privatisées itou. Et la misère.

[Lire la suite]

Lire aussi :

 

Publié dans ECONOMIE, Energie, France, Liberalisme, Pauvrete, PRECARITE, SOCIAL | Pas de Commentaires »

Rupture conventionnelle : les employeurs sécurisés

Posté par communistefeigniesunblogfr le 4 mars 2014

 

Quartier libre

Rupture conventionnelle : les employeurs sécurisés

 

licencie1

  Par Christophe Vigneau, avocat du barreau de Paris.

  La Cour de cassation a décidé de réduire le contrôle

  de la haute juridiction sur les ruptures conventionnelles

  à peau de chagrin.

  Le 29 janvier 2014, la Cour de cassation a rendu cinq arrêts

  très attendus relatifs à la rupture conventionnelle, mode de

rupture introduit par l’ANI du 11 janvier 2008 sur la modernisation

du marché du travail et repris par la loi du 25 juin 2008 du même nom (Arrêts n°s 12-24539, 12-27594, 12-25591,

12-22116, 12-24951). Ces cinq arrêts sont très instructifs sur la portée du contrôle qu’entend exercer la haute

juridiction sur les ruptures conventionnelles.

Disons le tout net, la Cour de cassation a décidé de réduire son contrôle à peau de chagrin. Seul un vice

du consentement – l’erreur, le dol ou la violence – pourra donner lieu à une nullité de la convention de rupture.

Quand l’on connaît les conditions extrêmement restrictives de la reconnaissance d’un vice du consentement,

autant dire que l’on ferme quasiment toute possibilité à un salarié de venir contester en justice une convention

de rupture homologuée ou autorisée par l’inspection du travail.

Aucune chance laissée au salarié

À titre d’exemples tirés des arrêts du 29 janvier : le non-respect du délai de rétractation de 15 jours, pas de nullité!

Un défaut d’information du salarié sur sa possibilité de se faire assister 
par un conseiller du salarié extérieur

à l’entreprise en l’absence de représentant du personnel dans l’entreprise : idem, alors même que les statistiques

montrent que moins de 8% des salariés sont assistés lors de la négociation sur la rupture de leur contrat de travail.

Si l’on ajoute à cela la jurisprudence selon laquelle l’existence d’un litige préalable n’est pas de nature à entraîner

la nullité de la rupture, il est certain que la Cour de cassation ne laisse aucune chance 
à un salarié de voir

sa rupture annulée une fois homologuée ou autorisée, sauf à démontrer qu’on lui a mis un pistolet sur la tempe

ou qu’il a été enfermé 
à clé pour extorquer sa signature.

300.000 ruptures

Tout cela parachève un dispositif conçu pour sécuriser la rupture du contrat de travail, c’est-à-dire empêcher

toute contestation future du salarié qui aura pu un jour se laisser convaincre de quitter l’entreprise dans un intérêt

bien évidemment «partagé».

 [Lire la suite sur humanite.fr]

 

Retrouvez chaque lundi dans l’Humanité ses pages thématiques « le travail dans tous ses états »

A lire aussi :

 

Publié dans ECONOMIE, France, Justice, Liberalisme, SOCIAL | Pas de Commentaires »

123456
 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy