• Accueil
  • > Recherche : enfant viol degat

Résultats de votre recherche

Gaza : le bilan tragique de l’opération « Bordure protectrice »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 19 août 2014

 

Gaza : le bilan tragique de l’opération « Bordure protectrice »

 

CaptureGaza5   capture d’écran

  La guerre à Gaza qui a débuté le 8 juillet,

  est la plus violente et destructrice

  de ces dernières années.

  Elle a fait déjà plus de 2000 victimes

  et il faudra des mois pour espérer

  remplacer les dégâts causés

  par les bombardements.

 

Selon le ministère de la Santé dans l’enclave palestinienne, parmi les 2.016 Palestiniens tués,

541 sont des enfants et 250 des femmes. Ce nouveau bilan, effectué alors que s’achève une trêve

de 5 jours, inclut des Gazaouis ayant succombé à leurs blessures dans des hôpitaux. C’est déjà bien plus

que la précédente guerre d’ampleur d’Israël à Gaza, l’opération « Plomb durci », qui avait fait

près de 1600 victimes chez les Palestiniens et 13 côté Israéliens. 64 soldats israéliens ont également

été tués dans cette opération « Bordure protectrice », dont 5 de tirs ami, ainsi que trois civils.

La distinction entre victimes civiles et combattantes côté palestinien dépend évidemment des sources.

L’armée israélienne a assuré ainsi avoir tué 900 « terroristes », alors que le Bureau de coordination

des Affaires humanitaires de l’ONU (Ocha), bien plus fiable, estime que la grande majorité des morts

et des blessés sont des civils. L’Ocha a comptabilisé 215 combattants palestiniens parmi les morts

dont elle a pu vérifier l’identité.

Des centaines de Palestiniens ont également été arrêtés sur le territoire israélien. Plus de 600

personnes, dont 175 mineurs, seraient incarcérés pour avoir jeté des projectiles sur la police à Jérusalem

Est, selon les autorités israéliennes. De son côté, le Club des prisonniers palestiniens annonce avoir

recensé « 1.650 Palestiniens arrêtés à Jérusalem et en Cisjordanie occupée ».

Déjà 5 milliards d’euros de dommages

Il faudra « des mois » pour réparer les infrastructures de la bande de Gaza endommagées ou détruites

depuis le début de l’offensive israélienne, a estimé la responsable des opérations humanitaires de l’ONU

Valerie Amos.  « Les dégâts sur les hôpitaux, écoles, et les locaux de l’UNRWA (l’agence de l’ONU

pour l’aide aux réfugiés palestiniens) où les déplacés avaient trouvé refuge prendront des mois à être

réparés ».

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Publié dans GAZA - PALESTINE, Israel | Pas de Commentaires »

Goodyear Amiens-Nord : « Nos enfants ne valent pas moins que les enfants des actionnaires. »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 20 janvier 2014

 

Les Goodyear, têtes hautes, à Amiens en famille

 

gg2

 

  Plusieurs centaines de salariés de l’usine Goodyear

  d’Amiens-Nord, accompagnés de leurs familles

  et soutiens, se sont rassemblés ce samedi après-midi

  devant l’hôtel de ville d’Amiens.

 

« Nos enfants ne valent pas moins que les enfants des actionnaires. Notre histoire n’est pas terminée »

sont-ils venus dire.

Deux grandes banderoles avaient été déployées devant la mairie : « Nos familles ont le droit de vivre dignement »

et « Détruire un emploi, c’est détruire une famille« . Et c’est en famille que se sont rassemblés un bon millier

de salariés de Goodyear, avec leurs proches, compagne et enfants. « Rien qu’au regard du nombre de personnes

qu’il y a, on s’aperçoit du dégât que Goodyear va causer », a lancé Mickaël Wamen, secrétaire de la CGT, syndicat

qui a porté le combat à l’usine d’Amiens-Nord pendant toutes ces années. « Nos enfants ne valent pas moins

que les enfants des actionnaires. Notre histoire n’est pas terminée… » « Après bientôt sept ans de combat, on va

vendre notre peau du mieux que l’on peut ». Et exiger que Goodyear paye les indemnités en une fois… Il explique

pourtant que le coût du plan social, c’est le double de ce qu’il fallait pour relancer l’activité. Devant la mairie,

des enfants portaient des t-shirts rouges « Non aux licenciements. Plan anti-social ».

Les négociations ont repris vendredi matin entre des représentants de la CGT et la direction de Goodyear,

en présence de Jean-François Cordet, préfet de la région Picardie et nommé médiateur par le ministre

du Redressement productif. Les Goodyear ne veulent plus que des conditions de départs dignes, pour tourner

la page, faire le deuil. « On nous parle de reclassement, mais on nous propose des postes à Montluçon alors que

dans le même temps, à Montluçon, il y a des fermetures d’équipes et du chômage partiel » explique Mickaël Wamen.

Il y a une urgence de lutte dans notre pays, parce que là les seuls qui se battent aujourd’hui, c’est le Medef

qui obtient des milliards du gouvernement. [...] Plus il y a d’allègements de charges, plus il y a de plans sociaux

et de délocalisations…  La prochaine étape, c’est la fermeture de Dunlop Amiens Sud » dit-il amer.

Mickaël Wamen a également annoncé la création d’un « Collectif des anciens salariés de Goodyear » pour « aider

ceux qui seront dans la plus grande détresse ». Il évoque les larmes des collègues, le désespoir et parfois l’alcool

comme substitut. « Mais il ne faut pas juger, il faut aider ! »

(Lire les témoignages : Goodyear La violence au quotidien).

 

Pi.M. – humanite.fr

Publié dans CGT, ECONOMIE, France, licenciements, Luttes, SOCIAL | Pas de Commentaires »

Guatemala : L’ex-dictateur Efraín Ríos Montt reconnu coupable de génocide et de crimes contre l’humanité

Posté par communistefeigniesunblogfr le 16 mai 2013

 

A 86 ans (c’est tard), il écope de 80 ans de prison (le compte est bon).

L’ex-dictateur du Guatemala Efraín Ríos Montt reconnu coupable

de génocide et de crimes contre l’humanité

 

Guatemala :  L’ex-dictateur Efraín Ríos Montt reconnu coupable de génocide et de crimes contre l’humanité  dans Amerique latine dictateur

Écrit par Renata Avila.

Traduit par Marie Andre.

L’ancien dictateur du Guatemala Efraín Ríos Montt a été reconnu coupable

de génocide et de crimes contre l’humanité. Après s’être battu pendant

de longues années devant les cours de justice les indigènes Ixil Maya

du Guatemala ont obtenu justice.

Le verdict a été twitté en direct et a rapidement inondé les réseaux

[es-espagnol].

 

Tandis que Ríos Montt était déclaré coupable et condamné à 80 années de prison, l’ancien Directeur

du Renseignement José Mauricio Rodriguez Sanchez était innocenté.

Rios Montt a dirigé le Guatemala de mars 1982 à août 1983 pendant la guerre civile qui a déchiré le pays

durant 36 ans. Comme l’explique Xeni Jardin sur le site BoingBoing : “L’ancien général de 86 ans et ancien

chef de l’État a été accusé de crime pour la campagne contre l’insurrection qu’il a menée en 1982-83

et qui a fait 1.771 morts parmi les Maya Ixil.”

Cette guerre a fait d’énormes dégâts chez les indigènes du Guatemala ; ils ont perdu terres, maisons, animaux,

récoltes et ont dû se réfugier dans les montagnes. Après la guerre le pays leur a offert peu de compensations.

Aujourd’hui, les communautés Ixil font partie des plus pauvres du pays, avec près de 77% qui vivent

dans la pauvreté [es]. Au Guatemala, où 40% de la population est indienne, 8 Indiens sur 10 sont pauvres.

De plus, le racisme affecte leur éducation et leurs possibilités d’emploi.

Malgré leur pauvreté, les survivants ne demandaient pas de dédommagements -ils demandaient justice, comme

l’explique au tribunal Benjamín Jerónimo, l’un des plaignants du génocide, dans les conclusions d’un procès

très complexe qu’Amnesty International résume en dix points :

Un génocide a été commis, des crimes contre l’humanité ont été perpétrés, et aujourd’hui 100 témoins sont

venus dire la vérité et demander justice publiquement pour tout ce que nous avons supporté… Nous ne cherchons

pas à nous venger, nous recherchons une paix réelle faite de justice, de respect, d’égalité, de dignité,

voilà pourquoi nous sommes là.

[Lire la suite sur Le Grand Soir]

Article original : http://fr.globalvoicesonline.org/2013/05/12/145773/

 

Lire également : 

Extrait :

Les mots de Benjamín Manuel Jerónimo, représentant de l’AJR auront marqué ces derniers jours d’audience :

*

« Nous, dans les années 80, peuple Ixil, avons été accusés de terroristes, de communistes, de subversifs,

et s’est commis le génocide. Ont été assassinés des enfants, des femmes enceintes, des vieillards sans défense … 

Nous sommes accusés de terroristes, de subversifs, de communistes, cependant ce n’est pas vrai, honorable

tribunal. Un terroriste ne vient jamais réclamer justice devant les tribunaux, … jamais…Cependant, oui, l’armée

était terroriste parce qu’elle a commis le génocide, et des crimes contre l’humanité. Ont disparu des centaines

d’enfants, des centaines de femmes ».

 

Extrait :

« Steven Kaal, un historien de formation qui a participé à la création du Projet accompagnement Québec-

Guatemala, souligne que le pays d’Amérique centrale était alors un « laboratoire de la lutte contre-

insurrectionnelle pour les États-Unis ».

Les « disparitions forcées, les escadrons de la mort et les campagnes de terre brûlée » sont expérimentés

pour la première fois dans la région, note l’activiste, qui insiste sur l’importance du rôle de Washington

dans la dérive violente des militaires en place.

« Dans les années 70 et 80, le pays est devenu une sorte de Frankenstein », souligne M. Kaal, en rappelant

qu’Efrain Rios Montt est issu, comme plusieurs dictateurs latino-américains, d’un centre de formation militaire

américain. »

 

Publié dans Amerique latine, Guatemala, Justice | Pas de Commentaires »

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy