• Accueil
  • > Recherche : dominique adt

Résultats de votre recherche

Mis et Thiennot, la torture et le commissaire pétainiste

Posté par communistefeigniesunblogfr le 17 mars 2014

 

Procès

Mis et Thiennot, la torture et le commissaire pétainiste

 

mis-thiennot

  La Justice examine ce lundi après-midi la sixième

  demande de révision du procès de ces deux hommes.

  Accusés du meurtre d’un garde-chasse, ils avaient été

  condamnés en 1947 à quinze ans de travaux forcés,

  après des aveux extorqués sous la torture.

 

Presque soixante-dix ans de lutte. L’avocat Jean-Pierre Mignard a présenté début février une sixième de demande de révision du procès de Raymond Mis et Gabriel Thiennot. Les deux hommes ont été condamnés à quinze ans de travaux forcés en 1947, pour le meurtre d’un garde-chasse, après des aveux extorqués sous la torture. Ils sont décédés respectivement en 2009 et 2003, mais leurs proches se battent toujours pour faire annuler la procédure.

Un accusé suspendu par la fenêtre de la mairie

L’affaire a débuté le 31 décembre 1946, dans le Berry. Le garde-chasse Louis Boistard est retrouvé dans un étang de Mézières-en-Brenne, tué à coups de fusil. Quatorze hommes, qui participaient à la fermeture de la chasse, sont arrêtés. Parmi eux, Raymond Mis, vingt ans, et Gabriel Thiennot, dix-neuf ans. La veuve de Louis Boistard désigne rapidement Gabriel. Selon elle, le jeune militant communiste aurait possédé des armes de guerre.

L’enquête est confiée à la gendarmerie de Mézières-en-Brenne, ainsi qu’à la vingtième brigade de police mobile de Limoges sous la direction du commissaire Georges Daraud. Interrogés à la gendarmerie et à la mairie de Mézières, huit hommes passent aux aveux. Ils sont écroués à la prison de Châteauroux, où le gardien chef constate de nombreux sévices sur leurs corps. Le lundi 13 janvier, lors de leur seconde comparution devant le juge d’instruction, tous les inculpés se rétractent. Mais rien n’y fait. Six d’entre eux écopent de dix-huit mois à deux ans ferme. Gabriel Thiennot et Raymond Mis seront condamnés à quinze ans de travaux forcés. Avant d’être graciés au bout de sept ans par le président de la République, René Coty.

L’avocat Jean-Pierre Mignard a introduit deux éléments nouveaux, qui éclairent les mœurs policières en cours dans la France d’après-guerre. « Il y avait une atmosphère de guerre civile feutrée », rappelle l’avocat. Thiennot était un militant communiste connu, Mis était d’origine polonaise. Et l’homme en charge de leur arracher des aveux, le commissaire Georges Daraud, était « un partisan de la révolution nationale de Pétain », affirme Jean-Pierre Mignard. Pour preuve, la défense a exhumé un rapport de dénonciation daté d’août 1943. « Il montre que le commissaire Daraud a dénoncé des activités communo-gaullistes pendant la guerre », explique l’avocat.

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Présumés coupables – L’Affaire Mis et Thiennot, un film de Dominique Adt

Bande annonce

 

http://www.dailymotion.com/video/xeg1br

sur dailymotion

 

Article et vidéo France3 Centre

Publié dans France, Justice, SOCIETE | Pas de Commentaires »

« Donner plus d’argent au FMI revient à mettre le renard dans le poulailler : il va manger toutes les poules »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 22 février 2011

Source : CADTM – Francais 

 

fmirevolution.jpg

Pour le FMI, les mêmes causes ne sont pas suivies des mêmes effets

11 février par Jérome Duval

Enregistrer au format PDF

Le FMI dit avoir pour mission « …de contribuer à un niveau élevé d’emploi et à la stabilité économique et de faire reculer la pauvreté. » |1|, or nous vivons tout le contraire :

le chômage ne cesse d’augmenter, l’instabilité économique règne et partout où sévit le FMI, la pauvreté atteint des sommets. Le constat est flagrant, le FMI échoue sur toute la

ligne, à commencer par les objectifs affichés dans l’article 1 de ses statuts : « Faciliter l’expansion et l’accroissement harmonieux du commerce international et contribuer ainsi

à l’instauration et au maintien de niveaux élevés d’emploi et de revenu réel et au développement des ressources productives de tous les États membres, objectifs premiers de

la politique économique. » |2|

Alors décrié par les mouvements sociaux et décrédibilisé par ses histoires de corruption, le FMI connaît un manque de liquidité au déclenchement de l’actuelle crise : ses créances

ont fondu, passant de 106,8 milliards de dollars fin 2003 à 15,5 milliards fin 2007 |3|. On aurait alors pu espérer une autocritique de l’institution débouchant sur une nouvelle orientation

politique vers plus de régulation. C’est méconnaitre la raison d’être du Fonds qui, incapable de s’écarter de la doctrine néolibérale qui le constitue, est, quoi qu’en dise son directeur général

Dominique Strauss Kahn, vouée à la continuité sans véritable changement structurel.

 

« Donner plus d’argent au FMI revient à mettre le renard dans le poulailler : il va manger toutes les poules »

 

En avril 2009, les États occidentaux, pourtant en difficulté, décident de renflouer le FMI par l’entremise du G20 afin d’aider l’institution financière à reprendre son rôle de pompier pyromane

momentanément ralentit |4|. Celui-ci voit ses ressources tripler, de 250 à 750 milliards de dollars. Les réactions ne se sont pas fait attendre de la part des mouvements sociaux mais aussi de

certains gouvernements progressistes : « Donner plus d’argent au FMI revient à mettre le renard dans le poulailler : il va manger toutes les poules », réagit le président bolivien Evo Morales.

De son côté, le président vénézuélien Hugo Chavez, s’offusque :

 « …ils ont décidé de renforcer un des plus grands coupables de la crise qui est le FMI, alors qu’il faudrait au contraire mettre la clé sous la porte » |5|.

Confrontés à une crise sans précédent, les gouvernements des pays industrialisés appelaient à réformer le capitalisme, il s’agissait en quelque sorte de le réguler pour lui donner meilleure mine.

Que n’avions nous pas entendu alors : « Les agences de notations ont fait un travail détestable », « Il faut refonder le capitalisme » scandait le président français Sarkozy 

en février 2009. Un an plus tard, en janvier 2010, alors qu’on attendait plus de précisions, celui qui s’était octroyé une augmentation de 172 % de son salaire à compter de 2008 |6|, martèle :

« La France ne remet pas en cause le marché. Mais un marché sans règles n’est pas un marché. Même si trop de règles tuent le marché.  ». Décidément, la tâche s’avère plutôt difficile…

 

[Lire la suite sur : cadtm.org/]

 

Source illustration : http://au-bout-de-la-route.blogspot.com/

 

Publié dans ECONOMIE, FMI "affameur des peuples" | Pas de Commentaires »

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy