• Accueil
  • > Recherche : dece feignies fevrier 2013

Résultats de votre recherche

Malaise dans les hautes sphères de La Poste

Posté par communistefeigniesunblogfr le 13 mars 2013

 

Ce mercredi dans l’Humanité :

malaise dans les hautes sphères de La Poste

 

Malaise dans les hautes sphères de La Poste dans CGT huma1303

Alors que les suicides de postiers s’accumulent,

c’est maintenant la direction de La Poste qui est

touchée par le décès de Nicolas C., cadre stratégique

du groupe, qui a mis fin à ses jours le 25 février dernier.

L’Humanité a recueilli les témoignages de hauts cadres

prêts à briser la loi du silence. Extrait.

«Notre vie de famille est totalement détruite », souffle Ilma.

Son mari, Nicolas C., cadre supérieur au sein du groupe

La Poste, a été enterré jeudi dans la plus stricte intimité.

Désormais seule avec sa fille de dix-neuf ans, elle accuse :

« Son suicide est lié au travail. Quand il est passé d’adjoint

à directeur, personne n’a été nommé au poste d’adjoint,

il a travaillé avec une équipe réduite tout en ayant

une grosse charge de travail. Il avait pourtant dit

qu’il avait besoin d’aide. Il était perfectionniste et mettait un point d’honneur à assurer son travail.

Lors de ses funérailles, ses collègues, qui l’appréciaient beaucoup, me sont tombés dans les bras. »

Ilma se souvient des premiers signes du burn-out (épuisement professionnel) chez son mari. Il y a un mois,

au travail, il avait ressenti une douleur dans la poitrine. « Il préparait un déplacement à Marseille, il avait

travaillé sur des slides Powerpoint (infographies destinées aux réunions de cadres dirigeants – NDLR)

le week-end. À la dernière minute, son boss lui a demandé de tout reprendre de zéro. Puis quand il a fait

son malaise au bureau, personne n’a eu la décence de lui appeler un taxi. La Poste s’est mal comportée. »

La suite du témoignage dans l’Humanité de ce mercredi 13 mars 2013 ainsi que l’entretien

avec la sociologue, Danièle Linhart.

[Lire la suite]

 

Publié dans CGT, France, La Poste, SERVICES PUBLICS, Souffrance au travail | Pas de Commentaires »

Gaz de schiste : un débat biaisé par l’Académie des sciences ?

Posté par communistefeigniesunblogfr le 26 février 2013

 

CLIMATO-SCEPTIQUE

Gaz de schiste : un débat biaisé par l’Académie des sciences ?

 

Gaz de schiste : un débat biaisé par l’Académie des sciences ? dans Environnement gaz-de-schiste

Capture d’écran

Par Maxime Combes (26 février 2013)

L’Académie des sciences va remettre les clefs du débat

sur les gaz de schiste à un… climato-sceptique. Ce 26 février,

elle organise une conférence-débat intitulée « Les gaz de schiste »,

dont la préparation et l’animation ont notamment été confiées

à Vincent Courtillot. Ce géophysicien, proche de Claude Allègre,

est un des plus fameux climato-sceptiques français.

Alors que le GIEC (Groupe d’Experts Intergouvernemental sur

l’Évolution du Climat) a établi que le réchauffement climatique

planétaire actuellement observé est imputable à l’augmentation

de la teneur de gaz à effet de serre dans l’atmosphère, Vincent Courtillot considère encore, rapporte l’AFP,

que c’est une « thèse stupide ».

Cette conférence fait suite au rapport publié en janvier par l’Académie des Sciences, qui défendait

une exploration et exploitation rapides des gaz et pétrole de schiste sur le territoire français. Et cela en dépit

de la loi de juillet 2011 interdisant l’utilisation de la fracturation hydraulique, la seule technique permettant

à ce jour d’exploiter ces hydrocarbures non conventionnels. Ce rapport affirme que « les conséquences

potentielles économiques positives sont trop importantes […] pour négliger cette nouvelle ressource »,

tout en critiquant « que des décisions aient été prises hâtivement ». A l’inverse, les recommandations

du dernier rapport de l’Agence Internationale de l’Énergie de décembre 2012 préconisent de ne pas

consommer d’ici 2050 « plus d’un tiers des réserves prouvées de combustibles fossiles », afin de ne pas

dépasser les 2°C de réchauffement global maximal d’ici la fin du siècle.

[Lire la suite sur Basta !]

Illustration ajoutée par nous

Publié dans Environnement, INFOS | Pas de Commentaires »

UE – Une cinquantaine de nouveaux OGM autorisés à partir du 25 février ?

Posté par communistefeigniesunblogfr le 25 février 2013

 

UE – Une cinquantaine de nouveaux OGM autorisés

à partir du 25 février ?

 

UE – Une cinquantaine de nouveaux OGM autorisés à partir du 25 février ? dans Environnement ratsPar Eric MEUNIER, Frédéric JACQUEMART  

Source : Inf’OGM

Depuis 2012, les États membres discutent

avec la Commission européenne

d’un règlement qui établira juridiquement

la procédure d’évaluation des risques

sanitaires des plantes génétiquement

modifiées (PGM) avant autorisation.

 

 

Le lundi 25 février, les États membres, dont la France, discuteront d’une nouvelle version

de ce règlement, présentée par la Commission européenne [1]. L’ordre du jour annoncé

prévoit la possibilité que ce règlement soit voté, ouvrant ainsi la porte aux autorisations

de PGM en attente. 

Les autorisations de PGM à la culture ont été de fait suspendues depuis décembre 2008 par la Commission

européenne (à l’exception de l’autorisation donnée pour la pomme de terre Amflora de Bayer après

pressions de l’entreprise [3]) jusqu’à l’adoption de nouvelles lignes directrices censées améliorer l’évaluation

des risques sanitaires. A ce jour, une soixantaine de dossiers de demande d’autorisation sont en attente,

dont 27 pour la culture. Les autres dossiers concernent l’importation. Si, après plusieurs mois de discussions,

la Commission européenne a finalement établi le caractère obligatoire pour les entreprises de conduire

des analyses de toxicologie [4], cette obligation ne s’appliquera qu’aux PGM dont la demande d’autorisation

aura été déposée six mois après l’adoption de ce règlement. Tous les dossiers aujourd’hui en attente ainsi que

ceux qui auront été déposés d’ici l’adoption du règlement ne seront donc pas concernés. Un paradoxe important

puisque, en proposant ce règlement qui contient certaines améliorations, tant la Commission européenne

que l’Autorité européenne de sécurité des aliments (AESA) reconnaissent que l’évaluation des risques telle que

conduite jusqu’à maintenant est insuffisante. Mais cette évaluation insuffisante continuerait donc de présider

aux dossiers en cours.

[Lire la suite sur Dazibaoueb]

 

Publié dans Environnement, EUROPE, SANTE, Union europeenne | Pas de Commentaires »

Grèce : l’austérité racontée au quotidien (vidéo)

Posté par communistefeigniesunblogfr le 25 février 2013

 

ENOIKIAZETAI : A LOUER

Grèce : l'austérité racontée au quotidien (vidéo) dans Austerite capturegrece1capture d’écran

Cliquez sur l’image pour voir la vidéo.

Chroniques d’un hiver européen est une série

documentaire racontant le quotidien de citoyens

européens pendant la crise économique du début

des années 2010, connue sous le nom de

« crise européenne de la dette ».

Amorcé en novembre 2011,

ce projet initié et réalisé par Étienne Haug compte déjà

3 épisodes de 45 minutes.

Cette première saison raconte le quotidien de quelques

habitants d’Athènes, un instantané datant de décembre 2011.

On découvre au cours de ces épisodes ce que signifie concrètement, tant sur le plan pratique que

psychologique, de vivre dans un pays où le consensus social qu’on pensait acquis depuis des décennies

se retrouve détruit en seulement quelques années.

  • A consulter :

Chroniques d’un hiver européen, le site

Soutenez le projet

  • A lire aussi :

–> Les Grecs se mobilisent encore contre l’austérité (21 février 2013)

Le pays, au bord de la faillite interne, renoue avec la grève générale et les grandes manifestations de rue pour dénoncer privatisations, coupes budgétaires et baisses de revenus.  Lire la suite…

–> Grèce: « Stop, nous n’en pouvons plus » (20 février 2013)

Au lendemain de la visite de François Hollande à Athènes, des milliers de manifestants sont descendus dans la rue ce mercredi en Grèce dans le cadre d’une grève générale contre la poursuite de l’austérité dont les créanciers internationaux s’apprêtent à vérifier la mise en oeuvre. Lire la suite

–> Hollande chasse les bonnes affaires grecques (20 février 2013)

Alors que se prépare une grève générale, le locataire de l’Élysée s’est surtout montré, hier lors de sa visite à Athènes, en VRP des groupes hexagonaux, comme s’il revendiquait la part française du gâteau des privatisations grecques. Lire la suite…

S.G.

Publié dans Austerite, ECONOMIE, EUROPE, FMI "affameur des peuples", Grece | Pas de Commentaires »

Être docker, à l’heure de la mondialisation des produits toxiques

Posté par communistefeigniesunblogfr le 20 février 2013

 

SANTÉ AU TRAVAIL

Être docker, à l’heure de la mondialisation des produits toxiques

 

Être docker, à l’heure de la mondialisation des produits toxiques dans CGT capturedocker

Par Nolwenn Weiler (18 février 2013)

Ils sont les premiers à décharger les milliers

de tonnes de marchandises qui arrivent

chaque jour par bateau.

Ils sont aussi les premiers à respirer l’air

des cales : céréales aspergées de pesticides

, pétrole, ciment… Et ils en paient le prix :

sur les docks, on meurt dix ans plus tôt.

 

A Nantes et Saint-Nazaire, las de voir tomber leurs collègues, les dockers sont à l’initiative

d’un programme de recherche pour améliorer leurs conditions de travail et préserver

leur santé. Un enjeu crucial pour l’avenir de leur métier. Reportage.

Ce matin de janvier, le crachin s’entête sur les quais du port de Montoir-de-Bretagne, à quelques encablures

de Saint-Nazaire. Un navire de 40 000 tonnes de soja brésilien vient d’accoster. Mais le déchargement

attendra. « Il y a trop de gaz dans les cales », expliquent les dockers. Réfugiés dans le petit bâtiment

qui fait office de foyer, ils attendent « qu’il n’y ait plus de danger ». D’ici quelques heures, quand l’aspirateur

géant et métallique – appelé la « vis sans fin » – aura terminé d’avaler les tonnes de soja, pour les expédier

vers les zones de stockage situées à l’arrière des quais, les dockers descendront dans les cales.

« Avec des échelles de cordes quand il y en a, ou en passant par derrière le stock, en bas des tas de

marchandise. Parfois, les murs de soja que la vis sans fin repousse contre les parois des cales s’écroulent.

Dans ce cas, on en a partout ! », détaille Karl Montagne, docker depuis 30 ans.

Arrosé de pesticides avant la traversée de l’Atlantique, pour décourager champignons, rongeurs et insectes,

le soja débarqué ce jour-là et l’atmosphère qui règne dans la cale ne sont pas très respirables. C’est la seule

chose que savent les dockers. «  A un moment, on nous dit, c’est bon, vous pouvez y aller. Mais nous ne

savons rien des produits qui ont été utilisés. Et respirer des doses réputées sans danger, pendant un jour,

d’accord. Mais tous les jours ou presque, pendant 20 ans, qu’est-ce que cela donne ? », s’interroge Karl

Montagne. « Et le simple fait que ce soit OGM, ça fait quoi ? Parce que 90 % du soja qu’on décharge

est OGM ! », poursuit son collègue Christopher Le Canderf.

Cancers en vrac

Ces inquiétudes, et discussions, à propos des menaces sanitaires qui planent sur les travailleurs portuaires

sont apparues il y a quelques années, sur les quais de l’estuaire de la Loire, de Nantes à Saint-Nazaire.

Fin 2007, Jean-Luc Chagnolleau, docker pendant 30 ans, se découvre un cancer du rein. « Il avait toujours

eu une vie très saine », précise son ami Serge Doussin, métallo et ancien secrétaire départemental CGT.

« Quand il a su qu’il était malade, il a tout de suite pensé à son boulot », ajoute Gilles Rialland, travailleur

portuaire, également syndiqué CGT. L’enquête que Jean-Luc Chagnolleau entreprend alors auprès

de ses collègues prend des airs de série noire. Sur 140 dockers contactés, en grande majorité partis

à la retraite, 87 déclarent être malades, dont 61 sont atteints de cancers, et 35 sont décédés. L’espérance

de vie de ces travailleurs se révèle d’une dizaine d’années inférieure à celle de leurs aînés !

[Lire la suite sur Basta !]

Image à la une : capture d’écran photo Laurent Guizard

Creative Commons License

 

Image de prévisualisation YouTube

sur youtube

DockerMarseille

Publié dans CGT, France, SANTE | Pas de Commentaires »

« Le rôle du gouvernement est d’aider les salariés à construire un rapport de force »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 16 février 2013

 

GAUCHE DU PS

« Le rôle du gouvernement est d’aider les salariés

à construire un rapport de force »

 

« Le rôle du gouvernement est d’aider les salariés à construire un rapport de force » dans POLITIQUE maurelPar Agnès Rousseaux, Ivan du Roy (14 février 2013)

Réforme bancaire minimaliste, future loi pour l’emploi

très défavorable aux salariés, justice fiscale retardée…

L’aile gauche du Parti socialiste commence à s’impatienter.

« Le gouvernement n’assume pas le rapport de force

avec ceux qui n’ont pas intérêt au changement », critique

Emmanuel Maurel, tête de file de la gauche du parti,

qui compte 22 députés. Il appelle les parlementaires à

largement améliorer les projets de loi.

Et invite écologistes et Front de gauche à « élaborer ensemble les réformes de la seconde

partie du quinquennat ». Entretien.

Basta ! : L’Assemblée nationale discute actuellement de la réforme bancaire, visant

à contrôler les dérives de la finance (lire notre article). Pourquoi le gouvernement

propose-t-il un projet aussi peu ambitieux et aussi indolore pour les banques ?

Emmanuel Maurel : C’était l’une des annonces phares du candidat François Hollande dans son discours

du Bourget. « Notre adversaire, c’est la finance », rappelait-il. Cela a suscité de grandes espérances

chez tous ceux qui veulent mettre au pas la finance et les banques. Il s’est engagé sur la séparation

des activités des banques d’affaires et des banques de dépôt, pour maîtriser et réguler ce système fou.

Ce qui est ennuyeux avec ce projet de loi, c’est que la séparation des banques n’aura pas lieu.

On n’empêche pas que se reproduisent des crises comme celle de 2008. Il faudrait une loi très ambitieuse.

Ce n’est pas le cas. Quand j’ai interpellé Pierre Moscovici (ministre des Finances, ndlr) au Bureau national

du PS, il ne m’a pas donné de réponses satisfaisantes. Cela fait dix ans que nous demandons la mise

en place de garde-fous pour que les banques ne puissent pas avoir des filiales partout dans les paradis

fiscaux. Sur cela aussi le projet est insatisfaisant.

Est-il encore possible de renforcer le projet de loi en discussion ?

Il revient aux parlementaires d’améliorer cette loi. On ne peut pas se contenter de déclarations d’intention.

Un rapport de force s’esquisse entre Bercy, très sensible aux arguments du monde de la banque,

et des parlementaires de gauche, qui considèrent que cette loi est importante. A nous de mettre la pression.

C’est le souhait unanime de toute la gauche et de tous les Français : tous sont scandalisés par les pratiques

des banques. Les gens souhaitent l’encadrement du système bancaire. Ils voient bien que les banques sont

à l’origine de plusieurs crises. Et qu’à la fin, ce ne sont pas elles qui trinquent, mais les États qui les renflouent.

C’est l’une des réformes emblématiques du quinquennat : si elle finit en peau de chagrin, elle laissera place

à la déception et à l’amertume.

Dans ce contexte, pourquoi le gouvernement ne propose-t-il pas une réforme plus solide ?

On mesure ici la puissance de feu de ceux qui n’ont pas intérêt au changement. Il existe une élite dirigeante

financière et administrative qui n’a pas l’intention que cela change. Il existe toujours une porosité entre la haute

fonction publique et le monde des banques d’affaires. Le conseiller économique de François Hollande, Emmanuel

Macron, vient de la banque Rothschild. Et l’ancien conseiller économique de Sarkozy est reparti à la banque

Rothschild !

[Lire la suite sur Basta !]

Creative Commons License

Publié dans POLITIQUE, Politique nationale | Pas de Commentaires »

« L’horreur à Gaza » primée au World Press Photo

Posté par communistefeigniesunblogfr le 15 février 2013

 

« L’horreur à Gaza » primée au World Press Photo

 

capture d’écran

Le lauréat de la 56e édition du plus

prestigieux concours consacré

au photojournalisme, le World Press

Photo, est le photographe et journaliste

suédois, Paul Hansen pour le quotidien

Dagens Nyheter avec une photo, prise

en novembre 2012 qui représente

un groupe d’hommes transportant le corps

de deux enfants décédés dans une rue

de Gaza, meurtrie par huit jours de frappes aériennes israéliennes incessantes qui ont fait

155 victimes, dont de nombreux enfants.

humanitefr Paul Hansen dans Presse - Medias le 15 Février 2013

 

Publié dans GAZA - PALESTINE, Presse - Medias | Pas de Commentaires »

Syndicalisme : Bernadette Groison, secrétaire générale de la FSU, répond aux questions de L’Humanité

Posté par communistefeigniesunblogfr le 11 février 2013

 

Rencontre. Syndicalisme

Bernadette Groison :

«  Ce gouvernement ne peut se contenter d’être élu, il doit agir  »

 

Syndicalisme : Bernadette Groison, secrétaire générale de la FSU, répond aux questions de L'Humanité dans Education nationale groison

Entretien réalisé par Laurent Mouloud

Malaise des personnels, rapport avec les ministres,

rapprochement avec la CGT… la secrétaire générale

de la FSU fait le point sur l’actualité de la fédération

syndicale, dont le 7e congrès s’ouvre aujourd’hui

à Poitiers.

 

C’est aujourd’hui que s’ouvre, à Poitiers, le 7e congrès national de la Fédération syndicale unitaire.

Née en avril 1993 après l’éclatement de la FEN (Fédération de ­l’éducation nationale), la FSU fête donc

ses vingt ans d’existence. Avec 163 000 adhérents, dont 80 % d’enseignants, elle est la première

fédération de l’éducation et la deuxième force syndicale dans la fonction publique d’État. Austérité,

refondation de l’école, rapprochement avec la CGT… Bernadette Groison, secrétaire générale depuis

février 2010, passe en revue les dossiers chauds du moment.

Après la grève du 31 janvier dans 
la fonction publique et celle à venir, 
demain,

dans les écoles primaires, dans quel état d’esprit la FSU 
aborde-t-elle ce congrès ?

Bernadette Groison. C’est un congrès qui tombe au bon moment. On ­arrive à une période où

l’intervention des ­personnels est indispensable pour peser sur les choix du gouvernement et faire

qu’ils aillent dans le bon sens. Nous devons être une organisation qui soit une vraie force de propositions,

qui travaille des alternatives ­aujourd’hui indispensables. Ce congrès, à l’occasion duquel nous fêtons

nos vingt ans d’existence, est porteur d’espoir et résolument placé sous le signe de l’avenir.

De quoi allez-vous débattre ?

Bernadette Groison. Il y a, déjà, un enjeu crucial autour des services publics. Avec la crise,

nous pensons qu’il faut les renforcer. Or que constate-t-on ? Un gouvernement qui continue de vouloir

réduire les dépenses publiques et ­prépare un nouvel acte de décentralisation sans débattre réellement

de la place que doit avoir l’État dans la réduction des inégalités… C’est une erreur. La FSU va réaffirmer

clairement que notre pays a, aujourd’hui plus que jamais, besoin des services publics, que ce soit

pour mener à bien la relance industrielle ou répondre au défi ­écologique futur. L’autre grande question

sera celle de l’éducation avec, en toile de fond, la loi de refondation de l’école.

La FSU ­rappellera, notamment, la ­nécessité d’ouvrir rapidement d’autres ­chantiers que ceux abordés

jusqu’ici par le ministère. Si l’on veut vraiment refonder l’école, il faut ­travailler sur chaque échelon

du système éducatif, de la maternelle à l’université. Ce n’est pas le cas actuellement.

Le congrès débattra enfin de l’avenir du syndicalisme. Quelles orientations propose la FSU ?

Comment peser sur les choix du gouvernement ? Comment sortir de la division actuelle du paysage syndical

et construire le rassemblement dont ont besoin les travailleurs et les chômeurs ?

La question d’un rapprochement 
avec la CGT se pose-t-elle encore ?

Bernadette Groison. La question n’est pas de se rapprocher, mais de mieux travailler ensemble.

[Lire la suite sur humanite.fr]

Lire également :

Congrès FSU : discours d’ouverture de Bernadette Groison

 

Publié dans Education nationale, Fonction publique, FSU, l'Humanité, Syndicats | Pas de Commentaires »

Colère à la chaîne à l’usine PSA d’Aulnay

Posté par communistefeigniesunblogfr le 20 janvier 2013

 

Automobile Reportage :

Colère à la chaîne à l’usine PSA d’Aulnay

 

Colère à la chaîne à l’usine PSA d’Aulnay dans Emplois psa1_0

Devant l’intransigeance de la direction,

qui leur refuse de sérieuses garanties

de reclassement et des indemnités

décentes, plusieurs centaines d’ouvriers

sont en grève.

Reportage.

 

Six mois après l’annonce de la fermeture de l’usine PSA d’Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis),

le feu de la révolte a enfin pris. Face au refus de PSA d’octroyer de réelles garanties de reclassement

et des indemnités dignes de ce nom après déjà six réunions de négociations, environ 600 ouvriers ont

décidé, mercredi, de bloquer la production de la Citroën C3, à la veille d’une nouvelle séance de

discussions sur les primes de départ. Vu de l’extérieur, on pourrait avoir l’impression que le lion vient

de se réveiller après des mois de torpeur. La réalité est plus proche d’une ébullition spectaculaire

après des mois de frémissement discret organisé par un carré d’inlassables combattants depuis

la révélation, en juin 2011, d’une note interne de la direction condamnant Aulnay.

Les salariés se réapproprient l’usine

Excédés par les mensonges de la direction distillés auprès des médias, selon lesquels la production serait

seulement perturbée et pas totalement à l’arrêt, les ouvriers ont décidé d’ouvrir l’usine – en temps normal,

une forteresse – à l’ensemble des journalistes pour qu’ils puissent constater par eux-mêmes de quel côté

se situe la vérité. Le tableau de production à 17 h 30 est clair : l’ensemble de la chaîne, du ferrage au montage,

s’affiche en rouge, l’indicateur du nombre de véhicules montés montrant un déficit de 135 voitures sur les 300

censées sortir des lignes d’assemblage d’ici à 22 heures.

Confiants dans la légitimité de leur action et la force de leur mouvement, les salariés s’ouvrent aux journalistes,

se réapproprient l’usine, jusqu’à intimider une direction qui a largement déserté les lieux. Seul un courageux

huissier mandaté par la direction ose encore pointer le bout de son nez, sous les huées des grévistes.

« Je suis là pour relater les faits tels qu’ils se passent », assène-t-il sèchement, slalomant entre les jets d’œufs,

alors que l’assemblée générale de l’équipe du soir est sur le point de débuter.

« Il n’y a toujours aucune avancée dans les négociations, si on laisse faire, on va être mis à la porte en février

comme des chiens ! » insiste Philippe Julien, secrétaire de la CGT dans l’usine. Les revendications votées

en assemblée générale ces derniers mois – préretraite pour les cinquante-cinq ans et plus, pas de licenciement

avant d’avoir été reclassés en CDI pour les autres – n’ont absolument pas été prises en compte par la direction,

qui s’obstine à vouloir dérouler son gigantesque plan social de 11 000 suppressions d’emplois, tout en

sauvegardant son porte-monnaie.

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Pour aider les grévistes de PSA, 
vous pouvez envoyer vos chèques 
à l’ordre de

l’Association de soutien 
aux salariés de l’automobile du 93,

24, avenue Romain-Rolland, 
93150 Le Blanc-Mesnil.

 

Lire également :  Avec les grévistes de PSA dans l’usine occupée d’Aulnay

 

Les travailleurs de PSA à Saint-Ouen

Vendredi, environ 170 salariés de PSA – Aulnay-sous-Bois ont pénétré à l’intérieur de l’usine PSA

de Saint-Ouen pour protester contre la fermeture de leur usine et s’adresser à leurs collègues.

Voir la vidéo

 

Publié dans Emplois, France, licenciements, Luttes, SOCIAL, Solidarite | Pas de Commentaires »

NON à la criminalisation de l’action syndicale !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 16 janvier 2013

 

NON à la criminalisation de l’action syndicale !

 

Signez la pétition pour les 8 militants du syndicat CGT Energie

mis en examen

 

8 militants du syndicat CGT Energie Paris MIS EN EXAMEN !!!

- Parce qu’ils avaient avec 200 agents, refusé le licenciement de Nacima, mère célibataire d’un enfant

de 4 ans, salariée handicapée, et témoin d’un accident de travail que la direction voulait dissimuler,

- Parce qu’ils avaient avec 200 agents, dénoncé la falsification de son dossier, permettant ainsi de

justifier son licenciement,

- Parce qu’ils avaient avec 200 agents, raccompagné Nacima le 14 février 2008, jour de son licenciement,

à son poste de travail, exigé sa réintégration et dénoncé les pratiques honteuses de la direction locale,

8 militants du syndicat CGT Energie Paris, Cédric LIECHTI, Marc TREMENT, Catherine FLECHARD, Gérard

DEL MASCHIO, Christian POURRE, Patrice PERICHOU et Gérard HAMON ainsi qu’un 8ème Camarade ont

été mis en examen le 27 décembre 2012 par le juge Roger LELOIRE, dans le cadre d’une procédure

correctionnelle.

Hormis de lourdes amendes, ces 8 militants risquent aujourd’hui une peine de prison en regard de l’article

431-1 du Code Pénal ainsi que la déchéance de leurs droits civiques.

Cette politique d’acharnement et de haine antisyndicale menée depuis 4 ans par la direction ErDF Paris est

inacceptable et fait peser de graves dangers sur les libertés syndicales.

- Une 1ère plainte déposée en juin 2008 par le directeur ErDF Paris avait été classée sans suite

par le Procureur de la République. Mais qu’importe !!

- Une 2ème plainte avec la complicité de 2 cadres a été déposée entraînant obligatoirement la désignation

d’un juge d’instruction.

- Un camarade mis en examen aujourd’hui avait déjà été traduit en conseil de discipline et déclassé,

subissant ainsi une perte de salaire mensuel de 300 euros.

- D’autres camarades avaient déjà été déclassés avec une perte de salaire mensuel de 70 euros ou

sanctionnés d’un blâme

- Le dossier présenté par la direction à la justice a été monté de toute pièce, n’hésitant pas à contredire

les rapports d’huissiers et présentant les grévistes comme des barbares

En fait ce que ne supporte pas la direction ErDF Paris, c’est que la CGT Energie Paris se mettent en travers

de sa politique de privatisation et de recul social en défendant les intérêts des agents et des usagers

au quotidien que ce soit :

1. dans la conflictuelle négociation Aménagement du Temps de Travail où la direction voulait imposer à 2/3

des agents, 25 jours de travail supplémentaires par an sans augmentation de salaire

2. sur la dégradation des conditions de travail et des salaires (+0,6% en 2013 pour une augmentation

du coût de la vie de 1,7% – Source INSEE)

3. sur l’augmentation vertigineuse des tarifs du gaz et de l’électricité depuis l’ouverture du capital des 2

entreprises (depuis 2004, +65% pour le gaz et +20% pour l’électricité)

EN CRIMINALISANT L’ACTION SYNDICALE, la direction veut, par la peur, tenter de créer

un désert syndical et interdire toutes formes d’expression du Personnel et de la CGT.

Cela lui permettrait de mener sa politique de casse et de recul social sans résistance face à elle !!

NON A LA RÉPRESSION ET A LA CRIMINALISATION DE L’ACTION

SYNDICALE !

Signez la pétition !

[L’humanite.fr – 16 janvier 2013]

NON à la criminalisation de l'action syndicale ! dans CGT marcelpaul2

Publié dans CGT, Energie | Pas de Commentaires »

123
 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy