• Accueil
  • > Recherche : délégué fo mittal

Résultats de votre recherche

Censure de la loi Florange : « une décision politique en faveur du patronat »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 28 mars 2014

 

Censure de la loi Florange :

      « une décision politique en faveur du patronat »

 

Captureflorange

 

  Le Conseil constitutionnel a censuré au nom

  de la liberté d’entreprendre et de propriété

  une importante partie de la loi dite « Florange »,

  qui était pourtant déjà bien amputée

  de sa substance.

 

Ce texte visait à obliger les propriétaires d’entreprises à céder leur site plutôt que de le fermer,

sous peine de sanction.

« La loi votée en février dernier, n’oblige en réalité, le propriétaire qu’à démontrer ses bonnes intentions

en matière de recherche de reprises » explique la CGT. La loi, promesse de campagne du candidat Hollande,

avait été ainsi déjà vidée de sa substance lors du vote à l’Assemblée.

Alors que François Hollande sur le site ArcelorMittal en Moselle avait promis une « obligation » de cession,

le texte se limitait déjà à une obligation de recherche d’un repreneur. Mais ce n’était pas assez

pour les parlementaires UMP (108 sénateurs et 80 députés) qui, avec le soutien plein et entier du patronat,

a déposé un recours devant le conseil constitutionnel. 

Les « Sages » ont ainsi partiellement donné raison aux parlementaires de l’opposition, en jugeant que l’obligation

pour un employeur d’accepter une offre de reprise sérieuse, ainsi que la compétence confiée au tribunal

de commerce pour l’apprécier, avec des sanctions à la clé, constituaient une atteinte au droit de propriété

et à la liberté d’entreprendre. Le conseil constitutionnel a «également jugé les sanctions financières

trop contraignantes. Les employeurs refusant une offre sérieuse de cession ou ne respectant pas l’obligation

de recherche d’un repreneur étaient ainsi passible de devoir payer jusqu’à vingt fois la valeur mensuelle

du Smic par emploi supprimé, soit 28.000 euros par salarié.

 Une décision politique

« C’est une décision politique en faveur du patronat et du capital contre le travail et les travailleurs » estime

la CGT qui appelle «  le gouvernement et les parlementaires à légiférer à nouveau en proposant une loi

qui donne des droits d’intervention aux salariés sur les stratégies des entreprises ».

« La CGT propose que le comité d’entreprise ait le droit de suspendre les licenciements et les aides publiques

ainsi que l’obligation pour l’employeur de céder le site lorsque des repreneurs se font connaître. »

Édouard Martin, ancien délégué CFDT de l’aciérie ArcelorMittal de Florange, devenu candidat PS aux élections

européennes dans l’Est, a également laissé éclaté sa « colère » envers l’UMP : « En quoi ont-ils défendu l’intérêt

général? »

[Lire la suite sur humanite.fr]

CGT : Le Conseil constitutionnel choisit le droit de propriété face au droit de travailler !

Publié dans CGT, ECONOMIE, F. Hollande, France, Liberalisme, licenciements, POLITIQUE, SOCIAL | Pas de Commentaires »

CCE / Arcelor Mittal : Mittal avec l’accord de Jean Marc Ayrault s’apprête à donner le coup de grâce à la sidérurgie française

Posté par communistefeigniesunblogfr le 11 avril 2013

 

Les syndicats d’ArcelorMittal dénoncent toujours le projet industriel

 

CCE / Arcelor Mittal : Mittal avec l'accord de Jean Marc Ayrault s'apprête à donner le coup de grâce à la sidérurgie française dans CFDT florange1

Alors qu’un Comité central d’entreprise

doit être tenu ce jeudi à Paris

pour entériner la mort des hauts fourneaux

de Florange, les élus du personnel

dénoncent « l’erreur » du projet industriel

d’ArcelorMittal et demandent

au gouvernement de « revoir sa copie ».

Adjurant le gouvernement de « revoir sa copie », Philippe Verbeke, délégué CGT, a mis en avant

« le rapport explosif de Secafi qui invalide totalement le projet ». « La filière liquide peut redémarrer

dès aujourd’hui par rapport à la situation du marché », a-t-il souligné, jugeant que cela n’avait

« aucun sens de rester dans un schéma comme celui-là ». Pour le syndicaliste, le gouvernement

« a pu se tromper parce qu’il n’avait pas tous les éléments en mains mais si on laisse filer

très rapidement ce sera irréversible ».

« La balle est dans le camp des politiques » affirme la CGT

Même son de cloche pour son homologue de la CFDT, Jean-Marc Vécrin, qui dit toujours croire

« à une possibilité de redémarrer avec de l’acier propre, avec le projet européen Ulcos » de captage

et d’enfouissement de CO2. « La balle est dans le camp des politiques », selon lui. Le délégué s’attend

à une reprise d’activité, sur Dunkerque et Fos (Bouches-du-Rhône), mais « on est déjà tellement limite

qu’on va devoir importer des brames » (matière première pour la fabrication de tôles, ndlr).

« Pour Mittal le problème est structurel ; pour nous il est conjoncturel. (…) Cela fait 24 mois qu’on dit

que la stratégie n’est pas bonne », a-t-il ajouté.

« Une mise sous cocon, c’est un arrêt définitif », souligne FO

Dans son rapport, le cabinet Secafi estimait que l’arrêt de la filière liquide à Florange allait « aboutir

à un déficit de capacité du groupe ». « Le rapport Secafi est clair : Mittal se coupe de sa capacité

de production en France et en Europe », a insisté Jean-Marc Vécrin. Plus résigné, Norbert Cima (FO) a

estimé que les salariés avaient « été trahis par le gouvernement en place ». « Aujourd’hui nous allons acter

la fin de la sidérurgie lorraine et ses conséquences sur toute la vallée de la Fensch », a-t-il déclaré.

« Une mise sous cocon, c’est un arrêt définitif. On ne pourra plus redémarrer »

[Lire la suite sur humanite.fr]

Communiqué du PCF – 11 avril 2013 :

CCE / Arcelor Mittal : un projet mortifère cautionné par le gouvernement

Aujourd’hui se tient la réunion du CCE d’Arcelor- Mittal qui va être lourd de conséquences pour l’emploi

industriel et la sidérurgie française. En effet, l’ogre financier Mittal va annoncer son projet industriel

mortifère pour les prochaines années, s’appuyant sur l’accord obtenu fin 2012 avec le premier ministre

et son gouvernement. Fermeture de la phase liquide de Florange, mise au cocon pour 6 ans des hauts

fourneaux, redéploiement de l’activité de décapage et de laminage de Basse Indre vers le site Mosellan…

Bref Laskhsmi Mittal avec l’accord de Jean Marc Ayrault s’apprête à donner le coup de grâce à la sidérurgie

française, véritable colonne vertébrale de toute l’industrie.

Après le rapport Faure qui épinglait sévèrement les choix financiers de Mittal, le rapport indépendant

du cabinet Secafi Alpha souligne les grands risques d’échec du projet Mittal. Se taire, c’est cautionner

le plan de casse de Mittal et hypothéquer l’avenir industriel de la France. En effet, nul n’ignore

que la demande d’acier ne va pas faiblir à l’avenir et que l’exportation coutera très chère à notre pays.

Monsieur le Premier ministre, la moralisation de la vie politique aux yeux des salariés de la sidérurgie,

de Dunkerque à Basse Indre, en passant par Florange, c’est réouvrir le dossier de la sidérurgie et retirer

la parole donnée par l’État à Mittal. Les salariés et leurs organisations syndicales sont porteurs

de propositions concrètes et sérieuses. Elles restent plus que jamais d’actualité.

Lire également :

RIP ArcelorMittal : Hollande nous a trahis, la CFDT nous a lâchés

 

capturearcelormittal1 ArcelorMittal dans CGT

Vidéo : Cliquez sur l’image (capture d’écran)

 

 

Publié dans CFDT, CGT, ECONOMIE, Emplois, France, Luttes, PCF, Politique industrielle, SOCIAL | Pas de Commentaires »

Manifestation des Goodyear devant le siège social de GDTF à Rueil-Malmaison

Posté par communistefeigniesunblogfr le 13 février 2013

 

Les Goodyear manifestent pour conserver l’usine d’Amiens Nord

 

Manifestation des Goodyear devant le siège social de GDTF à Rueil-Malmaison dans Emplois

Plusieurs centaines de salariés de l’usine

Goodyear Nord ont manifesté devant

le siège social du fabricant de pneus où

la direction présentait les mesures

d’accompagnement de la fermeture

du site au comité central d’entreprise.

Les Goodyear étaient soutenus

par des salariés en lutte de PSA,

ArcelorMittal, Sanofi ou le collectif Licenci’elles,

mobilisés contre les plans sociaux.

Le point sur cette mobilisation sociale.

  • Les Goodyear mobilisés pour leurs emplois…

Quelque 750 salariés des 1.173 salariés de l’usine d’Amiens, dont la fermeture a été annoncé fin janvier,

ont pris la route peu avant 06 heures du matin à bord d’une dizaine de bus affrétés par la CGT en direction

du siège de Goodyear France à Rueil-Malmaison, où se tenait le comité central d’entreprise (CCE).

Ils y ont reçu le soutien de près d’un millier de salariés de différentes entreprises au prise avec les plans

sociaux, comme PSA, Sanofi…

« C’est la première journée de lutte pour faire voir qu’on veut se battre pour notre emploi. 750 personnes

se sont motivées pour aller au siège. On veut se battre pour garder notre CDI », avait expliqué auparavant

Mickaël Mallet, délégué du personnel.

Malgré le retrait de l’offre de reprise de Goodyear Nord par Titan, société américaine spécialisée

dans les pneus agricoles, les « Goodyear » venus d’Amiens-Nord croient en l’avenir de leur usine.

« Titan c’était du vent. La direction n’a pas réussi à placer un plan social et a sous-traité le plan social à

Titan. Ce qui les intéressait, c’était la marque. Caser des bonhommes, ils s’en foutaient. (…). Mais je reste

confiant. Il y a des lois en France, on ne ferme pas une boîte comme ça », a réagi Cédric Soares, 32 ans,

salarié non syndiqué, alors que le comité central d’entreprise de Goodyear venait de s’achever.

  • … vont se battre contre les licenciements

Tout faire pour éviter le Plan de sauvegarde de l’emploi (PSE), nom moderne donné au plan social,

que la direction veut imposer, telle est la ligne de conduite des syndicats.

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Le groupe Goodyear vient d’annoncer que les résultats du quatrième trimestre 2012 ont été

exceptionnels, largement supérieurs aux attentes et, mieux encore, que l’année 2013 va

voir le groupe réaliser un bénéfice net après impôts de 1.5 milliards de dollars !!!!!!

-Preuve que notre Groupe se porte très bien, la rémunération du PDG Monde a évolué à une vitesse

fulgurante, la direction dit qu’il n’y a pas de versement de stocks options, mais il existe des centaines

de possibilités de verser du fric en voici la preuve :

 »Rémunération totale de Richard J. Kramer, Président Directeur Général de Goodyear :

2009 : 5 553 042 $

2010 : 10 134 391 $

2011 : 12 223 070 $

Source : « Goodyear – Notice of 2012 Annual Meeting of Shareholders and Proxy Statement »

(document légal obligatoire disponible sur site internet de Goodyear) À lire dans capital.fr: »

GOODYEAR TIRE & RUBBER bat le consensus….

Source : blog.cgt-goodyear-nord.com

 

Cliquez sur l’image ci-dessous pour voir la vidéo

capturepsa3 Goodyear Amiens dans licenciements

 

anim-g11 dans SOCIAL

 

 

Humour
source : goodyear.exprimetoi.net

Publié dans Emplois, licenciements, SOCIAL | Pas de Commentaires »

Front de Gauche : Lancement de la campagne contre l’austérité

Posté par communistefeigniesunblogfr le 23 janvier 2013

 

Ce mercredi dans l’Humanité :

Front de gauche et salariés en lutte joignent leurs voix

 

Front de Gauche : Lancement de la campagne contre l'austérité dans Austerite huma2301Entretien réalisé par 
Adrien Rouchaleou

 

Le mouvement lance, ce soir, sa campagne

pour rassembler autour de

« l’alternative à l’austérité »,

à l’occasion d’un meeting à Metz.

Au-delà des forces politiques, l’invitation

s’adresse aux salariés mobilisés.

Ce soir, ils auront la parole.

Pour Christophe Jacquemin, délégué CGT

d’ArcelorMittal, qui participera au meeting :

« la sidérurgie pâtit aussi de l’austérité ».

 

 

 

Pourquoi participerez-vous au rassemblement contre l’austérité ?

Christophe Jacquemin. Je travaille à Gandrange, chez ArcelorMittal. Une fermeture a eu lieu, ici, en 2008.

Il reste encore une unité en marche. Mais nous avons de grands doutes sur la volonté de Mittal

de la maintenir en activité. Et ce que l’on voit de la politique de Mittal sur d’autres installations

de la sidérurgie française nous conforte dans nos craintes. La question de l’austérité est directement liée

à cette situation. Nous travaillons à 70 % pour l’industrie automobile. Mais si les salaires n’augmentent pas,

voire sont en baisse, les gens ne peuvent pas acheter de voiture, les sites ferment, l’État réduit sa voilure,

parce que la machine s’est grippée. C’est le cercle vicieux de l’austérité. Celui que l’on voit en action en

Espagne ou en Grèce, qui ne s’en sortent pas avec ces méthodes. Au contraire, elles s’enfoncent. Je crains

que pour nous, il en soit de même. On va rentrer 
dans le dur.

Quelles priorités devrait porter 
une campagne contre l’austérité ?

Christophe Jacquemin. Il faut interdire les licenciements boursiers, interdire les fermetures de site s’il y a

un repreneur, comme c’est le cas à Florange. C’est la position qu’on défendait en 2008, en n’ayant aucune

illusion sur ce que Nicolas Sarkozy ferait. Nous maintenons cette position maintenant que la gauche est au

pouvoir. La balle est dans son camp. Regardez la situation des copains de Florange : Mittal a décidé d’arrêter

deux hauts-fourneaux, alors qu’au même moment un rapport officiel dit qu’il y a de l’avenir en France

pour la sidérurgie. Et le gouvernement laisse faire ! Les salariés devraient avoir un droit de veto. L’État ne joue

pas son rôle. Nos bons amis socialistes essaient d’encadrer le libéralisme sauvage. Ils jouent les assistants

sociaux. Mais il n’y a pas de politique derrière tout ça. Pas de vision à long terme. François Hollande s’était

gargarisé durant 
la campagne avec la politique industrielle. Qu’il empêche aujourd’hui les fermetures de site.


Ce serait déjà bien.

[Lire la suite]

Publié dans Austerite, France, Front de Gauche, licenciements, Luttes, PCF, POLITIQUE, Politique industrielle, SOCIAL | Pas de Commentaires »

ArcelorMittal : FO et la CGT quittent les négociations

Posté par communistefeigniesunblogfr le 14 décembre 2012

 

SIDÉRURGIE

ArcelorMittal : FO et la CGT quittent les négociations

 

ArcelorMittal : FO et la CGT quittent les négociations  dans CGT fo-florangeCécile Rousseau

Lors de la réunion avec la direction jeudi, les deux

syndicats ont claqué la porte pour montrer

leur opposition à l’accord passé entre Mittal

et le gouvernement qui ne prévoit pas

le redémarrage des hauts-fourneaux de Florange. 

 

Ambiance tendue hier lors du comité central d’entreprise (CCE) d’ArcelorMittal à Paris. Les syndicats attendaient

des détails sur l’accord passé entre le groupe et le gouvernement le 30 novembre, censé sauver le site

de Florange. Mais après une demi-heure de discussion, FO et la CGT ont claqué la porte.

À la sortie, Norbert Cima, représentant au CCE de FO, ne reconnaît « pas la légitimité de cet accord. Pourquoi ne

nous a-t-on pas consultés sur le sujet ? s’interroge-t-il. On n’a pas reçu de document officiel, on ne sait même pas

qui l’a signé ».

le boycott des travaux de la commission

Quelques minutes plus tard, Philippe Verbeke, délégué syndical central CGT, quitte la salle à son tour.

« On ne peut pas accepter un accord qui prévoit le non-redémarrage des hauts-fourneaux de Florange et allège

les activités du site de Basse-Indre. » Déjà, cette semaine, la CGT et FO avaient boycotté les travaux

de la commission de suivi des engagements, censée veiller à la bonne application de cet accord.

À son arrivée au CCE, Jean-Marc Vécrin, représentant de la CFDT au CCE, avait quant à lui déclaré vouloir

« des explications claires. Nous allons questionner la direction en insistant sur le packaging à Basse-Indre,

Florange et toute la zone Amal (ArcelorMittal Atlantique Lorraine) ».

Mais lors de la réunion, les syndicats n’ont pas eu accès à un document plus précis que celui présenté

la semaine dernière.

[Lire la suite sur humanite.fr]

Lire également :

Publié dans CGT, ECONOMIE, FO, France, Politique industrielle, SOCIAL, Syndicats | Pas de Commentaires »

Florange, un des sites les plus rentables du groupe ArcelorMittal (CFDT)

Posté par communistefeigniesunblogfr le 13 décembre 2012

 

Florange est très rentable, selon une note publiée par la CFDT

 

Florange, un des sites les plus rentables du groupe ArcelorMittal (CFDT) dans CFDT martin-300x150

Selon un document interne du géant mondial de l’acier,

dont le syndicat a obtenu une copie, le site mosellan se situe

dans la moyenne concernant le prix de revient de la bobine

d’acier fabriqué dans les cinq sites du groupe en Europe

du Nord, à Gand, Brême, Dunkerque, Florange et Liège.

 

Dans un graphique reproduit sur le site de France 3 Lorraine, « on voit sur les courbes que Florange fait partie

des sites les plus rentables, aussi rentable de Gand et Dunkerque », explique le délégué syndical CFDT du site

de Florange, Édouard Martin, interrogé par BFM TV mercredi soir. « Ce ne sont pas les syndicats qui le disent

mais la direction elle-même. »

« L’excuse invoquée par (le PDG de Mittal, Lakshmi) Mittal sur le manque de compétitivité de Florange ne tient

pas, c’est pour cela que nous, maintenant, nous demandons des comptes à M. Mittal qui est capable de mentir

à la terre entière », a ajouté le syndicaliste.

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

 

Florange, un site rentable selon un document interne

http://www.dailymotion.com/video/xvv7yw

sur dailymotion

Par BFMTV

 

Publié dans CFDT, ECONOMIE, France, Luttes, SOCIAL | Pas de Commentaires »

Accord Mittal-Gouvernement : « Déshabiller Paul pour habiller Jacques »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 4 décembre 2012

 

ArcelorMittal :

l’usine de Basse-Indre déshabillée au profit de Florange

 

Accord Mittal-Gouvernement : Les activités de laminage et de décapage de l’usine de Basse-Indre,

près de Nantes, d’ArcelorMittal devraient être arrêtées

et transférées vers Florange, selon l’accord entre Mittal

et le gouvernement trouvé vendredi dernier.

 

 

C’est ce qu’indique ce mardi Frédéric Gautier, délégué CGT de l’usine de Basse-Indre, qui juge cette opération

« de mauvais augure » pour la Loire-Atlantique. Selon le syndicaliste, la direction a annoncé aux syndicats

qu’aux termes de l’accord intervenu vendredi entre ArcelorMittal et le Premier ministre Jean-Marc Ayrault,

les activités de laminage et de décapage de l’usine de Basse-Indre allaient être arrêtées. La baisse de production

à Basse-Indre doit entraîner un surcroît d’activité pour le laminoir de Florange, selon le syndicaliste

De 60 à 65 salariés en CDI seraient concernés par ces activités, auxquels il convient d’ajouter une vingtaine

d’employés d’entreprises de sous-traitance et une quinzaine d’intérimaires.

La direction du groupe parle d’une cinquantaine de salariés concernés au total, selon le responsable syndical.

Ces salariés seraient maintenus à Basse-Indre afin de former une équipe supplémentaire de revêtement,

a-t-il ajouté.

« On l’a amère »

L’usine emploie 546 personnes en CDI et 150 sous-traitants, selon Frédéric Gautier. Elle est spécialisée

dans la fabrication d’acier plat pour emballages alimentaires, activité aussi présente à Florange (Moselle).

« On l’a amère. On pense que le deal entre le gouvernement et Florange n’est pas de bon augure pour Basse-Indre.

Le laminage va disparaître, alors que c’est le coeur de notre métier. Il y a une grosse inquiétude pour l’avenir.

Quand Jean-Marc Ayrault dit qu’il a sauvé les deux bassins, il n’a rien fait du tout car on n’était pas inquiétés »

à Basse-Indre, a estimé Frédéric Gautier.

Les syndicats d’ArcelorMittal doivent être reçus mercredi à Matignon. La CGT a prévu d’organiser des assemblées

dans l’entreprise jeudi afin d’informer les salariés.

  • A lire aussi :

Un syndicat ukrainien dénonce les suppressions d’emplois massives chez Arcelor Mittal

 

Lionel Bellotti, délégué syndical FO de Basse-Indre explique les inquiétudes des salariés

Image de prévisualisation YouTube

sur youtube

par

Publié dans CGT, ECONOMIE, FO, France, POLITIQUE, Politique industrielle, SOCIAL, Syndicats | Pas de Commentaires »

Défense de l’industrie et de l’emploi : plusieurs dizaines de milliers de manifestants ont répondu à l’appel de la CGT

Posté par communistefeigniesunblogfr le 9 octobre 2012

 

Grande journée de mobilisation pour l’emploi, heure par heure

 

Défense de l'industrie et de l'emploi : plusieurs dizaines de milliers de manifestants ont répondu à l'appel de la CGT dans CGT une_25

 

La rédaction de l’Humanité est en ordre de marche

pour vous faire suivre, heure par heure, la grande

journée de mobilisation pour la défense de l’industrie

et de l’emploi.

Retrouvez au fil de la journée témoignages,

état de la mobilisation et photographies.

 

 

 

 

16 heures : Derrière la fermeture d’Aulnay et la liquidation de milliers d’emplois dans tout le pays, le sort de

la recherche et développement dans le groupe PSA mobilise également dans les rues de Paris.

« Dans le milieu des ingénieurs, on discute pas mal de la situation, témoigne le délégué Cgt du centre R&D

de la Garenne. Le plan est gelé tant que le rapport d’expertise n’est pas présenté au comité central d’entreprise,

mais la direction cherche à démotiver tout le monde pour obtenir quoi qu’il arrive les 10% de suppression

d’emplois à la fin de l’année: 200 salariés en moins sur 2600 ! Et ceci dans un contexte où, l’année dernière, 

700 prestataires extérieurs nous ont déjà quittés… Pour l’heure, on ne voit pas bien ce que le gouvernement

fait, avec ses réunions tripartites ! Si on sacrifie la recherche, c’est tout le groupe qui sera condamné à moyen

terme. »

15h30 : Une vingtaine de métallos liégeois, eux aussi victimes de l’appétit de profits insatiables de Mittal,

sont présents dans le défilé.

Fabian, délégué FGTB, ne voit pas Florange survivre sans ses hauts-fourneaux: « Il faut des sites intégrés

avec une filière à chaud et une à froid. On le voit bien chez nous à Liège, Mittal est en train de liquider

les hauts-fourneaux et de licencier 595 salariés… On ne peut le laisser démanteler toute la sidérurgie en Europe

de l’Ouest. »

Les salaries de Disney sont également présents, car « 1 emploi supprimé dans l’industrie c’est 2 emplois perdus

dans le commerce et les services », explique l’un de leurs porte paroles.

La mobilisation est également un succès en province. A Rennes, près de 4000 manifestants ont pris

le départ à 14 heures de la place de la gare, après les interventions des travailleurs de PSA, STX, Technicolor,

la poste et de l’éducation nationale.

Ils étaient 7000 à Bordeaux ce matin à 11 heures, autant à Lyon, avec la présence remarquée  des salariés de

Renault-Trucks, d’Arkema, de Rhodia et d’ArcelorMittal. « La solution à la crise et le retour à une croissance soutenue

ne se trouvent pas dans l’abaissement du coût du travail, mais dans l’urgence de s’attaquer au coût du capital »

a dit Bruno Bouvier, secrétaire régional de la CGT Rhône-Alpes.

A Marseille, plusieurs milliers de manifestants ont défilé en fin de matinée sous des banderoles clamant

le « refus des plans de rigueur ». On a été agacé par le recul du gouvernement devant le Medef. C’est clairement

un premier avertissement au gouvernement pour lui rappeler le rapport de force dans ce pays », a affirmé la secrétaire

générale de la CGT locale, Mireille Chessa.

15 heures : La journée de mobilisation pour l’emploi est « une réussite » affirme Bernard Thibault. Rien qu’à

Paris, « des dizaines de milliers de manifestants ont répondu à l’appel de la CGT ». Et effectivement il y a foule ! Le cortège

s’étire. Quand les premiers s’approchent de Montparnasse, les derniers commencent  à peine à descendre l’avenue

des Gobelins. Pour Bernard Thibault, cette journée « est une alerte à l’égard des pouvoirs publics et du patronat » alors que

« la situation rend chaque jour plus gravissime l’état de l’appareil industriel. »

 

Image de prévisualisation YouTube

sur youtube

par

 

 

Image de prévisualisation YouTube

sur youtube

par

 

[Lire la suite et voir photos sur humanite.fr]

 

 

Publié dans CGT, Emplois, France, l'Humanité, Luttes, POLITIQUE, SOCIAL | Pas de Commentaires »

Manifestation pour l’interdiction des licenciements à la Fête de L’Humanité

Posté par communistefeigniesunblogfr le 15 septembre 2012

 

Manifestation pour l’interdiction des licenciements

à la Fête de L’Humanité

 

Manifestation pour l'interdiction des licenciements à la Fête de L’Humanité dans CGT munemfete2 Fête de l'Humanité dans Emplois

 

Des salariés d’entreprises en lutte venus en car de toute la France ont défilé en cortège

pour réclamer l’interdiction des licenciements économiques.

Tous avaient leurs slogans. « De l’argent il y en a dans les caisses de PSA » scandaient les salariés d’Aulnay,

« Avec 9 milliards de profit, Sanofi doit créer des emplois et non les détruire », ou encore les métallos de Gandrange

qui chantaient « on en a marre de ces guignols qui ferment nos usines et nos écoles.»

 

Amin Tamsamani, délégué CGT de Sanofi sur le site menacé de Romainville dénonce la suppression depuis 2004

de 3000 emplois en Seine Saint Denis. « Le but de la direction, c’est de verser 4 milliards d’euros de dividende

à ses actionnaires. Entre PSA et Sanofi, ils tuent l’emploi dans le 93, et après on se demande où est l’emploi

dans les cités. » C’est d’autant plus grave que les sites que Sanofi veut fermer son des centres de recherche.

Une stratégie à court terme complètement absurde : « dès qu’on touche à la recherche, c’est moins de médicaments,

moins de production, moins de distribution. Ce qui met en condamne encore plus d’emplois ».

 

Les Licenci’elles, association de salariées en lutte née d’un plan de licenciement économique chez les 3 Suisses,

se sont rassemblées avec les  travailleurs de Fralib et de Goodyear. Leur lutte est au cœur de la contestation du jour :

proposer une loi interdisant les licenciements économiques lorsque les entreprises font des bénéfices. « Là où il y a

la recherche d’un licenciement pour un seul but boursier, il faut qu’il y ait la saisine d’un tribunal qui puisse suspendre

ce plan » avait annoncé le candidat socialiste. Aujourd’hui, le collectif de Licenci’elles soutenu par les représentant

des salariés de Goodyear, ZF, Fralib, Faurécia, Valéo, Samsonite, La Redoute, des 3 Suisses, ArcelorMittal et bien

d’autres, portent cette proposition de loi soutenue également par le Front de Gauche.

[Lire la suite sur humanite.fr]

Photos de Laurianne Vandebeulque, Lucile Casanova et Brendan François

Lire aussi :

Syndicalistes, politiques et salariés ensemble pour l’emploi

Les entreprises en lutte sont à la Fête de l’Humanité

Publié dans CGT, Emplois, France, l'Humanité, licenciements, Luttes, POLITIQUE, SOCIAL | Pas de Commentaires »

« Les marcheurs pour l’acier » arrivent aujourd’hui à Paris

Posté par communistefeigniesunblogfr le 6 avril 2012

 

Les métallos de Florange arrivent ce soir au Trocadéro

 

Les ouvriers de l’aciérie ArcelorMittal de Florange (Moselle)

menacée de fermeture, partis à pied le 28 mars de Lorraine

pour « défendre leurs emplois auprès des populations »,

franchiront vendredi les portes de Paris où un rassemblement

est prévu, avec concerts et discours, sous la Tour Eiffel.

La vingtaine de métallos, syndiqués ou non, ont avalé 300 km, passant notamment par Belleville-sur-Meuse (Meuse),

Château-Thierry (Aisne) ou La Ferté-sous-Jouarre (Seine-et-Marne), pour arriver symboliquement en fin d’après-midi au pied

de la dame de fer, faite d’acier de Lorraine. Le temps de « soigner les bobos et les ampoules », les marcheurs de l’acier

se réuniront à 14H00 place de la République pour une dernière étape de 7 km qui les mènera au Champ de Mars.

Là, un « gros rassemblement » est prévu : 15 bus ont quitté la Lorraine au petit matin et d’autres salariés rejoignent la capitale

en train ou via les transports en commun depuis l’Ile-de-France.

  • Le programme s’annonce festif, avec des concerts au Trocadéro (Place de Varsovie) :

19h/ Ouverture par CALIXTE DE NIGREMONT (et présentation de chaque artiste avant passage sur scène)
19H05/ Intervention de L’INTERSYNDICALE
19H20/ Message « voix off » de GUY BEDOS
19H30/ 3 Groupes de musiques lorrains: PASCAL DOUANE, DORSALE, RIC
20H/ L’humoriste DIDIER PORTE
20H15/ LES DROLES DE MECS (danse)
20H30/ BERNARD LAVILLIERS
21H30/ ZEBDA

« L’idée était de nous battre pour sauver notre usine en danger et des milliers d’emplois. On a eu un vent de sympathie extraordinaire

et on s’est rendu compte que notre combat dépassait largement les frontières de Florange », a déclaré Edouard Martin, délégué CFDT.

«Beaucoup de Français se sont reconnus et ont dû se dire : “On est tous des ArcelorMittal en puissance”, car bien que l’entreprise gagne

de l’argent et soit compétitive, ça ne suffit même pas pour la maintenir en marche, puisque tous ces ayatollahs de la finance estiment

que c’est toujours moins cher ailleurs».

Des Arcelor de Florange étaient déjà venus à Paris le 15 mars et avaient tenté de se rendre au QG de campagne de Nicolas Sarkozy

où ils s’étaient fait accueillir avec violence et gaz lacrymogènes par les forces de l’ordre.

 

http://www.dailymotion.com/video/xpy01m

www.dailymotion.com/video/xpy01m

par BFMTV

 

Vidéo 20minutes.fr/tv/

 

Publié dans CFDT, ECONOMIE, Emplois, Luttes, SOCIAL, Syndicats | Pas de Commentaires »

12
 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy