• Accueil
  • > Recherche : curé moyen age

Résultats de votre recherche

CGT : Journée nationale pour le respect des libertés syndicales

Posté par communistefeigniesunblogfr le 23 septembre 2015

CGT

 

Capturecgt3

  La CGT organise, aujourd’hui, une journée nationale

  pour le respect des libertés syndicales.

  « Casser du militant », briser des élans sociaux, créer

  des peurs, menacer les Bourses du travail…

  la répression syndicale reste un des moyens

  du patronat pour freiner le développement du syndicalisme.

  Ainsi, certains militantes et militants de la CGT,

  de par leur engagement, sont traités comme des délinquants.

  Ils sont trainés devant les tribunaux, dans des procédures

  de plusieurs années. Leur carrière est souvent brisée,

  leur vie bouleversée, leur famille affectée…

 

Les affaires judiciaires de Roanne, des « 5 d’EDF-GDF », l’inspectrice du travail à Annecy poursuivie par Tefal,

de la Bourse du travail du Blanc-Mesnil, de Chartres, du Havre, de Villefranche-sur-Saône, de la Caisse d’Épargne

de l’Ile de France… sont autant de preuves d’une volonté patronale et d’une partie du pouvoir judiciaire,

de criminaliser l’action syndicale dans un contexte d’action collective (Grève, manifestation…).

 

Capturesyndicalistepasvoyou

  Les sanctions en droit pénal, qui pèsent contre les militants syndicaux,

  traités comme des « voyous » par le patronat et certains procureurs,

  sont inadmissibles et n’ont rien à voir avec la réalité du fait syndical !

  Pour la CGT, porter atteinte à un militant syndical, c’est porter atteinte

  à toute la CGT !

  La lutte contre la criminalisation de l’action syndicale, s’inscrit

  dans la démarche générale de la CGT de lutte contre toutes les formes

  de discrimination.


« Pas de conquêtes sociales sans libertés syndicales »

Image de prévisualisation YouTube

MyCGTsur youtube

Publié dans CGT, France, LIBERTES | Pas de Commentaires »

Salariés, voilà à quelle sauce vous serez mangés cette année !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 13 avril 2015

 

Dialogue social, contrat de travail, licenciements… La feuille de route 2015 est prête

 

Dominique Sicot – Humanité Dimanche – 10 avril 2015

valls1

  Révélations.

  Salariés, voilà à quelle sauce vous serez

  mangés cette année !

  L’Humanité Dimanche « s’est procuré le projet

  du programme national réformes 2015 »

  que le gouvernement va transmettre

  à Bruxelles dans quelques semaines.

  Le Medef peux se lécher les babines !

 

 

«Recommandation 2 : réduction du cout du travail » : « (…) à réduire encore, d’une manière neutre sur le plan budgétaire, les coûts salariaux, en particulier aux niveaux les plus bas de l’échelle des salaires ».

« Recommandation 6 : marché du travail, dialogue social et formation » : «(…) prendre des mesures supplémentaires pour lutter contre la rigidité du marché du travail et plus particulièrement prendre des mesures pour reformer les conditions des accords de maintien de l’emploi en vue d’accroitre leur utilisation par les entreprises en difficulté ; prendre des mesures supplémentaires pour reformer le système d’assurance chômage ». Voilà quelques morceaux choisis du projet du « programme national de reformes 2015 » que le gouvernement français va transmettre en mai à la Commission européenne.

[...]

L’AUTO SATISFECIT EST TOTAL

Mais les recettes pour y parvenir s’inscrivent dans le cadre des politiques d’austérité que François Hollande s’était engagé à remettre en cause lors de sa campagne électorale de 2012, sans même s’y essayer une fois élu. La feuille de route présentée par le gouvernement français pour 2015 vise donc à réduire toujours plus les dépenses publiques et la protection sociale solidaire, à libéraliser et flexibiliser à tout va.

Dans ce projet de programme, le gouvernement français tient d’abord à rappeler à quel point jusqu’ici il a fait le job. (…)

II se félicite ainsi que, grâce au pacte de responsabilité et de solidarité, « les cotisations sociales versées par les employeurs (…) soient désormais quasi nulles au niveau du salaire minimum ». Et qu’en ajoutant le crédit d’impôt pour l’emploi et la compétitivité (CICE) et la non revalorisation du SMIC, «le coût du travail au niveau du SMIC » ait « progressé moins vite que le niveau moyen des salaires » et soit désormais proche de celui de l’Allemagne.

L’OCDE CONSEILLE LA FRANCE

Captureloimacron1

  II rappelle aussi, avec satisfaction, le gel du point d’indice (base de calcul

  du salaire des fonctionnaires) de la fonction du publique ; l’« assouplissement

  des régies d’ouverture du dimanche » prévu par la loi Macron ;

  la loi dite de « sécurisation de l’emploi» de 2013 qui a permis d’« apporter

  plus de souplesse et de sécurité juridique aux entreprises » – soit en clair

  de licencier plus vite et de limiter les recours en justice contre

  les « plans de sauvegarde de l’emploi». Tous les intéressés apprécieront !

 

L’OCDE, qui vient de prodiguer ses « conseils » à la France – simplifier et raccourcir les procédures de licenciement, instaurer un contrat de travail unique cassant les droits des CDI, réduire la durée d’indemnisation du chômage… -, et le MEDEF, en grande campagne sur le « poids » du Code du travail et «la peur d’embaucher » – prônant la fusion des instances représentatives du personnel et un contrat de travail incluant dès l’embauche des « motifs incontestables de licenciement » -, peuvent en revancher se réjouir. Le gouvernement s’apprête à satisfaire leurs désirs.

Les premières salves vont tomber dans la loi de « modernisation du dialogue social » qui sera présentée le 22 avril en Conseil des ministres, d’autres seront saupoudrées, dans les mois qui viennent, dans différents textes sous couvert d’« améliorer » la loi de sécurisation de l’emploi de 2013.

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Publié dans ECONOMIE, France, Humanite Dimanche, Liberalisme, Politique nationale, SOCIAL | Pas de Commentaires »

Valls s’apprête à poursuivre le « sale boulot » commencé par Sarkozy

Posté par communistefeigniesunblogfr le 8 avril 2014

 

Que faut-il retenir du discours de Manuel Valls

devant l’Assemblée nationale ?

 

Capturevalls

 

  Coût du travail, rythmes scolaires, transition énergétique…

  Retrouvez toutes les principales déclaration du Premier ministre

  lors du très attendu discours de politique générale, ce mardi

  dans un hémicycle plein à craquer.

 

 

  • Coût du travail, série d’annonces

Le Premier ministre a annoncé une baisse des cotisations salariales pour les salariés payés au Smic à compter du 1er janvier 2015. « Le pacte est aussi un pacte de solidarité, il doit améliorer le pouvoir d’achat des salariés les plus modestes. Le meilleur moyen, c’est d’agir sur les cotisations salariales pour augmenter le salaire net, celui que l’on touche à la fin du mois. Dès le 1er janvier 2015, elles seront diminuées pour les salaires au niveau du Smic« . La mesure permettra de « procurer 500 euros par an de salaire net supplémentaire » aux salariés concernés, qui touchent le salaire minimum. « C’est presque la moitié d’un 13e mois pour un salarié payé au Smic », a-t-il fait valoir, soulignant que « ce gain sera dégressif entre le Smic et 1,3 fois le Smic ». Les travailleurs indépendants et artisans bénéficieront par ailleurs d’une baisse de plus de trois points de leurs cotisations famille dès 2015 (un milliard d’euros). Manuel Valls a également annoncé la suppression totale en trois ans de la Contribution sociale de solidarité des sociétés (C3S) payée par 300.000 entreprises, soit environ six milliards d’euros, et, concernant l’impôt sur les sociétés, l’extinction en 2016 de la surtaxe instaurée lors du quinquennat précédent. Le taux normal de l’IS sera en outre abaissé à 28% en 2020, avec une première étape intermédiaire en 2017, a-t-il ajouté.

  • Réforme territoriale, « quatre changements majeurs »

« Je propose de réduire de moitié le nombre de régions dans l’Hexagone », a dit le Premier ministre. Il existe actuellement 26 régions (dont 22 en métropole). Manuel Valls a également décidé « d’engager le débat sur l’avenir des conseils départementaux« , nouvelle appellation des conseils généraux. « Je vous propose leur suppression à l’horizon 2021″, a-t-il ajouté. Le nouveau chef du gouvernement a en outre proposé « la suppression de la clause de compétence générale » pour les collectivités territoriales. Cette clause permet à une collectivité — région, département ou commune — d’intervenir dans tous les domaines qu’elle juge nécessaires. Évoquant « quatre changements majeurs susceptibles de dépasser les clivages partisans », il a enfin annoncé « une nouvelle carte intercommunale, fondée sur les bassins de vie » qui entrera en vigueur « au 1er janvier 2018″.

  • Poursuivre le redressement des comptes publics « tout au long du quinquennat »

Manuel Valls a affirmé qu’il fallait poursuivre le redressement des comptes publics « tout au long du quinquennat » et a confirmé l’objectif de réduire de 50 milliards d’euros la dépense publique de 2015 à 2017. « Je suis dans le respect de nos engagements, pour le sérieux budgétaire, pas pour l’austérité », a-t-il dit. Expliquant néanmoins ne pas vouloir « casser la croissance », il a proposé un « changement de rythme pour éviter tout recours à l’impôt et financer le redressement de notre économie ». Pour cela, a-t-il confirmé, 50 milliards d’euros seront économisés sur la dépense publique, un « effort (qui) sera partagé par tous ». « L’Etat et ses agences en prendront la plus grande part, 19 milliards d’euros, 10 milliards proviendront de l’assurance maladie et 10 milliards supplémentaires des collectivités locales », a-t-il détaillé. Et « le reste viendra d’une plus grande justice, d’une mise en cohérence et d’une meilleure lisibilité de notre système de prestations », a-t-il déclaré, sans davantage de détails. Pour faire des économies, il a également énoncé « l’objectif d’engager le débat sur l’avenir des conseils départementaux », se disant favorable à leur « suppression à l’horizon 2021″.

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Publié dans France, Liberalisme, POLITIQUE | Pas de Commentaires »

L’Édito de l’Humanité : La lame et le manche

Posté par communistefeigniesunblogfr le 5 février 2014

 

Éditorial Par Maurice Ulrich

Édito : La lame et le manche

 

huma0502

  L’éditorial de Maurice Ulrich.

  « La droite et l’extrême droite ne désarmeront pas

  et elles le feront d’autant moins que, chaque fois,

  elles n’ont pas testé la force de l’exécutif

  mais éprouvé sa faiblesse. »

  L’incroyable reculade du gouvernement est, si on peut

  le dire ainsi, une triple faute et une erreur. Une faute au regard

  des attentes du peuple de gauche, une faute éthique, une faute

  idéologique. La loi sur la famille en préparation n’avait rien à voir

avec les délires de la droite et de l’extrême droite qui étaient

 

dimanche dans la rue. Elle visait à apaiser les conflits et les tensions que connaissent des milliers d’enfants ou de couples dans des familles adoptives ou recomposées, faute de statuts et de droits. Les manifestants de dimanche, eux, voulaient absolument y voir une prétendue « familiophobie » du gouvernement, reprenant la rumeur insensée de l’enseignement à l’école d’une théorie du genre, qui voudrait faire des filles des garçons, ou l’inverse, généraliser l’homosexualité, voire la pédophilie. En reculant, François Hollande et le gouvernement donnent tort à la loi, c’est la faute éthique ; et ils donnent à penser que ce sont bien les manifestants de dimanche qui avaient raison, c’est la faute idéologique. Les fantasmes et les mensonges sont légitimés. Il s’agit bien d’une victoire de l’obscurantisme consacrée par le gouvernement.

Jean-Marc Ayrault voudrait faire croire que c’est de bonne politique, que l’on ne peut mépriser les raisons qui ont conduit dans la rue des milliers de Français. Eh bien non. C’est une erreur politique, car c’est une capitulation de plus. Il est vrai que la loi sur le mariage pour tous a finalement été votée, mais pour le reste, des pigeons aux « bonnets rouges », 
le président de la République et son premier ministre ont chaque fois reculé. En matière sociale, le choix qu’ils ont fait, qu’il s’agisse de la flexibilité au travail, des cotisations sociales avec le pacte de responsabilité ou des retraites a été celui du Medef, y compris contre les forces syndicales. Il ne faut pas chercher ailleurs le discrédit dont ils font l’objet à gauche. Ils n’ont pas été élus pour cette politique-là.

 

fn1

  Pour autant, ils n’ont pas amadoué la droite et l’extrême droite.

  Elles ne désarmeront pas et elles le feront d’autant moins que,

  chaque fois, elles n’ont pas testé la force de l’exécutif

  mais éprouvé sa faiblesse. Comme à courre, en veste de chasse,

  pantalons de velours et mocassins, elles veulent la curée.

  Le procès en légitimité qui est fait de plus en plus ouvertement

  au gouvernement et au président, quand bien même les principaux ténors

  de l’UMP font mine de le prendre avec des pincettes, ne signifie pas autre

  chose. Le gouvernement s’est coupé de l’électorat populaire et de gauche

qui pouvait lui donner, avec une incontestable légitimité, les moyens

et la force d’agir pour le progrès sociétal et social. Il n’a rien gagné de l’autre côté, au contraire, et,

selon cette formule cocasse que l’on affectionne, c’est le couteau sans manche dont on a enlevé la lame.

Il est vrai qu’on ne peut écarter totalement 
les hypothèses de sordides calculs politiciens,

qui viseraient à affaiblir la droite et l’UMP, au profit d’une extrême droite en ordre dispersé mais faisant

au total le jeu du Front national, avec l’idée de rassembler malgré tout, derrière le président ou tel ou tel

de ses ministres, les démocrates inquiets. Disons-le, si c’était le cas, nous serions dans les égouts

de la politique. Mais pour l’heure, à gauche et quelles que soient les crispations et les colères,

le temps n’est pas aux anathèmes mais bien plutôt au rassemblement de toutes celles et ceux

qui vraiment, 
oui, vraiment, n’ont pas voulu cela.

 

Publié dans Extreme-droite, F. Hollande, France, POLITIQUE, PS, SOCIETE | Pas de Commentaires »

Combien ça vaut un œil, François ? Une tribune de Nico Cué, secrétaire général de MWB-FGTB

Posté par communistefeigniesunblogfr le 8 février 2013

 

Combien ça vaut un œil, François ?

Combien ça vaut un œil, François ? Une tribune de Nico Cué, secrétaire général de MWB-FGTB dans Belgique capturestrasbourgcaptureflashball1 ArcelorMittal dans DemocratieCaptures d’écran

Une trentaine de cars venant de Florange, Liège et Luxembourg avaient fait le déplacement hier pour

soutenir une délégation de représentants syndicaux largement animée par la MWB, venus rencontrer

les groupes parlementaires européens dans le cadre du dossier Mittal.

Mais des mots d’ordre autoritaires avaient été donnés aux chiens de garde.  Les forces de police étaient

mobilisées en surnombre et dès la frontière des fouilles méticuleuses étaient organisées dans les bus

syndicaux.

Matraque au point, fusils électriques armés, la chasse aux pétards et présumés boulons était lancée.

La récolte et les résultats seront ridicules au vu des moyens déployés !

Ridicules ?  Non, catastrophiques !

Passons ici les heures de provocations policières empêchant nos gars de s’approcher du parlement européen,

passons ici les arrestations musclées qui amènent à réfléchir sur le sens du mot démocratie, passons ici

sur la mise en garde à vue de 2 camarades qui ne seront relâchés que très tard dans la nuit après avoir été

soumis aux questions d’un procureur …

Passons…  Passons car ici, une nouvelle vitesse semble avoir été enclenchée

Nous apprenons ce matin que parmi les 14 blessés, John David, jeune intérimaire de la ligne galva 7, a perdu

à jamais l’usage d’un œil vraisemblablement des suites d’une balle en caoutchouc tirée à hauteur de tête !

Aux témoignages de nos camarades ayant vécu les affrontements en direct, se joignent peu à peu les récits

des journalistes présents sur place, pourtant rodés à l’exercice des manifs mais cette fois outrés

par la tournure de celle qu’ils viennent de vivre !

Des consignes différentes auraient-elles été données cette fois  aux troupes du maintien de l’ordre ? 

Bloquer jusqu’à blesser est-il devenu bloquer jusqu’à meurtrir ?

Les Métallos Wallons et Bruxellois de la FGTB se réveillent groggy et nauséeux !

Ils pensent d’abord avec tristesse à leur camarade blessé dans sa chair et lui témoignent, à lui ainsi qu’à toute

sa famille, leur plus profond soutien.

Ils pensent aussi au Président de la République, aux ministres de l’Intérieur, aux Maires des villes un peu partout

en Europe où ils seront amenés à se déplacer dans les mois à venir.  Ils leur conseillent vivement de réfléchir

à l’accueil qu’ils leur réserveront.

Nous voulons plus d’Europe sociale, en le criant parfois !  Nous voulons sauver des emplois

et le pouvoir d’achat de milliers de travailleurs dans nos régions.  Oui nous sommes mobilisés

et nerveux.  Notre nervosité face à vos décisions est toute légitime !

Vos armes quant à elles vous salissent et jamais ne nous feront taire !

Source : l’humanite.fr

Publié dans Belgique, Democratie, France, Luttes, Police, POLITIQUE, SOCIAL, Syndicats | Pas de Commentaires »

Le billet de Théophraste R.

Posté par communistefeigniesunblogfr le 11 janvier 2013

 

Bras de fer entre l’AFP et la vérité (coachée par LGS).

 

Le billet de Théophraste R. dans POLITIQUE afp

Comme on connaît nos journaleux ils se déshonorent (voir plus bas).

Un coup ils mentent, un coup ils cachent, ou édulcorent, ou grossissent

des faits, ou caricaturent en pariant que la complexité des choses dépasse

le client-consommateur d’infos.

Et souvent, ils inspectent les communiqués en copyleft d’un camp politique

pour y pêcher une propagande peinturlurée en « information »

et reçue comme telle par le citoyen qui la juge à l’aune de la réputation du média.

C’est le blanchiment de faux, toujours plus blanc à mesure que les confrères le répètent en boucle.

Des médias qui emploient des centaines de journalistes, ici et à l’étranger, médias payants, subventionnés

par l’État et la publicité, informent plus mal que LGS, gratuit et sans autre moyen qu’une certaine idée

du métier de journaliste.

Regardez cette dépêche labellisée AFP. La question est de savoir si Hugo Chavez est un président légitime..

http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5jCsZP3tFG…

Vous allez remarquer que les articles 231 et 233 de la Constitution vénézuélienne sont remplacés par

« Selon le gouvernement » et notez aussi la disparition de cette clause qui énumère les cas de « défaut absolu » :

« mort, démission, destitution, incapacité physique ou mentale permanente attestée par un « Conseil médical »

désigné par le Tribunal Suprême de Justice, avec approbation de l’Assemblée nationale ».

Ces tripatouillages permettent à l’AFP de titrer sur un « …bras de fer entre pouvoir et opposition » quand on

assiste à la négation de la loi par des vautours. Pire, l’AFP écrit : « La Constitution prévoit que le chef de l’État

élu doit prêter serment le 10 janvier devant l’Assemblée nationale au cours d’une cérémonie qui doit se dérouler

au Venezuela et ne peut être reportée ».

Ce « ne peut être reportée  » est un pur mensonge (1).

Théophraste R. (Chef du bureau « Rrrrevolución con la verdad » au GS).

PS. L’Église vénézuélienne (mouillée dans le coup d’État de 2002) juge « moralement inacceptable » d’enfreindre

la Constitution en reportant l’investiture pour « réaliser un objectif politique ». De quoi je me mêle ? Vous allez

voir que les curés finiront par se prononcer sur la loi régissant les mariages civils dans les mairies.

_________________________________________________________________________________________________________________________________

(1) Mais voilà que le Tribunal Suprême de Justice vénézuélien avalise l’élection. La phrase mensongère de l’AFP

est alors suivie, dans une autre dépêche, de : « Mais la loi fondamentale dispose aussi que s’il ne peut prêter

serment devant les députés, le président peut le faire devant le TSJ. Et, dans ce cas, aucune date n’est mentionnée ».

Et voilà aussi que l’opposition vénézuélienne reconnaît le bien-fondé de la décision du TSJ. Avant nos médias !

URL de cette brève :
http://www.legrandsoir.info/+bras-de-fer-entre-l-afp-et-la-verite-coachee-par-lgs+.html

Publié dans POLITIQUE, Presse - Medias, Venezuela | Pas de Commentaires »

Amiante – Italie : de lourdes condamnations ; France : levée des mises en examen des empoisonneurs !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 26 février 2012

 

Amiante :

la justice française rétive à établir des responsabilités pénales

 

Amiante - Italie : de lourdes condamnations ; France : levée des mises en examen des empoisonneurs ! dans ECONOMIE eternit_0-300x150Lourdes condamnations d’un côté, levée de mises

en examen de l’autre : les décisions contradictoires

à Turin et Paris sur Eternit ont ravivé en France

l’inquiétude des défenseurs des victimes de l’amiante

face aux réticences de la justice à établir

des responsabilités pénales.

« La différence entre l’Italie et la France, c’est l’indépendance des procureurs », a souligné, samedi, le procureur de la République

de Turin, Raffaele Guariniello lors d’un colloque à Paris sur le « désastre sanitaire ».

Ce délit, qui a permis la condamnation à 16 ans de prison des responsables d’Eternit en Italie, est inconnu en France.

Dans le système italien, le procureur peut s’autosaisir et a des moyens matériels conséquents avec une armée de magistrats

et plusieurs enquêteurs sous ses ordres, a fait valoir le procureur.

Un mois avant le verdict italien la cour d’appel de Paris avait levé les mises en examen d’Eternit et celles de cinq directeurs

d’usine en France.

La juge Berthella-Geffroy désaisie après sept ans d’enquête

Une décision qui inquiète magistrats et défenseurs des victimes d’autant que la juge Marie-Odile Berthella-Geffroy, chargée

depuis sept ans de l’enquête, en a été dessaisie.

Ironie du sort, menacé d’une plainte en diffamation, l’avocat de nombreuses victimes, Me Jean-Paul Teissonnière devrait lui être

mis en examen pour avoir traité Eternit « d’empoisonneur » dans une interview. « Je serai le seul mis en examen dans ce dossier »,

remarque-t-il, amer.

Au plan civil, « la bataille a été longue et difficile » pour obtenir une indemnisation, poursuit l’avocat, mais des « dizaines de milliers

de personnes » l’ont finalement gagnée, quitte à voir le montant de leurs indemnités réduites en appel, comme récemment à Douai.

Mais sur le plan pénal, « les parquets ont tout fait pour empêcher les poursuites devant les tribunaux », s’indigne Me Teissonnière.

« Il y a une quarantaine de dossiers » en attente. La première procédure date de 1996 mais aucune n’a abouti à un procès.

Il met en cause « le lobby de l’amiante, avec la complaisance des pouvoirs publics » qui « a voulu cacher au maximum les risques

et retarder la prévention ».

[Lire la suite]

Source : humanite2010_logo11-300x82 Amiante dans France  26 février 2012

 

Lire également :

 

Publié dans ECONOMIE, France, Italie, Justice, POLITIQUE, SANTE, SOCIAL | Pas de Commentaires »

Communiqué de la FSU : « Cure d’austérité pour les retraités »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 5 février 2012

Reçu par courriel

 

CURE D’AUSTÉRITÉ  POUR LES RETRAITÉS


 L’ensemble des retraités voit son niveau de vie décrocher, et les perspectives sont alarmantes en particulier pour les 10% de retraités qui perçoivent actuellement des pensions inférieures au seuil de pauvreté.
L’INSEE vient d’établir la hausse des prix à 2,1%, en moyenne, pour 2011 par rapport à 2010. Pour l’ensemble des retraités la dernière revalorisation des pensions, qui n’est intervenue que le 1er avril 2011, n’a été que de 2,1% – dont seulement 1,8% au titre de la prévision d’inflation 2011

la FSU constate que  de nombreuses associations évaluent à plus de 4% le glissement des prix des dépenses contraintes (logement, énergie, gaz, électricité, denrées alimentaires de première nécessité, santé…), et que même l’INSEE reconnaît que le prix de ces dépenses « pré-engagées » augmente beaucoup plus vite que son indice officiel. Le mécanisme prévu par la loi, qui est totalement insatisfaisant, correspond à une « revalorisation » minimale au 1er avril 2012 de 2% (1,7% pour l’inflation prévue en 2012, plus 0,3% de « rattrapage »), qui impliquerait une dégradation nouvelle du niveau de vie, d’autant plus grande que N. Sarkozy vient d’annoncer une hausse de 1,6% de la TVA en octobre prochain.

Aussi la FSU s’indigne-t-elle des propos tenus par des responsables de la majorité actuelle tendant à remettre en cause les mécanismes d’indexation des pensions et retraites prévus par la loi de 2003, pourtant  largement insuffisants et maintes fois dénoncés.
C’est une fois encore les salariés et les retraités qui vont supporter la rigueur à l’heure où les entreprises du CAC 40 se préparent à verser 37,3 milliards d’euros aux actionnaires et annoncent leur objectif de porter ces bénéfices à 41,7 milliards l’an prochain.
Dans un tel contexte, les tentatives des chantres de l’austérité sont d’une rare indécence, chacun  pouvant  mesurer que l’austérité imposée aux peuples  renforce la crise et casse la croissance.

La FSU renouvelle son appel à l’ensemble des Unions Confédérales de Retraités et à la FGR-FP pour interpeller l’ensemble des candidats à l’élection présidentielle afin qu’ils s’engagent à une négociation pour une autre réforme des retraites et dans l’immédiat à :

  • Revoir les dispositifs actuels de revalorisation des pensions non seulement pour garantir le pouvoir d’achat mais aussi pour que les retraités, de même que les actifs, bénéficient d’une progression de leur niveau de vie.
  • Rattraper les pertes accumulées.
  • Relever les retraites les plus faibles afin qu’elles soient égales au SMIC
  • Corriger les différences hommes/femmes

La FSU souhaite que les conditions unitaires, de l’ensemble des organisations syndicales de retraités, puissent se réaliser rapidement pour conduire sans attendre les actions indispensables.

PRESSE-FSU

 

Publié dans France, POLITIQUE, RETRAITES, Syndicats | Pas de Commentaires »

Grève unitaire dans l’Éducation nationale : Le PCF appelle à la mobilisation pour soutenir les enseignants

Posté par communistefeigniesunblogfr le 14 décembre 2011

Site national du PCF13 décembre 2011

Le PCF soutient la grève unitaire dans l’Éducation nationale,

jeudi 15 décembre

Grève unitaire dans l'Éducation nationale : Le PCF appelle à la mobilisation pour soutenir les enseignants dans Education nationale lutte+de+classe

Le PCF et ses partenaires du Front de gauche, affirment leur

entière solidarité à l’égard de l’intersyndicale, appelant

l’Éducation nationale à la grève jeudi 15 décembre prochain.

L’Éducation nationale a perdu, en 10 ans, plus de 150.000 postes

statutaires et les postes aux concours diminuent.

C’est autant de millions économisés dans le cadre de la désastreuse

RGPP (réduction générale des politiques publiques).

La question de l’école dans notre société est devenue un enjeu

politique essentiel.

 

Toutes les réformes et cures d’amaigrissement dont elle fait l’objet depuis une vingtaine d’années la conduise

à être moins égalitaire, plus concurrentielle et plus sélective. Mixité sociale, autonomie des établissements

sont autant de grands travaux conduits par un gouvernement qui cherche à accélérer la casse de ce service

public avant les élections. Le ministre Luc Chatel avait affirmé, en septembre, son mépris envers l’égalité

républicaine de notre système scolaire. En cette fin d’année, par décret, il poursuit en prévoyant de donner

plein pouvoir aux chefs d’établissements pour évaluer les enseignants, les personnels d’éducation et d’orientation.

Les syndicats ont vivement réagi face à cette calamiteuse politique managériale à l’aide d’une pétition et

d’un appel unitaire à la grève.

Avec le Front de gauche, avec nos candidats aux élections présidentielles et législatives, le PCF veut faire

de la relance de l’école de l’égalité une priorité nationale. Il est impératif de lui redonner les moyens nécessaires

à son travail d’émancipation intellectuelle pour chacun des élèves et étudiants pour lesquels l’éducation est un

droit inaliénable et non un privilège de classe.

Le PCF appelle à la mobilisation jeudi 15 décembre partout en France pour soutenir les enseignants, défendre

leur statut et l’égalité entre les élèves. Le Front de gauche sera présent à la manifestation parisienne sur un

point de rencontre au niveau du Métro Vavin. 

 

Publié dans Education nationale, France, Luttes, POLITIQUE, SERVICES PUBLICS | Pas de Commentaires »

Santé : De plus en plus de Français renoncent à se soigner

Posté par communistefeigniesunblogfr le 29 novembre 2011

Source : Rouge Midi29 novembre 2011

Les vraies causes du renoncement aux soins des Français

 

arton636020a51.jpg

Elie Arié, dont on peut par ailleurs contester les prises de position, résume assez bien ici les causes de renoncement aux soins.

Si le chiffre de 50% des Français qui renonceraient à des soins est sans doute excessif [1]et non recoupé par d’autres enquêtes, le nombre d’obstacles dissuasifs aux soins dits « de premier recours » (il n’y a heureusement personne, en France, qui ne soit pas hospitalisé ou qui ne bénéficie pas d’une prise en charge à 100 % pour une affection grave) ne cesse d’augmenter [2].

 

1 – Dépassements d’honoraires des spécialistes de ville.

Le dépassement moyen est passé de 25 % en 1990 à 54 % en 2000, et certainement davantage aujourd’hui : le problème n’est donc plus marginal, comme il l’était autrefois ; dans certaines régions, il devient impossible de trouver des membres de certaines spécialités appliquant les tarifs conventionnels, même si tous n’appliquent pas des dépassements financièrement dissuasifs.

Les pouvoirs publics ont une part de responsabilité dans cet état de choses, en ayant gelé les tarifs des spécialités à plateau technique depuis de nombreuses années ; si leur projet est d’évoluer, sans le dire, vers un système de soins à la britannique, où la médecine de ville n’est assurée que par les généralistes et où les seuls spécialistes qu’elle finance sont ceux des hôpitaux, ils ne semblent pas conscients que la pénurie prochaine et inévitable de généralistes rendra inapplicable cette solution en France.

2 – Le « reste à charge » trop élevé pour certains

Si la consommation des soins médicaux est actuellement financée à 76% par la Sécurité Sociale, à 14 % par les complémentaires, et à 10 % par les patients, ces chiffres globaux masquent de grandes disparités, surtout si on y rajoute le montant des prélèvements sociaux et des primes d’assurances complémentaires ; ainsi, 15,3% des personnes ayant une assurance complémentaire déclarent avoir renoncé à des soins en 2008 pour des raisons financières, mais on ignore tout de la nature de ces soins : objectivement nécessaires, ou « de confort » (cures thermales, etc.) ? sans incidence pour l’avenir, ou devenant vitaux plus tard ?

3 – L’accès de plus en plus cher aux complémentaires

Les tarifs des complémentaires ont augmenté de 5,4% en un an ; 13% des ouvriers et 18% des chômeurs n’ont aucune complémentaire (effet de seuil : revenus trop élevés pour bénéficier de la CMU, trop faibles pour s’en offrir une) ; la récente taxe sur les contrats dits « responsables », qui ne pratiquent aucune sélection des assurés selon leur état de santé, va aggraver la situation des « assurés à risques » ; rien n’indiquant une inversion de cette tendance, on s’achemine vers une démutualisation pour les contrats individuels et une réduction des garanties couvertes par les contrats collectifs.

[Lire la suite sur rougemidi.fr/]

Publié dans SANTE, SOCIETE | 1 Commentaire »

123
 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy