• Accueil
  • > Recherche : crise alimentaire

Résultats de votre recherche

Crise porcine : pour des conférences sur le prix regroupant producteurs, transformateurs et distributeurs (PCF)

Posté par communistefeigniesunblogfr le 14 août 2015

 

Crise porcine :

pour des conférences sur le prix regroupant producteurs,

transformateurs et distributeurs

(PCF)

 

crise_porcine

 

  Devant la crise porcine auquel est confronté l’élevage

  porcin des mesures politiques fortes sont nécessaires.

  Concentration de la production, démantèlement des outils

  de marché communautaire, travailleurs déplacés, dumping

  social et environnemental, tous les ingrédients

  du capitalisme sont réunis.

 

 

Si aujourd’hui la grande distribution s’achète une bonne conscience en pratiquant les prix d’accord indiqués,

ses pratiques et ses marges exigent un encadrement comme propose le Parti Communiste Français.

Pour affronter la rémunération du travail paysan en posant fermement la répartition de la richesse au sein des filières,

entre producteurs, transformateurs et distributeurs les prix agricoles doivent faire l’objet de négociations, pluralistes

à travers des conférences sur le prix, comme l’on proposé les parlementaires communistes. Faute de police des prix,

la puissance publique laisse les producteurs subir des prix d’achat inférieur au coût de production. A la concurrence

exacerbée entre groupe agroalimentaire doit prévaloir la coopération agricole.

La France doit faire entendre au niveau européen, l’exigence de mécanismes de régulation des marchés agricoles,

d’instauration de prix indicatif rémunérateur, de relocalisation des activités agricoles en lieu et place du dogme

de la compétitivité dévastatrice pour les hommes et les territoires.

A travers la satisfaction des besoins humains, il est urgent de refonder la Politique Agricole au service de l’intérêt

général.

Publié dans Agriculture, France, Liberalisme, PCF | Pas de Commentaires »

La pauvreté alimentaire progresse en France

Posté par communistefeigniesunblogfr le 17 juin 2014

 

AUSTÉRITÉ

Moins de 3,5 euros par jour pour manger :

la pauvreté alimentaire progresse en France

 

par Sophie Chapelle  - Basta ! – 17 juin 2014

Capturepauvreté

 

  Plus de 8 millions de personnes sont considérées

  comme pauvres en France, soit 13,5 % de la population

  totale. Ces personnes en situation précaire souffrent

  de la faim et peinent à bénéficier d’une aide alimentaire

  par manque d’information.

 

C’est ce qu’affirme un rapport de Médecins du Monde publié le 12 juin. Sur les 346 patients interrogés par l’ONG, dont 97 % de migrants dans sept centres de soins en France entre avril et mai, une personne sur deux déclare ne pas manger « souvent » ou « parfois » à sa faim. Les deux tiers dépensent moins de 3,5 euros par jour pour se nourrir. Cette somme se réduit à moins de 2 euros pour les personnes à la rue, en squat ou survivant dans des bidonvilles.

Un tiers des très pauvres n’ont pas accès à l’eau courante

« Les besoins d’aide alimentaire sont en forte augmentation avec la crise qui sévit depuis ces dernières années », observe Médecins du Monde. En 2010, plus de 3,5 millions de personnes ont ainsi bénéficié de l’aide alimentaire pour pouvoir subvenir à leurs besoins (+ 25 % par rapport à 2008). Néanmoins, près de la moitié des personnes interrogées ne connaissent pas l’existence des structures d’aide alimentaire. Pour elles, les journées sans repas sont habituelles. Ainsi, plus de 50 % des adultes et 20 % des enfants n’ont pas mangé pendant au moins une journée entière au cours du dernier mois. Un tiers des personnes interrogées déclarent ne pas avoir accès à un réseau d’eau.

Les contraintes budgétaires auxquelles doivent faire face ces populations les orientent bien souvent vers une alimentation défavorable à leur santé. Plus de 3 personnes sur 10 présentent au jour de l’enquête une pathologie chronique ou aigüe en lien possible avec une mauvaise alimentation, « telles que le diabète, l’obésité, les maladies cardiovasculaires, l’ostéoporose ou encore certains cancers », note le rapport (lire notre enquête : L’obésité, une « maladie de civilisation » qui affecte les plus pauvres). Face à ces constats inquiétants, Médecins du Monde recommande de développer des aides alimentaires adaptées et ciblées, de mieux informer les personnes en situation de grande précarité sur leurs droits et les dispositifs existants d’aide alimentaire, et de faciliter l’accès à l’eau et à l’hygiène.

Mettre fin aux arrêtés anti-mendicité

Dans un communiqué, la CGT déplore « une situation intolérable au regard de la richesse du pays ». « Les nouvelles coupes budgétaires induites par le pacte de responsabilité du gouvernement vont contribuer à amplifier les inégalités, en impactant les moyens du service public, des associations et surtout des familles et les personnes les plus en difficultés », prévient le syndicat. Ce dernier appuie Médecins du Monde dans sa volonté de « mettre fin aux arrêtés anti-glanages et anti-mendicité, qui constituent des ressources de dernier recours pour les plus précaires ». Plusieurs arrêtés de ce type ont été pris ces dernières semaines dans des villes comme Aulnay-sous-Bois (UMP), Reims (UMP), Périgueux (UMP) ou Hénin-Beaumont (FN).

Creative Commons License

Publié dans Austerite, France, Pauvrete, SANTE | Pas de Commentaires »

Marché transatlantique : c’est trop grave ! Le peuple doit être consulté.

Posté par communistefeigniesunblogfr le 24 février 2014

 

Marché transatlantique :

          c’est trop grave ! Le peuple doit être consulté.

 

Capturestoplibrechange

  Par Patrick Le Hyaric

  C’est sans doute la ministre, Mme Fleur Pèlerin, qui a le mieux

  caractérisé le sens du voyage d’état de F. Hollande aux Etats-Unis.

  Il était « venu donner des preuves d’amour aux patrons ».

  Et le peuple alors ? A quel sentiment a-t-il droit ?

  De fait, en faisant participer M. Gattaz au dîner d’État,

en se rendant auprès du grand patronat à San Francisco

et en donnant l’accolade au leader du mouvement de novembre 2012, dit des « pigeons », opposé à l’impôt

sur le capital, le Président de la République a malheureusement une nouvelle fois montré quels intérêts il servait.

Nous en sommes au point où la droite n’a même plus le loisir de critiquer les choix économiques, sociaux

et internationaux actuels, puisque ses idées sont mises en œuvre. M. Copé et d’autres en sont réduits

à la surenchère jusqu’à commenter bêtement la qualité de livres pour enfants et à faire courir des rumeurs sur feu

la loi sur la famille ou cette fumeuse prétendue « théorie du genre » à l’école.

Au cours du voyage présidentiel aux Etats-Unis, n’ont jamais été évoqués : ni les affaires d’espionnage par la NSA,

ni le sort de Snowden et d’Assange, ni Guantanamo, ni les enjeux du désarmement pas plus que les largesses

fiscales dont bénéficient des groupes comme Google. Par contre, le Président de la République a de fait poursuivi

sa mue, se dépouillant définitivement des quelques oripeaux sociaux-démocrates qui l’encombraient encore.

En appelant à « accélérer les négociations sur le projet de marché transatlantique, pour une conclusion rapide »,

M. Hollande a donné satisfaction aux organisations patronales allemandes et au Medef qui, dans une déclaration

commune, le réclamaient.

[...]

Ce projet est extrêmement dangereux pour nos vies quotidiennes. Il poursuit plusieurs buts :

tenter de faire face à la crise des débouchés que provoquent les politiques d’austérité en attisant la guerre

économique pour offrir des « marchés » d’exportation aux grandes firmes en éliminant toutes les barrières

douanières et surtout en harmonisant vers le bas toutes les règles du commerce et les normes sociales, sanitaires,

alimentaires ou environnementales. Toutes les mesures de protection sociale comme le salaire minimum garanti,

les précautions sanitaires, la qualité de l’alimentation, les services publics, la création culturelle, la protection

des consommateurs, les droits d’auteurs, l’épargne, seraient alignées sur des « règles mondiales édictées

par le grand capital international » pour augmenter encore ses marges et ses profits.

[...]

M. Hollande connaît si bien ces dangers qu’il s’est écrié devant M. Obama au cours d’une conférence de presse :

« Nous avons tout à gagner à aller vite. Sinon, nous savons bien qu’il y aura une accumulation de peurs,

de menaces et de crispations ». Quel terrible aveu ! Quelle négation de la démocratie. Cela ressemble

à une tentative de coup de force dans le dos des populations française et européennes. (…)

[Lire l’article complet sur patrick-le-hyaric.fr]

Capturestoptafta

 

 

 

À lire :

Publié dans ECONOMIE, ETATS-UNIS, EUROPE, F. Hollande, Liberalisme, POLITIQUE, SOCIAL, Union europeenne | Pas de Commentaires »

Centrafrique « au bord du génocide », les enfants en première ligne

Posté par communistefeigniesunblogfr le 21 novembre 2013

 

CENTRAFRIQUE

Centrafrique « au bord du génocide », les enfants en première ligne

 

centrafrique

 

La République centrafricaine est « au bord du génocide », a déclaré ce jeudi

le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius.

Sur le terrain, l’Unicef décrit une «crise humanitaire grave et complexe»,

avec une «complète désintégration des services de base».

 

Sur les 4,6 millions d’habitants que compte la Centrafrique, 2,3 millions sont des enfants. Une population vulnérable, déjà fragilisée par le manque d’infrastructures et de services de base, aujourd’hui confrontée à des questions de survie. « Avant l’offensive de la rébellion, le pays souffrait déjà d’une crise silencieuse. Depuis, les centres de santé, les écoles ont été pillés, saccagés, occupés par les groupes armés. La situation sanitaire est très critique dans l’intérieur du pays. Il n’y a plus de chaîne du froid pour acheminer médicaments et vaccins. Les gens ont peur de retourner vers les services essentiels, qui ne fonctionnent plus que de façon aléatoire. Deux millions de personnes sont en situation de détresse alimentaire, une situation qui risque de s’aggraver puisque les communautés paysannes fuyant les exactions n’ont pas pu ensemencer les champs. Les prochains mois seront très durs », s’alarme ­Judith Léveillée, représentante adjointe de l’Unicef à Bangui.

Les violences et les exactions qui ont accompagné l’avancée de la rébellion n’ont épargné ni les femmes ni les enfants. Les groupes armés n’ont pas hésité à recruter parmi les plus jeunes, enrôlant, selon l’Unicef, plus de 5 500 enfants soldats.

[Lire la suite sur humanite.fr]

Lire également :

Publié dans AFRIQUE | Pas de Commentaires »

Manifestations bretonnes

Posté par communistefeigniesunblogfr le 4 novembre 2013

 

Manifestations bretonnes dans ECONOMIE capturecarhaix-300x181capture d’écran

Carhaix : 3 000 manifestants battent le pavé

PDF - 228.3 ko
Le télégramme

 

 

 

 

Lu sur PCF Maubeuge

Manifestations bretonnes, point de vue de Marie-Andrée…

 

De Jack BOUGOUIN, Secrétaire général de l’Ufros CGT

Cher(e)s camarades,

Ci-dessous le point de vue de Marie Andrée BERNARD -membre du secrétariat de l’Ufros- sur les manifestations bretonnes, notamment celle de Carhaix dont les médias ont peu ou pas du tout parlé !!!
En effet les médias « portes voix » zèlés des thèses libérales ont pratiqué leurs amalgames habituels pour détourner l’attention des citoyens sur les véritables problèmes de la Bretagne…Problèmes  qui ne doivent rien à l’Ecotaxe  » Borloo », mais tout au dumping social qui a entrainé la perte de milliers d’emplois !!!
________________________________

Quelle était belle dans sa dignité notre manifestation, ce 2 novembre, à CARHAIX, emmenée par la CGT, drapeaux au vent, à laquelle s’étaient joints la FSU et Solidaires, le PCF, Le Front de Gauche, Les Alternatifs, EELV et d’autres encore… 3.000 manifestants ont défilé dans les rues de CARHAIX pour la sauvegarde et le maintien de l’emploi en Bretagne, en particulier dans le Finistère où les salariés de nombreuses entreprises de l’agroalimentaire subissent  de plein fouet les politiques néo-libérales de la crise actuelle, démontrant que le « modèle agricole breton » est aujourd’hui une faillite économique, sociale et environnementale.

Pendant ce temps à QUIMPER, soutenus par le MEDEF, la FDSEA, la droite, salués par le Front National, avec la complicité de FO, ceux-là même qui licencient et ferment des entreprises, les patrons, la grande distribution…, ceux-là même qui n’ont pour objectif que de diminuer leurs coûts et de se dédouaner de toutes leurs responsabilités, exploitant la colère et le désespoir d’une grande partie de la population (engendrés par les suppressions massives d’emplois) à des fins politiciennes, mettent en cause l’intégrité et l’indépendance des salariés dans un combat qui n’est pas le leur.

Nombre d’entre eux se sont laissés enfumer par un amalgame scandaleux, activé également par les médias.

Comme l’a écrit Henri KRASUCKI « Rien ne fait plus mal aux travailleurs que la collaboration de classes. Elle les désarme dans la défense de leurs intérêts et provoque la division. La lutte de classes, au contraire, est la base de l’unité, son motif le plus puissant. C’est pour la mener avec succès en rassemblant l’ensemble des travailleurs que fut fondée la CGT. Or la lutte de classes n’est pas une invention, c’est un fait. Il ne suffit pas de la nier pour qu’elle cesse : renoncer à la mener équivaut pour la classe ouvrière à se livrer pieds et poings liés à l’exploitation et à l’écrasement. ».

VIVE LA CGT!
Marie-Andrée

voir également  : Esprit de l’éco-taxe, es-tu là ?

***************************************

Pour Michel Bourdon, délégué CGT à La Janais (Ille-et-Vilaine), touchée par la crise de l’industrie automobile, « le mouvement des bonnets rouges se sert de la misère actuelle dans l’agroalimentaire, mais ce sont des patrons qui mènent la bataille. S’ils se battaient pour l’emploi en Bretagne, on n’y verrait pas les mêmes têtes ». Et Noël Alix, secrétaire CGT à La Janais, ajoute : « On se sert de certains symboles pour agiter des bannières qui ne sont pas dans l’intérêt de tous. A l’origine, la révolte des bonnets rouges, c’était une révolte du peuple qui crevait de faim, pas de petits patrons qui s’énervent d’avoir des impôts à payer. Ils ne font que profiter du climat de ras-le-bol. » (Source)

***************************************

Karl Marx et les bretons !

« La loi qui maintient constamment l’équilibre entre la surpopulation relative, ou l’armée industrielle de réserve, et l’ampleur et l’énergie de l’accumulation, rive beaucoup plus fermement le travailleur au capital que les coins d’Héphaistos ne clouèrent jamais Prométhée à son rocher. Elle implique une accumulation de misère proportionnelle à l’accumulation du capital. L’accumulation de richesse à un pôle signifie donc en même tempsà l’autre pôle une accumulation de misère, de torture à la tâche, d’esclavage, d’ignorance, de brutalité et de dégradation morale pour la classe dont le produit propre est, d’emblée, capital. […]

Le capital est semblable au vampire, ne s’anime qu’en suçant le travail vivant et sa vie est d’autant plus allègre qu’il en pompe davantage. »

Karl Marx, Le Capital, Livre 1 (1867)

Source :  PCF Villeneuve-le-Roi

 

Publié dans ECONOMIE, Emplois, Extreme-droite, France, licenciements, Luttes, Manipulation, POLITIQUE, SOCIAL, SOCIETE, Syndicats | Pas de Commentaires »

L’édito de l’Humanité : « Une opération camouflage »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 4 novembre 2013

 

Une opération camouflage, l’éditorial de Jean-Paul Piérot

 

L'édito de l'Humanité :

Délocalisations de productions, fermetures d’entreprises,

dumping social, productivisme ruineux… tout ce cocktail

explosif charrie un ras-le-bol social qui n’était pas absent,

loin s’en faut, de la manifestation de Quimper.

Des salariés y étaient venus, animés par une volonté

de défendre un emploi qui leur échappe, de continuer

à vivre et travailler au pays où ils se sont endettés

pour bâtir la maison familiale.

Et pourtant, pour nombre de ces manifestants, comment ne pas avoir

ressenti une impression de confusion mêlée de malaise

quand sourd l’étrange suspicion d’être manœuvrés à la vue, dans le cortège, de patrons peu connus

jusqu’à présent pour leur proximité avec le mouvement social ou leurs sympathies pour les revendications

ouvrières, arborer quasiment la posture de délégués syndicaux. Comment ne pas s’étrangler de rage

ou éclater de rire devant le spectacle carnavalesque du député UMP Le Fur coiffé d’un bonnet rouge

fustigeant une écotaxe pour laquelle il avait voté en son temps, sous le règne de Nicolas Sarkozy ?

C’est peu dire que la démonstration qui 
s’est déroulée dans le chef-lieu du Finistère était

hétéroclite. À la vérité, sur fond de désespérance et de colère sociale aveuglante, les forces qui portent

des responsabilités éminentes dans les difficultés qui assaillent des milliers de familles de salariés ont réussi,

au moins l’espace d’un week-end, à se livrer à une opération de camouflage et à réduire la portée

du ras-le-bol social à celle du « ras-le-bol fiscal ». En d’autres termes, à tenter d’entraîner des salariés

et des chômeurs, des familles qui galèrent dans les marges de la pauvreté, dans leur combat égoïste

pour les allégements fiscaux. On serait tenté de dire aux leaders du Medef, de la FNSEA et à la droite

bretonne : chapeau, les artistes !

La manœuvre peut sembler grossière, car il n’est pas besoin d’être grand clerc pour constater

que la taxe poids lourds n’a pas grand-chose à voir 
avec les problèmes d’emplois chez Alcatel, PSA ou Carl 
Zeiss,

ni pour remarquer que ceux-là mêmes qui portent le bonnet rouge des allégements fiscaux sont à l’origine

de la crise du système productiviste dans le secteur agroalimentaire qui a appauvri les petits producteurs

et jette à la rue les salariés sous les coups de la concurrence. De nombreux salariés, syndicalistes,

qui témoignent dans ces pages ne sont pas dupes et dénoncent les dangers d’une alliance contre nature

entre le loup et l’agneau. C’est ce qu’a exprimé le rassemblement 
de Carhaix, organisé à l’appel de la majorité

des syndicats et de la gauche.

Le ciment qui a pu agréger une partie des salariés et des familles populaires à la croisade anti-impôts

des plus riches n’est autre que la déception massive d’électeurs qui avaient voté pour François Hollande en mai 2012

dans l’espoir d’un changement qui n’est venu ni maintenant ni après. Selon le sondage Ifop publié dimanche,

ce n’est pas d’abord une nouvelle gouvernance ni une équipe gouvernementale remaniée que réclame l’opinion,

mais un changement de politique. Une partie des forces de gauche en est depuis longtemps convaincue,

au Front de gauche bien sûr, mais aussi 
au sein des écologistes et dans la gauche du PS. François Hollande,

particulièrement visé lors de la manifestation de Quimper, serait bien inspiré de porter son écoute à bâbord,

s’il veut éviter de nouvelles rafales et pas seulement en Bretagne.

Publié dans France, l'Humanité, POLITIQUE | Pas de Commentaires »

A Carhaix, on ne défilait pas avec les licencieurs, on manifestait pour l’emploi !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 3 novembre 2013

 

Plus de 3 000 manifestants à Carhaix » pour l’emploi

et contre la loi de l’argent »

 

A Carhaix, on ne défilait pas avec les licencieurs, on manifestait pour l'emploi ! dans ECONOMIE carhaix4-300x150

 

À l’appel de la CGT, FSU et Solidaires et soutenue

par le Front de gauche et les Verts, la manifestation

pour l’emploi à Carhaix (Finistère) s’est déroulée

dans le calme.

 


Alors que tous les yeux sont braqués sur la manifestation des « bonnets rouges », soutenue par la droite,

l’extrême-droite et le Medef, une autre manifestation avait lieu dans le Finistère, à l’appel des syndicats

CGT, FSU et solidaires et soutenue par le Front de gauche et les Verts. Plus de 3 000 personnes

selon l’intersyndicale, ont défilé dans les rues de Carhaix dans le calme et la bonne humeur pour dénoncer

la casse sociale organisée et le dumping social, particulièrement dans la filière agroalimentaire.

Des salariés de Gad, Marine Harvest ou encore de Tilly Sabco, ces derniers viennent d’apprendre

qu’un millier d’emplois est en jeu après l’annonce de l’arrêt de la production de poulets vers l’export,

se sont joints au cortège.

>>> Lire : Agroalimentaire : la Bretagne à nouveau frappée

Du côte des soutiens politiques, on distinguait, notamment, Richard Ferrand, le député PS du Finistère,

la représentante du Front de gauche, Raquel Garrido ou encore le secrétaire national d’EELV, Pascal Durand

qui a déclaré que « la FNSEA et le Medef sont à l’origine de la crise bretonne. Ils instrumentalisent la taxe

poids lourd et la détresse des salariés ».

[Source : humanite.fr]

 

Publié dans ECONOMIE, Emplois, France, Luttes, SOCIAL | Pas de Commentaires »

Retour des farines animales en Europe

Posté par communistefeigniesunblogfr le 18 février 2013

 

Boeufs de courses et poissons fous

 

Retour des farines animales en Europe dans ECONOMIE poisson_porc

L’Europe est-elle devenue folle au point de rajouter

la peur au scandale en donnant des farines animales

aux poissons ? Alors que la qualité et la sécurité

alimentaires sont posées avec de la viande de cheval

et de porc estampillée bœuf, la Commission Européenne

décide au même moment de relancer la consommation

des farines animales. Farines interdites depuis 2001

dans toute l’alimentation animale à une époque où,

pour faire de l’argent plus vite, les vaches se mangeaient

entre elles…

 

Avec cette décision l’Europe privilégie le développement de l’aquaculture au détriment de la pêche artisanale,

en témoigne la réforme de la Politique commune de la pêche et son marché des quotas. Dans l’immédiat,

le PCF demande le maintien de l’interdiction des farines dans l’alimentation animale. Avec le Parti de la Gauche

Européenne nous portons l’exigence citoyenne d’un cahier des charges de l’assiette européenne, sans farines

animales, sans OGM, sans activateurs de croissance (hormones).

Communiqué du PCF – 18 février 2013

Lire également :

La CLCV opposée à l’utilisation des protéines animales transformées en élevage

 

Publié dans ECONOMIE, EUROPE, PCF, Union europeenne | Pas de Commentaires »

Affaire Findus : les dégats collatéraux du capitalisme

Posté par communistefeigniesunblogfr le 13 février 2013

 

Scandale

Affaire Findus : la filière viande voit rouge

Affaire Findus : les dégats collatéraux du capitalisme  dans Austerite findus-cheval

Au-delà de la question de fraude, le scandale des lasagnes

«pur bœuf» met en relief une mécanique qui remet

sur le devant de la scène un élevage français en souffrance.

De quoi le scandale « viande de ­cheval » est-il le nom ?­

Depuis ce week-end quand elle a explosé, l’affaire Findus met

en relief les failles d’un système agroalimentaire qui, à force de

galoper après la rentabilité, finit par s’emballer.

Opacité, éloignement, financiarisation… au-delà

de la seule affaire de fraude, les réactions qu’elle suscite mettent

en cause une mécanique qui, outre d’alimenter les doutes du consommateur quant à ce qu’on lui fait avaler,

place de nouveau sur la sellette un élevage français en souffrance, quoique performant. C’est que celui-ci

se porte bien mais va mal, rappelle Jean-Pierre Fleury, secrétaire général de la Fédération nationale bovine

(FNB), syndicat d’éleveurs affilié à la FNSEA. « La filière bovine française représente 30 % du cheptel

de viande européen. Nous sommes à la fois le premier exportateur et le premier producteur de l’Union. »

Et pourtant, les éleveurs sont malheureux, poursuit-il. « On a cru trop longtemps qu’ils étaient taillables

et corvéables à merci », reprend-il. Mais à force de tirer sur la corde, « l’amour du métier n’y est plus ».

En cause : la forte précarité qui frappe la filière, d’abord, quand le revenu des éleveurs compte au rang

des plus bas du secteur agricole – 15 000 euros annuels en moyenne et hors impôts. Les exigences sanitaires

et qualitatives, ensuite, sans cesse croissantes depuis les années « vache folle ». Traçabilité, identification

de l’animal, abandon des hormones à bétails, réduction de l’usage des antibiotiques… « Les contraintes n’ont

cessé de se multiplier », rappelle Jean Mouzat, éleveur en Corrèze et président du Mouvement de défense

des exploitants familiaux (Modef). « C’est une très bonne chose, précise-t-il. Mais tout cela a un coût,

que ne sont pas prêts à payer les industriels. »

Le trait commun avec l’affaire Findus ? La course à la rentabilité, estiment, en substance, les représentants

agricoles. « On a fini par laisser croire qu’un système où la viande serait achetée aux éleveurs à plus de

3 euros le kilo est impossible », reprend Jean-Pierre Fleury. Un contexte dans lequel la viande française,

bardée de toutes ses garanties, s’avère bien moins avantageuse que celle élevée dans d’autres régions

du monde, potentiellement moins exigeantes sur les normes sanitaires.

« Aujourd’hui, ce sont des financiers, des traders, qui décident du marché de la viande.

Il échappe totalement aux producteurs », reprend Jean ­Mouzat. « Pendant que nous jouons le jeu

de la qualité, eux sont prêts à la sacrifier au plus bas coût. »

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Analyse

Scandale des lasagnes au cheval : « Faux et usage de faux ! »

par Patrick Le Hyaric

 

capturefindus agroalimentaire dans CONSO

Voilà plus de seize ans, depuis la grave

crise dite de la « vache folle »,

que les consommateurs sont contraints

de douter de leur alimentation.

Depuis, il y a eu, en 2002, l’importation

par une chaîne de restauration rapide

de viande britannique malgré l’embargo

lié précisément à la vache folle.

Puis, en 2011, une alerte aux steaks

contaminés qui avaient produit l’intoxication alimentaire de sept enfants.

Loin d’avoir tiré les leçons de ces risques sanitaires et alimentaires, on découvre aujourd’hui, stupéfaits,

qu’une machinerie couvrant plusieurs pays européens introduit non seulement de la viande de cheval

à la place du bœuf dans des plats cuisinés, mais que cette viande, partant de Roumanie, fait le tour

de l’Union européenne, passant de main en main, d’acheteurs en traders, de transformateurs en

transporteurs, jusqu’à des plates-formes de distribution pour arriver aux supermarchés, empaquetée

dans de jolies boîtes beaucoup plus appétissantes que leur contenu, dont on nous vante chaque soir,

sur les écrans de télévision, les multiples qualités. Dans ces longs dédales à travers le continent,

chacun prend évidemment sa petite commission au passage !

 

humour-34 Findus dans ECONOMIE

Cette tromperie organisée n’est pas qu’une dérive de la chaîne

de la viande. C’est un système organisé qui fonctionne contre

les consommateurs et nos propres producteurs agricoles qui,

eux, sont soumis à de multiples tracasseries et paperasseries

prétendument au nom de la qualité sanitaire ou environnementale.

Quelle blague ! Quelle imposture ! Que valent ces larmichettes

déversées dans les journaux et les studios audiovisuels

quand on sait que ce sont précisément les ­politiques d’austérité

dans chaque État qui réduisent le nombre de contrôleurs,

de douaniers et de vétérinaires ? Et que dire de l’importation de

viande d’Amérique, traitée avec des médicaments interdits ici et des cultures OGM qui servent à alimenter

le bétail, sans que ­personne n’y trouve rien à ­redire. Oui, quelle imposture !

[Lire la suite]

Lire également :

Publié dans Austerite, CONSO, ECONOMIE, EUROPE, POLITIQUE, SOCIAL, SOCIETE | Pas de Commentaires »

Des banques françaises spéculent sur la faim

Posté par communistefeigniesunblogfr le 12 février 2013

 

Réforme bancaire

 

Quand les banques françaises spéculent aussi sur la crise alimentaire 


Des banques françaises spéculent sur la faim dans Agriculture speculation_alimentaire_webPar Agnès Rousseaux (12 février 2013)

Quelle est la banque française qui spécule le plus

sur les produits alimentaires ? BNP Paribas arrive

largement en tête du classement opéré par

l’ONG Oxfam. La banque possède des fonds spéculatifs

sur les matières premières d’une valeur de 1,4 milliard

d’euros. Elle est suivie par Natixis

(groupe Banque populaire/Caisse d’Epargne),

la Société générale, et le Crédit agricole.

Les grandes banques françaises possèdent au moins 18 fonds, et spéculent pour plus de

2,5 milliards d’euros sur les marchés de matières premières.

Classement des banques françaises qui spéculent le plus sur les matières premières (source : Oxfam)

banques1 Banques dans ECONOMIE

Une financiarisation croissante des matières premières agricoles qui participe à l’insécurité alimentaire

mondiale.

« Ces banques proposent à leurs clients des outils financiers destinés à parier sur la faim »,

dénonce Clara Jamart, d’Oxfam France. Ce qui contribue à la flambée des prix alimentaires.

Autre inquiétude : la majorité de ces fonds ont été créés en France après la crise alimentaire de 2008.

« Au niveau mondial, la tendance est la même : le montant total de ces fonds représentait 90 milliards

de dollars en 2011, contre moins de 10 milliards en 2004 », décrit Clara Jamart.

Les prix alimentaires pourraient plus que doubler

Les deux tiers du marché des matières premières agricoles est aujourd’hui détenu par les spéculateurs

financiers. Une minorité de produits agricoles demeurent entre les mains des producteurs et commerçants.

Le monde à l’envers ! Selon le rapport, moins de 3% des contrats à terme sur des matières premières

aboutissent à la livraison d’une marchandise, les 97 % restants sont revendus par les spéculateurs avant

leur date d’expiration. Avec pour conséquence une hausse des prix. De 2005 à 2008, les prix alimentaires

ont augmenté de 83%, et jusqu’à 181 % pour le blé. Selon Oxfam, les prix alimentaires pourraient plus

que doubler d’ici à 2030, aggravant famines et mal-nutrition.

Alors que l’Assemblée nationale examine le projet de loi bancaire qui vise à réguler la finance, l’ONG

demande au Parlement de voter l’interdiction de toute forme de spéculation sur les matières premières

agricoles. Et enjoint les banques françaises à mettre un terme à leurs activités spéculatives, qui mettent

en péril le droit à l’alimentation.

Lire le rapport d’Oxfam.

Source : Basta !

Source image à la une ajoutée par nous

Creative Commons License

A (re)lire :

Flambée des prix alimentaires : mêmes causes (spéculation..), mêmes effets

Jean Ziegler : « Les spéculateurs devraient être jugés pour crime contre l’humanité »

Publié dans Agriculture, ECONOMIE, France, Speculation | Pas de Commentaires »

123456
 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy