• Accueil
  • > Recherche : contre loi du medef

Résultats de votre recherche

Tous ensemble le 15 septembre pour l’abrogation de la loi “Travail”

Posté par communistefeigniesunblogfr le 6 septembre 2016

pcf.fr

On est toujours là ! Le 15 septembre : retrait de la loi « Travail »

 

Capture.PNGLasserre

Nécessaire et possible

Le sondage Odoxa du 18 juillet, relève que 7 français sur 10 sont

« mécontents de l’adoption définitive du projet de loi travail »

et que 55 % souhaitent que « les manifestations contre le texte

se poursuivent ». Parce que cette loi néfaste qu’aucune promesse

électorale n’avait annoncée est anti-sociale et destructrice

du Code du Travail. Elle a été adoptée en plein été, sans être votée,

le gouvernement utilisant 3 fois le 49.3, au mépris des larges mobilisations,

manifestations et pétitions. Une nouvelle fois, le MEDEF n’en finit pas

de se féliciter. Pour autant, il est encore possible de gagner,

comme en témoigne la victoire contre l’abrogation du Contrat première

embauche (CPE), abrogé après avoir pourtant été publié au Journal officiel. Ce qu’une loi a fait, le peuple peut

le défaire.

Tous ensemble, ça repart

C’est le 15 septembre que les organisations syndicales et de jeunesse CGT, FO, FSU, Solidaires, UNEF, UNL, FIDL

donnent rendez-vous à l’ensemble des salarié-es, privé-es d’emploi, étudiant-es, lycéen-es, retraité-es

pour une journée d’actions et d’initiatives partout en France pour obtenir l’abrogation de la loi Travail et conquérir

de nouvelles garanties et protections collectives. Le Parti communiste se joint à toutes les forces et les personnes

qui veulent faire entendre l’exigence de retrait de la loi El-Khomri et porter des politiques alternatives aux choix libéraux,

le 15 septembre partout en France. Ensemble, mettons à l’ordre du jour le progrès social et démocratique.

Investissons le débat politique et changeons-le !

 

Sur la loi Travail comme sur notre avenir, il est urgent que le peuple se fasse entendre.

Le PCF a lancé La grande consultation citoyenne pour recueillir et faire émerger vos exigences

et les rendre incontournables.

Participez sur www.lagrandeconsultationcitoyenne.fr

Publié dans France, PCF, POLITIQUE, SOCIAL | Pas de Commentaires »

Ce printemps qui ne plaît pas à Pierre Gattaz

Posté par communistefeigniesunblogfr le 13 avril 2016

Le grain de sable de Maurice Ulrich

 

Capturegraindesable

 

  Pierre Gattaz, le président du Medef, est très remonté

  contre les députés de la commission des affaires sociales

  qui ont, selon lui, complexifié le projet de loi Travail,

  déjà fortement amendé, porté par Myriam El Khomri.

  Et le patron des patrons menace, à demi-mot, de tourner

  le dos au dialogue social si la CGT et FO, notamment,

  ne renoncent pas à leur culture de lutte des classes …

 

 

Il a donné du grain à moudre à Maurice Ulrich, journaliste à l’Humanité.

 

Image de prévisualisation YouTube

Journal l’Humanitésur youtube

Publié dans France, l'Humanité, POLITIQUE | Pas de Commentaires »

Réforme du code du travail : le PCF appelle à la mobilisation de toutes les forces progressistes contre ce projet.

Posté par communistefeigniesunblogfr le 20 février 2016

 Communiqué du PCF – 19 février 2016

 

Réforme du travail : « la menace du 49-3 est plus qu’une provocation »

 

Capturecassecodetravail1

 

  Après l’ANI en 2013, la loi Macron en 2015,

  c’est tout le système de protection des travailleurs

  contre l’arbitraire patronal qui est dynamité

  par le projet de réforme de la ministre El Khomri :

  régulation du temps de travail, indemnités perçues

  en cas de licenciement abusif, représentation syndicale,

  protection des mineurs en apprentissage,

  expertise des CHSCT, tout y passe.

 

 

La menace de Myriam El Khomri d’une utilisation du 49-3 est plus qu’une provocation. Elle est une manière

de donner raison à Manuel Valls quand il dit que rien, absolument rien, ne peut nous réconcilier

avec une telle politique, applaudie et parrainée  par le Medef.

Le chômage, dont le Président de la République s’était engagé à inverser la courbe, est la première préoccupation

des Français. A qui fera-t-on croire que le nombre de chômeurs diminuera si on rallonge la durée du travail

des salariés en place et des apprentis ? Qui peut penser que faciliter les licenciements aura une autre conséquence

que … faciliter les licenciements et donc précariser les salariés.

Le PCF ne laissera pas détruire le code du travail et tous les acquis des luttes menées

pendant des dizaines d’années pour protéger les salariés. Il appelle à la mobilisation

de toutes les forces progressistes contre ce projet.

Les solutions existent pour réduire le chômage. Le PCF engage dès à présent une campagne publique

pour les populariser. Elles passent notamment par la réduction de la durée du travail, la hausse des salaires,

les investissements dans le logement et les transports collectifs indispensables pour répondre au défi climatique,

le développement des services publics et l’intervention des salariés dans la gestion des entreprises.

Source image : http://www.cgt-dieppe.fr/

Publié dans droit du travail, ECONOMIE, France, Liberalisme, PCF, POLITIQUE, SOCIAL | Pas de Commentaires »

Gattaz contre la remise en cause du pacte de stabilité

Posté par communistefeigniesunblogfr le 18 novembre 2015

 

Pacte de sécurité

Gattaz contre la remise en cause du pacte de stabilité

 

CaptureGattazcondujour

  Pas de répit pour le président du Medef.

  Dès sa première conférence de presse

  organisée après les attentats

  Pas de répit pour le président du Medef.

  Dès sa première conférence de presse organisée

  après les attentats, le patron des patrons a réagi

  à l’annonce du président de créer 8 500 nouveaux

  emplois dans la police, la gendarmerie, la justice

  et les douanes pour lutter contre le terrorisme.

 

Face au « je considère que le pacte de sécurité l’emporte sur le pacte de stabilité » de François Hollande,

Pierre Gattaz a répondu qu’il ne fallait « pas laisser partir à vau-l’eau les dépenses publiques ».

« Il faut être vigilant, sinon on va de nouveau asphyxier l’économie française, je dis attention », a tonné

M. Medef, qui préconise, pour « ne pas perdre de vue » l’objectif de baisser les dépenses publiques de 57 %

du produit intérieur brut à 50 % d’ici à 2020, de « faire des économies par ailleurs, faire mieux avec moins ».

Un moins qui aurait eu des conséquences ce week-end s’il y avait eu moins de service public,

moins de pompiers, d’infirmiers, de policiers.

K. J.

Publié dans ECONOMIE, France, SOCIAL | Pas de Commentaires »

Détonateur, l’éditorial de Jean-Emmanuel Ducoin

Posté par communistefeigniesunblogfr le 19 octobre 2015

 

         Détonateur

 

L’Humanité – 19 octobre 2015

Captureaffichecgt

  « Les Français ne sont pas stupides :

  ils savent que les violences économiques

  méritent d’être considérées au minimum

  avec le même statut que les coups de sang

  qu’elles engendrent. »

  Alors quoi ? Il faudrait s’asseoir à une table,

  avaliser toutes les politiques régressives

  et se goinfrer des plats tels des aliénés ?

  C’est donc ça, une conférence sociale ?

  C’est donc ça, la France des « relations sociales »

  version Hollande-Valls-Macron ?

  Du bidouillage médiatique rehaussé d’arrogance

  verbale, des provocations, des génuflexions

  devant les puissants, des mots encore des mots,

et puis des décisions libérales qui tombent comme des hachoirs sur le corps social, au mépris des travailleurs,

des plus faibles, des chômeurs, des retraités…

Capturemedefdialoguesocial

 

  L’ordre du jour et les conditions

  de cette rencontre au sommet sont

  une véritable flétrissure d’État !

  Le constat du secrétaire général de la CGT

  se veut sans appel. « Cette conférence sociale,

  c’est uniquement de la communication, explique

  Philippe Martinez. On ne va pas écouter

  une grand-messe d’experts patronaux

et participer à des tables rondes avec des ministres qui viennent se faire valoir. »

Quant à François Hollande, Philippe Martinez achève cruellement le sens de sa politique : « Il est dans la continuité

de son prédécesseur sur le plan social. »

Comment ne pas lui donner raison ? Et comment accuser la CGT de pratiquer la « chaise vide » quand la chaise

en question est à bascule et orientée vers le vide ?

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Publié dans CGT, France, l'Humanité, POLITIQUE | Pas de Commentaires »

Haro sur le code du travail !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 11 septembre 2015

PCF.FR

 

Rapport Combrexelle :

« Le chômage n’a rien à voir avec l’épaisseur du code du travail »

 

code du travail

  Poursuivant une campagne sur la baisse du « coût du travail »

  – sous-entendu la baisse des salaires et des prestations sociales –

  qui serait un obstacle à la compétitivité de nos entreprises,

  on assiste depuis plusieurs semaines, à une nouvelle surenchère.

  C’est maintenant haro sur le code du travail orchestré par la publication

  de différents livres et rapports (Badinter, Lyon-Caen, Institut Montaigne,

  fondation Terra Nova et aujourd’hui le rapport de Jean-Denis Combrexelle).

  Tous dénoncent avec vigueur un code du travail, trop épais, trop complexe,

  qui limiterait le nécessaire dialogue social, et constituerait un obstacle

  à la reprise de l’emploi. Il faudrait dès lors permettre aux accords collectifs

  de déroger à la loi quitte à revenir sur tous les acquis obtenus

par les travailleurs et leur inscription dans le code du travail. A force de devancer ses fantasmes

ultra-libéraux les plus fous, c’est le Medef qui va finir par être mis au chômage technique par ce gouvernement !

Le chômage n’a rien à voir avec l’épaisseur du code du travail. Proférer de telles balivernes ne grandit pas

ceux qui se risquent à de tels raisonnements aussi indigents.

Pour permettre à chacun de voir son droit au travail reconnu, il est urgent de sortir des politiques

d’austérité menées en France comme dans toute l’Europe, de réduire à 32 heures la durée légale

du travail et d’accroître les investissements indispensables pour orienter notre économie

dans la transition énergétique nécessaire pour lutter contre le réchauffement climatique.

 

Olivier Dartigolles, porte-parole du PCF

Publié dans Chomage, droit du travail, France, Liberalisme, PCF, POLITIQUE, SOCIAL | Pas de Commentaires »

Rien ne décolle. Rien, sauf… l’accumulation des fortunes

Posté par communistefeigniesunblogfr le 13 août 2015

humanite.fr

 

Prime de rentrée pour les riches

 

par Paule Masson – l’Humanité – 11 août 2015

CaptureMulliez

 

  « Rien ne décolle. Rien, sauf… l’accumulation

  des fortunes. Car si le marché du travail est atone,

  celui des actions, lui, est très florissant. Conjugué

  avec l’inflation continue des prix de l’immobilier,

  il réserve aux ménages dotés d’un gros patrimoine

  une belle prime de rentrée. »

  250 000 euros par emploi créé. Fichtre ! Ce chiffre,

  lâché hier sur France Inter par la députée socialiste

  Karine Berger, dit tout du fabuleux cadeau offert

  au patronat.

 

 

Il représente le ratio entre les 25 milliards d’euros d’exonération de cotisations sociales déjà accordées

par le gouvernement aux entreprises dans le cadre du pacte de responsabilité, et le nombre dérisoire d’emplois

annoncés par les branches professionnelles : 100 000 – contre 1 million promis par le Medef. Quand on sait

que le salaire moyen en France est à peine au-dessus de 2 000 euros net, soit 25 000 euros annuels, avouons

que la hotte est richement garnie.

La plupart des entreprises empochent le pactole sans relancer l’investissement, sans créer d’activité,

ni d’emploi. Les chiffres en berne de la croissance appuient à leur façon l’ampleur de l’arnaque. Rien ne décolle.

Rien, sauf… l’accumulation des fortunes. Car si le marché du travail est atone, celui des actions, lui, est très

florissant. Conjugué avec l’inflation continue des prix de l’immobilier, il réserve aux ménages dotés d’un gros

patrimoine une belle prime de rentrée.

La récolte de l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF) s’annonce exceptionnelle. Les riches de 2014,

plus riches qu’en 2013, pourraient se réjouir de leur contribution à l’effort national. Ce serait oublier la ristourne

que leur accorde le plafonnement de l’ISF à 75 % des revenus en vigueur depuis 2012. L’effet boomerang se met

en marche, au point que les abattements dépassent cette année le montant des chèques du bouclier fiscal

de Sarkozy. Le manque à gagner pour l’État s’élèverait, selon le journal les Échos qui révèle l’affaire,

à 926 millions d’euros. 90 % de cette somme concerne les ménages déclarant un patrimoine supérieur

à 10 millions d’euros, soit les plus grandes fortunes. À l’heure où les avis d’imposition arrivent dans les foyers,

voilà qui vient ternir le « geste fiscal » de François Hollande accordé aux ménages les plus modestes.

Publié dans France, POLITIQUE, Politique fiscale | Pas de Commentaires »

Dette de l’Unédic : « Dire que la dette est problématique, c’est construire un discours pour revenir sur les droits des chômeurs »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 9 juillet 2015

Basta !

 

PROTECTIONS SOCIALES

La spirale infernale de la dette de l’Unédic et l’austérité

menacent le droit aux indemnités chômage

 

par Eva Thiébaud, Morgane Remy 8 juillet 2015

 

CaptureIndignésEspagne

  La dette de l’assurance-chômage s’accumule,

  amplifiée par la crise, et dépasse les 21 milliards

  d’euros.

  Les cinq millions de sans-emplois en seraient-ils

  les principaux responsables, comme le laisse

  croire la multiplication des contrôles et des contraintes

  contre ceux qui bénéficient du droit – constitutionnel –

  à une indemnité chômage ?

Nous nous sommes plongés dans la dette de l’Unédic pour savoir d’où elle venait et comment

elle augmentait. Et pourquoi aucune solution pérenne n’est mise en place pour la résorber tout

en respectant les droits sociaux. Un mini audit de la dette de l’Unédic en quelque sorte,

pour comprendre comment le Medef est en train de mettre en péril l’avenir de l’assurance-chômage.

Les chômeurs coûtent cher, trop cher. Voilà l’idée savamment distillée ces dernières années. Ainsi, Pôle Emploi

renforce les contrôles, que ce soit pour lutter contre la fraude ou s’assurer que les demandeurs d’emploi

cherchent un nouveau travail avec assiduité (lire ici).

Mais pourquoi une telle surveillance ? Pourquoi la question des obligations des chômeurs est-elle devenue si aiguë ?

À cause de la dette, qui partage la racine étymologique du verbe « devoir ». La dette du système d’assurance-

chômage, gérée par l’association privée Unedic, et qui atteint des sommets. Et pèse sur les épaules des chômeurs.

Pourtant, même si l’augmentation du nombre de demandeurs d’emploi complique l’équation (2,9 millions

de chômeurs ont été indemnisés en mars), ils sont loin d’en être responsables.

L’assurance chômage ne demeure-t-elle pas un droit fondamental ? Inscrit dans le marbre, ce droit est entériné

dans l’article 11 du préambule de la Constitution de 1946, repris dans la Constitution de la Ve République.

[Lire la suite sur Basta !]

Creative Commons License

Publié dans Basta!, Emplois, Finance, Syndicats | Pas de Commentaires »

Retraites complémentaires : Le patronat, mis en échec, ne renonce pas

Posté par communistefeigniesunblogfr le 23 juin 2015

 

Retraites complémentaires.

Le patronat, mis en échec, ne renonce pas

 

Yves Housson – 22 juin 2015 – humanite.fr/

 

Captureretraitéencolère

 

  M. Gattaz et ses amis veulent retarder

  l’âge du départ en retraite. Une double

  peine en somme : privés d’emploi et

  privés de la possibilité d’exercer leur droit

  à retraite ! C’est en effet la seule

  « solution » imaginée par le patronat

  pour équilibrer les comptes déficitaires

  des régimes de retraites complémentaires.

 

Au Medef, on ne craint pas les contradictions. Alors que les seniors (55-64 ans) restent massivement évincés

des effectifs des entreprises, que le chômage continue d’augmenter dans cette catégorie d’âge

(800.000 personnes touchées), M. Gattaz et ses amis veulent retarder l’âge du départ en retraite.

Une double peine en somme : privés d’emploi et privés de la possibilité d’exercer leur droit à retraite ! C’est en effet

la seule « solution » imaginée par le patronat pour équilibrer les comptes déficitaires des régimes de retraites

complémentaires.

[…]

Principale pierre d’achoppement : les abattements que le patronat persiste à vouloir imposer sur les pensions

Arrco et Agirc pour celles et ceux qui voudraient partir avant 65 ans. Soit un coup de rabot de 30%

pour un départ à 63 ans, de 20% pour un départ à 62 ans, de 10% pour un départ à 64 ans.

La pension complète ne serait garantie qu’à 65 ans. L’objectif est limpide, et le Medef ne s’en cache pas :

il s’agit, en utilisant cette arme dissuasive, de contraindre les salariés à reculer leur départ.

[…]

Jamais à court d’imagination en matière d’austérité, le patronat, pour réaliser les 6,9 milliards d’euros d’économies

jugés nécessaires, préconise également de prolonger la sous-indexation de la revalorisation des pensions

(1,5 point au-dessous de l’inflation), ce qui reviendrait à décréter leur blocage. Mesure « dévastatrice

pour la consommation, donc pour la croissance et l’emploi », observe Eric Aubin. Il entend encore s’attaquer

aux pensions de réversion en « proratisant » leur montant en fonction du nombre d’années de mariage.

Une attaque directe contre les femmes, principales bénéficiaires de la réversion.

[Article complet sur humanite.fr]

 

Publié dans CGT, ECONOMIE, RETRAITES, SOCIAL | Pas de Commentaires »

Salariés, voilà à quelle sauce vous serez mangés cette année !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 13 avril 2015

 

Dialogue social, contrat de travail, licenciements… La feuille de route 2015 est prête

 

Dominique Sicot – Humanité Dimanche – 10 avril 2015

valls1

  Révélations.

  Salariés, voilà à quelle sauce vous serez

  mangés cette année !

  L’Humanité Dimanche « s’est procuré le projet

  du programme national réformes 2015 »

  que le gouvernement va transmettre

  à Bruxelles dans quelques semaines.

  Le Medef peux se lécher les babines !

 

 

«Recommandation 2 : réduction du cout du travail » : « (…) à réduire encore, d’une manière neutre sur le plan budgétaire, les coûts salariaux, en particulier aux niveaux les plus bas de l’échelle des salaires ».

« Recommandation 6 : marché du travail, dialogue social et formation » : «(…) prendre des mesures supplémentaires pour lutter contre la rigidité du marché du travail et plus particulièrement prendre des mesures pour reformer les conditions des accords de maintien de l’emploi en vue d’accroitre leur utilisation par les entreprises en difficulté ; prendre des mesures supplémentaires pour reformer le système d’assurance chômage ». Voilà quelques morceaux choisis du projet du « programme national de reformes 2015 » que le gouvernement français va transmettre en mai à la Commission européenne.

[...]

L’AUTO SATISFECIT EST TOTAL

Mais les recettes pour y parvenir s’inscrivent dans le cadre des politiques d’austérité que François Hollande s’était engagé à remettre en cause lors de sa campagne électorale de 2012, sans même s’y essayer une fois élu. La feuille de route présentée par le gouvernement français pour 2015 vise donc à réduire toujours plus les dépenses publiques et la protection sociale solidaire, à libéraliser et flexibiliser à tout va.

Dans ce projet de programme, le gouvernement français tient d’abord à rappeler à quel point jusqu’ici il a fait le job. (…)

II se félicite ainsi que, grâce au pacte de responsabilité et de solidarité, « les cotisations sociales versées par les employeurs (…) soient désormais quasi nulles au niveau du salaire minimum ». Et qu’en ajoutant le crédit d’impôt pour l’emploi et la compétitivité (CICE) et la non revalorisation du SMIC, «le coût du travail au niveau du SMIC » ait « progressé moins vite que le niveau moyen des salaires » et soit désormais proche de celui de l’Allemagne.

L’OCDE CONSEILLE LA FRANCE

Captureloimacron1

  II rappelle aussi, avec satisfaction, le gel du point d’indice (base de calcul

  du salaire des fonctionnaires) de la fonction du publique ; l’« assouplissement

  des régies d’ouverture du dimanche » prévu par la loi Macron ;

  la loi dite de « sécurisation de l’emploi» de 2013 qui a permis d’« apporter

  plus de souplesse et de sécurité juridique aux entreprises » – soit en clair

  de licencier plus vite et de limiter les recours en justice contre

  les « plans de sauvegarde de l’emploi». Tous les intéressés apprécieront !

 

L’OCDE, qui vient de prodiguer ses « conseils » à la France – simplifier et raccourcir les procédures de licenciement, instaurer un contrat de travail unique cassant les droits des CDI, réduire la durée d’indemnisation du chômage… -, et le MEDEF, en grande campagne sur le « poids » du Code du travail et «la peur d’embaucher » – prônant la fusion des instances représentatives du personnel et un contrat de travail incluant dès l’embauche des « motifs incontestables de licenciement » -, peuvent en revancher se réjouir. Le gouvernement s’apprête à satisfaire leurs désirs.

Les premières salves vont tomber dans la loi de « modernisation du dialogue social » qui sera présentée le 22 avril en Conseil des ministres, d’autres seront saupoudrées, dans les mois qui viennent, dans différents textes sous couvert d’« améliorer » la loi de sécurisation de l’emploi de 2013.

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Publié dans ECONOMIE, France, Humanite Dimanche, Liberalisme, Politique nationale, SOCIAL | Pas de Commentaires »

12345...17
 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy