• Accueil
  • > Recherche : congres americains

Résultats de votre recherche

11 septembre 2013, la démocratie chilienne assassinée

Posté par communistefeigniesunblogfr le 11 septembre 2013

 

11 septembre 1973, le coup d’État au Chili

Chili. Contre Allende, ils ont tout fait

 

Salvador Allende quelques jours après son élection, en octobre 1970.

11 septembre 2013, la démocratie chilienne assassinée dans Chili allendeelu

L’oligarchie chilienne et les dirigeants

des États-Unis ont du mal à accepter

la victoire de Salvador Allende.

Dès lors, tout est mis en place pour

briser l’élan de l’Unité populaire

vers un socialisme démocratique,

avant qu’il ne soit trop tard. À tout prix…

« UNE BANDE D’ABRUTIS incapables d’apprécier correctement une campagne électorale et de prévoir

les résultats. Qu’on me ramène cet ambassadeur de merde (l’ambassadeur US à Santiago – NDLR).

Désormais tout se décidera ici. » Le président Nixon, connu pour son vocabulaire fleuri, furieux

après l’annonce de l’élection possible de Salvador Allende à la présidence de la République du Chili,

entouré de ses principaux conseillers, n’en croit pas ses yeux. Allende est bien arrivé en tête du scrutin

avec 36,6 % des suffrages mais seulement très légèrement devant le conservateur Alessandri (35,3 %)

alors que le démocrate-chrétien Tomic recueille 28,1 %. L’usage veut que le candidat arrivé en tête

soit confirmé au poste de président par le Congrès, alors dominé par les démocrates chrétiens

et les conservateurs. Nixon ne décolère pas : si des dispositions ne sont pas prises rapidement,

un accord entre l’Unité populaire et les démocrates-chrétiens permettrait l’élection de Salvador Allende.

Branle-bas de combat à Washington, avec un objectif : « faire capoter Allende ». Des patrons,

des militaires et des politiques chiliens sont convoqués d’urgence pour la mise au point de la réplique.

Le patronat arrive bon premier, suivi de quelques officiers et des chefs des partis de droite avec,

en prime, deux démocrates-chrétiens officiellement dissidents, officieusement mandatés

par leur direction pour prévoir l’avenir. À la jésuite, une tradition dans ces milieux.

Deux plans sont adoptés dès le 14 septembre.

Track one. Il s’agit de faire élire par le Congrès le candidat arrivé en deuxième position puis de provoquer

un nouveau scrutin avec cette fois un candidat unique de la droite.

Track two. Préparation d’un soulèvement militaire et réactivation de l’extrême droite, Patria y Libertad.

 

Vidéo: la CIA, Kissinger, Nixon et la chute d’Allende

 

Image de prévisualisation YouTube

sur youtube

Le 25 octobre, le chef d’état-major René Schneider meurt sous les balles lors d’une tentative

d’enlèvement. La veille, un accord passé au Congrès entre la Démocratie chrétienne

et l’Unité populaire a débouché sur l’élection de Salvador Allende.

Les premiers plans américains ayant échoué, une deuxième partie s’annonce.

[Lire la suite sur humanite.fr]

Documentaire :  Le dernier combat d’Allende

 

Publié dans Chili | Pas de Commentaires »

Syrie : les députés Front de gauche interpellent le Congrès américain

Posté par communistefeigniesunblogfr le 7 septembre 2013

 

Syrie :

les députés Front de gauche interpellent le Congrès américain

 

Syrie : les députés Front de gauche interpellent le Congrès américain dans ETATS-UNIS us-congresLe Congrès américain

Dans une lettre ouverte publiée ce vendredi,

les députés Front de Gauche en appellent

au « choix éclairé » du Congrès américain

pour s’opposer à une intervention militaire

en Syrie.

 

« Nous souhaitions vous faire part de notre opposition à cette intervention militaire en Syrie

et notre attachement à ce que l’ONU poursuive et amplifie ses efforts pour une paix juste »,

écrivent les dix députés Front de gauche dans une lettre ouverte aux congressistes américains

(à lire ci-dessous). « Nous comptons sur votre choix éclairé. Évitons au monde de plonger

dans un engrenage guerrier dont nul ne connaît l’issue », ajoutent-ils.

« Sortir le peuple syrien de l’enfer de la guerre civile marquée par près de 100 000 morts,

nous partageons tous cette urgence humaine. Pour autant une intervention militaire ne ferait

qu’éloigner cet horizon, en accentuant les affrontements et le chaos. Le peuple syrien, les civils,

hommes, femmes, enfants, seraient les grands perdants, car une intervention militaire ne permettra,

en rien, de renverser le régime despotique de Bachar el-Assad. En rien elle ne fera progresser

l’indispensable transition démocratique dans ce pays. », poursuivent-ils.

Les élus regrettent une nouvelle fois que le Parlement français ne soit pas « associé à ce choix

fondamental ». »Parce qu’il existe entre nos deux peuples, malgré nos différends, une longue amitié

ouverte en 1778, nous espérons que notre voix en faveur de la paix pourra trouver Outre-Atlantique

l’écoute dont elle est privée en France », concluent les dix élus.

[Source : humanite.fr]

 

Documents à télécharger : La lettre ouverte aux congréssistes américains

Lire aussi :

Publié dans ETATS-UNIS, Front de Gauche, POLITIQUE, Syrie | Pas de Commentaires »

Petits conseils au nouveau caniche de la Maison blanche

Posté par communistefeigniesunblogfr le 5 septembre 2013

 

Petits conseils au nouveau caniche de Washington

 

 

Petits conseils au nouveau caniche de la Maison blanche dans ETATS-UNIS usahollande Tim Dowling

 

Un journaliste du Guardian imagine la lettre

que pourrait envoyer le gouvernement

américain à son nouveau partenaire spécial,

la France.

 

 

 

 

Du département d’État américain

à François Hollande

 

Monsieur le Président,

Bienvenue à bord, cher nouveau plus vieil allié, et merci pour votre soutien opportun ! Le président a

toujours été un grand admirateur de votre pays et de votre culture. Il adore aussi votre moutarde.

Mais ce qui est plus important, c’est que vous ayez été là quand son vieux caniche s’est enfui

et que nous avons décidé de lui en trouver un nouveau.

Ci-dessous, vous trouverez une liste de conseils qui vous permettront de maintenir notre relation

avantageuse :

1. Ne vous sentez pas obligé de singer toute position ou déclaration émanant du président Obama.

Ce n’est pas parce qu’il se sent contraint d’avoir l’aval du Congrès pour passer à l’action que vous devez

l’imiter.

2. Une fois engagée, notre politique sera de tenir la barre. La vôtre sera de rester assis.

3. En cas de doute, restez couché !

4. Le président n’aime pas être dérangé par des appels inutiles rappelant l’importance des relations

spéciales, surtout la nuit. Il a beaucoup d’estime pour vous, mais il se remet à peine d’une relation

spéciale précédente et ne veut pas précipiter les choses.

5. Pour adresser un message cohérent, les États-Unis prendront la tête d’une opération militaire.

Mais, n’ayez crainte, vous vous bornerez à courir derrière votre maître.

6. Il se peut qu’il vous devienne impossible sur le plan politique de soutenir la stratégie américaine.

En ce cas, le président fera une déclaration officielle soulignant le caractère intangible de notre précieuse

alliance. Il en pensera évidemment tout le contraire.

Mais vous conviendrez qu’un soutien infaillible aux objectifs américains s’accompagne de certains dangers.

Si vous acceptez de jouer toutes les cartes que vous avez en main, alors nous cesserons peut-être

de vous appeler « Freedom Fries » [ou « Frites de la liberté », allusion aux French fries, désignant les frites

en anglais, rebaptisées « Freedom Fries » après le refus de la France de participer à l’intervention en Irak].

Vu sur :  Le Grand Soir

Courrier international

Publié dans ETATS-UNIS, France, Humour, POLITIQUE | Pas de Commentaires »

Solidarité avec les Indiens d’Amazonie

Posté par communistefeigniesunblogfr le 12 juin 2009

Publié sur : survivalfrance.org

Mouvement mondial de solidarité en faveur des Indiens d’Amazonie

12 Juin 2009

L’un des nombreux Indiens blessés à Bagua en état d’arrestation

Des milliers de personnes ont manifesté hier, 11 juin, dans le monde entier en solidarité avec les Indiens d’Amazonie péruvienne.

Des rassemblements ont été organisés devant les ambassades et consulats du Pérou à Paris, Bonn, Milan, Madrid, Barcelone, Rome, Washington, Bruxelles, Quito, La Haye… et de nombreuses autres villes du monde entier.

Au Pérou, des milliers de personnes ont pris part aux manifestations qui ont eu lieu dans tout le pays, d’Iquitos, la métropole amazonienne, à Lima, la capitale.

Suite à l’indignation nationale et internationale suscitée par les dizaines de victimes des manifestations indiennes des 5 et 6 juin derniers, le Congrès péruvien a suspendu pour 90 jours deux des décrets controversés à l’origine du conflit.

La source du conflit demeure néanmoins – la pression agressive d’un gouvernement déterminé coûte que coûte à ouvrir les territoires indiens d’Amazonie aux compagnies d’exploitation forestière, pétrolière et gazière.

Survival a saisi les Nations Unies et l’Organisation des États américains pour qu’une enquête impartiale et indépendante soit menée dans les plus brefs délais sur les violences de la semaine passée.

Une équipe de la télévision péruvienne se trouvait au barrage de la route près de Bagua où de nombreux Indiens et des policiers ont trouvé la mort la semaine dernière. Leur reportage (en espagnol), accessible en ligne, révèle l’extrême violence avec laquelle la police a levé le blocus.

» Ecrivez au président péruvien

» Massacre à Bagua 7 juin 2009 (1ère partie)

Image de prévisualisation YouTube

» Massacre à Bagua 7 juin 2009 (2ème partie)

Image de prévisualisation YouTube

 

Publié dans Amerique latine, Monde | Pas de Commentaires »

Rosa Luxembourg : les origines du 1er mai

Posté par communistefeigniesunblogfr le 17 avril 2009

Publié sur :

http://www.marxists.org/francais/luxembur/works/1894/05/rl18940501.htm

 

 1894 Un article publié dans le journal polonais « Sprawa Robotnicza »

Quelles sont les origines du 1er mai ?

Rosa Luxembourg*

L’heureuse idée d’utiliser la célébration d’une journée de repos prolétarienne comme un moyen d’obtenir la journée de travail de 8 heures (1), est née tout d’abord en Australie. Les travailleurs y décidèrent en 1856 d’organiser une journée d’arrêt total du travail, avec des réunions et des distractions, afin de manifester pour la journée de 8 heures. La date de cette manifestation devait être le 21 avril. 

Au début, les travailleurs australiens avaient prévu cela uniquement pour l’année 1856. Mais cette première manifestation eut une telle répercussion sur les masses prolétariennes d’Australie, les stimulant et les amenant à de nouvelles campagnes, qu’il fut décidé de renouveler cette manifestation tous les ans. 

De fait, qu’est-ce qui pourrait donner aux travailleurs plus de courage et plus de confiance dans leurs propres forces qu’un blocage du travail massif qu’ils ont décidé eux-mêmes ? 

Qu’est-ce qui pourrait donner plus de courage aux esclaves éternels des usines et des ateliers que le rassemblement de leurs propres troupes ? 

 Donc, l’idée d’une fête prolétarienne fut rapidement acceptée et, d’Australie, commença à se répandre à d’autres pays jusqu’à conquérir l’ensemble du prolétariat du monde. Les premiers à suivre l’exemple des Australiens furent les États-Uniens. 

En 1886 ils décidèrent que le 1° mai serait une journée universelle d’arrêt du travail. Ce jour-là, 200.000 d’entre eux quittèrent leur travail et revendiquèrent la journée de 8 heures. Plus tard, la police et le harcèlement légal empêchèrent pendant des années les travailleurs de renouveler des manifestations de cette ampleur. 

Cependant, en 1888 ils renouvelèrent leur décision en prévoyant que la prochaine manifestation serait le 1° mai 1890. Entre temps, le mouvement ouvrier en Europe s’était renforcé et animé. La plus forte expression de ce mouvement intervint au Congrès de l’Internationale Ouvrière en 1889 (2). 

A ce Congrès, constitué de 400 délégués, il fut décidé que la journée de 8 heures devait être la première revendication. 

Sur ce, le délégué des syndicats français, le travailleur Lavigne (3) de Bordeaux, proposa que cette revendication s’exprime dans tous les pays par un arrêt de travail universel. 

Le délégué des travailleurs américains attira l’attention sur la décision de ses camarades de faire grève le 1° mai 1890, et le Congrès arrêta pour cette date la fête prolétarienne universelle. 

A cette occasion, comme trente ans plus tôt en Australie, les travailleurs pensaient véritablement à une seule manifestation. Le Congrès décida que les travailleurs de tous les pays manifesteraient ensemble pour la journée de 8 heures le 1° mai 1890. Personne ne parla de la répétition de la journée sans travail pour les années suivantes. 

Naturellement, personne ne pouvait prévoir le succès brillant que cette idée allait remporter et la vitesse à laquelle elle serait adoptée par les classes laborieuses. Cependant, ce fut suffisant de manifester le 1° mai une seule fois pour que tout le monde comprenne que le 1° mai devait être une institution annuelle et pérenne. 

 Le 1° mai revendiquait l’instauration de la journée de 8 heures. 

Mais même après que ce but fut atteint, le 1° mai ne fut pas abandonné. 

 Aussi longtemps que la lutte des travailleurs contre la bourgeoisie et les classes dominantes continuera, aussi longtemps que toutes les revendications ne seront pas satisfaites, le 1° mai sera l’expression annuelle de ces revendications. 

Et, quand des jours meilleurs se lèveront, quand la classe ouvrière du monde aura gagné sa délivrance, alors aussi l’humanité fêtera probablement le 1° mai, en l’honneur des luttes acharnées et des nombreuses souffrances du passé. 

 

 Rosa Luxembourg, « Sprawa Robotnicza », 1894

(1) L’usage était alors une journée de travail d’au moins 10 à 12 heures par jour.

(2) Il s’agit du premier congrès de la II° internationale.

(3) Raymond Lavigne (1851- ?), militant politique et syndicaliste. 

*

Rosa Luxemburg

 

Rosa Luxembourg : les origines du 1er mai dans Luttes 220px-Rosa_Luxemburg

Naissance 5 mars 1871
Zamość
Décès 15 janvier 1919
Berlin
Profession(s) Militante et théoricienne marxiste, socialiste et communiste, révolutionnaire, polonaise naturalisée allemande

Source :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Rosa_Luxemburg

 

Rosa Luxemburg

 

(1871–1919)

Militante polonaise, fondatrice du SPDiL (Parti Socialiste de Pologne et de Lithuanie). Émigre pour suivre ses études et s’intalle à Berlin. 

Elle sera en Allemagne la dirigeante incontestée de la gauche du SPD. A ce titre, elle dirige la lutte qui s’engage contre le révisionnisme montant dans la social-démocratie et théorisé par E. Bernstein.

En août 1914, elle est opposée au vote des crédits de guerre et s’engage dans le processus de regroupement menant en 1915 à la fondation de la ligue Spartakiste, qui se transformera en KPD (1918). Incarcérée durant la guerre pour son activité.

Dirigeante de la révolution allemande de 1918/19. Assassinée après son arrestation, suite à l’échec de la tentative d’insurrection de janvier 1919.


+ d’infos sur :

http://www.drapeaunoir.org/allemagne/rosa.html

 

Premier mai 1891 à Fourmies :

http://bataillesocialiste.wordpress.com/documents-historiques/1891-la-boucherie-de-fourmies-du-1er-mai-lafargue/

Publié dans Luttes, PCF, Syndicats | Pas de Commentaires »

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy