• Accueil
  • > Recherche : condition travail apple

Résultats de votre recherche

« Cash Investigation » : le patron de Huawei France menace la journaliste Élise Lucet de représailles

Posté par communistefeigniesunblogfr le 7 novembre 2014

Vu sur PCF Arras

 

Investigation : Elise Lucet journaliste de France 2 n’aura plus

aucun grand patron en interview »

 

Si on comprend bien, il ne faut poser que les bonnes questions, dès qu’on pointe les agissements

pas toujours éthiques des lobbies, on se fait bannir des carnets d’adresses des grands patrons.

Madame Lucet est une des journalistes qui n’hésite pas à mettre en évidence les dérives

et les scandales. C’est tellement rare de nos jours où la langue de bois est maîtresse dans le milieu

des médias. Garder sa place est plus important qu’informer ? En fin d’article un autre scandale dénoncé

par Élise Lucet..

 

http://www.dailymotion.com/video/x29da87

 

Mardi soir, France 2 diffusait un numéro de « Cash Investigation » très accablant pour l’industrie

des smartphones. Travail d’enfants en Chine par des sous-traitants, conditions de travail inhumaines

dans les mines de tantale en RDC, l’émission n’épargne aucune grande marque de téléphone,

de Samsung à Apple en passant par Nokia ou encore LG.

Interpellé de manière très directe par Elise Lucet (voir ci-dessus), le patron de Huawei France a

répondu à la controverse.

CaptureHuaweiQuentin

Revoir l’émission sur francetvinfo.fr

Merci à 7sur7.be

Publié dans Culture, INFOS, Liberalisme, Presse - Medias | Pas de Commentaires »

Les promesses brisées d’Apple

Posté par communistefeigniesunblogfr le 10 septembre 2014

 

INFORMATIQUE

               Les promesses brisées d’Apple

 

Pierric Marissal – 9 septembre 2014

Captureapple

  L’iPhone 6 tiendra-t-il ses promesses, se demande

  le monde aujourd’hui ?

  En matière de conditions de travail, Apple a piétiné

  les siennes.

  Le recrutement se fait à un large comptoir,

  où les postulants font sagement la queue, rangés

  derrière des cordons, comme dans la salle

d’embarquement d’un aéroport.

Jusqu’à 800 personnes peuvent signer en une seule journée. Pour préparer la présentation en grande

pompe aujourd’hui de l’iPhone 6, les sous-traitants d’Apple ont dû renforcer leurs effectifs de 100 000

ouvriers supplémentaires pour répondre à la frénésie consommatrice qui va frapper l’Occident.

Et comme beaucoup ne supportent pas les conditions de travail plus de quelques semaines, le recrutement

se fait à flux tendu. Dans la file, tous sont jeunes. Certains ont seize ans. Bien que ce soit contraire

au droit du travail chinois, les consignes sont de ne recruter personne au-delà de quarante-six ans.

À cet âge-là, on n’est plus assez productif. L’usine de Suqian, dans le nord-est de la Chine, appartient

à Catcher Technology, l’un des 18 sites d’assemblage d’Apple en Chine. Ce n’est pas la plus grande

des usines. À Shenzen, par exemple, Foxconn emploie 400 000 ouvriers. Mais 20 000 personnes viennent

y travailler quotidiennement, le relais entre équipe de jour et de nuit se passant à 8 h 30 et à 20 h 30. 

Pour la deuxième fois, les ONG China Labor Watch et Green America ont infiltré des travailleurs

dans cette usine d’assemblage de produits d’Apple. Ils ont rapporté leur douloureuse expérience

et s’appuient sur le témoignage de plus de 100 collègues. Le constructeur s’était engagé, il y a deux ans,

à améliorer les conditions de travail de ses sous-traitants. De nombreux suicides, accidents de travail

mortels et des empoisonnements aux produits chimiques avaient terni l’image «cool» que s’évertue

à entretenir Apple. Et le groupe, assis sur un trésor de guerre de plus de 150 milliards de dollars,

a largement les moyens d’aider.

«L’enquête de CLW a exposé plus de 20 violations du droit dans l’usine de Catcher», explique Li Qiang,

directeur de l’ONG. « L’an dernier, nous avons partagé nos résultats avec Apple, et la société a promis

de corriger les violations du droit des travailleurs chez Catcher. Mais rien n’a changé. Cette fois,

nous rendons nos conclusions publiques, dans l’espoir de mettre fin à l’exploitation des travailleurs

chinois qui fabriquent les produits Apple. »

[Lire la suite sur humanite.fr]

Le rapport de Green America (en anglais)

Publié dans Chine, Liberalisme, Monde | Pas de Commentaires »

Mort d’un enfant sur les chaînes de production de l’iPhone 5C

Posté par communistefeigniesunblogfr le 13 décembre 2013

 

Un enfant est mort sur les chaines de production de l’iPhone 5C

 

pegatronDes employés de Pegatron épuisés se reposent en zone fumeur.

@China Labour Watch

L’ONG China Labor watch lance une alerte et un appel

à l’aide concernant un nombre anormalement élevé

de morts chez un sous-traitant d’Apple ces derniers temps.

Parmi les victimes, Shi Zhaokun, un ado de 15 ans.

 

Apple l’avait promis, tout en mettant en cause ses sous-traitants : fini les enfants dans ses usines, de meilleurs salaires

et des conditions de travail plus sûres… Mais l’ONG China Labor Watch a repéré sur une courte période plusieurs

morts suspectes parmi les ouvriers de Pegatron, qui construit les batteries des téléphones et tablettes de la marque

à la pomme. Des composants qui réclament de manipuler des produits chimiques extrêmement dangereux, qui peuvent

mener à une hécatombe lorsque les travailleurs sont mal formés, que des équipements de protection manquent

et que les conditions de travail sont trop précaires. Et les salariés de Pegatron triment 12 heures par jour

sur les chaînes de montage, pour répondre aux exigences d’Apple. L’usine ne s’arrête pas, les ouvriers œuvrent

de jour comme de nuit et n’ont le droit de changer de poste que tous les trois mois.

Parmi les victimes, un enfant de quinze ans, Shi Zhaokun, engagé en toute illégalité pour travailler sur l’iPhone 5C.

Il est mort soudainement le 9 octobre dernier, d’une pneumonie grave, tout juste un mois après avoir été embauché.

Il avait alors passé une visite médicale qui l’avait jugé en excellente santé. Pegatron nie toute responsabilité

dans sa mort comme dans celle des autres victimes. China Labor Watch poursuit ses investigations et recherche

des fonds pour procéder à des autopsies indépendantes. « Ensemble, nous allons découvrir la vérité et obtenir

justice pour ce jeune homme et les autres travailleurs décédés. Ensemble, nous imposerons à Apple de respecter

la valeur de la vie des ouvriers qui fabriquent ses produits », conclut China Labor Watch.

 

Le film proposé par CLW sur Jabil (en anglais)

Image de prévisualisation YouTube

sur youtube

ChinaLaborWatchorg

  • L’ONG a publié la feuille de présence au travail de Shi Zhaokun et ses heures effectuées (souvent plus

de 13 heures par jour) sur son mois travaillé

[A voir sur humanite.fr]

Documents à télécharger :

L’accablant dossier de CLW sur les promesses non tenues d’Apple et de ses fournisseurs -

 

Lire également : «La fabrique chinoise de l’iPhone 5 est inhumaine»

 

Publié dans Chine, Exploitation, Monde | Pas de Commentaires »

Un délégué syndical dans la ligne de mire d’Apple

Posté par communistefeigniesunblogfr le 19 mai 2013

 

C’est un scandale !

Un délégué syndical dans la ligne de mire d’Apple

 

Un délégué syndical dans la ligne de mire d’Apple dans licenciements apple

Un employé d’ Apple, militant SUD, est menacé de sanctions

pour avoir travaillé 
vingt minutes de trop.

Vingt minutes de travail en trop. Tel est le motif de l’entretien

préalable au licenciement auquel a été convoqué lundi

Thomas Bordage, vendeur à l’Apple Store d’Opéra, à Paris,

et militant syndical SUD.

 

L’accusation paraît d’autant plus absurde que, selon lui, terminer son travail plus tard que prévu est une pratique

habituelle dans l’entreprise. « Il est tout à fait fréquent qu’un employé déborde sur ses horaires de travail.

Interpeller ainsi un salarié, sans avertissement ni discussion préalable, est vraiment inédit », explique-t-il.

Pour lui, ce reproche incongru et l’hostilité de la direction sont directement liés à ses activités militantes.

 

sud-apple apple dans SOCIAL

capture d’écran

Cliquez sur l’image pour agrandir

En septembre dernier, il a été désigné délégué syndical SUD

et a été à l’initiative d’une grève contre la dégradation

des conditions de travail chez Apple. Une mobilisation qui n’a

pas été massive, mais très médiatisée.

Par la suite, le syndicat SUD a mené une action en justice

contre le travail de nuit, qui a débouché à la mi-mars

sur un jugement du tribunal de grande instance de Paris

interdisant le travail de salariés après 21 heures

dans sept filiales de la firme.

« Apple n’a pas digéré ce jugement, la convocation de Thomas

Bordage à l’entretien est clairement une mesure de rétorsion »,

estime Laurent Degousée, de SUD commerce, qui rappelle

qu’un autre syndiqué SUD a déjà été convoqué à un entretien

préalable au licenciement, sans suite.

En deux ans, les effectifs d’Apple en France sont passés de 500 à 1 500 salariés, et le nombre de magasins

de quatre à une vingtaine, selon SUD. « Chez Apple, il n’y a aucune information qui circule et personne n’est

disponible pour parler des problèmes dénoncés », explique Thomas Bordage, qui regrette le manque

de communication et décrit un climat d’entreprise « oppressant » et peu propice à la négociation.

« En tant que syndicalistes, nous sommes vus comme les bêtes noires de l’entreprise », (…)

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Publié dans licenciements, SOCIAL, Sud | Pas de Commentaires »

Conditions de travail désastreuses, salaires de misère… : le lot quotidien des ouvriers des sous-traitants de Mattel

Posté par communistefeigniesunblogfr le 7 décembre 2012

 

INDUSTRIE DU JOUET

La poupée Barbie aurait-elle des penchants esclavagistes ?

 

Conditions de travail désastreuses, salaires de misère... : le lot quotidien des ouvriers des sous-traitants de Mattel dans CGT barbie

Par Ivan du Roy, Nolwenn Weiler

Salaires de misère, heures supplémentaires

excessives, exposition à de multiples produits

toxiques… Les conditions de travail

dans les usines chinoises fabriquant des jouets

pour le groupe Mattel – Barbie ou Fisher Price –

sont jugées indignes par des organisations

chinoises et européennes, qui ont enquêté sur place.

Ce qui n’empêche pas le leader mondial du secteur

de prétendre que ses produits sont conçus dans des conditions socialement responsables.

Visite virtuelle dans une usine chinoise.

Oh, la belle chambre de princesse pour la nouvelle poupée Barbie ! Ah, la jolie caserne de pompiers

de Fisher Price ! Alors que Noël approche, si vous souhaitez rester en contemplation devant les cascades

de jouets, ne pas gâcher votre plaisir et celui de vos enfants au pied du sapin, ni perdre vos illusions

consuméristes, Basta ! vous conseille d’arrêter ici la lecture de cette article.

Car la « compétitivité » de l’industrie du jouet à un prix. Un prix cher payé par le consommateur occidental,

vu les tarifs affichés, mais aussi par les ouvrières qui ont fabriqué et assemblé les composants de ces charmants

bibelots en plastique. En tout cas pour les ouvrières chinoises qui travaillent pour Mattel, leader mondial

de la conception, fabrication et vente de jouets. Le groupe états-unien commercialise notamment les marques

Barbie et Fisher price, et possède les licences pour les figurines de Superman et des Simpson.

En 2011, l’entreprise a réalisé 4,8 milliards d’euros de revenus et 590 millions d’euros de bénéfices. Une large

part des produits de Mattel sont fabriqués en Chine, où le groupe possède quatre de ses neuf usines, et où sont

basés la majorité de ses autres fournisseurs.

Santé et sécurité ? Connaît pas

Vous avez rêvé un jour de fabriquer une poupée Barbie ? Pas de problème ! Direction Foshan ou Shenzhen,

dans la région de Hong-Kong. Mattel n’est-elle pas, selon le magazine américain Fortune, l’une des

« 100 meilleures entreprises dans lesquelles travailler » ? Après avoir signé un contrat de travail quasi-vierge,

où parfois le salaire n’est même pas spécifié ni la date d’entrée dans l’entreprise, vous aurez droit à un briefing

d’environ quatre heures, histoire de vous mettre au courant des règles disciplinaires et de confidentialité

en vigueur dans l’usine. Côté santé et sécurité, bien que vous soyez amené à manipuler des produits chimiques,

une petite heure de formation suffira.

 

barbie1 China Labor Watch dans Chine

La loi chinoise prévoit bien trois jours de formation à la santé

et sécurité, mais cela nuit à la compétitivité. De toute façon,

il n’y a pas de gants pour manipuler les peintures et autres

cires chimiques, ni de masques pour les aérosols.

A l’usine Mattel de Foshan [1], au Nord de Macao, où se fabriquent

des Fisher Price, « les travailleuses chargées de nettoyer les jouets

avec des diluants chimiques toxiques ne sont pas autorisées

à porter des gants de protection ».

 

Et c’est parti ! Vous voilà sur une chaîne de production d’éléments pour les jouets. Vous travaillez avec une douzaine

de collègues. Objectif : fabriquer entre 109 et 136 pièces par heure. Vous avez intérêt à être endurant : légalement,

la journée est de 8h, mais les heures supplémentaires sont quasi systématiquement la règle, surtout lors des pics

de production. Ce sera donc plutôt 11h par jour, 26 jours par mois.

Ici, on travaille plus pour gagner plus : le week-end, l’heure supplémentaire est censée être payée 2,14 € (selon la loi).

Mais attention, le comptable de l’usine se trompe souvent. Dans l’usine d’un de nos fournisseurs, à Shenzhen

(près de Hong-Kong) [2], c’est plutôt 1,25 € l’heure. Si vous avez une réclamation, déposez-là auprès du comité

de représentation des travailleurs, s’il en existe un.

14 jours de travail, 1 jour de repos

[Lire la suite sur Basta !]

Lire également :

Signez l’appel lancé par Peuples solidaires, la CGT et CLW

Publié dans CGT, Chine, CONSO, ECONOMIE, Exploitation, SOCIAL, Souffrance au travail | Pas de Commentaires »

Chine : Émeute dans une usine Foxconn

Posté par communistefeigniesunblogfr le 24 septembre 2012

 

2000 ouvriers en révolte dans une usine Foxconn

 

Chine : Émeute dans une usine Foxconn dans Monde foxconn22-150x150Une émeute a éclaté dans une des usines chinoises de ce sous-traitant

de grandes marques high-tech. 2000 ouvriers se seraient révoltés

contre des forces de sécurité qui passaient à tabac l’un d’entre eux.

La direction elle assure que la rixe n’a aucun rapport avec le travail.

La bagarre a éclaté dimanche soir sur le site de Taiyuan (nord de la Chine), qui emploie

près de 80 000 personnes, et qui a fait une quarantaine de blessés dont 3 graves.

Selon les témoignages des ouvriers, la bagarre aurait opposé agents de sécurité et employés. Les ouvriers seraient intervenus

car leurs gardiens rouaient de coup un ouvrier, déclenchant ainsi une rixe importante, qui a duré jusque 3 heures du matin,

lorsque 5000 policiers sont intervenus.

Pour la direction, la bagarre n’est aucunement liée aux conditions de travail. Dans un communiqué, Foxconn va même jusqu’à

accuser des tensions ethniques entre employés d’être la cause de ces violences. L’usine est fermée ce lundi pour les besoins

de l’enquête, mais le travail reprendra dès mardi.

De nombreuses enquêtes rapportent que brimades et punitions physiques sont courantes dans les usines de Foxconn.

[Lire la suite sur humanite.fr]

Lire également :

Les usines Foxconn emploieraient de force des étudiants pour préparer la sortie de l’iPhone 5.

A voir :

Foxconn : l’enfer du décor de la high-tech

Publié dans Monde | Pas de Commentaires »

Apple : derrière la com’, les suicides

Posté par communistefeigniesunblogfr le 7 octobre 2011

Accueil 7 octobre 2011 - Pierric Marissal

 

Apple : derrière la com’, les suicides.

 

Apple : derrière la com', les suicides dans ECONOMIE Img3

 

Nouvelle grand messe d’Apple autour de ses futurs

systèmes d’exploitation, des dizaines de papiers

dithyrambiques dans la presse et un mot qui revient

tout le temps : révolutionnaire. Ce qui l’est beaucoup

moins, ce sont les conditions de travail que la marque

impose à ses sous-traitants.

 


Les produits phares d’Apple, l’iPhone comme l’iPad, sont assemblés par une entreprise chinoise nommée Foxconn.

Et derrière ces jolis appareils high-tech vendus à prix d’or se cache une réalité bien sordide. Osons quelques

chiffres, avant de rentrer dans les détails. Depuis début 2010, 17 suicides, 3 morts et 15 blessés lourds suite

à un « accident du travail » et 3 employés spécifiquement faits arrêtés par les forces de l’ordre.

Ajoutons à cette hécatombe les 137 ouvriers empoisonnés de l’usine Wintek Corp qui fabrique les écrans de

l’iPhone.

  • Steve Jobs, chez Foxconn « pour une usine, c’est plutôt chouette »

Après la première vague de suicides, en décembre 2010, les universités de Pékin, de Taipei et l’ONG

China Labor Watch se sont penchés sur les conditions de travail dans les chaines de production. Premièrement,

les méthodes de management proche d’une organisation militaire, avec violences physiques et brimades ont été

dénoncées. Selon l’étude, la violence de l’encadrement dépend du client (Apple ou HP, Dell, Nokia principalement)

certains ouvriers ont plus de « chance » que d’autres, selon la chaîne de montage à laquelle ils sont affectés.

Ajoutons à cela de multiples entorses au droit du travail chinois, qui n’est pourtant pas le plus contraignant.

Le témoignage d’un ancien manager de Foxconn, fourni par China Labor Watch, est édifiant. Depuis 2008, les

heures supplémentaires n’ont pas été payées. 80 % des employés, les petits ouvriers, n’ont pas de couverture

sociale (ni médicale, ni aide au logement) puisque Foxconn ne paye pas les charges normalement dues.

Les visites médicales sont bâclées. Pas d’analyse de sang ni d’urine, alors que de très nombreux employés sont

en contact quotidien avec des produits dangereux (métaux lourds, nickel, cyanure…). 137 employés qui

travaillaient dans l’usine de Wintek Corp sur les écrans tactiles d’Apple ont été victimes d’empoisonnement

grave en février dernier.

[Lire la suite sur : humanite.fr/]

 

Lire également : Steve Jobs, le gourou d’Apple est mort

 

Publié dans ECONOMIE, Exploitation, SOCIAL, Souffrance au travail | Pas de Commentaires »

Psychiatrie : Communiqué de presse du Collectif des 39

Posté par communistefeigniesunblogfr le 9 février 2010


Psychiatrie : Communiqué de presse du Collectif des 39 dans LIBERTES

Collectif des 39 contre La Nuit Sécuritaire

La psychiatrie se verrait-elle expropriée de sa fonction soignante, pour redevenir la gardienne de l’ordre social ?

Nous, citoyens, professionnels du soin, du travail social, refusons de servir de caution à cette dérive idéologique de notre société.

 



COMMUNIQUE DE PRESSE


DU COLLECTIF DES 39

 

« En amalgamant la folie à une pure dangerosité sociale, en assimilant d’une façon calculée la maladie mentale à la délinquance, est justifié un plan de mesures sécuritaires inacceptables.
Alors que les professionnels alertent régulièrement les pouvoirs publics non seulement sur les conditions de plus en plus restrictives de leur capacité de soigner, sur l’inégalité croissante de l’accès aux soins, mais aussi sur la mainmise gestionnaire et technocratique de leurs espaces de travail et d’innovation, une seule réponse leur a été opposée : attention danger, sécurisez, enfermez, obligez, et surtout n’oubliez pas que votre responsabilité sera engagée en cas « de dérapage ».

Ceci est un extrait de l’appel lancé par le « groupe des 39 » il  y a un an contre « la nuit sécuritaire »

Près de 30 000 citoyens (soignants, patients, familles, etc.) l’ont signé.
Nous, soignants en psychiatrie, affirmions dans cet appel :

« Devant tant de « dangerosité » construite, la psychiatrie se verrait-elle expropriée de sa fonction soignante, pour redevenir la gardienne de l’ordre social ? Nous, citoyens, psychiatres, professionnels du soin, du travail social, refusons de servir de caution à cette dérive idéologique de notre société. Nous refusons de trahir notre responsabilité citoyenne et notre éthique des soins dans des compromissions indignes et inacceptables. Nous refusons de voir la question des soins psychiques réduite à un pur contrôle sécuritaire criminalisant outrageusement la maladie mentale. Nous refusons d’être instrumentalisés dans une logique de surveillance et de séquestration. »
 
Un an après le discours sécuritaire s’amplifie.
  
Il est appuyé par les projets de réforme de la loi de 1990, par des circulaires dont la dernière, en date 11 janvier 2010, provoque de toute part des réactions de colère tant la main mise du ministère de l’intérieur et « du maintien de l’ordre public » envahit le champ du soin pour tenter de l’assimiler à du gardiennage décidé par le préfet.
 
Les raisons sanitaires sont bafouées : le préfet décide comme il veut et quand il veut si un patient hospitalisé en HO peut bénéficier de sortie d’essai « décidée » par les équipes soignantes
Par la rédaction de cette circulaire, l’état stigmatise les équipes de soin, jugées laxistes ou incompétentes, s’autorise à restreindre les droits des patients et poursuit le chemin de leur  ségrégation.

 
Le collectif des 39 se félicite des réactions unanimes de la profession contre cette circulaire
 

Il appelle toutes les associations et syndicats de la profession, les parents, les patients, à mener une action unitaire massive contre cette politique inacceptable et à élaborer des pratiques respectueuses des droits et libertés.
 
Le collectif des 39 est prêt à engager toute son énergie afin qu’une action de grande ampleur puisse se réaliser. C’est là le seul moyen de stopper cette machine infernale.  

 dans Luttes

www.collectifpsychiatrie.fr

Continuez à SIGNER LA PETITION, et diffusez cette lettre autour de vous.

http://www.collectifpsychiatrie.fr/phpPetitions/index.php?petition=1

 

 

 


 

Publié dans LIBERTES, Luttes, Politique nationale, SANTE, SERVICES PUBLICS | Pas de Commentaires »

Retraites : « Il ne faut rien lâcher » !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 23 janvier 2010

Plume de presse – 23 janvier 2010 – Olivier Bonnet

 

Retraites : résistance !

Non à la capitulation sociale-démocrate

poingCamarades, l’heure est grave. Le blogueur Hautefort résume avec efficacité la situation, via le groupe Actif et militant sur Le Post : « François Chérèque a repris le flambeau gouvernemental. Le grand dirigeant de la CFDT, fils de Jacques, a déclaré qu’il veut un débat « sans tabou«  sur les retraites… Et comme un bonheur n’arrive jamais seul pour Sarkozy, Martine Aubry, lamentable dirigeante « socialiste » comme son papa Jacques, a également déclaré :  »On doit aller très certainement, on va aller très certainement vers 61 ans ou 62 ans.«  Effectivement, le PS s’apprête à jeter la réforme Mitterrand dans les poubelles de l’Histoire. D’ailleurs, la spécialiste au PSMarisol Touraine a précisé :  »Il n’y a pas de sujet de tabou, pas plus celui de l’âge que d’autres. (…) Le PS est pleinement conscient de la nécessité d’une réforme, on ne pourra pas nous taxer d’immobilisme.« (source : Les Echos). Un discours apprécié par Chérèque qui a salué :  »l’évolution du discours à gauche, notamment au Parti socialiste. (…) C’est une bonne chose que le PS pose les vraies questions en évoquant l’augmentation de la durée du travail » (source : Les Echos). La chef du Medef se réjouit déjà en avouant que le sujet est :  »beaucoup plus consensuel qu’on ne le dit.«  Dame Parisot indique qu’un débat sans tabou permettra de :  »commencer à réfléchir à d’autres systèmes que la répartition«  (source  : AFP)« .

jlm « J’ai la tête ailleursconfesse Jean-Luc Mélenchon sur son blogLes yeux sur la presse du matin qui reprend sur les suites de la capitulation de Martine Aubry sur les retraites. Quel désastre ! » L’eurodéputé, leader du Parti de gauche, développe ainsi son analyse : « La digue est tombée. (…) Je déplore autant le moment de cette annonce que son contenu. Pourquoi ? Quelle que soit ses intentions, Martine Aubry a porté un mauvais coup au mouvement social et donc à toute la gauche. Elle nous a tiré une balle dans le pied(…)

[Lire la suite]

Publié dans POLITIQUE, Politique nationale, RETRAITES | Pas de Commentaires »

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy