Résultats de votre recherche

« Georges Hage, un bel homme vient de nous quitter »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 22 janvier 2015

 

Par Fabien Roussel, secrétaire de la fédération du Nord du PCF.

 

Georges-Hage

  Georges Hage, un bel homme vient de nous quitter,

  un « honnête homme » au sens entier du terme ; intelligent,

  pétillant, subtil, éloquent, un homme fait de droiture et d’intégrité ,

  d’engagement sincère et de fidélité à un idéal révolutionnaire

  qu’il a défendu bec et ongle, tout au long de sa vie, aux côtés

  des salariés, des ouvriers, des habitants du Douaisis et de notre

  belle région du Nord Pas de Calais qu’il affectionnait tant et qu’il a

  représentés jusqu’aux plus hautes marches de la République,

  sur le perchoir de l’Assemblée Nationale lorsqu’il était député

  et même doyen de cette noble institution.

 

« Jo », ses nombreux amis et camarades l’appelaient ainsi avec un mélange de familiarité et de respect ; Jo était un homme simple viscéralement attaché à son Douaisis qui l’a vu naître le 11 septembre 1921. Fils de coiffeur de la rue Fortier à Douai, il a fait ses études à l’École Normale de garçons avant de devenir professeur d’éducation physique et sportive de cette même École. Professeur des professeurs en quelque sorte, un métier qu’il a beaucoup aimé, passionné de sport qu’il était et de handball en particulier. Tout au long de l’exercice de son métier il a exercé une forte influence sur nombre de normaliens ; nombreux sont ceux qui s’en souviennent.
Pédagogue, il avait un art très personnel de transmettre ses convictions et ses connaissances partout où il se trouvait et à destination de tous.

Conseiller général puis Conseiller régional, il était le porte-drapeau du combat des communistes et des républicains du Nord avant de devenir le député qu’il a été pendant 34 ans. 34 années au service de la République et surtout des ouvriers, des salariés, des familles dont il a toujours été si proche et ceux-ci le lui rendaient bien. C’est en 2009, tardivement, qu’il a été élevé au grade de Chevalier de la Légion d’Honneur, une distinction qui l’a questionné.

Ceux qui l’ont côtoyé sont unanimes à dire que Georges Hage était d’abord un orateur de grand talent, plein d’esprit, un défenseur acharné de la langue française qu’il pratiquait avec une verve exceptionnelle. Il cherchait toujours le bon mot, le mot juste et, en fin politique qu’il était, savait à la perfection transmettre son message par l’humour qu’il maniait subtilement.

Georges courait après le temps pour accomplir sa lourde charge de responsable politique et de parlementaire exigeant avec lui-même et aussi avec ceux qui l’accompagnaient. C’était un perfectionniste, humaniste, anticolonialiste, progressiste. Il savait mener et gagner de grands combats. Renault Douai, l’Imprimerie Nationale, Wagon-Arbel, le Régiment d’Artillerie, la réindustrialisation de la région… Et combien d’interventions de haut niveau à l’Assemblée Nationale !

Les communistes du Nord saluent avec beaucoup d’émotion ce dirigeant si singulier, cet élu du peuple, cet amoureux des belles lettres qui a beaucoup donné pour la région et pour l’idée qu’il se faisait de la société des hommes libres, égaux et fraternels dont l’écho résonne si fortement aujourd’hui.

Nous voulons assurer à Odile, son épouse et à Julien, son fils, tout notre soutien et leur exprimons nos plus sincères et fraternelles condoléances.

Fabien Roussel Secrétaire de la fédération du Nord du PCF.

 

Lire aussi :

L’hommage du secrétaire national du PCF, Pierre Laurent

L’hommage de Jean-Jacques Candelier, député du Nord

Publié dans France, Hommages, PCF Nord | Pas de Commentaires »

Les sept péchés de Hollande

Posté par communistefeigniesunblogfr le 8 mai 2013

 

BILAN

6 mai 2012-6 mai 2013. Les sept péchés de Hollande

 

Les sept péchés de Hollande dans Education nationale hollande8

ENQUÊTE. Il y a tout juste un an, un immense espoir

de changement parcourait la société française.

Mais douze mois après l’élection du candidat socialiste

à l’Élysée, le désenchantement domine largement

quand les choix très convenus du nouveau président

contribuent à l’explosion du chômage et au mal-être social.

Difficile de retrouver dans le bilan d’un an de présidence

de François Hollande la trace de cette formidable vague

d’espoir de changement qui a porté le candidat

du Parti socialiste à l’Élysée, le 6 mai 2012.

 

 

humour1 ANI dans Emplois

Pour une avancée remarquable sur le plan sociétal, les citoyens

français ont dû enregistrer des mises en cause de leurs acquis

sociaux dans la droite ligne des logiques suivies jadis par Nicolas

Sarkozy, voire subir des reniements spectaculaires à la parole

donnée pendant la campagne électorale qui éclairent les raisons

de l’ampleur de la déception actuelle comme la plongée du chef

de l’État à un niveau d’impopularité record dans l’exercice de la fonction.

 

[Lire la suite sur humanite.fr]

Illustrations ajoutées par nous

 

Lire également :

 

Publié dans Education nationale, Emplois, F. Hollande, Mariage pour tous, POLITIQUE, Politique fiscale, Politique industrielle, RETRAITES | Pas de Commentaires »

Rassemblement pour la libération de Nadir Dendoune détenu en Irak

Posté par communistefeigniesunblogfr le 2 février 2013

 

À la Fontaine des innocents, un rassemblement

pour exiger la libération de Nadir Dendoune

 

Rassemblement pour la libération de Nadir Dendoune détenu en Irak dans Irak nadir2Rosa Moussaoui, photo Camille Millerand

Au dixième jour de détention de notre confrère,

syndicats de journalistes, responsables politiques

ou simples citoyens ont exigé sa libération,

avec RSF et son comité de soutien.

 

Pour conjurer l’inquiétude, l’humour. Nadir, tes oreilles ont sifflé, vendredi soir, à la Fontaine des Innocents.

Nous t’épargnerons les mots d’esprit à tes dépends, juste des expédients pour atténuer l’angoisse.

Samedi, notre confrère, Nadir Dendoune, journaliste indépendant, arrêté le 23 janvier à Bagdad, dans l’exercice

de son métier, purgeait son dixième jour de détention dans une caserne militaire, sans motif sérieux,

sans inculpation, sans possibilité de se défendre, sans contact avec l’extérieur. Pour de simples photos, disent

les autorités irakiennes.

Ses proches, ses amis, ses confrères, ou simplement des citoyens révoltés par l’injustice qui lui est faite,

se sont rassemblés, vendredi soir, à la Fontaine des innocents, à Paris. Avec un simple mot d’ordre :

« Libérez Nadir ». Des organisations professionnelles, des représentants de la gauche, des artistes, des élus

et des habitants de la Seine Saint Denis, son département, ont témoigné par leur présence de leur solidarité

avec ce personnage atypique, attachant, chaleureux. On pouvait croiser, dans la foule, des amis de

l’Ile-Saint-Denis, des responsables syndicaux, des poètes du béton, séquanodyonisiens du cru,

comme Hocine Ben ou Thomas Pitiot.

Christophe Deloire, le directeur général de Reporters sans frontières, a rappelé que Nadir était « parti en Irak

comme journaliste français, pour faire son travail de journaliste ». « Il est inadmissible qu’il se retrouve depuis

dix jours en détention pour avoir fait son métier. Quel que soit l’endroit où ils se trouvent les détenus finissent

toujours par entendre le bruit qui est fait à des milliers de kilomètres de là », a-t-il lancé, en exigeant

de nouveau sa libération.

Patrick Le Hyaric, le directeur de l’Humanité, a regretté l’apathie des médias télévisés, trop lents à se faire

l’écho de l’injustice faite à notre confrère. En d’autres temps, avec d’autres journalistes, on vit réactivité

plus prompte…

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Publié dans Irak, l'Humanité | Pas de Commentaires »

Les décrets liberticides de la Sainte Edwige

Posté par communistefeigniesunblogfr le 19 octobre 2009

PNG - 156.1 ko

Non, aux clones d’EDVIGE

Les récents événements de Poitiers, savamment orchestrés et médiatisés, ont permis à Brice Hortefeux de préparer l’opinion à accepter le passage en force de deux nouveaux décrets ultra sécuritaires.

Pour mémoire, la CNIL avait été saisie dès le 27 mars 2009 au sujet de ces deux projets de décret, peu après qu’ils aient été annoncés par N. Sarkozy  le 18 mars à Gagny (Seine-Saint-Denis). C’est dire qu’ils avaient été élaborés bien avant les incidents de Poitiers. Mais ceux-ci étaient nécessaires pour provoquer l’émotion et la réprobation des citoyens prêts, dès lors, à accepter ces décrets liberticides.

« La dictature constitutionnelle, avec la complicité de ses médias relais, utilise ou crée en permanence des évènements pour faire diversion, empêcher que l’attention des individus se cristallise sur leur mécontentement personnel, et différer éternellement toute résolution possible des problèmes sociaux. Ces évènements renforcent et légitiment le rôle de la dictature constitutionnelle comme unique rempart entre l’individu et un monde extérieur caricaturé jusqu’à la paranoïa, d’où ne ressortent plus que des dangers potentiels. » (Michelle Meyer- La dictature constitutionnelle)

« Edvige est mort, il n’est pas question de le remplacer » (Brice Hortefeux – mardi 13 octobre). Edvige est mort mais l’acte de naissance de ses deux clones a été signé le 16, jour de la Sainte Edwige, signe de l’humour légendaire de notre sinistre ministre de l’Intérieur. Signe également du mépris du gouvernement et de Nicolas Sarkozy pour le Parlement, alors même que la Commission des lois de l’Assemblée nationale a déposé une proposition de loi depuis juillet 2009.

 Un million de salariés concernés par ce fichage

Les décrets publiés dimanche 18 octobre au Journal officiel portant création de deux nouvelles « bases de données » de police précisent le type de données qui peuvent y être recensées, ainsi que les dérogations possibles.

 

Dans le fichier relatif à la « prévention des atteintes à la

sécurité publique », figureront :

- Motif de l’enregistrement
- Photographies
- État civil
- Nationalité
- Profession
- Signes physiques particuliers et objectifs (ce sont les tatouages, les piercings,votre  manière de vous habiller, etc…)
– Adresses physiques et électroniques
- Numéros de téléphone
- Titres d’identité
- Immatriculation des véhicules
- Informations patrimoniales
- Activités publiques
- Comportement et déplacements (le terme est suffisamment flou et vague pour nous inquiéter de ce que les descriptions policières subjectives en feront)
- Agissements susceptibles de recevoir une qualification pénale
- Personnes ayant entretenu des relations directes et non fortuites avec l’intéressé (se limitant à leur identité, sauf si elles-mêmes présentent un risque d’atteinte à la sécurité publique).


En outre, « à titre dérogatoire et dans un cadre strict », selon une circulaire du  ministère de l’Intérieur adressée dimanche aux préfets, pourront être indiqués :

  -Signes physiques particuliers et objectifs « pris comme éléments de signalement » (tatouage, cicatrice, couleur de cheveux)
-  Origine géographique ou appartenance à un même quartier (ce n’est ni plus ni moins que la stigmatisation des populations par leur quartiers et leurs orgines)
- Activités politiques, philosophiques, religieuses ou syndicales ( l’attaque  gouvernementale est là clairement explicite contre les mouvement sociaux).

 

 

  Dans le second, consacré aux « enquêtes administratives

liées à la sécurité publique », seront seulement enregistrés :

 

Motif de l’enquête

Photographies Etat civil Nationalité
Profession


Adresses physiques et électroniques
Numéros de téléphone
Titres d’identité

 

    Pourra également, « à titre dérogatoire », être fait mention d’éléments à caractère  politique, philosophique, religieux ou syndical si y est lié un comportement « incompatible avec l’exercice des fonctions ou missions envisagées ».

Des mineurs peuvent y être inscrits, s’ils ont plus de 16 ans et ont fait l’objet d’une  enquête administrative les concernant directement dans le cadre d’une procédure de recrutement.

  L’inscription sera automatiquement supprimée cinq ans après son enregistrement « quel qu’ait été le résultat, favorable ou non de l’enquête »

 

Sources : http://nantes.indymedia.org/article/18436 et  Mille Babords.org/spip.php?article1235

 Lire :

Adieu Edvige, bonjour Edwige²

sur : bugbrother.blog.lemonde.fr/

Publié dans LIBERTES, POLITIQUE, Politique nationale | Pas de Commentaires »

Racisme : « Si vous êtes au Monde, c’est parce qu’il leur fallait un Arabe ? »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 24 septembre 2009

Dans son article : « Moi, Mustapha Kessous, journaliste au « Monde » et victime du racisme », Mustapha Kessous décrit les brimades quasi-quotidiennes dont il est victime dans sa vie et dans l’exercice de sa profession .

« Brice Hortefeux a trop d’humour. Je le sais, il m’a fait une blague un jour. Jeudi 24 avril 2008. Le ministre de l’immigration et de l’identité nationale doit me recevoir dans son majestueux bureau. Un rendez-vous pour parler des grèves de sans-papiers dans des entreprises. Je ne l’avais jamais rencontré. Je patiente avec ma collègue Laetitia Van Eeckhout dans cet hôtel particulier de la République. Brice Hortefeux arrive, me tend la main, sourit et lâche : « Vous avez vos papiers ? » »

[...]

« Je pensais que ma « qualité » de journaliste au Monde allait enfin me préserver de mes principaux « défauts » : être un Arabe, avoir la peau trop basanée, être un musulman. Je croyais que ma carte de presse allait me protéger des « crochets » balancés par des gens obsédés par les origines et les apparences. Mais quels que soient le sujet, l’endroit, la population, les préjugés sont poisseux. »

 [...]

A mon arrivée au journal, en juillet 2004, je pars pour l’île de la Barthelasse, près d’Avignon, couvrir un fait divers. (…) On pensait que le meurtrier s’était enfui de l’hôpital psychiatrique de l’endroit : j’appelle la direction, j’ai en ligne la responsable : « Bonjour, je suis M. Kessous du journal Le Monde… » Elle me dit être contente de me recevoir. Une fois sur place, la secrétaire lui signale ma présence. Une femme avec des béquilles me passe devant, je lui ouvre la porte, elle me dévisage sans me dire bonjour ni merci. « Il est où le journaliste du Monde ? », lance-t-elle. Juste derrière vous, Madame : je me présente. J’ai alors cru que cette directrice allait s’évanouir. Toujours pas de bonjour. « Vous avez votre carte de presse ?, me demande-t-elle. Vous avez une carte d’identité ? » « La prochaine fois, Madame, demandez qu’on vous faxe l’état civil, on gagnera du temps », riposté-je. Je suis parti, évidemment énervé, forcément désarmé, avant de me faire arrêter plus loin par la police qui croyait avoir… trouvé le suspect.

[...]

Le 21 décembre 2007, je termine une session de perfectionnement dans une école de journalisme. Lors de l’oral qui clôt cette formation, le jury, composé de professionnels, me pose de drôles de questions : « Etes-vous musulman ? Que pensez-vous de la nomination d’Harry Roselmack ? Si vous êtes au Monde, c’est parce qu’il leur fallait un Arabe ? »

[A lire sur lemonde.fr]

Publié dans Racisme - Xenophobie | Pas de Commentaires »

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy