• Accueil
  • > Recherche : champ militaire a feignies

Résultats de votre recherche

LPM : l’article 13 et la dictature numérique

Posté par communistefeigniesunblogfr le 10 décembre 2013

 

Loi de programmation militaire :

           l’article 13 et la dictature numérique

 

serveurs

 

  Un article de la loi de programmation militaire amendée au Sénat fait débat.

  Il permettrait, s’il était adopté, à des agents dépendant de plusieurs ministères,

  de récupérer de vastes quantités de données privées, sans passer par l’aval

  d’un juge. La loi devrait être votée ce mardi en seconde lecture au Sénat,

 malgré une protestation croissante.

« Avec l’article13 de la loi de programmation militaire, l’affaire des fadettes serait légale » lance sur Twitter Jérémy Zimmerman de la Quadrature du Net. L’association est vent debout contre cet amendement, qualifié « d’incroyable agression contre les droits fondamentaux ». Un avis qui semble partagé par Gilles Babinet, nommé « Digital champion » envoyé comme ambassadeur à Bruxelles, qui disait aux Echos que « cette loi, c’est le plus grand coup porté au fonctionnement de la démocratie depuis les lois d’exceptions pendant la guerre d’Algérie » avant d’enfoncer le clou: « Nous sommes à deux doigts de la dictature numérique ».

[Lire la suite sur humanite.fr]

La loi de programmation militaire 2014-2019, incluant cet article 13, sera votée en seconde lecture ce mardi au Sénat.

 

A lire sur 

La Quadrature du Net :

 

NumeramaLPM : le CNNum conteste la collecte de données en temps réel

Publié dans Democratie, France, Senat, SOCIETE | Pas de Commentaires »

Avec Stalingrad, le IIIe Reich est blessé à mort

Posté par communistefeigniesunblogfr le 3 février 2013

 

HISTOIRE

Avec Stalingrad, la Seconde Guerre mondiale bascule

 

Avec Stalingrad, le IIIe Reich est blessé à mort dans HISTOIRE stalinegradPar Jean-Paul Scot, historien

Plus que le débarquement anglo-américain

en Afrique du Nord (8 novembre 1942)

ou que la conquête américaine de l’île de

Guadalcanal (8 février 1943), la victoire

soviétique de Stalingrad (2 février 1943)

est bien le « tournant » de la guerre.

Mais la victoire est plus encore politique que militaire.

Du 31 janvier au 2 février, malgré l’interdiction d’Hitler, la VIe armée allemande capitule après deux mois et

demi d’encerclement, isolée malgré les raids de la Luftwaffe, pilonnée nuit et jour, épuisée par la faim, le froid,

la neige. Des 330 000 encerclés ne survivent que 120 000 prisonniers. Les forces de l’Axe ont perdu au total

800 000 hommes à Stalingrad, le quart des forces du front oriental. Le mythe de l’invincibilité allemande est

détruit.

L’enjeu de Stalingrad

Pour pallier les besoins en carburant de l’économie de guerre allemande, Hitler déclenche, le 8 mai 1942,

un nouveau Blitzkrieg en vue de conquérir les champs pétrolifères du Caucase. La moitié des troupes engagées

en URSS, 100 divisions allemandes et 50 alliées (roumaines, italiennes, hongroises), sont concentrées

sur le front sud-est. Les forces de l’Axe conquièrent la Crimée et Sébastopol, puis l’est de l’Ukraine et Rostov.

Mais Hitler commet alors la même erreur qu’à l’automne 1941. Grisé par ses victoires, il divise ses forces

selon deux axes : pendant que des divisions fonceront vers le Caucase, le gros des forces remontera la vallée

du Don pour prendre Stalingrad, isoler l’Oural et ensuite, avec les armées du centre, encercler Moscou.

Dès le 23 août, la VIe armée de Von Paulus atteint la Volga et bombarde la ville charnière. Le 12 septembre,

disposant de forces deux fois supérieures, les Allemands lancent ce qu’ils pensent être l’assaut final.

Des combats acharnés se déroulent jusque dans le centre et le sud de la ville, maison par maison, cave par

cave. Les usines Octobre rouge et Barricades sont prises et reprises.

Vassili Grossman traduit bien l’acharnement des combats dans Vie et destin. Hitler veut prendre à toute force

la « ville de Staline » mais Stalingrad ne tombe pas.

[Lire la suite sur humanite.fr]


Vidéo :  Documentaire – La bataille de Stalingrad

A (re)lire sur notre blog :  Bataille de Stalingrad : « l’espoir changea de camp, le combat d’âme »

Publié dans HISTOIRE | Pas de Commentaires »

Sauvons les enfants de Gaza et empêchons la catastrophe

Posté par communistefeigniesunblogfr le 22 novembre 2012

 

Sauvons les enfants de Gaza et empêchons la catastrophe dans GAZA - PALESTINE patrick-213x300

Sauver les enfants de Gaza et empêcher la déflagration régionale

par Patrick Le Hyaric

 

 

palestine dans International

Comme il y a quatre ans à la même époque, la barbare inhumanité tombe

du ciel sur Gaza. Gaza, bout de Palestine coupé de la Palestine, coincé entre Israël

et l’Égypte. Gaza, depuis tant d’années, enfermée, violentée, meurtrie, étouffée

sous un blocus d’un autre âge, victime d’un gouvernement autoproclamé,

opposé à l’autorité palestinienne, exerçant sur ce territoire un régime de fer et servant de repoussoir aux justes

demandes du peuple palestinien. Gaza qui grouille de la beauté de tous ses petits enfants. Ceux-là mêmes,

innocents, qui meurent encore et encore sous la grenaille du déluge de fer et de feu qui se cache derrière

ce froid nom de « pilier de défense ».

Comme il y a quatre ans, un autre code dit « plomb durci » faisait 1500 morts, pour la plupart des innocents,

et détruisait maisons, faubourgs, routes, usines et champs. Le rapport du juge Goldstone, mandaté

par les Nations-Unies, avait qualifié cette agression militaire de « crime contre l’humanité ». On attend toujours

que les autorités internationales en tirent les conséquences qui s’imposent. Faute de l’avoir fait, la direction

ultra-droitière israélienne se croit protégée. Elle l’est de fait.

Il y a quatre ans, l’offensive guerrière avait été déclenchée comme celle-ci, à la veille d’élections

législatives. Ainsi le nombre de femmes, d’enfants et de civils innocents, assassinés est l’enjeu du remplissage

des urnes à Tel-Aviv. Abject !

[Lire la suite sur PCF Maubeuge]

Publié dans GAZA - PALESTINE, International, Israel, POLITIQUE | 1 Commentaire »

D’une campagne présidentielle à l’autre, les calculs électoraux restent les mêmes. Quitte à malmener la vérité historique.

Posté par communistefeigniesunblogfr le 11 janvier 2012

Accueil 5 janvier 2012

 Source illustration ajoutée : PCF Grésivaudan

 

Enquête. Droite

Révisionnisme.

La nostalgie des colonies, 
un fonds de commerce électoral

 

D'une campagne présidentielle à l'autre, les calculs électoraux restent les mêmes. Quitte à malmener la vérité historique. dans HISTOIRE affichepc1930couleur-207x300La falsification et l’instrumentalisation du passé colonial

ont contribué de façon décisive, en 2007, à la réussite

de l’OPA de Nicolas Sarkozy sur les voix d’extrême droite.

L’hôte de l’Élysée espère rééditer l’opération cette année. 

Un président de la République citant, dans ses vœux aux armées, un ancien officier

putschiste… L’extrême droite en rêvait, Nicolas Sarkozy l’a fait. Mardi, à l’école navale

de Lanvéoc-Poulmic (Finistère), l’hôte de l’Élysée n’a pas hésité, pour exalter «l’honneur»,

«la patrie», «la discipline», à puiser dans un mauvais texte d’Hélie Denoix de Saint-Marc.

Cet officier parachutiste membre de l’état-major du général Massu lors de la bataille

d’Alger en 1957, acteur de premier plan du putsch d’avril 1961, a été récemment élevé

par l’Élysée au rang de grand-croix dans l’ordre de la Légion d’honneur.

Ce nouveau clin d’œil aux nostalgiques de l’Algérie française ne doit rien au hasard. Il s’inscrit clairement dans une stratégie

de reconquête de l’électorat d’extrême droite.

Le 22 avril 2007, Jean-Marie Le Pen enregistrait un score de 10 % à l’issue du premier tour de l’élection présidentielle.

Cinq ans plus tôt, le vieux chef de l’extrême droite provoquait un séisme politique en accédant, avec 17 % des voix, au second tour.

Aux élections législatives de juin 2007, le Front national (FN) enregistrait son plus bas score depuis vingt ans, avec seulement

4,5 % des voix.

Nicolas Sarkozy pouvait se réjouir. Cet effondrement du FN signait le succès complet de sa stratégie de conquête du pouvoir,

orientée dès 2002 vers le racolage des électeurs frontistes. Les discours martiaux de l’hôte de la place Beauvau, pourfendeur

de la «racaille», héraut de la lutte contre «l’insécurité» et champion de la chasse aux sans-papiers séduisirent alors, au-delà de

ses espérances, l’électorat d’extrême droite. Mais un autre aspect du discours sarkozyen contribua de façon décisive à la réussite

de cette OPA sur les voix d’extrême droite : la falsification et l’instrumentalisation du passé colonial.

Lire la suite

 

Publié dans HISTOIRE, POLITIQUE, Presidentielle 2012 | Pas de Commentaires »

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy