• Accueil
  • > Recherche : champ bataille feignies

Résultats de votre recherche

« Diplomatie ». Le 24 août 1944… Une journée particulière

Posté par communistefeigniesunblogfr le 5 mars 2014

 

Cinéma

« Diplomatie ». Le 24 août 1944… Une journée particulière

 

diplomatie

 

  Diplomatie, de Volker Schlöndorff. 

  France-Allemagne. 1 h 24.

  Épatants sur toute la ligne, André Dussollier

  et Niels Arestrup donnent toute sa force

  au texte de la pièce de Cyril Gély. 

 

Le titre ne serait-il pas aux mains d’Ettore Scola, on aurait pu appeler ce film Une journée particulière. Mais ici,

c’est de la nuit du 24 au 25 août 1944 qu’il s’agit, celle qui avait déjà été évoquée en 1966, par notre chantre

de la Résistance qu’était René Clément dans sa fresque, Paris brûle-t-il ?, près de trois heures avec le gratin

du cinéma français tiré par Jean-Paul Belmondo poussant notre veine épique dans ses ultimes retranchements.

 

Image de prévisualisation YouTube

sur youtube

 

Ici, le point de vue est inverse puisque les trois unités de base théâtrales sont respectées, l’action se résumant

à un face-à-face entre deux comédiens formidables jouant en français au chat et à la souris, d’un côté

Niels Arestrup, qui incarne le général von Choltitz, Prussien borné aux ordres, gouverneur du Grand Paris,

qui vient de faire miner tous nos ponts et monuments et s’apprête sur ordre de Hitler à transformer en champ

de ruines notre capitale ; de l’autre, André Dussollier, qui personnifie le consul général suédois en poste à Paris,

chargé en tant que représentant d’une puissance neutre, et peut-être pas uniquement, de ramener la culotte

de peau prussienne dans la voie de la raison. Cela ressemble à de la fiction mais peut-être pas seulement. 

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Diplomatie de Volker Schlöndorff – bande annonce

Image de prévisualisation YouTube

sur youtube

Le site du film Diplomatie

Lire aussi :

 

Publié dans Cinema, Culture | Pas de Commentaires »

OGM : Steve Marsh contre Monsanto

Posté par communistefeigniesunblogfr le 31 janvier 2014

 

JUSTICE

OGM : la bataille d’un agriculteur australien contre Monsanto

 

OGM  par Sophie Chapelle

  Encore un procès qui inquiète les fabricants d’OGM. Le 10 février prochain,

  la Cour suprême d’Australie Occidentale examinera la plainte de Steve Marsh,

  un éleveur de moutons bio ayant perdu sa certification suite à la contamination

  de ses champs par du colza génétiquement modifié. L’enjeu, défendre son droit

  à cultiver sans OGM et obtenir réparation des préjudices économiques.

 

Le colza incriminé, breveté par la firme Monsanto, a été autorisé à la culture par le gouvernement local en 2010.

Cette année-là, Michael Baxter, le voisin de Steve Marsh, décide d’en semer. Quelques mois plus tard, de forts

vents dispersent des plants de colza coupés mis à sécher. Deux tiers de la surface cultivable de Steve Marsh

sont contaminés, soit 325 hectares. Steve perd son label bio sur 70 % de son exploitation et ne peut pas

se retourner contre Monsanto. « La firme se protège en faisant signer un contrat à tous les agriculteurs qui

achètent ses semences génétiquement modifiées, explique Rachel Dujardin de Safe Food Foundation. En cas

de contamination génétique, la multinationale semencière n’est pas responsable ».

L’impossible coexistence ?

L’affaire aurait pu s’arrêter là. Mais Steve Marsh a décidé de poursuivre son voisin en justice pour obtenir

réparation. « Si Steve gagne, cela créera un précédent qui aidera les agriculteurs à travers le monde

dans leur bataille pour rester exempts d’OGM », précise Rachel Dujardin.

[Lire la suite sur Basta !]

 

Pour en savoir plus, cette vidéo expliquant le combat de Steve Marsh

(pour les sous-titres en français cliquer sur « cc » sous la barre de lecture, puis sur « french »)
 :

 

Image de prévisualisation YouTube

sur youtube

 

Publié dans Agriculture, Australie | Pas de Commentaires »

Ukraine : situation très tendue à Kiev

Posté par communistefeigniesunblogfr le 23 janvier 2014

 

Le centre de Kiev devient un impressionnant champ de bataille
*
*
*
CaptureUkraine   capture d’écran
*
*

  Manifestants et forces de l’ordre sont engagés

  dans un face à face extrêmement tendu ce jeudi à Kiev.

  Une barricade de pneus enflammés les séparent.

  (voir les photos)

  Les affrontements, de plus en plus violents, ont fait

  cinq morts ces derniers jours.

 

« La répression ne peut être que condamnée. Elle est violente, injuste. Il y a un débat politique

dans ce pays sur le rapport à l’Union européenne mais rien ne justifie la répression et les massacres »

a condamné Pierre Laurent.

Lire aussi :

Publié dans EUROPE, l'Humanité, Presse - Medias, Ukraine | Pas de Commentaires »

L’avortement, un droit pour toutes

Posté par communistefeigniesunblogfr le 20 janvier 2014

 

ÉGALITÉ

Le droit à l’avortement renforcé par la loi française

 

droitalavortement1  par Mina Kaci

  Le projet de loi sur l’égalité, examiné à partir de ce lundi

  par les députés, prévoit la suppression de la référence

  à une « situation de détresse » pour prétendre à l’avortement.

 

 

«Les pouvoirs publics doivent rester vigilants contre les tentations permanentes de régression », déclare à

l’Humanité Najat Vallaud-Belkacem. Joignant les actes à ses paroles, la ministre des Droits des femmes entend

protéger l’exercice du droit à l’avortement en retouchant la législation en la matière.

Un amendement gouvernemental à la loi sur l’égalité, discutée à partir d’aujourd’hui à l’Assemblée, préconise

d’étendre le délit d’entrave à ceux qui « empêchent ou tentent d’empêcher de s’informer sur l’IVG ou les actes

préalables prévus par le Code de la santé publique ». Dans le champ du délit, seront inclus « les pressions morales

et psychologiques, les menaces ou actes d’intimidation » à l’encontre des femmes venues s’informer sur la maîtrise

de la fécondité, que ce soit dans un établissement hospitalier ou au Planning familial.

Jusqu’ici, seules les entraves matérielles et psychologiques à l’avortement étaient réprimées. Datant du 27 janvier

1993, cette loi, qui comporte plusieurs mesures d’ordre social à l’égard de l’action, parfois très violente,

de commandos anti-IVG, permet de punir les contrevenants de deux ans d’emprisonnement et 30 000 euros d’amende.

Ainsi ont été condamnés des individus qui avaient pénétré dans des hôpitaux en bloquant l’accès du bloc opératoire

aux gynécologues.

Les députés vont également examiner, en début de semaine, l’article prévoyant la suppression de la référence

à la « situation de détresse », qui conditionnait jusqu’alors le droit à l’avortement. Une précision que juge « obsolète »

le ministère des Droits des femmes. Une sage décision en ces temps où, quarante ans après l’obtention du droit

à l’intervention volontaire de grossesse, des forces conservatrices tentent d’utiliser chaque défaillance législative

pour gagner du terrain dans la bataille idéologique.

L’appel à la vigilance est également lancé par les associations féministes et les partis de gauche. Pour la communiste

Laurence Cohen, la menace qui pèse sur l’Espagne « s’additionne à des régressions effectives en Pologne et dans

d’autres pays européens ». Gynécologue à la retraite, toujours à la pointe du combat, Joëlle Kauffmann lance,

à l’AFP, une alerte : « Aucun pays n’est à l’abri d’un tel mauvais coup, rien n’est jamais acquis, surtout dans le domaine

des droits des femmes. »

 

Le 1er février, une manifestation est organisée à Paris pour la défense de l’IVG,

faisant écho à celle prévue le même jour à Madrid.

Image de prévisualisation YouTube

 

Lire aussi :

L’avortement est un droit (PCF)

L’IVG en Espagne, le grand retour en arrière

 

Publié dans avortement, Droits des femmes, France, PCF, SOCIETE | Pas de Commentaires »

Avec Stalingrad, le IIIe Reich est blessé à mort

Posté par communistefeigniesunblogfr le 3 février 2013

 

HISTOIRE

Avec Stalingrad, la Seconde Guerre mondiale bascule

 

Avec Stalingrad, le IIIe Reich est blessé à mort dans HISTOIRE stalinegradPar Jean-Paul Scot, historien

Plus que le débarquement anglo-américain

en Afrique du Nord (8 novembre 1942)

ou que la conquête américaine de l’île de

Guadalcanal (8 février 1943), la victoire

soviétique de Stalingrad (2 février 1943)

est bien le « tournant » de la guerre.

Mais la victoire est plus encore politique que militaire.

Du 31 janvier au 2 février, malgré l’interdiction d’Hitler, la VIe armée allemande capitule après deux mois et

demi d’encerclement, isolée malgré les raids de la Luftwaffe, pilonnée nuit et jour, épuisée par la faim, le froid,

la neige. Des 330 000 encerclés ne survivent que 120 000 prisonniers. Les forces de l’Axe ont perdu au total

800 000 hommes à Stalingrad, le quart des forces du front oriental. Le mythe de l’invincibilité allemande est

détruit.

L’enjeu de Stalingrad

Pour pallier les besoins en carburant de l’économie de guerre allemande, Hitler déclenche, le 8 mai 1942,

un nouveau Blitzkrieg en vue de conquérir les champs pétrolifères du Caucase. La moitié des troupes engagées

en URSS, 100 divisions allemandes et 50 alliées (roumaines, italiennes, hongroises), sont concentrées

sur le front sud-est. Les forces de l’Axe conquièrent la Crimée et Sébastopol, puis l’est de l’Ukraine et Rostov.

Mais Hitler commet alors la même erreur qu’à l’automne 1941. Grisé par ses victoires, il divise ses forces

selon deux axes : pendant que des divisions fonceront vers le Caucase, le gros des forces remontera la vallée

du Don pour prendre Stalingrad, isoler l’Oural et ensuite, avec les armées du centre, encercler Moscou.

Dès le 23 août, la VIe armée de Von Paulus atteint la Volga et bombarde la ville charnière. Le 12 septembre,

disposant de forces deux fois supérieures, les Allemands lancent ce qu’ils pensent être l’assaut final.

Des combats acharnés se déroulent jusque dans le centre et le sud de la ville, maison par maison, cave par

cave. Les usines Octobre rouge et Barricades sont prises et reprises.

Vassili Grossman traduit bien l’acharnement des combats dans Vie et destin. Hitler veut prendre à toute force

la « ville de Staline » mais Stalingrad ne tombe pas.

[Lire la suite sur humanite.fr]


Vidéo :  Documentaire – La bataille de Stalingrad

A (re)lire sur notre blog :  Bataille de Stalingrad : « l’espoir changea de camp, le combat d’âme »

Publié dans HISTOIRE | Pas de Commentaires »

SMIC : Le coup de pouce se transforme en dérisoire pichenette

Posté par communistefeigniesunblogfr le 25 juin 2012

 

Salaires, le compte n’y est pas

 

L’SMIC : Le coup de pouce se transforme en dérisoire pichenette dans Austerite une_20-209x300Humanité de ce lundi met en lumière les conflits sociaux qui se multiplient

sur le niveau des salaires. Des luttes qui mettent à mal le dictat de

l’austérité et de la rigueur budgétaire.

L’édito de Maurice Ulrich :

Pour nombre de commentateurs, 
la cause est entendue et les attentes sociales

sont à ce point solubles dans les résultats de la séquence électorale majeure

que nous venons 
de vivre qu’elles auraient disparu. En somme, ce qui a permis

le succès de la gauche n’aurait plus lieu d’être et il n’y aurait rien de plus urgent que de prendre

le tournant de la rigueur en désertant, si l’on peut dire, le champ de bataille, toutes armes bas,

avant même d’avoir livré combat. De ce point de vue, les 2 % de « pichenette » évoqués

sur le Smic sont bel et bien de nature à donner raison à ceux qui, à droite et au Medef, comme l’avare de Molière, ne font que

répéter « ma cassette, ma cassette », au motif fallacieux que 23 euros par mois mettraient en péril les entreprises de France

en dépit des multiples allégements de charges qui leur ont déjà été consentis. Les mêmes seraient mieux inspirés de s’élever

contre la pression, sans aucune commune mesure, que font peser sur les PME les grands donneurs d’ordres du CAC 40

et autres, en exerçant sur elles une pression constante sur les marges, les prix, la productivité. 
Mais là-dessus, ils ne disent

rien. Voyant qui ils défendent, on peut dire qui ils sont.

Travailleurs au RSA

Le compte n’y est pas, loin s’en faut. 
Et pour le dire clairement, des millions d’hommes et de femmes de gauche, dont les quatre

millions qui ont voté au premier tour pour le Front de gauche mais pas seulement, attendent autre chose. Les quelques luttes

en cours pour les salaires que nous évoquons ci-contre en témoignent. Les salariés de Camaïeu demandent 100 euros par mois,

fiches de paye à l’appui alors même que nombre d’entre eux, comme on l’a appris ces derniers jours, 
sont amenés 
à toucher

ou à solliciter 
un complément du RSA. Un comble, alors même qu’ils travaillent, que de devoir en appeler à l’aide de l’État.

Un scandale quand une entreprise en arrive à parier cyniquement sur 
la solidarité nationale pour suppléer à la fiche de paye !

Aux Galeries Lafayette, c’est de 200 euros de plus par mois qu’il s’agit. Et combien d’attentes à ce niveau dans des milliers

d’entreprises ? En d’autres termes, la question n’est pas de savoir comment ces entreprises peuvent 
faire pour augmenter le Smic,

mais comment font 
des millions de salariés pour vivre avec les salaires qui sont les leurs aujourd’hui.

Rigueur pour les plus modestes

Dans nombre de milieux, qui veulent que 
la victoire de la gauche ne soit qu’un changement d’équipe pour une même politique

économique, 
la rigueur (pour les plus modestes) est érigée en dogme. Mais la réalité, c’est qu’un pays de bas salaires, comme


la France le devient, est un pays qui s’appauvrit. 
C’est bien la peine, comme le font chaque mois 
les économistes, de surveiller

comme le lait sur le feu les indices de la consommation des ménages, pour faire ensuite comme si cela n’avait aucun rapport

avec les politiques salariales.

À Rome en fin de semaine, François Hollande semblait assez satisfait d’avoir pu parler croissance. Hier, dans une interview

au Journal du dimanche, Bernard Cazeneuve, le ministre délégué aux Affaires européennes, rejetait « l’austérité à perpétuité ». Soit,

mais faudrait-il alors accepter l’austérité maintenant ? La croissance ne se décrète pas, et il ne s’agit pas davantage, comme

Nicolas Sarkozy prétendait le faire, d’aller « la chercher avec les dents », avec les résultats que l’on sait. La croissance ça commence

avec ceux dont l’argent ne va pas à la spéculation, mais irrigue immédiatement l’économie réelle. La croissance, 
elle est au bas

de la fiche de paye et c’est la pierre 
de touche d’une politique de gauche, pour la justice, 
et pour une autre dynamique.

 

–> A lire aussi dans notre édition de ce lundi:

  • Un grand ras-le-bol, des doléances raisonnées : après des années de diète, le gouvernement peut donner

l’exemple en décidant, ce mardi, de donner un réel coup de pouce au Smic. Une mesure de justice sociale, mais aussi

une façon de répondre à la crise, en grande partie provoquée par la politique d’austérité

  • « Pas question d’une pichenette de 2%« , Pierre Laurent, secrétaire national du PCF
  • L’état de grâce fini pour Hollande et le gouvernement, la lutte continue
  • « Augmenter les salaires, une réponse à la crise« , le point de vue de Pascal Debay, membre de la commission exécutive

de la CGT

–> La carte des mouvements sociaux de l’Humanité.fr

Communiqué du PCF

 

Publié dans Austerite, F. Hollande, France, Front de Gauche, l'Humanité, Luttes, POLITIQUE, Pouvoir d'achat, Salaires | Pas de Commentaires »

Panique à droite !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 5 avril 2012

 

Face à la montée du Front de gauche, la droite sonne le Tocsin

(Olivier Dartigolles, FdG)

 

Panique à droite ! dans Front de Gauche Panique_au_Medef-232x300Oubliés les calculs politiciens pariant sur une hypothétique division de la gauche

qui favoriserait le candidat Nicolas Sarkozy !

Face à la montée du Front de gauche, la droite sonne le Tocsin. C’est Le Figaro

qui fait chiffrer par un institut-au-doigt-mouillé le programme du Front de gauche

en y trouvant plus de 100 milliards de dépenses nouvelles.

C’est le très réactionnaire hebdomadaire Valeurs actuelles qui fait sa une avec

une photo de Jean-Luc Mélenchon en titrant « L’enragé » et sur le retour de la

« gauche communiste ». Il ne manque plus que la menace des chars russes

déboulant sur les Champs Élysée pour que le tableau soit complet.

Madame Parisot a lancé le mot d’ordre contre nous en convoquant « la terreur »

de la révolution française. C’est désormais toute la droite qui s’y rallie.

Ils ont raison car ils sont l’ennemi principal d’une bataille que le Front de gauche va emporter pacifiquement le 22 avril prochain

avec pour seule arme, un simple bulletin de vote.

Olivier Dartigolles, porte parole du PCF et co directeur de campagne de Jean-Luc Mélenchon

Paris, le 5 avril 2012.

 

Publié dans Front de Gauche, PCF, POLITIQUE, Presidentielle 2012 | 1 Commentaire »

D’une campagne présidentielle à l’autre, les calculs électoraux restent les mêmes. Quitte à malmener la vérité historique.

Posté par communistefeigniesunblogfr le 11 janvier 2012

Accueil 5 janvier 2012

 Source illustration ajoutée : PCF Grésivaudan

 

Enquête. Droite

Révisionnisme.

La nostalgie des colonies, 
un fonds de commerce électoral

 

D'une campagne présidentielle à l'autre, les calculs électoraux restent les mêmes. Quitte à malmener la vérité historique. dans HISTOIRE affichepc1930couleur-207x300La falsification et l’instrumentalisation du passé colonial

ont contribué de façon décisive, en 2007, à la réussite

de l’OPA de Nicolas Sarkozy sur les voix d’extrême droite.

L’hôte de l’Élysée espère rééditer l’opération cette année. 

Un président de la République citant, dans ses vœux aux armées, un ancien officier

putschiste… L’extrême droite en rêvait, Nicolas Sarkozy l’a fait. Mardi, à l’école navale

de Lanvéoc-Poulmic (Finistère), l’hôte de l’Élysée n’a pas hésité, pour exalter «l’honneur»,

«la patrie», «la discipline», à puiser dans un mauvais texte d’Hélie Denoix de Saint-Marc.

Cet officier parachutiste membre de l’état-major du général Massu lors de la bataille

d’Alger en 1957, acteur de premier plan du putsch d’avril 1961, a été récemment élevé

par l’Élysée au rang de grand-croix dans l’ordre de la Légion d’honneur.

Ce nouveau clin d’œil aux nostalgiques de l’Algérie française ne doit rien au hasard. Il s’inscrit clairement dans une stratégie

de reconquête de l’électorat d’extrême droite.

Le 22 avril 2007, Jean-Marie Le Pen enregistrait un score de 10 % à l’issue du premier tour de l’élection présidentielle.

Cinq ans plus tôt, le vieux chef de l’extrême droite provoquait un séisme politique en accédant, avec 17 % des voix, au second tour.

Aux élections législatives de juin 2007, le Front national (FN) enregistrait son plus bas score depuis vingt ans, avec seulement

4,5 % des voix.

Nicolas Sarkozy pouvait se réjouir. Cet effondrement du FN signait le succès complet de sa stratégie de conquête du pouvoir,

orientée dès 2002 vers le racolage des électeurs frontistes. Les discours martiaux de l’hôte de la place Beauvau, pourfendeur

de la «racaille», héraut de la lutte contre «l’insécurité» et champion de la chasse aux sans-papiers séduisirent alors, au-delà de

ses espérances, l’électorat d’extrême droite. Mais un autre aspect du discours sarkozyen contribua de façon décisive à la réussite

de cette OPA sur les voix d’extrême droite : la falsification et l’instrumentalisation du passé colonial.

Lire la suite

 

Publié dans HISTOIRE, POLITIQUE, Presidentielle 2012 | Pas de Commentaires »

Feignies : une antenne relais au beau milieu d’une zone résidentielle

Posté par communistefeigniesunblogfr le 9 juillet 2009

La Voix du Nord – 4 juillet 2009

Bataille autour de l’installation d’une antenne relais : les riverains persistent

| FEIGNIES |

Une antenne relais a été installée route de Neuf-Mesnil à Feignies en juin 2008. Depuis quelques mois, de nombreux riverains critiquent le danger qu’elle représente pour la santé des habitants. La mairie se réfugie derrière le respect de la législation en vigueur, mais l’affaire n’est pas terminée.

 

Lire la suite

 

 

Ondes électromagnétiques et Santé : le Syndicat de la Médecine Générale contre l'Académie de Médecine - 21/04/2009

 

Communiqué de presse du Syndicat de la Médecine Générale (SMG) du 21/04/2009

 

Extrait

Le caractère pathogène des ondes électromagnétiques émises par les antennes fait appel à des mécanismes physiopathologiques non encore élucidés. Des patients consultent cependant pour des symptômes très variés, la corrélation avec les ondes électromagnétiques étant établie par le fait que les symptômes disparaissent lorsqu’ils ne sont plus soumis à leur champ. Au-delà de ces personnes dites « électro-sensibles », c’est l’ensemble de la population qui est exposée aux champs électromagnétiques émis par les antennes, dont nous ne connaissons pas encore les effets à long terme. Nous demandons qu’un système de « vigilance » soit mis en place, indépendant des opérateurs de téléphonie, et que la puissance des émetteurs soit réduite dès maintenant.

Nous rappelons que l’absence de précaution et des expertises médicales douteuses au service du lobby industriel ont pu permettre le « scandale de l’amiante ».

 

Voir également l’article du Monde :

« Antennes-relais, Wi-Fi : quels sont les dangers ? »

Extrait du débat avec Michèle Rivasi, professeure agrégée en biologie de l’Ecole normale supérieure et fondatrice de la Criirad et du Criirem, mardi 21 avril 2009

jfh75015 : Pourquoi les antennes de téléphonie mobile seraient-elles « dangereuses » et pas celles de télévision ou de radio ?

Michèle Rivasi : Parce que les ondes ne sont pas les mêmes. Dans un cas, on a des ondes sinusoïdales continues. Dans le deuxième cas de la téléphonie mobile et des antennes-relais, on a des ondes pulsées, discontinues, qui transmettent des paquets d’énergie et qui présentent des ondes à basse fréquence. Il y a une confusion chez les opérateurs, qui amalgament les ondes de radio ou de télévision avec les ondes de téléphonie mobile.

XKF : Pourquoi ne pas appliquer le principe de précaution pour abaisser les seuils des champs électromagnétiques (comme en Belgique par exemple) ?

Michèle Rivasi : Parce que les lobbies français ne veulent pas réduire la puissance des antennes pour des raisons financières et qu’ils désinforment les élus et la population en leur disant que si on multiplie les antennes, c’est le portable qui va émettre davantage pour chercher l’antenne. Des expériences réalisées à Salzbourg, en Autriche, où on installe des picots et des micro-antennes avec une puissance faible où les personnes du public ne sont pas exposées au-delà de 0,6 volt par mètre, montrent un fonctionnement correct.

philippe64B : La France est-elle en avance ou en retard sur les antenne-relais par rapport aux autres pays européens ?

Michèle Rivasi : La France est en retard sur des alternatives techniques qui pourraient faire fonctionner le téléphone portable avec des antennes beaucoup plus petites et moins puissantes. Il y a une entente entre les trois opérateurs français, qui sont à l’origine de ce retard.

Lire l’article complet

+ d’infos sur :

http://www.robindestoits.org/

 

Publié dans Infos Feignies | Pas de Commentaires »

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy