Résultats de votre recherche

Soutien au Syndicat de la Magistrature (CGT)

Posté par communistefeigniesunblogfr le 29 avril 2013

 

Soutien au Syndicat de la Magistrature (CGT) dans CGT nm130426a

Soutien au Syndicat de la Magistrature

Et maintenant criminalisation de la liberté

syndicale de penser en privé

 

 

vendredi 26 avril 2013

Si nous avions pu penser que l’ère des assauts à l’encontre

du syndicalisme de lutte était terminée ou presque, l’actualité

nous démontre qu’il n’en est rien ! Si nous avions pu espérer

que la loi d’amnistie serait votée afin de décriminaliser l’action

syndicale, l’actualité nous démontre qu’il n’en est rien

puisque la Commission des lois, sur demande du gouvernement, vient de rejeter la proposition de loi.

Depuis deux jours le courroux politico-médiatique s’est abattu sans relâche sur nos camarades du Syndicat

de la Magistrature. Les raisons invoquées sont disproportionnées et délirantes.

« Les déchainés du mur des cons », et leurs partenaires, leur reprochent donc, d’avoir acté leur liberté

de penser syndicale, leur liberté de penser le fait et l’individu politique avec humour dans un local privé !

N’a-t- on donc plus le droit en France d’avoir de l’humour ?

Si nous avions pu penser que les agressions politiques et médiatiques menées à l’encontre du monde judiciaire,

particulièrement à l’encontre des magistrats, durant cinq longues années étaient terminées nous nous leurrions.

Si nous avions pu penser que l’ère de la défiance, des menaces, des moqueries, des atteintes graves

au professionnalisme et à la réputation des magistrats était finie, nous nous trompions. L’actualité nous montre

l’inverse.

Ce déchainement sans précédent étonne alors que dans le même temps des magistrats sont menacés de mort

et rien n’est fait.

Après la criminalisation de l’action syndicale, après le rejet inacceptable du texte d’amnistie, nous sommes

contraints de constater que la liberté de penser dans un lieu privé devient criminel.

Par contre, nous constatons que les propos et discours homophobes entendus ces derniers temps, les appels

indirects à la haine ou les menaces de « guerre civile » de la part de responsables politiques, associatifs, religieux

ne sont pas sanctionnés à la hauteur du danger que ces actes collectifs représentent pour notre Démocratie.

Les violences verbales et physiques perpétrées au sein de l’Assemblée nationale par les représentants du peuple

ne le sont pas non plus.

[Lire la suite sur cgt.fr]

 

Publié dans CGT, LIBERTES, Syndicats | Pas de Commentaires »

Manifestation des Goodyear devant le siège social de GDTF à Rueil-Malmaison

Posté par communistefeigniesunblogfr le 13 février 2013

 

Les Goodyear manifestent pour conserver l’usine d’Amiens Nord

 

Manifestation des Goodyear devant le siège social de GDTF à Rueil-Malmaison dans Emplois

Plusieurs centaines de salariés de l’usine

Goodyear Nord ont manifesté devant

le siège social du fabricant de pneus où

la direction présentait les mesures

d’accompagnement de la fermeture

du site au comité central d’entreprise.

Les Goodyear étaient soutenus

par des salariés en lutte de PSA,

ArcelorMittal, Sanofi ou le collectif Licenci’elles,

mobilisés contre les plans sociaux.

Le point sur cette mobilisation sociale.

  • Les Goodyear mobilisés pour leurs emplois…

Quelque 750 salariés des 1.173 salariés de l’usine d’Amiens, dont la fermeture a été annoncé fin janvier,

ont pris la route peu avant 06 heures du matin à bord d’une dizaine de bus affrétés par la CGT en direction

du siège de Goodyear France à Rueil-Malmaison, où se tenait le comité central d’entreprise (CCE).

Ils y ont reçu le soutien de près d’un millier de salariés de différentes entreprises au prise avec les plans

sociaux, comme PSA, Sanofi…

« C’est la première journée de lutte pour faire voir qu’on veut se battre pour notre emploi. 750 personnes

se sont motivées pour aller au siège. On veut se battre pour garder notre CDI », avait expliqué auparavant

Mickaël Mallet, délégué du personnel.

Malgré le retrait de l’offre de reprise de Goodyear Nord par Titan, société américaine spécialisée

dans les pneus agricoles, les « Goodyear » venus d’Amiens-Nord croient en l’avenir de leur usine.

« Titan c’était du vent. La direction n’a pas réussi à placer un plan social et a sous-traité le plan social à

Titan. Ce qui les intéressait, c’était la marque. Caser des bonhommes, ils s’en foutaient. (…). Mais je reste

confiant. Il y a des lois en France, on ne ferme pas une boîte comme ça », a réagi Cédric Soares, 32 ans,

salarié non syndiqué, alors que le comité central d’entreprise de Goodyear venait de s’achever.

  • … vont se battre contre les licenciements

Tout faire pour éviter le Plan de sauvegarde de l’emploi (PSE), nom moderne donné au plan social,

que la direction veut imposer, telle est la ligne de conduite des syndicats.

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Le groupe Goodyear vient d’annoncer que les résultats du quatrième trimestre 2012 ont été

exceptionnels, largement supérieurs aux attentes et, mieux encore, que l’année 2013 va

voir le groupe réaliser un bénéfice net après impôts de 1.5 milliards de dollars !!!!!!

-Preuve que notre Groupe se porte très bien, la rémunération du PDG Monde a évolué à une vitesse

fulgurante, la direction dit qu’il n’y a pas de versement de stocks options, mais il existe des centaines

de possibilités de verser du fric en voici la preuve :

 »Rémunération totale de Richard J. Kramer, Président Directeur Général de Goodyear :

2009 : 5 553 042 $

2010 : 10 134 391 $

2011 : 12 223 070 $

Source : « Goodyear – Notice of 2012 Annual Meeting of Shareholders and Proxy Statement »

(document légal obligatoire disponible sur site internet de Goodyear) À lire dans capital.fr: »

GOODYEAR TIRE & RUBBER bat le consensus….

Source : blog.cgt-goodyear-nord.com

 

Cliquez sur l’image ci-dessous pour voir la vidéo

capturepsa3 Goodyear Amiens dans licenciements

 

anim-g11 dans SOCIAL

 

 

Humour
source : goodyear.exprimetoi.net

Publié dans Emplois, licenciements, SOCIAL | Pas de Commentaires »

Négociations/emploi : « C’est plus de flexibilité, de précarité, de liberté de licencier » (Agnès Le Bot)

Posté par communistefeigniesunblogfr le 15 janvier 2013

 

Négociation syndicats-patronat

Agnès Le Bot :

« C’est plus de flexibilité, de précarité, de liberté de licencier »

 

Négociations/emploi :

Agnès Le Bot, chef des négociateurs CGT, explique

pourquoi ce projet est « inacceptable » et affirme :

« La partie n’est pas finie. »

 

Bien que le Medef ait accepté 
de prendre des

mesures pour taxer les contrats courts, vous jugez

« inacceptable » le projet d’accord. Pourquoi ?

Agnès Le Bot. Il faut considérer l’ensemble du texte :

il organise structurellement plus de déréglementation

du droit du travail par rapport à la situation actuelle.

C’est un nouveau saut assuré vers plus de flexibilité

du travail, plus de précarité et plus de liberté de licencier

pour les employeurs. Voilà ce qui fonde notre appréciation. Quant à cette mesure avancée par le patronat,

cela ne peut, en un coup de baguette magique, rééquilibrer l’ensemble du texte :

ils proposent une surcotisation sur une partie des contrats précaires, et, en compensation, demandent

de nouvelles exonérations de cotisations sociales pour les entreprises. Au final, le Medef se remet

dans la poche 50 millions d’euros. On est à côté de l’objectif, qui était de faire en sorte que de nouvelles

ressources pour l’assurance chômage soient dégagées, alors que c’est l’explosion des contrats courts

qui pèse sur l’Unedic. Le Medef a encore une fois détourné une revendication syndicale.

Quelles dispositions sont selon vous les plus dangereuses ?

Agnès Le Bot. Il y a le contrat intermittent, nouvelle fragilisation du CDI, généralisable dans les entreprises

de moins de 50 salariés. S’agissant du temps partiel, il n’y a pas d’encadrement : au contraire, c’est un

nouveau saut vers plus de modulation du temps de travail, au profit de l’employeur, et plus d’incertitude

pour le salarié.

Deuxièmement, toutes les procédures en matière de licenciement collectif sont passées à la moulinette :

avec les accords dits de « maintien dans l’emploi », on a une tentative de destruction des possibilités de

résistance qui demeurent à l’heure actuelle, comme on le voit chez Fralib, ArcelorMittal, etc.

Troisièmement, il y a un affaiblissement très 
grave des possibilités de recours 
en justice des salariés,

une 
volonté d’assurer l’impunité 
des employeurs…

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Publié dans CGT, droit du travail, ECONOMIE, Emplois, France, licenciements, SOCIAL, Syndicats | Pas de Commentaires »

Négociations emploi : La CGT et FO dénoncent « un jour sombre pour les droits des salariés », qui « renforce la précarité ».

Posté par communistefeigniesunblogfr le 12 janvier 2013

 

Négociations emploi :

 

l’accord trouvé instaure plus de précarité

 

Récit.

Négociations emploi : La CGT et FO dénoncent

Plus de flexibilité pour les entreprises

contre quelques droits nouveaux

aux salariés.

L’accord sur la réforme du travail satisfait

amplement les représentants du patronat.

Ceux de la CFDT, la CFTC et la CFE-CGC

en donnent un avis positif.

La CGT et FO dénoncent « un jour sombre pour les droits des salariés »,

qui « renforce la précarité ».

 

Retour sur cette journée particulière pour le droit du travail.

[...]

22 heures 15. Après une ultime interruption de séance, un projet d’accord est trouvé

La CFDT et la CFTC se disent prêtes à signer. La CFE-CGC réserve sa réponse qui devrait être positive.

Lors des dernières modifications, le patronat a notamment cédé sur la revendication de la CFDT sur la taxation

des CDD d’usage. Pour Patrick Pierron, de la CFDT, « ce projet d’accord est ambitieux pour lutter contre

le chômage, favoriser l’emploi et lutter contre précarité ».

Interrogé sur les nombreuses flexibilités du texte, facilités pour licencier et en prime la création de dernière

minute d’un CDI intérimaire(!), le syndicaliste botte en touche.

L’avis de Joseph Thouvenel de la CFTC, est aussi positif.

Pour Marie-Françoise Leflon, de la CFE-CGC, « on a abouti à un accord plus équilibré qu’au début

de la négociation ».

De son côté, Patrick Bernasconi, pour le Medef, se réjouit. Il a obtenu un texte très largement en faveur

du patronat. « Nous allons être une meilleure référence en terme de flexisécurité pour le travail

et les entreprises », sourit-il.

Pour FO et la CGT, c’est un « non » ferme. 

Stéphane Lardy, de Force ouvrière, enrage : « C’était les soldes pour les droits des salariés« . 

Pour Agnès le Bot, de la CGT, « c’est un accord proprement inacceptable, à contrario de l’objectif initial

de sécurisation de l’emploi. Les entreprises seront plus libres de licencier. On va informer et mobiliser

les salariés ».

Les centrales syndicales consulteront leurs instances la semaine prochaine pour confirmer leur avis sur la signature.

[Article complet sur humanite.fr]


 

accord-emploi dans CFE-CGCCliquez sur l’image pour lire

l’accord final sur la sécurisation de l’emploi

Publié dans CFDT, CFE-CGC, CFTC, CGT, Chomage, droit du travail, ECONOMIE, Emplois, FO, France, licenciements, PRECARITE, SOCIAL, Syndicats | Pas de Commentaires »

Un peu d’humour…

Posté par communistefeigniesunblogfr le 18 février 2011

 

duck sauce CGT (parodie)

 

telecom13Par telecom13  [un site qui vaut le détour,ndlr]

http://www.dailymotion.com/video/xgeum7

Publié dans Humour, Luttes, Syndicats | Pas de Commentaires »

François Morel sur France Inter : « Le mépris n’est jamais une bonne méthode de gouvernance »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 25 juin 2010

L’humeur de François Morel sur France Inter ce matin (25 juin 2010)

http://www.dailymotion.com/video/xdtar0

 

Cet été François Morel sera présent sur France Inter pour une chronique quotidienne à 7 h 55.

Le retrouvera-t-on à la rentrée ?

**************************************

Source : http://bellaciao.org/fr/

Communiqué de la SNJ CGT

L’humour, l’impertinence, la liberté de ton n’ont donc plus toute leur place sur France Inter. Le licenciement de Stéphane Guillon et Didier Porte sonne comme un rappel à l’ordre brutal à deux ans de la future élection présidentielle. Moquer les responsables politiques ou la direction à l’antenne expose désormais à des sanctions. Jean-Luc Hees peut bien affirmer à la presse qu’il a pris ces graves décisions sans subir de pressions. C’est peut-être vrai. Il ne fait alors que devancer les désirs du Prince qui nomme et peut révoquer les pdg de l’audiovisuel public selon son bon vouloir.

A la brutalité de ces décisions s’ajoute la duperie. La semaine dernière encore, la direction de France Inter affirmait réfléchir à la place de l’humour dans la matinale. Résultat : la chronique humoristique est purement et simplement supprimée. Récemment, Stéphane Bern, producteur du « Fou du roi » pensait avoir obtenu des garanties sur le maintien de Didier Porte dans l’émission. Résultat : Didier Porte est licencié. Jean-Luc Hees et Philippe Val n’apprécient pas qu’on les moque mais ils aiment bien se moquer de nous !

Les licenciements de Stéphane Guillon et Didier Porte mettent gravement en cause la liberté d’expression des humoristes sur France Inter et les antennes de Radio France. Une liberté à laquelle les auditeurs et les salariés de Radio France sont attachés, qu’il faut défendre et non bâillonner.

C’est inacceptable !

Publié dans Censure, LIBERTES, POLITIQUE, Syndicats | Pas de Commentaires »

2012 approche : A France Inter, on « Guillontine » Stéphane et on met Didier à la Porte.

Posté par communistefeigniesunblogfr le 23 juin 2010

«Un pays sans journalistes libres et sans humoristes libres

sent une certaine forme de totalitarisme et de dictature,

qu’on le veuille ou non.»

(Guy Bedos)

Radio Sarkozy : Stéphane Guillon, Didier Porte et François Morel débarqués par les valets de l’Élysée.

« Jamais responsables de l‘audiovisuel public, depuis l’installation de Nicolas Sarkozy à l’Elysée, n’auront cédé avec autant de zèle aux oukases d’un pouvoir, et plus largement d’une classe politique, excédés par les billets au vitriol d’un trio de saltimbanques que l’on exécute aujourd’hui, sans ménagement. » (Renaud Revelhttp://blogs.lexpress.fr/media/ )

« Dans ce pays où l’odeur de corruption a dépassé depuis longtemps celle de la pollution, Porte et Guillon étaient nos masques à gaz. » (Patrick Raynal,  rue89.com/ )

« En voulant donner des gages à celui qui les a installés pour faire le sale boulot de reprise en main, Jean-Luc Hees et Philippe Val discréditent le travail mené avec passion par l’ensemble des collaborateurs de Radio France. Ils ne sont pas vraiment dignes des fonctions qu’ils occupent » (Sud Radio France)   

« Politique de la terre brûlée, irrespect des auditeurs, entreprise d’autodestruction… Jusqu’où cette direction veut-elle aller ? Nous ne sommes pas l’équipe de France. Nous n’attendrons pas d’avoir touché le fond pour réagir. »(extrait du communiqué SDJ-SNJ-SNJCGT Radio France)


2012 approche : A France Inter, on

Source : http://reineroro.kazeo.com/

 

Dernière chronique de Didier Porte

http://www.dailymotion.com/video/xdsgvd

http://www.dailymotion.com/video/xdsgvd_retraite-de-senateurs_fun#from=embed?start=2

 

Écouter les réactions de Stéphane Berne et du public sur :

http://www.ozap.com/actu/france-inter-licenciement-didier-porte/348764 (au bas de la page)

 

Les adieux de Stéphane Guillon

http://www.dailymotion.com/video/xdscy9

http://www.dailymotion.com/video/xdscy9_france-inter-en-burqa_fun#from=embed?start=1

 

Stéphane Guillon soutient Didier Porte
http://www.dailymotion.com/video/xdo2s6

http://www.dailymotion.com/video/xdo2s6_avertissez-moi-s-il-vous-plait_fun#from=embed

 

Guillon et Porte, l’humour en danger ? (arretsurimages.net)

http://www.dailymotion.com/video/x8l20l

http://www.dailymotion.com/video/x8l20l_guillon-et-porte-l-humour-en-danger_news#from=embed?start=7

 

http://www.dailymotion.com/video/xdlmoo

http://www.dailymotion.com/video/xdlmoo_didier-porte-le-j-encule-sarko-de-t_news

 

 

 

Publié dans Censure, LIBERTES, POLITIQUE, Presse - Medias | Pas de Commentaires »

Les décrets liberticides de la Sainte Edwige

Posté par communistefeigniesunblogfr le 19 octobre 2009

PNG - 156.1 ko

Non, aux clones d’EDVIGE

Les récents événements de Poitiers, savamment orchestrés et médiatisés, ont permis à Brice Hortefeux de préparer l’opinion à accepter le passage en force de deux nouveaux décrets ultra sécuritaires.

Pour mémoire, la CNIL avait été saisie dès le 27 mars 2009 au sujet de ces deux projets de décret, peu après qu’ils aient été annoncés par N. Sarkozy  le 18 mars à Gagny (Seine-Saint-Denis). C’est dire qu’ils avaient été élaborés bien avant les incidents de Poitiers. Mais ceux-ci étaient nécessaires pour provoquer l’émotion et la réprobation des citoyens prêts, dès lors, à accepter ces décrets liberticides.

« La dictature constitutionnelle, avec la complicité de ses médias relais, utilise ou crée en permanence des évènements pour faire diversion, empêcher que l’attention des individus se cristallise sur leur mécontentement personnel, et différer éternellement toute résolution possible des problèmes sociaux. Ces évènements renforcent et légitiment le rôle de la dictature constitutionnelle comme unique rempart entre l’individu et un monde extérieur caricaturé jusqu’à la paranoïa, d’où ne ressortent plus que des dangers potentiels. » (Michelle Meyer- La dictature constitutionnelle)

« Edvige est mort, il n’est pas question de le remplacer » (Brice Hortefeux – mardi 13 octobre). Edvige est mort mais l’acte de naissance de ses deux clones a été signé le 16, jour de la Sainte Edwige, signe de l’humour légendaire de notre sinistre ministre de l’Intérieur. Signe également du mépris du gouvernement et de Nicolas Sarkozy pour le Parlement, alors même que la Commission des lois de l’Assemblée nationale a déposé une proposition de loi depuis juillet 2009.

 Un million de salariés concernés par ce fichage

Les décrets publiés dimanche 18 octobre au Journal officiel portant création de deux nouvelles « bases de données » de police précisent le type de données qui peuvent y être recensées, ainsi que les dérogations possibles.

 

Dans le fichier relatif à la « prévention des atteintes à la

sécurité publique », figureront :

- Motif de l’enregistrement
- Photographies
- État civil
- Nationalité
- Profession
- Signes physiques particuliers et objectifs (ce sont les tatouages, les piercings,votre  manière de vous habiller, etc…)
– Adresses physiques et électroniques
- Numéros de téléphone
- Titres d’identité
- Immatriculation des véhicules
- Informations patrimoniales
- Activités publiques
- Comportement et déplacements (le terme est suffisamment flou et vague pour nous inquiéter de ce que les descriptions policières subjectives en feront)
- Agissements susceptibles de recevoir une qualification pénale
- Personnes ayant entretenu des relations directes et non fortuites avec l’intéressé (se limitant à leur identité, sauf si elles-mêmes présentent un risque d’atteinte à la sécurité publique).


En outre, « à titre dérogatoire et dans un cadre strict », selon une circulaire du  ministère de l’Intérieur adressée dimanche aux préfets, pourront être indiqués :

  -Signes physiques particuliers et objectifs « pris comme éléments de signalement » (tatouage, cicatrice, couleur de cheveux)
-  Origine géographique ou appartenance à un même quartier (ce n’est ni plus ni moins que la stigmatisation des populations par leur quartiers et leurs orgines)
- Activités politiques, philosophiques, religieuses ou syndicales ( l’attaque  gouvernementale est là clairement explicite contre les mouvement sociaux).

 

 

  Dans le second, consacré aux « enquêtes administratives

liées à la sécurité publique », seront seulement enregistrés :

 

Motif de l’enquête

Photographies Etat civil Nationalité
Profession


Adresses physiques et électroniques
Numéros de téléphone
Titres d’identité

 

    Pourra également, « à titre dérogatoire », être fait mention d’éléments à caractère  politique, philosophique, religieux ou syndical si y est lié un comportement « incompatible avec l’exercice des fonctions ou missions envisagées ».

Des mineurs peuvent y être inscrits, s’ils ont plus de 16 ans et ont fait l’objet d’une  enquête administrative les concernant directement dans le cadre d’une procédure de recrutement.

  L’inscription sera automatiquement supprimée cinq ans après son enregistrement « quel qu’ait été le résultat, favorable ou non de l’enquête »

 

Sources : http://nantes.indymedia.org/article/18436 et  Mille Babords.org/spip.php?article1235

 Lire :

Adieu Edvige, bonjour Edwige²

sur : bugbrother.blog.lemonde.fr/

Publié dans LIBERTES, POLITIQUE, Politique nationale | Pas de Commentaires »

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy