• Accueil
  • > Recherche : cgt chant international

Résultats de votre recherche

Premiers « 1er mai », de Chicago à Vallauris

Posté par communistefeigniesunblogfr le 30 avril 2014

 

HISTOIRE

Premiers « 1er mai », de Chicago à Vallauris 

 

Philippe Jérôme – 29/04/2014

 

emeuteschicago

  Défilé chantant, discours et remise de cadeaux, banquet

  et bal populaire : à Vallauris ce 1°Mai 1909, le premier

  dans l’histoire de la cité des potiers, on est loin, très loin

  des émeutes sanglantes de mai 1886 à Chicago

  qui amèneront la II° Internationale, par la voix du français

  Raymond Lavigne, à proposer, le 20 juin 1889

 

« que soit organisée une grande manifestation à date fixe de manière que dans tous les pays et dans toutes les villes

à la fois, le même jour convenu, les travailleurs mettent en demeure les pouvoirs publics de réduire légalement

à huit heures la journée de travail… ».

« Le jour viendra où notre silence sera plus puissant que les voix que vous étranglez aujourd’hui ».Augustin Spies,

anarcho-syndicaliste américain, condamné à mort et pendu le 11 novembre 1886 à Chicago.

« Vous qui ne craignez pas de faire massacrer les ouvriers et de jeter en prison des membres de la CGT

sous prétexte d’entrave à la liberté du travail, nous vous demandons ce que vous allez faire devant les menaces

du syndicat patronal de Vallauris ! ». Léon Morel, secrétaire général de la Bourse du travail de Nice. Lettre

de septembre 1908 au président du Conseil, Georges Clémenceau, après le lock-out des ouvriers potiers.

 

Ainsi donc, le 1° mai 1886, suivant le mot d’ordre de l’American Federation of Labour (AFL, Fédération américaine du travail) des dizaines de milliers de travailleurs américains sont en grève afin d’obtenir la réduction horaire de la journée de travail. Le 1° mai a été choisi par le syndicat car c’est la première journée comptable pour les entreprises. Dans les défilés revendicatifs, les salariés  arborent un triangle rouge sur leurs poitrines pour symboliser le partage de la journée en huit heures de travail, huit heures de sommeil et huit heures de loisirs. Ce mouvement de grève, bien que très suivi, n’est  qu’un demi-succès car plus de 300 000 travailleurs sont obligés de poursuivre l’action  pour obtenir cette « journée de huit heures ».

L’historien américain Howard Zinn (1) a retrouvé quelques traces de ces prolongations : « à Detroit , onze mille personnes défilèrent. A New York ils étaient vingt-cinq mille à participer à une retraite aux flambeaux emmenée par les trois mille quatre cents membres du syndicat des boulangers. A Chicago quarante mille personnes firent grève, toute l’activité ferroviaire cessa et la plupart des entreprises furent paralysées. Les marchés aux bestiaux fermèrent également leurs portes. La milice de l’État avait été dépêchée sur place et la police était prête.

Le « Mail » de Chicago exigeait qu’Albert Parsons, imprimeur et August Spies, tapissier, les responsables anarchistes de l’Association internationale des travailleurs soient tout particulièrement tenus à l’œil ». C’est que, sous leur impulsion, la Central Labour Union (Union centrale du travail, anarcho-syndicaliste) avait adopté à l’automne 1885 une vigoureuse et menaçante résolution : «  qu’il soit entendu que nous appelons instamment la classe salariée à s’armer pour opposer à ses exploiteurs le seul argument réellement efficace : la violence ».

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Publié dans HISTOIRE | Pas de Commentaires »

Titan, un patron en roue libre et libéral

Posté par communistefeigniesunblogfr le 21 février 2013

 

Goodyear

Titan, un patron en roue libre et libéral

 

Titan, un patron en roue libre et libéral  dans CGT goodyear6

La sortie insultante du patron de Titan International

à l’encontre des ouvriers de 
 Goodyear est aussi et

avant tout l’exemple d’une idéologie libérale appliquée.

En se penchant sur l’historique de la société

Titan International, c’est un peu l’histoire du capitalisme

américain qu’on peut lire en filigrane.

Tout commence en 1890 à Quincy, dans l’Illinois, lorsque John A. Stilwell, un industriel de la région,

décide de faire fortune. Son idée : fabriquer des roues de train. Le marché est juteux. Il fonde alors

l’Electric Wheel Company et bientôt les wagons suivent les roues. Mais c’est avec la construction

de tracteurs que la compagnie décolle vraiment.

Grève et vente

Pendant soixante ans, l’entreprise familiale prospère avant d’opérer un premier tournant, en 1957. Le géant

américain du pneumatique Firestone Tire & Rubber’s Steel Product Division rachète Electric Wheel qui,

au sein de la firme, continuera à fabriquer des roues et des jantes de tracteur ainsi que des wagons.

Les usines fonctionnent à plein régime pendant vingt-cinq ans. Avant de se gripper brutalement.

Un mouvement de grève massif est mené en 1982 par des ouvriers de Firestone. Cette grève se soldera,

un an plus tard, par la vente d’Electric Wheel à la société canadienne Titan Proform of Toronto au sein de

laquelle sévit un certain Maurice M. Taylor « junior ».

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Bernard Thibault sur la lettre du PDG de Titan

« Une insulte aux ouvriers français et à la démocratie »

 

capturethibault Goodyear dans Luttes capture d’écran

 

La lettre du PDG de Titan international envoyée au ministre

du Redressement industriel mettant en cause les ouvriers

français est « une insulte non seulement aux ouvriers »

mais à « la démocratie » a estimé le secrétaire général de la CGT

interrogé sur RTL ce 20 février.

 

« Cette correspondance est stupéfiante, c’est une insulte à l’égard des ouvriers mais pas seulement.

Elle est représentative de l’état d’esprit de ces dirigeants des multinationales qui insultent la démocratie ».

« Peu importe ce que l’on peut penser du ministre du Redressement productif, on ne peut pas admettre

que ce genre d’individus se comporte et s’exprime à l’égard d’un ministre de la République en ces termes »,

a-t-il ajouté.

Selon Bernard Thibault, « c’est dire à quel point ces firmes internationales se fichent comme de l’an quarante

aussi bien des citoyens, des salariés, que de la démocratie ».

« S’il y avait encore des gens naïfs à l’égard de l’attitude de ces dirigeants de multinationales, on a là

la confirmation par l’écrit de ce qu’ils pensent au fond d’eux-mêmes », a insisté le secrétaire général de la CGT.

Sur place à l’usine GoodYear d’Amiens les salariés ont reçu cette information comme une gifle. Le représentant

de la CGT, majoritaire avec 80% des voix à l’usine Goodyear d’Amiens-Nord, Mickaël Wamen, a dénoncé

une « insulte totale », jugeant Maurice M. Taylor proche de l’ »asile psychiatrique ».

[CGT]


A lire également :  La réponse d’Arnaud Montebourg au PDG de Titan

 

Publié dans CGT, Luttes | Pas de Commentaires »

Rappel : Assemblée citoyenne ce soir à 18 h – Salle du faubourg de Mons – route de Mons à Maubeuge

Posté par communistefeigniesunblogfr le 5 avril 2012

Reçu par courriel

 

Bonjour à toutes et tous,

Dans le prolongement de nos dernières initiatives concernant l’emploi industriel en Sambre Avesnois

et de notre positionnement « indépendant mais pas neutre » dans la période électorale actuelle,

je vous rappelle que se tiendra

JEUDI 5 AVRIL 2012 à 18 heures – Salle du Fbg de Mons – route de Mons à MAUBEUGE,

une assemblée débat citoyenne organisée par le Front de Gauche sur le thème

de l’emploi industriel et de l’école de la République.

C’est une opportunité pour la CGT de populariser ses revendications et de participer au débat sur ces questions vitales

pour notre pays et notre territoire. Nous vous invitons à y participer massivement.

Fraternellement,

Christophe Savaux
Secrétaire UL Maubeuge

 

*************************************************************************

 

Jean Luc MELENCHON progresse dans les sondages car vous êtes nombreux à attendre un changement

profond de la politique sociale et économique.

Le Front de Gauche et le PCF vous invitent à une

Assemblée Citoyenne ouverte à tous 

jeudi 5 avril, à 18H00.

salle du Faubourg de Mons à MAUBEUGE.

 

Les organisateurs ont prévu de faire témoigner plusieurs syndicalistes, et de questionner des responsables

politiques, sur les changements de politique qu’ils préconisent. Parmi eux,  seront présents

Eric BOCQUET

Sénateur communiste

Annick MATTIGHELLO

Maire de Louvroil et Conseillère Régionale.

 

Dans la Sambre Avesnois, des formations industrielles de l’éducation nationale (BTS…) sont fermées ou

menacées.

Dans le même temps, l’emploi à MCA est en danger en raison  d’une nouvelle délocalisation :

ouverture d’une usine de fabrication d’un véhicule à bas coût qui va concurrencer la KANGOO au Maroc.

D’autre part, l’avenir des emplois à AREVA est incertain. Si le projet de boucle ferroviaire à Aulnoye & Bachant

ouvre une perspective, que va faire à long terme l’Etat Russe qui possède Sambre et Meuse, usine spécialisée

dans des fabrications destinées au ferroviaire ?

Nous constatons que l’agglomération Val de Sambre donne des subventions à certaines entreprises dans des

conditions qui font débat.

 

Pour le collectif d’organisation

Louis MAZUY, conseiller municipal de Maubeuge

 

Avec Jean Luc MÉLENCHON, le FRONT DE GAUCHE propose :

Le SMIC à 1700 € bruts dès 2012

la retraite à 60 ans à taux plein,  pas de retraite en dessous du SMIC

le renforcement de l’Education Nationale et des filières Professionnelles

Un renouveau Industriel et Technologique :

nous récusons le modèle d’une économie de services que nous assigne la division internationale du travail

pilotée par les financiers. Nous voulons développer et rétablir le potentiel industriel de la France. Parce que

l’urgence écologique implique de relocaliser l’économie et que l’urgence sociale commande de lutter contre

le chômage, nous refusons de limiter notre ambition industrielle à quelques secteurs de pointe et voulons

reconstruire un tissu industriel diversifié.

 

Publié dans CGT, Front de Gauche, PCF, POLITIQUE, Presidentielle 2012 | Pas de Commentaires »

Extraits de « Carnet de route en Franche-Comté »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 26 janvier 2012

 

« malgré la diversité de nos opinions politiques, nous avons choisi

Jean-Luc Mélenchon, parce qu’il faut soutenir celui qui demande

beaucoup pour que nous soyons un peu respectés »

 

Belfort – 13h20

Jacques Rambur, secrétaire général de la CGT Alstom, entame la rencontre avec un enthousiasme communicatif :  « La pauvreté s’installe parmi nous. L’espoir porté par le Front de Gauche est fort, sois le bienvenu » adresse-t-il à Jean-Luc, en guise d’introduction. « Les gens réunis ici sont des résistants. Ta présence parmi nous était indispensable », poursuit-il. D’autres prennent la parole… Puis vient le tour de Mazouz, responsable CGT des cheminots, qui se lève. Sa voix d’abord émue, tremblante, s’affirme peu à peu, allant son chemin, prenant souffle, courageuse, aux côtés de Jean-Luc qui porte vers lui des yeux fixes, impressionnés. Et de conclure vaillamment : « La crise c’est eux, la solution c’est nous ! »

Besançon – 22h15

« Écoutez ce mot de Victor Hugo : « le pavé est le plus excellent symbole du peuple : on lui marche dessus jusqu’à ce qu’on se le prenne sur la tête » ». Jean-Luc termine un discours magistral, alors que l’émotion submerge la salle – une buée joyeuse monte dans les yeux des hommes et des femmes qui continuent de chanter « Résistance ! Résistance ! Résistance ! » quand bien même l’Internationale et la Marseillaise ont cessé de sonner. Quatre Daltons, qui s’étaient immiscés devant la scène, remettent une feuille à Jean-Luc, sur laquelle on apprend qu’ils sont artisans pour trois d’entre eux, informaticien pour le quatrième : 66 ans, 62 ans, 52 ans et 29 ans. Sur cette feuille il est écrit : « malgré la diversité de nos opinions politiques, nous avons choisi Jean-Luc Mélenchon, parce qu’il faut soutenir celui qui demande beaucoup pour que nous soyons un peu respectés ».

Place au Peuple  25 janvier 2012

Auteur : Clément Sénéchal

 

Publié dans Front de Gauche, POLITIQUE, Presidentielle 2012, SOCIAL, Syndicats | Pas de Commentaires »

« Tout ça n’empêche pas, Nicolas, / que la Commune n’est pas morte »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 1 juin 2010

L’Humanité – 31 mai 2010 -  Yves Lenoir

Commune de Paris :

vibrant hommage au Mur des Fédérés


De mémoire de participants, il faut remonter plusieurs décennies en arrière pour trouver une foule aussi nombreuse à l’hommage traditionnel rendu, samedi 29 mai, à la Commune de Paris de 1871. Aux côtés des Amis de la Commune, cinquante-cinq organisations [1]

Dans son intervention publique, Joël Ragonneau, membre de la coordination des Amis de la Commune, a mis en parallèle la remise en marche par la Commune, des services publics abandonnés sur ordre de Thiers, et les luttes d’aujourd’hui pour les défendre et les améliorer. Il a démontré, par cet exemple, l’actualité et la modernité des idéaux de la révolution du printemps 1871…

Une vingtaine de gerbes ont été déposées par les organisations et les nombreux élus de gauche présents. Quatorze délégations étrangères, membres de la Coordination internationale des Amis des combattants en Espagne républicaine ont tenu à rendre hommage à la Commune, parmi eux plusieurs anciens brigadistes. Etaient également présents les amis luxembourgeois de la Commune de Paris. Le rassemblement s’est terminé par les chants du Temps des Cerises et de l’Internationale, interprétés par la Chorale populaire de Paris et repris en cœur par l’assistance.

________________________________________________________________

Notes :

[1] Notamment le PCF, le PS, le Parti de Gauche, la Gauche unitaire, le MRC, le PRG, les Verts, le NPA, LO, la CGT, la FSU, FO, Solidaires, UNSA, Syndicat de la Magistrature, MRAP, Ligue des Droits de l’Homme, ATTAC, ARAC, Comité de France du Front populaire du Sri Lanka, SAT AMIKARO (espérantistes), etc.appelaient à ce rassemblement.

Publié dans Hommages | Pas de Commentaires »

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy