• Accueil
  • > Recherche : cftc fete huma

Résultats de votre recherche

Journée de mobilisation des retraités contre le plan d’austérité

Posté par communistefeigniesunblogfr le 5 juin 2014

 

Retraités : « Nous ne sommes pas des nantis ! »

 

Journée de mobilisation des retraités contre le plan d’austérité

 

Capturemanif retraités

  Sarah Sudre – 3 juin 2014

  Des milliers de retraités se sont rassemblés, à Paris,

  pour un pique-nique géant avant la grande marche

  vers Montparnasse.

  Contre le plan d’austérité du gouvernement,

  les retraités dénoncent des conditions de vie

  déplorables, un pouvoir d’achat inexistant

  et le sentiment d’être « les bouc-émissaires

d’un système politique pas si à gauche que ça », d’après les organisations syndicales mobilisées

(CGT, FO, CFTC, FSU, Solidaires, USR, UNPA, FRC et CFE-CGC).

À 11 heures pétante, les retraités, venus de toute la France, ont envahi la place Joffre de Paris pour un pique-nique

géant. Merguez sur le grill, file d’attente pour un rafraichissement, déjeuner sur l’herbe par ici, applaudissements

pour les musiciens de la grande scène par là. Bref, une ambiance conviviale pour les milliers de retraités venus

se rassembler ce 3 juin 2014. Pour autant, le jour n’est pas à la fête, loin de là. Derrière le beau sourire de Gisèle,

retraitée de 69 ans et militante en Seine-Saint-Denis, se cache une âme en peine. Pire, on ne le voit pas mais Gisèle

est « en détresse, avec seulement 800 euros de pension « retraite » par mois ». Alors, elle a pris « exceptionnellement »

les transports pour venir exprimer sa colère et lancer un SOS au gouvernement. Un acte politique, social et

démocratique, soutenu par les quelques 20 000 retraités (9 000 selon la police) mobilisés aujourd’hui pour faire

entendre « un ras-le-bol généralisé », annoncé par le secrétaire général de la CGT, Thierry Lepaon.

[Lire la suite sur humanite.fr]

Source photo : CGT Nord

*

Vidéos :

Publié dans Austerite, CFE-CGC, CFTC, CGT, ECONOMIE, FO, France, FSU, Liberalisme, Luttes, Pouvoir d'achat, SOCIAL, Solidaires, Syndicats | Pas de Commentaires »

PSA : Attaque en règle contre les salariés

Posté par communistefeigniesunblogfr le 7 septembre 2013

 

      PSA : hausse des ventes et baisse des salaires

 

PSA : Attaque en règle contre les salariés dans CGT cgtplanbFlorent Lacaille-Albiges

Le groupe automobile a entamé des négociations

sur « la modération salariale. »

Au menu : baisse des primes et gel des salaires.

« Une attaque en règle contre les salariés »

pour la CGT.

 

« Je prévois que le dernier trimestre enregistre une hausse de part de marché du groupe », déclarait

hier Philippe Varin, président du directoire de PSA, hier dans le Parisien. Pour fêter cet heureux présage,

le groupe automobile a une drôle de façon de remercier ses salariés. Le même jour, la direction a

annoncé son intention de baisser les indemnités de chômage partiel, de supprimer une série de primes

et de geler les salaires en 2014. Les employés sont ainsi encouragés à oublier prime de rentrée

et prime d’ancienneté, ainsi qu’à accepter une importante réduction des primes de nuit et du samedi,

au nom de la compétitivité de la marque.

Objectif annoncé : économiser 100 millions d’euros sur le dos des 100 000 travailleurs

français du groupe.

La CGT a dénoncé dans un communiqué une « attaque en règle contre les salariés » alors que la direction

« n’a pas hésité à voter lors de l’assemblée générale des actionnaires d’avril 2013 une opération

en bourse de rachat annulation d’actions de 340 millions € » Franck Don, délégué syndical CFTC a indiqué

à l’AFP que la direction n’avait donné aucune garantie au sujet des contreparties demandées

par les syndicats : pas de fermeture et le maintien du volume produit en France. « Nous demandons

aussi que cet accord soit limité dans le temps et qu’il corresponde à une situation donnée du groupe

aujourd’hui face à une crise », a ajouté le syndicaliste. Une crise qui n’empêche pas le groupe d’annoncer

sur son site que les dix personnes les plus payées du groupe cumulent des rémunérations de plus

de 6 millions … La CGT doit décider ce vendredi des actions à venir pour « définir la riposte à apporter,

et appeler les salariés à se faire entendre pour empêcher la signature de telles mesures de recul social. »

[Source : humanite.fr]

       Tract CGT PSA Aulnay : Les attaques contre les travailleurs continuent !

Publié dans CGT, Competitivite, ECONOMIE, Salaires, SOCIAL, Syndicats | Pas de Commentaires »

Charonne 8 février 1962 : Un crime d’État

Posté par communistefeigniesunblogfr le 6 février 2010

GIF - 66.5 ko

http://www.ugff.cgt.fr/

Cliquez sur l’image

Se souvenir de Charonne , lundi 8 février 2010.

En une période où le besoin d’histoire est si fort dans la société française, et où est légitimement revendiquée une exigence de vérité, en particulier sur les deux moments clefs de notre histoire nationale récente que sont l’Occupation et les guerres coloniales, il n’est pas inutile de se souvenir de Charonne.

 

l’Humanite.fr/ - 8 février 2002 – Bernard Frederick

Dans le Monde, Maurice Duverger s’étonna :  » C’est la première fois qu’un gouvernement fait tuer ceux qui soutiennent son action.  » Dans l’Humanité Dimanche, Jérôme Favard rectifia :  » Ce qui devrait être son action.  » C’est au moment où de Gaulle négociait avec le gouvernement provisoire algérien (GPRA) et provoquait ainsi remous et ruptures dans l’armée et la droite que sa police massacra les manifestants au métro Charonne, le soir du jeudi 8 février 1962. Avec la même fureur dont elle avait fait preuve, quelques mois plus tôt, en octobre 1961, à l’encontre des Algériens de la région parisienne qui défilaient pacifiquement sur les boulevards.

[...]

Le 19 décembre 1961, une manifestation parisienne contre l’OAS et pour la paix avait été sévèrement réprimée. Le gouvernement de Michel Debré avait interdit tout défilé. Roger Frey, place Beauvau, veillait au respect des ordres. Maurice Papon, à la préfecture de police, était dans son élément.  (…) Aux obsèques d’un policier, il avait invité  » ses  » hommes  » à rendre coup pour coup « . C’est ce qu’ils avaient fait, sous sa houlette, le 17 octobre 1961, massacrant, torturant, noyant dans la Seine des centaines d’Algériens. Papon n’a jamais d’état d’âme. Il n’en eut pas, naturellement, le 8 février 1962.                                Source photo : La Riposte

Le 8 février 1962, métro Charonne : la police tue des manifestants anti-OAS

[...]

La manifestation du 8 était organisée à l’appel des syndicats CGT, CFTC, FEN, SNI, UNEF. Le PCF et la Jeunesse communiste en étaient partie prenante. Le rendez-vous est donné à 18 h 30 à la Bastille. Il n’y a ni pancartes ni banderoles. Des petits calicots, qu’on plie dans la poche et qu’on ressort pour porter à bout de bras :  » OAS assassin ! « ,  » Union sans exclusive contre le fascisme « ,  » Paix en Algérie « . La police armée de longs bâtons, les  » bidules « , casquée et enveloppée dans des cirés noirs, barre l’accès de la place. Hommes, femmes arpentent les trottoirs. Des cris fusent :  » OAS assassin ! « . La chaussée est envahie…

On estimera les manifestants à soixante mille. En plusieurs cortèges : boulevard Voltaire, boulevard Beaumarchais, dans les rues avoisinantes. Tous essuieront des charges. On matraque sans mesure.

Boulevard Voltaire, la manifestation se regroupe au métro Charonne. Les consignes des organisateurs sont strictes : éviter tout contact avec les forces de l’ordre. Des responsables syndicaux CGT et CFTC, hissés sur des épaules, lisent une déclaration commune. Paul Laurent et Léo Figuère, dirigeants nationaux du PCF, appellent à la dislocation. «  Pendant ce temps, témoigne Jean Faucher, futur président de Tourisme et Travail, dans le Réveil du 16 février, une masse noire venant de la Nation se dirige vers nous. Des élus, ceints de leur écharpe, vont au devant. Les policiers avancent plus vite, puis chargent avec leurs longues matraques noires…« ·  A ce moment précis, André Dupont, secrétaire de la section communiste d’Issy-les-Moulineaux, se trouve à proximité des flics face aux élus. Il raconte (le Travailleur du 17 février) :  » C’est alors que j’ai vu et entendu un homme en civil, vêtu d’un pardessus genre  » tweed  » (peut-être marron clair, il m’a semblé) hurler aux forces de police qui l’accompagnaient :  » Ça ne fait rien. On s’en fout, cognez ! « . « 

Vidéo INA : http://www.ina.fr/economie-et-societe/justice-et-faits-divers/video/CAF89023029/charonne-manifestation-a-la-bastille.fr.html

Source Photos : http://groupemanouchian.oldiblog.com/

Metro Charonne 8 fevrier 1962

Et ils cognent. Jean Faucher s’est réfugié dans l’escalier d’un immeuble. D’une fenêtre, il assiste à la tuerie, impuissant :  » Je vois un policier tenir un homme pendant qu’une autre brute tape avec sa longue matraque qu’il tient à deux mains. L’homme s’effondre. Un policier en civile le relève et lui assène plusieurs autres coups de matraque, puis le pousse dans l’escalier du métro. Je vois plusieurs policiers ivres de rage, lancer tous les projectiles qu’ils trouvent dans les mêmes escaliers du métro. Cet acharnement brutal nous remplit d’horreur… « *

On relèvera huit morts, tués sur le coup ou décédés quelques heures après à l’hôpital. L’agonie de la neuvième victime durera trois mois. L’histoire est terrible. L’une de ces victimes, Fanny Dewerpe, de son nom de jeune fille Kapciuch, avait échappé aux rafles du temps où Papon s’y adonnait volontiers, son beau-frère avait été fusillé en 1944, son mari, René, avait été matraqué à mort le 28 mai 1952 au cours d’une manifestation pour la paix laissant une veuve de vingt-trois ans et un fils de deux, Alain, désormais totalement orphelin. Daniel Fery, lui, était le benjamin. Il ne devait jamais fêter ses seize ans.

[...]

Une amnistie couvrit en 1966 le crime d’État de Charonne, comme elle couvrit celui du 17 octobre 1961, comme elle couvrit la torture et les exécutions sommaires en Algérie. L’histoire officielle ne retint ni la tuerie ni les obsèques historiques des victimes : un million de personnes dans un long cortège de la place de la République au cimetière du Père-Lachaise, sous le mur contre lequel, en mai 1871, d’autres bouchers avaient plaqué d’autres prolétaires.

Vidéo INA : http://www.ina.fr/economie-et-societe/justice-et-faits-divers/video/AFE85009405/les-obseques-des-victimes-de-la-manifestation-du-8-fevrier.fr.html

La justice, par trois fois, évoqua les événements du 8 février. En 1969, les victimes qui demandaient réparation furent à demi éconduites en correctionnel. Le tribunal partagea les responsabilités arguant du fait qu’elles étaient conscientes de ce que la manifestation était interdite. En 1972, un flic du nom de Bisserbes, dont l’Express avait révélé qu’il dirigeait une section boulevard Voltaire le 8 février et avait participé à la répression le 17 octobre contre les Algériens, déposa plainte contre Jacques Derogy, un journaliste du magazine et sa directrice, Françoise Giroud. On entendit à la barre le témoignage d’un syndicaliste de la police, Gérard Monate, qui dénonça l’état d’esprit à la préfecture où l’on affirmait :  » Tant qu’il n’y aura pas quatre Charonne par an, nous n’aurons pas la paix.  » La cour se réfugia derrière la loi d’amnistie de De Gaulle. Nos confrères furent condamnés pour diffamation !

* Voir sur La riposte.com/ le témoignage d’un manifestant (commentaire sous l’article)

 

A lire également sur le site de  Vacarme :

le massacre contre le putsch

métro Charonne, 8 février 1962 : entretien avec Alain Dewerpe 

8 février 1962. Après une série d’attentats perpétrée par l’OAS, une manifestation est organisée à Paris malgré l’arrêté préfectoral qui l’interdit. La police charge les manifestants alors qu’ils se dispersent à la station de métro Charonne. Huit sont tués sur le coup. Quelques mois après la répression meurtrière de la manifestation du FLN le 17 octobre, ce nouveau drame conduit à s’interroger sur les conditions de possibilité d’un massacre dans un État démocratique.

[Article complet : vacarme.org/]

Publié dans HISTOIRE | Pas de Commentaires »

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy