• Accueil
  • > Recherche : caricature medef

Résultats de votre recherche

Emmanuel Macron : mépris de classe teinté de sexisme

Posté par communistefeigniesunblogfr le 18 septembre 2014

 

« Le mépris d’Emmanuel Macron pour les femmes ouvrières »

 

Marie-George-Buffet

 

  La députée de Seine-Saint-Denis et ancienne ministre

  Marie-George Buffet réagit aux propos, ce matin,

  du ministre de l’Économie, qui a évoqué qu’il y a

  beaucoup de « femmes illettrées » parmi les 850

  ouvrières licenciées de l’entreprise GAD.

 

 

 

Invité de Jean-Pierre Elakabach ce matin, le ministre de l’économie a montré de son doigt rageur les 850 femmes licenciées de l’entreprise GAD en Bretagne. « Il y a dans cette société une majorité de femmes, pour beaucoup illettrées » a-t-il déclaré en poursuivant que« ces gens-là » ne pouvaient pas avoir le permis de conduire!

Ainsi, il s’est laissé aller à son penchant naturel : un mépris incommensurable à l’égard des femmes ouvrières. Pour justifier la casse du code du travail et des acquis sociaux  réclamée par le MEDEF, Emmanuel Macron remet sur le tapis des idées que l’on croyait révolues pour caricaturer les femmes, les ouvrières, et surtout justifier la faiblesse et l’inégalité des salaires féminins. Le siècle de « Nana »  et de « Gervaise » est pourtant bien fini et non, Monsieur Macron, l’avenir n’est pas dans le retour aux salarié-e-s « taillables et corvéables » à la merci de leur patron ! L’heure est au contraire à l’action pour vaincre l’austérité et gagner en liberté et en égalité. Pour les femmes et donc pour toute la société. Ne faut-il pas rapprocher les propos d’un des principaux ministres de ce gouvernement avec la disparition du Ministère des droits des femmes ?
 
Marie-George Buffet, députée, ancienne Ministre

Publié dans France, POLITIQUE | Pas de Commentaires »

Petit guide d’autodéfense en temps de réforme des retraites

Posté par communistefeigniesunblogfr le 5 septembre 2013

 

Petit guide d’autodéfense en temps de réforme des retraites

 

Petit guide d’autodéfense en temps de réforme des retraites  dans ECONOMIE caricature-ps-retraite1

L’avenir de nos retraites n’est pas une question anecdotique,

ni une affaire d’« experts ». Il s’agit d’un choix de société

qui nous concerne tous et toutes, jeunes et vieux, femmes

et hommes, salariés, indépendants, précaires ou chômeurs.

Au moment où le gouvernement annonce une nouvelle réforme

des retraites qui s’inscrit dans la continuité des réformes

précédentes menées par la droite, et où les experts du MEDEF

nous expliquent qu’« il n’y a pas le choix », il est essentiel

que les citoyens aient toutes les cartes en main

pour permettre un véritable débat de société.

Ce petit guide d’autodéfense publié par Attac, et auquel a collaboré les Dessous de Bruxelles,

a pour vocation de déconstruire les idées toutes faites ressassées à longueur d’antenne

dans les grands médias, et de montrer que d’autres perspectives sont possibles pour sortir

de l’impasse et financer des retraites de qualité et solidaires.

Argument n°1 : « La réforme des retraites sera une réforme juste »

Hollande annonce que la mesure phare de la réforme des retraites, l’allongement de la durée

de cotisation pour bénéficier d’une retraite complète, était « la mesure la plus juste à condition

qu’elle soit appliquée à tous » et qu’elle devait permettre que les efforts soient « équitablement

répartis ».

Mais cet allongement de la durée de cotisation s’accompagne d’une diminution du montant

des pensions pour chaque trimestre manquant, à laquelle s’ajoute une sanction appelée décote

qui pénalise la pension à hauteur de 5 % par année manquante.

Pour les femmes, qui ont des carrières plus courtes et qui sont nombreuses à travailler en temps

partiel, pour les précaires ou pour ceux qui ont connu des périodes de chômage, cet allongement

va donc être synonyme de diminution du montant des pensions.

Ainsi, selon une étude officielle, les contre-réformes cumulées de 1993, 2003 et 2010 conduiraient

à une réduction du montant des pensions d’environ 15 à 25%. Elles aggravent les inégalités

déjà fortes entre les retraites des femmes et celles des hommes. La diminution des pensions fait

les bonnes affaires des banques et assurances : de plus en plus de Français ont recours

à des assurances retraites complémentaires pour pallier la faiblesse des pensions.

[Lire la suite sur Les Dessous de Bruxelles]

pdf Attac France dans RETRAITES PDF – 3.2 Mo

Publié dans ECONOMIE, RETRAITES, SOCIAL | Pas de Commentaires »

« Un pouvoir brutal, indigne. Sarkozy, qu’as-tu fait de la France ? »*

Posté par communistefeigniesunblogfr le 30 octobre 2010

* vu dans le cortège parisien du 28 oct.

« Un pouvoir brutal, indigne. Sarkozy, qu’as-tu fait de la France ? »* dans Austerite 29 octobre 2010

Une France malade du «reaganisme» de Sarkozy 

 

La contre-réforme des retraites accentue 
le sentiment d’injustice et de régression qu’a fait avaler un régime sarkozyste 
« brutal et indigne » 
aux Français. Ils en témoignent à Paris.

Un malaise profond de la société française. C’est le sentiment qui prime. Dans les cortèges, comme à Paris, de plus en plus de slogans, de pancartes, d’affiches pointent d’autres sujets de mécontentement : baisse du pouvoir d’achat, des pensions et des aides sociales, liens affichés entre pouvoir et argent… Points de crispation sous-jacents depuis des années, que la présidence Sarkozy a exacerbés.

Sur le gilet de chantier de Catherine, 65 ans, la même question que celle qui tourne en boucle dans sa tête : « La France, pays des droits de l’homme ? » Pas vraiment « malheureuse », cette Thiaisienne compte pourtant les coups : « Divorcée, ma demi-part fiscale va être supprimée, comme l’a été mon allocation logement, quand on m’a mise à la retraite à 63 ans, après deux ans de chômage. » Un pouvoir d’achat en baisse malgré les promesses sarkozyennes, et le loyer qui augmente… de quoi provoquer une froide colère qui « ne s’éteindra même pas » en 2012.

Les problèmes d’emploi et de salaire restent des « préoccupations majeures, malgré ce mouvement qui les a éclipsées – dans les médias plus que dans le quotidien des gens », sourit Antoine, chômeur, la quarantaine sportive. Mais dans le mille-feuille antisocial, on trouve toujours un problème plus grave qui chapeaute le précédent. « Le problème des salaires passe derrière celui de l’emploi, qui cède devant celui des retraites, plus universel. » Mais celui dont « tout découle », c’est « l’inégalité de la répartition des richesses ».

Sarko_medef_pcf_ dans ECONOMIE

L’idée d’une « meilleure répartition des richesses » s’ancre dans la population. « On commence à ouvrir les yeux, à voir que tout se connecte pour revenir aux bourses mondiales », lâche un cadre, « primo-manifestant », au pied d’une affiche sur laquelle trois « Sylvestre » des Guignols, caricatures de capitalistes, se partagent la planète.

Mireille Guérin est facilement repérable sous son panonceau « Union des magouilleurs pourris : rendez l’argent de la vieille ! » « Tout est détourné au profit des riches. Bouclier fiscal, exonération des heures supplémentaires, maintenant disparition programmée de l’ISF… » Son ras-le-bol fait écho à ce que confiait un peu plus tôt Catherine : « C’est comme si Sarkozy portait une grosse étiquette sur son front : “Je vous méprise”. »

[Lire la suite sur : humanite.fr/]

Affiche ajoutée par « Feignies ensemble… »

Publié dans Austerite, ECONOMIE, Luttes, RETRAITES, SOCIAL | Pas de Commentaires »

Réactions des syndicats au discours de N. Sarkozy

Posté par communistefeigniesunblogfr le 6 février 2009

Extraits

La fédération CFDT de la Fonction publique : « Emplois, salaires: le compte n’y est pas pour les fonctionnaires ». La CFDT affirme « sa profonde déception face à l’insistance du président de la république à poursuivre la fameuse politique du « un fonctionnaire sur deux non remplacé »".

François Chérèque, secrétaire général de la CFDT : « Il n’y a pas beaucoup de mesures concrètes, donc il ne peut y avoir que de la déception« . « Les attentes sont énormes, on l’a vu le 29 janvier et pour l’instant les réponses ne sont pas à la hauteur ».

Bernard Thibault, secrétaire général de la CGT : « Le 18, c’est le numéro des pompiers… Le 18 février on ne jouera pas le rôle de pompiers, en tout cas, pas la CGT ». Notant « une évolution après une phase où le président de la République décidait de tout de manière unilatérale », il a estimé en revanche que « s’agissant des décisions concrètes, le Medef mène huit milliards à zéro« . « Huit milliards, c’est la suppression de la taxe professionnelle. Par contre s’agissant des revendications des salariés, on renvoie à des discussions ultérieures ».

Jean-Claude Mailly, secrétaire général de FO : « Ce que je retiens, c’est qu’il n’y a pas d’annonce concrète et immédiate. Tout est renvoyé à des discussions. Discuter de la répartition des richesses avec le Medef en ce moment, ça peut durer des mois sans que ça aboutisse. Le meilleur moyen de répartir les richesses dans l’entreprise, le plus rapide, c’est d’augmenter les salaires« .

Bernard van Craeynest, CFE-CGC : « Il a ouvert beaucoup de pistes, mais il me semble surtout qu’il cherche à gagner du temps« . « La technique qui consiste à faire porter le chapeau ou à nous associer très gentiment pour vouloir sans doute nous faire porter une partie de la responsabilité du fardeau ne nous a pas échappé ».

Pierre Khalfa, Solidaires : « C’est un discours en trompe-l’oeil, de dénonciation d’une situation qu’il a lui-même contribué à créer. En même temps, il est assez intelligent pour prendre la mesure du rapport de force et voir que sa politique a été condamnée par les Français, donc il essaie de donner du grain à moudre à la négociation.
Mais c’est totalement insuffisant et ça ne répond pas aux vrais problèmes face à la crise »

Gérard Aschieri, FSU : « Il aurait pu prendre ses responsabilités (…), il les a esquivées ou a dit non, avec des arguments souvent caricaturaux : dire que l’emploi public est essentiellement une dépense qui va créer du chômage, qui va détruire de l’emploi privé, c’est une caricature« .
« Ce n’est à la hauteur ni de la crise, ni des attentes exprimées par les manifestations. Il y a des sujets sur lesquels il pouvait agir de façon immédiate », comme le SMIC ou « la suspension des suppressions d’emploi public ».

CFTC : « Nicolas Sarkozy dit vouloir répondre aux attentes exprimées. Mais, il faudra des actes concrets (…) Or, pour l’instant, la CFTC constate que le Président de la République a surtout renvoyé ces questions devant les partenaires sociaux. Il ne s’agirait pas de botter en touche ».



Le SNJ-CGT, syndicat national des journalistes CGT : « Interlocuteurs déférents, questions convenues et jamais dérangeantes, absence de contradiction quand le président assénait des contrevérités. La profession de journaliste ne sort pas grandie du « show télévisé » du président de la République ». Les journalistes (David Pujadas de France 2, Laurence Ferrari de TF1, Guy Lagache de M6 et Alain Duhamel de RTL) ont « parfaitement joué leur rôle de fou du roi » car le chef de l’Etat les a « adoubés ». « Dans aucun autre pays dit démocratique les politiques en responsabilité ne choisissent leurs interlocuteurs ». L’interview était une « mascarade qui va encore accroître la méfiance du public envers les journalistes ».

Publié dans Politique nationale, SERVICES PUBLICS, SOCIAL, SOCIETE | Pas de Commentaires »

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy