• Accueil
  • > Recherche : caricature cgt

Résultats de votre recherche

Solidarité : Des dessins pour les PSA en lutte

Posté par communistefeigniesunblogfr le 26 janvier 2013

 

Des dessins pour soutenir la lutte des salariés de PSA

 

Merci aux dessinateurs ou graphistes français, belges et suisses qui ont répondu à notre appel : 

Berth, Coco, Ballouhey, Sondron, Cambon, Goubelle, Gab, Lasserpe, Jiho, Plonk et Replonk, Box,

Man, Faujour, Bauer, Biz, Caro, Tommy, Decressac, Wozniak, Pitch, Siné, Félix, Phil, Large,

Debuhme, Rodho, Aurel…

 

Solidarité : Des dessins pour les PSA en lutte dans Caricature psa4

 

Depuis plusieurs mois et après avoir assuré publiquement

le contraire, Peugeot a décidé de fermer de site d’Aulnay

en laissant sur le carreau des milliers de salariés.

Régulièrement, plusieurs centaines de ces travailleurs

organisent des actions, journées de grèves ou manifestations.

Ils en appellent à toutes formes de soutien pour dénoncer

la casse de ces emplois (et de tous les autres), mais aussi

de leur vie. Tout ce que l’on peut dire, c’est que

ni le gouvernement Ayrault, ni François Hollande ne leur

viennent en aide. Il faut les soutenir !

 

 

 

 

psa5 PSA Aulnay dans Competitivite

 

Les dessinateurs de presse peuvent s’engager !

Il est demandé de bien vouloir envoyer un ou plusieurs

dessins par mail en haute def à dessinsenlutte@yahoo.fr 

en soutien à la lutte des PSA et de tous les salariés

contre les licenciements qui se multiplient.

Ces travailleurs de Peugeot (c’est la CGT qui se retrouve

à la pointe du mouvement de protestation) pourraient

utiliser les dessins dans le cadre de leurs actions,

site internet, brochures, tracts, exposition éventuellement.

En plus de ces diverses utilisations ces dessins seraient

mis en ligne sur www.caricaturesetcaricature.com et sur

un blog spécifique.
*

Merci infiniment pour votre concours.

Et merci de faire circuler cet appel !

Guillaume Doizy

Vu sur :  Dazibaoueb

Suite à l’appel lancé par Caricaturesetcaricature.com en direction des dessinateurs de presse,

25 d’entre eux, dessinateurs français, belges, suisses, se sont mobilisés pour apporter leur soutien

à la lutte des salariés de PSA, proposant un ou plusieurs dessins.

Un blog spécifique leur est dorénavant consacré.

 

Publié dans Caricature, Competitivite, Dessin de presse, France, Luttes, Solidarite | Pas de Commentaires »

De plus en plus compliqué d’être humoriste…

Posté par communistefeigniesunblogfr le 25 mars 2010

 «Un pays sans journalistes libres et sans humoristes libres

sent une certaine forme de totalitarisme et de dictature,

qu’on le veuille ou non.»

(Guy Bedos)

Le SNJ-CGT a dénoncé les « menaces scandaleuses et dangereuses » du ministre de l’Immigration Eric Besson, qui a critiqué ce matin sur l’antenne de France Inter la « dérive » de l’humoriste Stéphane Guillon.

« Ces menaces proférées contre le droit à la caricature, contre le droit d’expression et de critique sur cette radio et contre sa rédaction sont scandaleuses et dangereuses », estime le SNJ-CGT dans un communiqué. « Elles sont d’autant plus intolérables pour un ministre qui se fait fort d’être le champion des expulsions des plus démunis, et d’avoir initié le sinistre débat sur l’identité nationale dont le résultat est d’avoir fait la courte échelle aux idées du Front national », poursuit le syndicat. (Source : etoile-rouge.fr)

http://www.dailymotion.com/video/xco20f

 

http://www.dailymotion.com/video/xcohvd

Publié dans Humour, LIBERTES, POLITIQUE | Pas de Commentaires »

Les décrets liberticides de la Sainte Edwige

Posté par communistefeigniesunblogfr le 19 octobre 2009

PNG - 156.1 ko

Non, aux clones d’EDVIGE

Les récents événements de Poitiers, savamment orchestrés et médiatisés, ont permis à Brice Hortefeux de préparer l’opinion à accepter le passage en force de deux nouveaux décrets ultra sécuritaires.

Pour mémoire, la CNIL avait été saisie dès le 27 mars 2009 au sujet de ces deux projets de décret, peu après qu’ils aient été annoncés par N. Sarkozy  le 18 mars à Gagny (Seine-Saint-Denis). C’est dire qu’ils avaient été élaborés bien avant les incidents de Poitiers. Mais ceux-ci étaient nécessaires pour provoquer l’émotion et la réprobation des citoyens prêts, dès lors, à accepter ces décrets liberticides.

« La dictature constitutionnelle, avec la complicité de ses médias relais, utilise ou crée en permanence des évènements pour faire diversion, empêcher que l’attention des individus se cristallise sur leur mécontentement personnel, et différer éternellement toute résolution possible des problèmes sociaux. Ces évènements renforcent et légitiment le rôle de la dictature constitutionnelle comme unique rempart entre l’individu et un monde extérieur caricaturé jusqu’à la paranoïa, d’où ne ressortent plus que des dangers potentiels. » (Michelle Meyer- La dictature constitutionnelle)

« Edvige est mort, il n’est pas question de le remplacer » (Brice Hortefeux – mardi 13 octobre). Edvige est mort mais l’acte de naissance de ses deux clones a été signé le 16, jour de la Sainte Edwige, signe de l’humour légendaire de notre sinistre ministre de l’Intérieur. Signe également du mépris du gouvernement et de Nicolas Sarkozy pour le Parlement, alors même que la Commission des lois de l’Assemblée nationale a déposé une proposition de loi depuis juillet 2009.

 Un million de salariés concernés par ce fichage

Les décrets publiés dimanche 18 octobre au Journal officiel portant création de deux nouvelles « bases de données » de police précisent le type de données qui peuvent y être recensées, ainsi que les dérogations possibles.

 

Dans le fichier relatif à la « prévention des atteintes à la

sécurité publique », figureront :

- Motif de l’enregistrement
- Photographies
- État civil
- Nationalité
- Profession
- Signes physiques particuliers et objectifs (ce sont les tatouages, les piercings,votre  manière de vous habiller, etc…)
– Adresses physiques et électroniques
- Numéros de téléphone
- Titres d’identité
- Immatriculation des véhicules
- Informations patrimoniales
- Activités publiques
- Comportement et déplacements (le terme est suffisamment flou et vague pour nous inquiéter de ce que les descriptions policières subjectives en feront)
- Agissements susceptibles de recevoir une qualification pénale
- Personnes ayant entretenu des relations directes et non fortuites avec l’intéressé (se limitant à leur identité, sauf si elles-mêmes présentent un risque d’atteinte à la sécurité publique).


En outre, « à titre dérogatoire et dans un cadre strict », selon une circulaire du  ministère de l’Intérieur adressée dimanche aux préfets, pourront être indiqués :

  -Signes physiques particuliers et objectifs « pris comme éléments de signalement » (tatouage, cicatrice, couleur de cheveux)
-  Origine géographique ou appartenance à un même quartier (ce n’est ni plus ni moins que la stigmatisation des populations par leur quartiers et leurs orgines)
- Activités politiques, philosophiques, religieuses ou syndicales ( l’attaque  gouvernementale est là clairement explicite contre les mouvement sociaux).

 

 

  Dans le second, consacré aux « enquêtes administratives

liées à la sécurité publique », seront seulement enregistrés :

 

Motif de l’enquête

Photographies Etat civil Nationalité
Profession


Adresses physiques et électroniques
Numéros de téléphone
Titres d’identité

 

    Pourra également, « à titre dérogatoire », être fait mention d’éléments à caractère  politique, philosophique, religieux ou syndical si y est lié un comportement « incompatible avec l’exercice des fonctions ou missions envisagées ».

Des mineurs peuvent y être inscrits, s’ils ont plus de 16 ans et ont fait l’objet d’une  enquête administrative les concernant directement dans le cadre d’une procédure de recrutement.

  L’inscription sera automatiquement supprimée cinq ans après son enregistrement « quel qu’ait été le résultat, favorable ou non de l’enquête »

 

Sources : http://nantes.indymedia.org/article/18436 et  Mille Babords.org/spip.php?article1235

 Lire :

Adieu Edvige, bonjour Edwige²

sur : bugbrother.blog.lemonde.fr/

Publié dans LIBERTES, POLITIQUE, Politique nationale | Pas de Commentaires »

Fonction publique : un projet de loi inacceptable

Posté par communistefeigniesunblogfr le 26 juin 2009

Communiqués de presse de la FSU

Promouvoir l’intérêt général, c’est s’opposer au démantèlement du statut des fonctionnaires

Communiqué CGT, FSU, Solidaires
Paris, le 25 juin 2009

Après des mois de tergiversations et de retard sur le calendrier prévu, le projet de loi dit « de mobilité et des parcours professionnels » va être examiné à l’Assemblée Nationale, probablement à partir du 2 juillet.

Nos organisations syndicales tiennent à rappeler que ce dispositif législatif est avant tout une attaque frontale contre le statut des fonctionnaires et les garanties qu’il représente pour tous les citoyens.

Lire la suite

 

Fonction Publique : circulez, il n’y a rien à négocier !

Le rendez-vous salarial avec le ministre de la Fonction publique s’est révélé une caricature de négociation : Eric Woerth s’est contenté de réaffirmer les mesures déjà arrêtées, ignorant la réalité que vivent les personnels et que montrent les statistiques produites par ses propres services.

Lire la suite

 

Publié dans Politique nationale, SERVICES PUBLICS, Syndicats | Pas de Commentaires »

Réactions des syndicats au discours de N. Sarkozy

Posté par communistefeigniesunblogfr le 6 février 2009

Extraits

La fédération CFDT de la Fonction publique : « Emplois, salaires: le compte n’y est pas pour les fonctionnaires ». La CFDT affirme « sa profonde déception face à l’insistance du président de la république à poursuivre la fameuse politique du « un fonctionnaire sur deux non remplacé »".

François Chérèque, secrétaire général de la CFDT : « Il n’y a pas beaucoup de mesures concrètes, donc il ne peut y avoir que de la déception« . « Les attentes sont énormes, on l’a vu le 29 janvier et pour l’instant les réponses ne sont pas à la hauteur ».

Bernard Thibault, secrétaire général de la CGT : « Le 18, c’est le numéro des pompiers… Le 18 février on ne jouera pas le rôle de pompiers, en tout cas, pas la CGT ». Notant « une évolution après une phase où le président de la République décidait de tout de manière unilatérale », il a estimé en revanche que « s’agissant des décisions concrètes, le Medef mène huit milliards à zéro« . « Huit milliards, c’est la suppression de la taxe professionnelle. Par contre s’agissant des revendications des salariés, on renvoie à des discussions ultérieures ».

Jean-Claude Mailly, secrétaire général de FO : « Ce que je retiens, c’est qu’il n’y a pas d’annonce concrète et immédiate. Tout est renvoyé à des discussions. Discuter de la répartition des richesses avec le Medef en ce moment, ça peut durer des mois sans que ça aboutisse. Le meilleur moyen de répartir les richesses dans l’entreprise, le plus rapide, c’est d’augmenter les salaires« .

Bernard van Craeynest, CFE-CGC : « Il a ouvert beaucoup de pistes, mais il me semble surtout qu’il cherche à gagner du temps« . « La technique qui consiste à faire porter le chapeau ou à nous associer très gentiment pour vouloir sans doute nous faire porter une partie de la responsabilité du fardeau ne nous a pas échappé ».

Pierre Khalfa, Solidaires : « C’est un discours en trompe-l’oeil, de dénonciation d’une situation qu’il a lui-même contribué à créer. En même temps, il est assez intelligent pour prendre la mesure du rapport de force et voir que sa politique a été condamnée par les Français, donc il essaie de donner du grain à moudre à la négociation.
Mais c’est totalement insuffisant et ça ne répond pas aux vrais problèmes face à la crise »

Gérard Aschieri, FSU : « Il aurait pu prendre ses responsabilités (…), il les a esquivées ou a dit non, avec des arguments souvent caricaturaux : dire que l’emploi public est essentiellement une dépense qui va créer du chômage, qui va détruire de l’emploi privé, c’est une caricature« .
« Ce n’est à la hauteur ni de la crise, ni des attentes exprimées par les manifestations. Il y a des sujets sur lesquels il pouvait agir de façon immédiate », comme le SMIC ou « la suspension des suppressions d’emploi public ».

CFTC : « Nicolas Sarkozy dit vouloir répondre aux attentes exprimées. Mais, il faudra des actes concrets (…) Or, pour l’instant, la CFTC constate que le Président de la République a surtout renvoyé ces questions devant les partenaires sociaux. Il ne s’agirait pas de botter en touche ».



Le SNJ-CGT, syndicat national des journalistes CGT : « Interlocuteurs déférents, questions convenues et jamais dérangeantes, absence de contradiction quand le président assénait des contrevérités. La profession de journaliste ne sort pas grandie du « show télévisé » du président de la République ». Les journalistes (David Pujadas de France 2, Laurence Ferrari de TF1, Guy Lagache de M6 et Alain Duhamel de RTL) ont « parfaitement joué leur rôle de fou du roi » car le chef de l’Etat les a « adoubés ». « Dans aucun autre pays dit démocratique les politiques en responsabilité ne choisissent leurs interlocuteurs ». L’interview était une « mascarade qui va encore accroître la méfiance du public envers les journalistes ».

Publié dans Politique nationale, SERVICES PUBLICS, SOCIAL, SOCIETE | Pas de Commentaires »

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy