• Accueil
  • > Recherche : blog front gauche

Résultats de votre recherche

CONTACT

Posté par communistefeigniesunblogfr le 3 mars 2009

Expression directe http://www.dailymotion.com/video/x76aes

 

Le capitalismehttp://www.dailymotion.com/video/x7pgb4

 

La crise selon Jacques Nikonoff

http://www.canalfm.fr/index.asp?ID=387&IDF=321

 

Bernard Lavilliers – Bosse

http://www.dailymotion.com/search/Lavilliers%252BBosse/video/x6wmdh_bernard-lavilliers-bosse-ceremonie_music

 

Conférence de presse PCF – Zénith Front de Gauche

http://www.dailymotion.com/video/x8jish

 

Front de Gauche : meeting de Frontignan

http://www.dailymotion.com/video/x8a12g

 

M.-G. Buffet à Marseille, le 22 février http://www.dailymotion.com/video/x1a7hr

Nous Contacter ?

 

Votre adresse e-mail ne sera pas communiquée, votre message ne sera pas sur le blog mais reçu sur notre messagerie. A bientôt…

 

Votre nom : (oblig.)
Votre email : (oblig.)
Site Web :
Sujet :
Message : (oblig.)
Vous mettre en copie (CC)
 
 

 
   
 
 
 

Publié dans | Pas de Commentaires »

Congrès du NPA : logique de repli et coup de force

Posté par communistefeigniesunblogfr le 13 février 2009

Publié sur Unir, un blog pour une gauche de gauche

Au soir du congrès fondateur du Nouveau parti anticapitaliste, notre inquiétude est grande.

Anciens membres du bureau politique de l’ex-LCR, animateurs de l’association Unir, nous défendons depuis longtemps l’idée d’un rassemblement susceptible de changer la donne au sein de la gauche et de mettre un terme à la domination sur celle-ci du social-libéralisme porté par le Parti socialiste.

Ces 6, 7 et 8 février, à La Plaine-Saint-Denis, en compagnie de nombreux autres militantes et militants du NPA issus d’autres traditions, nous nous sommes retrouvés dans la « sensibilité européenne », qui en appelait, pour les élections européennes,  « à la constitution de listes de large rassemblement, pluralistes, sur la base d’un programme pour une Europe sociale, démocratique, écologiste, solidaire et de paix, dénonçant le traité de Lisbonne et en complète indépendance du PS ». Cette sensibilité proposait que le NPA s’adresse dans ce but  « au Parti de gauche, au Parti communiste français, aux Alternatifs, à la Fédération et à ses diverses composantes, à Lutte ouvrière… »

Avant que cette sensibilité ne tire collectivement, dans les jours à venir, le bilan des événements intervenus durant ce congrès, nous voudrions livrer publiquement notre propre appréciation du Premier Congrès du NPA.

À l’issue d’un débat qui a polarisé le congrès, une majorité de délégués a rejeté le texte de la « sensibilité européenne ».

Si nous prenons acte que la position majoritaire ne ferme pas totalement la porte à la constitution d’un front de gauche pour les élections européennes, nous regrettons que les conditions avancées à la réalisation de ce dernier (les exigences, de facto présentées comme des préalables, d’une sortie du nucléaire et d’un accord pour les élections régionales de 2010) apparaissent surtout comme des faux prétextes de nature à justifier, demain, une rupture avec les partenaires possibles de listes de large convergence.

Les conditions de l’élection du comité politique national du nouveau parti renforcent nos craintes. La « sensibilité européenne », dont la proposition avait obtenu le soutien d’un délégué sur six, s’est vu refuser le droit d’être représentée à la proportionnelle des résultats qu’elle a obtenus. Alors qu’elle aurait dû compter 26 membres à la direction, la majorité s’est arrogée le droit discrétionnaire de sélectionner 13 de ses candidats seulement et d’écarter les autres au terme d’une procédure expéditive, évoquant les pires pratiques ayant longtemps eu cours au sein d’une partie de la gauche.

Les statuts fraîchement adoptés par le congrès, qui prévoient la représentation proportionnelle des positions qui ont été opposées dans un débat central au sein du NPA, ont ainsi été bafoués. Ce qui a permis d’éliminer, sans autre forme de procès, quatre des six membres sortants du comité d’animation national provisoire du NPA (Alain Faradji, Catherine Jouanneau, Christian Picquet et Francis Sitel), ainsi que neuf autres candidats, dont beaucoup n’appartenaient pas à l’ex-LCR.

On ne s’y serait pas pris autrement si l’on avait voulu étouffer le débat qui s’est fait jour parmi les militantes et militants du NPA, autant que la volonté de parvenir à l’unité de la gauche de gauche s’est renforcée durant le congrès.

Ce coup de force, conjugué à la position adoptée sur les élections européennes, est de nature à nuire gravement à l’image du NPA, à son rayonnement, à sa place sur le champ politique à gauche. Et ce, pour fort longtemps…

Nous sommes certains que les adhérentes et adhérents du NPA ne laisseront pas sans réaction un acte aussi lourd de conséquences.

En tout état de cause, nous poursuivrons la bataille engagée pour que, au printemps, un front de gauche réunisse, sans exclusive ni préalable, l’ensemble des forces et sensibilités souhaitant, d’un même mouvement, sanctionner la politique de Nicolas Sarkozy, affirmer une alternative de rupture à un capitalisme dont la faillite est aujourd’hui patente, défendre la perspective d’une autre Europe, au service des peuples et des travailleurs.

Francis Sitel, Christian Picquet, Alain Faradji

Publié dans POLITIQUE, Politique nationale | Pas de Commentaires »

Construire un « Front de Gauche pour changer d’Europe »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 24 janvier 2009

Parti communiste français et le Parti de Gauche : communiqué de presse commun
Par : Bureau de presse - Mis en ligne : 23 janvier

Deux délégations du Parti Communiste Français et du Parti de Gauche, conduites respectivement par Marie-George Buffet et Jean-Luc Mélenchon se sont rencontrés au siège du PCF.

Il s’agissait de la première rencontre depuis la déclaration commune des deux partis le 18 novembre dernier qui affirmait déjà leur volonté d’impulser aux élection européennes de juin prochain des listes unitaires de toutes les forces de gauche attachées à la construction d’une autre Europe démocratique et sociale.

Les deux partis ont réaffirmé tout d’abord cette volonté.

Unir, inlassablement, dans le respect de chaque partenaire, pour construire un « Front de Gauche pour changer d’Europe » tel est l’objectif des deux formations afin que l’ensemble des groupes et forces politiques de gauche susceptibles de participer à ce front puissent y prendre toute leur place.

Dans ce cadre, ils ont décidés de démarches conjointes à l’égard des organisations de gauche concernées.

Lors de ces rencontres le Parti Communiste Français et le Parti de Gauche soumettront à la discussion un premier texte permettant de définir les bases de la plate-forme commune pour ces élections et la constitution d’un « Comité de Liaison » permettant à chacun d’être partie prenante à égalité de ce rassemblement.

Les deux formations ont également annoncé la tenue de premiers meetings d’ampleur régionale qui seront pareillement ouvert aux forces et personnalités qui souhaiteront s’associer à cette démarche : Montpellier le 5 février, Marseille le 10 février, Douai le 21 février.

Le principe d’un meeting national à Paris début mars a été arrêté et sera soumis aux différents partenaires.

Composition des délégations :

  • PCF
    Marie-George Buffet, Pierre Laurent, Lydie Besnoit, Jean-Marc Coppola, Olivier Dartigolles et Francis Parny
  • Parti de Gauche
    Jean-Luc Mélenchon, Eric Coquerel, François Delapierre, Marc Dolez, Pascale Le Neouannic, Corinne Morel-Darleux, Danielle Simonet

Parti communiste français et Parti de Gauche – Paris, le 23 janvier 2009.

Publié dans EUROPE, Politique nationale, SOCIETE | Pas de Commentaires »

Ecole, une seule exigence : la réussite pour tous

Posté par communistefeigniesunblogfr le 16 janvier 2009

arton33769825011.jpg

Les fortes mobilisations pour s’opposer à la réforme des lycées et à la réduction drastique des postes ont contraint dans un premier temps le Ministre Darcos à un recul tactique, mais rien n’est définitivement joué. Sarkozy persiste , il a récemment déclaré que la réforme aurait bien lieu.

 

Soyons clairs, les jeunes, parents et personnels de l’éducation nationale qui manifestent depuis des années ne réclament pas un statu-quo. Oui, le système doit être transformé, afin de lutter efficacement contre l’inégalité et l’échec scolaire, mais est-ce de cela dont il s’agit aujourd’hui ?

 

Sarkozy-Darcos sont engagés dans une refondation néo-libérale de l’école au service du capitalisme mondialisé. Ainsi, s’explique l’empilement de réformes décidées ces dernières années :

  • suppression de la carte scolaire, réforme des programmes,
  • suppression des RASED, réduction d’un an de la préparation au baccalauréat professionnel,
  • suppression des IUFM,
  • mise en extension progressive de l’école maternelle,
  • réforme des lycées

…et à chaque fois, ces réformes s’accompagnent de dizaines de milliers de suppressions d’emplois de toutes catégories de personnels, notamment enseignants. Elles s’inscrivent dans un projet cohérent qui en réalité vise la mise à mort du service public de l’éducation nationale pour laisser place à un système qui renforcera le tri social par la mise en concurrence de tous.

Une culture commune de haut niveau pour tous

Pour répondre aux défis sociaux, économiques et culturels de notre époque il faut réaliser l’égalité des droits et la réussite de tous. Cela suppose d’apporter de profondes réformes au lycée comme à l’ensemble du système éducatif afin de permettre aux jeunes d’acquérir une véritable culture scolaire commune de haut niveau, à l’inverse du socle minimal commun préconisé ces dernières années. Nous pensons que l’avenir de l’école est lié à l’avenir de la société : la formation des jeunes, doit s’inscrire dans une démarche d’émancipation intellectuelle et d’ouverture sur le monde quelles que soient les filières de formation et le niveau atteint. Cela implique de renoncer aux réformes en cours dans l’éducation nationale, comme dans tous les domaines, rien de bon ne pourra se faire sans tenir compte de l’avis des premiers intéressés, les professionnels de l’éducation, les parents et les élèves eux mêmes.

Il faut investir dans l’école !

Cela suppose que ces transformations soient accompagnées par des moyens sans précédent. Le budget de l’éducation nationale doit être augmenté sensiblement, (la proportion de la richesse nationale que la France consacre à son école aujourd’hui est la même qu’il y a 50 ans !). La France a les moyens de s’offrir un système éducatif de qualité pour tous. L’année dernière les profits des seules entreprises du CAC 40 représentaient le double du budget de l’éducation nationale !

 

Alors que la crise économique sert de justificatif pour accélérer les coupes sombres dans les services publics, le PCF propose au contraire un grand plan anti-crise qui permette d’investir massivement dans les services publics, et notamment dans la recherche et l’éducation. Répondre aux besoins tout en relançant l’économie, c’est possible et nécessaire !

Un Front progressiste et citoyen

Pour aller dans ce sens, les communistes poursuivront le débat et soutiendront les actions engagées par les parents, enseignants, lycéens et étudiants de jour en jour de plus en plus nombreux à s’insurger contre la politique Darcos- Sarkozy.

 

C’est le sens de l’initiative que prend le PCF d’ouvrir avec toutes celles et tous ceux qui le souhaitent, des espaces communs pour construire ensemble une véritable alternative de gauche.

Tous dans la rue samedi 17 janvier

Lille 14h30 porte de Paris

Publié dans Education nationale, SERVICES PUBLICS | Pas de Commentaires »

1...7879808182
 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy